Navigation – Plan du site
II. Littérature

Un texte inédit de René Lafon et Gil Reicher sur le Linguae Vasconum Primitiae (1545)

Aurélie Arcocha-Scarcia
p. 88-119

Texte intégral

1Je remercie vivement Patri Urkizu qui a eu l'amabilité de me confier ce document jamais publié à ce jour. Le texte, dactylographié, est sans doute le fragment d'un livre (seuls figurent les deux derniers chapitres, la conclusion, la bibliographie et la table des matières) que R. Lafon et G. Reicher avaient l'intention de publier ensemble. Il porte leurs deux signatures, les noms des lieux liés sans doute à la rédaction, suivis des dates 1938-1952. L'ouvrage est certainement celui dont K. Mitxelena parle dans les lignes suivantes :

« Dechepareren bizitzaren berri urri bezain zeatzak eman dizkigute, beste zenbait artean Jaurgain'ek, Huarte'k, Urkixo'k, Gil Reicher andreak : azkeneko onek eta Lafon irakasleak batera prestatu zuten liburua, zoritxarrez, ez da sekula osorik atera. » (« Sarrera-gisa » : Mitxelena in B. Echepare 1978, 10.) « Jaurgain, Huarte, Urquijo, Mme Gil Reicher nous ont donné des informations aussi exactes que brèves sur la vie de Detchepare : le livre que cette dernière avait préparé avec le Pr Lafon n'a, malheureusement, jamais été publié intégralement. »

2Lafon y fait aussi une allusion :

« (...) opinion que Mme Gil Reicher m'a exposée au cours d'une conversation en mare 1952, et qu'elle développe dans un ouvrage sur la vie et l'œuvre de Bernard qui doit paraître à Saint-Sébastien sous nos deux signatures et dont elle a écrit la partie historique. » (Lafon, BRS-VAP VIII, 173).

3Ces lignes donnent à penser que certains fragments du livre furent tout de même publiés. Mitxelena n'avait-il pas en tête la traduction française faite par Lafon du Linguae Vasconum... dont lui-même avait rédigé le prologue (1978) et qui fut auparavant publié dans le Boletín de la Real Sociedad Vascongada de los Amigos del País (BRSVAP, VII, 1951, 485-504, et VIII, 1952, 3-20) ?

4La traduction de Lafon ne devait-elle pas, en réalité, former le chapitre IV du livre inédit : « Les Prémices de la langue des Basques (traduction) » ? À noter, toujours à propos de cette traduction, que dans l'édition de 1978 figure la mention « Version francesa corregida : Rene (sic) Lafon ». Mitxelena signale pourtant :

  • 1  Dans la dernière édition de l'œuvre de B. Etxepare traduite en cinq langues (Euskaltzaindia 1996) (...)

5« Hemen datorren frantses-itzulpena, Lafon'ena da, lehen Boletín de la Real Sociedad Vascongada de los Amigos del País-en agertua, oar ikasi ugari lagun zituela. » (« Sarrera- gisa » : Mitxelena 1978, 10-11). « La présente traduction française est celle de Lafon, celle-là même qui parut auparavant dans le Boletín de los Amigos del País, accompagnée de nombreuses notes critiques. »1

6Les traductions précédentes étaient celles d'Archu (la première publiée en 1847) qu'Urquijo accepte avec des réserves :

  • 2  Cf. les observations faites par Lafon in Notes pour une édition critique... au sujet de diverses a (...)

« Como advierte M. Vinson (Bibliographie... I. b), esta reimpresión de Gustave Brunet, deja mucho que desear, y las traducciones (del inspecter de enseñanza primaria de la (sic) Réole, Archu) no son rigurosas, ni siempre exactas (...) A pesar de estos defectos, la edición de Brunet, y la traducción de Archu fueron, a mi juicio, de gran utilidad (...) » (Urquijo, 1933, 20-21)2.

  • 3  Cf. J. de Urquijo : « Introducción al Linguae Vasconum Primitiae de Bernard Dechepare ». RIEV 1933

7Vient ensuite celle de Van Eys (1886) dont seule une partie paraîtra dans la revue Euskara de Berlin, s'y ajoutent les travaux de Stempf et surtout son Glossar ... (traduction en allemand et analyse grammaticale du texte de B. Etxepare, 1887-1893) revus partiellement par H. Schuchardt3, les fragments traduits en français par Francisque-Michel (Le Pays Basque 1857, fac-similé 1983, 442-449, 452-454) ou Lacombe (RIEV 1912)...

8Revenons au projet Lafon-Reicher et aux Notes pour une édition critique et une traduction française des « Linguae Vasconum Primitiae » de Bernard Dechepare de R. Lafon. « Ces notes », dit-il, « visent à justifier ou expliquer la traduction française des Primitiae que nous avons publiée dans cette revue. Elles doivent parfois se borner à dire à quoi tient l'obscurité du texte. Elles complètent notre étude de la langue de Bernard Dechepare qui a paru dans cette revue » (BRSVAP VII, 1951, 309-337, et Lafon BRSVAP VIII, 1952, 143)

  • 4  Le texte inédit qui indiquait à l'origine « Notes critiques » a été remplacé par « Notes explicati (...)

9L'étude de Lafon sur la langue de B. Etxepare publiée en 1951 n'est-elle pas, en réalité, le Ve chapitre du livre dont le titre est identique « La langue de Bernard Dechepare » ? D'autre part, les Notes parues dans le BRSVAP VIII, ne sont-elles pas ces mêmes « Notes explicatives »4 placées à la fin du chapitre IV ?

10Il faut ajouter encore à propos du titre de l'ouvrage qu'une mention figurant à la fin des Légendes basques... de G. Reicher nous apporte l'information suivante :

« À paraître prochainement : chez Maisonneuve : Bernard Dechepare (en collaboration avec René Lafon.) » (Reicher 1946)

11Examinons le manuscrit. L'auteur du chapitre VI intitulé Le milieu littéraire, les influences possibles pourrait-il être le même que celui de Renaissance du Sud... (Lafon 1970) ? Nombreuses sont en effet les références à la poésie occitane et catalane. Certaines intonations, pourtant, rappellent irrésistiblement les envolées lyriques de G. Reicher...

12Mais aucun doute n'est possible au sujet du chapitre VII : il est de Gil Reicher et une note en bas de page le prouve :

  • 5  G. Reicher : Les Légendes Basques dans la tradition humaine, Librairie d'Amérique et d'Orient, Adr (...)

« Nous avons expliqué ailleurs, dans les Légendes basques dans la tradition humaine5 la place extraordinairement prépondérante que tiennent les étoiles dans la mythologie basque ».

13***

14Quant au contenu des deux chapitres, il est nécessaire de relever quelques affirmations étonnantes. En voici quelques-unes :

« Rien ne ressemble moins à la poésie amoureuse des trouvères que les âpres et violents chants de Bernard ; pourtant l'amour y est traité avec les mêmes nuances de sentiments. » (VI)

« Bernard, comme le duc d'Aquitaine, eut le diable au corps avant d'y avoir Dieu (...) » (VI)

« On ne peut nier quelque ressemblance entre les vers amoureux de Bernard et ceux du Catalan (l'auteur se réfère à Auzias March) ; ceux de ce dernier, pourtant semblent être dictés par le cerveau et par les sens, et ceux de Bernard par le cœur et par les sens. » (VI)

« Se souvenant peut-être que le Marquis (de Santillana) avait écrit une « querelle d'amour » restée célèbre, afin de montrer que ces Basques rudes et forts savent aussi, à leur heure, être amoureux et passionnément ? » (VI)

« Recteur pasteur d'âmes il conserve sa vie débordante, ses rudes expressions d'homme ardent, sa verdeur de montagnard (...) » (VI)

« N'oublions jamais lorsque nous jugeons des choses basques qu'il nous faut faire abstraction d'habitudes de pensée valables pour les autres pays, mais qui sont en défaut lorsqu'il s'agit de celui-ci. » (VII)

« Fou d'amour il le fut souvent avant de devenir un digne et loyal prêtre. » (VII)

« Il n'a rien de burlesque et ne ressemble pas du tout à l'amour courtois du trouvère, ni à celui, subtil charmant et parfois féroce, des humanistes de la Renaissance. C'est l'amour d'un homme sain et fort, l'amour simple et naturel, aussi loin que possible du vice, même littéraire. » (VII)

« Ces traits de réalisme et de crudité ne sont pas absolument spéciaux à l'âme basque, ils sont inhérents à l'âme basque. » (VII)

15Les considérations douteuses sur la « race basque », l'insistance sur les caractères ethno-psychologiques, la « force », etc., interrogent le lecteur. Mais la qualité littéraire des textes de B. Etxepare ? Elle passe tout simplement à la trappe. Les textes, en effet, ne sont jamais considérés pour eux-mêmes, et d'ailleurs les passages cités ne le sont jamais dans leur langue d'origine, mais dans la seule traduction française, contrairement à ce que savait faire, par exemple, à la même époque, un Bachelard citant Edgar Poe :

16« À un être disparu, Edgard Poe murmure :

Away, then, my dearest
Oh ! hie thee away ;
................................................
To lone lake that smiles
In its dream of deep rest,
At the many star-isles
That enjewel its breast.

Loin, alors ma très chère
Oh ! va-t'en loin,
....................................................
Vers quelque lac isolé qui sourit,
Dans son rêve de profonds repos,
Aux innombrables îles-étoiles
Qui gemment en son sein.
Al. Aaraaf, trad. Mourey p. 162 »
(G. Bachelard 1942, 67)

17Il convient de rappeler, pour conclure, que nous savons fort peu de choses sur la vie de B. Etxepare :

« Casi nada se sabría de la vida del primer poeta vasco conocido (...) si en la portada de su libro no constara que fué parroco de Saint-Michel-le-Vieux, y si el mismo Dechepare no nos hubiera hablado de su encarcelamiento en una de sus composiciones titulada « Mossen Bernat echaparere cantuya ». (Urquijo, 1933, 9)

18Seuls des mots comme ceux qui suivent pourraient donner à penser que B. Etxepare parle en son nom propre :

« Nihaurc ere vqhen dicit ceynbayt ere amore
Bana hantic eztut vqhen prouechuric batere » (Amorosen gaztiguya III)

« Moi aussi j'ai eu quelques amours. / Mais je n'en ai retiré aucun profit : » (Critique des amoureux III, trad. Lafon)

« Nihaur ere ebili niz anhicetan erhoric
Gaoaz eta egunaz ere hoçic eta veroric » (Amorosen gaztiguya, XIX)

« Moi aussi, j'ai fait bien des folies,/La nuit et le jour, par le froid et la chaleur ; » (Critique des amoureux, XIX, trad. Lafon)

19Amorosen gaztiguya introduit onze poèmes chantés se rapportant à diverses situations amoureuses tout à fait classiques et codifiées déjà depuis plusieurs siècles du temps de B. Etxepare. Dans ce texte introductif la volonté didactique de l'auteur est claire :

« Bercec berceric gogoan eta nic andredona maria
Andre hona daquigula gucior othoy valia » (I)

20« Les autres pensent à d'autres, et moi à la Sainte Dame Marie. Que la bonne Dame nous vienne en aide, je l'en supplie, à nous tous ! » (I, trad. Lafon)

« Ceren bada erho guira gayxo beqhatariac
Andre leyal honegana goacen othoy guciac
Elas othoy aribira berce amore falsuyac
Harequila segur dugu vehar dugun gucia. » (XV)

« Pourquoi donc sommes-nous fous, pauvres pécheurs ? À cette loyale dame allons tous, je vous prie. Ah ! s'il vous plaît, arrière, les autres amours, les fausses ! Avec elle, nous avons sûrement tout ce qu'il nous faut. » (XV, trad. Lafon)

21Rappelons enfin que, d'après un document qui doit être postérieur à 1520, mais antérieur à 1530 (Orpustan 1996, p. 33), B. Etxepare « Muy buen seruidor de Su Magestad » jouit d'une très bonne réputation auprès d'une administration castillane soucieuse autant d'allégeance politique que de morale. Sa compétence et sa culture sont soulignées (« avilidat suffiçiençia y letras y otras virtudes »). Sa nouvelle charge de Vicaire Général de « Sant Johan » va le conduire, selon le vœu de ses supérieurs, à « exercer correctement la justice » (buena administraçion de la justifia), cela veut aussi dire qu'il devra mettre de l'ordre chez les ecclésiastiques dont il a la charge pour remédier à la « mala administraçion de la justifia y dissoluziones de los ecclesiasticos y otras cosas no debidas que se hazian »...

22Voici, pour plus de détails, le passage dans son entier :

« Que el Obispo de Vayona ultimo que fue a rogaria y por muchas inportunaçiones que le hizieron los jurados de la villa y tierra de Sant Johan, a causa de la mala ministraçion de la justicia y dissoluçiones de los ecclesiasticos y otras cosas no debidas que se hazian en tiempo de don Pedro de Mendicoaga exerçitaba el Vicario Generalado de Sant Johan, me scribio tubiesse por bien que el hiziesse mutaçion en el dicho Vicariado por lo que convenia al descargo de su conçiençia y buena ministraçion de la justicia.

Y que assi al dicho Obispo conssiderando la avilitat suffiçiençia y letras y otras virtudes y buena fama de Mossen Bernart de Chapare Rector de Sant Miguel proveyo a él del dicho Vicariado General de Sant Johan, lo quoal yo tuve por bien por ser el dicho Mossen Bernart muy abil para el exerçiçio del dicho offiçio (...) » (Urquijo 1933, 10-11)

23***

24On l'aura compris, le document inédit qui sera présenté dans les pages suivantes a très mal vieilli... Il n'apporte guère à l'étude du Linguae Vasconum Primitiae et de son auteur qu'un certain nombre de pistes dont quelques-unes sont manifestement fausses, tant du point de vue historique que littéraire. C'est dans ces limites qu'il peut tout de même avoir sa place dans l'histoire de la critique littéraire basque.

R. Lafon eta G. Reicher-ek B. Etxepareri buruz egin gogo zuten liburuaren zati argitaragabe batez

25René Lafon eta Gil Reicher-ek elkarrekin idazteko asmoa zuten liburuaren VI eta VIIgarren kapituluak, bukaera, aurkibidea eta bibliografia, Patri Urkizuri esker dira hemen lehen aldikotz argitaratzen. Esker bizienak hari.

26Lafon-ek berak hona zer dion :

« (...) opinion que Mme Gil Reicher m'a exposée au cours d'une conversation en mare 1952, et qu'elle développe dans un ouvrage sur la vie et l'œuvre de Bernard Dechepare qui doit paraître à Saint-Sébastien sous nos deux signatures et dont elle a écrit la partie historique  »(Lafon, BRSVAP VIII, 173)

27Koldo Mitxelenak ere liburu horren berri bazuen :

« Dechepare-ren bizitzaren berri urri bezain zeatzak eman dizkigute, beste zenbait artean Jaurgain'ek, Huarte'k, Urkixo'k, Gil Reicher andreak : azkeneko onek eta Lafon irakasleak batera prestatu zuten liburua, zoritxarrez, ez da sekula osorik atera » (« Sarrera-gisa » : Mitxelena in B. Echepare 1978, 10)

28Mitxelenaren erranek erran nahi ote dute « osorik » ez bazen ere, zati batzu argitaratu zirela halere ? ez ote zuen preseski Lafon-ek Etxepareren kopletaz egin itzulpena gogoan ? Zeren, azken finean, Lafon-Reicher-en idazki honen aurkibideari so egiten badiogu, IV-garren kapitulua dugu hor : « Les Prémices de la langue des Basques (traduction) ». Ohartzekoa 1978-an agertu edizionean « version francesa corregida » idatzia dela. Horri buruz hauxe dio Mitxelenak :

« Hemen datorren frantses itzulpena, Lafon'ena da, lehen Boletín de la Real Sociedad Vascongada de los Amigos del País- en agertua, oar ikasi ugari lagun zituela. » (Mitxelena 1978,10-11)

29Badakigu Linguae Vasconum Primitiae -ren lehen frantses itzulpena Archu-k zuela egin Brunet-en edizionean. Urquijo-k dionez Vinson-ek ez omen zituen sobera gogoko :

« Como advierte M. Vinson (Bibliographie basque) esta reimpresión de G. Brunet deja mucho que desear, y las traducciones (del inspector de enseñanza primaria de la (sic) Reole, Archu) no son rigurosas ni siempre exactas. (...) A pesar de estos defectos, la edición de Brunet, y la traducción de Archu fueron, a mi juicio, de gran utilidad (...) » (Urquijo 1933,17)

30Bigarren frantsesezko itzulpenak Van Eys-enak dira, Berlin-eko Euskara aldizkarian (1886 garreneko IVgarren alean) hasi zituen argitaratzen. Hor da ere Stempf-en Glossar-a (alemanera lehen aldikotz egin ziren itzulpen eta gramatika azterketak, 1887-1893).

31BRSVAP VIII-an, berriz, 1952an Lafon-ek dio aldizkariaren aitzineko zenbakian (VIIan) Etxepareren hizkuntza-ikerketa (« étude de la langue ») egin zuela. Ez ote dugu hor liburu argitaragabearen V-garren kapitulua : « La langue de Bernard Dechepare » ? Eta BRSVAP VIIIan (143.or.) agertu zen artikuluan atxematen diren « Notes explicatives (...) »-ak ez ote dira liburuaren IV-garren kapituluan Lafon eta Reicherek ezarri gogo zituztenak ?

32Azken hitz bat. Liburuaren izenburua Bernard Dechepare zitekeen, Reicher-en Légendes basques... delakoan (Reicher, 1946) hau irakur baitezakegu :

33« À paraître prochainement : chez Maisonneuve : Bernard Dechepare (en collaboration avec René Lafon) »

34VI- garren kapitulua Le milieu littéraire-Les influences possibles Lafon-ena dea ? Okzitania eta Kataluña-ko idazleen aipamenek Renaissance du Sud... (Lafon 1970) liburuaren egilea dute gogoarazten bainan, mintzatzeko moldea, estiloa, Reicher-enak iduri... VII-garre-narendako, aldiz, dudarik ez, Reicher-ena da ondoko ohar honek argiki agertzen duen bezala :

« Nous avons expliqué ailleurs, dans Les légendes basques dans la tradition humaine la place extraordinairement prépondérante que tiennent les étoiles dans la mythologie basque. »

35Liburu hori Reicher-ek 1946-an argitaratu zuen Pariseko « Librairie d'Amérique et d'Orient »-en.

36Kapitulu batean eta bertzean ainitz iritzi lanotsu eta zalantzagarri bada, hona bakar batzu :

« Rien ne ressemble moins à la poésie amoureuse des trouvères que les âpres et violents chants de Bernard ; pourtant l'amour y est traité avec les mêmes nuances de sentiment ; » (VI)

« Bernard, comme le duc d'Aquitaine, eut le diable au corps avant d'y avoir Dieu (...) » (VI)

Recteur pasteur d'âmes il conserve sa vie débordante, ses rudes expressions d'homme ardent, sa verdeur de montagnard (...) » (VI)

« N'oublions jamais lorsque nous jugeons des choses basques qu'il nous faut faire abstraction d'habitudes de pensée valables pour les autres pays, mais qui sont en défaut lorsqu'il s'agit de celui-ci. » (VII)

« Fou d'amour il le fut souvent avant de devenir un digne et loyal prêtre. » (VII)

37Ikus daitekeen bezala, eztugu hor Etxepareren idazkien azterketa aitzinatuko duen iritzi serio eta sakonik...

38Gogora dezagun Etxepareren biziaz arras gutti dakigula :

« Casi nada se sabría de la vida del primer pœta vasco conocido (...) si en la portada de su libro no constara que fué parroco de Saint-Michel-le-Vieux, y si el mismo Dechepare no nos hubiera hablado de su encarcelamiento en una de sus composiciones titulada « Mossen Bernat echaparere cantuya. » (Urquijo, 1933, 9)

39Halaber, Etxeparek idatzi dituen hameka amodiozko koplak irakurtzen direnean eztaitezke ahantz Amorosen gaztiguya- n aurkitzen diren hitzak :

« Bercec berceric gogoan eta nic andredona maria
Andre hona daquigula gucior othoy valia » (I)

40Ezta Etxepareren esperientzia pertsonala aspalditik kodifikatuak ziren amodiozko poesietan bilatu behar. Zer gelditzen zaigu, beraz ? Han hemenka Amorosen gaztiguya -n atxematen diren aitormenak ? Bainan aitormenak direa ?

« Nihaur ere ebili niz anhicetan erhoric
Gaoaz eta egunaz ere hoçic eta veroric »
(Amorosen gaztiguya, XIX)

41Bertzalde, garaiko gutun batek (gutti gora behera 1520 eta 1530 artean idatzia) ongi dio Etxepare, alde batetik, « letratua » zela, eta bertzalde, arras ongi ikusia zela bai errege (Muy buen seruidor de Su Majestad » eta bai Baionako apezpikuarengandik, hortako baitzen « Sant Johan »-eko Bikario Jenerale izendatua izan eta ere... leku haietan apezen bizimolde « galgarria »-ren zuzentzeko (« dissoluziones de los eccles-siasticos y otras cosas no debidas que se hazian ») :

« Y que assi al dicho Obispo conssiderando la avilitat suffiçiençia y letras y otras virtudes y buena fama de Mossen Bernart de Chapare Rector de Sant Miguel proveyo a él del dicho Vicariado General de Sant Johan (..) » (Urquijo 1933, 10,11)

42Ondoko orrialdetan irakurriko diren iritzi « neo-erromantikoak » balio guttikoak izanen zaizkigu Etxepareren idazkien aztertzeko, halere, euskal testuen kritikaren historioan badukete leku.

Haut de page

Notes

1  Dans la dernière édition de l'œuvre de B. Etxepare traduite en cinq langues (Euskaltzaindia 1996) cette traduction a été reprise, mais s'y ajoute une version française incorrecte, absente dans l'édition Lafon, du bref avertissement initial en latin : « Aduertant Impressor, & lectores quod. z. nunquam ponitur pro. m. Neqite t. ante.i. pronunciatur pro.c. Et vbi virgula ponitur fub.ç.hoc modo quod fit dum praeponitur vocalibus. a.o.u. Tunc.c.pronunciabitur paulo afperius quant. z, vt in. ce. ci. » Ces lignes sont traduites ainsi : « L'imprimeur et les lecteurs noteront que la (sic) z ne remplace jamais la lettre ; que la (sic) t devant la lettre i ne se prononce pas c ; et que la lettre ç (avec cédille) quand elle précède les voyelles a, o, u se prononce alors comme la (sic) c de ce, ci, un peu plus âpre que la (sic) z. » R. Lafon aurait certainement évité ces hispanismes et il faut naturellement lire : le z, le t, le c...

2  Cf. les observations faites par Lafon in Notes pour une édition critique... au sujet de diverses analyses et traductions précédentes. En voici un exemple : « Schuchardt (...) pense que hire est pour hi ere et que la seconde moitié du vers signifie « toi aussi, tu es dupé ». Lacombe (RIEB, t. VI, pl44) semble donner raison à Schuchardt, mais ajoute qu'Archu traduit « avec assez d'exactitude « pauvre amoureux, quelle est ton erreur ! » Archu est dans le vrai : Hire est bien le génitif de hi et non une réduction de hi ere. » BRSVAP VIII, 1952, 150)

3  Cf. J. de Urquijo : « Introducción al Linguae Vasconum Primitiae de Bernard Dechepare ». RIEV 1933.

4  Le texte inédit qui indiquait à l'origine « Notes critiques » a été remplacé par « Notes explicatives » grâce à une correction manuscrite.

5  G. Reicher : Les Légendes Basques dans la tradition humaine, Librairie d'Amérique et d'Orient, Adrien Maisonneuve, Paris, 1946.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Arcocha-Scarcia, « Un texte inédit de René Lafon et Gil Reicher sur le Linguae Vasconum Primitiae (1545) », Lapurdum, 1 | 1996, 88-119.

Référence électronique

Aurélie Arcocha-Scarcia, « Un texte inédit de René Lafon et Gil Reicher sur le Linguae Vasconum Primitiae (1545) », Lapurdum [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1871 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1871

Haut de page

Droits d’auteur

Arcocha-Scarcia A. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org