Navigation – Plan du site
I. Linguistique

À propos de Calpe, Ilumberri et les autres

Michel Morvan
p. 21-24

Entrées d'index

Thèmes :

linguistique

Mots-clés :

toponymie, étymologie

Géographie :

Péninsule ibérique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. M. Morvan, Les origines linguistiques du basque, thèse, Bordeaux, 1992, p. 551.

1On sait que dans l'Antiquité l'ancien nom de Gibraltar ou Djebel Tarik (Montagne de Tarik en arabe) était Calpe (Pollion, lettre à Cicéron, Fam. 10, 32, 1). J'ai rappelé dans ma thèse sur les origines du basque l'existence de ce toponyme ainsi que sa probable étymologie1

2Le site de Calpe /Gibraltar se décrit comme un village au pied d'un gros rocher dominant la mer. Il vient donc tout de suite à l'esprit de l'étymologiste l'idée de l'expliquer par la racine pré-i.-e. *kar-/kal- « pierre, roche », par extension « rocher, montagne ». Cette racine se prête fort bien à un tel toponyme étant donné la topographie.

3Mais il reste à expliquer le second morphème -pe. Inévitablement on est amené à penser au morphème basque suffixé (le plus souvent)-be/-pe « en bas, au pied de, sous », étant donné la situation du village au pied du rocher en question. Le rapprochement est très convaincant à mon avis.

  • 2  Voir à ce sujet les cartes de J. Untermann, in Sprachräume und Spraclibewegungen imvorrömisclien H (...)

4Tout ceci ne justifierait pas nécessairement un article entier si Calpe était un nom isolé. Une simple note suffirait. Mais ce n'est pas le cas. Il existe en effet en Espagne un autre village nommé également Calpe ou Calp. Il se trouve à environ 65 km, au nord d'Alicante, région dont on sait qu'elle fut occupée par les Ibères elle-aussi, dont la civilisation s'étendait sur la partie orientale et côtière de la Péninsule2 ainsi que sur une partie de la côte sud de la France.

  • 3  Cf. J.L. Romàn del Cerro, El desciframiento de la lengua ibérica en la Ofrenda de los puehlos, Ali (...)

5Examinons maintenant la situation topographique de cet autre Calp(e) afin de savoir si on peut le rapprocher de Calpe /Gibraltar. Le vieux village de Calp(e) au nord d'Alicante est situé très précisément au pied d'un grand rocher nommé rocher d'Ifach ou Penyal d'Ifac. Cette fois encore nous avons une correspondance parfaite entre le toponyme et la topographie : village au pied d'un rocher, comme à Gibraltar. J.L. Romàn del Cerro, dans son ouvrage sur le déchiffrement de la langue ibère3 évoque également ce toponyme, tout en oubliant complètement de le rapprocher de Calpe/Gibraltar, ce qui pourtant, à mon avis, crève les yeux.

  • 4  Cf. R.M. de Azkue, Diccionario Vasco-Español-Froncés.Bilbao, 1905, p. 224 et 623.

6Pour ces toponymes, la conclusion s'impose d'elle-même : les toponymes ibères du type Calpe signifient bien « sous le rocher, en bas du rocher » et la correspondance avec le basque actuel kharbe ou harpe « caverne, grotte »4 semble totale.

  • 5  Cf. les travaux de Humboldt, Luchaire, etc.
  • 6  Cf. J. Allières, Les Basques, Paris, 1986, p. 16.
  • 7  Cf. M. Morvan, Mise à jour des manuels d'onomastique, in Nouvelle Revue d'Onomastique, n° 23-24, P (...)
  • 8  L.A. Lejosne, Dictionnaire topographique du département des Hautes-Pyrénées, Pau, 1865/1992, p. 10 (...)
  • 9  A. Dauzat, Dictionnaire des noms de lieux en France, Paris, 1963, p. 409.
  • 10  A. Dauzat, Ch. Rostaing, DNLF, Paris, 1978, p.XII ; H. Polge, RIO, Paris, 1974, p. 140.

7L'existence de ces toponymes du type *kal-pe vient s'ajouter aux fameux Iliberri /Ilumberri qui parsèment le domaine ibéro-aquitain et de la présence desquels on s'est avisé depuis longtemps déjà5 en étant bien obligé de constater qu'ils sont présents à la fois en territoire ibère et en territoire basco-aquitain, ce que J. Allières trouve « irritant »6 vu les nombreuses controverses sur la parenté éventuelle entre le basque et l'ibère. En ce qui concerne le domaine aquitain, une nouvelle avancée a été rendue possible. J'ai en effet signalé7 que la publication récente du Dictionnaire Topographique des Hautes-Pyrénées de L.A. Lejosne permet d'ajouter maintenant une nouvelle attestation d'un ancien Ilumberri avec la commune de Lombrès (canton de Saint-Laurent de Neste) dont les formes anciennes sont Lumberii en 1200 (Cartulaire de Comminges) et Lumbrez en 1667 (censier)8, ce qui annule la mention « obscur » que donnait A. Dauzat9, dont il faut reconnaître à sa décharge qu'il n'avait pas connaissance du dictionnaire de Lejosne. Il renvoyait seulement à Lombez (Gers) qu'il glosait d'ailleurs à son tour comme « obscur, probablement pré-latin comme Lombia (Basses-Pyr.) ». Toutefois, dans le supplément de la deuxième édition du DNLF, Ch. Rostaing mentionne l'hypothèse de H.Polge au sujet de Lombez parue entre-temps dans la Revue Internationale d'Onomastique : « serait *Ilinberris »10. C'est évidemment la bonne solution. On sait donc que Lombez (Gers) est un autre llumberri(s), tout comme Auch lui-même au demeurant, le chef-lieu du département (Elimberris).

  • 11  Voir note 7.
  • 12  A. Dauzat, op. cit., p. 409.
  • 13  E. Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2, n° 14890, p. 850.

8J'ai découvert en outre11 qu'il fallait remonter la limite extrême connue des Ilumberri(s) plus au nord jusque dans le département du Tarn avec la commune de Lombers que Dauzat glose ainsi : « peut-être du nom d'homme germanique Laumbert « (sic)12. Même l'ouvrage récent de E. Nègre13 n'est ici d'aucun secours, car l'auteur écrit : « peut-être du germanique Hlodebertus traité comme « Hlodenbertius ». Or les formes anciennes sont Lumbers en 1116, Lombers vers 1150, Lumberium en 1256.

9La liste des anciens Ilumberri connus, ces « Villeneuve » des Ibères et des Aquitains, équivalents des fameuses têtes de pont grecques du type Néapolis, s'allonge donc encore et remonte aussi plus au nord jusque dans le département du Tarn. Avec Lombrès (Htes-Pyr.) et Lombers (Tarn), ce sont deux attestations nouvelles qui sont mises au jour pour le seul domaine aquitain, ce qui n'est pas rien. Si l'on ajoute à cela les Ilumberri et Iliberri d'Espagne et du littoral français (Lumbier, Grenade, Elne, Collioure) et les Calpe étudiés plus haut, voilà qui apporte de l'eau au moulin de l'hypothèse de la présence en basque d'une couche lexicale ibère. Pour autant on se gardera d'affirmer comme le fait prématurément J.L. Romàn del Cerro que l'ibère est l'ancêtre direct du basque. Qu'il y ait un certain « cousinage » par l'intermédiaire d'une couche lexicale commune est aujourd'hui un fait certain, mais on doit en rester là pour le moment. Le basque comporte plusieurs couches ou strates lexicales comme je l'ai écrit dans ma thèse de doctorat à plusieurs reprises, dont les éléments de certaines sont à rechercher à travers toute l'Eurasie.

10On remarquera enfin, pour terminer, que les formes Lumbier, Lombrès, Lombez et Lombrès se situent toutes les quatre sur un axe quasi rectiligne sud-ouest / nord-est (ou inversement si l'on part de Lombers). Je suis bien incapable de dire s'il s'agit d'un pur hasard ou si ce fait a une quelconque pertinence.

Haut de page

Notes

1  Cf. M. Morvan, Les origines linguistiques du basque, thèse, Bordeaux, 1992, p. 551.

2  Voir à ce sujet les cartes de J. Untermann, in Sprachräume und Spraclibewegungen imvorrömisclien Hispanien, Wiebaden, 1961, cartes.

3  Cf. J.L. Romàn del Cerro, El desciframiento de la lengua ibérica en la Ofrenda de los puehlos, Alicante, 1990, p. 30.

4  Cf. R.M. de Azkue, Diccionario Vasco-Español-Froncés.Bilbao, 1905, p. 224 et 623.

5  Cf. les travaux de Humboldt, Luchaire, etc.

6  Cf. J. Allières, Les Basques, Paris, 1986, p. 16.

7  Cf. M. Morvan, Mise à jour des manuels d'onomastique, in Nouvelle Revue d'Onomastique, n° 23-24, Paris, 1994, pp. 239-240.

8  L.A. Lejosne, Dictionnaire topographique du département des Hautes-Pyrénées, Pau, 1865/1992, p. 102.

9  A. Dauzat, Dictionnaire des noms de lieux en France, Paris, 1963, p. 409.

10  A. Dauzat, Ch. Rostaing, DNLF, Paris, 1978, p.XII ; H. Polge, RIO, Paris, 1974, p. 140.

11  Voir note 7.

12  A. Dauzat, op. cit., p. 409.

13  E. Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2, n° 14890, p. 850.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Morvan, « À propos de Calpe, Ilumberri et les autres », Lapurdum [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1853

Haut de page

Auteur

Michel Morvan

ERS 142 du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Morvan M. | IKER

Haut de page