Navigation – Plan du site

A propos de quelques noms de lieux d'Anglet et de Biarritz

Hector Iglesias
p. 1-21

Résumé

Argitara emana ginuen lehenagoko artikulu batean (cf. oharrak, §1), Chiberta leku-izen angeluarra Gibraltar Espainiako izen famatuaren forma « herrikoia » zela jadanik frogatua ginuen. Artikulu honetan, aldiz-hitz-hastapenean izan zen aldaketa, hau da, hastapeneko ozenaren elkortzea, fonetika mailan pausatzen duen korapiloa, iragan denboretan Angeluko herriari zegokion egoera linguistiko berezia kondutan hartzen badugu, ahalik argikiena desopilatzera eta azaltzera entseatzen gara, hala nola baita ere XIX-garren mendean agertzen den Chimberta forma ohargarriak pausatzen duen arazoa.
Bestalde, Miarritzeko La Négresse deitzen den auzoalde ezinago ezagunaren eus-kal izen historikoa eta dagozkion ondotikako forma ahozkoak aztertzen ditugu. Bestetik, egun Mouriscot eta Marion deritzaten Miarritzeko aintzira famatuen euskal izenak aurkitu-eta, ezagutzera emaiten ditugu : Chabiague lehenbizikoarentzat (erran nahi baita, euskaraz teorikoki erran-nahi batzu izan ditzazkeen Sabiaga euskal forma « gaskoindua » ; hala ere, Chabiague formari dagokion et 1678-an agertzen den Etchabiague formatik datorkigukeela pentsa daiteke) eta Rausta bigarrenarentzat (Harrausta euskal izenaren forma « erromanizatua » eta dagozkion ondotikako alda-penak : Harosta, Rusta. Rousta).
Laburzki emanez, Mouriscot aintziraren kasuan, azken mende hauetan agertzen zaigun aldakuntza ondokoa da : XVIII-garren mendean aintzira Chabiague deitzen zen, XIX-garren mendean Hondarrague (Hondarraga euskal izenaren itxura « gaskoindua ») eta, azkenik, XX-garren mendean Mouriscot, erran nahi baita gaurko izena. Bestalde, egun Marion deritzan aintziraren kasuan, orai badakigu XVIII-garren mendean Rausta deitzen zela (cf. supra). Artikuluaren azken partean, Miarritzeko Chinchourre euskal leku-izen historikoaren azterketa etimologiko bat egiten dugu.

Haut de page

Entrées d'index

Thèmes :

linguistique

Mots-clés :

onomastique, toponymie

Géographie :

Anglet, Biarritz

Chronologie :

18e siècle
Haut de page

Texte intégral

1. Le microtoponyme angloy Chiberta

  • 1  « Le toponyme Chiberta », Bulletin du Musée Basque, n° 147, 1997. pp. 43-64.

1Dans un précédent article1 nous avons déjà expliqué pourquoi le toponyme Chiberta, nom désignant un lac d'Anglet, est l'avatar populaire du nom très connu Gibraltar : ce dernier fut tout au long du XVIIIe siècle, ce que l'on ne savait jusqu'à la découverte, entre autres, de certains actes notariés, l'ancienne appellation officielle du lac.

2L'existence, fait extrêmement important, d'une forme occitane ou plutôt « occitanisée » Gibarta, « Gibraltar » citée par Frédéric Mistral dans son célèbre Trésor dóu Felibrige, nous conforte dans notre hypothèse et ne laisse plus de place au doute.

3Dans notre précédent article deux questions étaient néanmoins restées en suspens :
1°. Pourquoi a-t-on appelé Gibraltar cet endroit d'Anglet ?
2°. Pourquoi les formes Gibraltar ou Gibaltar, constamment utilisées dans les archives du XVIIIe siècle, disparaissent-elles complètement au cours du XIXe siècle ?

  • 2  Notaire Monho. 2 décembre 1714, E III 3750.

4En ce qui concerne la première question, nous sommes en mesure d'apporter une réponse plus satisfaisante que celle que nous avions apportée précédemment. L'existence d'un mamelon ou dune ayant une hauteur de 20 m (sa hauteur maximale atteignant même 25 m., ce qui est considérable puisque les falaises biarrotes de la Côte des Basques ont une hauteur grosso modo de 40 m.) situé au bord du lac pouvait, comme nous l'avions écrit dans notre précédent article, fournir une explication tout à fait plausible. En tout cas, elle n'avait rien d'invraisemblable. Une carte levée par les Officiers du « Corps d'Etat-Major », et publiée par le Dépôt de la Guerre en 1856, outre celle dressée entre 1888 et 1892, nous montre parfaitement cette colline. Or, nous avons découvert un document qui nous prouve que cette éminence non seulement existait déjà au XVIIIe siècle, mais au demeurant qu'elle devait être considérable à l'époque, sa hauteur étant probablement plus importante qu'au XIXe siècle. Il s'agit d'un acte notarié dressé par Guillaume Monho (notaire exerçant à Anglet et à Bayonne) et daté de 17142 dans lequel il est fait mention d'une vigne

« Scituée aux Sables dud. anglet de la Contenance denviron onze milliers et demy de pieds de vigne Comfrontant (sic) du levant a (sic), la riviere (sic) de cette ville Sable Commun dud. anglet entre deux, du Midyaune mon-taigne de Sable Commun, du Couchant a pinadar (sic) Comun (sic) de lad. parse. et du nort aussy a Sables Communs de la même parse. (...) ».

5Les vignes angloyes de l'époque étant désignées par le nom de leur propriétaire ou par des appellations plus ou moins pittoresques, il est possible qu'une de ces vignes, probablement plantée sur cette dune ou colline appelée ici « montaigne de Sable », fût baptisée Gibraltar par dérision (phénomène extrêmement répandu partout et de tout temps). Par la suite, le nom de la vigne se serait appliqué au lac voisin ; c'est-à-dire le lac qui se trouvait près de la « vigne de Gibraltar » : le « lacq appelle (sic) Gibraltar ».

6On pourrait également inverser le raisonnement : la vigne dite de Gibraltar aurait pris le nom du lieu-dit Gibraltar (c'est-à-dire très probablement le nom de cette « montaigne »), cette dernière hypothèse étant d'ailleurs la plus probable.

7Ce phénomène, qui consiste dans le fait qu'un nom désignant dans un premier temps un endroit bien particulier finit par désigner également la plupart des lieux qui se trouvent aux alentours, s'est aujourd'hui poursuivi puisque la forêt du Pignada (nom officiel) qui se trouve à côté du lac est appelée forêt de Chiberta (forme populaire de Gibraltar). A tel point que l'écrasante majorité de la population locale ne sait pas que le véritable nom de cette forêt est Pignada.

8Du reste, la découverte de l'existence à Anglet au début du XVIIIe siècle de cette « montaigne de Sable » située en bord de mer ne fait que renforcer, sinon confirmer, notre hypothèse. C'est ainsi qu'il faut certainement expliquer la présence du toponyme Gibraltar à Anglet : ce devait être le nom donné par la population à une énorme dune surplombant une sorte de chenal ou passe (cf. infra). En outre, Jean Goyhenetche a découvert en consultant les délibérations de la communauté (archives municipales d'Anglet) un document extrêmement intéressant qu'il a eu l'amabilité de nous communiquer :

« Le Vingt sixieme du mois de decembre 1762, En Lassemblée generalle tenue par les hans [habitants] de la parroisse danglet, il a ete fait lecture du reglement que les Sr abbé Jurats [illisible] ont fixe devoir etre paye par les particuliers qui ont Souffert des domages et qui ont ete remplacés dans le nouveau Sable, et ceux qui ont achepté (sic) les nouveaux sables dans la sable (sic) laissé par la mér (sic) (...) Nouveaux Sables de gibaltar (...) [signé] Pene [et] Landalde [notaire] Dithurbide ».

9Il s'agit de la plus ancienne mention jamais découverte jusqu'à présent en ce qui concerne le nom de ce lac (mais il est probable qu'on en trouvera d'autres). Plusieurs remarques : le fait qu'il soit fait mention des « Nouveaux Sables de gibaltar » laisse supposer qu'il y en avait d'autres plus anciens, donc que le nom « gibaltar » (variante de Gibraltar) existait déjà auparavant.

  • 3  Plan du Cours de la Rivière de la Dour, depuis la Baye St Bernard, jusqu à la jonction de la Mer. (...)

10Si on en croit cette délibération, il s'est produit un événement en 1762 qui a eu pour conséquence que la mer s'est retirée. On est donc autorisé à penser que l'actuel lac était relié à l'océan par une sorte de chenal, canal ou passe ; autrement dit, si l'on devait utiliser une métaphore : un détroit (cf. la carte de 1779). La situation semble se préciser de plus en plus. Un bras de mer qui s'enfonce à l'intérieur des terres et qui pour une cause indéterminée, probablement une tempête ayant entraîné un déplacement des dunes, se retire et un lac (jusqu'alors relié à la mer) situé au pied d'une colline, mamelon ou « montaigne » relativement important. Il ne s'agit pas d'une simple hypothèse. Un plan du cours de l'Adour daté de 17313 nous montre parfaitement quelle était à cette époque la situation topographique de cet endroit d'Anglet, du moins en ce qui concerne le tracé du fleuve car la dénivelée du terrain n'y est malheureusement pas indiquée. A l'époque l'embouchure de ce dernier était située grosso modo à deux kilomètres au sud du lieu où elle se trouve actuellement (soit 1000 toises ; 1 toise = 6 pieds ; 1 pied = 0,324 m. ; 1000 toises = 1944 m.). L'actuel lac appelé Chiberta est manifestement la seule trace visible de ce qui reste de cette ancienne embouchure « qui - est-il précisé dans ledit plan - n'est plus pratiquée depuis 1729 » (il y en avait également deux autres situées plus au nord ; au total il y en avait trois, désignées dans ledit schéma par les lettres A, B, C).

11De là à penser que la population ait, par dérision, comme cela s'est toujours fait un peu partout (cf. le rocher toulonnais appelé lou pichoun Gibarta, « le petit Gibraltar » cité par Frédéric Mistral), baptisé Gib(r)altar (d) ledit endroit d'Anglet et cela en souvenir des célébrissimes rocher et détroit, il n'y a qu'un pas.

12Quoi qu'il en soit, il existe une certitude : cet endroit était à une époque appelé Gib(r)altarid). Les preuves abondent. Les écrits, étalés sur quarante ans, de quatre notaires d'Anglet (les deux Dhiriart, probablement père et fils, Dithurbide et Darancette) et une carte du Génie (une des plus belles du XVIIIe siècle d'après René Cuzacq) le prouvent de façon incontestable puisque trois formes Gibraltar, deux formes Gibraltard et deux formes Gibaltar sont attestées dans les documents.

13La forme Gibraltar, attestée en 1771, en 1779 et en l'an IX, est une forme correctement orthographiée en français pour des raisons de prestige social (la forme Gibraltard, attestée en février et en novembre 1790, notaire Pierre-Florentin Dhiriart, étant une forme hyper-corrective et francisante construite par analogie avec les finales en -ard très courantes en français).

14Nous disposons aussi de la forme Gibaltar (attestée en 1762, notaire Dithurbide et en 1779, notaire Darancette et en ancien provençal, d'après Mistral, où elle est à l'origine du toponyme moderne Gibarta < Gibaltar). Il ne s'agit pas d'une erreur. Ces deux formes apparaissent à deux dates différentes et sont rapportées par deux notaires d'Anglet. Cette forme devait être plus proche de la prononciation locale, en tout cas elle devait en constituer un meilleur reflet que la forme Gibraltar (d).

15En ce qui concerne la vibrante finale, il ne peut s'agir manifestement que d'une graphie étymologique ou traditionnelle. A l'époque, fin du XVIIIe siècle, et même au début du XIXe siècle dans les documents émanant de la sous-préfecture de Bayonne, Pignada est écrit Pignadar (graphie étymologique < pin (h) + ata + are).

16Or, il est absolument certain qu'au XVIIIe siècle ce r final ne se prononçait plus : on écrivait pignadar mais on prononçait pignada. A la fin du XVIIIe le notaire Dhiriart écrit Betbeder et plus loin, dans le même document, Betbedé, ce qui prouve aussi que dans ce patronyme la vibrante finale ne se prononçait plus ; Betbeder étant simplement une graphie traditionnelle faisant apparaître la vibrante étymologique comme dans la forme Pignadar.

17La forme Gibalta n'est pas attestée (du moins, nous ne l'avons pas encore trouvée), mais il est clair que dans la forme Gibaltar le r final ne se prononçait plus. Les notaires angloys Darancette et Dithurbide écrivaient -tar ce que les autochtones angloys prononçaient [-'ta] (accentué en gascon sur la dernière syllabe, avec vibrante finale non articulée : -tá (r)).

18Au demeurant, cela rejoint la forme provençale Gibarta (autrefois Gibaltar ; forme identique à celle d'Anglet) et la catalane Gibraltá citées par Mistral (qui ne note jamais les vibrantes finales étymologiques ; il écrit Lesca au lieu de Lescar, etc.). On pourrait ajouter la forme andalouse écrite Gibraltar mais prononcée en réalité Gibraltá ou Gibraltáa (avec une jota et allongement compensatoire de la voyelle finale). Les exemples sont très nombreux : les localités béarnaises Lescar, Lagor, Montaner, Mur. Bourgaber « se prononcent aujourd'hui, écrit Valentin Lespy dans sa Grammaire béarnaise..., certainement parce que telle en a été de tout temps la prononciation : Bourgabè, Lago. Montané, Mu ». Certains spécialistes donnent comme date la fin du Moyen-Age, époque à partir de laquelle cette vibrante finale ne devait plus se prononcer.

19Le digramme initial < gi > dans gibaltar est plus délicat à interpréter. En théorie, il devait correspondre à une prononciation angloye et gasconnisante [ji-] : Jean > Yan ; Jules > Yules ; Julien > Yulièn ; Jacques > Vaques ; etc. En ce qui concerne la région bayonnaise au XVIIIe siècle, on en a la preuve : les notaires angloys écrivent parfois « auyé » et « menyon » les noms de maisons qu'ils écrivent par ailleurs la plupart du temps « auger », « oger » et « menjon ».

20Autrement dit, à la fin du XVIIIe siècle, les graphies auger et oger équivalaient à Anglet à une prononciation oyé, c'est à dire/o'je/. La graphie gibaltar devait donc correspondre en théorie à une prononciation *yibaltâ, c'est-à-dire/jibal'ta/.

21Le passage de -bralta (r) > -berta, s'explique ainsi :

221°. La simplification du groupe consonantique -br-, qui passe à -b, avec chute de la vibrante par dissimulation dans -bralta > -balta, est attestée, nous l'avons dit, par les formes Gibaltar (en 1762, en 1779 et dans le dictionnaire de Mistral) et par le toponyme moderne Xibaltarre que l'on trouve à Saint-Palais et à Ostabat (avatar récemment basquisé de la forme française Gibraltar et qui, comme nous l'avons déjà expliqué dans notre précédent article, n'a absolument aucun rapport avec le toponyme angloy Gibraltar).

232°. La fermeture de la voyelle a en e lorsque les voyelles i et u se trouvent dans une syllabe antécédente est attestée dans plusieurs endroits du Pays Basque (cf. Michelena, FHV, §2.4 : aita > aite, Donibane > Doniane > Doniene, etc.). Mais ce phénomène n'est pas propre au basque. On sait que ce sont spécialement les voyelles qui s'influencent à distance ; la dilation vocalique étant parfois appelée métaphonie. Dans le cas présent la fermeture de la voyelle a est due à l'influence dilatrice de la voyelle palatale i qui se trouve dans la voyelle précédente. On appelle ce phénomène harmonie vocalique. Dans le dictionnaire de Simin Palay, on trouve plusieurs doublets où alternent dans le corps d'un mot les voyelles a et e, alternance qui est due très probablement à la présence d'un i (élément palatal) dans la syllabe précédente : afidance / afidénee, « confiance » ; alibarat / aliberat, « alerte, vif ; bialè / bielè, « hameau » : etc. Il est difficile de savoir si le passage de *Chibarta à Chiberta est dû à l'influence du basque ou du gascon.

243°. Le passage de -l- à -r- devant une autre consonne, sourde ou sonore, n'est pas rare en basque (arbendol, armendol < esp. almendro, arphutx < alplwrtxa < esp. alforja, remorke < esp. remolque, komurgatu < komulgatu < esp. comulgar, etc.). Mais ce phénomène n'est pas propre à la langue basque : on le retrouve en languedocien, en provençal, en béarnais et en français.

254°. Le passage de l'initiale Gi- à Chi-, c'est-à-dire l'assourdissement de la sonore initiale, pourrait être dû à l'influence directe du basque, c'est-à-dire le fait de bascophones comme cela a été le cas en Basse-Navarre où ces derniers prononcent Xibaltarre les deux toponymes bas-navarrais Gibraltar. Dans la région bayonnaise, la chose paraît moins évidente car il faut tenir compte ici également d'une situation linguistique plus complexe due à la présence du gascon de Bayonne et par conséquent à l'existence de lois phonétiques qui lui sont propres.

26En français standard le j de jeune est une fricative apico-alvéolaire sonore à laquelle correspond une sourde, c'est à dire le ch- de cheval ; ce ch étant, quant à lui. le plus souvent une apico-prépalatale. D'après Jean-Baptiste Orpustan, dans le français populaire de la région de Bayonne ce j ne se prononce pas exactement comme en français d'oïl. Henri Gavel avait déjà souligné qu'à Bayonne sa prononciation n'était pas tout à fait celle du français (cf. infra). Ce j aurait peut-être à Bayonne un type d'articulation prédorso-prépalatal, et non pas apico-alvéolaire ou apico-prépalatal. Il est possible que cette réalisation particulière du phonème en question ait été, dans le cas de notre toponyme angloy, interprétée et rendue en français, du moins d'un point de vue graphique, par < ch >, c'est à dire le son [š].

  • 4  Gavel, H. Justin Larrebat : Poésies gasconnes, nouvelle édition annotée, avec deux portraits de l’ (...)
  • 5  Larre. « Biarritz », Conférence donnée au Grand Séminaire de Bayonne le 14 février 1927, compte-re (...)

27Pour accepter cette hypothèse, il faudrait admettre que la graphie < gi > correspondait à une prononciation locale gi- (à peu près comme dans le français gîte, mais avec une réalisation particulière) et non pas yi-, ce qui n'est pas impossible puisque Henri Gavel note qu'au XIXe siècle les Biarrots - mais pas les Angloys - d'un certain âge prononçaient l'initiale des mots your, « jour », you, « moi », etc. « à peu près (c'est nous qui soulignons) comme un j français »4 et, au début du siècle, le chanoine G. Larre5 célèbre curé de l'église Sainte-Eugénie de Biarritz, faisait remarquer que les Biarrots du quartier Saint-Martin disaient you, « moi » et ceux du quartier Sainte-Eugénie jou, « idem ». Ainsi la forme attestée gihaltar aurait peut-être correspondu à une prononciation locale *gibaltá ou *gibartâ et non pas *yibaltâ ou *yibartâ (avec y du mot yatagan).

28En revanche, le phénomène /ž/ pouvant avoir en gascon une réalisation [ž] ou [j], si l'on part d'une initiale y- (c'est-à-dire la fricative dorso-palatale sonore ou yod) qui aurait dû, en théorie, se présenter régulièrement en sous-dialecte gascon angloy puisqu'on prononçait à Anglet, entre autres, Yan, « Jean », « auyé » et « menyon » les noms écrits normalement Jan, « idem », « auger », « oger » et « menjon », ce qu'en outre les divers travaux de dialectologie gasconne qui existent semblent confirmer, il faudrait alors admettre un passage de [j-] à [š-]. Ce dernier est attesté en basque (par la suite ce [š-] est passé à [x-], c'est à dire la jota espagnole dans plusieurs endroits, principalement en Guipuscoa) et dans certains parlers romans hispaniques : galicien, astu-rien, aragonais, etc. (cf. Luis Michelena, FHV, § 9.3).

29Dans le dictionnaire de Simin Palay on trouve seulement deux paires léxématiques où alternent à l'initiale le yod et la fricative prépalatale sourde [š-] : yancàyre « qui gambille » / cliancàyre, « qui va à cloche-pied » et yanques, « les jambes, en style plaisant ; usité surtout en parlant de jambes longues » / chanque, « échasse ». Ces mots sont employés dans les Landes ; le groupe graphique < ch > pouvant représenter dans certains endroits des Landes, d'après Simin Palay, un t mouillé.

30Il se peut également qu'il se soit produit chez les locuteurs angloys une confusion entre les chuintantes pures que sont le j et le ch ; la première étant sonore et la seconde sourde. La perte de la sonorité se serait produite alors naturellement.

  • 6  Gavel, H., Essai sur l'évolution de la prononciation du castillan depuis le XIV° siècle d'après le (...)

31Ce phénomène est attesté ailleurs. D'après Henri Gavel, en espagnol la confusion entre ces deux chuintantes s'est également produite. A partir du XVIe siècle, le j espagnol (équivalent du j français de jeune) subit une évolution parallèle à celle de l'x (c'est à dire [š] qui à cette époque commence à passer à [x], c'est à dire la jota espagnole actuelle). Dans la seconde moitié du XVIe siècle « l'assourdissement du j devient à peu près général, et dans le premier tiers du XVIIe très rares sont les Espagnols pour qui l'ancienne distinction répond encore à une réalité6 ». En sorte qu'en espagnol, la jota est l'aboutissement unique de l'évolution subie par les deux anciennes chuintantes, l'une sourde et l'autre sonore et à l'époque « graphiées » respectivement < x > et < j >.

32Toutefois, il est possible aussi que le nom Gibraltar (de l'arabe Djabal al-Tariq, « la montagne de Tariq », du nom d'un chef berbère qui conquit le lieu en 711) nous soit tout simplement parvenu d'Espagne à une époque où la chuintante sonore était déjà devenue sourde (mais pas encore une jota), c'est à dire à une époque où en Espagne on prononçait *Xi-, prononciation assourdie qui se serait conservée à Anglet jusqu'à nos jours. Cette explication présente néanmoins deux difficultés :

331°. Elle implique qu'au XVIe siècle, cet endroit d'Anglet était déjà appelé Gibraltar, ou plutôt *Xib(r)altá (r), ce qui, dans l'état actuel de nos connaissances, est invérifiable mais cependant tout à fait plausible.

  • 7  Minutes notariales E III 4730, 4 décembre 1779 et E III 4733, 6 avril 1784.

342°. Elle ne permet pas d'expliquer pourquoi au XVIIIe siècle les notaires et le Génie utilisaient toujours la forme Gibraltar (d) ou Gibaltar au lieu d'une forme théoriquement attendue *Chib(r)altar (d). Ici, la seule explication est que les notaires et le Génie utilisaient, pour des raisons de prestige social, une graphie étymologique (dans le cas de Gibaltar, plus ou moins étymologique) qui ne correspondait pas à la véritable prononciation du moment. A cette époque, les notaires et le Génie auraient ignoré cette dernière pour des raisons de renommée sociale, des raisons qui les poussaient à éviter l'emploi de formes considérées « vulgaires » : Betri/Petri très souvent remplacé par Pierre, Ganixume (« Ganichoumé ») par Jeanpetit, etc. Du reste, dans certains cas, comme nous l'avions déjà souligné dans notre précédent article, le notaire Darancette écrit Chocou le patronyme Jocou et chavello ou chavollo le nom de famille angloy Javelot7. Or, en dehors du fait que cela semble confirmer ce dont nous nous doutions déjà fortement, c'est-à-dire que ce notaire angloy était très certainement bascophone (ou que son ou ses clients étaient bascophones ; voire les deux, le(s) client(s) et le notaire), cela prouve également que la réalisation graphique Jocou pouvait tout à fait correspondre à une prononciation attestée Chocou. Rien ne nous empêche, par conséquent, de penser que la réalisation graphique < gi- > pouvait correspondre à une prononciation populaire chi-.

35Autrement dit, sans que personne ne parlât nécessairement basque à Anglet, il aurait peut-être été possible qu'on ait pu aboutir en gascon à la forme actuelle Chiberta soit :

361°. A partir d'une forme gasconne *Gibertá < *Gibartá < Gibaltá(r) (où à l'initiale la chuintante sonore caractéristique de la région aurait été rendue en français par une fricative apico-prépalatale sourde ou bien tout simplement confondue avec elle par les locuteurs angloys ; sans qu'on puisse toutefois expliquer dans ce dernier cas cette confusion, qu'il faudrait alors considérer comme spontanée).

372°. A partir d'une forme *Yibertá < *Tibartá < *Yibaltá(r) ; avec à l'initiale une alternance yoc / fricative prépalatale sourde, alternance qui semble avoir existé en gascon, quoique rare (deux cas seulement dans l'imposant dictionnaire de Simin Palay)

383°. A partir d'une ancienne forme espagnole *Xib(r)altá(r), avec < x > = [š].

39Par conséquent, il est malaisé de trancher : s'agit-il d'une évolution romane dans laquelle des locuteurs bascophones n'auraient eu à jouer aucun rôle ou bien s'agit-il d'une basquisation phonétique due à la présence, comme dans le cas de la forme bas-navarraise Xibaltarre, d'une population euskarophone ?

40En effet, il n'est pas impossible que la forme gasconne du toponyme ait été basquisée à son tour car, comme nous le démontrerons dans un travail ultérieur, il est probable qu'à la fin du XVIIIe siècle, et même au début du XIXe siècle, il y avait à Anglet une population bascophone autochtone. De plus, cette hypothèse, si on écarte celle construite à partir de l'ancien espagnol, a l'avantage d'être très simple ; la basquisation impliquant automatiquement l'assourdissement de la sonore.

41Nous avons effectué quelques recherches complémentaires. Nous avons consulté un nombre considérable de délibérations de la commune d'Anglet rédigées entre le début du XIXe siècle et l'année 1832, époque à laquelle le cadastre est réalisé. Cependant, nous n'avons trouvé ni la forme Gibraltar (attestée pour la dernière fois le 02 frimaire de l'an IX, c'est-à-dire l'année 1800, cf. notaire Pierre-Florentin Dhiriart) ni la forme Chiberta. Il est probable cependant que des recherches encore plus poussées permettent un jour d'en trouver une ; voire les deux.

42Le 1er août 1832, M. Delfosse, Contrôleur des contributions directes, se réunit avec M. Martin-Charles Chégaray Maire-Président d'Anglet, qui a convoqué son conseil municipal « au lieu ordinaire des Séances pour Entendre les propositions des Classifïcateurs du Contrôleur et de l'Expert qui ont procédé à l'Expertise Cadastrale de la Commune ». M. Delfosse rend alors « compte à l'assemblée de ce qui a été fait pour parvenir à la Classification du Territoire », après avoir « Exposé, 1 ° que M. M. les classifïcateurs, & L'Expert après avoir parcouru avec lui le Territoire, ont arrêté ainsi qu'il Suit le nombre de classes dont chaque nature de propriété leur a paru Susceptible ».

  • 8  « Pièces ayant rapport au Partage de propriétés Entre la ville de Bayonne et anglet En l'an 11 et (...)

43Que l'expert dont il est fait mention ci-dessus - on pourrait probablement en dire autant des classifïcateurs -est originaire d'Anglet ne fait guère de doute car, dans ce genre de situation, il est toujours fait appel à des autochtones comme cela fut le cas le 12 fructidor de l'an XI8 où il est clairement indiqué que les experts représentant Anglet sont deux Angloys bien au fait des réalités locales : « Pierre Poydenot, et florentin Dhiriart, experts d'anglet ». Ceux qui représentent Bayonne sont également deux Bayonnais.

  • 9  « Bulletin des Propriétés de la Commune », Arch. Mun. d'Anglet, G.59, n° 7.

44En ce qui concerne l'exposé de M. Delfosse, le maire d'Anglet, M. Chégaray, et son conseil municipal n'émettent pas, semble-t-il, la moindre réserve quant à la forme Chiberta, manifestement la seule qu'ils connaissent, forme qui apparaît à plusieurs reprises dans le compte-rendu du géomètre en chef M. Baraud9, ainsi que, bien entendu, dans le plan cadastral.

45Manifestement ni le maire ni le conseil municipal, ni la population en général ne doivent plus savoir ce que peut bien signifier le nom Chiberta et encore moins qu'il s'agit d'une forme populaire du nom de Gibraltar (au même titre qu'en Occitanie on a Gibraltar > Gibarta, avec < Gi- > réalisé [dži-] ou [dzi-]) : ce qu'en revanche les notaires angloys, probablement plus cultivés, savaient tout au long de la deuxième partie du XVIIIe siècle.

46Le conseil municipal d'Anglet, maire en tête, confirme, suppose-t-on alors, les informations recueillies par le géomètre en chef. Quoi qu'il en soit, d'après le plan cadastral, que le maire et le conseil municipal ont consulté, le nom du lac en 1832 est Chiberta.

47Par conséquent, la forme Chiberta ne devait pas être le fait d'une minorité car si cela avait été le cas, le maire et son conseil municipal auraient rectifié, autrement dit écarté une forme Chiberta considérée comme marginale et rétabli la prononciation la plus courante.

48D'autre part, il existe une forme Chimberta attestée en 1874 et en 1876. Cette dernière apparaît une première fois dans un plan de la commune qui fut offert en 1874 par le maire d'Anglet. M. Bernain, au Marquis de Nouilles. Il s'agit d'une très belle carte (cf. notre précédent article) signée en personne par le maire et réalisée par lui puisqu'on peut y lire : « Lith. F. Bemain, Bayonne ». D'autre part, elle apparaît également dans une délibération municipale angloye (12 novembre 1876) découverte par Jean Goyhenetche. Ce dernier a eu l'amabilité de nous communiquer ce document où il est écrit : « Mise en ferme du droit de pêche dans le lac de Chimberta (sic) ».

  • 10  Minute notariale III E 4748,09 messidor.

49Le maire, bien qu'angloy, était relieur-imprimeur-lithographe de profession dans la ville voisine. En Tan III10, son père ou grand-père, Jean Bemain, qui était « marchand relieur » à Bayonne, avait acheté à la citoyenne angloye Marie Landalde, veuve Hitze, la maison d'Anglet appelée Larroque, dont elle était la « maitresse fonciere ».

50Ce plan a très certainement été réalisé par des autochtones, en tous cas lithographié par le maire. La forme Chimberta a donc bien été prononcée par des Angloys de cette époque. Le maire n'a pas jugé bon de la rectifier tout simplement parce qu'elle devait constituer un reflet de la réalité linguistique qui était celle de ses concitoyens.

51En théorie cette forme Chimberta paraît simple à expliquer si on admet une basquisation phonétique due à une présence in situ de locuteurs bascophones.

  • 11  « L'anticipation nasale de -b- et la graphie -mb- dans les mots composés de l'ancienne toponymie b (...)
  • 12  Gavel. H., « Eléments de phonétique basque ». Revista Internacional de Estudios Vascos, 1921. XII, (...)

52En basque, les exemples sont nombreux où une nasale -m-, dépourvue de valeur étymologique, apparaît devant une labiale, surtout la bilabiale -b- (cf. notre précédent article et l'article de Jean-Baptiste Orpustan11). Henri Gavel, quant à lui, cite également, entre autres, l'exemple du basque kimpula, aujourd'hui écrit kinpula, variante de kipula, « oignon ». Mais le phénomène existe également en castillan où, écrit Henri Gavel12, « les cas de cette sorte, on le sait, sont particulièrement fréquents » ; par exemple dans des formes telles que trampa, issue d'une racine trap ; zambullir, « plonger, se baigner » (et son doublet zabullir), du latin subbullire. Il est vrai que pour chaque exemple castillan qu'il cite, notre auteur émet une hypothèse qui pourrait parfaitement expliquer cette nasalisation en espagnol - mais ses hypothèses n'expliquent pas les exemples basques qu'il cite.

53Par conséquent, deux faits ne nous permettent pas de savoir quelle est exactement la cause de la présence de cette consonne -m- dépourvue de valeur étymologique, puisque :

541°. Il peut s'agir d'un « de ces phénomènes de nasalisation, précise Henri Gavel, auxquels est particulièrement favorable, dans toutes les langues, la proximité d'une labiale, et surtout d'un b ».

552°. Cette nasalisation peut également avoir existé en occitan de Gascogne et être présente, entre autres, dans le mot gascon cabriole, capirole, « cabriole » qui a pour variantes les formes cambriole, cambirole. Dans ce mot gascon, la nasale -m-, qui apparaît devant la labiale, ne peut pas être étymologique puisque le mot cabriole est issu de lit. capriola, de capriolo, « chevreuil », avec b par influence de cabri et que le mot chevreuil, quant à lui, est issu du lat. capreolus, de capra. Il n'est pas impossible, toutefois, qu'il y ait eu contamination ou croisement avec des mots gascons tels que càmbre, cambòt, cambùs, etc.

56Dans le dictionnaire de Simin Palay, nous n'avons trouvé apparemment qu'un seul autre exemple : dab, dap, dat, dabe, « prép. avec » qui a pour variante dans le Gers une forme dàmbe où la consonne interne -m- n'est pas non plus étymologique ; mais ici aussi il est probable qu'il y a eu un phénomène de contamination. Il faudrait réaliser une étude approfondie du lexique gascon afi de savoir s'il existe ou non de véritables cas d'« anticipation nasale de la bilabiale » comme cela est le cas en basque.

57Ainsi, sans que personne ne parlât basque, l'évolution Chiberta > Chimberta aurait peut-être pu se produire. Mais en basque le phénomène étant manifestement plus fréquent qu'en gascon, l'hypothèse d'une basquisation reste dans le cas présent la plus probable. D'autre part, ce phénomène consistant en une évolution -b- > -mb- est dû à un substrat bascoïde.

58A cette époque plus d'une centaine de propriétaires portent un patronyme basque sur un total de 547 propriétaires recensés. Cela ne nous autorise pas à dire qu'ils étaient tous bascophones (ni que ceux qui portaient des patronymes romans ne l'étaient pas), mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit là d'un fait intéressant.

2. Le nom basque du quartier de Biarritz appelé La Négresse

  • 13  « Etat nominatif des habitants de la Commune de Biarrits ». Arch. Mun. de Biarritz.
  • 14  La Miladv est le surnom que les Biarrots donnèrent à Lady Mary Caroline, descendante des anciens r (...)

59D'après le dénombrement de la population de 185113, Biarritz était composé de 366 maisons (quasiment le même nombre qu'en 1764, cf. Rôles de Capitation d'après le docteur Joseph Laborde), de 418 ménages, de 2048 habitants (« Français d'origine 1999 ; naturalises (sic) 0 ; Belges 1 ; Suisses 3 ; Espagnols 44 - presque tous portant un patronyme basque - : autres 1 ») et de huit quartiers ou hameaux : « quartier de Boussingorry » (dans plusieurs minutes notariales de XVIIIe siècle ce nom apparaît également sous la forme « Boustingorry », c'est-à-dire « argile rouge » en basque < buztin-gorri; « quartier de Bas » ; « quartier de Hurlague » ; « quartier de Haut » ; « hameau de Salon » ; « hameau de harausta dit La Négresse » ; « hameau de Gardague » ; « quartier de Legure » (ou « Lagurre », cf. minutes notariales du XVIIIe siècle). Au XVIIIe siècle, il existait également un « quartier de Chabiague » (cf. minutes notariales), aujourd'hui connu sous le nom de La Milady14 ; la mise en place progressive de la signalisation routière bilingue, qui a lieu actuellement dans la commune de Biarritz, a rétabli le nom historique basque : Sabiaga (cependant, sous la pression de certains partis jacobins qui siègent au conseil municipal, toutes les appellations historiques, c'est-à-dire Hurlaga. Buztingorri, etc., seront certainement écartées et celles qui ont déjà été mises en place, comme Sabiaga, probablement supprimées).

  • 15  Gavel. H.. « L'accent tonique dans les formes gasconnes des noms propres basques », Gure Herria. 1 (...)
  • 16  Rousseau, M. & F. Biarritz promenades, T. V. Ed. Rousseau. 1997. p. 127.

60En 1896 le quartier historique de Boussingorry ou Boustingorry fut amputé du Domaine Impérial et de la zone du Phare, qui furent rebaptisés « quartier neuf. D'autre part, le nom du site rocheux où est situé l'actuel phare était Haissart (forme attestée en 1770 et 1793), avatar « gasconnisé »15 du basque haitz-arte, « entre les rochers » et non pas « entre les chênes », erreur que beaucoup d'auteurs16 commettent encore de nos jours.

61En 1918, l'ensemble du quartier de Bous(s)/(t) ingorry (dont le « quartier neuf était, on l'a dit, une sous-division) fut partagé en deux grands quartiers, rebaptisés : quartier du Gaz (il y avait là une usine à gaz qui produisait de l'électricité) et quartier de La Rochefoucauld ; lui-même divisé par la suite en trois sous-quartiers : La Rochefoucauld (ex-propriété du Comte de La Rochefoucauld ; actuels collège Jean Rostand et lycée André Malraux), Aguiléra (ex-propriété de Joseph Aguiléra) et Braou (nom de ferme). A la même époque, le quartier historique de Hurlague (avatar « gasconnisé » du basque Hurlaga), englobant la côte depuis la villa Hélianthe jusqu'à la plage de La Milady, fut désormais appelé quartier Beau-Rivage, une partie de ce dernier étant désigné sous le nom populaire de Bibi (entre l'actuelle rue d'Espagne et la rue Harispe).

  • 17  Dr Laborde, Le Vieux Biarritz. 1905, p. 4.

62Ainsi, l'ancien nom de La Négresse était Harausta (la forme Harrausta, avec vibrante forte, étant manifestement la plus répandue). Ce furent les soldats napoléoniens du début du XIXe siècle qui donnèrent ce sobriquet à une femme très brune qui tenait une auberge dans le quartier17. Le sobriquet concurrença dans un premier temps le toponyme historique, ce que prouve le recensement de 1851, finissant par le supplanter au début du XXe siècle.

  • 18  Le Vieux Biarritz. 1905. p. 82.

63Le nom est basque, mais sa signification n'est pas très claire. Au XVIIe siècle, il désignait une maison du lieu, située près de l'actuelle gare SNCF. Dans l'un de ses ouvrages18, le docteur Joseph Laborde rapporte un acte notarié du 14 avril 1694 où apparaît un certain « Pernaut Durcos [maître de la maison de] Harosta ». A côté de cette maison, il y en avait une autre connue sous le nom de Har (r) austa autrement Sorhainde (« Lheritage ou metterie apellée de harausta aud. Sr Sorhainde app'c du chef de Feu M. Jean de Sorhainde ancien notable de lad. ville [de Bayonne] », décembre 1726, cf. infra références), située près de l'actuel lac Marion de Biarritz.

64Le fait de ne pas savoir si dans la forme Harrausta, semble-t-il la plus répandue, la vibrante forte est étymologique ou simplement la conséquence d'une mauvaise interprétation imputable à des personnes ne sachant pas le basque rend difficile l'explication de ce nom.

65En effet, en basque, comme en espagnol, la vibrante forte et la vibrante faible constituent deux phonèmes d'articulation apicale : ils permettent de distinguer des vocables tels que ero, « fou » / erro, « racine » ; ere, « aussi » / erre, « brûler, brûlé » et en espagnol pero, « mais » / perro, « chien » ; cero, « zéro » / cerro, « colline » ; carro, « char » / caro, « cher » ; etc.

66Cassini cite une forme Herausta avec vibrante faible. Peut-être s'agit-il d'une erreur. Quoi qu'il en soit, dans les formes Ilbarits et Biarits, qu'il cite également, l'erreur est manifeste.

67La deuxième difficulté à laquelle nous sommes confrontés est que nous ne savons pas exactement quelle valeur donner au « digraphe » ou digramme < au > présent dans Har (r) austa. Les notaires angloys et biarrots, voire les notaires bayonnais s'en servent constamment pour représenter le phonème /o/ : Pierre-Florentin Dhiriart, pour ne citer que lui et qu'un seul exemple, écrit « Clause » puis, plus loin, « close », etc. Les exemples sont très nombreux où il est clair que < au > = /o/. Mais parfois, ils se servent de ce digramme pour retranscrire la diphtongue au ; par exemple dans le nom de maison Coulau, parfois écrit également Coulaou et où, par conséquent, il est manifeste que le « digraphe » < au > représente bien une diphtongue.

68L'emploi d'un même digramme pour représenter deux réalités phonétiques différentes a pour conséquence que nous ne savons pas dire si dans Har(r)austa nous avons ou non affaire à une diphtongue.

69Il est vrai que la forme Harosta de 1694, semble nous indiquer que ce « digraphe » < au > représente un o. Mais il se peut que ce o soit secondaire, c'est-à-dire issu d'une monophtongaison occasionnelle d'une diphtongue primitive : arraultze > arroltze i (h) aute, ihauteri. iñaute > iñote ; etc. ; en basque la réduction de la diphtongue au à o étant un phénomène attesté, quoique plus rare qu'en roman où il est courant.

70Si l'on part du principe que < au > = la diphtongue au et que cette dernière ainsi que la vibrante forte intervocalique -rr- sont étymologiques dans Harrausta, on pourrait alors penser au basque arrauts, « esp. serrin, fr. sciure » (cf. Azkue) ou herrauts, « poussière » dont la forme de composition est herraus-. Une diphtongue primitive accompagnée d'une vibrante intervocalique faible à l'origine rendrait plus difficile une explication car herau (t) s signifie en basque, d'après Pierre Lhande, « verrat, truie en chaleur » et heraus, « sens de foulure » ; herausi signifiant « se fouler » en Labourd et « mugir, aboyer » en bas-navarrais.

  • 19  Orpustan. J.- B. Toponymie basque. Presses Universitaires de Bordeaux, p. 74. § 82.
  • 20  Bclasko. M. Diccionario etimológico de los nombres de los pueblos, villas y ciudades de Navarra. E (...)

71L'ouverture de la voyelle e- précédant la vibrante forte intervocalique est quelque chose de courant en phonétique basque. Les exemples ne manquent pas : berri, « nouveau » > barri ; gerri, « ceinture » > garri, etc. ; d'où une évolution : herraus- > *harraus- avec adjonction du suffixe locatif basque -eta dont la forme réduite est -ta. On aurait alors : *herraus-eta > harraus-ta > harrausta, « endroit poussiéreux » (cf. le microtoponyme bas-navarrais Izozta < izotz-eta, « lieu de gelée blanche »19 et le topo-nyme navarrais Elusta < Eluseta, attesté en 1795 < elu (t) s + -eta, « umbría, paco, lugar donde no llega el sol en invierno »20).

72La carte de Cassini où l'on peut voir écrit Herausta (ici la vibrante faible, nous l'avons dit, n'est sans aucun doute rien d'autre qu'une erreur de Cassini qui écrit également Biarits et Ilbarits au lieu de Biarritz et Ilbarritz) peut appuyer cette hypothèse selon laquelle la forme ancienne pourrait être *herraus-eta.

73Une autre possibilité consisterait à partir d'une forme Herrauste (a), « (la) destruction ». litt. « le fait de rendre « poussière de chose brûlée » » < erre + auts +-te + a ; -te étant en basque, entre autres, un « suffixe dérivatif d'infinitifs nominalisés », cf. Azkue. Dans ce cas, l'évolution aurait été : *Harraustea > Harrausta avec une hypothétique transformation -tea > -*taa > -ta par assimilation, peut-être sous l'influence du déterminant. D'un point de vue sémantique, l'acceptabilité de cette hypothèse reste néanmoins très faible. D'autre part, d'après Luis Michelena, la présence de ce suffixe -te (qui est très courant dans la langue actuelle) dans les noms de lieux et patronymes paraît peu probable, en tous cas sujette à discution.

  • 21  Diccionario de los nombres euskaros de las plantas. Pamplona, 1888. pp. 118-119, §§§ 459. 460. 461

74En revanche, si le digramme < au > = /o/ et que ce o est étymologique (ce qui en théorie est plausible), on trouve dans le vocabulaire botanique basque le mot errosta, « gentiane » (cf. Azkue, Duvoisin, Lacoizqueta21). Il est tout à fait courant en Pays basque qu'une maison porte le nom d'une plante, les exemples sont nombreux. Le passage errosta > *arrosta ne fait aucune difficulté. Quant à la présence d'un h, il faut savoir qu'au XVIIe et au XVIIIe siècles les notaires, entre autres, le mettent un peu partout sans qu'on sache très bien pourquoi : authorisé, venthe, dhue. etc. D'autre part. en basque arrosta, arriista signifie « soupe au vin » (cf. Azkue, Lhande). Mais il paraît invraisemblable qu'une maison se soit appelée ainsi, à moins qu'il se fût agi d'un sobriquet dépréciatif.

75Tout cela reste hypothétique. Pour pouvoir trancher, il faudrait disposer de formes plus anciennes que des recherches ultérieures nous permettront peut-être de trouver.

76Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce nom est encore employé, quoique sous une forme populaire. Les bascophones d'un certain âge, et même certains jeunes, des communes avoisinantes, c'est-à-dire d'Arcangues, Bidart, Arbonne et Bassussarry désignent communément La Négresse par le nom basque Heustarre.

77M. Beñat Abeberry, âgé de 70 ans, originaire de la maison Arangoenia d'Arbonne et maire honoraire de cette commune, se rappelle parfaitement que La Négresse a toujours été appelée, et même continue encore de nos jours à être appelée, par les bascophones de la région, Heustarre (avec h aspirée, semble-t-il) : Heustarreko eskola, « l'école de La Négresse », etc. Depuis une vingtaine d'années, voire plus, certains jeunes des environs, et moins jeunes, auraient tendance à dire Lanegreza ; Lanegreziat gaki naiz, « je vais à La Négresse » (parler de Bidart).

78M. Sabaltçagaray, originaire d'Arcangues se rappelle que son père disait toujours Heustarre en basque et jamais Lanegreza, contrairement à lui qui n'emploie que cette dernière forme. Mme Inchaurraga, une dame âgée originaire de Bidart, se rappelle vaguement d'une forme *Haustarre (avec h aspirée, semble-t-il ; l'astérisque indique ici qu'un petit doute subsiste de la part de notre informatrice quant à cette forme ; mais il semble logique de supposer que la forme Heustarre ne peut être issue que d'une forme *Haustarre).

79M. Xabier Aphestéguy se rappelle parfaitement que feue sa grand-mère, Mme Jeanne Aphestéguy, née en 1900, décédée à l'âge de 92 ans et originaire de la maison d'Arbonne appelée Allecliarréa (Allecharria dans la carte de Cassini, moderne Alexa (r) ria) disait toujours, lorsqu'elle s'exprimait en basque et à l'instar de son entourage, Eguastarre (sans h, semble-t-il et avec -ua- = [wa]) pour désigner La Négresse.

  • 22  Si on part d'une forme *(h)arrosta l'évolution aurait été : *(fi)arrosta + - (t)ar *(H)arrostarr (...)
  • 23  « Passage de au à eu. e en basque ». Revista Internacional de Estudios Vascos, XXV, 1934, p. 290-2 (...)

80Que Heustarre est une déformation populaire de Har (r) austa paraît probable. Si on part du principe que < au > = la diphtongue au22 et que la vibrante intervocalique primitive est forte, il est possible que nous ayons eu une évolution : Harrausta > Harrausta + - (t) ar (suffixe formant les noms, entre autres, de peuples), c'est-à-dire *Harraustar, « habitant de, originaire de Herausta, Har(r)austa » ; puis chute de la vibrante interne par dissimilation avec la vibrante forte présente dans le suffixe - (t)arr > *Haaustarr > *Haustarr > Heustarre avec -e final des noms de lieux. Le passage ultérieur de la diphtongue initiale (h) au- à (h) eu- est attesté en basque, comme l'a démontré René Lafon23.

81L'existence de cette forme Heustarre semblerait, à première vue, nous prouver indirectement que dans le nom Har (r) austa, attesté jusqu'au XIXe siècle, le « digraphe » < au > représentait la diphtongue au et non pas la voyelle o. Il faudrait alors considérer que, dans la forme Harosta attestée en 1694, le o est le résultat d'une monophtongaison, ce qui est plausible.

82Quant à la forme Eguastarre, prononcée Egwastarre, citée par feue Mme Jeanne Aphestéguy (d'après sa famille), le g intervocalique semble être épenthétique et non pas primitif. D'après nos informations, il est très probable qu'une forme *Hegostarre a également existé. Cependant, nous ne pouvons pas l'assurer ; notre informateur, M. Casaubon, un vieux Biarrot de longue date originaire d'Ostabat, ne s'en souvenant plus très bien. En revanche, il est catégorique au moment d'affirmer que lorsqu'il s'entretenait en basque avec des gens de la région (Arcangues, Arbonne, Bidart. etc.), la forme basquisée Lanegreza n'était jamais employée à propos de ce quartier.

83D'après la famille Aphestéguy, il n'y a aucun doute possible. Cette forme Egwastarre existait bien, et c'est d'ailleurs la seule que cette famille d'Arbonne se rappelle avoir entendue de tout temps.

  • 24  Orpustan. J.- B., Toponymie basque. Presses Universitaires de Bordeaux, § 10. p. 23.

84Une évolution Heustarre > *Hegostarre est facile à expliquer. En revanche, la forme attestée Eguastarre (sans h, semble-t-il, et avec u semi-consonne) est plus atypique, mais il ne peut s'agir ici que d'une forme secondaire de *Hegostarre > *(H)egoastarre > Eguastarre > Egwastarre. D'après Henri Gavel24 en basque, « dans la prononciation courante du moins », le groupe oa donne ua et « alors que, dans les autres dialectes, cet u reste voyelle, c'est-à-dire ne forme point diphtongue avec l’a suivant, en bas-navarrais et en labourdin (c'est nous qui soulignons), au contraire, il devient consonne, du moins dans la prononciation usuelle ».

85Le passage de l'initiale (H) ego à Egwa- est peut-être due à l'analogie avec les vocables egoa, egua, « le sud, vent du sud », variantes de hego, hegoa (cf. Lhande). En entendant *Hegostarre (forme dont l'existence semble avoir été plus que probable), les bascophones de la région devaient probablement croire que l'initiale (h) ego- signifiait « (le) sud », (h) egoa, egoa. egua ; d'où le changement ultérieur de (H) egos-tarre en Egwastarre. D'ailleurs, la famille Aphestéguy croyait que dans cette forme Egwastarre, il y avait le mot (h) egoa, ce qui renforce notre hypothèse. Il s'agit de toute évidence d'une étymologie populaire.

3. Le ou les noms basques des lacs biarrots actuellement appelés Mouriscot et Marion

  • 25  Biarritz promenades. T. II. Ed. Rousseau. 1981. pp. 87.

86Nombre d'auteurs ont écrit que ce lac — un des plus beaux de la Côte basque — fut appelé Mouriscot (le -t final n'est pas articulé) vers 1611, « lorsque, écrit Mme Rousseau25, 40 000 Morisques traversèrent la Bidassoa au grand émoi des édiles luziens et bayonnais. Une ordonnance royale avait exigé leur embarquement pour l'Afrique du Nord ou leur repli au-delà de la Garonne. Certains éléments parmi ces migrants se seraient fixés autour de ce qui allait devenir le lac Mouriscot ».

87Que certains d'entre eux se sont fixés dans la région bayonnaise est un fait historique connu (cf. infra Francisque-Michel). En revanche, dire qu'ils se sont fixés autour de ce lac de Biarritz en particulier est plus douteux ; il s'agit là de toute évidence d'une légende destinée au grand public.

  • 26  Histoire des Races Maudites de la France et de l'Espagne. Paris. Ed. Franck. 1847, rééd. 1983. Elk (...)

88Néanmoins, il semblerait que le nom du lac ne soit pas en relation directe avec le passage en masse desdits Morisques. A ce propos, Francisque-Michel, dans l'un de ses ouvrages26, relate en détail leur expulsion d'Espagne et leur séjour au début du XVIIe siècle, entre autres, en pays de Labourd.

  • 27  « ¿ Se establccieron los Moriscos en cl pais vasco de Francia ? ». Bulletin Hispanique. Annales de (...)

89Il faut citer également, à propos du terme Morisquo, si fréquent en Pays Basque Nord — celui de Biarritz étant le plus connu ; citons toutefois, entre autres, l'ancienne maison d'Ustaritz appelée Moriscorenea, etc. —, l'article très intéressant de B. Echegaray27.

  • 28  Biarritz : Huit siècles d'Histoire, deux cent ans de vie balnéaire, Biarritz, 1984. p. 10.
  • 29  Ed. Lamaignèrc. 2 vol. (1474-1514/1514-1530). Bayonne. 1898, cf. T. II. p. 464.

90Il semblerait qu'il n'y ait pas de relation directe entre l'apparition à Biarritz de ce microtoponyme et l'événement historique que nous venons de citer puisque, d'après Pierre Laborde28, en 1586 il est fait mention à Biarritz d'un « héritage de Morisquo » et qu'en 1526, d'après Les Registres Gascons29, un Biarrot de l'époque était déjà connu sous le nom de Morisquo.

  • 30  « Autour de Bayonne du XVe au XVIIIe siècle d'après les « Archives notariales bayonnaises ». Bulle (...)

91Une des plus anciennes mentions connues du nom de ce lac est rapportée par le chanoine Daranatz30. Il s'agit d'une minute notariale bayonnaise datée de 1685 (il n'est pas malheureusement précisé les références exacte de cet acte notarié) où il est fait mention de la vieille métairie appelée Mouriscot,

« située à Biarritz, conf. du levant à la vigne de Pasco, du midy au lac de Herausta, du nord au verger de Hilline, et du couchant aux landes communales de Biarritz »

  • 31  « Pièces de procédures et accords relatifs à la vente de la coupe d'arbres ». Arch. Mun. de Biarri (...)
  • 32  Notaire Bertrand Planthion. III E 4775.

92Tout au long du XVIIIe siècle, le nom de ce lac semblerait être à première vue Har(r)austa, comme nous le laisse supposer, à tort comme nous le venons par la suite, un document de 172631 où il est mention du « lac de harausta » et une minute notariale de novembre 176932 dans laquelle on peut lire :

« Lad metairie [de Sorhainde] de La contenance d'une journée et trois quarts confrontant du coté du Soleil Levant a Letang ou reservoir du moulin de Brindos du midy aux padouents de La communauté du present lieu, du couchant au lac de har-rausta. et du nort a une autre moura de Lad communauté (...) ».

93A tort car en ce qui concerne ces deux derniers documents, ils désignent manifestement le lac actuellement appelé Marion.

  • 33  López Selles. T., Caria que comprende el país de Labur. la Navarra boxa y fronteras de Guipúzcoa v (...)

94Cassini et l'auteur ou les auteurs (très probablement le Génie) de la carte appelée « de Fontarabie à Capbreton » de 1779 ne donnant pas de nom à l'actuel lac Mouriscot, nous nous sommes procuré dans la capitale espagnole, par l'intermédiaire des services de la Bibliothèque Municipale de Bayonne, une photographie — ayant fait l'objet d'un agrandissement — concernant une partie d'une très belle carte (vue représentant le Labourd) datée de 179333 et actuellement conservée dans un musée militaire de Madrid (Museo del Ejército, Servicio Histórico Militar). Sur cette carte, on voit deux lacs : l'un est appelé « Estanque de Rusta » (pour l'autre cf. infra).

  • 34  López Selles. T.. Mapa de la M (uy) N (oble) y M (uy) L (eal) Provincia de Guipúzcoa (1770). Musco (...)

95Au musée San Telmo de Saint-Sébastien, il existe une autre carte du même auteur34, mais datée quant à elle de 1770, où on peut voir deux lacs ; l'un d'entre eux étant appelé « estanco de Rousta ». Dans cette carte le toponyme Bayonne apparaît sous une forme typiquement basque, c'est-à-dire Mayona, quoique très rare, même parmi les bascophones.

96R (o) usta est une variante « romanisée », où l'aphérèse est notoire, du nom Har(r)austa. La dénomination s'est conservée dans la voirie de Biarritz : la « rue de Rousta » et la « rue (et impasse) Harausta ». Dans les deux cas, il s'agit d'un même nom apparaissant sous deux formes différentes.

97Un examen détaillé des deux cartes que nous venons de citer laisse planer une petite ambiguïté. Dans ces dernières apparaissent en effet deux lacs l'un à côté de l'autre et de taille à peu près identique ; l'un est appelé, nous l'avons dit, « Estanque de Rusta » (sic) et l'autre « Estanque de Chubigue » (sic), c'est-à-dire Chabiague. L'hypothèse la plus logique veut que dans ces deux cartes espagnoles le nom « Chubigue » représente l'ancien étang, aujourd'hui asséché, des deux moulins de Chabiague et que l'« Estanque de Rusta » ou « estanco de Rousta » représente l'actuel lac Mouriscot ; il faut alors supposer que l'auteur a, contrairement à Cassini, omis de faire apparaître le lac actuellement appelé Marion (néanmoins, chez Cassini, le toponyme Marion désigne avant tout une métairie).

98Le nom « R (o) usta » pourrait-il désigner ici l'actuel lac Marion ? On serait d'autant plus en droit de se le demander que la « rue de Rousta » se trouve à côté du lac Marion, auquel d'ailleurs elle conduit.

99Le cartographe Tomás López Selles se serait-il trompé ?

  • 35  Carte des environs de Bayonne, 1724. Photographie en couleur. 500 - 600 mm. Collection de la Bibli (...)

100Il existe une magnifique carte (dont la qualité est comparable à celle dite de « Fontarabie à Capbreton » et à laquelle, d'ailleurs, elle ressemble étrangement, du moins, en ce qui concerne sa conception) intitulée Carte des environs de Bayonne. 1724, Echelle 1500 toises qui peut nous permettre de répondre à cette question. Le Conservateur de la Bibliothèque Municipale de Bayonne, M. Husson, ne dispose malheureusement que d'une photographie35 de cette carte dont nous ne connaissons pas d'autre part, et cela malgré plusieurs recherches de notre part, ni la provenance exacte ni l'auteur ou les auteurs.

101Cette cane corrobore les dires du cartographe Tomás López Selles. D'après son ou ses auteurs, le petit lac aujourd'hui connu sous le nom de Marion était appelé « Etang de Rausta » (sic) et celui connu sous le nom de Mouriscot « Etang de Chubiague » (sic). López Selles s'est uniquement trompé dans la taille qu'il donne au lac appelé Marion, taille qui est manifestement trop grande.

102Ces trois cartes ne font que confirmer les informations fournies par le document de 1726 (cf. supra) et la minute notariale de 1769 ; excepté celle de 1685 citée par le chanoine Daranatz et où le toponyme Herausta désigne, semble-t-il, l'actuel lac Mouriscot et non pas Manon.

103Autrefois, un petit ruisseau biarrot connu sous le nom de Har (r) austa ou Hondarrague (cf. infra) se jetait, sauf erreur, dans le lac Mouriscot et non pas dans celui appelé Manon. Ce cours d'eau avait sa source, semble-t-il, à côté de la maison Har (r) austa, dont il tenait probablement son nom (l'appellation de ce ruisseau n'avait donc probablement aucun rapport avec celle de l'autre lac portant le même nom et appelée aujourd'hui Marion). La microtoponymie est souvent complexe. Aucune de ces trois cartes ne représente le lac actuellement connu sous le nom de Chiberta.

  • 36  En 1678. le registre des décès de la commune d'Anglet mentionne un Joan petit d'Etchabiague, aujou (...)

104En conclusion, il semblerait qu'on puisse dire qu'autrefois le lac de Mouriscot ne s'appelait pas ainsi, mais, et cela jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, Chabiague (c'était également le nom d'une vieille maison située près du lac : variantes Chubigue et Chubiague, avatars « romanisés » du basque Sabiaga qui peut avoir plusieurs significations en basque : probablement Cliabiague < Etchabiague, 1678, Anglet36) ; le petit lac aujourd'hui connu sous le nom de Marion étant désigné, quant à lui, par le nom de Har(r)austa (variantes Harosta. Rusta, Rousta, Rausta), ce qui explique que l'actuelle rue biarrote de « Rousta » soit justement celle qui y mène.

105D'autre part, Pierre Laborde a eu l'amabilité de nous faire savoir qu'il possédait parmi ses archives personnelles (archives de la famille Laborde) un document datant de la fin du XVIe siècle et concernant la métairie biarrote appelée « Morisquo » dont nous avons déjà mentionné l'existence (cf. supra). Il s'agit d'un acte officiel de vente daté de 1586 dont la lecture est malaisée et au milieu duquel nous avons également trouvé une minute notariale datée de 1583 et dressée par un certain « de Lahiton no. « royal ». Dans le document de 1586, il est fait mention de « La Lague dudit biarritz ». D'après Simin Palay, lague, laguë sont des termes gascons utilisés dans les Landes. Ils signifient « lagune, mare, marais ». Quant au document de 1583, il est fait mention d'un « quartier apelle La Lague » situé à Biarritz.

106Le gascon fut jusqu'au début du XVIe siècle la langue administrative, entre autres, du pays de Labourd, et par la suite, dans les documents rédigés en français, on continua parfois à utiliser des termes gascons. C'est pourquoi le fait de constater qu'un lac de Biarritz était désigné à l'époque, dans des documents officiels, par le vocable gascon lague, ne nous est pas d'un grand secours.

107On est en droit de se demander si l'ancien quartier biarrot appelé Legure (variantes La Gulle, Le Gure, Lagurre, qu'il faut rapprocher de la forme Legure déjà citée dans le Livre d'Or au début du XIVe siècle) ne serait pas tout simplement une déformation, due peut-être au basque, non du terme landais lague, car le passage lague > lagure serait impossible en basque, mais du terme lagune. En basque, l'alternance entre n et r étant bien attestée, une évolution lagune > lagure est possible. C'est peut-être là qu'il faut chercher l'origine des formes Legure, Lagurre, etc., difficilement explicables autrement.

  • 37  « Remarques sur les substrats ibériques, réels ou supposés dans la phonétique du gascon et de l'es (...)

108C'est manifestement au XIXe siècle que le lac commence à être désigné sous le nom de Mouriscot prononcé Mourichco (t)37 (le -t final semble, sauf erreur, ne jamais avoir été prononcé, même parles gasconophones ; en fait, il s'agit vraisemblablement d'une cacographie due à l'influence de l'orthographe française : par ex. on écrit Tauziat au lieu de Tauzia (r), le -t final n'ayant aucune raison d'être : c'est également le cas de la maison angloye de Pi (t) chot et de celle de Biarritz appelée Petricot (sic) (aujourd'hui quartier de Pétricot) dont les noms sont toujours « graphiés » au XVIIIesiècle Pi (t) cho et Petrico ou Betrico < basque Betriko, Petriko, « petit Pierre, Pierrot », ce qui nous prouve qu'ici aussi nous avons affaire à une cacographie, etc.), c'est-à-dire le nom de la maison ou métairie de Mouriscot située au bord du lac portant aujourd'hui le même nom. La forme Morisquo, Morisco a uniquement subi une francisation graphique qui explique la présence du -t final.

109Mais ce nom ne semble pas faire l'unanimité au XIXe siècle, car les habitants de Biarritz semblent hésiter au moment de designer cet endroit. La seule certitude est que le microtoponyme historique Chabiague ou Chubi (a) gue, utilisé sans interruption pendant grosso modo un siècle pour désigner, entre autres, cette étendue d'eau, n'est plus désormais utilisé pour désigner ce lac, sauf erreur.

110En effet, Mme Rousseau a eu l'amabilité de nous communiquer plusieurs documents qui s'avèrent très intéressants et qui concernent directement le sujet traité ici. En 1845. Jean-Louis-Séverin Derrecagaix (graphie « romanisée » du patronyme basque Errekagaitz), propriétaire de la célèbre et vieille maison de Biarritz appelée Chapeau-Rouge, écrit au maire de la commune car il

  • 38  Arch. Mun. de Biarritz, « Carton O. n° 8/n° 350 in Divers (aliénations collectives, n° 21) ».

« desire acheter Le terrain situé pres de la lande ouverte de m. Hondarague jusqu'au champ Nomme pierre bordé d'un Cote par l'Etang dit Hondarague et de l'Autre par le chemin qui Conduit au quartier dit de Libarrits [= Ilbarritz] (...) derrecagaix Biarrits Le 9 7bre 1845 »38.

111En 1849, le même

  • 39  Notaire Tisset. 13/03/1849 (document communiqué par Mme Rousseau)

« Louis-Séverin Derrecagaix, officier de sante, vend à Pascal Darritchon et marie Sarrebeyrous, son épouse, cultivateur, une maisonnette bâtie en pierre chaux & sable sur le bord du lac hondarrague et le terrain vague en dépendant, quartier d'harausta. Vente pour 190 fr. »39.

112En 1853, Pascal Darritchon et son épouse

  • 40  Notaire Tisset. 02/08/1853 (document communiqué par Mme Rousseau)

« hypothèquent une maison par eux agrandie sur le bord du lac dit hondarrague, appelée petite espérance »40.

113Enfin, pour notre part nous avons trouvé un document daté de 1852 et adressé au maire de Biarritz dans lequel ce même

« Pascal darrichon (sic) propriétaire de la maison près le lac de mouriscot a biarrits, à (sic) l'honneur de Soumissionner à la Commune, deux lopins de terre vague Communale ».

114Il semblerait que le nom Hondarrague soit ici un patronyme comme l'expression « la lande de m. r [monsieur] Hondarague » (cf. supra) semble l'indiquer. D'après le recensement de 1851, plusieurs habitants de Biarritz avaient pour patronyme ce nom.

115Par conséquent, il est probable que ce nom n'a rien à voir avec le toponyme médiéval Fondarraga du Livre d'Or, nom qui désignait autrefois un endroit d'Anglet : verger de Fondarraga. XIIe siècle, ce verger portant très certainement le nom du lieu où il avait été planté (Fondarraga est une forme hyper-corrective et latinisante du nom basque Hondarraga dont Hondarrague est l'avatar « gasconnisé »).

116Paul Raymond dans son Dictionnaire Topographique... mentionne un « Hondarrague, h [ameau] détruit, c. ne de Biarrits. — Fondarraga, XIIIe siècle (...) ». D'après le Livre d'Or, dont nous avons consulté l'édition de 1906, et la thèse d'Eugène Goyheneche sur l'Onomastique du Nord du Pays Basque..., ce toponyme désignait un endroit d'Anglet. A moins que nous ne soyons en présence d'une erreur imputable à l'un de ces deux auteurs, il est possible qu'il y ait eu deux endroits appelés Hondarrague, l'un situé à Biarritz et l'autre à Anglet.

117Pour savoir quel était le nom de ce lac au Moyen-Age, il faudrait découvrir de nouveaux documents. A partir des seules archives connues de nos jours, cela ne semble pas être possible. Quoi qu'il en soit, il semblerait qu'on puisse dire que l'expression « lac de Mouriscot » semble être relativement récente.

4. Le microtoponyme biarrot Chinchourre

  • 41  « Biarritz en 1764 », IVe Congrès de l'Union Historique et Archéologique du Sud-Ouest. 1911. pp. 1 (...)
  • 42  Arch. Mun. de Biarritz, série BB.3.

118Ce toponyme biarrot est probablement très ancien. C'était le nom donné aux landes qui surplombaient le lac Mouriscot du côté de la vieille maison biarrote appelée Uhalde ou, si on préfére, les landes situées le long de la RN 10 qui mène à l'actuel quartier historique de Bidart appelé Agorreta (cf. Landes de Chinchoure (sic), Plan de Biarritz en 176441 d'après les travaux du Dr Laborde qui, dans l'un de ses ouvrages, cite également « les Bedats de Chinchourre et de Gardague », en 171642 ; d'après Simin Palay, en gascon bedàt signifie « lieu, bois ou pâturage mis en défens »).

  • 43  Apellidos vascos. San Sebastian. 1973. § 565. p. 154.

119Chinchourre < du basque xinxur (r) forme diminutive de zintzur (r), « gorge » d'après Pierre Lhande. Ce mot a très souvent été appliqué de manière métaphorique à la toponymie selon Jean-Baptiste Orpustan. D'après Luis Michelena, qui cite le nom Chinchurreta, ce mot signifie aussi « passage entre deux montagnes, cime, sommet »43, voire « petite élévation ». Au demeurant, ce nom semble correspondre à la topographie du site qu'il désignait.

  • 44  Arch. Mun. de Biarritz. « Carton O. n° 8/n° 350 in Divers (aliénations collectives, n° 15) ».

120Ce nom était encore connu et employé à Biarritz au XIXe siècle. On en a la preuve. il s'agit d'un courrier44 adressé en 1836 au maire de la commune par un Biarrot du nom de Daraspe :

« Monsieur le maire de la Commune de Biarritz
Monsieur
ayant apris que la Commune, a été autorisée de Vendre une partie de terre Landes qu'elle possede ; en Conséquence, Je viens monsieur Le maire, vous en faire la Soumission de 3 arpents Situé a la chincliourre, qui confronte, du Levant ó (sic) la terre Lande demandé par le S. Béchindaritz demeurant à Jean Bouton (...)

Pierre Daraspe

Biarritz le 10 avril 1836 (sic) »

121Il est fort probable qu'à la fin du XIXe siècle ce nom devait encore être connu et employé à Biarritz ; voire peut-être même au début du XXe siècle, bien que nous ne disposions pas de preuve en ce qui concerne notre siècle.

  • 45  « La toponymie basque de Bayonne ». Lapurdum. n° 1. octobre 1996, pp. 25-36.

122En guise de conclusion, on constate que la plus grande partie de la microtoponymie euskarienne présente de tout temps dans le secteur littoral de Biarritz-Anglet — pour la toponymie basque de Bayonne se référer à l'article de Jean-Baptiste Orpustan45—, dont nous n'avons mentionné ici que quelques cas bien particuliers et significatifs (il en existe d'autres), a survécu en grande partie jusqu'à une date relativement tardive, en tout cas beaucoup plus tardive qu'on eût pu le croire dans un premier temps, c'est-à-dire grosso modo jusqu'au début du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1  « Le toponyme Chiberta », Bulletin du Musée Basque, n° 147, 1997. pp. 43-64.

2  Notaire Monho. 2 décembre 1714, E III 3750.

3  Plan du Cours de la Rivière de la Dour, depuis la Baye St Bernard, jusqu à la jonction de la Mer. en L'étal ou elle Se trouve jusqu'au 13 juillet 1731 par lequel on voit les Ouvrages necessaires pour en Redresser les Sinuosités, et retréssir Son Cours pour en faciliter Son Débouché à la Mer. Collection de la Bibliothèque Municipale de Bayonne. Cote : C. 232.

4  Gavel, H. Justin Larrebat : Poésies gasconnes, nouvelle édition annotée, avec deux portraits de l’auteur, une Notice biographique et une étude sur le gascon de Bayonne, Imprimerie du Courrier. Bayonne, 1927. p. 43.

5  Larre. « Biarritz », Conférence donnée au Grand Séminaire de Bayonne le 14 février 1927, compte-rendu disponible à la Bibliothèque de Bayonne, pp. 21-22.

6  Gavel, H., Essai sur l'évolution de la prononciation du castillan depuis le XIV° siècle d'après les théories des grammairiens et quelques autres sources. Ed. Edouard Champion, Paris, 1920, p. 488.

7  Minutes notariales E III 4730, 4 décembre 1779 et E III 4733, 6 avril 1784.

8  « Pièces ayant rapport au Partage de propriétés Entre la ville de Bayonne et anglet En l'an 11 et l'an 12 », Arch. Mun. d'Anglet. G. 59.

9  « Bulletin des Propriétés de la Commune », Arch. Mun. d'Anglet, G.59, n° 7.

10  Minute notariale III E 4748,09 messidor.

11  « L'anticipation nasale de -b- et la graphie -mb- dans les mots composés de l'ancienne toponymie basque ». Bulletin du Musée Basque, n° 115. 1987, pp. 1-11.

12  Gavel. H., « Eléments de phonétique basque ». Revista Internacional de Estudios Vascos, 1921. XII, §137. § 138. pp. 296-297.

13  « Etat nominatif des habitants de la Commune de Biarrits ». Arch. Mun. de Biarritz.

14  La Miladv est le surnom que les Biarrots donnèrent à Lady Mary Caroline, descendante des anciens rois d'Ecosse et épouse de Sir Brudwell Bruce, qui avait fait bâtir dans l'ancien quartier de Chabiague une villa mauresque qui imitait les cours de l'Alhambra de Grenade (cf. Rousseau. M. & F., Biarritz promenades. T. 11. Ed. Rousseau. 1981. p. 103).

15  Gavel. H.. « L'accent tonique dans les formes gasconnes des noms propres basques », Gure Herria. 1955. pp. 213-219.

16  Rousseau, M. & F. Biarritz promenades, T. V. Ed. Rousseau. 1997. p. 127.

17  Dr Laborde, Le Vieux Biarritz. 1905, p. 4.

18  Le Vieux Biarritz. 1905. p. 82.

19  Orpustan. J.- B. Toponymie basque. Presses Universitaires de Bordeaux, p. 74. § 82.

20  Bclasko. M. Diccionario etimológico de los nombres de los pueblos, villas y ciudades de Navarra. Ed. Pamicla. Pamplona-Irufla. 1996. p. 173.

21  Diccionario de los nombres euskaros de las plantas. Pamplona, 1888. pp. 118-119, §§§ 459. 460. 461.

22  Si on part d'une forme *(h)arrosta l'évolution aurait été : *(fi)arrosta + - (t)ar> *(H)arrostarr > *(H) aostarr > *(H)austarr > (H)eustarr > Heustarre.

23  « Passage de au à eu. e en basque ». Revista Internacional de Estudios Vascos, XXV, 1934, p. 290-293.

24  Orpustan. J.- B., Toponymie basque. Presses Universitaires de Bordeaux, § 10. p. 23.

25  Biarritz promenades. T. II. Ed. Rousseau. 1981. pp. 87.

26  Histoire des Races Maudites de la France et de l'Espagne. Paris. Ed. Franck. 1847, rééd. 1983. Elkar. T. II. pp. 55-98.

27  « ¿ Se establccieron los Moriscos en cl pais vasco de Francia ? ». Bulletin Hispanique. Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux. T. XLVII. n° 1. 1945. pp. 92-102.

28  Biarritz : Huit siècles d'Histoire, deux cent ans de vie balnéaire, Biarritz, 1984. p. 10.

29  Ed. Lamaignèrc. 2 vol. (1474-1514/1514-1530). Bayonne. 1898, cf. T. II. p. 464.

30  « Autour de Bayonne du XVe au XVIIIe siècle d'après les « Archives notariales bayonnaises ». Bulletin de la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne, n° 17. 1936, p. 69.

31  « Pièces de procédures et accords relatifs à la vente de la coupe d'arbres ». Arch. Mun. de Biarritz. DD.2 (1678-1772).

32  Notaire Bertrand Planthion. III E 4775.

33  López Selles. T., Caria que comprende el país de Labur. la Navarra boxa y fronteras de Guipúzcoa v del Revno de Navarra ; por Don Tomas Lopez (sic) y su hijo D. Juan. Geografo de S. M. Madrid año 1793. Cette carte peut être également consultée dans l'ouvrage de Martin Izagirre intitulé Cartografta antigua y paisajes del Bidasoa. Ed. Martin Izagirre. Irun. 1994. lamina n° 144, p. 237. Cependant, les détails y apparaissant sont très peu visibles, c'est pourquoi la Bibliothèque Municipale de Bayonne a dû demander à ce musée militaire un exemplaire agrandi d'une partie (représentant le Labourd) de cette carte.

34  López Selles. T.. Mapa de la M (uy) N (oble) y M (uy) L (eal) Provincia de Guipúzcoa (1770). Musco de San Tclmo. San Sebastiân / Donostia. Cette carte peut être également, à l'instar de la précédente, consultée dans l'ouvrage de Martin Izagirre intitulé Cartografta antigua y paisajes del Bidasoa, Ed. Martin Izagirre. Irun. 1994, lamina n° 138, p. 229. Ici aussi, il a fallu se procurer un agrandissement afin de bien pouvoir saisir tous les détails.

35  Carte des environs de Bayonne, 1724. Photographie en couleur. 500 - 600 mm. Collection de la Bibliothèque Municipale de Bayonne. Cote : IE. C. 1474.

36  En 1678. le registre des décès de la commune d'Anglet mentionne un Joan petit d'Etchabiague, aujourd'hui Chabiague (renseignement communiqué par Jean Goyhenetche). On trouve le nom Chabiague à Biarritz et à Anglet. Leur origine semble identique : Chabiague + aga. « lieu des deux maisons ». Il existe d'autres explications, également basques.

37  « Remarques sur les substrats ibériques, réels ou supposés dans la phonétique du gascon et de l'espagnol ». Revue de Linguistique Romane. T. XII. janvier-juin 1936, n° 45-46. p. 39.

38  Arch. Mun. de Biarritz, « Carton O. n° 8/n° 350 in Divers (aliénations collectives, n° 21) ».

39  Notaire Tisset. 13/03/1849 (document communiqué par Mme Rousseau)

40  Notaire Tisset. 02/08/1853 (document communiqué par Mme Rousseau)

41  « Biarritz en 1764 », IVe Congrès de l'Union Historique et Archéologique du Sud-Ouest. 1911. pp. 136-141.

42  Arch. Mun. de Biarritz, série BB.3.

43  Apellidos vascos. San Sebastian. 1973. § 565. p. 154.

44  Arch. Mun. de Biarritz. « Carton O. n° 8/n° 350 in Divers (aliénations collectives, n° 15) ».

45  « La toponymie basque de Bayonne ». Lapurdum. n° 1. octobre 1996, pp. 25-36.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1770/img-1.png
Fichier image/png, 247k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hector Iglesias, « A propos de quelques noms de lieux d'Anglet et de Biarritz », Lapurdum [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1770

Haut de page

Auteur

Hector Iglesias

Doctorant en Etudes Basques
dolhats.iglesias@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Iker UMR5478 | Iglesias H.

Haut de page