Navigation – Plan du site

Aitamaginarrebak

Jean Haritschelhar
p. 167-169

Entrées d'index

Thèmes :

linguistique

Chronologie :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans son article intitulé « Sobre los nombres de parentesco en vasco » et publié d’abord dans le volume hommage à D. Joaquín Mendizábal Gortázar (Saint-Sébastien, 1956) et repris dans Estudios vascos VII. Baile, familia, trabajo (Txertoa, Saint-Sébastien, 1976), Julio Caro Baroja étudie minutieusement la famille basque et tous les liens de parenté possibles dans leur expression en euskara.

2Il s’occupe d’abord de la famille proche, composée des parents, des enfants et de leurs noms tels qu’ils apparaissent dans les divers dialectes. Aita, ama sont les plus usités, mais déjà, on le sait, les noms diffèrent pour les enfants dans les rapports entre eux. Aux frère et soeur, ou hermano-hermana, en français ou espagnol, s’opposent en basque pour ces seme-alabak, anaia, le frère par rapport au frère  et à la sœur (neba étant le frère par rapport à la sœur en Biscaye) alors que le terme arreba est substitué par ahizpa quand il s‘agit de deux sœurs entre elles. Il remarque qu’apparaît du point de vue morphologique le suffixe ba devenu pa par assourdissement en contact avec la sibilante sourde z dans ahizpa. Ce même suffixe se retrouve dans les collatéraux osaba (oncle), izeba (tante), iloba (neveu ou nièce), ce dernier mot pouvant indiquer le petit-fils ou la petite-fille dans certains dialectes, auquel viennent s’ajouter biloba ou birloba.

3Ayant terminé cette étude, Julio Caro Baroja s’attaque à d’autres termes qu’il classe de la manière suivante :

« 1 -  para indicar parentesco político

2 -  parentesco espiritual

3 -  parentesco en los grados más lejanos de acuerdo con los Derechos civil y el canónico. »

4Laissons de côté la parenté spirituelle, parrain, marraine, filleul, filleule, ainsi que la parenté plus éloignée, cousin, cousine, pour voir de plus près le « parentesco político ». Quelques définitions permettent de comprendre ce type de parenté. Le dictionnaire nous donne la définition suivante de l’adjectif político : « aplicado a un nombre significativo de parentesco, denota que es por afinidad ». Cette définition nous renvoie au terme ‘afinidad’, c’est-à-dire : « parentesco entre un cónyuge y los parientes del otro », autrement dit le lien qui unit un conjoint aux parents de l’autre. Ainsi, en espagnol padre y madre políticos sont les synonymes de suegro et suegra (beau-père, belle-mère), hijo e hija políticos étant les synonymes de yerno et nuera (gendre et bru).

5Julio Caro Baroja marque son étonnement à ce sujet : « Los nombres más « extravagantes » a juicio de muchos de los que han tenido una pequeña afición al estudio del vascuence son los que se dan al suegro y a la suegra ». Nous voilà donc dans le domaine de « l’extravagance » aux dires de nombre de ceux qui s’intéressent à la langue basque. Parmi les variantes les plus usitées figurent sur la base de aita et de ama les termes aita(ama)ginarreba, puis par palatalisation de la nasale n aita(ama)giñarreba et enfin, par le passage de la nasale à l’aspirée, chose courante en euskara, aita(ama)giharreba. Julio Caro Baroja ajoute « Con arreglo a una traducción literal, « aita » y « ama-giñarreba » serían « hermana del hombre con la madre » y « hermana del hombre con el padre ». La última parece un puro disparate ».

6Il y a de quoi s’étonner devant une telle traduction. Il ne fait aucun doute que la dissection des termes s’est faite de la manière suivante : aita(ama)-gin-arreba, où se détachent aita et ama ainsi que arreba. On est bien dans le domaine de “l’extravagance” car les termes aita ou ama liés à arreba ne mènent à rien, d’autant qu’il faut certainement prendre en compte, puisque nous sommes dans le vocabulaire de la parenté, du suffixe ba si usité.

7Un coup d’oeil sur le lexique correspondant en français et en espagnol vers les lignées collatérales nous fait commencer par le frère, en espagnol hermano, issu du latin germanus qui, en français, donne germain. Les expressions frère germain ou sœur germaine correspondent aux enfants issus du même père et de la même mère par opposition à utérin(e), c’est-à-dire de pères différents. Les cousins germains sont les rejetons d’un oncle ou d’une tante, c’est-à-dire du frère ou de la sœur du père, du frère ou de la soeur de la mère, et représentent une parenté au premier degré.

8En espagnol le terme carnal était abondamment employé dans le domaine de la parenté. L’équivalent de frère ou sœur germain(e) est en espagnol hermano(a) carnal, marquant le degré de parenté le plus rapproché puisque enfants du même père et de la même mère. Le même terme est utilisé pour la branche collatérale et de tío(a) carnal, frère ou soeur du père ou de la mère découle sobrino(a) carnal et, par voie de conséquence, l’enfant du tío(a) carnal sera primo(a) carnal ou encore primo(a) hermano(a) selon qu’il est un garçon ou une fille. Ainsi, carnal exprime cette relation du premier degré dans laquelle les cousins germains ou encore primos hermanos ou primos carnales ont deux grands-parents communs.

9Le mariage, du moins dans la tradition judaïque et plus tard chrétienne, remonte à la Genèse où Dieu, après avoir créé le monde, crée successivement l’homme Adam et la femme Eve. Le récit biblique nous dit :

« Puis de la côte qu’il avait tirée de l’homme, Yahbé Dieu façonna une femme et l’amena à l’homme. Alors celui-ci s’écria :

« A ce coup, c’est l’os de mes os

et la chair de ma chair !

Celle-ci sera appelée ‘femme’

car elle fut tirée de l’homme, celle-ci ».

C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme et ils deviennent une seule chair. » (Genèse, I, 1, 22-24).

10Comme on le voit, le concept de chair, carne, est à la base de l’union entre l’homme et la femme qui deviennent une seule chair et la chair de leur chair sont les enfants ou leur descendance selon la formule connue.

11Les enfants issus d’un mariage possèdent dans leur ascendance des grands-parents aussi bien paternels que maternels. La chair de la chair des uns s’est unie à la chair de la chair des autres et, quoique provenant de deux branches différentes, un lien charnel les unit en une descendance commune. C’est pourquoi il ne serait pas étonnant de retrouver ce concept de chair dans les mots basques correspondant aux liens de parenté des conjoints avec leur belle-famille.

12Plusieurs mots désignent la chair en euskara : haragi est le plus commun, mais nous avons aussi gihar ou giharre que Lhande définit comme ‘chair vive’, ‘maigre de la viande’ avec les variantes ginhar ou encore ginar/ginarre ou giñar/giñarre. Ainsi sont réunies les trois variétés dialectales que l’on retrouve dans les termes de parenté aita(ama)-giharre-ba, aita(ama)-ginarre-ba, aita(ama)-giñarre-ba.

13Dès lors, dans la segmentation de ces mots, le concept de arreba disparaît dans la mesure où elle se ferait de la manière suivante : aita(ama) / giharre (ginarre ou giñarre) / et le suffixe habituel ba, le père et la mère étant de la même chair de l’un ou l’autre des conjoints, établissant par conséquent un lien de premier degré. Telle est l’hypothèse proposée dans cette recherche sémantique qui permet de sortir de cette « extravagance » que dénonçait Julio Caro Baroja.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Haritschelhar, « Aitamaginarrebak », Lapurdum [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/296

Haut de page

Auteur

Jean Haritschelhar

UMR 5478 CNRS
Ex-président d’Euskaltzaindia
baionaordez@euskaltzaindia.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Haritschelhar J. | IKER

Haut de page