Navigation – Plan du site
Articles -- Idazlanak

Thématique maritime et variations transtextuelles sur le motif de la tempête en mer dans les lettres basques des XVI - XVIIIe siècles

Aurélie Arcocha-Scarcia
p. 7-35

Texte intégral

Goazen eta pasa detzagun Tromenta harrigarriak ; Bertze munduak bilhatzagun Eta itsaso berriak Allons et franchissons les effrayantes tempêtes ; cherchons d'autres mondes et de nouvelles mers Bernard GASTELUÇAR (1686)

  • 1  Cf. notamment A. Arkotxa : Imaginaire et poésie dans Maldan behera de Gabriel Aresti (1933-1975), (...)

1Le présent travail se situe dans le cadre plus large d'études thématiques sur la littérature basque menées depuis plusieurs années1. Il s'agit plus précisément de s'intéresser à l'imagerie maritime et en particulier au motif de la tempête en mer dans les textes basques allant du XVI au XVIIIe siècle. Il est évident que l'on ne s'engagera pas dans une telle étude sans avoir constamment à l'esprit une vision comparatiste. La thématique maritime est en effet traditionnelle en Europe occidentale. Quant au motif de la tempête, rappelons pour mémoire certains fragments figurant chez des auteurs allant de Dante à Michelet et Loti, en passant par Rabelais ou Léry. Innombrables en sont également les représentations iconographiques ou musicales depuis la Renaissance. Songeons à Erasme (Naufragium, 1523), à Shakespeare (The Tempest, 1611), ou au musicien Locke (The Tempest, 1674) et pour ce qui est de la tempête sur la terre ferme, au célèbre tableau de Giorgione (La Tempesta, vers 1508).

I - Le thème de la mer dans les textes littéraires en basque des XVI -XVIIIe siècles :

2Force est de constater que les textes en basque de l'époque choisie ne parlent que rarement du monde maritime. Nous avons le plus souvent affaire à de rares fragments apparaissant çà et là dans une œuvre donnée. Ainsi en est-il chez le navarrais Axular qui y revient un peu moins d'une dizaine de fois dans son ouvrage, Guero [Après] (1643).

I 1. Le reflet d'une réalité

3Certes, l'image de la mer pourrait aisément être mise en relation avec une réalité qui a pu interpeller de nombreux habitants mais Axular ne fait qu'une allusion voilée à l'émigration des Basques de son temps :

  • 2  Les traductions en français figurant dans cet article m'incombent sauf celles des fragments tirés (...)

Guiçon batec, bere herritic campora Indietara edo bertce leccu vrrun batetara partitcen denean, eta oraiño bere herrico aguerrian, comarquetan eta terminoetan denean, maiz behatcen du guibelat, bere herrico mendietarat. Baiña aitzina iraganez guero, bere herria eta herriko lurrac vistatic galduz guero, itçultcen da bertce aiderai, ioan behar duen eta dohan leccu hartarat : eta han aldiz, bere beguiac, eta gogoa ere ibentcentu. (Axular 1643 : 107). Quand un homme quitte son pays pour les Indes ou pour un autre endroit lointain, et qu'il se trouve encore dans les environs, les parages, les limites de ce même pays, il regarde souvent en arrière, vers les montagnes de son pays. Mais après s'être avancé, après avoir perdu de vue son pays et les terres de son pays, il se tourne de l'autre côté, en direction du lieu où il se dirige, du lieu où il va : et c'est là qu'il pose ses yeux et aussi son esprit.2

  • 3  Nous pouvons en trouver cependant de brèves références dans Notitia Utriusque Vasconiae, tum Iberi (...)

4Le paysage poétique qui sert de fond à la lyrique amoureuse du néo-pétrarquiste Oihenart (A. Arkotxa 1993) n'est pas maritime3.

  • 4  E. Materre Marinelec (1617) : Nota eguin behar dituzten bere othoitçac itsasoan dabilçan demboran. (...)
  • 5  P. Decheverry dit Dorre traduit et adapte les Voyages avantvreux, 1578, de Martin de Hoyarsabal, o (...)

5Materre (Dotrina Cristiana 1617) et Bernard Gasteluçar (Eguia Catholicac, 1686)4 apportent, quant à eux, de précieuses indications sur l'usage de la lecture chez les marins basques (Oyharçabal 1999). Par ailleurs, un ouvrage technique comme Jxasoco Nabigacionecoa... [De la navigation maritime...] (1677) 5de Pierre Detcheverry dit Dorre (A. Arcocha-Scarcia 2000), donne quelques informations sur les usages des marins qui ne figurent pas sur le texte de Martin de Hoyarsabal.

  • 6  Biscaye est un quartier d'Espagne costoyant la mer oceane vers l'occident pres le Bearn ; le Ciel (...)
  • 7  Le seul texte que J. Etcheberri de Sare, docteur en médecine, parvient à faire imprimer de son viv (...)

6Pour rester dans le corpus des textes non-littéraires, citons encore la traduction en basque d'un fragment de l'Atlas de Mercator6 due à Joannes Etcheberri de Sare7.

  • 8  Cf. § IX de Itsassoco biayetaco othoitcen araldea [Série de prières pour les voyages maritimes ] i (...)

7Joannes Etcheberri de Ciboure (1627), sur lequel nous reviendrons, est certainement l'auteur qui accorde le plus de place à la mer dans les lettres basques du XVIIe siècle. Citons, à titre d'exemple, deux des trois textes sur la chasse à la baleine (Manual Debotionezcoa 1627)8 :

Balea çaleentçat.
O Iaun Tobias gaztea vngui beguiratua,
Guardaritçat bidalduric Archangelu Saindua.
Eta costara arraña erakharraraçia,
Haren hilltçeco eguiten ciñoela gratia.
Guri ere ekharguçu hurbillera Balea,
Segurquiago armaren landatçeco colpea.
Biçiaren gatic dugu hirriscatçen biçia,
Arren [e]guiguçu haren guelditçeco gratia.
Pour les baleiniers.
O Seigneur qui avez bien protégé le jeune Tobie,
En lui envoyant comme gardien le Saint Archange,
Et qui avez attiré le poisson vers la côte
En lui faisant la grâce qu'il soit tué.
Amenez la baleine auprès de nous aussi
Afin que nous la frappions plus sûrement de notre arme.
Pour vivre, nous risquons notre vie.
Faites-nous la grâce de l'immobiliser [la baleine].

Balea colpatu eta.
Iauna gueure arte baño guehiago [ç]ureaz,
Balea çauritu dugu arpoñaren colpeaz.
Arren bada eguiguçu (Iaun puchanta) gratia,
Sarri guelditçeco arrain Itsassoco handia.
Gutaric garabic çaurthu gabe bere indarraz, Segadetan dabillala buztan edo bulharraz.
Edo chalupa irauli gabe guillaz gañera,
Edo berequin eraman gabe vrtan behera.
Arren beguira gaitçatçu gaitz hauc guztietaric,
Esquerra dieçaçugun itçul lehorre[r]aric.
Irabaçia da handi, perilla ere handia,
Beguira dieçaguçu principalqui biçia. (J. Etcheberri : 1627)
Après avoir blessé la baleine.
Seigneur, plus par votre art que par le nôtre,
Nous avons blessé la baleine d'un coup de harpon.
Faites donc (Seigneur tout puissant),
Que bientôt nous immobilisions le grand poisson de la mer,
Sans qu'il ne blesse aucun de nous,
Tandis que, prisonnier dans les cordes, il remue avec force sa
queue et ses flancs.
Ou sans qu'il ne renverse la chaloupe quille au ciel,
Ni qu'il ne l'entraîne avec lui au fond des eaux.
Protégez-nous de tous ces maux,
Afin que, revenus à terre, nous vous remerciions.
Grand est le gain, grand également est le péril,
Par dessus tout, préservez-nous la vie. »

I 2. Migrations trantextuelles :

8Les voyages transatlantiques auxquels l'Europe des XVI et XVIIe siècles est ouverte depuis peu ont ravivé, chez les érudits en particulier, le souvenir des grands récits fondateurs. Ainsi, la traversée de la Grande Mer d'Occident évoquera facilement à un lecteur nourri de culture antique les périples mythiques des argonautes, d'Ulysse ou d'Enée vécus pourtant sous d'autres latitudes, ou divers épisodes bibliques et hagiographiques plus familiers. Souvent les références sont mêlées et conjuguées. Par exemple, Axular, qui développe une longue réflexion sur la paresse, retrouve à un moment le thème de l'eau qu'il illustre à la fois par des citations tirées de saint Chrisostome, d'Ovide et de Plaute. Ainsi, sont mis en relation l'image d'une mer toujours en mouvement et le concept de régénération (Axular : 41). Les sources latines servent alors à revenir sur l'idée évangélique de l'eau vive en la contrastant avec son opposée l'eau stagnante, métaphore ici de la paresse statique évocatrice d'immobilité et de mort.

  • 9  Les Etymologiœ ou Origines d'Isidore de Seville (602–636 apr. J.-C.) sont une sorte d'Encyclopédie (...)
  • 10  Julius Solinus, auteur de Collectanea rerum memorabilium (vers 200 apr. J.-C), abrégé de L'Histoir (...)

9Joannes Etcheberri de Sare se situe d'emblée dans une démarche intertextuelle (Genette : 1982) en convoquant des auteurs canoniques comme Isidore de Séville9, Solin10, Aristote ou Pline et la Bible par le truchement d'une citation en latin tirée du Psaume 14 du Livre de la Sagesse :

  • 11  Soit, en français : Mais c 'est ta Providence, ô Père qui le pilote. (Bible de Jérusalem, Psaume 1 (...)
  • 12  Pour traduire l'expression escutic balerama beçala [comme s'il la conduisait par la main], nous no (...)

Ecen Isidoro Sainduac, eta Solinoc erraiten dute ; Perla – machcorrec bere arteco çaharrena aitcindaritçat, eta guidaritçat hautatcen dutela : halaco guisaz non tropa, eta aralde baccotchac baitu bere aitcindaria capitaina, eta buruçaguia ceinarï guztiac jarraiquitcen baitçaitzco, eta baldin fortunaz aitcindari haren ganic apartatcen, eta errebelatcen badira, dohacabequi galduac guelditcen direla.
Guisa berean dio Aristotelesec ere, Dauphin cumeac multçuca, eta tropeleca dabiltçala ; Baina Plinioc dio çahar bat behin – ere etçayela falta guidaritçat : Baleaz - ere contatcen da, vista faltatcen çayoela, ceren guicentasunac beguiac tapatcen baitiotça, eta orduan bertce arrain batec escutic balerama beçala guidatcen duela : Norc itsas hondarreco arrainei eman othe diote escola hau ? Tua autem Pater Providentia gubernat
11. Sap. 14.V.3. Aita çure prouidentcia miragarri eternitatecoac (sic). (J. D'Etcheberri)
Car saint Isidore, et Solin disent que les coquillages à perle choisissent pour dirigeant et pour guide le plus âgé d'entre eux : de telle manière que chaque troupe, et chaque groupe possède son chef capitaine, et son commandant que tous suivent, et que si, par fortune, ils s'écartent et s'éloignent dudit dirigeant, malheureusement ils restent perdus.
De la même manière Aristote dit également que les petits des dauphins vont par bande et par troupe ; mais Pline dit que jamais il ne leur manque un ancien pour guide : on raconte aussi que la baleine perd sa vision parce que la graisse obstrue ses yeux, et qu'alors un autre poisson la guide comme s'il la conduisait par la main (sic)12 : qui a donc bien pu enseigner ainsi aux poissons des profondeurs marines ? Tua autem Pater Providentia gubernat. Sap. 14. v.3. Père votre merveilleuse providence éternelle (sic)1.

10Joannes Etcheberri de Sare évoque ici un lieu où se manifeste l'ordre divin (Psaume 104-25) en harmonie avec une vision aristotélicienne, hiérarchisée du cosmos.

  • 13  Le récepteur supposé du Guero est masculin. La femme n'y est envisagée que comme un objet de désir (...)

11Un nouveau paramètre, celui de l'abîme marin, servira également à stigmatiser les périls de l'âme et en particulier le désir sexuel masculin13poussant l'homme à s'unir à la femme. Le coït désigné par deux périphrases, le « péché de chair » (haragiaren beccatua) ou le « péché avec les femmes » (emaztetako beccatua), aura ainsi sa place dans un espace métaphorique inférieur où abysses et Enfer se rejoignent :

Eta itsas hondar gabe hunetan sartcen naicela, eztut vste dela eztaquienik gure arimaren etsaiak direla hirur. Mundua, Deabrua, eta haraguia. Eta hirur hautarik gaixtoena, perilosena, eta barrencorrena dela haraguia. (Axular 1643 : 339-340). Et tandis que je rentre dans cette mer sans fond, je pense que nul n'ignore que les dangers de l'âme sont triples : le Monde, le diable et la chair. Et que le plus néfaste des trois, le plus périlleux, et le plus profond des trois est celui de la chair.

  • 14  Refranes y sentencias, 1596.
  • 15  P. de Lancre se souvient certainement de ses lectures classiques lorsqu'il évoque des « sorcières  (...)

12Nous ne sommes plus loin de l'identification, mer - femme - Enfer présente aussi bien dans des proverbes basques tels que Andrea, sua, taysasoa, guztiz da guextoa [La femme, le feu, et la mer sont très mauvais ] 14que dans le Tableau de l'inconstance des mauvais anges et démons (1612) de Pierre de Lancre15.

  • 16  Perspective dont rend compte également le dicton basque Mundu hunec diduri itsasoa, iguerica eztaq (...)

13Néanmoins, la thématique maritime dans les textes basques classiques renvoie plus volontiers à d'autres schèmes depuis longtemps enracinés dans l'imaginaire européen. Il s'agira par exemple pour Axular de partir d'un adage tiré des Epîtres de saint Grégoire : Vita nostra naviganti similis est..., afin de revenir à la métaphore traditionnelle qui veut que traverser la mer équivaille à traverser la vie.16 :

Ceren untciac, nahi ezpadu ere, berequin baitarama. Hala garamatça bada gu ere gueure adinac eta demborac berequin : ezta pausatceric, ezta guelditçeric, eta ez tricatcerik.(Axular : 62) Car le navire l'emporte avec lui [celui qui navigue] même s'il ne le veut pas. Ainsi nous emportent aussi avec eux notre âge et le temps : impossible de s'arrêter et de se pauser.

14Pour renforcer l'idée d'épreuve et de danger l'accent sera mis sur la faiblesse de l'esquif opposée à l'immensité de la mer. Mais l'image ne prendra tout son sens qu'avec le topos traditionnel de la tempête en mer, valorisée par une esthétique baroque qui met en avant le mouvement (ascendant, descendant, en spirale, circulaire etc.) et les contrastes (clairs-obscurs, fragilité-immensité).

II -Variations sur le motif de la tempête à travers divers fragments :

15Le tableau La tempesta de Giorgione nous rappelle que le motif de la tempête peut également se décliner sur la terre ferme. Si on voulait illustrer un tel exemple par un texte littéraire en langue basque il conviendrait de citer Tartas(1666) :

Çer heldu cen fiñian ? Iencoa on beçala baita iustu, permetitu cian bekhatoré gogor hura igaran ladin çubi batetan eta, iragaiten cela çamariz çubi haren gaiñian, urité, orage, uhazté eta tempesta handi bat ginic, çubia eraman cian urac ; çamalduna eta çamaria berequin erortian urean behera, çamaldun gaixtoac erran lekhuan beré espechoan beré hirur hitçac, Miserere mei, Domine, deabruac haren memoria eta iuiamendia nahassiric, hirur hitz malhurus eta tristé hauc erran cituen hiltcian : Rapiat omnia daemon : erran nahi baita, « deabruac eraman detçala guciac » ; eta manera hartan guiça gaixto harc beré hiltciaz orhitu faltaz asqui ordu onez eta beré penitentiaren sobera luçatuz, beré buria miserablequi galdu cian eta damnatu. (Tartas 1666 [1995] : 86- 87). Finalement, qu'advint-il ? Dieu, dont l'équité égale la bonté, permit que ce pêcheur endurci montât sur le pont et, tandis qu'il le franchissait à cheval, la pluie, l'orage, la montée des eaux et une grande tempête se déchaînèrent. L'eau emporta le pont et avec lui le cavalier et son cheval. Le méchant cavalier, par la faute du diable qui lui avait troublé la mémoire, au lieu de dire les trois mots Miserere mei, Domine, proféra malgré lui ces trois autres malheureux mots : Rapiat omnia daemon. Ce qui signifie « que le diable les emporte tous » ; ainsi cet homme, qui avait tardé à faire pénitence, se perdit-il misérablement et se damna-t-il faute de s'être souvenu à temps de sa propre mort.

16Il s'agit là cependant d'une image beaucoup moins prisée que celle de la tempête en mer, objet principal du deuxième et du troisième volet de cet article. En occident, les diverses migrations transtextuelles de ce motif, qu'elles soient intertextuelles ou hypertextuelles, renvoient généralement au corpus biblique de l'Ancien et du Nouveau Testament ou à sa variante le corpus hagiographique (Legenda Aurea de Jacques Varazze) circulant dans toute l'Europe depuis les époques médiévales. Il en est de même dans la plupart des textes en basque, souvent de brefs fragments, où il figure.

  • 17  ... alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de (...)
  • 18  Alors une énorme masse embrasée, comme une montagne, fut projetée dans la mer, et le tiers de la m (...)

17La première mention apparaît dans le Linguae Vasconum Primitiae (1545) de Bernard Echepare, avec la description d'un paysage maritime eschatologique inspiré de Apocalypse 6 v.1317 et 8 v. 8-918 :

Seynaliac ginen dira aicinetic tristeric
Elementac ebiliren oro tribulaturic
Iguzquia ilharguia odoletan ecinic
Ychasoa samurturic goyti eta veheyti
Hango arraynac icituric ebiliren ialguiric.
(Iudicio generala, 1545)
D'abord, viendront les signes funestes
Tous les éléments seront dans le chaos
Le soleil et la lune couchés dans le sang
La mer rendue furieuse montera et descendra
Les poissons sortis de celle-ci erreront terrifiés.

  • 19  Duronea (1693) : Bouqueta Lore Divinoena bereciac eta Duronea apeçac T.P.S.V. aita Materren liburu (...)
  • 20  B. Larreguy (1777).: Santa Ursula, eta haren lagunac – Sainte Ursule et ses compagnes, in Testamen (...)

18De Bernard Echepare à Duronea (1693) 19les mêmes épisodes bibliques ou hagiographiques sont inlassablement remémorés dès qu'il s'agit d'évoquer la tempête : Noé et le Déluge ; la traversée de la Mer Rouge (chez Tartas, par exemple) ; le parcours de Jonas jeté à la mer et englouti par le « grand poisson » ; les récits évangéliques de La tempête apaisée, de Jésus marchant sur les eaux (Axular), de la tempête et du naufrage de saint Paul narrée dans les Actes des Apôtres (Etcheberri de Ciboure) ; le Psaume 14 du Livre de la Sagesse, les Psaumes 18, 69, 104, 107 ; le périple de sainte Ursule voguant vers les côtes de Cornouailles (Larreguy, 1777) 20 ou le miracle de sainte Claire sauvant les marins de Pise (Haramboure, 1635). À quoi viennent s'intégrer divers proverbes :

  • 21  Repris par S. Pouvreau (1663 - 1665) : Itsasoac adarric ez, pr. 285 : la mer n'a point de branches (...)
  • 22  Repris par S. Pouvreau : Itsasturiaren goizean senhardun, arratzean alhargun, pr. 286 : la femme d (...)
  • 23  Pour les deux exemples cités cf. Arnaud d'Oihénart, Proverbes et poésies basques (1657-1664). Les (...)

Itsasoak adarrik ez - La mer n'a point de branches, à quoi on se puisse prendre quand on se noie. (Oihenart : 1656, proverbe 285) 21
Itsasturuaren emaztea goizean senhardun, arratsean elhargun - La femme du marinier est bien souvent mariée le matin et veuve le soir. 22(Oihenart : 1656, proverbe 286) 23

19On le voit, c'est surtout en tant que manifestation de la colère divine, mais également des épreuves de la vie et du danger de la damnation éternelle que la tempête sera maintes fois utilisée par la littérature édifiante en langue basque. Le point d'orgue en sera fixé par Axular qui achève son livre en donnant tout son sens à la métaphore de la tempête surmontée dans le but de mettre en exergue le port salvateur, autrement dit, le salut de l'âme :

Eta halatan mundu hunetaco itsaso hunen, tormenta guztiac iraganic, azquen finean salbamenduco portura, salboric helduco çarela. (Axular 1643 : 621)
Et qu'ainsi, une fois surmontées toutes les tempêtes de cette mer, en bout de course, vous parviendrez sauf au port du salut.

  • 24  Cf., par exemple, les tempêtes décrites dans le récit de Léry (1578, 1580 : 113-119 ; 518-521).
  • 25  L'ouvrage est publié en deux volumes en 1735 et 1736 sous ! e titre Historia Tragico-Maritima. Em (...)
  • 26  P. Bille me précise : « L'histoire du naufrage de Manuel de Sousa de Sepúlveda (1552), d'abord pub (...)
  • 27  Le texte a été édité pour la première fois par Txomin Peillen en 1983 dans une graphie actualisée. (...)
  • 28  Cf. Manuel Garagorri Larramendi (1690 - 1766), auteur, entre autres, du Diccionario trilingue del (...)

20Les récits de voyage, très en vogue en Occident depuis le Moyen Age (pèlerinages vers Jérusalem, Rome et Saint-Jacques de Compostelle), connaissent un regain d'intérêt à partir du XVIe siècle grâce aux nouvelles voies maritimes menant vers les Indes Occidentales. Nous nous trouvons là face à une autre source possible d'inspiration. L'évocation du récit réel permet ainsi l'émergence des récits mythiques d'Ulysse et d'Enée et des récits bibliques et hagiographiques évoqués plus haut. Les descriptions de tempêtes figurant dans les récits de voyage devront parfois autant aux migrations intertextuelles du motif qu'à l'expérience du narrateur24. Nous pouvons en voir un exemple chez les auteurs européens canoniques du XVIe siècle comme Rabelais (1552 : § XVIII du Quart Livre), Shakespeare (La Tempête) ou Erasme (Naufragium). Quant aux récits de rescapés, ils occupent une place à part au sein de ce corpus. Ils furent édités sous forme de plaquette dès le XVIe siècle au Portugal. Bernardo Gomes de Brito en rassemblera onze qu'il publiera en deux volumes à Lisbonne sous le titre de Historia Tragico-Maritima25 (1735 et 1736). Ils relatent les naufrages de plusieurs grandes nefs portugaises parties vers les Indes Orientales dont celui du galion Saõ Joaô de Manoel de Souza26 qui inspirera Eguiatéguy27. Celui-ci fera figurer le récit dans le chapitre XX de Filosofo huscaldun-aren Ekheïa - L'opinion du Philosophe basque, sous le titre larramendien28 de Egokidias - sur la Constance. Il s'agit là, à ma connaissance, de l'unique allusion intertextuelle en langue basque à l'un de ces récits de rescapés. Eguiatéguy fait référence à l'expédition menée par De Souza et à sa fin tragique après le décès de sa femme et de ses deux enfants qui l'accompagnaient. Son objectif n'est pas de raconter une histoire mais de tirer une morale. La mer en furie, le naufrage, les ‘Cafres’, les terres inhospitalières sont autant d'éléments négatifs au comportement incertain qui servent de repoussoir afin de mettre en lumière la Constance, vertu incarnée par Doña Leonor, l'épouse courageuse de Manoel de Souza. Le fragment sur la tempête et le naufrage est particulièrement intéressant pour son intensité dramatique.

III - Trois textes emblématiques sur la tempête :

  • 29  Selon la segmentation en vigueur en France, est classique l'époque qui va de la période baroque à (...)

21Certes, les textes classiques29 d'expression basque où la rhétorique se déploie sur tous ses axes et où le discours dépasse clairement la visée moralisatrice pour aborder les domaines de l'esthétique sont rares ; on remarque cependant que le corpus se réduit encore si l'on procède par thèmes et par motifs. C'est ainsi que pour le motif de la tempête en mer, seuls trois textes basques se différencient de l'ensemble aux XVII et XVIII siècles :

  • Premiazco othoitçac Les prières nécessaires] figurant dans le chapitre VII de Itsassoco othoitcen araldea [La série des prières pour les voyages en mer] du Manual Debotionezcoa [Le Manuel de Dévotion], 1627), de Joannes Etcheberri de Ciboure (1627).

    • 30  Cf. Ms 97 du Musée Basque de Bayonne, 1798 ; édition Urkizu 1987 ; édition Elortza, non-datée.

    Itsassoco Perillac [Les Périls de la Mer]30.

    • 31  Cf. Ms 97 du Musée Basque de Bayonne, 1798 ; édition Urkizu, 1987.

    Çarrantçaco Penac Les Peines du Sarrance]31.

22Le même motif se décline de diverses manières. La tempête telle que la présente Joannes Etcheberri de Ciboure sera bâtie, par exemple, sur l'ordonnancement régulier de la gradation et des contrastes pour développer le sujet dans sa totalité ; Itsassoco Perillac [Les périls de la mer] décrira un itinéraire avorté ; le voyage du Sarrance dessinera un périple complet avec un départ, une traversée en direction de l'occident, des tempêtes surmontées et une arrivée à bon port au sud de Terre-Neuve.

III 1. Premiazco othoitçac [Les prières nécessaires]

  • 32  La présentation adoptée lors de l'impression (cf. éditions de 1627 et 1669) pourrait laisser enten (...)
  • 33  Et non 24, comme je l'écris ailleurs de manière erronée (A. Arcocha-Scarcia 1999 : 35).

23Ce texte fait partie d'un ensemble intitulé Itsassoco othoitcen araldea [La série des prières pour les voyages en mer] que Joannes Etcheberri de Ciboure fit figurer dans le deuxième livre du Manual Devotionezcoa (1627). Le chapitre VII, Premiazco othoitçac32 [Les prières nécessaires] qui nous occupe ici, est exclusivement consacré à la tempête. Il est constitué de 23 prières33, ce qui en fait le chapitre le plus long de l'ensemble du corpus de dix chapitres de Itsassoco othoitcen araldea [La série des prières pour les voyages en mer].

• Un corpus original

  • 34  Oihenart laissera entendre également : qu'il [Joannes Etcheberri] trauaillait principalement pour (...)
  • 35  Il convient à ce propos de se souvenir de la critique d'Erasme :
  • 36  Adaptations actuellement publiées d'ailleurs sous le label Textes littéraires français (Introducti (...)
  • 37  En examinant le contenu l'ouvrage de Materre, Dotrina Christiana (1617), subdivisé de manière trip (...)
  • 38  Mentionnons la versification, par exemple. Le mètre qu'affectionne Joannes Etcheberri est le vers (...)

24Concernant la typologie de l'ensemble de ces textes, l'auteur précise bien qu'il s'agit de « prières » (othoitçac) destinées aux marins34. Mais il est toutefois nécessaire de préciser qu'elles n'ont absolument rien à voir avec les oraisons liturgiques récitées ou chantées communément dans l'Europe catholique des XVI et XVIIe siècles à bord des navires35. La démarche de Joannes Etcheberri est en tout cas distincte de celle qui conduisit par exemple Clément Marot et Théodore de Bèze à adapter les psaumes en vers français en 156236. Pour pouvoir apporter une réponse plus exhaustive sur les sources possibles il faudrait examiner la particularité des livres et plaquettes de prières non-liturgiques publiés en Europe dans les deux traditions, catholique et réformée, entre le XVIe et le XVIIe siècle. Je pense, par exemple, aux prières dévolues à certains corps de métiers particuliers comme ces Prieres pour les soldats et pionniers de l'Eglise reformee (1572-1573 et suivantes). Faisons observer que d'autres ouvrages du même genre, bien « dans la tradition calviniste » (Droz 1960 : 69-71), ont déjà vu le jour à Genève, à Orléans et à Lyon notamment, entre 1560 et 1660. Quant au domaine basque, le seul exemple connu de prières en basque pour les marins auquel Joannes Etcheberri de Ciboure pouvait se référer se trouvait dans la Dotrina Christiana (1617) d'Estève Materre37. L'écart qui existe entre les oraisons traditionnelles représentées par la typologie adoptée par Materre, et les textes de Joannes Etcheberri est flagrant38 mais il s'agit là d'un débat qui dépasse le cadre dévolu au présent article.

25Revenons à l'évocation de la tempête en mer et plus précisément à la manière qu'a Joannes Echeberri de l'évoquer dans le chapitre VII.

• Une esthétique baroque

26Les 23 titres des diverses poésies-prières du chapitre VII reflètent la structure graduelle adoptée pour évoquer la montée de la tempête depuis le calme jusqu'au naufrage. Ici encore plus que dans les autres chapitres, l'attention est focalisée sur les mouvements ascendants, descendants et les contrastes, la plupart du temps binaires, de taille, d'intensité lumineuse, sonores. La simple lecture linéaire des divers titres du chapitre VII peut nous en donner une idée : BVRV VII. Premiazco othoitçac- [CHAPITRE VII. Les prières nécessaires]

  • Calman [Par temps calme].

  • Continuatçen badu [Si ça continue]

  • Haiçe contracoa denean [Quand le vent est contraire]

  • Vria deneco [Pour quand il pleut]

  • Goibel deneco [Pour quand il fait sombre]

  • Tormenta denean [Par gros temps]

  • Irauten badu [Si ça dure]

  • Promessa Iaincoari [Promesse à Dieu]

  • Vntçiaren Patroñari. [Au Patron du navire]

  • Itsassoco bertce Patroñei [Aux autres Patrons de la mer]

  • Promessaren complitçeco [Pour accomplir la promesse]

  • Vrez ondoratçeco perillean [Quand il y a danger de s'abîmer au fond après que le navire ait pris eau]

  • Khassatçen duenean [Quand il chasse]

  • Vntçiac iotçen duenean edo encaillatçen denean [ Quand le navire frappe [le fond] ou qu'il s'échoue]

  • Vntçico deusac egotztean [Quand on jette les choses du navire]

  • Eçin portua hartuz penatçean [Quand [le navire] peine sans réussir à atteindre le port ]

  • Etsituric costaratçean [Quand, désespérés, on est emportés vers la côte]

  • çur puxcean lehorrera venturatçean [Quand sur le morceau de bois on s'aventure vers la terre ferme]

  • Biçiaz etsitçeraco menean [ Quand on est sur le point de perdre tout espoir de vivre]

  • Biçiaz etsitu eta [ Une fois que tout espoir de vivre a été perdu]

  • Vntçitic nihor erori denean barrenecoec [Quand quelqu'un est tombé à la mer, ceux du navire (disent cette prière) ].

  • Vntçia bera galtçeco perillean dabillanean, gendeac saluoric promessa [Promesse quand les gens sont saufs alors que le navire lui-même est en danger de se perdre]

  • Promessaren complitçecoa [(Prière) concernant l'accomplissement de la promesse]

  • 39  Cf. également Oyharçabal 2002 : 495-498.

27Chez Joannes Etcheberri de Ciboure, le goût du mouvement, des contrastes et une certaine théâtralité se manifestent jusque dans les effets de langue : déplacements inhabituels des termes à l'intérieur du vers, une esthétique de l'étrangeté, autrement dit un recours conscient et volontaire à des structures agrammaticales (Oyharçabal, 2002 : 484-485)39... Tout ceci fait montre d'une abondance et d'une richesse expressive peu communes et tout à fait originales dans la littérature classique d'expression basque.

  • 40  In Debocino escuarra, mirailla eta oracinoteguia (1635) publié pour la première fois par Lafitte a (...)
  • 41  In Devoten Breviarioa [Le Bréviaire des Dévots], Bernard Bosc, Bayonne 1665.

28La longue variation sur la tempête du chapitre VII permet à l'ensemble de ces paramètres de se déployer d'une manière unique dans la littérature basque de cette époque.. Tant qu'à citer deux exemples contraires qui ne suivront pas la voie ouverte par Joannes Etcheberri, nous pourrions mentionner la prière en prose Tormentan (1635) 40de Joanes Haramburu (ou Haramboure) et un poème de 15syllabes (8 + 7) de d'Argainaratz Tempestaz atacatuac Direnean, Mariñellen oithoitça [La prière des Marins quand ils sont attaqués par la Tourmente] (1665)41.

  • 42  J. Etcheberri estime particulièrement les Jésuites dont il a été l'élève. Cf. poésie dédiée à sain (...)

29Le chapitre VII s'achève par deux strophes de remerciement dédiées à Dieu et aux protecteurs tutélaires que sont la Vierge et saint François Xavier. Ce dernier occupe une place privilégiée dans le panthéon etcheberrien parce qu'il est saint et voyageur et parce qu'il est basque de Navarre, membre de la congrégation des Jésuites42 :

Vntçia bera galtçeco perillean dabillanean, gendeac
saluoric promessa

Iauna vrrical bequiçu othoi gure suspira,
Eta vntçia eçaçu chehatçetic beguira.
Gueure nequez eta içerdiz irabaçi mojanac,
Beguira dietçagutçu hor barrena emanac.
Eta hala eguiguçu gratia Iongoicoa,
Perill handitic vntçia saluo ikhustecoa.
Hartara othoitz eguiçu çuc ere ô Virgina,
Baita çuc ere halaber vntçiaren Patroña.
Orobat çuc ere eguiçu Xauier famatua,
Perilletic dacusagun vntçia guardatua.
Eta çuc Iaincoa hequin laudatçatçu othoitçac,
Eta alegueratçatçu gure triste bihotçac.
Eguiten badarocuçu esque gauden dohaña,
Voçic darotçugu esquer itçuliren ordaña.

Voeu à faire quand les gens sont saufs alors que le
navire lui-même est en danger de se perdre.

Seigneur prenez, de grâce, en pitié notre soupir,
Et protégez le navire de la destruction.
Les biens gagnés par nos peines et notre sueur,
Qui sont à l'intérieur des cales, préservez-les.
Et ainsi Dieu très haut faites-nous la grâce
De voir le navire sauvé du grand péril.
A cette fin, priez vous aussi, ô Vierge Marie,
Et vous également, saint patron du navire.
Vous également, fameux Xavier,
Faites en sorte que notre navire soit préservé du péril.
Et vous Seigneur exaucez leurs prières,
Et égayez nos cœurs attristés.
Si vous nous accordez la faveur que nous demandons,
Nous vous rendrons [montrerons] volontiers notre dû
[reconnaissance].

Elle est suivie par les vers suivant qui closent le chapitre :
Promessaren complitçecoa
Milla esquer ditutçula podoroso Iaincoa,
Çeren caltetic guardatu duçun vntçi flacoa.
Çuec ere esquer hanitz duçuela Sainduac,
Premia handian gure othoitça adituac.
Iduqui gaitçaquetçue çeuen gomendioan,
Behar duqueguno çuen fauore lur bachoan.
[Prière] concernant l'accomplissement du voeu.
Recevez mille remerciements Dieu tout puissant,
Car vous avez préservé du dommage le navire fragile.
Vous, saints, recevez également de nombreux
remerciements,
Pour avoir écouté nos prières dans un grand besoin.
Tenez-nous sous votre protection
Tant qu'ici-bas nous aurons besoin de vos faveurs.

  • 43  La fin du chapitre X, soit l'ensemble du corpus des prières pour les marins se terminant en effet (...)

30Ainsi, le chapitre le plus long et le plus dramatique de Itsassoco othoitcen araldea [La série des prières pour les voyages en mer], s'achève-il sur une structure ascendante, anabasique qui met l'accent sur le salut. En définitive, nous pouvons en dire autant de l'ensemble du corpus comme du Manual43 tout entier.

31Notons que la perspective est toujours ouverte sur l'après voyage, soit sur le succès de l'expédition, et la valeur opératoire de la prière.

III 2. Itsassoco Perillac - Les périls de la mer :

• Le texte

  • 44  La Table des Matières ou Gaucen Aurkhibidea matérialise leur unité. On y lit en effet l'annotation (...)

32Itsassoco Perillac peut être vu comme faisant partie d'une trilogie44centrée sur la thématique du départ vers Terre-Neuve. Il fait partie d'un ensemble de trois textes se trouvant dans un chansonnier daté de 1798 dont le manuscrit est conservé au Musée Basque de Bayonne sous le code Ms 97.

  • 45  Le texte ne le mentionne pas explicitement mais le contexte permet néanmoins de le penser.

33Le premier texte, Partiada tristea [Le triste départ] évoque l'aller à Terre-Neuve au printemps. Après le pathos conventionnel des adieux sur le quai vient l'évocation du destin hasardeux du marin promis à une mort certaine. Le deuxième, Itsassoco Perillac [Les périls de la mer], décrit une tempête lors d'une traversée de l'Atlantique Nord et le troisième, Ternuaco Penac [Les Peines de Terre-Neuve] parle du travail des morutiers45 depuis la fin du printemps jusqu'à la fin de l'été. L'île de Terre-Neuve y est évoquée comme un lieu infernal antithèse du Labourd natal. Les trois textes sont des quatrains d'octosyllabes à la rime suivie AABB, qui comportent 20 strophes pour les deux premiers, 13 pour le troisième.

  • 46  Avec la pagination suivante : depuis la page 1 jusque 11.

34Une lecture linéaire de la trilogie est possible mais il semble bien qu'il faille se diriger vers une lecture autonome de chacun des trois textes qui sont cependant reliés entre eux par une même thématique. Par exemple, le deuxième texte mentionne le même itinéraire vers Terre-Neuve que le premier. Il s'agit cependant d'un nouveau départ, avec des précisions géographiques inexistantes dans le premier texte. Le copiste qui a rédigé la Table des Matières semble avoir adopté cette perspective puisqu'il rassemble les trois chants sous le titre unique de Ternuaco Penac46.

35Le tout est probablement antérieur de plusieurs décades à la date de 1798 qui est inscrite sur le chansonnier. On pourrait situer Itsassoco Perillac dans un cadre historique allant de la fin du XVIIe siècle au Traité de Paris qui marqua la fin de la Guerre de Sept Ans (1763). Terre-Neuve est évoqué mais aucun port n'étant mentionné, il se peut fort bien que le texte ait été écrit après la perte de Plaisance (1713), puisque les Labourdins continueront encore longtemps à aller vers les ports de la côte ouest de Terre-Neuve, Portutchoa, Baya Ederra, Ophorportu, Ulhicillo etc.

• La traversée du Mare tenebrarum vers Terre-Neuve

36Le franchissement des grands espaces océaniques est toujours une épreuve à l'issue incertaine :

Bide luce Ternuarat
Itsassoa çabal harat

Longue est la route vers Terre-Neuve
Immense la mer qui y mène

37La mer représente l'antithèse de la terre ferme. Une fois la montagne repère (Larruri) disparue, le navire sera livré aux flots. Les mouvements saccadés, les cassures rythmiques renvoient à celles subies par le bateau sous la tempête. Le basculement dans le régime nocturne marque l'entrée dans la Mer Ténébreuse Mare tenebrarum où les anciens navigateurs ont localisé leur effroi plutôt que leur expérience (Bachelard 1942 : 138). La progression impitoyable du drame est malgré tout décrite de façon très réaliste. Les dégâts subis par le navire sont, par exemple, précisément situés :

Gaïñeco çubia hautsi
ura tillaperat jautsi
tillapean ura gora
untcia doha ondora
Le pont supérieur s'est brisé
l'eau a pénétré sous le tillac
sous le tillac l'eau monte
le navire va par le fond.

  • 47  Il ne s'agit pas en effet d'une « planche de salut » comme dans le récit paulinien : [Paul] donna (...)

38Comme dans le texte précédent de Joannes Etcheberri, la gradation contribue à la dramaturgie, la contamination métonymique du marin par l'eau annonce le destin fatal du navire tout entier. Dans Itsassoco Perillac comme dans les poésies-prières de Joannes Etcheberri de Ciboure, le bateau finit par naufrager, les marins par tomber à la mer et par s'accrocher à une planche qui ne représentera cependant aucune issue47:

Mariñelac billuciac
luçatu nahiz biciac
uhinpean iguerica
untci pusquei atchiquiqua.
Les marins nus
pour allonger leur vie
nagent sous la vague
aggripés aux débris du navire.

39Ainsi, La nudité des marins, leurs gestes désordonnés et pathétiques ne font que confirmer une image infernale qui peut être un souvenir du Psaume 18 v. 5-6 :

Les flots de la Mort m'enveloppaient, les torrents de Bélial m'épouvantaient ;
les filets du Shéol me cernaient,
les pièges de la Mort m 'attendaient.

40Mais là où le même Psaume parle un peu plus loin (18 v.17) de salut :

Il [Yahvé] tend la main d'en haut et me prend,
il me retire des grandes eaux,
il me délivre d'un puissant ennemi,
d'adversaires plus forts que moi.

41Itsassoco Perillac présente une situation où ne subsistent que douleur et impuissance face à une dissolution dans l'abîme qui exclut tout espoir. Avoir une sépulture dans la mer est en effet synonyme d'anéantissement :

Mariñelaren bentura
Itsasoan sepultura
Seculaco bere fiña
Etcheraco berri miña.
La destinée du marin [est de trouver]
Sa sépulture dans la mer
[Soit] sa fin éternelle
Mauvaise nouvelle pour sa famille.

42En fin de compte, la structure catabasique de Itsassoco Perillac est l'inverse de celle qui sous-tend le chapitre VII de Itsassoco othoitcen araldea. La différence réside ici dans la typologie des textes, n'oublions pas en effet que les poésies de Joannes Etcheberri de Ciboure, qualifiées de « prières », ne peuvent être que catabasiques. Un auteur tel que Axular n'a d'ailleurs pas manqué de souligner le pouvoir opératoire accordé à la prière lors des naufrages :

  • 48  Dans l'édition de 1643, à cause d'une erreur typographique, le chapitre XVII figure à la place du (...)

Erremedio haur dute itsasoan edo handic campoan cofessatu gabe hiltcen direnec : barreneco penitencia, bihotzezco damua eta dolorea, contricionea. Eztute bertcerik, baiña haur dute asco baldin behar den bidean içaiten badute.(Axular 1643 : 197) 48 Ceux qui meurent en mer ou en dehors d'elle sans se confesser ont le recours suivant : la confession intérieure, le remords et la douleur du cœur, la contrition. Ils n'ont rien d'autre mais cela leur suffit, s'ils le reçoivent à bon escient.

43Le récepteur connaît à l'avance les éléments du topos. Il peut ne jamais avoir lu l'Odyssée ou l'Enéide, il lui suffit d'avoir lu ou entendu les récits bibliques les plus connus du Nouveau Testament comme l'épisode de la tempête apaisée ou du naufrage de saint Paul pour que les référents intertextuels agissent et dessinent la trame du récit, même s'ils ne sont pas nommés de façon explicite. Dans le cas de Itsassoco perillac, l'assombrissement du contexte marque un basculement inéluctable. La mer est désormais sombre, infernale, le lieu d'où saint Jean de Patmos voit surgir la Bête de l'Apocalypse (12 v.18 ; 13 v.l) : Et je me tins sur la grève de la mer. Alors je vis surgir de la mer une Bête....

44Il nous renvoie également à Dante imaginant la mort d'Ulysse :

  • 49  Traduction J. Risset.

ché de la nova terra un turbo nacque
e percosse del legno il promo canto.
Tre volte il fé girar con tutte l'acque ;
a la quarta levar la poppa in suso
e la prora ire in giú, com ' altrui piacque,
infin che'l mar fu sovra noi richiuso.

car de la terre nouvelle un tourbillon naquit,
qui vint frapper le navire à l'avant.
il le fit tournoyer trois fois avec les eaux ;
à la quatrième il lui dressa la poupe en l'air,
et enfonça la proue, comme il plut à un Autre,
jusqu'à ce que la mer fût refermée sur nous. (Chant XXVI 137-142)49

  • 50  Contrairement, par exemple au Psaume 69 v. 15-16 :
    Tire-moi du bourbier, que je m'enfonce,
    Que j'éch (...)

45Dans Itsassoco Perillac les marins ne supplient pas50 : Dieu est inaccessible pour les damnés. Bateau et marins sont voués à la disparition dans les eaux noires qui se refermeront totalement sur eux, scellant leur destin comme celui d'Ulysse dans l'Inferno de Dante. Le texte a la structure d'une catabase : mourir en mer équivaut à tomber dans l'abîme infernal, sans rédemption possible.

III 3. Çarrantçaco Penac [Les Peines du Sarrance] :

  • 51  Le vers de 13 syllabes, comme celui de 15 syllabes qu'affectionne Joannes Etcheberri de Ciboure, e (...)

46Çarrantçaco Penac se trouve, comme Itsassoco Perillac, dans le chansonnier du Musée Basque Ms 97. Il est composé de 16 strophes de 13 syllabes51 à la rime suivie AABB. Il s'agit de l'histoire d'un bateau, le Sarrance, qui mit deux mois pour atteindre le port de Plaisance à Terre-Neuve.

47Le je de l'expérience individuelle, qui serait, d'après le contexte, le capitaine ou le commandant du bateau, alterne avec le nous de l'implication collective et du témoignage. Le récit y gagne en vérité. Sa structure chronographique (Molinié 1992 : 78) rappelle la segmentation d'un journal de bord et ajoute à la véracité des événements. Elle fait penser à d'autres chants populaires de marins, de moissons etc. que l'on trouve dans le folklore européen où l'événement est entouré par une série de repères temporels et rythmiques consistant souvent à donner en début de strophe le jour, le mois, voire le nom de tel saint ou sainte.

  • 52  Conférence de J. Pontet : « Le Port de Bayonne sous l'Ancien Régime », donnée le 20 mai 2000 (cycl (...)

48Les faits auxquels se rapporte Çarrantçaco Penac ont dû avoir lieu avant le Traité d'Utrecht de 1713, puisque le port de Plaisance, devenu également par la suite possession anglaise, fut dès lors perdu pour les marins du Labourd. On peut s'interroger aussi sur le nom du bateau. Çarrança est bien l'équivalent basque de Sarrance et sans doute l'abréviation d'un Notre Dame de Sarrance. S'agirait-il du lieu de culte béarnais (Urkizu : 1987, 33) ? On peut peut-être en douter. Il est utile en effet de rappeler que l'une des chapelles du port labourdin de Guéthary, aujourd'hui disparue, fut également consacrée à Notre Dame de Sarrance au XVIIIe siècle (Martin-Ochoa de Alda : 1991, 39). Sa date de construction (1728) est cependant ultérieure à 1713. Josette Pontet a trouvé récemment la trace d'un Notre Dame de Sarrance qui mouillait au XVIIIe siècle dans le port de Saint-Jean-de-Luz. De nombreux navires luziens du XVIIIe siècle avaient pour patronne la Vierge Marie52, mais à ce jour, seul le cas relevé par Josette Pontet nous renvoie au navire évoqué par le texte basque. L'époque pourrait y correspondre mais il faudrait trouver d'autres indications, pouvoir notamment être certain que le Notre Dame de Sarrance a fait partie des campagnes de pêche à la morue sur les bancs au large de Plaisance, si possible avant 1713.

49À mon sens, aucune autre chanson basque ancienne de marin ne nous est parvenue avec de telles précisions temporelles, une telle richesse du détail, de tels accents de vérité. Mais ne nous y fions pas, le récit peut avoir été rapporté à un auteur qui a ensuite procédé à une mise en scène fictive, il se peut également que l'auteur, le je qui apparaît dans le texte, soit vraiment le capitaine qui a réellement été témoin des faits. Il ne faut pas non plus écarter la fiction intégrale : le nom du bateau ne renverrait à aucun bateau ayant réellement existé. Il s'agirait d'un code littéraire fondé sur le topos du bateau en perdition luttant contre les éléments, image largement exploitée depuis Homère dans tout l'Occident. Dernier point, qu'il ne faut pas non plus négliger : il s'agirait d'un hypertexte, adaptation ou « plagiat » d'un texte existant dans une autre langue, limitrophe ou non. De telles migrations sont courantes en ce qui concerne les chants traditionnels et les contes dans le folklore basque comme dans le reste du folklore mondial.

50Quoi qu'il en soit, les couplets ont été écrits en vue de la performance orale. On y décèle en effet une valorisation de la mise en scène. Le souci esthétique est indéniable : les pauses sont marquées, les dates scandées, l'action a divers rythmes, la dramaturgie des événements suit une gradation précise, la plupart des rimes sont riches, ce qui indiquerait un auteur lettré (Haritschelhar 1969 : 436-437). Rien à voir en tout cas avec un journal de bord stricto sensu.

Peregrinatio à travers l'Atlantique Nord vers Plaisance de Terre-Neuve

51Le voyage du Sarrance se déroule en trois phases ponctuées de quatre strophes (strophes 1, 9, 14, 16) qui sont autant de pauses où se fait davantage entendre la voix du narrateur, elles annoncent ce qui vient en aval ou ferment ce qui a été dit en amont. Les lignes qui suivent montreront comment s'articulent pauses et chronographie.

52Les premiers vers annoncent la tonalité dramatique de ce qui va être conté et a pour fonction de captiver un auditoire.

53Le sujet s'implique, Hainitcen ahotican bai diat aditu [Car beaucoup m'ont déjà rapporté], il se situe comme témoin oculaire de faits récents et se fait le porte-parole d'une expérience commune, celle de tout un équipage : haïñac aurthen gurequin içatu balire [Si ceux-là avaient été des nôtres cette année]. Les événements, que l'on devine exceptionnels, ont besoin d'être introduits avec probablement une scansion particulière et des pauses mélodiques destinées à mettre en valeur les mots qui seront dits par la suite :

Haiñitcen ahotican <bai> diat aditu
Demborac lehendanic direla ematu
haiñac aurthen gurequin içatu balire
Mintçatu beharco citeian bertcela ere.

Car beaucoup m'ont déjà rapporté
Que le climat s'est adouci par rapport à celui d'antan
Si ceux-là avaient été des nôtres cette année
Ils auraient bien été forcés de parler autrement.

54Tout le poème s'articulera de cette manière autour des épreuves, minutieusement datées (16 février, 3 mars, 13 mars, 14 mars, la « veille de la saint-Joseph », le 19 avril, le « grand jour de Pâques », le « lendemain de Pâques ») qui suivent le couplet introductif. Chacune des dates vient à propos pour indiquer le déroulement ou l'irruption d'un événement important dans l'histoire de la traversée.

55Ainsi la date de départ sera soulignée parce qu'elle servira désormais de point de repère temporel par rapport aux dates ultérieures. Au contraire le port reste anonyme :

Noïz Ere baitcituen hamasei otsaillac
Eman içan guintian hiritican belac
illhabete hunec guintian fagoratu
ordaiñez martchoac choill cruelqui tratatu.
Quand février en fut à son seizième jour
Nous hissâmes les voiles en sortant de la ville
Ce mois-ci nous fut favorable
En revanche tout le mois de mars nous traita cruellement.

56Dès la fin de la première strophe le drame est annoncé :

Ez huen orduticã hilleren fiñeraiño
Içatu paussuric guretçat egundaiño

Depuis lors, jusqu'à la fin du mois
Il n'y eut jamais plus de répit pour nous.

57Toutes les dates qui seront données par la suite ont un lien avec les diverses phases de la tempête et surtout de ses conséquences directes sur le bateau. Le bateau, élément central, nommé, personnifié, dont l'épreuve commence le 3 mars par une véritable guerre contre une mer « armée de vents » (Itsassoa çuan haicez ossoqui armatcen). La bataille ne faisant que s'amplifier par la suite avec des éléments devenus cataclysmiques :

Hamalaurean huen haicea hain ha(i)ndi
Halaber itsassoa hanbat icigarri.

Le quatorze le vent était si fort
La mer de même était si épouvantable.

58Des précisions techniques au sujet des dommages subis suivront ensuite : cassure du perroquet (papaïo hauste) ; pertes d'hommes tombés de la hune (gabiatic galtce) ; bateau qui semble devoir être coupé en deux par la mer démontée (Espantitceco huen nola gure untcia /Etcen erdiratu, egun hartan, gucia). À certains moments les descriptions se font très précises comme lorsqu'il s'agit de réparer le gouvernail :

Hirur palencuz guindian lema truncatu
eta sahessetaric palenquiñez hartu
Lema bastoiña Ere fite çuan moldatu
eta delienqui bere toqhiañ sarthu.

A l'aide de trois palans nous tronquâmes le gouvernail
Et le fixâmes à l'aide de palanquins placés sur les côtés
Le bâton du gouvernail fut vite réparé
Et diligemment placé au bon endroit.

59Après cet incident survient une seconde distanciation à la strophe 9, avec une brusque irruption du je et d'un syntagme verbal au présent au quatrième vers :

aithortcen diat ni sobra naicela flaco
j'avoue que ne m'en sens pas la force

60qui renvoie à la performance en train de se dérouler (le chant) et au lien narrateur – écoutant - lecteur :

Bertce egunez deus ez erranagatic
ez quintuan batere hobequi horgatic
gure egun gucietaco penen errateco
aithortcen diat ni sobra naicela flaco.

Même si rien n'est signalé à propos des autres jours
Cela ne signifie pas que nous fussions mieux pour autant
Pour raconter nos peines quotidiennes
J'avoue que ne m'en sens pas la force.

61Dorénavant, la datation sera plus floue. Aucune précision temporelle ne sera donnée entre les strophes 9 et 14. Cette deuxième phase marque une progression dans la gravité des dommages subis par le bateau. Le champ lexical de la guerre s'amplifie, le nous, formé par le bloc compact de l'équipage combat contre un adversaire expert dans l'attaque surprise. Les hommes affairés à combler une première voie d'eau dont il faut chercher l'origine perdent à ce moment-là la notion du temps. Les détails techniques sont donnés là également de manière très précise :

Ez cituan Ez choillqui haïce itsassoac
gure hituen Etsai Egun oroz coac
bertce Etsai berri bat çuan hequin juntatu
trompan bietaco ura betan aguertu.

Il ne s'agissait pas seulement du vent et de la mer
Nous avions aussi les ennemis de tous les jours
À eux se joignit un nouvel ennemi
(Une grande fuite d'eau ?) surgit brusquement (en trombe ?).

62Cette partie du récit où l'on nous conte la recherche désespérée par les marins de l'origine de la voie d'eau puis la découverte d'une autre brèche et les tentatives vaines pour la réparer est certainement celle qui possède le rythme le plus haletant : mouvements ascendants (le capitaine fait monter ses hommes) :

Ordu hortan nituen bertceac ahantci
Consulta eguiterat goiti igan araci
ur hura Nondican heldu othe cen Jaquiteco
Eta guero cenbait Entsaju eguiteco.
À cette heure j'oubliai tout le reste
Je fis monter les gens de l'équipage pour les consulter
Pour savoir d'où pouvait bien venir cette eau
Et pour ensuite procéder à quelques tentatives.

63descendants (les marins plongent –apparemment- dans la soute inondée du bateau), course des hommes depuis l'avant (proue), vers le côté gauche du bateau (babord) :

  • 53  Traduction incertaine.

Haiñitz luçatu gabe baçuan berria
Brancaren azpitican cela ithurria
halaber orain bacela aborreco aldean
Istupac utcia beso bat uhartecan.

Peu après le bruit courut
Que la source se trouvait sous la proue
Que de même il y avait à présent vers le bâbord
(Une brèche sans étoupe de la largeur d'un bras ?)53.

  • 54  Pour rembourrer la brèche ?

Ordu hartan citeïan bai deliberatu
Purriña ematerat laster Enssaïatu
Brancaren Ezpartza nola ur handian baitcen
Alferric cituan hartaco pulupatcen.
C'est là qu'ils décidèrent
De vite essayer de mettre (de la bourre ?)54
Comme la sparte de la proue était noyée dans une eau profonde
Leurs plongeons ne servaient à rien.

64Nous pouvons chercher une logique dans le récit et supposer que la deuxième voie d'eau ayant été comblée avec succès, le bateau est sauvé. Mais rien n'explique en revanche l'arrêt brutal dans la description de la tempête. Certaines strophes sont-elles manquantes ? Quoi qu'il en soit, la strophe suivante arrêtera le processus, c'est à dire le déroulement de l'histoire de la tempête. L'individu, le je, s'est à nouveau effacé derrière le nous collectif pour se placer dans le présent de l'après tempête. Il s'agit du présent joyeux dialectiquement opposé au passé tragique de la tempête qui n'est plus qu'un souvenir. La strophe a la même structure que les prières de remerciements qui font d'ailleurs partie du topos de la tempête surmontée (cf. Etcheberri de Ciboure) :

Oh ! bada çuc daquiçu, Jauna, handia,
Ordu hartaco gure bihotcen berria
fagoratu guintuçun, jauna, çure graciez
esquerrac mereci ditutçu bethi ordainez.

Oh ! Seigneur tout puissant, vous savez bien
Quelle était la disposition de nos cœurs à ce moment-là
Vous nous aviez aidé, Seigneur, par votre grâce
Vous méritez en retour des remerciements éternels.

65En réalité les remerciements annoncent la strophe suivante qui termine la narration en décrivant le sauvetage du bateau le « grand jour de Pâques » (bazco egun handian) et l'arrivée au port le lendemain (biharamunean) :

Aphirillac cituen justu hemeretci
noiz ere baiquinduen zundez ardietsi
bazco egun handian guinduen atheratu
biaramunean Placentçan barnan sarthu.

On était juste le dix-neuvième jour d'avril
Quand nous atteignîmes le fond avec la sonde
Nous nous nous tirâmes du mauvais pas le grand jour de Pâques
Le lendemain nous pénétrâmes dans la baie de Plaisance.

66Dans la dernière strophe on retrouve l'individu, le témoin. Les compagnons, sauvés du naufrage et d'une mort qui était annoncée, se sont éloignés et sont retombés dans l'ombre. À l'inverse, le bateau s'anime, acquiert une identité héroïque, focalise toute l'attention. Le couplet final renvoie ainsi directement, de façon circulaire, au titre Les peines du Sarrance :

Fofertsa behar diat hemen bai aiphatu
Cembat untci gacho hura cen tormentatu.
Jaquin eçac Çarrantça dela haren icena,
Jaungoicoac bethi demola fortuna ona.

Oui, je dois mentionner ici l'événement
Dire combien ce navire-là fut tourmenté,
Sache qu'il se nomme Sarrance
Que le Très Haut lui assure à jamais bonne fortune.

  • 55  Cf. la résurgence du topos maritime, déjà évoqué, de l'embarcation fragile opposée à l'immensité d (...)
  • 56  Je remercie Jean Haritschelhar pour les renseignements qu'il m'a donnés à ce sujet. Cf. J. Haritsc (...)

67L'épopée du Sarrance est basée sur l'ensemble des codes habituels de la tempête : gradation dramatique, mouvements, champ lexical guerrier (combat, défaite-victoire), arrivée au port, remerciements... Le récit s'achève significativement le lendemain du jour de Pâques, ce qui devrait interpeller le lecteur. Ne suit-il pas une structure anabasique basée sur le récit évangélique de la Passion et de la Résurrection du Christ ? Le Sarrance, frêle esquif secoué dans la tourmente55 tomberait alors dans les ténèbres pour échapper définitivement au danger le jour de Pâques et arriver triomphant à Plaisance le lendemain, deuxième jour festif56, une manière d'insister et d'amplifier le processus dynamique du salut. Il s'agit-là d'une structure présente traditionnellement dans la littérature tant savante que populaire basée sur la typologie des Evangiles qui :

ne pouvaient guère prendre plus de soin qu'ils ne l'ont fait pour synchroniser la Cruxifixion avec la fête de la Pâque, de façon à rendre parfaitement clair que la Passion, telle qu'ils l'ont vue, était l'antitype du sacrifice de Pâques (Fry 1984 : 241)

68Ces derniers éléments font finalement pencher la balance pour le côté fictionnel de Çarrantçaco Penac. En n'excluant pas, en dernière analyse, une origine mixte qui prendrait appui sur un récit réel relayé ensuite par la conjonction des éléments propres au topos de la tempête alliés à la typologie chrétienne de la Passion et de la Résurrection du Christ.

Haut de page

Bibliographie

ARGAIGNARATZ, (D') 1665 [1910]. Tempestaz atacatuac Direnean, Mariñellen othoitça [La prière des Marins lorsqu'ils sont attaqués par la tourmente], in Devoten breviarioa [Le bréviaire des dévots] Bosc, Bayonne ; nouvelle édition conforme à la première par J. Vinson : 1910, Chalon-sur-Saône.

ARCOCHA - SCARCIA, A. 2001. Deux imprimeurs rochelais du XVIe siècle : Pierre Haultin, imprimeur du Testamentv Berria (1571) traduit par Jean de Liçarrague, et Jean Portau, imprimeur de l'édition 1579 des Voyages avantvreux du capitaine-pilote Martin de Hoyarsabal de Ciboure. In Eugène Goyeneche. Omenaldia – Hommage, collection Lankidetzan, Eusko Ikaskuntza Donostia – San Sebastián.

ARCOCHA - SCARCIA, A. 2000. « Pierre Detcheverry dit « Dorré », pilote et cartographe labourdin du XVIIe siècle, traducteur en euskara du routier d'Hoyarsabal de 1579 », in Autour de Bertrand d'Etchauz, Evêque de bayonne (fin XVIe – début XVIIe siècle), Actes du colloque des 17 & 18 septembre 1999, textes réunis par Pierre Hourmat et Josette Pontet. Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne, Bayonne.

ARCOCHA - SCARCIA, A. 1999. « Itsassoco biayetaco othoitcen araldea [La série de prières pour les voyages en mer], de Joannes Etcheberri de Ciboure (1627) ». « Présentation et orientation du discours. », Lapurdum IV, 1999.

ARKOTXA – SCARCIA, A. 1998. « Ternuaco Penac deitu idazkiaz zenbait ohar » [Quelques remarques à propos du texte Ternuaco Penac], Lapurdum III, Bayonne, décembre 1998.

AXULAR, 1643 [1988] Gvero, [Après], Edition facsimilée, Euskaltzaindia – Académie de la Langue Basque, Bilbao.

BACHELARD, G. 1979. L'eau et les rêves. Essai sur l'Imagination de la matière, Librairie José Corti, Paris.

Bible de Jérusalem (La), Desclée de Brouwer, Paris, 1975.

BRUNEL, P. 1992. Mythocritique. Théorie et parcours, Puf écriture, Paris.

DANTE, 1314 / 1992. La Divine comédie. L'Enfer - Inferno. Edition bilingue. Traduction de Jacqueline Risset, Flammarion, Paris.

DELUMEAU, J. 1978. La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles). Une cité assiégée, Fayard, Paris.

DROZ, E. 1960. Barthélémy Berton, 1563-1573. Droz, Genève.

DURONEA, 1693. Bouqueta Lore Divinoena bereciac eta Duronea apeçac T. P.S. V. aita Materren liburuari emendatuac. Bayonne.

EGUIATEGUY, 1785 [1983]. Filosofo huscaldun-aren Ekheïa [L'opinion du Philosophe basque] Edition de Txomin Peillen, Euskaltzaindia – Académie de la Langue Basque, Bilbao.

ELORTZA G. (non-daté). « Ternuaco oihartzuna euskal olerkigintzan »[L'écho de Terre-Neuve dans la poésie basque], in Itsasoa 3, Etor, Donostia-San Sebastian.

Encyclopédie des symboles, Astrologie, Cabale, Mythes, Alchimie, Divinités et Croyances, Héros et Légendes, 1989. Édition française basée sur le texte allemand de Hans Biederman dont le titre original est Knaurs Lexikon der Symbole (éditions Knaur), textes complémentaires et réaménagements des articles : Michel Cazenave, avec la collaboration de Pascale Lismonde, La Pochothèque, Paris.

ERASME, 1992. Éloge de la Folie, Adages, Colloques, Réflexions sur l'Art, l'Éducation, la Religion, la Guerre, la Philosophie, Correspondance, édition établie par Claude Blum, André Godin, Jean-Claude Margolin et Daniel Ménager, Robert Laffont, Paris.

ETCHEBERRI, J. (de Ciboure) 1669. Manual Debotionezcoa..., Bordelen, I. Mongirion Millanges. Edition facsimile de cette seconde édition, Hordago, Saint-Sébastien, 1978. L'édition critique de la première partie du Manual Debotionezcoa (éd. 1669) a été établie par P. Altuna, Euskaltzaindia-Académie de la Langue Basque, Bilbao, 1981.

ETCHEBERRI, J. (de Ciboure) 1645. Noelac, eta berce canta espiritual berriac. Iesus Christoren biciaren mysterio principalen gañean. Eta sainduen ohoretan besta buruetacotz. Ioannes Etcheberri Doctor Theologoac eg[n]ñac (sic) Bordelen, Gvillen Millanges Erregueren Imprimatçaillea baithan, 1645 [Les Noëls et autres chants spirituels nouveaux. Sur le mystère principal de la vie de Jésus-Christ. Et sur les fêtes en l'honneur des saints, composés par Ioannes Etcheberri, Docteur en Théologie, à Bordeaux, chez Guillaume Millanges, Imprimeur du Roi].

ETCHEBERRI, J. (de Ciboure) 1627. Manual Debotionezcoa... [Le Manuel de Dévotion], Bordelen, Gvillen Millanges, Erregueren Imprimat çaillearenean. [Première édition]

ETCHEBERRI, J. (de Sare) [non-daté]. Lan osoa 1712-1718, œuvres complètes, Joannes d'Etcheberri de Sare. Reprint de l'ouvrage publié en 1906 par Julio de Urquijo, Obras vascongadas del doctor labortano Joannes d'Etcheberri (1712) con une introduccion y notas por Julio de Urquijo é Ibarra, Paris., avec adjonction, pour la présente édition, d'une présentation de Xarles Videgain, ouvrage publié en collaboration avec l'UPRESA n° 5478 du CNRS, éditions Atlantica, Pau.

ETXEPARE, B. 1545 [1995]. Linguae Vasconum Primitiae, 1545 – 1995. Lehen euskal liburu inprimatua..., euskara, español, english, français, deutsch, italiano, Euskaltzaindia, Bilbo. [cette édition contient également le fac-similé du texte de 1545 édité chez Morpain à Bordeaux]

FRY, N. 1984. Le Grand Code. La Bible et la littérature. Préface de Tzvetan Todorov. Collection Poétique, Seuil, Paris.

GASTELUÇAR, B. 1686. Eguia catholicac salvamendv eternalaren eguiteco necessario direnac [Les vérités catholiques qui sont nécessaires pour assurer le salut éternel], Ioannes Desparatz, Pau.

GENETTE, G. 2002. Seuils, Points Seuils, Paris.

GENETTE, G. 1982. Palimpsestes, Seuil, Paris.

GUEGUEN, A.G. 1990. L'histoire véritable de certains voiages périlleux et hazardeux sur la mer... (1599) du capitaine Bruneau. Groupement d'Etudes Rétaises, Cahiers de la Mémoire, Revue d'Art & tradition populaires d'archéologie et d'histoire, n°40, La Rochelle.

HARAMBOURE, J. 1635 [2000]. Edition de Pierre Charritton des textes Tormentan – [Dans la Tourmente] et Arrançan - [Pendant la pêche] dans une orthographe actualisée (Marinelen Debocinea [La Dévotion des Marins] in Debozino escvarra, mirailla eta oracinotegvia, P. de la Court, Bordeaux), "Debocino Escuarra, Mirailla eta Oracinoteguia (1635)", in Litterae Vasconicae 7, 2000. Cf. en outre l'édition par Pierre Lafitte dans une orthographe actualisée du texte Tormentan (Marinelen Debocinea - [La Dévotion des Marins] in Debozino escvarra, mirailla eta oracinotegvia, P. de la Court, Bordeaux), in Eskualdunen Loretegia. Lehen zatia (1645 – 1800), Baiona 1931.

Histoire d'un voyage en la terre du Brésil, 2000. Journées d'étude Jean de Léry (10 et 11 décembre 1999), Centre Montaigne, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, Pessac.

Histoires tragico-maritimes. Trois récits portugais du XVIe siècle. 1992. Traduction de Georges Le Gentil. Préface de José Saramago, édition Chandeigne, Paris.

HARITSCHELHAR, J. 1985. « Bereterretxen Khantoria Commentaire littéraire », Simbolae ludovico mitxelena septuagenario oblatae, pars altera, Victoria.

HARITSCHELHAR, J. 1969. Le poète souletin Pierre Topet-Etchahun (1786-1862). Contribution à l'étude de la poésie populaire basque du XIXe siècle. Société des Amis du Musée Basque. Bayonne.

HOMÈRE, 2000. L'Odyssée, traduction de Victor Bérard, introduction de Paul Demont, notices, index et notes de Marie-Pierre Noël, Librairie Générale Française, Paris.

LANCRE, P. (de) 1612 [1982]. Tableau de l'Inconstance des Mauvais Anges et des Démons où il est amplement traité des sorciers et de la sorcellerie, introduction critique et notes de Nicole Jacques-Chaquin, Aubier, Paris.

LAFITTE, P. 1967. L'Art Poétique Basque d'Arnaud d'Oyenart (1665). Ed. Gure Herria, Bayonne.

'LAFITTE, P. 1931. Eskualdunen Loretegia. XVI garren mendetik hunako liburuetarik bildua. Lehen zathia (1645-1800). Lasserre liburutegian salgei, Baionan.

LARRAMENDI, M. (El Padre) 1745 [1984]. Diccionario Trilingüe del Castellano, Bascuence, y Latin. (...) Su Autor. El Padre Manuel de Larramendi, de la Compañia de Jesus. Dedicado a la Mui Noble, y Mui Leal Provincia de Guipuzcoa. Con Privilegio en San Sebastian : Por Bartholomè Riesgo y Montero, Impressor de dicha M N y M. L. Provincia, Ciudad de San Sebastian, su Consulado, y de la Real Compañia Guipuzcoana de Caracas. Tome I et II [Edition facsimile, Editorial Txertoa, San Sebastián, 1984].

LARREGUY, B. 1777 [1978]. Testamen çaharreco eta Berrico historioa, M. de Royaumontec eguin içan duenaren berriro escararat itçulia ; exemplu eta erreflexione sainduequin ; bi Liburutan eçarria. Bi-garren liburua : Testaman Berria Cembeit Sainduen Bicitcearequin. [L'histoire de l'Ancien et du Nouveau Testament, traduction en basque de l'ouvrage qui fut écrit par M. de Royaumont ; avec des exemples et des réflexions saintes ; présenté en deux livres. Deuxième livre : Le Nouveau Testament avec la vie de quelques saints]. Edition facsimile, Hordago, San Sebastián, 1978.

MAROT, C- BEZE, T. (de) 1562 [1986]. Les Psaumes en vers français avec leurs mélodies. Fac-similé de l'édition genevoise de Michel Blanchier, 1562. Publié avec une introduction de Pierre Pidoux. Droz, Genève.

MATERRE, E. 1623 [1617]. Dotrina Christiana [La Doctrine Chrétienne]. Bigarren impresionearen debocinozco othoitz eta oracino batçuez berreturic [Deuxième édition augmentée de quelques prières de dévotion et d'oraisons], 2e édition (lère édition perdue), J. Millanges, Bordeaux.

MESQUITA PERESTRELO, M. (de) [1995]. Le naufrage de la nef São Bento. Traduit du portugais par Philippe Bille. Le Passeur, Nantes.

MICHELENA, L. 1964. Textos arcaicos vascos. Minotauro, Madrid.

MICHELET, J. - LOTI, P. 1999. La tempête d'octobre 1859 à Saint-Georges-de-Didonne & Après une lecture de Michelet par Pierre Loti. Rumeur des Âges, La Rochelle.

MOLINIE, G. 1992. Dictionnaire de rhétorique. Le Livre de Poche. Paris.

OCHOA DE ALDA, J-M. 1991. « L'église saint-Nicolas », in Guéthary (ouvrage collectif), éditions Ekaina, Saint-Jean-de-Luz.

ORPUSTAN, J.-B. 1999. « Un type de ‘paratexte’ dans la littérature basque de la première moitié du XVIe siècle : les dédicaces. », Actes du colloque de Bayonne Les lettres basques au temps d'Axular, Lapurdum n°4, Bayonne.

OIHENART, A. (d') 1656 / 2000. Proverbes et poésies basques (1657-1664), édition trilingue (basque, français, espagnol) présentée par J.-B. ORPUSTAN.

OIHENART, A. (d') 1638 / 1656 [1992]. Notitia Utriusque Vasconiae, tum Ibericae, tum Aquitanicae, qua praeter situm regionis et alia scitu digna, Navarrae Regum, Gasconiae Principium, caeterarumque, iniis, insignium vetustae et dignitate familiarum stemmata ex probatis Authoribus et vetustis monumentis exhibentur. Accedunt Catalogi Pontificum Vasconiae Aquitanicae, hactenus editis pleniores. [Noticia de las dos Vasconias, la Ibérica y la Aquitana, en la que se describen, además de la situación de la región y otras cosas dignas de conocerse, la genealogía de los reyes de Navarra, de los principes de Gascuña, y otras familias ilustres por su antigüedad y dignidad, conforme se hallan en los autores antguos : Se añaden los catálogos de los Prelados de la Vasconia Aquitana, más completos que los publicados hasta ahora...

Reproduction facsimile de la deuxième edition, Paris 1656, étude préliminaire de Ricardo Ciervide, traduction du texte latin en espagnol de Javier Gorosterratzu, Eusko Legebiltzarra - Parlamento Vasco, Vitoria-Gasteiz, 1992.

OYHARÇABAL, B. 2002. « De l'usage de l'étrangeté syntaxique : les structures agrammaticales dans le versification basque du 17ème siècle. » In Erramu boneta : Festschrift for Rudolf P. G. de Rijk, Xabier Artiagoitia, Patxi Goenaga, Joseba A. Lakarra (arg. / eds.), ASJU, Universidad del País Vasco – Euskal Herriko Unibertsitatea, Bilbao – Bilbo.

OYHARÇABAL, B. 2001. « Statut et évolution des lettres basques durant les XVIIème et XVIIIème siècles », Lapurdum n° 6, Bayonne.

OYHARÇABAL, B. 1999. « Les prologues auctoriaux des ouvrages basques des XVIe et XVIIe siècles », Lapurdum n° 4 Numéro spécial, Bayonne.

POUVREAU, S. 1663-1665. Dictionnaire basque-français. Transcription et édition critique réalisée par Mari Jose Kerejeta. Travail non-daté et inédit.

RABELAIS, F. 1552 [1967]. Le Quart Livre des faicts et dicts Heroiques du bon Pantagruel. Composé par M. François Rabelais docteur en Medicine. Editions Gallimard et Librairie Générale Française, Paris.

Refranes y sentencias (1596) [1996]. Edition critique de Joseba Lakarra Andrinua, Real Academia de la lengua – Euskaltzaindia, Bilbo.

SHAKESPEARE, 1623 [1959]. La Tempête in Oeuvres Complètes II, Comédies – Tragédies, Présentation par Henri Fluchère, Bibliothèque de La Pleïade, Paris.

TARTAS, I. 1666 [1995] Onsa Hilceco Bidia [Le chemin du bien mourir]. Edizio kritikoa Patxi Altunak paratua. Deustuko Unibertsitatea, Bilbao.

URKIZU, P. 1987. Bertso zahar eta berri zenbaiten bilduma (1798) [Recueil de certains couplets, anciens et nouveaux (1798)]. Durango.

VORAGINE, J. 1967. La Légende Dorée, Tome I et II Traduction de J.-B. M. Roze, Chronologie et introduction par Hervé Savon, Garnier Flammarion, Paris.

VIRGILE (édition du XIXe siècle non-datée). L'Enéide, édition bilingue in Œuvres de Virgile... Nouvelle Edition... par Félix Lemaistre et précédée d'une étude sur Virgile par M. Sainte-Beuve, Bibliothèque latine – française, Garnier Frères, Paris.

Manuscrits consultés :

Pour les textes Ternuaco Penac et Çarrantçaco penac :

— Ms 97 du Musée Basque (Bayonne). Pour les textes de J. Eguiatéguy :

— Ms Celtique Basque 154 de la Bibliothèque nationale de France (Paris).

— Ms Celtique Basque 155 de la Bibliothèque nationale de France (Paris).

— Ms Celtique Basque 156 de la Bibliothèque nationale de France (Paris).

Document audio consulté :

Pour l'audition de The Tempest de Matthew Locke : Teldec classics international GMBH, Hamburg, Germany, 1998 (in Biber : Battalla, Locke : The Tempest, par Il Giardino Armonico).

Haut de page

Notes

1  Cf. notamment A. Arkotxa : Imaginaire et poésie dans Maldan behera de Gabriel Aresti (1933-1975), in ASJU, Donostia-San Sebastián 1993 ; « La mirada malévola de la luna en La ahijada de Jon Mirande (1925-1972) » in Anthropos, Barcelona 2000 ; « Bidaia-ikuspegiak A. Abbadiaren 1835eko karnetean » [Perceptions sur le voyage à travers les carnet de 1835 d'Antoine Abbadie d'Arrast], in Ed. Euskaltzaindia et Eusko Ikaskuntza, Donostia-San Sebastián, 1998 ; « L'Orient comme virtualité dans le carnet de 1835 d'Antoine d'Abbadie, in Lapurdum II, Bayonne 1997 ; « Mirande eta Thanatos : heriotz heroikoa [Mirande et Thanatos – la mort héroïque], KM, Diputación Forai de Gipuzkoa, Donostia, 1997 ; « Arestiren hiri mitikoak [Les villes mythiques de Aresti], in Hegats, Donostia, 1997.

2  Les traductions en français figurant dans cet article m'incombent sauf celles des fragments tirés de J. Etcheberri de Ciboure et du texte Çarrantçaco penac, réalisées avec la collaboration de B. Oyharçabal.

3  Nous pouvons en trouver cependant de brèves références dans Notitia Utriusque Vasconiae, tum Ibericae, tum Aquitanicae... (1638) : Dans leur quasi totalité, ils s'adonnent à la navigation, dans laquelle ils sont excellents, et faisant des voyages annuels vers la partie septentrionale de l'Amérique que les nôtres dénomment Terra noua, ils ramènent de là-bas de grandes quantités de ces poissons qu'ils dénomment Bacallao et les Français Morua, et ils tirent de sa vente beaucoup d'argent.

4  E. Materre Marinelec (1617) : Nota eguin behar dituzten bere othoitçac itsasoan dabilçan demboran. - De quelle manière les marins doivent dire leurs prières pendant qu 'ils sont en mer, ainsi que Itsasoan tormenta ailtchatcen denean erran behar diren Oracinoac [ Les oraisons que l'on doit dire quand la tempête se lève en mer, in Dotrina Christiana – La Doctrine Chrétienne ]
B. Gasteluçar (1686) : Cf. en particulier le chapitre Hanitz kondizionetako presunentzat (Marinela, Arrantzalea...) [Pour les personnes de diverses conditions (le Marin, le Pêcheur...)] in Eguia catholicac salvamendv eternalaren eguiteco necessario direnac [Les vérités catholiques qui sont nécessaires pour assurer le salut éternel]. Je ne connais le texte que d'après l'édition de Lino Akesolo (Euskaltzaindia, 1983).

5  P. Decheverry dit Dorre traduit et adapte les Voyages avantvreux, 1578, de Martin de Hoyarsabal, ouvrage publié probablement sous une fausse adresse typographique à La Rochelle (cf. A. Arcocha – Scarcia 2001)..

6  Biscaye est un quartier d'Espagne costoyant la mer oceane vers l'occident pres le Bearn ; le Ciel y est fort doux, et temperé a cause qu 'estant toute entourée de montagnes, elle n'est incommodee, ni par le grand froid, ni bruslée par les ardeurs du Soleil : elle est chargée d'arbres propres a bâtir Navires, abonde en animaux terrestres, maritimes, et volatiles, comme aussi en toutes sortes de fruits, excepté de vin : Il s'y fait grand trafic, a cause des marchandises qui y viennent de France, Angleterre, Pays bas (...). Le fragment est tiré de Atlas, sive cosmographicae meditationes de fabrica mundi et fabricati figura (1583) de Gerard Kremer dit Mercator (1512-1594), mathématicien et géographe flamand.

7  Le seul texte que J. Etcheberri de Sare, docteur en médecine, parvient à faire imprimer de son vivant à Bayonne chez M. Roquemorel, est une plaquette intitulée Lau-Urdiri gomendiozco carta, edo guthuna, [Lettre ou missive de recommandation au Labourd] parue en 1718. L'ensemble des textes transcrits et édités pour la première fois par J. de Urquijo en 1906, ainsi que la réédition de la plaquette de 1718, ont été réédités en reprint au milieu des années 1990 (édition non-datée de Xarles Videgain, UPRESA 5478 du CNRS, Atlantica).

8  Cf. § IX de Itsassoco biayetaco othoitcen araldea [Série de prières pour les voyages maritimes ] in Manual Devotionezcoa 1627.

9  Les Etymologiœ ou Origines d'Isidore de Seville (602–636 apr. J.-C.) sont une sorte d'Encyclopédie des arts et des sciences en vingt livres, utilisée longtemps comme référence.

10  Julius Solinus, auteur de Collectanea rerum memorabilium (vers 200 apr. J.-C), abrégé de L'Histoire naturelle de Pline et de la Géographie de Pomponius Mela.

11  Soit, en français : Mais c 'est ta Providence, ô Père qui le pilote. (Bible de Jérusalem, Psaume 14 v.4). Le passage est restitué ci-dessous dans son entier :
Tel autre qui prend la mer pour traverser les flots farouches,
invoque à grands cris un bois plus fragile que le bateau qui le porte,
Car ce bateau c 'est la soif du gain qui l'a conçu,
C'est la sagesse artisane qui l'a construit ;
Mais c'est ta Providence, ô Père qui le pilote,
Car tu as mis un chemin jusque dans la mer,
Et dans les flots un sentier assuré,
Montrant que tu peux sauver de tout,
En sorte que même sans expérience, on puisse embarquer.
(Livre de la Sagesse, Psaume 14 v.1-4)

12  Pour traduire l'expression escutic balerama beçala [comme s'il la conduisait par la main], nous nous trouvons face à un problème d'ordre sémantique. S'agissant de poissons et non d'êtres humains, la traduction littérale de la comparaison n'est pas possible. On pourrait la contourner en omettant la comparaison mais l'image ne serait plus aussi parlante. Il est d'autre part évident que les deux « poissons », à l'image des autres êtres qui peuplent les fonds des mers mentionnés dans le récit, sont ici perçus également sous l'angle anthropomorphique. Le poisson qui conduit la baleine est également une nouvelle version du schéma narratif de l'aveugle guidé par le clairvoyant (cf. Œdipe et Antigone), avec des mains / nageoires qui empêchent que l'aveugle ne se perde dans les ténèbres.

13  Le récepteur supposé du Guero est masculin. La femme n'y est envisagée que comme un objet de désir pouvant mener l'homme à sa perte. Jamais elle n'y est perçue comme sujet, contrairement au Linguae Vasconum Primitiae où B. Echepare la pose comme personne (cf. Emazten fauore in Linguae Vasconum Primitiae 1545 [1995] : 50].

14  Refranes y sentencias, 1596.

15  P. de Lancre se souvient certainement de ses lectures classiques lorsqu'il évoque des « sorcières » labourdines déclenchant des tempêtes à l'image de Junon. En l'occurrence, il s'agira des prétendus aveux de Janette d'Abbadie de Suboro (Ciboure), âgée de 16 ans :
Que le Diable les transportait toutes à la fois. Qu 'elle voyait en Terreneuve des Sorcières transportées presque de toutes les paroisses du Labourd, qu 'elles y allaient exciter des orages et tempêtes pour perdre des navires (...). Cf. édition de N. Jacques – Chaquin d'après la deuxième édition de l'Inconstance... 1613 [1982] : 117-118].

16  Perspective dont rend compte également le dicton basque Mundu hunec diduri itsasoa, iguerica eztaquiena ondarrera doa -Le monde ressemble à la mer, qui ne sçait nager s'y noyé-. Cf. in Pouvreau 1663-1665 : 116 ; Oihenart, proverbe 320.

17  ... alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang, et les astres du ciel s'abattirent sur la terre...

18  Alors une énorme masse embrasée, comme une montagne, fut projetée dans la mer, et le tiers de la mer devint du sang : il périt ainsi le tiers des créatures vivant dans la mer, et le tiers des navires fut détruit.

19  Duronea (1693) : Bouqueta Lore Divinoena bereciac eta Duronea apeçac T.P.S.V. aita Materren liburuari emendatuac [Bouquets choisis de fleurs divines, ajoutés par le père Duronea T. P. S. V. au livre du père Materre, Bayonne].

20  B. Larreguy (1777).: Santa Ursula, eta haren lagunac – Sainte Ursule et ses compagnes, in Testamen çaharreco eta Berrico historioa, M. de Royaumontec eguin içan duenaren berriro escararat itçulia ; exemplu eta erreflexione sainduequin ; bi Liburutan eçarria. Bi-garren liburua : Testaman Berria Cembeit Sainduen Bicitcearequin [L'histoire de l'Ancien et du Nouveau Testament, traduction en basque de l'ouvrage qui fut écrit par M. de Royaumont ; avec des exemples et des réflexions saintes ; présenté en deux livres. Deuxième livre : Le Nouveau Testament avec la vie de quelques saints].

21  Repris par S. Pouvreau (1663 - 1665) : Itsasoac adarric ez, pr. 285 : la mer n'a point de branches ou se prendre. . Cf. transcription et édition critique du dictionnaire de Pouvreau par M. J. Kerexeta, travail non-daté et inédit, p. 46.

22  Repris par S. Pouvreau : Itsasturiaren goizean senhardun, arratzean alhargun, pr. 286 : la femme du marinier e(st) souvent mariée au matin & veuve au soir, (in op. cit. p. 47).

23  Pour les deux exemples cités cf. Arnaud d'Oihénart, Proverbes et poésies basques (1657-1664). Les traductions ou plutôt les adaptations en français des proverbes sont de Oihenart.

24  Cf., par exemple, les tempêtes décrites dans le récit de Léry (1578, 1580 : 113-119 ; 518-521).

25  L'ouvrage est publié en deux volumes en 1735 et 1736 sous ! e titre Historia Tragico-Maritima. Em que se escrevem chronologicamente os Naufragios-maritimes que tiverão as Naos de Portugal, depois que se poz em exercicio a Navegação da India.

26  P. Bille me précise : « L'histoire du naufrage de Manuel de Sousa de Sepúlveda (1552), d'abord publiée en brochure à Lisbonne en 1564, puis reprise au XVIIIe siècle par Bernardo Gomes de Brito dans sa compilation História trâgico-maritima fut publiée en français en 1789 à Paris par Deperthes dans le tome second de son Histoire des naufrages ou Recueil des relations les plus intéressantes... ». Je remercie également G. Besse, pour les renseignements apportés sur le sujet.

27  Le texte a été édité pour la première fois par Txomin Peillen en 1983 dans une graphie actualisée. Ouvrage jusqu'alors inconnu des chercheurs, il demeure encore mal connu aujourd'hui. Le manuscrit qui se trouve a la BNF à la rubrique Celtique Basque (CB) 155 est incomplet. Le reste de l'ouvrage se trouve à la BNF à la rubrique CB 156, qui compte également d'autres manuscrits qui n'ont rien à voir avec le corpus des textes éguiatéguyens. Ces chapitres manquants sont toujours inédits à l'heure actuelle.
Le manuscrit prêt pour l'édition porte la date de 1785 mais on ne lui connaît pas d'impression avant 1983. Quand on examine le Ms CB 155, on voit bien qu'il est prêt à être publié. Le travail du copiste est corrigé çà et là, certainement de la main même de Eguiateguy. On peut également s'apercevoir qu'il y a parfois des annotations in margine destinées à l'imprimeur. Le nom de ce dernier est d'ailleurs indiqué sur la première de couverture : Francffort-En /Beinat Edelman-en Moldiskidiatic-« À Francfort / [sorti] de l'Imprimerie de Beinat Edelman » , le manuscrit porte la date de 1785 mais aucune version imprimée de l'ouvrage n'est connue.
D'après P. Bille, Eguiatéguy a pu s'inspirer d'éditions en français du XVIIe siècle, antérieures à celle de Deperthes. Il conviendrait de vérifier, par exemple, que le récit se trouve dans L'Histoire des Indes orientales et occidentales du RP Iean Pierre Maffée. Paris : Ninville, 1665, ou dans Histoire des Indes, de Jean Pierre Maffée Bergamesque, Lyon : Pillehotte, 1603, qui semble être une édition antérieure de la même œuvre.

28  Cf. Manuel Garagorri Larramendi (1690 - 1766), auteur, entre autres, du Diccionario trilingue del castellano, bascuence, y latin où figure le néologisme utilisé par la suite par Eguiatéguy : constancia, egoquida. Lat. Constantia . (Larramendi 1745, 224).

29  Selon la segmentation en vigueur en France, est classique l'époque qui va de la période baroque à la fin du XVIIIème siècle (Molinié 1992 : 14).

30  Cf. Ms 97 du Musée Basque de Bayonne, 1798 ; édition Urkizu 1987 ; édition Elortza, non-datée.

31  Cf. Ms 97 du Musée Basque de Bayonne, 1798 ; édition Urkizu, 1987.

32  La présentation adoptée lors de l'impression (cf. éditions de 1627 et 1669) pourrait laisser entendre que Premiazco othoitçac caïman [Les prières nécessaires par temps calme] est le titre général du chapitre VII. Il n'en est rien. Seul Premiazco othoitçac [Les prières nécessaires] s'applique à l'ensemble du chapitre.

33  Et non 24, comme je l'écris ailleurs de manière erronée (A. Arcocha-Scarcia 1999 : 35).

34  Oihenart laissera entendre également : qu'il [Joannes Etcheberri] trauaillait principalement pour les mariniers.

35  Il convient à ce propos de se souvenir de la critique d'Erasme :

Les matelots chantant le Salve Regina, imploraient la Vierge Mère, l'appelant Etoile de la mer, Reine du ciel, Souveraine du monde, Port du salut, et la gratifiant d'un grand nombre d'autres titres flatteurs qu'aucun texte de l'Ecriture ne lui a jamais attribués. (...)
Ils rivalisaient entre eux. L'un chantait le Salve Regina, l'autre le Credo in Deum. Il y en avait aussi qui, pour conjurer le péril marmonnaient de petites oraisons très particulières, qui ressemblaient à des invocations magiques. (Erasme 1523 [1992] : 297-299)
Il est intéressant également de rappeler l'adage basque Ura iragan eta, saindua ahantsi : le fleuve passé, le Saint oublié (Pouvreau in op. cit. p. 208). Axular reprendra la même idée : Hala eriec ere bere eritasunetan, eta marinel tomentatuec bere tormentetan, anhitz promes eder eguiten dute, saindutceco gogo hartcen dute, debocino bat eracusten dute.
Ordea nola hura guztia, veldurrez eguiten baitute, eritasuna eta tormenta iragan direnean, iragan dateque hequen debocinoa ere, eta handic harat lehen beçain gaixto, edo gaixto ago eguiten dira. (Axular 1643 : 205-206). Ainsi en est-il des malades en leurs maladies, et des marins tourmentés en leurs tourmentes, ils font beaucoup de promesses, ils décident de se sanctifier, ils montrent de la dévotion.
Mais comme ils font tout cela par peur, lorsque la maladie et la tourmente s'en sont allées, leur dévotion peut s'en aller également, et ils deviennent désormais aussi méchants sinon plus qu'avant.

36  Adaptations actuellement publiées d'ailleurs sous le label Textes littéraires français (Introduction P. Pidoux, Droz 1986).

37  En examinant le contenu l'ouvrage de Materre, Dotrina Christiana (1617), subdivisé de manière tripartite, nous pouvons constater que les prières dédiées aux marins occupent 38 pages sur un total de 384 p., ce qui représente un volume assez important, en tout point comparable à l'espace que leur a accordé Joannes Etcheberri de Ciboure en 1627 dans le Manual. Mais il est nécessaire ici de donner un aperçu de la structure adoptée par Estève Materre afin de bien se rendre compte de l'originalité du point de vue adopté par Joannes Etcheberri.
Un simple coup d'œil nous montre que Materre se situe dans le discours classique de la dévotion. Les prières consacrées aux marins figurent dans deux parties dont l'une est intitulée Marinelec nola eguin behar dituzten bere othoitçac itsasoan dabilçan demboran [De quelle manière les marins devront dire leurs prières pendant qu'ils sont en mer] (Dotrina Cristiana 1627 : 325-353) et l'autre, beaucoup plus brève, Itsasoan tormenta ailtchatcen denean erran behar diren Oracinoac [Les oraisons que l'on doit dire quand la tempête se lève en mer] (Dotrina Cristiana 1623 : 354-363), exclusivement consacrée aux prières en cas de tempête.
La première des parties est subdivisée à son tour en deux sous-parties temporelles : Goicean erran behar dena [Ce qu'il faut dire le matin] et Arratsean erran behar dena [Ce qu'il faut dire le soir]. Le soir et le matin on commence par le Pater noster, l'Ave Maria et le Credo dont l'auteur ne mentionne que le seul titre, étant supposé que le récepteur les connaît de mémoire, suit une série de prières spécifiques liées au deux moments de la journée. Il est intéressant d'observer les mentions péritextuelles concernant la langue qui peut ou doit être utilisée, selon que l'auteur laisse ou non le choix au récepteur. Par exemple, le Pater noster, V Ave Maria et le Credo peuvent être dits latinez edo Euscaraz [en latin ou en basque], alors que les litanies vespérales consacrées à la vierge sont à dire en suivant la directive suivante Hunen ondoan erraitçue Andre dana Mariaren Letharinac hemen diren beçala [Dites ensuite les litanies de la Sainte Vierge comme elles vous sont présentées ici], c'est à dire exclusivement en latin ; en revanche, lorsqu'il s'agit de réciter Angele Dei et In Manus, Materre précise : Eta guero norc bere aldetic erran beça : Angele Dei, eta, In manus, Euscaraz hunelaje. [Et qu'ensuite chacun pour soi récite : Angele Dei, et, In manus, en basque, de la manière suivante]. Cf. Materre 1617 : 352.
Observons le positionnement très distinct adopté par Joannes Etcheberri par rapport à son prédécesseur Materre. Joannes Etcheberri relègue les litanies de la Vierge à la fin du Manual Debotionezcoa, dans une partie indépendante consacrée plus spécifiquement à ce genre de discours dévotionnel.
Les prières assignées par Materre aux marins sont bien celles chantées ou récitées communément dans l'Europe catholique sur les navires lors des offices religieux ou en dernière extrémité lorsque leur vie est en péril.

38  Mentionnons la versification, par exemple. Le mètre qu'affectionne Joannes Etcheberri est le vers de 15 syllabes, mètre de base de la littérature populaire basque (Haristchelhar 1969 : 455). Si populaire est utilisé ici dans le sens de non-érudit, Etcheberri n'est en effet pas un poète populaire38 mais que signifient de telles considérations lorsque nous sommes en face d'un rythme 8/7 attesté depuis le IIIe siècle, et que l'on retrouve constamment dans le corpus des hymnes ecclésiastiques depuis l'époque médiévale à travers le Tantum ergo et le Pange lingua (Haristchelhar 1969 : 460-461) ?
Oihenart, qui avait dû le croiser dans sa jeunesse, n'appréciait, on le sait, ni le vers de 15 syllabes ni les talents de poète de Joannes Etcheberri de Ciboure :
Ie lui ay ouy dire au temps qu'il composoit ses Vers qu'il trauaillait principalement pour les mariniers Lesquels les Chantoient sur la mer ; ce qui faict Iuger qu'il escriuoit plus tost par Un motif de Charitté que par aucune ambition, ou Vainegloire, Et quil auoit le zèle de profiter à son prochain que doit avoir Un Veritable Ecclesiastique. (Lafitte 1967 : 39)

39  Cf. également Oyharçabal 2002 : 495-498.

40  In Debocino escuarra, mirailla eta oracinoteguia (1635) publié pour la première fois par Lafitte au XXe siècle (1931 : 28-29) et récemment par P. Charritton.

41  In Devoten Breviarioa [Le Bréviaire des Dévots], Bernard Bosc, Bayonne 1665.

42  J. Etcheberri estime particulièrement les Jésuites dont il a été l'élève. Cf. poésie dédiée à saint Ignace de Loyola in Noelac (1645).

43  La fin du chapitre X, soit l'ensemble du corpus des prières pour les marins se terminant en effet ainsi :
Itsassoco othoitçen çarratçea. Othoitz hauc chehero tiat ordenatu hunela,
Hauquin erratera orhoit dadintçat Mariñela.

Perill içigarriari itçurtçeco beçala,
Esquer itçultçeco ere mintçatu nauc ahala.
Hartaracotz Itsassotic illkhi eta saluoa,
Esquer milla itçul etçac guiçon itsas haucoa.
Orhoit adi çembat aldiz Iaunac auen guardatu,
Merecitu duquelaric Itsassoan hoñdatu.
Gogotic vtz ezteçala iragan den perilla,
Beguiratu a(û)enari eman gabe esquer pilla.
Nequez irabaçi tuquen halaberqui diruac,
Eztetçaquela despenda nola aise billduac.
Eta abusa ezteçala ontassun ethorriez,
Bañan cerbi adi vngui Iaincoaren gratiez.
Berçela duc mereçiren Itsassoan sartçean,
Lehen baño guehiago nekha adin bertçean.Othoitz hauc beraz ikhasquic perillei itçurteco,Bai eta are porturaric esquerren itçultçeco.Vorondate hobeagoz Iongoicoac gratiac,Eman dietçaquen, haren thresoretic nahiac.Eta hala eramatic goiz eta arrats aldeac,Hari Iaunac dietçaquen çarra bethuruzteac.Halabiz
Fermeture des prières pour la mer.
J'ai disposé ainsi minutieusement ces prières,
Afin que le marin se souvienne de les réciter.
Comme de l'évitement du terrible péril,
J'ai parlé autant que possible des remerciements à adresser.
Ainsi, toi qui as échappé à la mer et en a été sauvé,
Toi, homme de mer, rends mille grâces.
Souviens-toi combien de fois le Seigneur t'a gardé,
Alors que tu as mérité de t'abîmer en mer.
Ne retire pas de ton esprit le péril passé,
Sans rendre nombre de grâces à celui qui t'a protégé.
De même, les gains péniblement gagnés,
Ne les dépense pas comme ceux aisément gagnés.
Et n'abuse pas des richesses venues,
Mais use au contraire au mieux des grâces divines.
Autrement, tu mériteras, en entrant en mer la fois suivante,
De peiner encore plus qu'avant.
Apprends donc ces prières pour échapper aux périls,
Et aussi pour rendre grâces, une fois rendu au port.
Afin que Dieu d'une volonté meilleure,
T'accorde les grâces que tu désires dans son trésor.
Et ainsi passe matins et soirs,
Jusqu'à ce que le Seigneur te ferme les paupières.
Ainsi soit-il.

44  La Table des Matières ou Gaucen Aurkhibidea matérialise leur unité. On y lit en effet l'annotation suivante : « Ternuaco Penac depuis la page 1 jusque 11 . Ternuaco Penac en vient ainsi à être à la fois le titre générique de la trilogie et le titre du troisième texte répartis comme suit : Partiada tristea, Ternuara , Itsassoco Perillac et Ternuaco Penac.

45  Le texte ne le mentionne pas explicitement mais le contexte permet néanmoins de le penser.

46  Avec la pagination suivante : depuis la page 1 jusque 11.

47  Il ne s'agit pas en effet d'une « planche de salut » comme dans le récit paulinien : [Paul] donna l'ordre à ceux qui savaient nager de se jeter à l'eau les premiers et de gagner la terre ; quant aux autres, ils la gagneraient, qui sur des planches, qui sur les restes du navire. Et c 'est ainsi que tous parvinrent sains et saufs à terre. Cf. Acte des Apôtres 27 v. 43-44 : Cf. l'ensemble de l'épisode intitulé La tempête et le naufrage (27 v. 9 - 44).

48  Dans l'édition de 1643, à cause d'une erreur typographique, le chapitre XVII figure à la place du chapitre XV.

49  Traduction J. Risset.

50  Contrairement, par exemple au Psaume 69 v. 15-16 :
Tire-moi du bourbier, que je m'enfonce,
Que j'échappe à mes adversaires, à l'abîme des eaux !
Que le flux des eaux ne me submerge,
Que le gouffre ne me dévore,
Que la bouche de la fosse ne me happe.

51  Le vers de 13 syllabes, comme celui de 15 syllabes qu'affectionne Joannes Etcheberri de Ciboure, est très souvent utilisé dans la poésie traditionnelle basque. Son usage remonte probablement, comme pour le vers de 15 syllabes, à la poésie latine médiévale. Cf. Haritschelhar 1969 : 462-463.

52  Conférence de J. Pontet : « Le Port de Bayonne sous l'Ancien Régime », donnée le 20 mai 2000 (cycle organisé par Les Amis du Musée Basque).

53  Traduction incertaine.

54  Pour rembourrer la brèche ?

55  Cf. la résurgence du topos maritime, déjà évoqué, de l'embarcation fragile opposée à l'immensité de la mer.

56  Je remercie Jean Haritschelhar pour les renseignements qu'il m'a donnés à ce sujet. Cf. J. Haritschelhar 1985 : 1063-1074.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Arcocha-Scarcia, « Thématique maritime et variations transtextuelles sur le motif de la tempête en mer dans les lettres basques des XVI - XVIIIe siècles », Lapurdum [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/950

Haut de page

Droits d'auteur

Arcocha-Scarcia A. | IKER

Haut de page