Navigation – Plan du site
I. Linguistique

À propos du système pronominal dans Guero de P. de Axular (1643)

Georges Rebuschi
p. 73-85

Notes de l’auteur

Je souhaite remercier R. L. Trask pour ses commentaires sur le texte de 1995, et J.-B. Orpustan pour ses remarques sur une première version du précédent et de celui-ci : ils m'ont tous deux permis de préciser davantage quelques points. Mais je reste évidemment responsable des erreurs d'analyse qu'on pourrait trouver ici.

Texte intégral

  • 1  La raison pour laquelle je ne les appelle pas « neutres » et « emphatiques » apparaîtra dans le te (...)

11. Dans WSGP (Rebuschi, 1995), j'ai tenté de dégager les principes grammaticaux régissant la distribution complémentaire des pronoms génitifs (dorénavant PG), respectivement faibles et forts1, en basque classique du Nord (tant labourdin que central : bas-navarrais et oriental : souletin) – pronoms dont je rappelle les formes en (1) ci-après – ainsi que de décrire l'évolution de ce système, essentiellement jusqu'au XIXe siècle.

2Faute de place, il ne m'a pas été possible d'inclure trois appendices qui accompagnaient originellement le manuscrit : l'un concernait les sujets pronominaux génitifs, comme dans les extraits de Detchepare (1545) cités en (2 a, b) ; le second, la question des arguments obliques et circonstants chez Liçarrague (1571), cf. (3) ; et le dernier, les contre-exemples (apparents ou réels) trouvés dans l'édition de 1964 de G(u)ero par L. Villasante.

  • 2  Le nombre qui précède les deux points renvoie à la page de l'édition de P. Altuna (1980) et celui (...)
  • 3  Le problème technique est le suivant : on admet que la proposition subordonnée a un sujet sous-ent (...)

(2) a. ENE gaizki penatzeko hain ederrik sortu zen.
[Detchepare, 1545. 144 : 9]
« C'est pour me faire cruellement souffrir qu'elle est née si belle ».
b. NEURE gaizki penatzeko har zintzadan amore.
[Detchepare, 1545, 156 : 29]2
« C'est pour m'infliger des peines cruelles que je m'épris de vous. »3

  • 4  En labourdin, les pronoms intensifs (dont zeuron) sont exclus de tels contextes, exactement de mêm (...)

(3) Mt 16,8
« Pourquoi faites-vous en vous-mêmes cette réflexión que vous n'avez pas de pain ? »
Zer dihardukatZUE proi ZEURONi artean, zeren ogirik hartu eztuzuen ?
[Liçarrague, 1571]
Zergatik darasaZUE proi ZEUENi baitan eztuZUEla hartu ogirik ?
[Haraneder, 1742]
Zer derabilkaZUE proi ZUENi artean, ez duzuelakoz ogirik hartu ?
[Duvoisin, 1859-65]4

3Une publication indépendante, pour les deux premiers appendices mentionnés à l'instant, est en cours d'élaboration. Dans les pages qui suivent, c'est le contenu du troisième appendice qui m'intéressera. Mais pour en comprendre l'enjeu, il faut d'abord résumer les acquis essentiels de WSGP, en particulier en ce qui concerne le labourdin.

  • 5  Durant la seconde moitié du XVIIe siècle, le système très régulier décrit ci-après s'est désintégr (...)

42. Si l'on se fie précisément à la distribution des deux types de PG, on peut définir le labourdin classique stricto sensu comme la forme de basque écrite sur la côte basque française dans la première moitié du XVIIe siècle, et illustrée en particulier par Etcheverry de Ciboure (1627) et Axular (1643)5. J'ai choisi d'appeler les deux séries de PG respectivement « faible » et « forte » pour des raisons essentiellement phonologiques (présence d'une voyelle diphtonguée dans la série « forte », aux deux premières personnes du moins, vs. absence générale de toute diphtongaison dans la série « faible »), et afin d'éviter tout a priori concernant leur valeur grammaticale ou sémantico-énonciative (on va de plus voir que cette dernière valeur est absolument nulle ; cf. aussi la note 1).

  • 6  Cf. (3) ; je laisse de côté la question des objets directs de verbes nominalisés comme en (2 a) ; (...)

5Le génitif signalant ou bien la relation de « possession » au sens large, ou bien la rection par défaut du complément d'une postposition6, on peut décrire la distribution des PG faibles et forts comme suit :

(4) Quand un PG contenu dans un syntagme nominal (SN) ou un syntagme postpositionnel (SP) coréfère à un argument du verbe dont ce SN ou ce SP dénote un actant ou un circonstant, la forme forte est obligatoire.
Dans les autres cas de figure, seule la forme faible est licite.

6(J'appelle « arguments d'un verbe » les SN à l'un des trois cas qui entraînent l'apparition d'une marque d'accord sur le verbe conjugué, auxiliaire ou lexical : absolutif, ergatif ou datif, si la proposition est fléchie ; ces SN ont le même statut d'arguments lorsque la proposition n'est pas conjuguée.)

  • 7  Les références à Axular [Ax] indiquent d'abord la pagination de l'édition de 1964, puis la section (...)

73. Voici quelques illustrations de ces propriétés, et de quelques autres, concernant l'emploi des formes fortes.7

  • 8  Il n'y a donc pas d'effets dits de croisement faible (angl. Weak Cross-Over Effects), cf. Rebuschi (...)

83.1. L'ordre des mots et syntagmes est non pertinent : le SN possessivé peut précéder l'antécédent, cf. (5), même dans le cas où le génitif est dans le SN sujet, cf. (6), ou encore si cet antécédent est indéfini, cf. (7)8 :

(5) Neurei onak neuki nahi ditut gozatu. [Ax, 157/317]
« (De) MES biens je veux jouir moi-même. »

(6) Berei anaiak Josephii mintzatu zeitzanean... [Ax, 218/432]
« Quand SES frères parlèrent à Joseph... »

(7) Berei gorputzeko gaitzak emaiten baitio bat-bederarii egitekorik asko. [Ax, 137/279]
lit. « Parce que la douleur de SON corps donne à chacun suffisamment de quoi faire. »

93.2. Le même possessif ou génitif fort apparaît dans l'expression [...burua] « (ma/ta/sa) tête » qui s'interprète sémantiquement comme un argument réfléchi — mais syntaxiquement, c'est un SN de 3e personne, comme le montre l'accord en 3 sg, quelle que soit la personne du référent, et le fait que cette expression puisse être coordonnée à une autre (l'antécédent n'a pas besoin d'être explicite ; s'il est implicite, je le représente par pro) :

(8) Zeren orduan proi-ERG ZEUREi etsaia, ZEURE BURUA eta deabrua ere garaitzen baitituTZU. [Ax, 212/420]
« Parce qu'alors vous dominez votre ennemi, vous-même et même le diable. »

103.3. Lorsqu'une proposition est nominalisée, rien ne change, tous les arguments, sujet inclus, pouvant être explicites ou implicites (je note cependant le sujet sous-entendu autrement, par PRO, dans la mesure où, contrairement au « petit pro », il peut avoir une valeur indéfinie ou générique).

11– Cas avec coréférents explicites :

(9) Etzatekeien hobe [obra on horion guztion ZERORREKi... ZEUREieskuz egitea] ? [Ax, 157/317]
« N'aurait-il pas été meilleur que vous fassiez [lit. : vous-ERG faire] toutes ces bonnes œuvres vous-même, de votre (propre) main ? »

12Ici, le PG de 2e p. pol. est contenu dans un syntagme adjoint ou adverbial qui se rapporte au verbe non-fléchi egitea ; comme ce verbe a un sujet, l'emphatique zerorrek, également de 2e p. polie, la forme forte est obligatoire. Le même raisonnement s'applique au passage suivant, où la personne en cause est la première du pluriel :

(10) proi-ERG iustiziaz eztu behin ere usatzen, [GUKj lehenik GEUREjbekatuez proi hartara behartu gabe]. [Ax, 91/199]
« Il n'emploie jamais la justice sans que nous ne l'ayons préalablement forcé par nos péchés » [lit. « sans/avant nous-ERG forcer... »]

13Dans l'extrait suivant, le PG fort est contenu dans l'objet direct (lui-même au génitif) du verbe nominalisé :

(11) Iraungitzen da kolera ere [BAT BEDERAKi BEREi falten gogoratzeaz]. [Ax, 210/416]
« La colère s'éteint aussi, chacun se remémorant ses fautes. »

14– Passant aux coréférents implicites, on voit qu'il peut s'agir du sujet, comme dans :

(12) Bada fintasunaz, [PROi BEREi hitzaren leial eta iabe izaiteaz], ezta zeresanik. [Ax, 85/187]
« Il n'y a rien à dire concernant le respect de la parole donnée »
[litt. « l'être fidèle et maître de son mot »]

(13) Azken erremedioa da [PROi GEUREi baitan barrena pensatzea
[zein gauza ona den bakean egoitea]]. [Ax, 212/419]
« Le dernier remède est de penser en nous [GÉN] quelle bonne chose c'est que d'être en paix. »

15Noter que si, dans (12), on souhaitait donner directement une interprétation générique ou arbitraire à bere, ce type d'explication ne saurait rendre compte de l'occurrence de geure dans (13).

16– Mais il peut aussi être un autre argument – ici un objet indirect qui serait au datif s'il était explicite :

(14) Etsaieki [PROiproj-DAT GEUREj faltak erranez] proj emaiten derakute okazino ernatzeko. [Ax, 16/66]
« (Nos) ennemis nous donnent l'occasion de nous éveiller en nous [pro-DAT] disant nos fautes. »

174. Voici maintenant quelques extraits montrant la répartition des formes fortes et faibles selon la proximité ou l'éloignement d'un argument coréférent.

  • 9  « EZ » : Etcheverry de Ciboure ; les renvois sont tous aux pages du 2e vol. du Alanval devotionezc (...)

(15) Ardiats diezadazu proi-ERG proj-DAT [grazia [PROj ZUREi gloriaz gozatzeko]]. [EZ, 180]9
« Obtenez-moi la grâce [de jouir de votre gloire]. »

(16) proi -ERG barka iatzaguTZU [[proj-ERG ZUREi alderakotzat egiten ditugun] faltak]. [AX, 224/442]
« Pardonnez-nous les fautes que nous faisons à votre encontre. »

18Zure « votre » n'a d'antécédent local ni en (15) ni en (16), puisque le coréférent est dans la proposition principale ou matrice, et non dans la proposition minimale qui contient le génitif, cf. (4). En (17) par contre, le possessif a un antécent local, le sujet sous-entendu de la nominalisée ; la forme forte est donc de rigueur :

(17) Ardiats diezadazu proi-ERG proj-DAT [grazia [PROj NEUREj hitzen konplitzeko]]. [EZ : 182]
« Obtenez-moi la grâce [de tenir mes promesses]. »

19Considérons encore l'exemple suivant.

(18) Indazu proi-ERG proj-DAT grazia [PROj [ENEj ahalek dirauten]

bezanbat ZUREi kontzebitzeko]. [EZ : 168]
« Faites-moi la grâce de vous concevoir tant que durent mes forces. »

20Les deux génitifs sont faibles. D'une part, en effet, malgré la proximité linéaire du PRO qui coréfère avec ene, et malgré le fait que ce génitif soit dans le SN sujet de sa propre proposition, ce PRO est trop éloigné structuralement du génitif pour que ce dernier soit à la forme forte. D'autre part, zure est également faible : il représente l'objet direct du verbe nominalisé, et son coréférent est également hors de la proposition minimale qui le contient.

21Pour finir, notons que lorsqu'un argument est complexe, l'une de ses composantes ne peut servir d'antécédent à un pronom génitif fort :

(19) Prometatu zerauEn gure Jaungoikoak [Abrahanii eta HARENiondokoei], emanen zerauela Judeako erresuma on hura. [Ax, 82/182]
« Notre Seigneur promit à Abrahami et sesi compagnons qu'il leur donnerait cette bonne terre de Judée. »

  • 10  Cf. Lafitte (1962 : 93) qui dit en terme intuitifs que, dans le telles constructions, « le verbe d (...)

22Ceci est évidemment dû au fait que si Abrahan est un argument sémantique de « promettre », il n'en est pas un argument syntaxique.10

235. Considérons maintenant les cas qui font peut-être difficulté chez Axular. Le seul cas étonnant que j'aie rencontré en proposition conjuguée est le suivant :

(20) Bada mundu haur ezta bertze gauzarik, GUREi heriotzera kondenaturik gaudenon gartzele bat baizen. [Ax, 38/103]

24Si la traduction proposée par Villasante : Pues este mundo no es otra cosa que una cárcel en que nosotros estamos condenados a muerte (« Donc ce monde n'est rien d'autre qu'une geôle où nous restons, condamnés à mort » – mais plus littéralement « où nous sommes condamnés à notre mort »), est exacte, on s'attendrait à la présence de la forme forte genre, plutôt qu'à celle de la forme faible gure, étant donné que le PG a, dans cette interprétation, un coréférent dans la proposition minimale qui le contient, le sujet (sous-entendu : PRO) du verbe egon « être quelque part, rester ».

  • 11  Cette interprétation présuppose que deux autres faits soient avérés – ce qui est le cas : (a) que (...)

25Il y a cependant un problème, précisément lié à la forme même de ce verbe : on a bien gaudenON, que l'on ne saurait comprendre comme la simple forme relativisée de gaude « nous sommes/restons » ; cette forme relativisée devrait en effet être gauden « que nous sommes/restons ». La question se pose donc de savoir comment interpréter le suffixe final -on. Il me semble naturel d'y voir un génitif pluriel déictique « proche » répétant gure – en d'autres termes, il paraît souhaitable de traduire l'expression dans son ensemble par : « Ce monde n'est rien d'autre que notre [gure] geôle, à nous qui sommes [gaudenon] condamnés à mort. »11

266. Dans le passage suivant, on attendrait deux fois la forme forte zeure, dans la mesure où la proposition contient un datif (détrimental) pro qui lui coréfère :

(21) [Zeurei lurrean, [ZUREi baimendua eta lizenzia gabe], etxe bat hasten projproi dera TZUtenean]... ordenatzen du legeak, egotz ahal dezakezula obra berria. [53/127-128]
« Quand on commence à « vous » construire une maison sur votre terre sans votre autorisation ou permission, la loi permet que vous détruisiez la nouvelle construction. »

27Pourquoi a-t-on donc la forme faible dans le second cas ? Une hypothèse est que la séquence entre crochets ne soit pas un simple groupe adverbial, mais une proposition non fléchie : dans ce cas elle contiendrait un verbe sous-entendu, du type « avoir » ou « recevoir », et donc également un sujet sous-entendu PRO qui serait coindexé avec le sujet indéfini ou générique de 3e personne du pluriel proj, [PROjZUREibaimendua... IZAN/HARTU gabe] : « sans PRO (avoir) reçu votre autorisation ». Nous retrouverions alors le cas de figure illustré par les exemples ( 15) et ( 16) supra, où la forme du PG est faible parce que la proposition minimale qui contient ce PG ne contient pas d'argument qui lui coréfère.

287. Dans (22), le problème est inversé : pourquoi a-t-on une forme forte alors que le SN possessivé est, apparemment du moins, à l'intérieur d'un constituant de type propositionnel ?

(22) DuZUnean proi adiskide bat aberatsa, boteretsua eta [ZEUREi egiteko guztietan betiere fin eta leial frogatua]... [84/185-186]
« Quand vous avez un ami riche et puissant qui s'est toujours avéré loyal et fidèle quand vous êtes dans le besoin » [lit. « dans vos tâches »]

29Deux possibilités s'offrent, qui sont toutefois contradictoires. D'une part, on pourrait avancer l'hypothèse que la séquence entre crochets n'est, finalement, pas de type propositionnel, l'expression zeure egiteko guztietan étant simplement adjointe au syntagme adjectival construit autour de frogatua.

30Il me semble cependant préférable d'adopter la solution inverse, parallèle à la proposition faite pour (21) : on peut en effet aisément supposer que le verbe implicite de la proposition dont frogatua est le prédicat n'est pas la simple copule izan, mais son correspondant bivalent ou transitif, une forme d'avoir – cf. les paraphrases tout à fait naturelles en basque entre (23 a) et (23 b) :

  • 12  Le possessif est inutile, le possesseur étant exprimé par l'argument ergatif marqué par le suffixe (...)

(23) a. (ene) semea eri da
« (mon) fils est malade »
b. pro (ene/neure12) semea eri duT
lit. « j'ai mon fils malade »

31En conséquence, au lieu de (24 a), qui ferait difficulté du point de vue de la sélection du PG, on pourrait poser (24 b), avec deux arguments phoniquement non-réalisés, un absolutif et un ergatif :

(24) a. [proi ZEUREj egiteko guztietan betiere fin eta leial frogatu DENa]
litt. « (le) qui est fidèle et loyal dans vos affaires »
b. [projproi ZEUREj egiteko guztietan betiere fin eta leial frogatu DUZUNa]
litt. « (le) que vous avez fidèle et loyal dans vos affaires »

328. Le cas suivant, repris en (25), est lié à une ambiguïté lexico-grammaticale : doit-on interpréter la forme hedatzea comme un verbe nominalisé, ou comme un nom déverbal ?

(25) Hau da ausartzia, presunzionea... eta miseriokordia heltzen den baiño aitzinago ZURE desiraren hedatzea. [99/213-214]
« Ceci est (pure) témérité, et présomption, et une manière d'étendre votre désir au-delà de la portée de la miséricorde divine. »

  • 13  Voir Trask (1995) pour une étude détaillée de cette opposition.

33Si l'on interprète hedatzea comme une forme verbale, « le fait de s'étendre » (cf. l'anglais extending), on attendrait la forme forte, car le sujet (sous-entendu, mais on a vu plusieurs fois qu'un sujet sous-entendu est grammaticalement actif) de ce procès coréfère au PG. Mais les entités en t(z)e(a) sont en fait ambiguës : il peut s'agir également d'un simple nom (« l'extension »), obtenu par dérivation13 ; dans ce dernier cas, il n'y a pas de sujet sous-entendu, si bien que la forme faible qui apparaît est alors normale. Or le contexte linguistique immédiat vient corroborer cette alternative : la modification est de type adjectival :... aitzinAGO « plus avant » et non pas adverbial (on n'a pas : aitzina-goRIK) : la construction semble donc bien totalement régulière.

349. En ce qui concerne les passages reproduits ci-après par contre, j'avoue n'avoir rien à dire, sauf bien entendu que zeure serait régulier, comme on peut s'en rendre compte aujourd'hui encore en remplaçant la 2e personne polie par une troisième personne, et en comparant ensuite le statut respectif de bere et de haren) :

(26) Urte honetan gaixto izanik, datorkeienean onduko eta prestutuko zarela diozu. Bada biz hala, zuk diozun bezala, eta gogogan darabillazun bezala gerta dakizun, eta urte hunetan gaixto izanik, ZURE gero horretan, etorkizunean prestu ZAITezin. [101/216]
« Étant méchant cette année, vous dites que vous deviendrez meilleur et vertueux l'année prochaine. Qu'il en soit ainsi, comme vous dites, et que tout se produise comme vous l'imaginez, si bien que, quoique étant mauvais cette année, vousi deveniez vertueux à l'avenir, dans à « ce futur vôtrei ». »

(27) Non da halaber bitartean, urte honetan [[ZURE gero horretara hel arterainokoan] galtzen duZU] n denbora ? [ibid.]
« Et pendant ce temps, que dire du temps que vous gâchez cette année (à attendre) de parvenir à ce futur vôtre ? »

  • 14  Le rôle de facteur opacifiant (dans les situations syntaxiques où la localité est décisive) joué e (...)

35En particulier, rien n'indique que la présence d'un démonstratif joue un rôle quelconque ici, mais je reconnais manquer de données à ce sujet.14

  • 15  Il est également exclu d'envisager que zure soit ici un sujet génitif : dans ce cas, on attendrait (...)

36Cependant, dans le cas de (27), il existe peut-être une solution qui rendrait le passage régulier : il est en effet possible d'imaginer que le PRO sujet sous-entendu de hel « arriver » n'est pas « contrôlé » par le sujet pro de la proposition principale, lui-même marqué par le suffixe -zu (2 pol.), mais par le nom relativisé denbora « le temps ».15

3710. Dans l'extrait suivant, la forme forte bere n'a apparemment pas d'antécédent local, puisque ikusirik « voyant » semble n'avoir, outre le SN contenant le PG, qu'un seul autre argument, la question enchâssée [nola proi zihoan] :

(28) Gizon bati zihoan behin... bertze baten hiltzera, eta [ikusirik
[BEREi adiskide batek] j [nola proi zihoan]], galdegin zerauKAn... [211/416-417]
« Un fois, un hommei allait en tuer un autre, et, un des ses ; amis voyant ce qu'ilj allait faire [litt. « comment il allait »], lui demanda :... »

  • 16  Ajoutons que l'ordre des constituants interdit de considérer que le pro datif marqué par le suffix (...)

38Noter en particulier que le PRO sujet sous-entendu de ikusirik est contrôlé par bere adiskide batekj, ce qui exclut en principe toute occurrence de la forme forte16. Il n'est cependant pas impossible de sauver encore une fois les données, en analysant la proposition participiale comme illustrant un cas de prolepse, c'est-à-dire, plus spécifiquement, comme contenant un pro (objet direct du verbe ikusirik) qui fonctionnerait alors bien comme l'antécédent local du pronom fort.

39Il est vrai que la prolepse est généralement condamnée par les basquisants prescriptivistes. J'étaierai donc cette hypothèse avec un exemple tiré d'Axular lui-même :

(29) Orai badirudi EUSKARAKi [proi ahalke dela...] [10/55]
« Il semble aujourd'hui que le basque soit intimidé... »
litt. « Le basquei semble aujourd'hui qu'ili soit honteux »

  • 17  La solution à ce contre-exemple apparent m'a été suggérée par R. L. Trask (p.c).

4011. C'est à un cas plus usuel d'occurrence d'un argument non visible que l'on peut attribuer le tour suivant :17

(30) Baldin etsaiai [PROi GEUREj arimako gazteluan sartzetik] nahi badugu proj begiratu... [256/504]
« Si nousi voulons empêcher le diable de pénétrer dans le château de notrei âme... »

41Comme j'ai consacré quelques lignes (cf. les sections 3 et 4) à montrer que toutes les propositions, qu'elles soient conjuguées ou non, d'une part représentent des domaines locaux opaques en labourdin classique, et d'autre part contiennent des arguments éventuellement non-sujets invisibles, il suffit ici de poser que le prédicat sartu ≈ sartzetik a en fait, outre son argument sujet et son argument locatif, un argument datif détrimentaire, ce que tous les dialectes basques de toutes les époques ont toujours permis. Pour nous limiter aux dialectes basques du Nord, il suffira de citer trois traductions de Jean 18, 10, qui font apparaître ce troisième argument dans une proposition conjuguée (31 a-c), puis deux constructions contemporaines dans lesquelles non seulement l'argument détrimentaire proprement dit est silencieux (pro), mais dans lesquelles la forme verbale fléchie qui marquerait le datif de 3 sg. est elle-même absente, (32 a, b) :

(31) Puis Simon-Pierre... frappa le serviteur... et LUI trancha l'oreille droite.
a Simon Pierrisek jo zezan zerbitzaria eta ebaki ziezOn eskuineko beharria. [Liçarrague, 1571]
b ... ebaki ziOen eskuineko beharria. [Haraneder, 1742]
c ... moztu ziOen eskuineko beharria. [Duvoisin, 1865]

(32) a ... mutila jo zuen eta eskuineko beharria moztu Ø. [Ezkila, 1974]
b ... mitila jo zian eta eskuineko beharria moztu Ø.
[Casenave, 1986, p. 146]

  • 18  Balayer d'un coup de plume les ex. (32) comme relevant de la « simple » ellipse ne peut suffire à (...)

42(Voir aussi l'exemple (14) supra, qui est en fait de même type, à ceci près que le pro datif a un coréférent pro rendu plus « visible » par la marque de datif -ku- dans la forme verbale fléchie de la proposition principale.18)

4312. Si les explications qui précèdent (§§ 5 à 11) sont acceptées, seul l'exemple (26) représenterait un contre-exemple absolu aux règles résumées dans la première partie de ce texte. En effet, toutes les éditions consultées présentent zure – mais une coquille n'est pas à exclure, car, dans le dernier cas que j'aie à présenter, c'est la solution la plus naturelle à proposer :

(33) Edirenen duZUE proi ZUENi arimentzat bake eta sosegu. [312/616]
« Vous trouverez paix et repos pour votre âme. »

44Le PG introduit un circonstant, « pour votre âme », adjoint à un prédicat dont une 2e personne est argument (le sujet pro de 2e p. pl. représenté par le suffixe -zue dans la forme verbale conjuguée duzue). On s'attendrait donc à la forme forte zeuen plutôt qu'à la faible zuen. Si l'on se reporte maintenant à l'édition fac-similé du texte de 1643, on lit (p. 483) : edirenen duçue CUEN arimentçat..., ce qui est évidemment une erreur : l'orthographe de l'époque exigeait soit une cédille sous le « c »devant le « u » : ÇUEN (forme faible), soit, pour la forme forte, un « e » entre le « c » et le « u » : CEUEN. Face à cette alternative, il suffit donc de corriger en lisant CEUEN plutôt que ÇUEN, ce qui n'est que très naturel une fois que le système d'opposition entre les deux types de formes est pris en compte.

4513. En guise de conclusion, il est donc possible de souligner l'extrême régularité de la distribution des formes fortes et faibles de pronoms génitifs chez Axular. Un lecteur (anonyme !) de WSGP m'a écrit, suite à la publication de l'ouvrage dont ce texte constitue le dernier chapitre, pour me dire que le « labourdin classique » tel que je l'y ai décrit était un pur mythe. C'est évidemment une absurdité, mais cela ne signifie pourtant pas qu'il faille en importer de manière prescriptive tous les détails dans la langue moderne unifiée qui est en train de se construire : l'absence de tout rendement fonctionnel de l'opposition entre les deux types de pronoms condamnait nécessairement la belle mécanique axularrienne à disparaître à terme, et l'étude détaillée fournie par WSGP montre que ce système n'a effectivement perduré que très peu de temps.

Haut de page

Bibliographie

Sources basques

[Ax] Axular, Pedro de. 1643. Guero. Bordeaux : Milanges. Ed. avec trad. espagnole par L. Villasante, Barcelone : Juan Flors, 1964. Ed. fac-sim. de la première, Euskal-tzaindia, Bilbao, 1988.

Casenave, Junes. 1986. Egün oroetako irakurgeiak. Zarauz : Itxaropena.

Detchepare, Bernard. 1545. Lingvae Vasconvm Primitiæ. Nlleséd.: (i) par L. Aquesolo, R. Lafon, & L. Michelena, avec trad. esp. et fr, Saint-Sebastien : Edili, 1968 ; (ii) par P. Altuna, Bilbao : Mensajero, 1980.

Duvoisin, Jean. 1865. Bible edo Testament Zahar eta Berria [...]. Londres, 1859-65. Fac-sim., Bilbao : Gran Enciclopedia Vasca, 1972.

[EZ] Etcheverry Joannes, de Ciboure. 1627. Manval devotionezcoa [...] – 2e éd., Bordeaux, Mongiron-Millanges (2 vols.), 1669. Fac-sim. de cette derniere en 1 vol., Saint-Sebastien : Hordago, 197919.

« Ezkila ». 1974. Jesu Kristoren Berri Ona. Belloc : Éditions Ezkila.

Haraneder, Joannes de. 1742. Jesu Christoren Evangelio Saindua. Ms. éd. par P. Altuna, Bilbao : Euskaltzaindia, 1990.

Liçarrague, Joannes. 1771. Iesus Christ Gure Iaunaren Testamentu Berria – Kalendera –ABC edo Christinoen Instructionea. La Rochelle : Haution. Réimpr. en fac-sim., avec une introduction par Th. Linschmann & H. Schuchardt, Strasbourg : Trübner, 1900. Fac-sim. de cette réimpr, Bilbao : Euskaltzaindia, 1990.

Références linguistiques

Lafitte, Pierre. 1962. Grammaire basque ; dialecte navarro-labourdin litteraire. Bayonne : Amis du Musee Basque & Ikas.

Rebuschi, G. 1989. « Is there a VP in Basque ? ». In P. Muysken & L. K. Maracz (eds.), Configurationality : the Typology of Asymmetries (Dordrecht : Foris), 85-116.

Rebuschi, G. 1995. « Weak and Strong Genitive Pronouns in Northern Basque : A Diachronic Perspective ». In J. I. Hualde, J. A. Lakarra & R. L. Trask (eds.), Towards a History of the Basque Language (Amsterdam, Benjamins), 313-356.

Reinhart, T, & E. Reuland. 1993. « Reflexivitv » – Linguistic Inquirv 24/4 : 657-720.

Sarasola, Ibon. 1980. « Nire – neure, lure-zeure literatur tradizioan ». Euskera 25/2 : 430-446.

Trask, Robert L. 1995. « On the History of the Non-Finite Verb Forms in Basque ». In J. I. Hualde, J. A. Lakarra & R. L. Trask (eds.), Towards a History of the Basque Language (Amsterdam, Ben-jamins), 207-234.

Haut de page

Notes

1  La raison pour laquelle je ne les appelle pas « neutres » et « emphatiques » apparaîtra dans le texte ; en deux mots, il n'y a emphase que s'il y a choix pour le locuteur, ou, à la rigueur, si le contexte force (parce qu'il apporte un élément contrastif) à employer un élément marqué comme focal ; or, on le verra, rien ne permet de dire que, en labourdin classique, les formes que j'appelle « fortes » étaient emphatiques – au contraire, leur distribution était entièrement régie par des contraintes structurales, c'est-à-dire purement mécaniques et aveugles, et ce, tant pour les deux premières personnes (du singulier comme du pluriel) que pour la troisième.

2  Le nombre qui précède les deux points renvoie à la page de l'édition de P. Altuna (1980) et celui qui les suit, au numéro du vers dans cette même édition ; la traduction est par contre de R. Lafon.

3  Le problème technique est le suivant : on admet que la proposition subordonnée a un sujet sous-entendu qui joue un rôle syntaxique, au moins en (2 a) : la forme génitive de l'objet « direct » y est donc régulière ; en (2 b) par contre, si la construction basque était celle qu'indique la traduction de Lafon, on attendrait la forme réfléchie neure buruaren... (Faut-il préciser que j'appelle ici « directs » des compléments effectivement au génitif, tout simplement parce qu'ils seraient à l'absolutif si la proposition était fléchie ?).

4  En labourdin, les pronoms intensifs (dont zeuron) sont exclus de tels contextes, exactement de même que les génitifs faibles, et ce, pour des raisons qui apparaîtront plus loin ; la question est donc de savoir ce qui rend le pronom intensif possible ici.

5  Durant la seconde moitié du XVIIe siècle, le système très régulier décrit ci-après s'est désintégré, et de plus extrêmement rapidement – cf. WSGP, section 3.

6  Cf. (3) ; je laisse de côté la question des objets directs de verbes nominalisés comme en (2 a) ; voir cependant la note 14 à ce sujet. Deux autres cas ne seront pas abordés : (i) celui des formes fortes dans les SN vocatifs (cas traité en partie dans WSGP, § 5.3, car la description qu'en propose Sarasola (1980) ne me paraît pas satisfaisante), et celui des prédicats secondaires (ce que la grammaire traditionnelle appelle « constructions avec attribut de l'objet »), lorsqu'un pronom génitif est dans ce prédicat, et que son coréférent n'est précisément pas l'objet direct, mais le sujet de la proposition globale. Les données dont je dispose sur ce cas de figure me semblent contradictoires.

7  Les références à Axular [Ax] indiquent d'abord la pagination de l'édition de 1964, puis la section selon la numérotation de L. Villasante.

8  Il n'y a donc pas d'effets dits de croisement faible (angl. Weak Cross-Over Effects), cf. Rebuschi (1989).

9  « EZ » : Etcheverry de Ciboure ; les renvois sont tous aux pages du 2e vol. du Alanval devotionezcoa, renumérotées à partir de 1 dans l'édition fac-sim. employée (cf. la bibliographie).

10  Cf. Lafitte (1962 : 93) qui dit en terme intuitifs que, dans le telles constructions, « le verbe déborde » le sous-argument antécédent du possessif. Pour un point de vue théorique moderne sur ces questions, voir Reinhart et Reuland (1993).

11  Cette interprétation présuppose que deux autres faits soient avérés – ce qui est le cas : (a) que les expressions en apposition dupliquent le cas des éléments auquels elles sont apposées, et (b) que les adverbiaux (en particulier de lieu) puissent rester invisibles.

12  Le possessif est inutile, le possesseur étant exprimé par l'argument ergatif marqué par le suffixe -t. Ajoutons que dans la langue spontanée d'aujourd'hui, le PG fort neure a disparu (de même que les autres PG forts de 1re et 2e personnes).

13  Voir Trask (1995) pour une étude détaillée de cette opposition.

14  Le rôle de facteur opacifiant (dans les situations syntaxiques où la localité est décisive) joué en anglais, mais en français aussi, par les démonstratifs est bien connu ; il est illustré par la différence d'acceptabilité entre les deux phrases suivantes :
(i) Nous avons acheté DES photos les uns des autres
Nous avons acheté CES photos les uns des autres

15  Il est également exclu d'envisager que zure soit ici un sujet génitif : dans ce cas, on attendrait à nouveau zeure – comparer (2b), où un PG sujet est fort car coréférant à un argument de la proposition principale.

16  Ajoutons que l'ordre des constituants interdit de considérer que le pro datif marqué par le suffixe -ka- de la proposition radicale soit l'élément qui rende bere licite : il faudrait en effet admettre que le SN entier bere adiskide batek soit lui-même le sujet de goi-degin zerauKAn « (il) lui demanda », tout en se trouvant inséré entre ikusirik et la complétive en nola... – alors que ce SN ne peut que coréférer à ce nouveau sujet invisible pro.

17  La solution à ce contre-exemple apparent m'a été suggérée par R. L. Trask (p.c).

18  Balayer d'un coup de plume les ex. (32) comme relevant de la « simple » ellipse ne peut suffire à mes yeux, dans la mesure où l'ellipse ne peut se reconnaître que moyennant la récupérabilité morpho-syntaxique des éléments effacés. Or ce qui est effacé ici, c'est ou bien la forme même de l'auxiliaire zuen, ou bien son contenu grammatical – mais dans les deux cas, il n'y a d'information que sur la personne et le nombre du sujet (3 sg.) et de l'objet (id.), et aucune information concernant un éventuel 3e argument au datif...

19  Les pages citées de cet auteur (ex. (15), (17), (18)) sont en fait celles du 2e volume, réimprimé sans renumérotation à la suite du premier.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Rebuschi, « À propos du système pronominal dans Guero de P. de Axular (1643) », Lapurdum, 1 | 1996, 73-85.

Référence électronique

Georges Rebuschi, « À propos du système pronominal dans Guero de P. de Axular (1643) », Lapurdum [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1864 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1864

Haut de page

Auteur

Georges Rebuschi

Professeur d’université
Université Paris III - Sorbonne nouvelle, ERS 142 du CNRS
georges.rebuschi1@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Rebuschi G. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org