Navigation – Plan du site

Le magicien-guérisseur du carnet de voyage de 1835 d'Antoine d'Abbadie

Yvette Cardaillac-Hermosilla
p. 93-107

Entrées d'index

Thèmes :

littérature

Chronologie :

19e siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sánchez Lavega. Agustín, “Planeta en el universo”. Congrès International pour le centenaire d'Anto (...)
  • 2  Cardaillac. Yvette “L'orientalisme au château d'Abbadie”. Congrès International pour le centenaire (...)
  • 3  Chiromancie : du grec kheir. kheiros : main et manteia : divination, art de deviner et de prédire (...)
  • 4  Chirognomonic : art de connaître le caractère des personnes par la forme de la main.
  • 5  p. 105.
  • 6  Jamet. Christian. Delacroix, images de l'Orient. Paris. Herschcr. 1995, 64. “Le combat du giaour e (...)

1Les éléments orientaux et magiques structurent le journal de voyage de 1935 écrit par Antoine d'Abbadie, âgé de 25 ans, à la recherche d'orientations en train de construire un destin marqué par les étoiles selon la conception astrologique et astronomique qui hantera toute l'époque classique et le Moyen Age avant de se dissocier et de s'opposer à la Renaissance. Le jeune homme ne va pas se démarquer de cette notion originelle puisqu'il va vivre tout au long de sa vie selon cette double orientation, c'est-à-dire la connaissance scientifique du monde stellaire comme l'a bien montré dans sa conférence lors du centenaire Agustin Sánchez Lavega1 et la perspective symbolique, poétique et religieuse des étoiles, comme nous avons essayé de l'expliquer dans notre exposé « L'orientalisme au château d'Abbadie »2. Ainsi, au folio 15, apparaissent les notes sur son horoscope, situées environ au 2/9e du texte, comprenant 73 folios. De même, 2/9e avant la fin, au folio 53, nous relevons le mot « Quiromancier » qui nous semble-t-il doit être lu « chiromancien ou chiromancie », en tenant compte des problèmes orthographiques répétés de ce basque français anglophone apprenant l'arabe. Il s'agit du titre d'un livre à relier qui montrerait l'intérêt concernant les diverses aspects des arts magiques ou divinatoires. En particulier la chiromancie, très pratiquée au XVIe siècle et au début du XVIIe, retrouve une grande vogue au XIXe siècle. Le capitaine d'Arpentigny et Desbarolles publient des ouvrages traitant à la fois de chiromancie3 et de chirognomonie4. Sur la même page5 nous trouvons une poésie arabe. Il présente le Cheikh, personnage clef de la poésie orientale, sublimé ici et nimbé d'une lumière mythique à la Delacroix6. Mais il recherche la femme fleur, l'amour dans une oasis ou le vent du désert. Ils apparaissent comme des stéréotypes qui nourrissent l'imaginaire de la bourgeoisie éclairée et de la noblesse du XIXe siècle dans sa représentation d'un Orient mythique. Rêve fugace d'un jeune homme de 25 ans, il relève des images et de l'échange timide qui caractérise l'attitude du magicien-guérisseur qui montre bien la communauté de construction entre les deux textes. Le portrait du magicien situé au dernier 9e du texte par sa position apparaît comme le développement et le point d'orgue des thèmes magiques et orientalistes structurant le volume qui finit sur une note intéressante qui nous donne une possibilité d'analyse, le livre lui-même est considéré comme un premier-né, un fils chéri résultant du travail de l'écriture, écho du fils esclave du magicien et d'Antoine d'Abbadie, fils orphelin de père en 1835.

Portrait de chef éthiopien (volé) château d’Abbadia

  • 7  Urkizu Patri. Arkotxa-Searcia Aurelia, Arkotxa Fermin. Pensée, études et voyages de 1835. II. Anto (...)

2Ces textes se répondent en écho dans le recueil et semblent former un tout car ils font référence à des intérêts et des connaissances complémentaires de leur auteur. Le portrait du magicien guérisseur qui voyage en Orient figurant sur le carnet de voyage d'Antoine d'Abbadie7 en 1835 se situe du folio 65 verso au folio 66 recto, c'est-à-dire dans la partie finale. Selon son auteur, résultat d'un travail fait avec amour (« j'ai chéri », « caresses ») et opiniâtreté (« corrections ») comme préparation au voyage en Orient, dont rêvaient les jeunes gens bien nés et fortunés de l'époque romantique.

  • 8  L'alchimie est une des “sciences” traditionnelles de l'Islam désignée par le même terme que la chi (...)

3L'archétype du magicien est présent ici avec les instruments de son pouvoir, charmes, talismans, amulettes, soins, fabrication de l'or8. Une technique de la narration individualise le personnage. Un syncrétisme des influences orientales et de l'attitude romantique mêle des références autobiographiques à une problématique aux limites flottantes entre magie, science et religion qu'il résout à sa manière (science, astuce/ignorance, foi).

  • 9  Amulette : du latin amulctum. Certaines amulettes sont utilisées contre le mauvais œil et constitu (...)

4L'archétype du magicien guérisseur présenté ici correspond à un modèle éternel qui se reproduit à travers le temps et l'espace avec des éléments fixes dont quelques aspects varient en fonction des circonstances historiques et des modalités géographiques. Ici, les attributs de son pouvoir sont les amulettes9, talismans et charmes. Antoine d'Abbadie en fait des mots synonymes mais en réalité les spécialistes les différencient. Le talisman du persan « tilismat » vient du mot grec byzantin ‘cérémonie religieuse’ et du grec ‘faire un sacrifice’. C'est un mot d'origine savante d'importation européenne. Il apparaît en français en 1637. Les musulmans composent des talismans avec l'inscription sur une feuille ou un parchemin de versets du Coran et en particulier celles désignées sous le nom de Kousi (le trône). On les porte habituellement dans une boîte en or ou en argent suspendue au cou ou aux vêtements. Les amulettes se forment avec des plantes, du métal ou des pierres précieuses, souvent réunies dans des sachets de tissu précieux, elles apparaissent comme de second ordre par rapport aux talismans religieux. En Espagne, les nouveaux chrétiens ou musulmans convertis se caractérisent aux yeux des chrétiens par le port de talismans et cela même si les chrétiens eux-mêmes s'adonnent assez souvent à cette pratique. Dans le texte les charmes sont constituées par des inscriptions latines indiquant la place, la santé et les projets du magicien. Les instruments du pouvoir sont des talismans et le mot amulette conviendrait. Les boussoles et la montre sont présentées comme grandes amulettes avec un emploi convenable.

5Dans ce portrait qui se veut noble et majestueux, la précision n'est pas le problème, au contraire l'écrivain crée toute une esthétique du flou destiné à donner du relief aux éléments indiscutables et essentiels. Le narrateur omniscient est le maître du pouvoir que lui confère l'écriture comme celui que le Verbe donne au magicien.

  • 10  Cohn. Norman. Démonolâtrie et sorcellerie au Moven Age. fantasmes et réalités. Paris. Payot 1982. (...)
  • 11  Heningsen. Gustav. The witche's advocat : Basque witchcraf and spanish Inquisition (1609-1614). Un (...)

6Dans cette fiction, les activités curatives se limitent aux pratiques courantes de soin en milieu rural mais elles n'abordent jamais les réalisations maléfiques des sorcières telles qu'elles se sont développées dans les fantasmes populaires succédant à ceux des clercs au XVIe et XVIIe siècles en Europe10. Le développement juridique de divers cas dans le village de Zugarramurdi, peu éloigné d'Hendaye et sans doute connu par le très cultivé Antoine d'Abbadie, ne s'intègre pas dans sa vision du monde. Par sa création il nous montre qu'il partage l'attitude éclairée de l'inquisiteur espagnol Salazar y Frías11 qui, à Logroño, n'ajouta pas foi aux dires des enfants et des vieillards, témoins, croyaient-ils. de terribles manifestations. D'ailleurs comme le montrent les portraits de magiciens mis en annexes, le guérisseur en Orient fuit toute magie diabolique ou maléfique. Les concepts magiques précis peuvent être intervertis sans nuire à la fresque d'ensemble. Et l'essentiel est de brosser une scène de genre non à la manière de la peinture hollandaise réaliste du XVIIe mais selon la mode régnant au XIXe siècle.

7Les guérisons s'effectuent au moyen de produits simples « écorces de fruits secs et pulvérisés » et « substances innocentes ». Bien que les indications ne soient pas très précises elles s'intègrent dans la tradition de la médecine naturelle à base de simples utilisées dans les civilisations agraires. La relation avec l'au-delà est présentée lors de la consultation de ses boussoles ou de sa montre : pour le vulgaire il s'agit de se mettre en relation avec l'âme du père ou avec le bon génie/ange gardien. La fabrication de l'or à partir de métal vulgaire fait référence au rêve des alchimistes relié à la position des étoiles « il disait ne pouvoir en faire que sous certains aspects des astres » nous dit le narrateur.

8Le point de vue de ce dernier, facteur essentiel de la mise en scène de la fiction détermine par son regard donne une vision qui hiérarchise, dirige et fixe les significations. Ici, il est omniscient car il dévoile les mécanismes de fonctionnement du personnage :

- « Sa boussole... était avec sa montre... ses grandes amulettes », il apparaît que les objets fruits de la science semblent des amulettes à ceux qui en ignorent le fonctionnement.

- « Ses charmes étaient des inscriptions latines indiquant sa place, sa santé, ses projets ».

9Enfin les talismans du magicien sont représentés concrètement par des pages similaires à celles du carnet de voyage mais écrites en latin, là aussi c'est l'ignorance de cette langue qui permet d'ajouter foi aux pouvoirs de ces inscriptions. Ce sont donc les connaissances scientifiques qui donnent le pouvoir sur des populations de culture agraire et traditionnelle qui correspondent tout à fait à l'optique colonisatrice du XIXe siècle. Cette politique crée cet Orient mythique considéré comme inférieur à l'Occident détenteur de la connaissance.

10Le flou volontaire des notions de religion, magie et science projette certains aspects par contraste qui se détachent avec la plus grande netteté :

- « Tous les soirs lui et son fils, à deux genoux, priaient le Dieu des chrétiens et la Vierge Marie. »

- « Il se disait partout un basque, petite nation indépendante entre France et Espagne ».

11La religion chrétienne, la nationalité basque sont les éléments centraux de la personnalité de ce magicien ambigu qui dans ses agissements mêle fiction et réalité pour entretenir le prestige qui lui permettra par ses activités de survivre lors de ses missions scientifiques.

12Ce portrait se caractérise par le contraste entre le réel et l'imaginaire. L'absence de description du visage, lieu de l'affectivité et de la représentation de l'âme, ou du corps laissent place à une silhouette : « il portait l'habit de chaque pays mais beau et distingué ». Le narrateur nous parle de son air d'une gravité obstinée. La relation sociale est extrêmement importante, le magicien chercheur garde une attitude de maître et dans sa relation avec les autres son fils sert d'intermédiaire : « comme un esclave ». Lui ne traite qu'avec les marabouts c'est-à-dire les saints hommes qu'il traite d'égal à égal ou avec les chefs qu'il récompense à l'occasion de façon astucieuse pour se valoriser avec de l'or caché dans les ruines. L'utilisation de la parole distancée et noble, parler de soi à la troisième personne est exactement ce que fait l'écrivain dans ce texte qui lui sert de miroir où il essaie de lire le futur en employant le passé. A côté de ce rôle social le portrait moral nous campe un homme plein de ténacité qui « reste debout toute la journée sans manger si nécessaire » pour montrer qu'il respecte l'engagement pris. Malgré l'attitude hautaine de maître et de chef, le voyageur garde son humilité religieuse en priant à deux genoux, sorte d'intermédiaire privilégié entre Dieu et les hommes peuplant l'Orient montrant ainsi un sens aigu de son rôle dans le monde qui ne lui laisse pas oublier une conscience encore plus profonde des rapports reposant sur l'argent et les échanges. Le paiement, les récompenses, les demandes ponctuent le texte comme un leitmotiv. Il caractérise le personnage de fiction : les rapports à l'argent se répètent de façon presque obsessionnelle :

- « Il se faisait payer de tous à moins que le malade ne déclarât qu'il n'avait pas de quoi »

- « Il portait six mille francs en or »... « il avait projet de cacher quelques pièces de temps en temps dans les ruines et de les y faire prendre par un chef auquel il aurait besoin de donner quelque récompense »

- « Quand il y avait une surabondance d'objets de valeur inférieure, il les faisait échanger par son fils contre chameaux, chevaux, couvertures de laine... »

- « Quand il n'avait pas reçu assez, il ne se faisait pas scrupule de demander... »

- « S'il avait gagné assez d'argent il faisait tuer un ou deux moutons ou bœuf et les faisait distribuer aux pauvres »

  • 12  P. 59 : créance / p. 76 : Doyle / p. 77 : intendance / dunne bail / Walsh arriéré / p. 78 : Mme Du (...)
  • 13  Voir la représentation d'Antoine d'Abbadie en toge et turban éthopien accompagné par son esclave A (...)

13Ces cinq références relativement abondantes dans un texte court font écho à d'autres créations de magiciens dans la fiction littéraire mais aussi à la réalité des procès d'Inquisition où la magie est une source de revenus. Elle motive souvent cette activité. Les notations d'intendance ou de prix peuvent être relevées tout au long du carnet de voyage12. Les problèmes financiers semblent au centre des intérêts d'Antoine d'Abbadie aussi bien dans la réalité que dans la fiction, l'achat de nombreux hectares à Hendaye et le financement de ses expéditions doivent être la cause essentielle d'une certaine dureté dans les rapports financiers. Mais c'est aussi un moyen de cultiver son prestige par l'astuce du trésor découvert, de pratiquer la charité envers les pauvres lorsqu'on se trouve dans l'abondance. Mais ces comptes de caractère systématique correspondent certes à une attitude scientifique et méthodique d'un administrateur comme d'ailleurs l'ordre systématique pour ranger les instruments scientifiques dans le coffre du magicien. Cependant, il laisse à son fils ou esclave13 les rôles secondaires ou peu prestigieux comme les échanges grâce aux aiguilles qui ne lui apporteraient ni honneur ni prestige. Mais dans la tradition de la charité orientale, un des piliers de l'Islam, il veut bien partager l'excès de bénéfice avec les pauvres par des sacrifices d'animaux se coulant dans la tradition comme le sacrifice du mouton coutumier pour la fête de l'Aïd El Khebir.

14Les romantiques se contentent d'une appréciation imaginaire lorsqu'ils traitent le thème de l'Orient mythique, Victor Hugo dans Les Orientales (1829) utilise ses souvenirs enfantins d'une Espagne lumineuse pour peindre la Grèce et Musset décrit Venise la Rouge sans l'avoir encore jamais vue. Cet intérêt pour l'Orient, généré en particulier par la traduction des Mille et Une nuits par Galland au XVIIIe siècle provoque des fantaisies fragiles dont on a conscience. Musset n'écrit-il pas :

  • 14  Musset. Alfred, de, Namouna, XXIV, 1832.

« Si d'un coup de pinceau je vous avais bâti quelques villes au toit bleu, quelques blanches mosquées, quelques tirades en vers d'or et d'argent plaquées, m" auriez-vous répondu : vous en avez menti ? »14

15L'attitude du poète romantique s'accompagne de tout un courant de pensée surgi du bon sens populaire et qui convient au magicien-chercheur dans un pays d'Orient :

« A beau mentir qui vient de loin », il est pris au sérieux, et « Nul n'est prophète en son pays ».

  • 15  Exotisme : mot qui vient du grec.

16La vogue de l'exotisme15 au XIXe siècle concerne les productions des pays étrangers et lointains et génère la production de tableaux colorés qui montrent des moeurs différentes des nôtres.

17La problématique posée par le texte laisse une volontaire imbrication des notions de magie, de science et de religion au profit de la création d'une auréole de mystère et de prestige autour du personnage, d'ailleurs teintée d'exagération volontaire :

« Ces instruments d'astronomie servaient à voir dans son pays... Si eux voulaient aller dans son pays il leur ferait voir leurs tentes ». (Science/magie)

- « (Il) faisait toutes ses préparations, prières et incantations pour fabriquer des talismans en secret ». (religion/magie).

18Cependant il est clair que le narrateur omniscient qui révèle les mécanismes de fonctionnement de ce système différencie parfaitement les connaissances scientifiques et la magie. Tout ce qui permet une explication rationnelle s'exclut de cette dernière notion. Au contraire, les effets obtenus sous l'influence de l'expérience et de l'intuition peuvent en dépendre. Il est clair que les progrès dans le domaine des diverses sciences réduisent le champ d'action de la magie. Mais à la fois l'intégration complète de l'homme dans la société de consommation, dans la ville, ont tendance à lui faire oublier tout un savoir traditionnel nécessaire à l'équilibre du groupe social. Par ailleurs, religion et magie sont en concurrence dans les sociétés traditionnelles dans un système théocratique, les valeurs religieuses et les règles morales imposées par le pouvoir tendent au rejet de la magie que l'on craint lorsque son influence dépasse le cadre familial de la vie quotidienne. Cependant le regard de l'autre est fondamental pour la distinction entre ces deux notions. Pour l'oriental les formules latines par le mystère qu'elles représentent peuvent avoir un caractère magique.

19Le travail conscient de réflexion sur l'écriture par le jeu des personnes, par la mise en abyme (note 28) s'apparente à des recherches déjà entreprises par Cervantés. En outre les écrivains réalistes et parnassiens ont introduit en littérature un besoin d'exactitude pour ainsi dire scientifique qui avait manqué jusqu'alors. Cependant Barthes montre comment le réalisme dans la description-portrait est lui-même une copie au second degré du réel, la reproduction par le langage d'une image picturale du monde conventionnelle et socialisée. L'autoportrait et l'auto-mise en scène sont des genres narcissiques dans l'art de l'écriture ou de la peinture. L'écrivain s'affirme comme individu créateur depuis la philosophie humaniste et cette tendance se développe à l'époque romantique. Ces techniques posent le problème de l'image projetée de soi, de la représentation de soi pour les autres. Dans son procédé même la mise en abyme du geste, de l'attitude (je me dépeins en me décrivant) renvoie sans fin de la cause à l'effet, à la mort (mort du père, mort anticipée de soi-même), à l'aliénation, au vertige narcissique qui ici devient féroce et presque caricatural dans le rapport aux gains ou aux dons, rappelant des autoportraits célèbres comme ceux de Goya ou de Van Gogh.

Portrait d'Antoine d'Abbadie en costume éthiopien accompagné de son esclave Abdullah (volé)

20L'image de soi dans ce type de production est socialement reconstituée à travers les codes culturels dominants en conformité avec un modèle intériorisé. Il est intéressant de constater sa permanence puisque la silhouette, l'allure, l'image donnée du corps dans le texte correspond à celle du tableau commandé puis volé de Monsieur d'Abbadie en toge d'Ethiopien et turban accompagné de l'enfant esclave Abdullah, image d'un fils qu'il n'aura pas. Mais si dans le tableau les silhouettes sont statiques selon la tradition du portrait en pied, dans le texte nous avons des silhouettes agissantes jeunes et dynamiques, un portrait en mouvement, en voyage, le voyage de la vie, symbolique et réel, centré sur la magie de l'Orient mythique puis réel et enfin recréé des années plus tard au château d'Abbadia.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Sánchez Lavega. Agustín, “Planeta en el universo”. Congrès International pour le centenaire d'Antoine d'Abbadie. 1997-1998. Eusko Ikaskuntza. Faculté Pluridisciplinaire de Bayonne. 1997, (sous presse).

2  Cardaillac. Yvette “L'orientalisme au château d'Abbadie”. Congrès International pour le centenaire d'Antoine d'Abbadie. 1997-1998, Eusko Ikaskuntza. Faculté Pluridisciplinaire de Bayonne, 1997, (sous presse).

3  Chiromancie : du grec kheir. kheiros : main et manteia : divination, art de deviner et de prédire par l'inspection des lignes de la main.

4  Chirognomonic : art de connaître le caractère des personnes par la forme de la main.

5  p. 105.

6  Jamet. Christian. Delacroix, images de l'Orient. Paris. Herschcr. 1995, 64. “Le combat du giaour et du pacha”. 1826. Art Institute of Chicago, tableau d'après le poème de Byron où l'on observe la mêlée furieuse des hommes et des animaux combattants selon la tragique histoire de Leila jetée à la mer par le Turc Hassan (ici sur un cheval blanc), p.30. Une nouvelle version est peinte en 1935, p. 31, elle est plus précise, on distingue le visage des cavaliers car le peintre a séjourné en Orient.

7  Urkizu Patri. Arkotxa-Searcia Aurelia, Arkotxa Fermin. Pensée, études et voyages de 1835. II. Antoine d'Abbadie 1810-1897. Congrès International de Hendaye, San Sébastien, Eusko Ikaskuntza, 1997, 160 p.p. 123-125.

8  L'alchimie est une des “sciences” traditionnelles de l'Islam désignée par le même terme que la chimie proprement dite. Al-Kimya en arabe.
Thoraval Yves. Dictionnaire de civilisation musulmane. Paris. Larousse, 1995. 332 p.p. 11.

9  Amulette : du latin amulctum. Certaines amulettes sont utilisées contre le mauvais œil et constituent un des éléments essentiels de la magie prophylactique. La main de Fatima est un symbole utilisé de l'Afrique du Nord à l'Inde dans cet objectif. On porte aussi divers objets (coquilles de mer. comes de corail, crocs de sanglier, peaux de couleuvre) pour se protéger des caprices des génies.

10  Cohn. Norman. Démonolâtrie et sorcellerie au Moven Age. fantasmes et réalités. Paris. Payot 1982. 318 p.

11  Heningsen. Gustav. The witche's advocat : Basque witchcraf and spanish Inquisition (1609-1614). University of Nevada. 1980. El mayor proceso de la Historia. Navarra 1609-1614). in Historia 16. n° 80. année VII. p. 46-54.

12  P. 59 : créance / p. 76 : Doyle / p. 77 : intendance / dunne bail / Walsh arriéré / p. 78 : Mme Dunne / P 79 : comptes / P. 80 Dublin 21 février / P. 105 lettre à Daguerre / P 109 dette /P. 117-118 : livres à relier /P 120-121 /P. 122 : frais de toiture/P. 124.

13  Voir la représentation d'Antoine d'Abbadie en toge et turban éthopien accompagné par son esclave Abdullah.

14  Musset. Alfred, de, Namouna, XXIV, 1832.

15  Exotisme : mot qui vient du grec.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait de chef éthiopien (volé) château d’Abbadia
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1792/img-1.png
Fichier image/png, 190k
Légende Portrait d'Antoine d'Abbadie en costume éthiopien accompagné de son esclave Abdullah (volé)
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1792/img-2.png
Fichier image/png, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvette Cardaillac-Hermosilla, « Le magicien-guérisseur du carnet de voyage de 1835 d'Antoine d'Abbadie », Lapurdum [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1792

Haut de page

Auteur

Yvette Cardaillac-Hermosilla

Université de Bordeaux III
yvette.cardaillac@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Iker UMR5478 | Cardaillac-Hermosilla Y.

Haut de page