Navigation – Plan du site

Remarques sur le pronom Haina

Georges Rebuschi
p. 63-81

Entrées d'index

Thèmes :

linguistique

Chronologie :

18e siècle, 19e siècle
Haut de page

Texte intégral

  • *  Diverses idées défendues ici ont été discutées avec Beñat Oyharçabal, dont les remarques m'ont évi (...)
  • 1  On peut donc hésiter entre deux attitudes : considérer que l'usage de haina chez Liçarrague est un (...)
  • 2  Suit même une citation d'Orixe, mais il est évident qu'il s'agit de gipuzkera osotua, c'est-à-dire (...)

11. Le pronom basque haina, tombé en désuétude à la fin du XIXe siècle, pose des problèmes variés et intéressants à la fois pour l'histoire du basque, et pour la linguistique générale*1. Tout d'abord, du point de vue dialectal, s'il est effectivement typiquement labourdin, le DGV, qui en fait une « palabra exclusiva de la tradition labortana », donne pourtant comme illustration des premières occurrences attestées de cet élément des extraits de Liçarrague (1571), dont le moins que l'on puisse dire est que sa position dialectale est peu claire, et intuitivement nettement plus orientale, et termine par une citation de J. Moulier « Oxobi », poète bas-navarrais de la première moitié de ce siècle2. En second lieu, sa disparition il y a une centaine d'années est une énigme, dans la mesure où ses occurrences sont très nombreuses chez Duvoisin. Troisièmement, d'élément « simplement » anaphorique, haina a évolué pour ne plus apparaître, à partir du milieu du XVIIIe siècle environ, que dans un type de contexte tout à fait particulier qui en fait, pour reprendre un terme technique de la sémantique contemporaine, un « pronom de type E » un peu particulier : ce sont certains aspects de cette dernière question qui vont m'intéresser au premier chef ici.

  • 3  Faute de place, je ne donne pas le mot-à-mot des exemples, mais emploie des petites capitales pour (...)
  • 4  Azkue donnc ‘Har[aneder]’ comme source, mais il s'agit de la version révisée par Harriet (cf. l'in (...)

22. Comme ce pronom n'est plus usité, commençons par examiner ce qu'en disent les autorités. Dans Azkue (1905), haina est traduit par des démonstratifs : « aquel, aquella, aquello » ; les exemples cités méritent d'être répétés ci-après, mais la numérotation est de moi ; de plus, l'ordre même des constructions révèle que l'auteur n'a pas cherché à distinguer entre les emplois : on trouve en effet successivement mes (1), (2a), (2b), (3), (2d) et (2c)3 4 :

(1) nork ere maiteago baitu aita edo ama ni baino, HAINAezta enetzat on [...] (Har., Mt 10, 37) 4 — ‘Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi [il/celui-là] n'est pas digne de moi.’

(2) a Haina haek (« L-s » [=lab. de Saint-Pée]), ‘celui d'autrefois’ ;
b Haina hark [sans indication dialectale], ‘celui-là’ ;
c Haina hura (« Lc » [=lab. commun]), ‘cette personne-là’ ;
d Haina batek (« BN-ald. » [=bas-nav. des Aldudes]), ‘certaine personne’.

(3) Halakoari eta halakoei, hainari eta hainei (Axular), ‘à tel et tels, à celui-là et à ceux-là’.

3Lhande (1926) propose une traduction un peu plus complexe : « celui-là, une personne telle, de cette sorte », mais ne fournit comme exemples que celui d'Axular cité en (3) à l'instant, et une variante de (2c), à l'ergatif : haina horrek erran daut « cette personne me l'a dit ». Dans Lafitte (1962 : § 263), c'est maintenant une variante de l'ex. (3) d'Axular qui est proposée : Hainak eta Hainek erranen dute, d'abord traduite par « tels et tels diront », puis glosée : « litt. : la personne et les personnes diront ». Du côté étymologique, Agud & Tovar (1988), après avoir repris (sans en citer la source) la traduction de Lhande : « un tal, una persona de este tipo », renvoient simplement à la forme génitive du démonstratif hura, de base (h)ar-.

4Evidemment, dans le DGV (vol. I, 1987), qui propose comme traduction « el tal » et propose un renvoi à halako (pour des raisons dont on verra par la suite qu'elles sont évidentes), les exemples sont beaucoup plus nombreux, et accompagnés de références précises ; mais aucune classification des emplois n'y apparaît. Dans le cadre de celle que j'esquisse ci-après (§ 3), on découvre cependant deux nouveaux types d'emploi, illustrés respectivement par (4), passage tiré de P. d'Urte (début du XVIIe), et (5), tiré de Duvoisin(1857) :

  • 5  Le DGV ne proposant pas de traductions, je donne la mienne.

(4) Aurkitu izan zuen haina iturri ur baten aldean.(Gen 16, 7) — ‘Il [=l'ange] la trouva près d'une fontaine d'eau.’5

  • 6  Texte fr. de L.-L. Bonaparte. Voir 4.3 pour une étude de cette structure.

(5) Haina da lur gizonik hoberena Zeinak bihia eta bazka bazter berean altxatzen Baititu. — ‘Le meilleur cultivateur est celui qui retire d'une même terre la moisson et le fourrage.’6

5Dans (4), le contexte n'est pas fourni, mais la version de Duvoisin (1859-65), dans laquelle nul pronom explicite n'apparaît, rend les choses claires :

  • 7  L'ouvrage publié en 1720 a forcément été rédigé plus tôt, puisque son auteur (je devrais dire le t (...)
  • 8  Noter cependant cet ex. chez Chourio : Batak bilha beza hau. bertzeak hori ; HAINAK eman beza ber (...)

(6)6... Agar eman zen ihesari. 7 Eta Jaunaren aingeruak atzeman zuenean eremuan, [...] mortuan den itur-uraren aldean,8 erran zioen [...]-6 ‘Agar s'enfuit.7 Et quand l'ange du Seigneur la trouva dans le désert, près d'une fontaine isolée, 8il lui dit [...].’

6Il s'agit ici d'un cas d'anaphore textuelle tout à fait banal, ce qui n'est pas le cas de la structure (5), sur laquelle on reviendra.

7En résumé, les outils de travail existants nous disent fort peu de choses - mais ce silence partiel est en soi révélateur : hormis le DGV- construit sur un dépouillement assez systématique des anciens auteurs -, plus on s'éloigne du 19e siècle (vers le nôtre), et moins les exemples sont significatifs. En effet, et c'est là à la fois la thèse centrale de ce travail et une restriction importante qui lui est apportée, je considère que les emplois de haina qui ont été séparés des autres dans (1) et (5) ci-dessus manifestent une remarquable spécificité, que je souhaite approfondir dans les pages qui suivent. D'une part en effet, il s'agit du fonctionnement typique, pour ne pas dire exclusif, de ce pronom chez des auteurs comme Chourio (1720), Haraneder (1742) et Duvoisin (1857-1865), qui, à de très rares exceptions près, n'offrent pas d'occurrences des types (2), (3) ou (4), et, d'autre part, il s'agit aussi d'un « oiseau rare » sur le plan typologique -suffisamment rare en tout cas pour mériter une mention explicite dans tout travail général portant sur les propriétés des pronoms et leurs emplois dans les langues naturelles.

83.1. Sur quels critères ai-je donc distingué entre les exemples (1) à (5) ? On notera tout d'abord que l'extrait d'Axular en (3) ne révèle aucune propriété spécifique, si ce n'est que haina n'y a aucun référent quel qu'il soit : il ne s'agit donc ni d'un emploi anaphorique, ni d'un emploi déictique (il n'en existe d'ailleurs aucun pour ce mot, sauf, bien entendu, lorsqu' il est accompagné explicitement d'un démonstratif, comme en (2a-c) ; la fréquence si basse de l'usage de haina chez cet auteur, ainsi que le fait que ce soit toujours dans ce type d'expression coordonnée distributive « à l'aveugle » qu'il y apparaît, ne permettent d'adopter qu'une attitude raisonnable, qui est de n'en point tenir compte (on peut penser à un calque du français tel et/ou tel, mais cela ne nous avancerait guère : l'analyse sémantique précise de ce genre de tournure reste de toute manière à faire)8.

93.2. Quant aux exemples sous (2), ils montrent que haina pouvait être accompagné d'un déterminant, ce qui permet de réfuter les présupposés de la remarque du DGV selon laquelle haina « se emplea siempre determinado a diferencia de hain » : en effet, si haina était la forme déterminée sg. de hain ‘tant’, la forme attendue devant un démonstratif, cf. (2a-c), ou le numéral bat, cf. (2d), devrait précisément être cette forme nue hain - or le DGV ne cite aucun exemple du type *hain hura ou *hain bat, et je n'en ai pas trouvé non plus au cours de mes lectures des textes anciens.

  • 9  C'est probablement cette redondance qui est responsable de la rareté des occurrences des combinais (...)

10En fait, il est possible d'éliminer totalement le « type » exemplifié par (2) en posant que haina est. morphosyntaxiquement, un nom (sémantiquement) pronominal se terminant par la voyelle a ; à ce titre, il est compatible avec les déterminants usuels, dont le déf. sg. -a, le déf. pl. -ak (à l'absolutif), les démonstratifs, comme en (2a, b, c) ou encore l'indéfini sg. bat, comme en (2d). De plus, conformément à la morphophonologie du dialecte considéré, le -a radical final se confond alors avec le suffixe défini, si bien que haina est analysable en [haina + a], de manière parallèle à aita’ père’ ou’ le père’, etc. Au vu de l'analyse sémantique qui sera proposée pour haina, on comprendra que la forme déterminée soit naturellement utilisée, le choix d'un démonstratif (plutôt que du -a absorbé) étant tout à fait redondant : le DGV semble donc avoir créé à tort une entrée particulière pour haina hura.9

113.3.1. Quelle est donc la spécificité de l'usage illustré en (1) par rapport à (4) ? Dans le cas de (4), haina renvoie proprement à un individu déterminé mentionné dans le co-texte (Agar en l'occurrence) - tout comme le ferait le démonstratif hura ou le pronom abstrait (ou phonétiquement non-réalisé) pro. De ce point de vue, et en l'absence de tout contexte indiquant explicitement le contraire, il semble que l'usage illustré par (4) - et peut-être celui de certaines des expressions complexes de (2), tel que le révèlent les traductions d'Azkue -, relève de la simple reprise, d'un renvoi plus ou moins ordinaire à un être mentionné auparavant dans le discours.

  • 10  Je modernise l'orthographe, supprimant l'aspiration des plosives et les marques redondantes de pal (...)

12Considérons maintenant (1), ou encore le texte de Haraneder rétabli par Altuna en (7a), et la traduction du même verset par Duvoisin, un peu plus d'un siècle plus tard, en (7b)10 :

  • 11  Altuna signale l'absence de ere ici, absence qu'il avait déjà notée dans un passage précédent : ce (...)

(7) a Nork ere maiteago baidu bere ai ta edo bere ama ni baino. eta HAINA ez da ona enetzat ; eta nork11 maiteago baidu bere semea edo bere alaba ni baino. HAINA ez da gai enetzat. [voir (1) pour la trad.]
b Nork ere bere aita edo ama ni baino maiteago baitu, hura ez da enetzat egoki ; eta nork ere nitaz gainetik maite baitu bere semea edo alaba, haina ez da enetzat egoki. [id.]

  • 12  Les définitions françaises les plus classiques de l'anaphore ne distinguent pas entre ces deux typ (...)
  • 13  D'où la définition usuelle en termes de branches, c'est-à-dire de représentations arborescentes de (...)

13Certes, haina (ou encore hura dans la première proposition de (7b)) est toujours « anaphorique » ici, comme dans l'ex. (4), mais il s'agit d'un type d'anaphore très différent12 : dans (7a) et (7b) comme dans (1), il n'y a pas d'individu déterminé ou possédant de référence propre qui pourrait servir de référent à haina (ou à hura). Bien entendu, on a depuis longtemps observé qu'un indéfini (par ex. un interrogatif ou un quantificateur universel), donc un élément non pourvu de référence actuelle, peut servir d'antécédent linguistique à un pronom, mais une certaine condition structurale doit alors être remplie, celle de la c-commande, qui exige que l'anaphore soit sous la portée de son antécédent - en termes de structure de constituants, que l'anaphore soit contenue dans un constituant « sœur » de l'antécédent lui-même13. Ainsi, en français, le sujet d'une proposition principale c-commande-t-il toujours, quand l'ordre des mots est non-marqué, un pronom qui l'anaphorise (les crochets indiquent la partie pertinente de la structure de constituants, qui branche à droite, et donc le fait que le premier élément de chaque exemple a tout le reste de la structure sous sa portée) :

(8) a [Qui [a dit [qu'il partirait]]] ?
b [Chacun [croit [qu'il est le meilleur]]]

  • 14  Les guillemets indiquent que cette notion sera remise en cause ultérieurement : cf. les §§ 5 et 6.

143.3.2. Pour ne pas anticiper sur l'analyse de (1)/(7), qui sera effectuée dans la section 5.3, considérons les structures (9) et (10), logiquement équivalentes à celles-là, dans lesquelles la phrase complexe comporte une protase subordonnée, qui contient à son tour l'« antécédent »14 de haina, puisqu'il s'agit d'un argument du verbe de cette protase : cet antécédent ne peut avoir de portée syntaxique sur aucun terme extérieur à la subordonnée, et ne peut par conséquent pas c-commander haina (pour plus de clarté, je note la subordonnée entre crochets).

(9) a [Baldinetariak bada zenbeitek uste badu erreligionetsu dela, bere mihia bridatzen ez duelarik, hainan bere bihotza enganatzen duelarik], hainaren erreligionea banoa da eta ergela. (Haran. : Jc 1,26) - ‘SI donc quelqu'un s'imagine être dévôt alors qu'il ne retient pas sa langue et trompe son propre cœur, sa dévotion est vaine et débile.’
b [Baldin norbaitek bere burua jainkotiar badaduka, bere mihia ez duelarik trabatzen, bai ordean bere bihotza enganatzen], alferra da hainaren jainkotiartasuna. (Duv. : id.)

(10) a [Baldin edozeinek hutsik egiten ez badu bere hitzetan], haina gizon perfeta diteke. (Haran. : Jc 3,2) - Litt. : ‘Si qui que ce soit ne commet pas d'écart dans ses paroles, C'est homme parfait.’
b [Norbaitek mihitik ez Badu Adu hutsegiten], haina gizon perfeta da. (Duv., id.)

153.3.3. Dans les ex. ci-dessus, la protase était explicitement hypothétique, et l'antécédent de haina, soit l'indéfini existentiel norbait ou zenbait, ‘quelqu'un’, soit l'indéfini universel edozein ‘qui que ce soit’. Un troisième type d'indéfini est encore attesté, nihor litt. ‘personne’, qui a toutes les propriétés des soi-disants items de polarité négative. En voici trois exemples, le premier, en (11), d'Etcheverry de Sare (1712), cité par le DGV, et les suivants, de Haraneder et Du voisin (en 12) :

(11) a Baldin baliz oraino nihor hain burugogorrik egia hunetaz dudatzen luenik. haina ren sinhetsgogortasunaren bentzutzeko... - ‘S'il y avait encore quelqu'un d'assez têtu pour douter encore de cette vérité, pour vaincre sa résistance à la foi...’

  • 15  Les trad. de Har. et Duv. se correspondent rarement point par point, et l'on a souvent Ø ou hura, (...)

(12) a Elkar hartuak ziren Juduak, baldin nihork aitortzen BAzuen Jeus zela Kristo. kasatua izanen zela haina sinagogatik. (Har. : Jn 9,22) – ‘Les Juifs avaient décidé ensemble que si quelqu'un disait que c'était le Christ, il serait chassé du temple.’
b Alabainan Juduak hitzartuak ziren orduko, baizik-eta nihork aitor bihurtzen BAzuen Jesus Kristo zela, haina sinagogatik kanpo ezarria izanen zela. (Duv. : id.)15

163.3.4. Chez Duvoisin, la protase peut aussi être apparemment concessive, avec comme marque de subordination l'emploi du « simple subjonctif » en -(e)n, comme l'indiquent les versets de (13) (la trad. de Haraneder, qui correspond à la structure de l'ex. (5), est indiquée à titre de comparaison en (14)) ; -le sujet de la subordonnée semble alors toujours être edozein (auj. edozoin), ‘qui que ce soit’ :

(13) a Eta [edozein izan dadien maitazale], haina Jainkoaren ganik sortua da. (Duv. : 1 Jn 4,7) - Litt. : ‘Et que quiconque aime, celui-là est né de Dieu.’
b [Edozeinek beraz adi eta bete detzan ene hitz haukiek], haina harriaren gai-nean bere etxea jarri duen gizon gurbilaren kide eginen dute. (Duv. : Mt 7,24) -Litt. : ‘Que donc chacun entende, et mette en pratique ces paroles, on le comparera à un homme sage, qui a construit sa maison sur le roc.’

(14) a Eta nork ere maitatzen BAIdu, eta haina Jainkoaganik sortua da eta hainak ezagutzen du Jainkoa. (Haran. : 1 Jn 4,7)
b Nork ere bada entzuten BAiditu ene hitz hauk eta obretan ematen, eta HURA izanen da gizon zuhur baten pare, zeinek bastitu baiduke bere etxea harriaren gainean. (Haran. : Mt 7,24)

173.3.5. Enfin, on notera un dernier type de structure, proprement « corrélatif », qui est très fréquent chez Chourio :

18(15) [Zenbatenaz baita nihor humilago, zenbatenaz haren baitan Jainkoak kausitzen baitu kontresta gutiago,] hanbatenaz du hainak zuhurtzia eta sosegu gehiago. (Ch. : 1-4-2, p. 40) – ‘[Plus quelqu'un est humble et moins Dieu trouve en lui de résistance,] plus cette personne a de sagesse et de paix.’

  • 16  Ce n'est pas un hasard si l'on retrouve les racines ha- et ze- tant dans les corrélatives du type (...)

19La « corrélation » en question est établie par l'association, d'une part, de l'inter-rogatif en ze-, ici zenbatenaz ‘de combien’, la marque de subordination en bait- et la fréquente apparition d'un morphème de comparaison, ici le suffixe-ago, dans la pro-tase, et, d'autre part, d'un quantitatif assertif en ha-, ici lianbatenaz ‘d'autant’, et d'un autre comparatif, dans la principale. La structure corrélative est donc indépendante de la présence de nihor et de celle de haina, bien qu'il existe un indéniable parallélisme entre ces associations (v. Oyharçabal 1997).16

  • 17  Le cas exceptionnel est fourni par les ex. (5), (20) et (21) : sa signification est abordée en 6.4

204.1. Avant d'analyser la forme syntaxique de (1) ou (7), et de (5), il nous faut nous résumer. Chez Haraneder et Chourio comme chez Duvoisin, haina, qui n'est jamais obligatoire, car un pronom implicite (pro), un démonstratif, voire un emphatique, peuvent (presque17) toujours se trouver dans la même position, semble n'apparaître que dans un contexte syntaxique et sémantique spécifique, dans lequel :

  • 18  Cette restriction s'expliquera au cours de l'analyse de la structure de phrases comme (5).
  • 19  Voir la discussion de l'ex. (30) en 6.1.3.
  • 20  Cette question n'a rien d'original : v. Geach (1962) et bien d'autres depuis.

(i) son antécédent, s'il en a un18, ne le c-commande pas, au moins à partir d'une position argumentale (voir la note suivante) ;
(ii) cet antécédent n'est pas référentiel19 ;
(iii) quelle que soit la forme de l'antécédent, y-compris lorsqu'il s'agit apparemment d'un indéfini existentiel, comme dans (9a, b) ou (10b), son interprétation est universelle20.

21Les points sémantiques (ii) et (iii) ci-dessus peuvent être représentés par la formule suivante :

(16) x [P(x) → Q(x)]

  • 21  Il s'agit bien d'une forme logique de sémanticiens, et non de la « Forme Logique » (avec majuscule (...)
  • 22  Le DGV signale l'exemple suivant, de Duvoisin (1858), qui a la même structure que (5) : Ikusten du (...)

22où P note le prédicat qui s'applique à l'antécédent dans la protase, et Q, celui qui s'applique à haina21. (Pour simplifier, je laisse de côté la restriction qui confine généralement les éléments x à l'ensemble des humains22).

23Bien entendu, (16) pose de nombreux problèmes, qui ont d'ailleurs donné lieu à de vives discussions chez les théoriciens (si l'existence d'un pronom ayant les propriétés spécifiques de haina est peu courante, toutes les langues naturelles semblent posséder des structures globales du type (9), dans lesquelles, comme on l'a noté, l'indéfini existentiel de la protase est à première vue interprétable universellement). Nous allons aborder certains de ces problèmes dans les pages suivantes (voir aussi les questions soulevées en 6.1), mais toujours par rapport au fonctionnement de haina.

244.2. La première question qui se pose est la suivante : si (16) semble bien contenir les ingrédients formels nécessaires à la représentation du contenu vériconditionnel des phrases qui ont servi jusqu'ici à illustrer l'emploi de haina en labourdin du XVIIIe et du XIXe siècles, est-ce le cas de toutes les occurrences de ce pronom dans cette tranche dialectale et historique du basque ?

25Eh bien non : (16) ne saurait effectivement représenter toutes les structures contenant haina, car son antécédent peut être externe à la proposition maximale (ou « radicale ») le contenant. En voici un double exemple, où Haraneder et Duvoisin se retrouvent à nouveau :

(17) a Nor ote da zuen artean zuhur eta jakintsun delakorik ? Erakuts beza hainak bere egitatea bizitze on baten jarraikitzan, emetasunez beterikako zuhurtzia batean. (Har. : Jc 3,13) – ‘Qui y a-t-il parmi vous de sage et d'expérimenté ? Qu'il (le) fasse voir (par) sa conduite, dans la poursuite d'une vie bonne associée à une sagesse empreinte de douceur.’
b Nor da zuen artean zuhurrik eta jakinik ? Hainak erakuts betza bere eginka-riak bizitze on batetik zuhurtziaren eztitasunaz.(Duv. : id.)

26Dans l'exemple suivant, l'antécédent ‘une personne’ est d'abord repris par/jro, noté Ø, puis par haina ; on notera de plus que le point-virgule qui sépare la proposition qui contient haina aurait aussi bien pu être un point.

(18) Jainkoak bere grazia batean emanez bertzean kenduz presuna bat argitu duenean, ezin atrebituko da Ø sinhestera deus onik bere ganik baduela ; bainan aitortuko du hainak gauza guziez dela pobrea eta bilhuzia. (Chou. 2-10-3, p. 162) - ‘Quand Dieu a instruit une personne en lui donnant un jour sa grâce et en la lui enlevant le lendemain, elle n'osera s'attribuer aucun bien d'elle-même, mais elle confessera plutôt qu'elle est pauvre et nue en toute chose.’

27Toujours chez Chourio, on trouve plusieurs exemples du type suivant, où l'« antécédent » de haina, un SN à tête absente (puisque batzu (ek) est fondamentalement un article indéfini pluriel) est introduit par une proposition existentielle (et est donc nécessairement indéfini) :

(19) Halere badire batzuek zeinak tentazionerik dorpeenak garaitu ondoan erortzen baitire xumeenetan, eta ardurazkotan, Jainkoak hori permetitzen du hainak humilia daitezentzat, eta bere indarretan fida ez ditezentzat okasione handietan. (Ch. : 1-13-8, p. 65) - ‘Cependant, il y a des gens=il y en a certains qui, après avoir surmonté les plus grandes tentations, succombent aux plus petites, et aux [plus] quotidiennes ; Dieu permet cela afin que de telles personnes/ces personnes soient humiliées et ne se fient point à leurs forces dans les grandes occasions.’

28A partir de tels exemples, on peut donc poser que l'« antécédent » de haina n'a pas besoin d'appartenir à la même proposition (syntaxique) maximale que celle le contenant ; si l'on maintient l'hypothèse standard, mais contestée (cf. déjà Evans (1977), et divers travaux plus récents en DRT [Discourse Representation Theory]), que les formes logiques correspondent aux phrases (syntaxiques), l'antécédent de la variable correspondant à haina en forme logique peut donc être fourni par le contexte. En d'autres termes, (16) est effectivement une caractérisation trop restrictive des structures dans lesquelles le haina typique des XVIIIe et XIXe siècles apparaît.

294.3.1. Inversement, ce qui donne le contenu sémantique du prédicat P de (16) peut apparaître dans la proposition complexe globale contenant haina, sans pour autant que haina ait un antécédent. Il s'agit des structures du type (5), très fréquentes chez Chourio (un tiers exactement de toutes les occurrences de haina dans son ouvrage ;, et également bien attestées chez Haraneder et Duvoisin. Les exemples choisis ci-dessous montrent que le cas morphologique de haina est indépendant de celui de zein, le premier étant déterminé par la valence du verbe de la principale, et celui du second, par le prédicat de la relative ; ceux de Chourio, en (20), indiquent aussi qu'il y a ici possibilité de choix de nombre (entre le singulier et le pluriel), alors que seul le singulier apparaissait dans les autres structures (sauf en (19)) :

(20) a Ala dofiatsu baita eta zuhur haina zeinak bere anal guziak egiten baititu bizit-zean halakoa izateko, nolakoa nahi bailuke lieriotzean kausitu ! (Ch. : 1-23-4, pp. 103-4) – ‘Qu'heureux et sage est celui [abs. sg.] qui [erg. sg.] fait tous ses efforts pour être tel dans la vie qu'il voudrait l'être en trouvant sa mort !’
b Orduan ikusiko da egia[z]ko zuhurrak zirela hainak zeisek nahi izan bai Tute mundu huntan izan mesprezatuak edo erhotzat idukiak Jesu-Christoren amore gatik. (Ch. : 1-24-5, p. 111) — ‘On verra alors qu'ils étaient vraiment sages, ceux [abs. pl.] qui [erg. pl.] ont voulu être méprisés dans ce monde-ci, ou tenus pour fous, par amour de Jésus-Christ.’

  • 23  Le sujet de ardietsi, ‘obtenir’, est évidemment disjoint du référent « virtuel » de la relative.

(21) a Ardietsiko du bizitzea hainarentzat, zeinaren bekatua ez baidoha heriotzerat. (Har. : 1 Jn 5,16) – ‘Il obtiendra la vie pour celui [prolatif] dont [lit. de qui, gén.] le péché ne va pas à la mort’23
b Eta nihork ez du ezagutzen Aita Semeak baizik eta hainak zeinari Semeak nahi izan baitio ezagutarazi. (Duv. : Mt 11,27) — ‘Et personne ne connaît le Père, si ce n'est le Fils, et celui [erg.] À qui [datif] le Fils a voulu le faire connaître.’

30Comme l'indiquent les traductions, on ne peut comprendre ces phrases, qui ont formellement une relative à droite, qui prend donc apparemment haina comme antécédent, que comme contenant des relatives libres. Et ce n'est pas qu'une question de traduction en français. En effet, dans les deux cas, l'autre version basque nous donne une relative libre tout a fait banale, en -n+-a [+Cas], c'est-à-dire en -n-Ø-a [+Cas],-n est la marque de la subordination (le complémenteur), suffixée à la forme verbale fléchie, où Ø représente l'absence d'antécédent (de nom-tête du SN) spécifique à ce type de relative, et où, enfin, -a est simplement la marque de définitude :

(22) a Nihork ezagutzen Aita Semeak baizen eta Semeak erakutsi izan nahi dioeNAK baizen. (Har. : Mt 11,27) [comparer (21b)]
b Heriotzera ez daraman bekatua egin duenari emanen zaio bizia. (Duv. : 1 Jn 5,16) [comparer (21 a)] - Litt. ‘La vie sera donnée À celui qui a commis un péché qui ne mène pas à la mort.’

314.3.2. Par ailleurs, le mot haina et la proposition introduite par zein n'ont pas besoin d'être adjacents ; ce n'était pas le cas dans (5), et ce n'est pas non plus le cas dans (23b), qui paraphrase une relative libre ordinaire donnée en (a) :

  • 24  Le suffixe -xe est emphatique.

(23) a Huraxe24 da antekrist bat, Aita eta Semea ukatzen ditueNA. (Har. : I Jn 2,22) – ‘Celui-là-même est un antéchrist, (celui) qui nie le Père et le Fils.’
b Haina da antekristo. zeinak ukatzen baititu Aita eta Semea. (Duv. : id.)

32C'est encore plus évident dans (24b) ci-après, de Duvoisin, où l'ordre de la « relative » et de son « antécédent » est inversé - dans (a), de Haraneder, on a à nouveau une relative libre ordinaire - mais on peut se demander si zeinak ne joue pas en fait ici le rôle de l'interrogatif nork (voir la discussion en 5.3) :

(24) a Profeta bat errezibitzen dueNAK profetaren izenean, izanen du profetaren saria. (Har. : Mt 10,41) – ‘Celui qui reçoit un prophète en tant que prophète aura la récompense du prophète.’
b Zeinak profeta bat, profeta delakoz baitu liartzen, Hainak profeta saria izanen du. (Duv., id.)

335.1. Que se passe-t-il donc ? Jusqu'ici, on avait vu des constructions dans lesquelles haina prenait un terme sur sa gauche comme antécédent (sémantique ?), et maintenant, c'est, syntaxiquement, haina qui semble servir d'antécédent à une proposition relative, le tout s'interprétant comme une relative libre, mais avec une liberté dans l'ordre des mots et des syntagmes qui contraste singulièrement avec la fixité de ce dans ce que..., ou de celui dans celui qui/que... en français.

  • 25  On va revenir en 6 sur l'ambiguïté quantificalionnelle des relatives libres.

34Ce paradoxe peut être résolu si l'on admet que haina doit s'interpréter comme jouant lui-même le rôle d'une relative libre, sa contribution sémantique pouvant alors se caractériser par (25a), dont (25b) n'est que la transcription formelle25 :

haina = le/tout x qui a la propriété P
(cette propriété étant donnée par le contexte)
b haina => λQλP.x [P (x) → Q (x)]

35Comme en (16) supra, le prédicat Q est celui de la proposition principale dont haina est le sujet, ou, plus généralement, un prédicat sémantique monovalent prenant hainax comme argument, et correspondant au prédicat syntaxique, éventuellement plurivalent, de la même proposition. Quant à P, c'est également un prédicat sémantique mono-actanciel prenant la même variable x comme argument, mais dérivé maintenant du prédicat syntaxique fourni par la subordonnée. (Cette formulation alambiquée semble nécessaire, dans la mesure où, pour rendre compte de (21a) par exemple, il faut construire successivement un prédicat à une place correspondant au bénéficiaire, et non au sujet, du verbe de la principale, puis au « possesseur » du sujet, et non au sujet lui-même, du verbe de la subordonnée.) Pour simplifier la présentation, je me contenterai dans ce qui suit de travailler avec une version simplifiée de (24), à savoir (26a), traduite par (26b), glosée par (26c), et partageant donc avec (26b) la forme logique (26d) :

Hainak saria izanen du, zeinak profeta bat errezibitzen baitu.
b Quiconque reçoit un prophète aura une récompense.
c Le x tel que x reçoit un prophète aura une récompense.
d x [recevoir-un-prophète(X) → avoir-une-récompense(x)]
  • 26  Partant de (25b), répété comme (a) ci-dessous, l'interprétation (26d) de (a), (f) ci-après, s'obti (...)

36Le rapport entre (25b) et (26d) devrait être clair : le prédicat Q, fourni par la principale, est ‘avoir-une-récompense’ ou plus exactement'ly. ‘avoir-une-récomPENSE(y)’, et le prédicat P, fourni par la relative adjointe, est ‘λz. recevoir-un-prophète (z)26.

  • 27  Cf. Jacobson (1995). qui assimile les pronoms relatifs à des opérateurs d'identification.

375.2. Ce qui précède revient à dire que le rôle de la subordonnée est de fournir ce prédicat, ce qui est manifeste dans le cas de (26a), mais qui est également vrai dans le cas des autres structures impliquant haina. En particulier, si, comme on l'a supposé jusqu'ici, il y a quantification universelle, c'est le « quantificateur généralisé » haina qui la fournit, et qui impose cette quantification à la subordonnée. De là suit alors très simplement le fait que le quantifieur linguistique de la subordonnée ne joue aucun rôle ; en effet, il peut être existentiel, comme on l'a noté dans (9a, b), ou universel, comme dans (13a. b), mais ce peut aussi être un item de polarité négative, comme dans (12), ou encore un élément qui semble absolument non-quantifié27, comme dans (23b) ou (26a) : quel que soit le cas de figure, la force quantificationnelle de la phrase complexe reste la même. Ces différents types sont respectivement regroupés dans (27), dont le dernier exemple n'a pas encore été analysé :

(27) a Baldin norbaitek profeta bat errezibitzen BAdu, HAINAK saria izanen du. – ‘Si quelqu'un reçoit un prophète, il aura une récompense’
b Edozeinek profeta bat errezibi dezan, hainak saria izanen du. –Que quiconque reçoive [subjonctif] un prophète...’
c Baldin nihork profeta bat errezibitzen badu. hainak saria izanen du. - Litt. : ‘Si « personne » reçoit...
d Hainak saria izanen du. zeinak profeta bat errezibitzen baitu. - Litt. Tel aura... qui reçoit...’
e Nork ere profeta bat errezibitzen baitu, hainak saria izanen du.

38Quel est donc le statut de la construction (1)/(7), rencontrée à nouveau en (14a, b), et qui apparaît ici comme (27e) ? Si elle semble être la structure en miroir de (27d), puisque, dans les cas usuels (l'ordre de (24b) est très rare), la subordination est marquée de la même manière dans les deux cas, par préfixation de bait- à la forme verbale fléchie, il y a malgré tout une grosse différence, qui réside en ceci que c'est un relatif, zein-, qui introduit la subordonnée si elle suit la principale, alors que c'est un interrogatif, nor (souvent suivi de ere, cf. ever en anglais, etc.), qui le fait si elle précède la principale.

395.3.1. Qu'on me comprenne bien : je ne veux évidemment pas dire que la protase de (1), (7), (14) ou (27e) est une interrogative. Je voudrais cependant contester l'analyse standard qu'en a proposée Oyharçabal (1987, 1997), et montrer qu'il ne s'agit probablement pas d'une relative, même « libre » ou « corrélative ».

  • 28  Tout aussi incompréhensible serait d'ailleurs le purisme militant d'Azkue (1905. vol. II. entrée z (...)

40La question n'est évidemment pas que terminologique. Elle mérite d'être approfondie, parce que si les propositions relatives en zein-... bait- ont disparu aujourd'hui, elles ont été employées par tous les auteurs (labourdins ou autres) jusqu'au 19e siècle, y-compris par ceux qui n'utilisaient jamais, ou que très marginalement, haina (Axular, Pouvreau), et parce que les structures en nor (ere)... bait-, tout aussi anciennes, ont, elles, survécu jusqu'à nos jours. Donc, s'il s'agissait également dans ce second cas de relatives, l'évolution de la langue serait incompréhensible28.

415.3.2. Que la parenté entre les relatives et les interrogatives soit étroite, nul n'en doute, mais le choix même de l'élément initial est crucial -que l'on compare l'interrogatif objet direct qui en français, qui ne peut servir de relatif, ou encore la distinction entre les interrogatifs et quand, qui est neutralisée au profit du premier dans les relatifs.

  • 29  Il en va de même, pour les traductions relevant de traditions orientales que j'ai pu consulter, de (...)

42Il semble que la situation ait été la suivante en labourdin des XVIIIe et XIXe siècles : l'interrogatif « ouvert » portant sur les humains y était nor ; si le parcours s'effectuait sur une classe restreinte, donnée par le contexte ou la situation, zein pouvait s'employer (de même que lorsqu'il déterminait un nom), au lieu de nor, mais même dans ce cas. il n'était pas obligatoire : voir l'ex. (17), où le caractère contextuellement restreint de l'ensemble parcouru ne déclenche pourtant pas son apparition29, ou encore la paire suivante de traductions :

  • 30  Le -a final de gizona signale que l'on ne peut considérer ici que zein aurait été détaché d'un syn (...)

(28) a Zein diteke zuen artean gizona30 ardi bat lukeena, eta, hura erortzen bazaiolarunbat egun batezputzu batean, harturik handik atera ez lezakena ? (Har. : Mt 12, 11) – ‘Lequel d'entre vous serait un homme qui, ayant une brebis, celle-ci tombant dans un trou le jour du sabbat, n'irait la prendre et l'en retirer ?’
b Nor da zuetan gizona, zeinak ardi bat izan-eta, larunbat egunean zilho batera eror balakio, atzemanen eta ateratuko ez lukeena ? (Duv. : id.)

43Inversement, en tête des relatives aujourd'hui disparues, on ne trouve pas nor, mais bien zein, même quand l'antécédent est humain.

44Outre cette différence, on remarque aussi que la présence de ere (traduit usuellement par ‘même’ ou ‘aussi’ dans d'autres contextes) est particulièrement fréquente dans les subordonnées initiales, mais ne semble pas attestée dans relatives proprement dites (les subordonnées qui sont à droite).

  • 31  Noter aussi que dans une langue qui n'a pas de pronoms relatifs, comme le chinois, ce sont bien de (...)

45Enfin, les propositions en nor (ere)... bait- n'occupent jamais de position argumentale : elles sont toujours disloquées (isolées du reste par une virgule), ce qui n'est pas le cas des relatives libres en -n+-a, dont on a vu la structure en 4.3.1, et qui ne sont que très rarement « corrélées » à un pronom comme haina ou hura. Si donc les protases de (1), (7) etc. sont des relatives libres, il faudrait expliquer pourquoi elles ne peuvent occuper la position typique d'une relative libre, à savoir, celle d'un syntagme nominal argumentai31.

465.3.3. Si donc l'analyse de (5), (26a) ou (27d) proposée supra est correcte, le vrai problème réside dans la structure syntaxique de (1), (7), (14) ou (27e), et dans la manière dont cette structure contribue à l'interprétation sémantique de la phrase complexe. De ce point de vue, rappelons-nous ce qui a été dit plus haut : une analyse unifiée de haina implique une variable de prédicat, et une proposition adjointe à celle contenant haina (ou, à défaut, une proposition plus lointaine, comme dans les ex. (17) à (19)), peut lier cette variable. On a vu que c'était le cas des relatives en zein... bait, mais aussi des protases conditionnelles, par exemple.

  • 32  De type « NZ » chez les bascologues.

47Dans le cas de (1)=(26e), je proposerai donc l'hypothèse suivante : il s'agit d'une proposition subordonnée « de type WH- » 32 sans autre spécification catégorielle, et neutralisant donc l'opposition entre relatives et interrogatives.

48Le gain est évident, et on peut le récapituler ainsi : s'il s'agissait d'une relative ordinaire, il lui faudrait un antécédent, et il n'y en a pas ; s'il s'agissait d'une relative libre, elle devrait pouvoir occuper une place argumentale, ce qui n'est pas le cas, et elle fournirait elle-même la quantification de la forme logique, ce qui est incompatible avec l'analyse unitaire de haina, qui présuppose que c'est cet élément lui-même qui donne sa force quantificationnelle à la phrase complexe ; enfin, s'il s'agissait d'une relative corrélative du type usuel, l'interprétation référentielle ou spécifique, plutôt qu'universelle ou générique, de l'argument concerné (cf. le x de « Q (x) » dans (16) ou (25b)), devrait être naturelle (voir par ex. Srivastav 1991), ce qui, je vais le montrer maintenant, n'est pas vraiment le cas non plus dans la variété de basque étudiée.

496.1. On a supposé jusqu'ici que la forme logique des phrases complexes contenant haina était de la forme (16), cet élément possédant lui-même, et apportant, la force quantificationnelle universelle notée dans (16), cf. (25b). Deux questions au moins se posent à ce sujet. La première concerne la force quantificationnelle des relatives libres en général, et la seconde, les rapports entre haina et le démonstratif hura (ou le pronom abstrait pro), car, à supposer (i) que hiaina soit bien à interpréter comme une relative libre dont le prédicat est donné contextuellement, et (ii) que la quantification universelle caractérise bien la relative libre en question, il reste à se demander si c'est en général le cas des pronoms associés à des protases comme celles de (9) à (11) qui, si elles ne sont pas universelles, sont en tout cas attestées dans les langues les plus diverses, et donc si l'analyse proposée pour haina est généralisable, ou doit rester spécifique.

506.2.1. La première question peut être explicitée de la manière suivante : les relatives libres ne sont-elles pas ambiguës, et donc redevables de deux analyses distinctes, comme en (29) ci-après -j'emprunte (en modifiant le choix des lettres de prédicats) les formules à Jacobson (1995 : p. 458) ?

  • 33  Il n'y a pas d'abstraction sur le prédicat P, car il est interne à, ou fourni par, la relative lib (...)

x [(P (x) → Q(x)]]
b (interprétation définie) : NP = λQ[Q (ix [P (x)])]33

51La différence entre (29a) et (25b) réside donc en ceci qu'une relative libre interprétée universellement apporte elle-même le prédicat P, à gauche de la flèche d'implication, alors que ce prédicat n'est, par définition, pas fourni par haina. D'autre part, le symbole ι (iota) de la seconde ligne est l'opérateur russellien marquant la définitude singulière : (29b) pose P(x) et ajoute que pour tout v différent de x, il est faux que P(y).

526.2.2. Cela dit, il faut savoir que Jacobson (op. cit.) a proposé de neutraliser les deux interprétations ci-dessus. Son analyse repose sur l'idée que les individus (au sens logique du terme : il ne s'agit pas que des humains) peuvent être soit atomiques, soit pluriels. L'idée a son origine dans la méréologie du logicien polonais Lesniewski, mort en 1939 (voir par ex. Lesniewski (1989)). La relation de base entre des objets et leur classe est, contrairement à la distinction bien établie entre éléments d'ensembles et parties d'ensembles, transitive : si α est une partie de β et que β est une partie de y, alors αest une partie de y (qu'on pense aux parties du corps, ou encore à des segments de segments). C'est un peu comme si on laissait s'établir une relation transitive entre des éléments d'un ensemble E, les élements de l'ensemble des sous-ensembles P(E), et enfin P(E) lui-même. Dans un groupe de quatre individus A, B, C et D, on a ces quatre individus comme individus atomiques, mais A + B, B + C, A + C + D, etc., jusqu'à A + B + C + D. sont aussi des individus — seulement, ce sont des individus pluriels. Sur cette base, Jacobson, permettant de plus aux individus atomiques d'être considérés comme un sous-ensemble des individus pluriels (au sens large donc), propose de construire la notion d'individu pluriel maximum (ou IPM). Si l'ensemble de départ est un singleton (ne contient qu'un individu), l'IPM correspondra à cet individu ; mais si l'on reprend notre groupe de quatre individus, son IPM sera la somme A + B + C + D.

53D'où la possibilité de n'utiliser que la formule définie (29b), réécrite comme (30), où le X majuscule correspond à l'IPM du groupe considéré ou appartenant à l'univers de discours.

(30) NP = λQ [Q(ι X [P(X)])]

546.2.3. En conséquence, nous disposons maintenant de trois possibilités : il y a celle de Jacobson, et celles, plus classiques, exprimées en (29a, b), qui ne recourent qu'à des individus atomiques, et la question se pose de savoir si une sémantique unifiée doit être donnée pour toutes les relatives libres.

55Les relatives libres basques en -n+a sont clairement ambiguës, et peuvent par conséquent être traitées soit selon (29), soit sur le mode jacobsonien. Mais est-ce pour autant le cas de la relative libre posée par hypothèse comme interprétation de haina ? Cela n'est pas évident, dans la mesure où les structures où ce pronom apparaît sont, de manière extrêmement majoritaire, des structures génériques.

566.3. Considérons maintenant un contre-exemple (apparent ?) comme le suivant :

(31) Jatekoan enekin eskua bustitzen dueNAK, HAINAKnau salduko. (Duv. : Mt 26,23) — ‘Celui qui a plongé la main avec moi dans le plat, c'est lui qui me trahira.’

57Cette phrase est irrégulière de deux points de vue : d'un côté, elle n'a pas de protase stricte, mais une relative libre adjointe à gauche ; et, de l'autre, la référence est clairement (?) faite à un individu, Judas Iscariote.

58Il me semble qu'il faut traiter ces propriétés indépendamment l'un de l'autre. D'abord, quoique rares, les structures dans lesquelles haina « reprend » une relative libre en -na sont attestées ailleurs. J'en ai relevé deux ex. chez Chourio, dont le suivant :

(32) Ni zinzinez maiten naueNA fermu dago tentazioneen erdian, eta estute haina etsaiaren agintzek enganatzen. (Ch. 3-6-1, p. 203) – ‘Celui qui m'aime vraiment demeure ferme au milieu des tentations, et les promesses du diable ne le trompent point.’

59On remarque ici deux choses : d'abord, la relative libre en -na ne c-commande pas haina ; ensuite, l'interprétation reste clairement générique ou universelle. Une telle structure est donc compatible avec l'analyse proposée ici ; simplement, la variable de propriété P est interprétée non pas directement à partir d'une proposition adjointe (les relatives en zein..., les protases conditionnelles, etc.), mais comme étant identifiée à la propriété définitoire de l'individu générique caractérisé par la relative libre. Les trois propriétés dont la liste est fournie en 4.1 sont donc présentes, et l'on peut garder l'interprétation classique (29a).

60Si nous revenons maintenant à (31), on note que cette assertion est la réponse à la question collectivement posée par les apôtres : « Est-ce moi qui te trahirai ? ». Le locuteur, qui connaissait la réponse, aurait pu donner le nom de Judas. S'il ne l'a pas fait, c'est qu'il souhaitait l'identifier indirectement, par le recours à une définition en intension, et non extensionnellement, comme le font nécessairement les noms propres.

61Comparons maintenant les valeurs de vérité des phrases suivantes, ou encore la phrase (33c) comme « conséquence logique » des précédentes :

(33) a Jacques Chirac est le Président de la République.
b Le Président de la République est élu tous les sept ans.
c Jacques Chirac est élu tous les sept ans.

62L'effet, bien connu, est dû au fait que l'expression définie le Président de la République peut être interprétée soit comme dénotant un rôle, et donc purement en intension (ou compréhension) - celui, quel qu'il soit, qui est Président - soit comme dénotant un individu spécifique. C'est la même distinction que l'on retrouve dans les relatives libres usuelles, comme l'indique le fait que l'expression [celui qui dirige le pays] a les mêmes propriétés que l'expression [le Président de la République] dans (33).

  • 34  Voir Comorovski (1995).

63Or il en va de même pour les relatives libres basques en -na. On peut donc maintenir l'hypothèse que haina apporte effectivement comme contribution à la signification de la phrase la quantification universelle notée dans (25), et qu'une relative libre non spécifique ou interprétée en compréhension comme celle en -na de (32) peut lui fournir la valeur du prédicat libre associé à ce pronom : dans le cas de (31), il suffit alors de poser, comme cela semble conforme au contexte, que le fait qu'un seul individu soit décrit par la relative libre en -na, et que cet individu soit spécifique (i.e., connu du locuteur34), sont des données extra-linguistiques.

646.4.1. Résumons-nous. Aux trois caractérisations des relatives libres (29a). (b), et (30), correspondent trois hypothèses d'interprétation sémantique pour un pronom πcomme haina ou hura :


b π =>λQ [λP[Q(tx[P(x)])]] (cf. (29b))
c π => λQ [λP[Q(tX[P(X)])]] (cf. (30))

65Le résultat partiel obtenu ci-dessus nous indique directement que (34b) ne saurait être la bonne solution pour haina. On peut toutefois se demander si (34c) ne risque pas de fournir, lorsque l'ensemble d'« individus » considéré ne comporte qu'un élément, le même type de construction de référence, et l'on doit aussi se demander si les différences distributionnelles entre haina et hura ne relèveraient pas d'un choix dans les caractérisations lexicales offertes par (34). Avons-nous les moyens de trancher ? Dans ce qui suit, je vais esquisser une argumentation qui, prise en bloc, semble cohérente — mais j'avoue qu'il faudra des recherches complémentaires pour savoir si le résultat pourra être considéré comme acquis.

  • 35  Une forme pronominale (ou adnominale pronominalisée) dérivée d'un élément adverbial lui-même démon (...)

666.4.2. A une brève remarque près (4.1), nous avons considéré jusqu'ici que le second élément pouvait s'utiliser partout où le premier le pouvait. La réciproque de cette proposition est bien entendu fausse (un démonstratif comme hura peut aussi bien fonctionner déictiquement qu'anaphoriquement), mais il faut ajouter que, même dans le cas des structures étudiées ici, il est un cas (qu'on vient de discuter) dans lequel haina ne peut remplacer hura : celui des relatives libres d'interprétation spécifique ou définie. Pour en revenir à l'autre non-équivalence, il s'agit du fait que je n'ai pas trouvé d'exemples ou le démonstratif hura35 correspondait au haina des structures (5). (20), (21), ou encore (27d). En résumé, on peut dresser le tableau suivant comme marquant les contextes qui admettent, ou rejettent, l'un ou l'autre de ces deux pronoms :

(35) Distribution de haina et hura dans les contextes corrélatifs
structure associée haina hura
a norbait ba- √ √
b nor (ere) bait- √ √
c -na 1 (universel) √ √
d -na 2 (spécifique) * √
e - zeina bait-(=sg.) √ *
f - zeinak bait-(=pl.) √(hainak, pl.) *(hek, pl.)

67Supposons que hura soit caractérisé par (34c), donc « à la Jacobson » ; cela permettrait de rendre compte de tous ses usages : renvoi anaphorique à à l'individu pluriel maximal construit sur la classe des individus donnée dans l'univers de discours (si c'est un singleton, on a vu que l'on obtenait naturellement la référence définie ou spécifique au singulier) ; mais on a de plus un présupposé d'existence, fourni par l'opérateur iota, que ne saurait fournir une relative en zein... bait-, puisqu'un tel objet syntaxique ne peut fournir qu'un prédicat. L'impossibilité de hura (au sg.) et de hek (au pl.) dans (35e,f) suit alors directement.

68Mais si tel est le cas, on a en même temps un argument de plus pour ne pas considérer (34c) comme la caractérisation de haina : il n'y a pas de présupposé d'existence associé aux structures (5), (20) ou (27d), la proposition correspondant à ces phrases étant trivialement vraie si aucun individu ne « vérifie » le prédicat P.

69On peut résumer comme suit : haina a l'interprétation fournie par (34a), et hura, celle fournie par (34c), ce que résume (36) ci-après.

liaina => λQ [λP[x[P(x)→Q(x)]]]
b hura => λQ [λP[Q(tX[P(X)])]]

706.5.1. En d'autres termes, la subtile construction de Jacobson (1995), qui visait à neutraliser l'opposition entre relatives libres définies et relatives libres universelles, doit être relativisée : il est très probable, au vu de ce qui précède (et indépendamment des arguments qu'elle offre elle-même), que la notion d'individu pluriel maximal soit pertinente dans la sémantique des langues naturelles, et plus particulièrement dans l'interprétation des pronoms anaphoriques dans certaines structures corrélatives. Cependant, cette notion n'élimine pas pourtant la nécessité de recourir à une interprétation plus classique en termes de quantification universelle sur des individus atomiques — je ne serais d'ailleurs pas étonné qu'une langue naturelle ou une autre dispose d'un pronom anaphorique qui ne puisse être caractérisé de manière non-ambiguë que par (34b).

71En tout état de cause, nous avons ici un argument qui montre que la manière de construire la référence (y compris virtuelle) dans les langues naturelles est multiple, et que l'on aurait tort de chercher à établir une sémantique universelle par trop rigide.

726.5.2. Dans le domaine syntaxique plus spécifique du basque, nous avons aussi maintenant un argument fonctionnel raisonnable (c'est-à-dire, aussi raisonnable que tout autre argument fonctionnel, ou encore, évidemment non-décisif) concernant la disparition de haina. En effet, l'opposition ci-dessus entre (36a) et (36b), construite sur les données du tableau (35), n'a de rendement réel que dans le cas où tout présupposé d'existence doit être éliminé : dans les autres cas, hura peut remplacer haina, comme on l'a dit. Or il se trouve que les seules structures correspondant à ce cas de figure particulier sont celles représentées en (27d) ou (35e, f), c'est-à-dire les structures dans lesquelles c'est une relative en zein... bait- qui donne le contenu du prédicat P.

73Lorsque, pour des raisons qui ne nous concernent pas ici (cf. la note 28), les relatives de ce type ont disparu en basque, il n'y avait plus aucune raison de conserver haina, qui faisait office de doublet avec hura, sans pour autant pouvoir remplir toutes ses tâches. Il est donc en quelque sorte naturel que haina ait disparu précisément au moment où les relatives en zein... bait- disparaissaient.

747.1. Les pages qui précèdent ont peut-être résolu quelques problèmes, mais elles en ont probablement soulevé autant. On peut résumer l'analyse qui a été faite de la distribution syntaxique et de la contribution sémantique du pronom haina en labourdin des XVIIIe et XIXe siècles comme suit : ce pronom est un élément exclusivement anaphorique, qui s'interprète comme une relative libre universelle (et non définie) dont le prédicat est normalement fourni par une proposition adjointe à celle contenant haina (sinon, il faut aller chercher dans le contexte une proposition « saillante » qui peut fournir le contenu de ce prédicat). Dans le cas usuel, la proposition subordonnée adjointe peut être (i) une protase conditionnelle contenant un indéfini existentiel, un item de polarité négative, voire un indéfini universel, (ii) une pseudo-relative libre construite à l'aide de pronoms interrogatifs, en nor(ere)... bait-, (iii) éventuellement une véritable relative libre en -n+a (mais qui doit alors s'interpréter comme quantifiée universellement plutôt que comme spécifique), ou encore (iv) une relative en zein... bait-.

75Ce pronom s'oppose au pronom démonstratif hura qui peut figurer dans les trois premiers contextes cités à l'instant par le fait qu'il apporte une quantification universelle à la forme logique de la phrase dont il fait partie — au contraire de hura, dont la contribution est plutôt celle d'un individu pluriel maximal, pour reprendre les termes de Jacobson (1995), ce qui lui permet de reprendre autant des noms propres que des relatives libres spécifiques ou définies.

767.2. On peut conclure de cette opposition que puisque hura peut prendre un antécédent défini, il fonctionne effectivement comme un « pronom de type E » au sens d'Evans (1977, 1980) dans les contextes examinés, alors que le type de pronom instancié par haina n'est pas exactement le même ; en effet, Evans insistait sur le fait que l'antécédent d'un « pronom de type E » pouvait être spécifique, et que la quantification apportée par l'antécédent est réelle, alors qu'elle ne compte pas ici - au contraire, pourrait-on dire, car l'analyse proposée dans les sections 5 et 6 revient à nier que haina ait eu, dans la période qui nous a concerné, un antécédent quelconque.

77Par contre, haina et hura partagent bien l'idée, plus clairement exprimée par Cooper (1979), que dans les emplois étudiés ici, on a une variable de prédicat qui est. comme on l'a dit, soit interprétée localement, si une subordonnée peut en fournir le contenu, soit interprétée pragmatiquement, dans un contexte plus large que la phrase maximale contenant le pronom.

78Dans tous les cas, il semble qu'une approche distincte des modèles développés en DRT (voir Kamp 1981, Heim 1982, 1990, et aussi Chierchia 1995) qui proposent un liage non-sélectif par un opérateur qui peut être soit un quantificateur, soit un adverbial temporel, soit un modal) soit requise, si l'on veut pouvoir rendre compte de l'interaction syntaxique autant que sémantique des propriétés du pronom haina et des relatives en zein... bait-, mais aussi de leur disparition simultanée.

79Cela ne veut bien entendu pas dire que ce type d'approche ne soit pas nécessaire pour traiter correctement d'autres pronoms dans d'autres langues (cf. Cheng & Huang 1996, qui défendent l'idée que le chinois utilise les deux stratégies)-de même que je n'ai pas exclu en 6.4.3 qu'une langue naturelle pourrait bien posséder un pronom anaphorique particulier, ayant lexicalement - et non seulement comme emploi possible -la valeur d'une relative libre référentiellement déterminée.

807.3. Du point de vue empirique, j'ai laissé nombre de questions de côté, parmi les quelles je citerai :

  • L'éventuelle spécificité sémantique de l'association haina + hura, évoquée en 32.

  • Le rôle de eta, litt. ‘et’, introduisant très fréquemment la proposition principale. cf. (7a), (14a, b), etc.

  • Le rôle de ere dans les protases de (1), (7), etc.

  • L'étude de l'opposition entre les formes au singulier et au pluriel de haina dans les constructions où il est associé aux relatives en zein... bait-., cf. (20b).

  • Celle des pronoms dérivés des adverbes de « manière » eux-mêmes dérivés des démonstratifs (cf. la note 35).

  • Celle de la restriction typique de haina au domaine des humains : est-ce une propriété lexicale de ce terme (v. la note 22), ou bien n'est-ce pas une propriété impliquée par le prédicat qui figure dans la subordonnée adjointe ?

  • Plus prosaïquement, les données du DGV étant fort parcimonieuses et très peu circonstanciées en ce qui concerne l'usage de haina au XVIIe siècle, il serait aussi très utile qu'une monographie recensant tous les emplois de ce pronom du XVIe au XVIIIe siècles se fasse, qui pourrait peut-être permettre de faire l'histoire « complète », depuis sa mise en place comme pure anaphore jusqu'à sa disparition décrite en 6.4.4 supra. d'un élément grammatical basque.

Haut de page

Bibliographie

LE CORPUS

[NB. Les entrées des sources secondaires d'information (dictionnaires et grammaires) sont dans la deuxième partie de cette bibliographie.]

Axular. Pedro de. 1643. Guero. Bordeaux : Milanges. Ed. avec trad. espagnole par L. Villasantc. Barcelone : Juan Flors. 1964. Ed. facsim. de la première. Euskaltzaindia, Bilbao, 1988.

Casenave-Harigile. Junes. 1986. Egün oroetako irakurgeiak. Zarauz : Itxaropena.

Chourio. Michel [† 1718], 1720. Jesu-Christoren imitacionea [...]Escararat itçulia.Cité d'après l'édition facsim. par Hordago-Lur, Saint-Sébastien. 1979, de la rééd. de 1788 (Bayonne, Trebos).

Duvoisin. Jean. 1857. Version labourdine des Dialogues basques publiés sous la dir. de L.-L. Bonaparte. Londres. Rééd. dans L.-L. Bonaparte. Opera Omnia Vasconice. II, 315-434 ; Bilbao : Euskaltzaindia. 1991.

Duvoisin, Jean. 1858. Laborantzako liburua [...]. Bayonne. Cité dans le DGV.

Duvoisin. Jean. 1859-65. Bible edo Testament Zaliar eta Berria [...]. Londres. Fac-sim., Bilbao : Gran Enciclopedia Vasca. 1972.

Etchehandy, Marcel. 1992. Hebrearrei gutuna [eta beste gutunak]. Saint-Sébastien : Elkar.

Etcheverry. Joannes. dit de Sare. 1712. Obras vascongadas del doctor labortano Joannes d'Echeberri [...].Paris. 1907. Cité dans le DGV d'après l'éd. de 1936 dans R1EV.

Haraneder. Joannes de. 1742. Jesu Christoren Evangelio Saindua. Ms. éd. par P. Altuna. Bilbao : Euskaltzaindia. 1990.

Larreguy. Bernard. 1775-1777. Testament çabarreko eta berrico historia. Bayonne.

Liçarrague. Joannes. 1571. lesus Christ Gure launaren Testamentu Berria - Kalendera - ABC edo Christinoen Instruclionea.La Rochelle. Réimpr. en facsim., avec introd. par Th. Linschmann & H. Schuchardt. Strasbourg : Trübner. 1900. Facsim. de celte réimpr., Bilbao : Euskaltzaindia. 1990.

Pouvreau-, Sylvain. 1669. Iesusen imitacionea. Paris. Rééd. : Hordago-Lur, Saint-Sébastien. 1979.

LES SOURCES LINGUISTIQUES

Agud. Manuel. & TOVAR. Antonio (†). 1988.‘Materialcs para un diccionario cumológico vasco. II’. ASJV 22/2. 625-694.

Azkue, Resurrección M°. 1905. Diccionario vasco-español-francés. 2 vol. Rééd. fac-sim., Bilbao, 1969. Editorial La Gran Enciclopedia Vasca.

Bach.Emmon. JELINEK. Eloise. KRATZER. Angelika, & PARTEE. Barbara H. (eds.). 1995. Quantification in Natural Languages. Dordrecht : Kluwer.

Cheng. L. L.-S. & HUANG. J. C.-T. 1996.'Two Types of Donkey Sentences’. NaturalLanguage Semantics 4/2. 121-163.

Chierchia, Gennaro. 1995. Dynamics of Meaning, Anaphora, Presupposition, and the Theory of Grammar. Chicago : UCP.

Comorovski. Ileana. 1995.‘On Quantifier Strength and Partitive Noun Phrases’. Dans E. Bach et al. (eds.). 145-178.

Cooper. Robin. 1979.‘The Interpretation of Pronouns’. F. Heny & H. Schnelle (eds.), Selections from the Third Croningen Round Table (New York : Academie Press, Syntax & Semantics 10). 61-92.

Corblin. Francis. 1985.‘Les chaînes de référence : analyse linguistique et traitement automatique’. lntelleaica 1/1, 123-143.

DGV : Diccionario General Vasco - Orotariko Euskal Hiztegia. vol. 1 (A-Ama). Bilbao 1987 : Euskaltzaindia. Descléc de Brouwer & Mensajero.

Ducrot. Oswald. 1972. ‘Relations sémantiques entre phrases’. Dans O. Ducrot & T. Todorov, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris : Seuil, 358-367.

Evans. Garelh. 1977. ‘Pronouns. Quantifiers. and Relative Clauses I. II’. Canadian Journal of Philosophy 7/3.467-536 & 7/4 777-797. Aussi dans G. Evans. Collected Papers (Oxford : Clarendon Press, 1985). 76-175.

Evans. Garcth. 1980, ‘Pronouns’. Linguistic Inquiry 11/2. 337-362.

Geach. P.T. 1962. Reference and Generality. Ithaca (N.Y.) : Comell University Press.

Heim. Irene. 1982. The Semantics of Definite and Indefinite Noun Phrases, thèse. Amherst. Publié en 1989. New York : Garland.

Heim. Irène. 1990. ‘E-type Pronouns and Donkey Anaphora’. Linguistics & Philosoplry 13/2. 137-178.

Jacobson. Pauline. 1995. ‘On the Quanuficational Force of English Frce Relatives’. Dans E. Bach et al. (cds.). 451-486.

Kamp. Hans. 1981.‘A Theory of Truth and Semantic Représentation’. Dans J. Groenendijk et al. (cds.). Formai Methods in the Study of Language (Amsterdam : Mathematical Center), 277-322.

Lafitte. Pierre. 1962. Grammaire basque ; dialecte navarro-labourdin littéraire. Ed. revue. Bayonne : Amis du Musée Basque & Ikas.

Lesniewski. Stanislaw. 1989. Sur les fondements de la mathématique. Fragments. Ed. et trad. par G. Kalinowski. Paris : Hermès.

Lhande. Pierre. 1926. Dictionnaire basque-français [...]. (dialectes labourdin. bas-navarrais et soulelin). Paris : Beauchesnc.

Oyharçabal Bernard [Beñat]. 1987. Etude descriptive de constructions complexes en basque : propositions relatives, temporelles, conditionnelles et concessives. Thèse. U. Paris VII.

Oyharçabal. Beñat 1997.‘Korrelazioz moldaluriko perpaus erlatiboak’. Rapport pour la Commission de grammaire de l'Académie basque.

Srivastav. Venceta. 1991.‘The Syntax and Semantics of Correlatives’. Natural Language and Linguistic Theory 9/4. 637-686.

Haut de page

Notes

*  Diverses idées défendues ici ont été discutées avec Beñat Oyharçabal, dont les remarques m'ont évité bien des erreurs. Celles qui restent me sont évidemment entièrement redevables - sans parler du fait que nous restons en désaccord sur de nombreux points, parfois essentiels ; ce texte aura au moins, je l'espère, le mérite d'avoir posé quelques questions et d'avoir tenté d'avancer dans une direction qui n'avait jamais été explorée auparavant.

1  On peut donc hésiter entre deux attitudes : considérer que l'usage de haina chez Liçarrague est un argument en faveur d'un statut relativement occidental de sa langue (dans la tradition septentrionale évidemment), ou. au contraire, avancer que l'emploi d'un tel mot illustre les tendances unificatrices ou supra-dialectales de Liçarrague et de ses collaborateurs. (Pour moi, les convergences morphologiques et syntaxiques entre sa langue et celle des proverbes d'Oyhénart sont telles que je ne puis qu'opter pour la seconde solution.)

2  Suit même une citation d'Orixe, mais il est évident qu'il s'agit de gipuzkera osotua, c'est-à-dire d'une tentative d'intégration d'éléments dialectaux variés dans la construction d'une koinè à base guipuzcoane.

3  Faute de place, je ne donne pas le mot-à-mot des exemples, mais emploie des petites capitales pour en faire ressortir les éléments structuraux importants : haina lui-même, son antécédent, et la marque de subordination de la proposition contenant ce dernier.

4  Azkue donnc ‘Har[aneder]’ comme source, mais il s'agit de la version révisée par Harriet (cf. l'introd. d'Alluna à l'édition du ms. réel de Haraneder) ; le texte préparé par Altuna offre en effet une leçon assez différente dans les détails, donnée en (7a) infra.

5  Le DGV ne proposant pas de traductions, je donne la mienne.

6  Texte fr. de L.-L. Bonaparte. Voir 4.3 pour une étude de cette structure.

7  L'ouvrage publié en 1720 a forcément été rédigé plus tôt, puisque son auteur (je devrais dire le traducteur) est mort en 1718. Je confirme ici au passage le jugement impressionniste que l'on peut tirer des comparaisons effectuées dans le DGV entre sa trad. de L'imitation de J.-C. de Th. a Kempis et celle faite par Pouvrcau en 1669. soit environ deux générations plus tôt : ce dernier texte ne contient jamais haina. La présence de ce pronom chez Liçarrague est donc d'autant plus étonnante...

8  Noter cependant cet ex. chez Chourio : Batak bilha beza hau. bertzeak hori ; HAINAK eman beza ber je] loria gauza batean. eta hark bertzean ; izan beitez laudatuak ehun mila presunez. (3-49-7, p. 360) - ’Que l'un recherche ceci, et l'autre cela ; que celui-ci se glorifie d'une chose, et celui-là de l'autre, qu'ils soient loués par mille personnes...’

9  C'est probablement cette redondance qui est responsable de la rareté des occurrences des combinaisons illustrées en (2) chez les auteurs étudiés ici. En voici cependant un ex. relevé chez Haraneder (Duvoisin a simplement haren baitan) :
(a) Amodioan dagoena Jainkoa baitan dago eta Jainkoa haina haren baitan (1 Jn 4.16) - 'celui qui est dans l'amour est en Dieu et Dieu (est) en lui.’
Il semble bien, cependant, que cette combinaison permette plus facilement de renvoyer à un individu spécifique, introduit plus tôt dans le discours. Beñat Oyharçabal m'a ainsi aimablement communiqué le contexte gauche de certains exemples du DG V qui étaient inexploitables autrement. Dans le suivant. de Larréguy (1775-1777), on voit que la forme complexe haina + Dém. ne fonctionne pas comme haina seul, mais rappelle plutôt l'ex. (4) : (b) Davitek batuzuen dohatsuki GAIXTAGIN HETAR1K BAT guzia hagorandua. hirur egun hetan yan eta edan gabea : eman-zitzaion behar zena. Davitek yakin zuenean HAINA HURA amalezitar baten gathibua zela. erran zioen... (I, 292) : - ‘David rencontra heureusement un de ces malfaiteurs, qui était agonisant, n'ayant ni mangé ni bu pendant trois jours, et il lui donna ce dont il avait besoin. Quand David apprit que C'était un prisonnier d'un habitant d'Amalétie [?], il lui dit...’
Noter aussi l'existence d'exemples de haina comme déterminant suivant un nom, mais je n'en ai trouvé que chez Haraneder, par ex. dans Mc 14,21 (gizon hainarentzat pour un tel homme') Luc 12,47 (Zerbitzari haina ‘ un tel serviteur’), ou Rom 2.29 (judu hainak ‘ de tels juifs’).

10  Je modernise l'orthographe, supprimant l'aspiration des plosives et les marques redondantes de palalalisation, mais laissant en évidence les particularités de chaque auteur, comme le non-assourdissement de d- après bail- (noté alors bai-) chez Haraneder, ou le passage de z à s devant t chez Chourio.

11  Altuna signale l'absence de ere ici, absence qu'il avait déjà notée dans un passage précédent : ce phénomène est également attesté chez Liçarrague ou Chourio.

12  Les définitions françaises les plus classiques de l'anaphore ne distinguent pas entre ces deux types : cf. par ex. Ducrot (1972 : 358) : « Un segment de discours est dit anaphorique lorsqu'il est nécessaire, pour lui donner une interprétation [...], de se reporter à un autre segment du même discours », ou Corblin (1985 : 126) : « On parle d'anaphore lorsqu'un élément, par exemple un pronom, exige d'être interprété par emprunt à un terme du contexte proche, lorsqu'il y a dépendance nécessaire d'un ‘anaphorique’ à un antécédent qui se comporte comme une source. »

13  D'où la définition usuelle en termes de branches, c'est-à-dire de représentations arborescentes de la structure de constituants : α c-commande βsi et seulement si le premier nœud branchant y qui domine α domine aussi, directement ou non, β, et que α ne domine pas β ni réciproquement.

14  Les guillemets indiquent que cette notion sera remise en cause ultérieurement : cf. les §§ 5 et 6.

15  Les trad. de Har. et Duv. se correspondent rarement point par point, et l'on a souvent Ø ou hura, ou d'autres variantes encore, chez l'un, quand on a haina chez l'autre. Quelques versets plus loin, on a cependant la même structure globale, mais avec hura dans la principale, chez les deux traducteurs à nouveau (mais l'antécédent change) :
(a) ...bainan NIHORK Jainkoa zerbitzalzen BAdu eta haren nahia egiten. HURA due la entzulen Jainkoak (Har. : Jn 9.31) – ‘...mais si QUELQU'UN/QUI QUE CE SOIT sert Dieu et fait sa volonté. Dieu L'entendra.’
(b) ... bainan NORBAIT haren zerbitzari bada. eta haren nahia egiten badu, entzuten du HURA.(Duv. : id.)

16  Ce n'est pas un hasard si l'on retrouve les racines ha- et ze- tant dans les corrélatives du type (15) que dans l'association haina... zeina de (5). Cependant, les structures corrélant des quantifications adverbiales, comme (15), semblent privilégier nihor, au détriment des autres éléments disponibles, indépendamment du choix lexical du pronom de la principale, cf. l'ex. ci-dessous, et donc interdire de cette manière que deux structures formellement corrélatives ne s'enchevêtrent : Eta ZENBATENAZ NIHOR aitziñatzen BAITa GEHIAGO bizitze spirilualean. HANBATENAZ zaio [pro-datif] bizitze hau kiratsez beleAGO (Ch. : 1-22-2, p. 97)’ — Et plus quelqu'un s'avance dans la vie spirituelle, plus cette vie [matérielle] lui semble remplie d'odeurs fétides.’

17  Le cas exceptionnel est fourni par les ex. (5), (20) et (21) : sa signification est abordée en 6.4.

18  Cette restriction s'expliquera au cours de l'analyse de la structure de phrases comme (5).

19  Voir la discussion de l'ex. (30) en 6.1.3.

20  Cette question n'a rien d'original : v. Geach (1962) et bien d'autres depuis.

21  Il s'agit bien d'une forme logique de sémanticiens, et non de la « Forme Logique » (avec majuscules) chomskyenne. En particulier, le prédicat Q de la seconde proposition logique et son argument x n'ont pas besoin de correspondre à la dichotomie SN sujet - SV prédicat que donne la syntaxe dans une analyse configurationnelle du basque : voir par ex. (9a), (9b), et (11) où haina, au génitif, est interne au SN sujet, ou encore (13b), phrase dans laquelle il correspond à l'objet direct de eginen dute. Voir aussi la section 5.1.

22  Le DGV signale l'exemple suivant, de Duvoisin (1858), qui a la même structure que (5) : Ikusten dut orai HAINA dela oftziorik hobeena. ZEINAK ere uzten BAITu bihotzean gozorik gehiena - ‘ Je vois maintenant que le meilleur métier est celui qui laisse le plus de douceur au coeur’, mais dans lequel la restriction au domaine des humains n'est clairement pas vérifiée. On notera que, d'un côté, cet exemple est très marginal. et, de l'autre, que la restriction apportée au domaine est explicite - alors que dans les cas qui nous intéressent, elle ne l'est pas. Il faut donc probablement préciser la définition de haina en disant que le domaine de restriction sur lequel porte sa quantification est par défaut l'ensemble des humains.

23  Le sujet de ardietsi, ‘obtenir’, est évidemment disjoint du référent « virtuel » de la relative.

24  Le suffixe -xe est emphatique.

25  On va revenir en 6 sur l'ambiguïté quantificalionnelle des relatives libres.

26  Partant de (25b), répété comme (a) ci-dessous, l'interprétation (26d) de (a), (f) ci-après, s'obtient à partir de la formule (b), dans laquelle les prédicats sont fournis comme arguments des λ-expressions, puis par quatre λ-conversions successives :
(a) haina => λQλP.Image3x [P(x) → Q(x)]
(b) λQ[λP.Image4x [P(x) → Q(x)](λy.recevoir-un-p(y))]( λz.avoir-une-r(z))
(c) λP.Image5x [P(x) → (λy.avoir-une-r(y))(x)]( λz.recevoir-un-kz))
(d) Image6x [(λz.recevoir-un-p(Z))(x) → (λy.avoir-une-r(y)(x)]
(e) Image7x [(λz. recevoir-un-pz))(x) → (avoir-une-r (X)]
(f) Image8x [recevoir-ln-p (x) → avoir-une-r (x)]

27  Cf. Jacobson (1995). qui assimile les pronoms relatifs à des opérateurs d'identification.

28  Tout aussi incompréhensible serait d'ailleurs le purisme militant d'Azkue (1905. vol. II. entrée zein), qui condamne explicitement les constructions en zein-... bail- mais ne dit rien des autres !

29  Il en va de même, pour les traductions relevant de traditions orientales que j'ai pu consulter, de Liçarrague (1571) à Casenave (1985 : 331 - souletin), en passant par Etchehandy (1991 : « navarro-labourdin » plutôt bas-navarrais).

30  Le -a final de gizona signale que l'on ne peut considérer ici que zein aurait été détaché d'un syntagme nominal qu'il aurait « déterminé », comme dans ’quel homme’, car la marque de définitude est alors interdite.

31  Noter aussi que dans une langue qui n'a pas de pronoms relatifs, comme le chinois, ce sont bien des interrogatifs qui fonctionnent dans des phrases complexes du type étudié ici, cf. Cheng & Huang (1996), mais dans les deux propositions :
(a) Shei xian lai. Shei xian chi
qui premier venir, qui premier manger
‘Celui qui arrive le premier mange le premier’

32  De type « NZ » chez les bascologues.

33  Il n'y a pas d'abstraction sur le prédicat P, car il est interne à, ou fourni par, la relative libre.

34  Voir Comorovski (1995).

35  Une forme pronominale (ou adnominale pronominalisée) dérivée d'un élément adverbial lui-même démonstratif, comme horrelakoa - ou holakoa, cité par le DGV, cf. § 2 -, est possible, mais cela n'est pas pertinent pour notre propos, même si de telles formes méritent évidemment une étude détaillée.
Par ailleurs, rappelons qu'il existe évidemment des séquences de type hura (...) zeina.... mais le démonstratif est alors déictique.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1786/img-1.png
Fichier image/png, 940 octets
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1786/img-2.png
Fichier image/png, 940 octets
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1786/img-3.png
Fichier image/png, 940 octets
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1786/img-4.png
Fichier image/png, 940 octets
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1786/img-5.png
Fichier image/png, 940 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Rebuschi, « Remarques sur le pronom Haina », Lapurdum [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1786

Haut de page

Auteur

Georges Rebuschi

UPRESA du CNRS - Sorbonne - Paris III
georges.rebuschi1@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Iker UMR5478 | Rebuschi G.

Haut de page