Navigation – Plan du site

Tester un calque grammatical grâce à la méthode de la covariation d’abstrat

Michel Etchebarne
p. 113-126

Résumés

La présente étude propose une méthode qui permet, à certaines conditions et dans certaines limites, de tester une hypothèse de calque grammatical. La méthode ne permet pas de donner une preuve de calque mais fournit un faisceau de présomptions, plus ou moins précises et concordantes, de calque. L’étude se limite à l’état de langue synchronique contemporain et n’aborde qu’accessoirement la dimension diachronique.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche sur les calques grammaticaux est traditionnellement un domaine d’études où les consensus se forment difficilement. La difficulté réside moins sur la possibilité même du calque (la majorité des spécialistes en admettent le principe), que sur une question de preuve. En effet, lorsqu’une langue calque une construction grammaticale sur le modèle d’une autre langue, elle imite une construction étrangère en recourant à des formes matérielles qui lui sont propres et en imprimant une partie de sa propre logique dans la construction calquée. De sorte que cette dernière ne peut que rarement être vue comme la transposition pure et simple de la construction de la langue source dans la langue cible. De plus, les mêmes schémas de grammaticalisation tendent à se reproduire dans les langues les plus diverses, de même que dans les divers états de langue successifs d’une même langue. On peut donc aussi bien rendre compte d’une ressemblance entre deux langues par une convergence fortuite que par un calque. Dès lors, il est rare qu’un diagnostic de calque fasse l’unanimité. On touche là à l’une des difficultés épistémologiques radicales de la linguistique de contact. Pourtant, la façon dont le dossier est régulièrement refermé puis rouvert, et le caractère vivace de ces problématiques semblent témoigner de ce que ces recherches ont un intérêt pour la connaissance des langues et de leur évolutivité. C’est sous cet angle que la question des calques peut être intéressante : que peut nous apprendre sur une langue donnée la façon dont celle-ci imite, ou n’imite pas, certains aspects d’une autre langue ?

2La présente étude propose une méthode qui permet, à certaines conditions et dans certaines limites, de tester une hypothèse de calque. La méthode ne permet pas de donner une preuve de calque mais fournit, comme disent les juristes, un faisceau de présomptions, plus ou moins précises et concordantes, de calque. L’étude se limite à l’état de langue synchronique contemporain et n’aborde qu’accessoirement la dimension diachronique. Elle examine quatre hypothèses de calque déjà connues mais qui, à ma connaissance, n’ont pas été testées sur la base de protocoles conçus à cet effet.

0. Présentation de la méthode

Carte 1 : Covariation d’adstrat : le principe

Carte 1 : Covariation d’adstrat : le principe

B1 = variété de basque parlée dans l’aire de bilinguisme basque-espagnol
R1 = variété de roman parlée dans l’aire de bilinguisme basque-espagnol
B2 = variété de basque parlée dans l’aire de bilinguisme basque-français
R2 = variété de roman parlée dans l’aire de bilinguisme basque-français

3Le fait de caractériser deux variétés de basque par rapport à une isoglosse séparant le domaine hispano-roman du domaine gallo-roman ne se justifie que pour les besoins de notre étude dans le cas présent. On pourrait subdiviser des variétés de basque en utilisant d’autres isoglosses pour les besoins d’autres objectifs de recherche.

  • 1  On pourrait, en droit, considérer que c’est R1 ou R2 qui covarient avec B1 ou B2. C’est le context (...)

4Le principe de la méthode est le suivant. Lorsque l’on constate une différence grammaticale entre B1 et B2, et que cette différence peut être mise en correspondance avec une différence grammaticale entre R1 et R2, alors il existe une présomption ‒ et seulement une présomption ‒ de calque1.

1. Parfaits romans

5Comparons les deux phrases suivantes (carte 2) :

  • 2  Les phrases libellées en français et en espagnol figurant entre guillemets sont celles que les enq (...)

(1)

atzo žin da gizun bat (Alçay/Altzai, Soule, EAEL236)

« un homme est venu hier2 »

atzo jin da gizon bat

hier venu il/est homme un

(2)

atzo etorri zen gizon bat (Hondarribia, Guipuscoa, EAEL236)

« ayer vino un hombre »

atzo etorri zen gizon bat

ayer venido él/era hombre un

Carte 2 : Auxiliaire au passé / auxiliaire au présent

Carte 2 : Auxiliaire au passé / auxiliaire au présent
  • 3  Deux informateurs de B1, situés en Biscaye septentrionale, ont utilisé l’auxiliaire au présent (Be (...)

6En B1, la quasi-totalité des informateurs ont utilisé l’auxiliaire au passé (zen « il était ») alors qu’en B2 tous les informateurs ont utilisé l’auxiliaire au présent (da « il est »)3. Or, on constate que R1 utilise dans ce contexte le perfecto simple (l’équivalent du passé simple français : vino « il vint »), et que R2 utilise le passé composé (participe passé + auxiliaire au présent). On est ici en présence d’une présomption ‒ et seulement une présomption ‒ de calque.

7La méthode comporte trois temps :

  • (i) comprendre, d’une part, la différence entre B1 et B2 ; et, d’autre part, entre R1 et R2 ;

    • 4  Dans l’atlas EAEL, des phrases cibles ont été fournies par les informateurs à partir de phrases so (...)

    (ii) vérifier dans des corpus non traduits que la différence entre B1 et B2 préexiste au corpus qui est à l’origine du constat de covariation4 ;

  • (iii) tester auprès des informateurs de B1 la construction utilisée par les informateurs de B2 et inversement.

8L’investigation diachronique n’est pas abordée à ce stade. Il est en effet préférable de disjoindre l’investigation synchronique de l’investigation diachronique, d’une part afin d’éviter les phénomènes d’interprétation anticipée (même si rien n’interdit, bien entendu, de faire des hypothèses dès le départ) ; et, d’autre part, parce que l’investigation synchronique vaut pour elle-même : menée de façon rigoureuse, elle ne peut être contredite par l’investigation diachronique.
Reprenons les trois temps de l’approche synchronique.

    • 5  Je n’aborde pas la différence entre B1 et B2 car celle-ci devrait faire l’objet d’enquêtes interdi (...)
    • 6  Les variétés R1 et R2 susceptibles d’avoir exercé une influence sur B1 et B2 sont celles qui sont (...)
    • 7  Se emplea el perfecto simple con los adverbios que indican que la acción se produce en un período (...)

    (i) Différence entre R1 et R25. L’espagnol et le français disposent chacun de deux paradigmes pour dénoter un événement achevé survenu dans le passé. En simplifiant, on peut dire que le perfecto simple est au passé simple ce que le perfecto compuesto est au passé composé.
    En espagnol standard péninsulaire, le choix entre perfecto simple et perfecto compuesto se fait, dans le contexte d’une phrase telle que (2), de la façon suivante6.
    Cas A : lorsqu’un événement est considéré comme achevé à l’intérieur d’une période de référence elle-même achevée au moment de l’énonciation, on utilise le perfecto simple7.
    Cas B : lorsqu’un événement est considéré comme achevé à l’intérieur d’une période de référence non achevée au moment de l’énonciation, on utilise le perfecto compuesto.

9Dans une phrase telle que ayer vino un hombre, le moment de l’énonciation ne peut être qu’aujourd’hui, et la période de référence à l’intérieur de laquelle s’est produit l’événement (ayer, vino) est achevée au moment de l’énonciation. On utilise donc le perfecto simple.

  • 8  La déperdition a débuté au 16e siècle et de façon variable selon les régions. Elle est déjà assez (...)

10Le français oral ayant perdu l’usage du passé simple, passé simple et passé composé ne sont plus en distribution complémentaire8. La seule façon de dénoter le type d’événement précité consiste à utiliser le passé composé et, donc, un auxiliaire au présent.

  • (ii) Vérification dans des corpus non traduits que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête. La vérification confirme que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête.

  • (iii) Jugement d’acceptabilité. J’ai demandé à des informateurs de Soule (aire B2-R2), qui fournissent eux-mêmes une réponse du type (1), de se prononcer sur la phrase basque fournie en B1. Le jugement a été le suivant :

  • 9  La phrase testée doit être compatible avec le parler des intéressés. Ici c’est le temps de l’auxil (...)

Dans votre usage personnel de langue,

est-il possible de dire :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

atzo jin zen gizon bat9

« un homme est venu hier »

X

  • 10  Ce jugement d’acceptabilité devrait être testé dans toute l’aire B2.
  • 11  Prédiction à valider par enquête. Il est possible que la prédiction ne se vérifie pas partout de f (...)

11Les informateurs considèrent que l’on peut utiliser l’auxiliaire au présent comme au passé dans le contexte précité10. D’autre part, d’après mes informations, si l’on testait la phrase B2 dans l’aire B1, on obtiendrait la réponse suivante11 :

Dans votre usage personnel de langue,

est-il possible de dire :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

atzo etorri da gizon bat

« ayer vino un hombre »

X

12En résumé, on constate les faits suivants dans le contexte de la phrase testée : (i) l’espagnol utilise le perfecto simple (c’est-à-dire un temps de passé) et le français le passé composé (c’est-à-dire un syntagme d’aspect perfectif rattachable au présent du fait du temps de l’auxiliaire) ; (ii) le contraste dialectal entre B1 et B2 préexiste à l’enquête qui est à l’origine du constat de variation ; (iii) il existerait une asymétrie dans l’usage des temps entre informateurs de B2 (qui pourraient utiliser l’auxiliaire au présent et au passé, avec des nuances qu’il faudrait évaluer par enquête), et informateurs de B1 (qui ne pourraient utiliser, dans ce contexte, que l’auxiliaire au passé).

13La question qui se pose à ce stade est la suivante : les choses étant ce qu’elles sont et sous réserve de contrôles à réaliser par voie d’enquêtes complémentaires, faudrait-il supposer que le contraste dialectal entre B1 et B2 est en partie conditionné par le contraste dialectal entre R1 et R2 ?

14Ce qui plaiderait dans ce sens, dans le contexte de la phrase précitée, c’est le fait que l’isoglosse qui sépare la variété de basque où l’on ne peut utiliser l’auxiliaire qu’au passé (B1) de la variété de basque où l’on peut utiliser l’auxiliaire au présent et au passé (B2), se superpose à l’isoglosse qui sépare la variété de roman où l’on ne peut utiliser que le perfecto simple, c’est-à-dire un temps de passé (R1), de la variété de roman où l’on ne peut utiliser que le passé composé, c’est-à-dire un syntagme d’aspect perfectif rattachable au présent.

15Dans le contexte de langue précité, la règle basque B1 semble être à la règle romane R1 ce que la règle basque B2 semble être à la règle romane R2. Ceci conduit à la prédiction suivante, qu’il faudrait tester en B1 :

  • 12  Liçarrague utilise l’auxiliaire au présent avec atzo, dans des formes relatives, à deux reprises ( (...)

16Quant à B2, la règle correspondante serait que l’auxiliaire peut être fléchi au présent ou au passé dans le cas A (avec des nuances qui seraient aussi à tester par voie d’enquête).
L’analyse synchronique des données ne permet pas en revanche de dire dans quel sens la covariation a eu lieu : seulement de B1 sur le modèle de R1 ; seulement de B2 sur le modèle de R2 ; à la fois de B1 et de B2 sur le modèle respectivement de R1 et R212.

2. Izan / egon = ser / estar

17Observons les phrases et la carte suivantes :

(3)

atzo etorri zan gizona gaxo zegon (Saint-Sébastien/Donostia, G, EAEL266)

« el hombre que vino ayer estaba enfermo »

atzo etorri zen gizona gaixo zegoen

ayer venido que/era el/hombre enfermo estaba

(4)

etxea txikiya da (Saint-Sébastien/Donostia, G, EAEL244)

« la casa es pequeña »

etxea txikia da

la/casa pequeña es

(5)

atzo yin den gizona eri zen (Itxassou/Itsasu, Labourd, EAEL266)

« l’homme qui est venu hier était malade »

atzo jin den gizona eri zen

hier venu qui/est l’homme malade était

(6)

etxea ttipia da (Itxassou/Itsasu, L, EAEL244)

« la maison est petite »

etxea ttipia da

la/maison petite est

Carte 3 : Izan / egon = ser / estar (EAEL266)

Carte 3 : Izan / egon = ser / estar (EAEL266)

18Dans le contexte des phrases (3) et (5), on constate, que la quasi-totalité des informateurs de B1 ont utilisé egon « estar » alors que les informateurs de B2 ont utilisé izan « être ». L’isoglosse séparant le domaine où egon se substitue à izan ne coïncide pas parfaitement avec la limite entre R1 et R2 mais elle en est très proche. On est donc en présence d’une présomption de calque. Reprenons les trois étapes précitées.

  • (i) Différence entre R1 et R2. Alors que le français ne dispose que d’un seul verbe être, l’espagnol dispose de deux verbes, ser et estar, le premier dénotant une propriété inhérente au référent, le second une caractéristique passagère de celui-ci.

  • (ii) Vérification dans des corpus non traduits que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête. La vérification confirme que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête.

  • (iii) Jugement d’acceptabilité. J’ai demandé à des informateurs de Soule (aire B2-R2), qui fournissent eux-mêmes une réponse du type (5), de se prononcer sur la phrase basque fournie en B1. Le jugement a été le suivant :

  • 13  Le verbe egon synthétique au passé n’est pas utilisé par les informateurs, mais egoiten zen n’est (...)

Dans votre usage personnel de langue, est-il possible de dire, avec le sens de la phrase source :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

atzo jin zen gizona eri zagon13

« l’homme qui est venu hier était malade »

X

  • 14  Prédiction à valider par enquête (la maladie est envisagée ici dans sa forme passagère).

19D’autre part, d’après mes informations, si l’on testait la phrase B2 dans l’aire B1, on obtiendrait la réponse suivante14 :

Dans votre usage personnel de langue, est-il possible de dire, avec le sens de la phrase source :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

atzo etorri zen gizona gaixo zen

« el hombre que vino ayer estaba enfermo »

X

20En résumé, le parcours suivi amène à diagnostiquer que le contraste dialectal entre B1 et B2 est en partie conditionné par le contraste dialectal entre R1 et R2. Les informateurs de B1 tendent à transposer dans leur langue l’opposition de l’espagnol ser / estar. Pour cela, il a été recouru au verbe autochtone egon dont l’une des acceptions primaires est « rester », verbe qui a été mis en opposition avec le verbe izan « être ». Alors que egon est utilisé (cf. espagnol estar) lorsqu’il s’agit de dénoter une caractéristique passagère du référent comme en (3), les mêmes informateurs utilisent izan (cf. espagnol ser) comme copule d’un attribut inhérent au référent comme en (4). Les locuteurs de B2 utilisent quant à eux izan « être » dans les deux cas.

3. *Edun / eduki = haber / tener

21Observons les phrases et la carte suivantes :

(7)

ez ditue kutxillook eraman (Zegama, G, EAEL251)

« no se han llevado los cuchillos »

ez dituzte kutxilloak eraman

no ellos/los/han los/cuchillos llevado

(8)

zenbat idi dauzkee errin (Zegama, G, EAEL262)

« ¿cuántos bueyes tienen en el pueblo ? »

zenbat idi dauzkae herrian

cuánto buey ellos/los/tienen en/el/pueblo

(9)

ez dituzte beren kanitak hartu (Bidarray/Bidarrai, Basse-Navarre, EAEL251)

« ils n’ont pas emporté leurs couteaux »

ez dituzte beren kanitak hartu

ne/pas ils/les/ont leurs les/couteaux pris

(10)

zenbat idi dituzte herrian (Bidarray/Bidarrai, BN, EAEL262)

« combien de bœufs ont-ils dans leur village ? »

zenbat idi dituzte herrian

combien bœuf ils/les/ont dans/le/village

Carte 4 : *Edun / eduki = haber / tener (EAEL262)

Carte 4 : *Edun / eduki = haber / tener (EAEL262)
  • (i) Différence entre R1 et R2. Alors que le français utilise le verbe avoir à la fois comme auxiliaire et comme verbe à sens plein avec le sens de « posséder », l’espagnol dispose de deux verbes, haber et tener, le premier servant d’auxiliaire et le second convoyant le sens de « posséder ».

  • (ii) Vérification dans des corpus non traduits que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête. La vérification confirme que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête.

    • 15  Prédiction à valider par enquête.

    (iii) Jugement d’acceptabilité. Il n’est pas possible de tester la phrase (8) en B2 car le verbe eduki n’est pas utilisé sous cette forme par les informateurs. D’après mes informations, si l’on testait la phrase (10) dans l’aire B1 occidentale, on obtiendrait la réponse suivante15 :

Dans votre usage personnel de langue,

est-il possible de dire :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

zenbat idi ditue errin ?

« ¿cuántos bueyes tienen en el pueblo ? »

X

22Le contraste dialectal entre B1 occidental et B2 serait donc en partie conditionné par le contraste dialectal entre R1 et R2, les informateurs de B1 occidental tendant à transposer dans leur langue l’opposition de l’espagnol haber / tener. Pour cela, il a été recouru au verbe autochtone eduki, verbe qui a été mis en opposition avec le verbe *edun équivalent de l’auxiliaire haber. Alors que eduki est utilisé (cf. espagnol tener) lorsqu’il s’agit de dénoter le sens de posséder, comme en (8), les mêmes informateurs utilisent *edun (cf. espagnol haber) comme auxiliaire comme en (7). Les locuteurs de B2 utilisent quant à eux *edun/ukan « avoir » dans les deux cas.

23Le cas des phrases EAEL327 est intéressant car, tout en s’inscrivant dans la même configuration que celle qui vient d’être présentée, il montre qu’une étroite bande de l’aire latérale occidentale se dissocie de son aire adjacente et rejoint les parlers de l’aire orientale.

(11)

gose da (aires latérales, Alava, Biscaye ; L, BN, S, EAEL327)

« il a faim / tiene hambre »

gose da

faim il/être

(12)

gosea dauka (Aires centro-occidentale, B, G, EAEL327)

gosea dauka

el/hambre él/la/tener

Carte 5 : Eduki = haber (EAEL327)

Carte 5 : Eduki = haber (EAEL327)

24Je ne reprends pas les trois temps de la méthode puisqu’il se passe ici le même phénomène que celui qui vient d’être décrit. Il est néanmoins remarquable que l’aire latérale extrême-occidentale semble avoir appliqué le calque dans le cas de tener bueyes mais pas dans celui de tener hambre.

4. Constructions obliques

25Observons les phrases et la carte suivantes :

(13)

gizonak zakur bat yo du (Uhart-Cize/Uharte-Garazi, BN, EAEL241)

« l’homme a frappé un chien »

gizonak txakur bat- ØABS jo d3ABS-uAUX3ERG

l’homme chien un-Ø frappé le-avoir-il

(14)

gizonak yo du txakur bati (Iraberri, EAEL241)

« el hombre a pegado a un perro »

gizonak jo d3ABS-uAUX3ERG txakur bat-iDAT

el/hombre pegado le-haber-él perro un-a

(15)

gizonak zakur bati jo dio (Alli, N, EAEL241)

« el hombre a pegado a un perro »

gizonak txakur bat-iDAT jo d3ABS-iAUX-o3DAT3ERG

el/hombre perro un-a pegado Ø-haber-le-él

Carte 6 : Constructions obliques (EAEL241)

Carte 6 : Constructions obliques (EAEL241)
  • (i) Différence entre R1 et R2. L’espagnol fait précéder le complément animé de la préposition a (la cena está lista, llama a tu hermana) alors que le français ne le fait pas (le dîner est prêt, appelle ta sœur). Or, comme on le voit, une majorité d’informateurs de B1 et tous ceux de B2 ont donné une phrase à auxiliaire bipersonnel mais un tiers des informateurs de B1 (et seulement de B1) ont donné un syntagme totalement ou partiellement oblique (usage homologue à celui de l’espagnol dans ce contexte).

  • (ii) Vérification dans des corpus non traduits que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête. La vérification confirme que la différence entre B1 et B2 préexiste à l’enquête.

  • (iii) Jugement d’acceptabilité. Évaluation fournie par des informateurs de Soule :

Dans votre usage personnel de langue,

est-il possible de dire :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

gizonak tzakür bat jo dü

« l’homme a frappé un chien »

(déterminant à l’absolutif + auxiliaire bipersonnel)

X

gizonak tzakür bati jo dü

(déterminant au datif + auxiliaire bipersonnel)

X

gizonak tzakür bati jo deio

(déterminant au datif + auxiliaire tripersonnel)

X

26Il serait ici intéressant de soumettre le questionnaire suivant aux informateurs de B1 :

Dans votre usage personnel de langue,

est-il possible de dire :

Oui

Plutôt oui

Plutôt non

Non

gizonak zakur bat jo du

« el hombre a pegado a un perro »

(déterminant à l’absolutif + auxiliaire bipersonnel)

gizonak zakur bati jo du

(déterminant au datif + auxiliaire bipersonnel)

gizonak zakur bati jo dio

(déterminant au datif + auxiliaire tripersonnel)

27Quelques précisions pour conclure.
Le fait qu’une isoglosse séparant deux traits dialectaux, en basque, coïncide avec l’isoglosse séparant le domaine hispano-roman du domaine gallo-roman n’implique pas forcément que les traits basques considérés s’expliquent par un conditionnement roman. Inversement, le fait qu’une isoglosse séparant deux traits dialectaux, en basque, soit disjointe de l’isoglosse séparant le domaine hispano-roman du domaine gallo-roman, n’implique pas forcément que les traits basques considérés n’ont pas subi un conditionnement roman.

  • 16  Les informateurs n’ont pas de mal à se déterminer dans beaucoup de cas. Mais dans certains cas, le (...)

28Les tests d’admissibilité se révèlent être une expérience à la fois très instructive et d’un maniement parfois délicat. Ne pouvant ici entrer dans le détail, citons simplement les quelques aspects suivants. Les informateurs ont jugé l’éventail de réponses proposé (« oui » ; « plutôt oui » ; « plutôt non » ; « non ») comme adapté et suffisamment souple. La réponse « plutôt non » n’ayant presque jamais été renseignée, une tripartition « oui » ; « plutôt oui » ; « non » semblerait suffisante dans le cadre d’une première approche. L’aspect délicat de ce type d’enquête tient à la nature même des informations recherchées, qui font appel à des ressentis évaluatifs et comportent donc un aspect subjectif16.

  • 17  Izan / egon = ser / estar : DGV VI, p. 446. *Edun / eduki = haber / tener : DGV VI, p. 384 et p. 3 (...)

29Pour un aperçu de l’évolutivité diachronique de certains des faits évoqués dans la note, on se reportera notamment au DGV17. On peut penser que l’étude diachronique s’accordera dans certains cas avec les données contemporaines pour étayer l’hypothèse du calque et que, dans d’autres cas, elle ne pourra apporter d’éléments décisifs ni dans un sens ni dans un autre.

Haut de page

Bibliographie

Alarcos Llorach, Emilio, 1994, Estudios de gramática funcional del español, Madrid, Gredos. [1970]

Allières, Jacques, 1979, Manuel pratique de basque, Paris, Picard.

Bosque Ignacio & Demonte Violeta (dir.), 2000, Gramática descriptiva de la lengua española (3 vol. ), Madrid, Espasa.

Brunot Ferdinand & Bruneau Charles, 1969, Précis de grammaire historique de la langue française, Paris, Masson et cie.

Caron Philippe & Liu Yu-Chang, 1999, « Nouvelles données sur la concurrence du passé simple et du passé composé dans la littérature épistolaire », L’information grammaticale n° 82, juin 1999, pp. 39-50.

Leizaola Fermín (dir.), 1983-1990, Euskal Herriko Atlas Etnolinguistikoa (EAEL), Donostia, Aranzadi zientzia elkartea.

Michelena Luis & Sarasola Ibon (dir.), 1987, Diccionario General Vasco (DGV)/Orotariko Euskal Hiztegia, Bilbao/Bilbo, Euskaltzaindia.

Orpustan Jean-Baptiste, 1997, Basque et français. Méthode abrégée de traduction, Baigorri, Izpegi.

Rohlfs Gerhard, 1977, Le gascon. Études de philologie pyrénéenne, Halle, Max Niemeyer Verlag-Pau, Marrimpouey Jeune. [1935]

Trask, Robert Lawrence, 1997, The history of Basque, London-New York, Routledge.

Yllera Alicia, 1980, Síntaxis histórica del verbo español : las perífrasis medievales, Zaragoza, Departamento de Filología francesa de la universidad de Zaragoza.

Zuazo Koldo, 2003, Euskalkiak : Herriaren lekukoak, Donostia, Elkar.

Haut de page

Notes

1  On pourrait, en droit, considérer que c’est R1 ou R2 qui covarient avec B1 ou B2. C’est le contexte sociologique local (phénomènes de diglossie, etc.) qui va orienter le diagnostic relatif au sens dans lequel le calque a pu s’opérer. D’autre part, dans les cas antérieurs à la période moderne, l’influence est rapportable aux variétés romanes circum-pyrénéennes (gascon, béarnais, aragonais, etc.) et non pas aux français et espagnol modernes, dont l’action ne peut être qu’assez récente. Il importe néanmoins de remarquer que, à côté de leurs caractéristiques propres, les variétés romanes circum-pyrénéennes modernes et médiévales participent, au même titre que le français et l’espagnol, des macroévolutions panromanes.

2  Les phrases libellées en français et en espagnol figurant entre guillemets sont celles que les enquêteurs ont demandé aux informateurs de traduire dans leur parler basque.

3  Deux informateurs de B1, situés en Biscaye septentrionale, ont utilisé l’auxiliaire au présent (Bermeo et Mungia). Il faudrait évaluer la portée de ces relevés par enquête (cf. infra).

4  Dans l’atlas EAEL, des phrases cibles ont été fournies par les informateurs à partir de phrases sources formulées en espagnol et en français. Un tel protocole peut provoquer des contrastes qui ne sont pas à interpréter comme des contrastes dialectaux mais comme un simple reflet des écarts entre les deux phrases sources.

5  Je n’aborde pas la différence entre B1 et B2 car celle-ci devrait faire l’objet d’enquêtes interdialectales spécifiques.

6  Les variétés R1 et R2 susceptibles d’avoir exercé une influence sur B1 et B2 sont celles qui sont effectivement utilisées dans les zones de bilinguisme précitées. On suppose ici que ces variétés sont les variétés standards correspondantes.

7  Se emplea el perfecto simple con los adverbios que indican que la acción se produce en un período de tiempo en el que no está incluido el momento presente del que habla : ayer, anoche, el mes pasado […] (Alarcos Llorach, 1994 [1970] : 25).

8  La déperdition a débuté au 16e siècle et de façon variable selon les régions. Elle est déjà assez bien établie en certains endroits au 17e. Le mouvement s’est accéléré au 19e siècle et est arrivé à terme au 20e (Brunot & Bruneau, 1969 : 334-335, 348).

9  La phrase testée doit être compatible avec le parler des intéressés. Ici c’est le temps de l’auxiliaire qui est testé (zen = passé), pas le participe (etorri n’est pas utilisé dans le dialecte).

10  Ce jugement d’acceptabilité devrait être testé dans toute l’aire B2.

11  Prédiction à valider par enquête. Il est possible que la prédiction ne se vérifie pas partout de façon uniforme en B1 (cf. notamment le cas de la Biscaye septentrionale).

12  Liçarrague utilise l’auxiliaire au présent avec atzo, dans des formes relatives, à deux reprises (Actes des apôtres 7, 28 et Lettre aux Hébreux 13, 8) alors que le texte source du 16e siècle comporte, en regard, un passé simple et un passé composé. En français, avec hier, le passé simple prédomine largement dans les écrits du 17e siècle (98 % de passés simples contre 2 % de passés composés). Le basculement se produit brusquement au 18e siècle (48 % de passés simples contre 52 % de passés composés) sans que l’on sache exactement pourquoi (Caron & Liu, 1999). Quoi qu’il en soit, quelles que soient les tendances révélées par les textes, tant dans le domaine roman que basque, il importe, comme on l’a dit, avant de confronter le diagnostic de covariation avec les textes du passé, de cerner les contrastes dialectaux basques, pour eux-mêmes, dans la synchronie contemporaine.

13  Le verbe egon synthétique au passé n’est pas utilisé par les informateurs, mais egoiten zen n’est pas non plus jugé possible dans le contexte de la phrase source.

14  Prédiction à valider par enquête (la maladie est envisagée ici dans sa forme passagère).

15  Prédiction à valider par enquête.

16  Les informateurs n’ont pas de mal à se déterminer dans beaucoup de cas. Mais dans certains cas, le jugement d’acceptabilité peut s’avérer difficile à établir. Le problème est connu de la même façon lorsque l’on teste des possibles de langue dans des langues fortement standardisées comme le français, y compris avec des informateurs expérimentés.

17  Izan / egon = ser / estar : DGV VI, p. 446. *Edun / eduki = haber / tener : DGV VI, p. 384 et p. 396. Constructions obliques : DGV VI, p. 77 et DGV X, p. 232. (Cf. aussi entre autres : Trask, 1997 : 292-293, etc.) Pour les usages diachroniques comparatifs du passé simple et passé composé en français, cf. Caron & Liu (1999).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Covariation d’adstrat : le principe
Légende B1 = variété de basque parlée dans l’aire de bilinguisme basque-espagnolR1 = variété de roman parlée dans l’aire de bilinguisme basque-espagnolB2 = variété de basque parlée dans l’aire de bilinguisme basque-françaisR2 = variété de roman parlée dans l’aire de bilinguisme basque-français
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Carte 2 : Auxiliaire au passé / auxiliaire au présent
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Carte 3 : Izan / egon = ser / estar (EAEL266)
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte 4 : *Edun / eduki = haber / tener (EAEL262)
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte 5 : Eduki = haber (EAEL327)
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Carte 6 : Constructions obliques (EAEL241)
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/2029/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Etchebarne, « Tester un calque grammatical grâce à la méthode de la covariation d’abstrat », Lapurdum, 13 | 2009, 113-126.

Référence électronique

Michel Etchebarne, « Tester un calque grammatical grâce à la méthode de la covariation d’abstrat », Lapurdum [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/2029 ; DOI : 10.4000/lapurdum.2029

Haut de page

Auteur

Michel Etchebarne

Université Paris IV – Sorbonne
micheletche@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Etchebarne M. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org