Navigation – Plan du site
Langue

Les noms de montagnes du Pays Basque

Michel Morvan
p. 167-190

Entrées d’index

Thèmes :

linguistique

Chronologie :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1A Jean Haritschelhar,
à l'humaniste.

2Abréviations : comm. = commune(s), IGN = Institut Géographique National, m. = mètres, suff. = suffixe, var. = variante.

3Abarakoharria 581 m comm. de Bidarray et d'Ossès.
On pense tout de suite à un dérivé de abar « branche ». On aura donc ici probablement un composé abarra avec *abarr + a (ce -a final pouvant être une contraction du suff. -aga « lieu » plutôt que l'article basque postposé) + ko génitif + harria « la pierre, la roche ». Soit « la roche du lieu des branchages ».

4Abarratia 342 m comm. d'Isturits.
Comme précédemment on pense à abar « branchage » ou à un de ses dérivés comme abari « chêne vert ». L'élément -ti peut soit être di /ti « lieu », soit simplement -te avec fermeture de la voyelle en i devant l'article, auquel cas il faut analyser *abarr-ate suivi de l'article. L'élément ate est soit ate « col, port, passage », soit simplement la var. de eta « lieu » bien attestée en toponymie basque (cf. Garate, Haltzate, etc.). On retiendra cette dernière solution (avec haltz « aulne » par ex. il ne peut s'agir d'un col de montagne élevé étant donné que cet arbre pousse plutôt dans les plaines au bord des cours d'eau).

5Abératcouné 391 m comm. d'Ossès.
Nom composé de abere ou aberats « bétail, richesse » et de une « lieu » : du nom de maison Aberatxenea. Doit être écrit Aberatxune.

6Abozé 586 m comm. d'Espelette.
Bien que situé en dehors de la Soule, il n'est pas interdit d'envisager pour cet oronyme un nom terminé par le mot aujourd'hui uniquement souletin botxe, boxi « rocher, escarpement ». Le premier élément demeure également obscur. On notera la ressemblance avec l'oronyme Zabozé.

7Abrakou 885 m comm. des Aldudes.
Nous avons de nouveau affaire à abar « branchage » + suff. -ko. La contraction de abar(r)a en abra n'a rien de surprenant surtout dans les dialectes orientaux.

8Achaldaxa 170 m comm. de Charritte-de-Bas.
Nom composé de aitz « pierre, roche » et de alda « côte, pente » ?

9Achistoy 1 230 m, comm. de Banca.
Il s'agit ici sans doute d'une forme complexe déformée à partir de aitz « pierre » ou mieux haitz « arbre, chêne » suivi du suff. collectif doi/toi « lieu de, ensemble de ». Une contraction de axeri « renard » est très peu vraisemblable en oronymie basque.

10Achourterrigagna 1 660 m, comm. de Larrau.
Un composé de aitz « pierre » + ur « eau » (« eau de roche ») est inconnu en toponymie basque. Il s'agit sans doute de axuri « agneau » suivi de herri « pays » (le -t- n'étant qu'une liaison semble-t-il) ou (h)arri « pierre, roche » et de gain « hauteur ». Il existe en Soule une maison nommée Axurtidegi sur la carte IGN, mais sa forme ancienne est Axurbidegi au Moyen Âge, avec sans aucun doute bide « chemin » comme élément central (crête du chemin des agneaux).

11Adarza 1 250 m, comm. de Banca.
Il n'y a rien d'étonnant à trouver le terme adar « branche, corne » en oronymie. C'est un mot que l'on peut relever dans d'autres langues que le basque, par exemple en oronymie française avec Banne « corne », vieux terme gaulois ou prégaulois, ou encore en oronymie germanique avec Horn (cf. le Matterhorn en Suisse). On aura donc ici adar « corne » suivi du suff. -tza.

12Aguerria 421 m comm. d'Ainharp.
L'étymologie de ce nom est évidente, c'est le cas de le dire, puisqu'on a ici agerri « visible, en vue » ou mieux agerre « id. » avec fermeture du e en i devant l'article basque (agerrea > agerria). Soit « la (hauteur) visible, en vue ».

13Ahargo 609 m, comm. de Barcus.
On pense tout de suite à ahari « mouton », mais rien ne prouve que ce soit la bonne interprétation. La chute d'une ancienne consonne initiale est tout à fait possible, par ex. on pourrait avoir ici un ancien *lahargo, avec lahar « ronce » comme premier élément. Le /- initial ayant ensuite été pris à tort pour l'article roman.

14Ahaxamendy 330 m, comm. de Ahaxe-Alciette-Bascassan.
Bien évidemment il faut mettre en relation directe le nom de cette hauteur modeste avec celui du village d'Ahaxe, soit « montagne d'Ahaxe ». Rappelons ici qu'en basque, le terme mendi « montagne » peut s'appliquer à toute hauteur, même fort peu élevée.

15Ahiga 300 m, comm. de Lohitzun-Oyhercq.
Nom obscur. On peut proposer un ancien Ihiaga « lieu de joncs ». On remarquera sur la même commune la présence d'un oronyme Aldiga.

16Ahismeaka 773 m, comm. de Lasse.
D'après P. Lhande, mehaka pourrait avoir le sens de « éminence », ce qui est impossible. Le terme final est bien sûr mehaka « défilé, passage étroit ». Quant au premier élément Ahis-, il faut sans doute y voir aitz « pierre, roche » dont l'évolution aitz > ahaiz > ahiz est tout à fait régulière. On a donc ici « défilé rocheux ».

17Ahuntzbide 1 394 m, comm. de Lécumberry.
Écrit Ahunsbide chez P. Raymond voici un nom sans problème, composé de ahuntz « chèvre » et de bide « chemin ». L'IGN écrit « crête d'Ahuntzbide ».

18Ahounsbiscardéguy 128 m, comm. d'Ayherre.
L'étymologie de cet oronyme ne pose pas de problème : ahuntz « chèvre », bizkar « dos, crête », egi « bord crête, lieu » avec dentale -d- de liaison.

19Ainhiza mendy 349 m, comm d'Ainhice-Mongelos.
C'est évidemment un nom en relation avec le village, soit la « montagne d'Ainhice ».

20Aintziaga 905 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Écrit Ainciague chez P. Raymond cet oronyme se décompose facilement en aintzi « marécage, lieu marécageux ou humide » + aga « lieu ».

21Airamendi 362 m, comm. d'Irissarry et Iholdy.
Sans doute faut-il voir ici simplement un composé de aire « air » + mendi « hauteur », soit le « mont aéré » ou encore « mont d'où l'on s'envole ». Une autre solution consisterait à rapprocher Aira du nom de la forêt d'Hayra.

22Akerharri 883 m, comm. de Lécumberry.
Nom composé de aker « bouc » et de harri « pierre, roche ». Soit « roche du bouc ».

23Albista 242 m, comm. de Lohitzun-Oyhercq.
Nom signifiant sans doute « lieu de graminées », de albitz « graminée, foin » et eta « lieu ».

24Aldiga 308 m, comm. de Lohitzun-Oyhercq.
On peut envisager un composé de alde « côte, pente ». La suite peut représenter un mont Ihiga (de ihi-aga « lieu de joncs »), soit « côte, versant du mont Ihiga ». Voir aussi Ahiga.

25Altxanga 625 m, comm. de Sare.
Très probablement (h)altz « aulne », peut-être *altz-un-aga « lieu des aulnes ».

26Alupigna 1 395 m, comm. de Larrau.
Écrit Alupeña chez P. Raymond. Oronyme composé de alu « con, sexe féminin » et de peña « roche ». Le sens alu « con, sexe féminin » est bien confirmé par d'autres micro-oronymes comme Aluipurdi « cul du con », aussi curieux que cela puisse paraître. Légende ? Réfection analogique et anthropomorphique ?

27Ametzlepo 687 m, comm. des Aldudes.
Étymologie sans problème, de ametz « chêne tauzin » et lepo « col ».

28Antchola 1119 m, comm. de Banca.
Sans doute du nom propre Antso suivi de ola « cabane », bien qu'on ne puisse écarter tout à fait antxu « mouton » ou même aintzi « marécage ». Le village aragonais d'Ansó n'est pas très loin. Cabane d'Antxo ou cabane des moutons ?

29Antzaramendi 462 m, comm. d'Ossès.
Une explication littérale donnerait « montagne de l'oie »(antzara « oie »). Mais il s'agit peut-être d'une étymologie populaire, de même que l'on trouve des Montes de Oca du côté basque espagnol. D'autres oronymes ont pour premier élément antz- comme par ex. Antzeta.

30Antzeta 433 m, comm. de Jaxu.
Oronyme composé d'un élément obscur antz qui pourrait bien être « mouton » ou aintzi « lieu humide, marécage » et du suff. -eta.

31Apolotzegagna 720 m, comm. de Haux.
Écrit Apholotxé chez P. Raymond. Déformation probable d'un ancien apal-aitz « rocher du bas » mal transcrit ou phonétiquement altéré, suivi de gain « hauteur ». Apalatzeaga existe comme nom de maison.

32Arambeaux 498 m, comm. de Chéraute.
Nom romanisé composé à l'origine de aran « vallée » et beltz « noire ».

33Aranohéguy 1293 m, comm. de Lecumberry.
Étymologie sans difficulté, de arrano « aigle » et hegi « crête ».

34Arbildura 292 m, comm. de Saint-Martin-d'Arberoue.
Il faut envisager ici une déformation de arbel « roche noire, ardoise » suivi de gora « hauteur » plutôt qu'un composé de harri-bildura « formation de pierres ». On voit bien d'ailleurs le lien entre l'oronyme et le nom du village qui comporte Arberoue de même origine (arbel-), soit « hauteur d'Arberoue », l'Arberoue étant également une rivière.

35Arbosse 541 m, comm. de Uhart-Cize.
Deux hypothèses sont possibles pour expliquer cet oronyme. Ou bien il s'agit de ar- « pierre, roche » + be « sous » suivi du suff. basco-aquitain -os, ou bien il s'agit d'un ancien *narb- « souche », ayant perdu le n- initial, avec le même suff. -os (cp. avec le nom de lieu Arbonne, ancien Narbona).

36Archilako cascoa 400 m, comm. de Iholdy et Lantabat.
C'est sans doute un ancien arxilagako kaskoa « sommet du lieu de la pierre trouée »(arri-xilo-aga-ko), avec réduction de aga à a.

37Arguimonho 548 m, comm. de Saint-Just-Ibarre.
Nom composé de argi « clair » et de monho « colline ».

38Arradoy 660 m, comm. d'Ispoure.
La montagne qui domine Saint-Jean-Pied-de-Port, bien abîmée sur ses flancs au demeurant par le déboisement, a un nom composé de arra- et du suff. -doi bien connu. Soit « ensemble de... ». Reste à trouver le sens de arra-. Il y a de fortes chances pour qu'il s'agisse d'un ancien arrai « épineux », que l'on retrouve dans le nom du village de Bidarray par ex. On retiendra donc « lieu, ensemble des épineux ».

39Arrolakoharria 1 060 m, comm. d'Anhaux, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Banca.
Oronyme composé de arrola « ravin » + ko + harri, soit « la roche du ravin ».

40Arthaburu 1 156 m, comm. de Lecumberry.
Étymologie sans problème, de artha « chêne vert » et buru « sommet ».

41Arthanolatzégagnia 1 379 m, comm. de Larrau.
A première vue, on aurait ici artha « chêne vert » et ola « cabane », mais c'est peut-être trompeur, car le -n demeure inexpliqué (arthanolatze). Autrement dit il faudrait analyser plutôt ce nom en arthano (?) + latz qui pourrait représenter lats « cours d'eau » (?).

42Arthé 1010 m, comm. d'Esterençuby.
Cet oronyme peut être soit artha « chêne vert », soit un ancien *arte-mendi « hauteur intermédiaire », soit encore un composé de arri « pierre, roche » + te.

43Artikulugagna 1 582 m, comm. de Larrau.
Ce curieux nom a bien peu de chances de comporter le mot artikulu « article » dont on ne voit vraiment pas ce qu'il viendrait faire là. La finale fait penser à celle du site d'Urkulu, mais cela ne nous avance guère. Il convient sans doute d'analyser ce nom à l'aide d'arta « chêne vert » et de okulu « lieu » (emprunt au lat. locu-lum) + gain

44Artzaïnharria 971 m, comm. d'Anhaux.
Aucun problème. C'est « la roche du berger ou des bergers », artzain-harria. Écrit Arçainhatria chez P. Raymond.

45Artzamendi 926 m, comm. d'Itxassou.
Oronyme complexe. Écrit Hartçamendy chez P. Raymond. Le -a final de artza peut représenter un ancien -aga ou un ancien e dans hartze « lieu pierreux » qui devient hartza dans les noms composés. Bien sûr il y a aussi artza « ours », mais le problème se complique avec l'existence d'un autre oronyme Haltzamendi dont le sens n'est pas clair non plus, car le nom d'arbre haltz « aulne » convient mal en altitude.

46Ascune 860 m, comm. d'Aussurucq.
Ce pic d'Ascune s'analyse aisément en aitz-gune « lieu de roche ».

47Askopé 384 m, comm. de Biriatou.
Sans doute avons nous ici un simple aitz-ko-pe « sous la roche, en bas de la roche », avec peut-être un ko diminutif.

48Astate 1 022 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Écrit Astaté chez P. Raymond. Sans doute de aitz « roche » + ate « col, passage ».

49Atchapuru 409 m, comm. de Saint-Esteben.
Oronyme dérivé de aitz « pierre, roche » avec un -a final qui nous ramène sans doute au suff. -aga contracté, car la forme normale simple est aitzpuru. Donc « sommet, extrémité du lieu de roche ».

50Athekaleun 813m, comm. de Sare.
Étymologie sans problème. De atheka « col, passage » et leun « doux, lisse » (ici avec le sens de « facile à franchir »).

51Atxuria 756 m, comm. de Sare.
Le terme axuri « agneau » est peu probable ici. La dentale nous invite à comprendre aitz-xuria « la roche blanche ».

52Aurkhilarré 451 m, comm. d'Ossès.
Nom composé de aurkhi « devant » et de larre « lande ».

53Azaléguy 583 m, comm. de Saint-Just-Ibarre.
Écrit Açaléguy chez P. Raymond. La difficulté réside ici dans l'explication à donner du -l- de azal qui peut ne pas appartenir à ce premier élément, mais être parfois une liaison comme dans Behorleguy. Toutefois aza seul ne veut rien dire. Une explication à partir de azal « croûte » étant peu probable, il faut envisager aitz « pierre, roche » suivi de ala « pâturage ». Soit « crête du pâturage rocheux ».

54Babatze 404 m, comm. de Bunus.
Étant donné la faible hauteur de cet oronyme, on ne peut exclure baba « fève », avec une culture de fèves sur le versant.

55Bakuitze 404 m, comm. d'Irissarry.
Il s'agit ici probablement de bakoitz « isolé ».

56Baygoura 818 m, comm. d'Ossès.
Voilà un oronyme qui a déjà fait couler beaucoup d'encre. On a tout d'abord rapproché ce nom de celui de Baigorry « rivière rouge ». Il est vrai que c'était très tentant, d'autant plus que l'on a Baiguer parmi les formes romanisées de Baigorry. Mais il y a un élément phonétique rédhibitoire qui s'oppose à une explication du second élément par gorri « rouge ». En effet la prononciation de Baigura montre toujours un r simple et non un rr fort. Il faut donc rattacher gura à gora « hauteur » ou à guren « limite ».

57Begousse 767 m, comm. de Montory.
Écrit Bégousse chez P. Raymond. A Montory, ce nom de montagne a de fortes chances d'être gascon ou d'appartenir au substrat pré-gascon avec suff. aquitain -os. On pourra comparer avec des noms de lieux gascons comme La Bégoussère, écart de la commune de Sainte-Suzanne (Béarn), Les Bégossères en 1779.

58Béharria 880 m, comm. de Lasse et Anhaux.
Sans doute doit-on penser ici à un anthropomorphisme beharri « oreille » (roche en forme d'oreille).

59Behorléguy 1 265 m, comm. de Béhorléguy.
Le nom de ce pic est un composé de behor « jument » et de egi « crête, bord, lieu » avec un -l- de liaison fréquent en toponymie ou oronymie basque. Cette « crête de la jument » est confirmée par d'autres oronymes, même en dehors du domaine basque, cf. l'oronyme La Jeugue en Béarn.

60Behorsaro 500 m, comm. d'Ossès.
Nom composé de behor « jument » et de saro « lieu de rassemblement des troupeaux ».

61Beillurti 1 114 m, comm. d'Arnéguy.
Écrit Beillurte chez P. Raymond. La forme donnée par Raymond est sans doute plus proche de l'origine. Le e s'est ensuite fermé en i. Quant à l'analyse, elle est assez complexe. On pourrait penser à behi « vache », mais cela n'explique guère le reste de l'oronyme. Il semble bien que l'on soit en présence d'un nom contenant le terme elur « neige », peut-être précédé de be « en bas », soit « le bas du lieu où la neige persiste ».

62Belchou 1 129 m, comm. de Saint-Just-Ibarre.
Oronyme dérivé de beltz « noir, sombre », avec suff. -o qui se ferme en u.

63Belhay 1 771 m, comm. de Larrau.
Écrit Belay hez P. Raymond. Dérivé de bel- « noir » ou de belar « herbe ». Soit « pâturage ». Il existait une maison noble Belay à Biarritz.

64Belhygagne 1 072 m, comm. d'Alçay-Alçabéhéty-Sunharette.
Écrit Belhy chez P. Raymond. Ce pourrait être la « hauteur des corbeaux » (bele « corbeau »).

65Beloscare 1 173 m, comm. de Lacarry-Charritte de Haut.
Écrit Beloscar chez P. Raymond. Ce nom est bien problématique. On le retrouve également comme nom de maison médiévale en Soule.

66Berhantchu 574 m, comm. de Musculdy.
Nom obscur dérivé de bel « noir » ou peut-être de behere « en bas » + antxu « mouton ».

67Betzulagagna 1 590 m, comm. de Larrau.
Écrit Betçula chez P. Raymond. Il pourrait s'agir ici d'un beltz-ola « cabane noire » déformé (?) + gain « hauteur ».

68Bimbalèta 1 758 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Écrit Bimbalette chez P. Raymond. Oronyme dont le sens est « clochette », allusion à l'estive bien sûr.

69Bizkarzé 1 656 m. comm. de Larrau.
Étymologie sans problème, de bizkar « dos, crête » avec suff. -tz. On trouve un nom identique en Béarn, sur les communes de Bedous et Sarrance (Biscarce).

70Bizkarzun 185 m comm. de Saint-Pée-sur-Nivelle et Ascain.
Oronyme composé de bizkartz (voir le précédent) + un « lieu ».

71Bizkayluze 671 m, comm. d'Espelette et d'Itxassou.
Oronyme composé de bizkai « crête » et luze « longue ».

72Bohorcortia 1 214 m, comm. de Larrau.
Oronyme composé de bohor « jument » (forme normale en Soule pour behor) et de gorte « aire, cour, parc, bergerie ». Soit « le parc aux juments ».

73Bosmendiette 1 000 m, comm. de Larrau.
Écrit Bostmendy chez P. Raymond. Nom bien connu grâce à la chanson de Berterretche datant du XVe siècle, mais recueillie seulement au XIXe. Soit « lieu des cinq montagnes ».

74Buhuzé 244 m, comm. d'Armendarits.
Oronyme de sens incertain. Peut-être de bun(u)- « hauteur, colline »(cf. le toponyme Bunus) + tz. + e.

75Burdincurutcheta 1 092 m, comm. d'Urepel et Banca.
Nom composé de burdin « fer » + kurutze « croix » + eta « lieu ». Soit « lieu de la croix de fer ».

76Buztanzelhay 1 029 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
A première vue, c'est « plateau de l'extrémité », avec buztan « queue, extrémité », mais buztan peut aussi être une var. de buztin « argile », qui semble préférable ici.

77Chamboroy 503 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Écrit Chunboroy chez P. Raymond. Curieux nom qui doit être bien déformé. On peut envisager quelque chose comme Altzumberro « taillis des aulnes » que l'on a par ex. dans le nom de village Sumberraute. On trouve aussi un toponyme Chamberro sur la commune d'Ossès dit « Chamborro ».

78Chardéca 1 555 m, comm. de Larrau.
Écrit Chardaca chez P. Raymond. Étymologie sans problème, de xardeka « fourche ». Pic de la fourche.

79Chardékagagna 1 881 m, comm. de Larrau.
Même nom que le précédent.

80Cherrapo 299 m, comm. de Çaro.
Nom obscur. Zerrapo est « serrure ».

81Cherrenda 218 m, comm. de Mendionde.
Nom pouvant représenter zerrenda « rangée » au sens de « bande de terrain ».

82Chouri Punta 1 621 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Étymologie simple : pointe blanche. On notera l'adjectif antéposé, inhabituel en basque moderne.

83Coheguy 785 m, comm. de Lécumberry.
Nom déformé supposant la perte d'un premier élément + egi « crête ».

84Coscohandy 481 m, comm. de Uhart-Cize.
Nom composé de kosko « sommet » pour kasko et handi « grand ».

85Cotroil 355 m, comm. d'Ossès.
Nom dérivé de kotor « côte, pente ».

86Curutchamendy 290 m, comm. de Uhart-Cize.
Nom sans problème, composé de kurutze « croix » et de mendi « montagne, hauteur ». Le -a- peut représenter soit une évolution -e > -a, soit un ancien -aga.

87Curutchéberry 513 m, comm. de Larceveau-Arros-Cibits.
Nom composé de kurutze « croix » et de berri « nouvelle ».

88Curutchehegui 486 m, comm. de Lantabat.
Nom composé de kurutze « croix » et de hegi « crête ».

89Daraturugagne 494 m, comm. de Pagolle.
Ecit Darraturu chez P. Raymond. Le terme basque daraturu « tarière » ne convient pas en oronymie. Il s'agit certainement d'une déformation d'un autre mot, peut-être bien de larre « lande ».

90Droundak 1 628 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Le basque drunda « mèche » ne convient pas. Il faut peut-être envisager un terme expressif (grondement d'orage ?). On notera que Dronde existe comme nom de personne en Soule, et nom de maison.

91Egurmendy 986 m, comm. de Béhorléguy.
Nom composé de egur « bois de chauffage » et de mendi « montagne ».

92Eheta 637 m, comm. de Gamarthe.
Nom obscur. On peut cependant envisager sérieusement un ancien Leheta « lieu de pins » (de leher « pin ») ayant perdu son initiale.

93Ekhi Altia 633 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de eki « soleil » et de alte « côté ».

94Elaudy 700 m, comm. de Musculdy.
On pense à elur « neige », mais cela n'explique pas le segment -au-. Autre possibilité, elhorri-di « lieu d'épineux », peut-être réduit à elhoi-di et devenu elodi, puis elaudi avec -au- sous l'influence du français.

95Elhorriko kaskoa 983 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom sans problème : de elhorri « épine » et kasko « sommet ». Soit « sommet des épineux ».

96Elhuroso lepoua 1 650 m, comm. de Larrau.
On a sans doute ici un nom composé de elhur « neige » avec lepo « col ». La finale -so représente sans doute un ancien suff. -tsu « qui abonde en ».

97Elissamendia 313 m, comm. de Moncayolle-Larrory-Mendibieu.
C'est simplement « la hauteur de l'église », soit parce que l'église y était située, soit parce qu'il s'agit d'une terre (lande) appartenant à l'église.

98Elsarré 1 153 m, comm. d'Aussurucq.
Écrit Elçarré chez P. Raymond. Nom composé probablement de ele « pâturage » et de zahar « ancien ».

99Eltzarruzé 421 m comm. de Saint-Martin-d'Arberoue.
Le basque eltzaur « noyer » ne convient pas, car dans la région concernée on dit intzaur. De plus il faut expliquer le u final. On pourrait envisager un nom similaire au précédent Elsarré. La faible hauteur permet aussi de penser à haltz « aulne » + arroz ou haltz + arr + auz.

100Endiotzia 775 m, comm. de Larrau.
Nom obscur. Peut-être une déformation de andu « souche » avec suff. -oz. Cf. aussi le nom Andoz connu en Soule.

101Ereby 583 m, comm. d'Espelette.
Écrit Erreby chez P. Raymond. La graphie de Raymond avec rr semble préférable, ce qui permet d'analyser cet oronyme en erro « souche » et ibi « gué », sans doute apparenté à Errobi nom basque de la Nive, dont il n'est sans doute qu'un simple doublet.

102Erintsu 422 m, comm. d'Urrugne.
Nom obscur. Le suff. d'abondance -tsu permettrait de rétablir un l- initial qui nous ramènerait à lerintsu « où les pins abondent », de ler, leher « pin ».

103Errayzé gagna 1 451 m, comm. de Larrau.
On a sans doute encore affaire ici à erro « souche », en composition avec aitz « pierre, roche ». Soit « hauteur de la pierre aux souches ».

104Erréta 702 m, comm. d'Estérençuby.
Le premier élément semble être une réduction de errege « roi » suivie du suff. -eta « lieu ». Soit « terre du domaine royal ».

105Errola 907 m, comm. de Banca et Urepel.
On a sans aucun doute de nouveau erro « souche » avec ola « cabane ».

106Errozate 1 345 m, comm. de Lécumberry et Estérençuby.
Nom composé sans doute de erro « souche » + l'oronyme au(t)z + suff. ate (ou bien ate « passage, col »).

107Escouareguibelgagna 629 m, comm. de Camou-Cihigue.
Étymologie complexe. On peut analyser la première partie de ce nom soit avec aitz « pierre » + ku + aurre « devant », soit à l'aide d'une déformation de ezkur « gland, chêne » suivi de gibel « arrière » et gain « hauteur ».

108Eskantolha 1511 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Écrit Escantola chez P. Raymond. On doit envisager ici ezkanda « chênaie » et ola « cabane » avec passage de nd à nt en zone souletine. Soit « cabane de la chênaie ».

109Esnaur 273 m, comm. d'Ascain.
Nom composé de esne « lait » et de aur « devant ». Ces noms contenant esne « lait » apparaissent en zone de pâturage. Cf. le toponyme Esnazu dans la Vallée des Aldudes.

110Esteinumendi 346 m, comm. de Bidarray.
Esteinu est un nom de maison cité au XVIIe siècle : « Mont d'Esteinu »

111Etchecortia 1 204 m, comm. d'Aussurucq.
Cet oronyme qui signifie « cour ou parc de la maison » a dû prendre son nom d'un lieu-dit voisin ayant servi de parc à bestiaux pour les maisons du lieu.

112Eyharza 868 m, comm. des Aldudes.
Nom composé de eihar « sec » et du suff. collectif -tza. Soit « lieu sec ou désséché ». On comparera avec le toponyme Eyharce, hameau de la commune d'Ossès, nom de plusieurs maisons, etc.

113Eyheramendy 500 m, comm. d'Aincille et d'Estérençuby
Nom composé de eyhera « moulin » et de mendi « montagne ». Soit « montagne du moulin ».

114Ezpatagagna 1 535 m, comm. de Larrau.
Nom sans problème, de ezpata « épée » et gain « hauteur », sommet de l'épée, c'est-à-dire sans doute « en forme d'épée ».

115Faague 552 m, comm. de Sare.
Écrit Fague chez P. raymond. De toute évidence il s'agit de fago, var. de bago « hêtre », faga en composition, réduit par haplologie à fa- devant le suff. de lieu -aga (*fago-aga > faga-aga > faaga). C'est un procédé morphologique régulier.

116Faalegi 496 m, comm. de Biriatou.
Comme pour le Faague précédent de Sare, on a faga « hêtre » + -l- de liaison + egi « crête, bord ».

117Gainzale 531 m, comm. de Bunus.
Cet oronyme curieux à première vue s'explique sans doute par gain « hauteur » + zabal « plateau, plat » réduit à zaal > zal avec -e final postiche.

118Gakoéta 579 m, comm. de Bidarray.
On ne peut que songer aux célèbres gorges de Kakoueta de la Soule. En outre il y a un autre toponyme Kakoueta sur la commune de Musculdy. Bien sûr il faut partir de gako « crochet », soit « lieu en forme de crochet, lieu d'aspect tortueux ». La proximité du gascon-béarnais et son influence romane fait passer gako à kako en Soule.

119Galarreguy 247 m, comm. de Saint-Martin-d'Arberoue.
Une seule explication possible pour cet oronyme modeste : galar « bois mort, sec » et egi « crête, bord ».

120Garatégaina 200 m, comm. d'Ascarat.
On a ici un garate nom de maison signifiant « lieu élevé », ou « passage élevé », cf Garai « élevé ».

121Garhondoko punta 960 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Littéralement garhondo signifie « cou, nuque, arrière du crâne » en basque, d'où on pourrait tirer « col » de montagne, mais en fait gar n'est pas ici « crâne », mais « roche » (de même étymologie d'ailleurs). C'est donc la « pointe du col rocheux ».

122Garralda 470 m, comm. de Hélette et de Saint-Esteben.
Oronyme simple composé de gar « roche » et de alda « côte, pente ». Soit « la pente rocheuse ».

123Gastelariko botchia 894 m, comm. de Larrau.
Nom souletin composé de gaztelu « château » au sens de « défense proto-historique » + harri « pierre, roche » + ko génitif + botxe « rocher escarpé, précipice », ce dernier terme étant typiquement souletin.

124Gastellaya 479 m, comm. de Chéraute.
De gaztelu « forteresse » bien sûr, avec ai « versant » comme second élément de composé. Des vestiges sont d'ailleurs signalés sur la carte IGN. Soit « le versant du château fort ».

125Gastelu 629 m, comm. de Lécumberry.
Aucun problème. Le terme ne désigne toutefois pas nécessairement un château fort réel. Il peut aussi indiquer un site de défense proto-historique.

126Gastélugagna 658 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Aucun problème. La « hauteur du château fort ».

127Gastelusare 416 m, comm. de Lantabat et de Larceveau-Cibits-Arros.
Écrit Gastelluçar chez P. Raymond. C'est le « vieux château fort » bien sûr, avec zahar « vieux » réduit à zar.

128Gatarre 750 m, comm. d'Estérençuby.
Nom formé d'une très vieille racine *gat- qui a pu signifier « escarpé ». On la trouve aussi en gascon dans l'ancien nom de Betharram qui était Gatarram. De même la finale -arre existe aussi en gascon où on la trouve même seule comme oronyme ou toponyme (Arre). Il s'agit peut-être bien de la fameuse base pré-celtique *arr- « pierre, roche », apparentée au basque harri « id ».

129Gathuly 684 m, comm. de Banca et Saint-Étienne-de-Baïgorry
Ce nom est très probablement gatulu « bol », soit hauteur ou montagne en forme de bol.

130Gaztarrigagna 1 732 m, comm. de Larrau.
Oronyme qui pourrait s'analyser à partir de gatz « sel » ou gazta « fromage ».

131Gaztélia 1 345 m, comm. d'Alçay-Alçabéhéty-Sunharette.
Aucun problème. C'est une « forteresse » de site proto-historique. Le -u final de gaztelu se ferme en -i devant l'article.

132Gazteluzahar 472 m, comm. de Lantabat.
Nom sans problème signifiant « vieille forteresse ».

133Gnabarignégagné 1 066 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Ce curieux nom, typique des déformations que l'on peut rencontrer dans le domaine du souletin, semble être composé soit de inhabar, soit de naba + harri + gain

134Gorospil 656 m, comm. d'Ainhoa.
Écrit Gorospila chez P. Raymond. Nom composé de goro-tz « houx » et bil « sommet arrondi ».

135Goyburu 1 203 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de goi « haut » et de buru « tête, extrémité », soit la « pointe haute ».

136Haitzeder 134 m, comm. d'Hasparren.
Nom composé de haitz « pierre, roche » et de eder « belle ».

137Handiamendi 642 m, comm. d'Aincille et d'Estérençuby.
Le nom semblerait clair, avec handi « grand » et mendi « montagne », mais il reste à expliquer la présence du -a final de handi qui doit être encore un suff. -aga « lieu » contracté. Dans ce cas, on ne comprend plus handiaga « lieu de grand » (?) et il faut envisager autre chose, sans doute andu -aga « lieu de souches », soit « montagne du lieu des souches ».

138Harchuria 481 m, comm. d'Ispoure.
Écrit Harchury chez P. Raymond. Étymologie sans problème, de harri « pierre, roche » et xuri « blanc », soit « la roche blanche ».

139Hardoia 100 m, comm. d'Ustaritz.
Nom composé de harri « pierre, roche » et de doi « ensemble ».

140Harguibel 935 m, comm. des Aldudes.
Nom composé de harri « pierre, roche » et gibel « arrière ».

141Haritchartéko ordokia 900 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de haritz « chêne » et de arte « entre » + ordoki « plateau », soit « le plateau entre les chênes ».

142Haritzé 500 m, comm. de Saint-Just-Ibarre.
Nom signifiant « chêne », avec -e final postiche.

143Harpidey 433 m, comm. de Jaxu.
Nom composé de harri « pierre, roche » + bide « chemin » + egi « crête ». Soit « crête du chemin de roche ».

144Harribeltzéta 918m, comm. de Licq-Athérey.
Écrit Harribelcéta chez P. Raymond. Nom composé de harri « pierre, roche » + beltz « noir » + eta « lieu », soit « lieu des roches noires ».

145Harrigorri 1117m, comm. de Banca.
Nom composé de harri « pierre, roche » et de gorri « rouge ».

146Harrigorri gagné 1 358 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Comme le précédent, « hauteur de la pierre rouge ».

147Harizpuru 282 m, comm. de Çaro.
Nom composé de haritz « chêne » et de buru « extrémité ».

148Hasgagnia 1 003 m, comm. d'Aussurucq.
Nom composé de has « roche » (pour haitz) et de gain « hauteur », soit simplement « sommet rocheux ».

149Heguieder 896 m, comm. d'Estérençuby et de Lécumberry.
Nom composé de hegi « crête » et de eder « beau », soit la « belle crête ».

150Heguiharitze 500 m, comm. de Juxue.
Nom composé de hegi « crête, bord » et de haritz « chêne ».

151Héguilaburra 396 m, comm. de Saint-Martin-d'Arrossa.
Nom sans problème, de hegi « crête » et labur « courte ».

152Heguilla chorrotchia 1 680 m, comm. de Larrau.
Nom composé de hegi « crête, bord » et de zorrotz « aigu ». Reste à expliquer le segment -la-. Il pourrait s'agir de gibela « l'arrière » ou de bela « le noir ».

153Heguilusia 170 m comm. d'Uhart-Mixe.
Nom composé de hegi « crête » et de luze « longue ».

154Heylé gagné 1 689 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de hegi « bord, crête » et de -le, segment que l'on observe dans d'autres noms en Soule comme etxele, etc. Il s'agit sans doute d'une forme courte de leku « lieu ».

155Hido 518 m, comm. d'Aussurucq.
Ce nom est une déformation probable de ihi-doi « lieu, ensemble de joncs ».

156Hocha handia 571 m, comm. d'Iholdy et de Lantabat.
On trouve en contrebas à 431 m, Hocha chipia « le petit Hocha », correspondant à ce « grand Hocha ». Ce Hocha est certainement hotz-a « le froid », c'est-à-dire le « mont froid ».

157Hoharreko kaskoa 295 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
On peut envisager ici un nom formé de uharre, soit « le sommet du torrent » ?

158Hostatéguy 1 142 m, comm. d'Arnéguy.
On ne peut séparer ce nom de celui du village d'Hosta, de même étymologie. Il faut analyser cet oronyme à partir de hotz + ta « lieu de froid », soit « crête du lieu froid ».

159Hourdespary 1 006 m, comm. de Larrau.
Oronyme peut-être composé de urd- « plateau » + aitz « pierre, roche » + pe « sous » + iri « domaine ».

160Huberleta 720 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom très déformé, sans doute de hur-bel-eta « lieu d'eau noire ».

161Ibantelli 698 m, comm. de Sare.
Écrit Ibantelly chez P. Raymond. Sans doute de ibar  »vallée»  + -t- + eli  »troupeau» .

162Ichtauz 1 024 m, comm. de Banca.
Nom composé de aitz  »pierre, roche»  + -t- + l'oronyme auz. Soit  »montagne de rochers» .

163Ichterbegui 1 027 m, comm. d'Urepel.

164Écrit Izterbéguy chez P. Raymond. A première vue, ce nom signifie  »ennemi» . Ce pourrait être l'appellation populaire d'une montagne dangereuse ou menaçante. Mais on peut aussi y voir iztar, ezter  »gorge»  + egi  »crête» , plus conforme à l'oronymie.

165Idoikobizkarra 425 m, comm. de Sare.
Nom composé de ihi-doi  »lieu de joncs»  + ko + bizkar  »dos, crête» , soit  »crête du lieu des joncs» .

166Iguzki 844 m, comm. d'Itxassou.
Nom sans problème pour ce pic, de iguzki  »soleil» .

167Ihatia 1 271 m, comm. d'Aussurucq.
Ce sommet est le plus élevé de la forêt des Arbailles. Il pourrait bien s'agir d'une déformation souletine de Iratia  »le lieu des fougères» .

168Ihisu 464 m, comm. de Bidarray.
Nom composé de ihi « jonc » et du suff. -su, soit lieu « où les joncs abondent ».

169Ihizgorri 555 m, comm. de Jaxu.
Cette hauteur, qui se nomme aussi Nabahandi « grande plaine à proximité des montagnes », est formé de ihiz « jonchaie » et gorri « rouge, sec ».

170Inchouriste 717 m, comm. de Haux.
Nom déformé sans doute, à partir de gain « haut » et xuri « blanc » + suff. -tz(e) >zte.

171Iparla 1 044 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Ecrit Ipharla chez P. Raymond. Nom composé de ipar « nord » et d'un vieux suffixe -la observé dans plusieurs oronymes (cf. Larla, Arla) et qui ne peut pas être ola « cabane » comme dans Ibarla/Ibarrola. L'altitude du pic d'Iparla exclut ola « cabane ». On n'y trouve que des bordes. Peut-être s'agit-il de alha « pâturage » (?).

172Iramendy 866 m, comm. d'Estérençuby et de Saint-Michel.
Nom composé de ira « fougère » et de mendi « montagne ».

173Iraukotuturu 1 050 m, comm. de Lécumberry.
Écrit Iraucotuturu chez P. Raymond. Nom composé de ira « fougère » + u + ko + tuturru « sommet ».

174Iriapizta 379 m, comm. d'Ossès.
Mauvaise graphie de l'IGN. On dit sur place Irapiztia ou Ilapiztia, de ira « fougère » ou ilhar « bruyère ». Le -a final est long, donc c'est un ancien -aga « lieu ». Le second élément piztia demeure obscur, peut-être un ancien albiztiaga « lieu de fourrage ».

175Ispéguy 672 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Le nom de ce col est composé de iz « pierre, roche » (var. de aitz) + pe « sous, en bas » + egi « crête, bord ». C'est-à-dire la « crête au pied de la roche », laquelle roche doit être sans doute l'Auza tout proche. On a souvent écrit à tort que ce nom signifiait « vue sur la mer », prétendu composé de iz « mer » et begi « œil, vue » !

176Issarbe 1 565 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Écrit Isarbe chez P. Raymond. Une forêt porte le même nom. On peut envisager ici soit izar « étoile », soit izai « sapin » suivi de be « sous, en bas », mais dans ce dernier cas on s'explique mal le -r final de izar. On notera que izar semble avoir servi de vieil oronyme avec le sens de « hauteur ».

177Itchachéguy 1 161 m, comm. de Saint-Michel.
Écrit Itchashéguy chez P. Raymond. Nom composé de itsas « genêt » et de egi « crête ».

178Izeyto 1464 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Un bois porte le même nom. On peut envisager izei « sapin », mais pourquoi alors ce -to diminutif « petit sapin » ? En fait le bois porte le nom de la montagne qui n'est pas boisée, sauf à considérer que c'est l'oronyme qui tiendrait son nom du bois, ce qui n'est pas impossible. Il est peut-être préférable d'analyser ce nom en iz « pierre, roche » + egi « crête » contracté en ei + diminutif to. On aurait donc dans ce cas « la petite crête rocheuse » (?). Mais izei « sapin » ne peut pas être exclu à priori.

179Jara 812 m, comm. d'Irouléguy.
Écrit Jarra chez P. Raymond. La graphie de Raymond est fantaisiste et francophone, car on a ici de toute évidence une var. jara du terme xara « bois, taillis ».

180Jaura 1 069 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Il existe un bois et une maison du même nom. On peut difficilement faire appel à jaur- qui est en basque une forme de jaun « seigneur » qui n'apparaît que dans les mots composés (jauregi « château », etc.). Le dictionnaire de Dauzat, Deslandes, Rostaing signale un oronyme Jaur dont le sens demeure obscur. Il y a aussi un toponyme Jaur en Dordogne et une rivière du même nom dans l'Hérault.

181Kalbarioa 275 m, comm. d'Urrugne.
Petite hauteur qui, comme son nom l'indique, signifie simplement « le calvaire ».

182Kokoitché 389 m, comm. de Chéraute.
C'est un nom anthropomorphique dérivé de kokots « menton » qui prend ici le même sens que kokor « sommet ».

183Koskoroy 705 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom dérivé de koskor var. possible de kokor, konkor « sommet, bosse » (?) + oi. Mais koskor, koxkor signifie aussi « grain, morceau », ce qui nous donnerait peut-être « qui a tendance à se détacher en morceaux » si l'on considère -oi comme un suff. de tendance. Pour la terminaison -oi on pourra aussi comparer avec Chamboroy (voir ce nom à sa place alphabétique).

184Kurutchégagna 1486 m, comm. de Larrau.
Nom sans problème, de kurutze « croix ou croisement » et gain « hauteur ».

185Laxun-ordoquy 188 m, comm. de Chéraute.
Nom composé de lats « cours d'eau » et de un « lieu » + ordoki « plateau ». Soit « plateau du lieu de cours d'eau ».

186Laina 869 m, comm. de Bidarray.
Il s'agit sans doute ici d'une forme réduite, peut-être un ancien larregaina « sur la lande, hauteur de la lande ».

187Lakhoura 1 877 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Le nom de ce pic, écrit Lacourre chez P. Raymond, est peut-être d'origine romane (gasconne) plutôt que basque.

188Lapitsague 406 m, comm. de Viodos-Abense-de-Bas.
Nom composé de lapitz « roche marneuse » et du suff. -aga « lieu ».

189La Rhune 900 m, comm. de Sare, Ascain et Urrugne.
Ce nom célèbre est en fait une horrible francisation d'un nom basque. Le La- initial a été pris pour l'article défini féminin français. Il convient évidemment de rétablir la vraie forme Larhun, Larrun qui signifie « lieu de lande ».

190Laurigna 1 278 m, comm. de Banca.
Nom obscur qui rappelle Lauribar, peut-être dérivé de laur « quatre » (?). La finale pourrait être gaina « la hauteur ».

191Lecharra 992 m, comm. d'Alçay-Alçabéhéty-Sunharette.
Nom dérivé sans doute de leizar « frêne » dont la sifflante passe à x en Soule.

192Léchoukohéguia 600 m, comm. de Saint-Martin-d'Arrossa.
Nom obscur composé de lexu ou lexo + ko + hegi « crête ». Peut-être leze « gouffre » ou lexuin « fossé » (?).

193Leiciaguemendi 335 m, comm d'Ainharp.
Nom composé de leize « goufre » et de -aga « lieu » + mendi « montagne ».

194Leizar athéka 1 409 m, comm. d'Arnéguy.
Écrit Leïçarathéca chez P. Raymond. Nom composé de leizar « frêne » et de atheka « col ».

195Leizealdia 426 m, comm. de Juxue.
Nom composé de leize « goufre » et de alde « côte ».

196Lerdatzé 330 m, comm. d'Armendarits et de Saint-Esteben.
Nom composé de ler, leher « pin » + -d- + aitz « pierre, roche ». Soit « la roche des pins ».

197Liétamendy 272 m, comm. d'Ahaxe-Alciette-Bascassan.
Nom composé semble-t-il de ligi « boue » + eta « lieu » + mendi « hauteur ».

198Lindus 1 220 m, comm de Banca.
Écrit Lindux chez P. Raymond. D'une racine romane *lind- « limite ». Les terrains ont toujours été très disputés entre haute et basse Navarre.

199Lomendi 540 m, comm. d'Etchebar.
Nom qui semble composé de lohi « boue » (?) et mendi « hauteur ».

200Losco 1 108 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Il s'agit très certainement du souletin losco « bourbier, marais ».

201Lumaberdé 226 m, comm. de Biriatou.
Nom composé sans doute de l'espagnol loma « dos » et de berde « vert ».

202Machela 550 m, comm. de Sauguis-Saint-Etienne.
Nom signifiant « joue », c'est-à-dire « flanc, versant de montagne ».

203Malgorry 250 m, comm. de Bidarray.
Oronyme composé de la vieille racine pré-indoeuropéenne *mal « montagne » et de gorri « rouge ».

204Mandate 573 m, comm. de Biriatou et d'Urrugne.
Ce nom semble composé de mando « mulet » et de ale, alha « pâturage ».

205Matalon 439 m, comm. de Mauléon.
On a affaire sans doute ici à un nom gascon. La base est peut-être mata « hallier, taillis » connu en vieux castillan (espagnol moderne matorral « id. », béarnais matarâ « hallier »).

206Mataria 812 m, comm. de Lasse.
Écrit Mattaria chez P. Raymond. Peut-être de la base mata « hallier, taillis ». La finale pourrait être harri « pierre, roche ».

207Matchecortia 508 m, comm. de Gotein-Libarrenx.
Nom composé sans doute de mahats « raisin, vigne » et de gorte « aire, cour, enclos ».

208Mehalçu 648 m, comm. de Juxue et de Pagolle.
Écrit Méhalçu chez P. Raymond. Nom dérivé de mehe « étroit, défilé, col ». Le second élément pourrait être haltzu « aulnaie ».

209Mendibel 1411 m, comm. de Béhorléguy.
Écrit Mendibels chez P. Raymond. Nom composé de mendi « montagne » et bel « noire ».

210Mendibile 457 m, comm. d'Iholdy.
Nom composé de mendi « montagne » et de bil « ronde ».

211Mendichaharra 497 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom composé sans doute de mendi « montagne » et de xara « taillis » plutôt que xahar « vieux ».

212Mendicoi 201 m, comm. d'Aroue-Ithorots-Olhaiby.
Il s'agit peut-être ici de mendiko « petite montagne », sinon mendi-goi « haute montagne », ce qui s'accorde mal avec la faible altitude, bien qu'en basque, mendi puisse désigner des hauteurs très modestes.

213Mendicourré 345 m, comm. de Mendionde.
Nom composé de mendi « montagne » et de gorri « rouge, sec ».

214Mendikao 391 m comm. d'Hélette.
Il faut sans doute lire ce nom mendikoa « la petite montagne ».

215Menditipikobizkarra 872 m, comm. d'Itxassou.
Nom composé de mendi-tipi « petite montagne » et de bizkar « crête ».

216Mispiatségui 305 m, comm. de Chéraute.
Nom composé de mizpiratze « néflier » et de egi « lieu, bord, crête ». Soit « crête des néfliers ».

217Mitserki 800 m, comm. de Larrau.
Nom obscur.

218Mocorréta 680 m, comm. de Lécumberry.
Nom composé de mokor « motte » et du suff. -eta « lieu ».

219Mokoa 358 m, comm. d'Urrugne.
Nom sans problème, de moko « pointe, nez, bec ».

220Mondarrain 749 m, comm. d'Itxassou.

221Cet oronyme constitue un des pièges les plus redoutables que puisse trouver un chercheur non averti. Sous son apparence basque ou à la rigueur mixte, avec mond qui pourrait être roman et arrain qui pourrait être basque, se cache un ancien Montferrand complètement déformé et basquisé. Il apparaît dans l'enquête de 1249 sur la guerre de Thibaud Ier de Navarre en Labourd : castrum de Monte Ferrandi.

222Monhoa 558 m, comm. d'Urepel.
Il s'agit simplement de monho « colline, hauteur ».

223Mougaretta 259 m, comm. de Lohitzun-Oyhercq.
Nom composé de mugarri « borne » et du suff. locatif -eta.

224Mulhédoy 1 596 m, comm. de Larrau.
Nom composé d'un premier élément obscur et du suff. collectif -doi. Ce premier élément est peut-être une déformation de ambulo « asphodèle », soit une évolution ambula-doi > amuledoi > muledoi.

225Mulugagne 443 m, comm. de Juxue.
Nom composé peut-être de ambulo « asphodèle » déformé + gain « hauteur ».

226Murrubeltza 1 656 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de murru « sommet » et de beltz « noir ».

227Murruoin 603 m, comm. des Aldudes.
Nom composé de murru « sommet » et de oin « pied ».

228Murrutchégagné 1 035 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de murru « sommet » et peut-être de etxe « maison » + gain « hauteur » ou du suff. -tze.

229Murrutchipia 1 632 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de murru « sommet » et de txipi « petit ».

230Muruche 1 010 m, comm. de Lacarry-Arhan-Charritte-de-Haut.
Nom composé de murru « sommet » et du suff. collectif -tze.

231Nabarlatz 524 m, comm. de Sare.
Nom composé de nabar « de couleur variée » ou même « Navarre » et de latz « rude, abrupt » ou lats « cours d'eau ».

232Negoucharo 1 002 m, comm. d'Arnéguy.
Nom composé de negu « hiver » ou « neige » et de xaro/zaro « pâture ».

233Négumendi 1 307 m, comm. de Larrau.
Écrit Négumendy chez P. Raymond. Nom composé de negu « hiver » ou « neige », peut-être avec le sens de « pâture d'hiver » et de mendi « montagne ».

234Néthé 764 m, comm. de Hosta et d'Ibarrolle.
Nom obscur. Il s'agit sans doute d'un vieil oronyme pré-indoeuropéen. Hors du Pays basque, on trouve le pic de Nédé 1 648 m, (Ariège).

235Occabe 1 466 m, comm. de Lécumberry.
Écrit Occabé chez P. Raymond. Nom à mettre en relation avec le toponyme Occos (Okoze) et les Montes de Oca du Pays basque sud réinterprétés populairement par « monts de l'oie ». On pourrait y voir une vieille racine oronymique pré-indoeuropéenne apparentée à *jok-/juk-, elle-même forme affaiblie de l'oronyme pré-indoeuropéen kuk « hauteur ». On la retrouve dans le toponyme Jokoberro à Saint-Étienne-de-Baïgorry et peut-être dans Juxue. On aurait donc ici une forme réduite ok- suivie de -be « sous, en bas ». Soit « en bas de la hauteur ».

236Occostey 371 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry
Nom inséparable bien sûr du village d'Occos. Il faut donc traduire par « crête d'Occos », avec egi « crête » réduit à ei et -t- de liaison.

237Oianalékomendia 318 m, comm. d'Ossès.
Nom composé de oihan « forêt » + ale + ko + mendi « montagne ». Soit « la montagne de »

238Olalargy 747 m, comm. de Licq-Athérey.
Nom composé de ola « cabane » et de larre « lande » + egi « crête, bord ».

239Oneaga 381 m, comm. d'Urrugne.
Nom composé sans doute de one « colline » et de aga « lieu ».

240Orgambidesca 1445 m, comm. de Lécumberry et Larrau.
Nom composé de orga « charrette » + bide « chemin » + diminutif -ska, soit « le petit chemin des charrettes ».

241Orgamendy 639 m, comm. de Gamarthe, Larceveau et Ibarrolle.
Nom composé de orga « charrette » et de mendi « montagne ».

242Orhy 2017 m, comm. de Larrau.
Le nom de ce pic est obscur. Peut-être faudrait-il y voir orri « feuille » ou orre « genévrier » (?).

243Orisson 1 064 m, comm. de Saint-Michel.
Cet oronyme avait la forme Lorizun au XVIe siècle : Sancta Mariae Magdalenae de Lorizun. Mais cela ne prouve pas que le l- initial de cette forme soit vraiment étymologique. Il peut malgré tout s'agir de l'article français agglutiné. En 1686 on trouve Arisson : Sancta Maria Magdalena d'Arisson. C'est le nom d'un ancien prieuré et aussi celui d'un bois. On pourrait envisager d'expliquer ce nom à l'aide de orre « genévrier », suffixz -tz ou aitz « pierre » + un « lieu ».

244Otchogorrigagna 1 923 m, comm. de Larrau.
Écrit Otxogorry chez P. Raymond. Nom sans problème, composé de otso « loup » + gorri « rouge ou sec, dénudé » + gain « hauteur ». sans doute s'agit-il d'une allusion à l'aspect du lieu ou à quelque mythe ou récit.

245Otchogorritchipia 1 794 m, comm. de Larrau.
Nom composé de otso-gorri « loup rouge » et de txipi « petit ». C'est « le petit Otxogorri » par opposition au précédent plus élevé.

246Othamonho 762 m, comm. d'Hosta et de Saint-Just-Ibarre.
Nom composé de othe « ajonc » et monho « colline, hauteur », soit « hauteur des ajoncs ».

247Othegagne 513 m, comm. de Juxue.
Écrit Othégagne chez P. Raymond. Nom composé de othe « ajonc » et de gain « hauteur ». Soit « hauteur des ajoncs ».

248Otsamunho 901 m, comm. des Aldudes et de Banca.
Nom composé de otso « loup » et de munho « colline, hauteur ».

249Oyhergain 347 m, comm. de Lohitzun-Oyhercq.
Le nom de cette hauteur est certainement en rapport avec celui du village tout proche d'Oyhercq. C'est donc la « hauteur d'Oyhercq ».

250Oylarandoy 930 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Écrit Oillarandoy chez P. Raymond. Nom composé de oillaran « prunellier » (le terme goillaran « prunellier » est encore connu du dialecte roncalais) et du suff. -doi. Soit « ensemble de prunelliers ».

251Pagaburu 543 m, comm. de Lantabat.
Écrit Phagabure chez P. Raymond. Nom composé de pago « hêtre » et de buru « sommet, extrémité ». Soit « extrémité des hêtres ».

252Patarbeltcha 1 200 m, comm. de Lécumberry.
Nom composé de patar « forte pente » et de beltz « noir ».

253Patarramonho 881 m, comm. d'Urepel.
Nom composé de patar « forte pente » et de monho « colline, hauteur ». Le terme patar est un vieux terme substratique pyrénéen pré-indoeuropéen que l'on trouve aussi en gascon (gascon petarrè « penchant abrupt »). Cf. le pic Pétar(d) dans le département des Hautes-Pyrénées (2548 m). Le mot supporterait assez bien la comparaison avec le finnois pättärä « colline ». On le trouve aussi en dravidien (patar « colline »). Il n'a strictement rien à voir avec le français pente.

254Patzé 270 m, comm. d'Isturits.
Ce nom représente sans doute une contraction de pago « hêtre » suivi du suff. -tze.

255Péllusegagne 1 594 m, comm. de Larrau.
Nom obscur, sans doute dérivé d'une vieille racine pré-indoeuropéenne *pel var. de *pal/bal bien attestée en oronymie. On peut comparer avec la Pointe Pelouse en Haute-Savoie (2474 m). On est donc dans ce cas en présence d'une tautologie « hauteur de la montagne ».

256Penzezabala 493 m, comm. de Juxue.
Nom composé de pentze « pré » et de zabal « plat, large ». Soit « le plat ou plateau des prés ».

257Pista 1 779 m, comm. de Larrau.
Nom d'origine romane probablement. Cf. gascon pista « piste ».

258Saiberri 505 m, comm. de Sare.
Écrit Sayberry chez P. Raymond. Ce nom pourrait être une contraction de sabai « grange » suivi de berri « nouvelle », car on voit mal ce que voudrait dire « nouveau vautour ».

259Sakia Gagnékoa 1 374 m, comm. de Larrau.
Nom composé de saki « entaille, crevasse » et de gain « hauteur ».

260Sakiko Achourterrigagna 1 528 m, comm. de Larrau.
Écrit Achourtéry chez P. Raymond. Nom composé de saki « entaille, crevasse » pour le premier élément, et de axuri « agneau » + (h)arri « pierre, roche » + gain « hauteur » pour le second. Il y a en Soule une maison Axurbidegi « crête du chemin des agneaux ». La montagne ci-dessus se nomme donc « la hauteur du rocher des agneaux de la crevasse ».

261Salhagagne 1 053 m, comm. de Larrau.
Nom composé de salha « maison noble, salle » et de gain « hauteur ». Soit « salle d'en haut » ou « hauteur de la salle ».

262Saltéburia 970 m, comm. de Larrau.
Nom sans doute composé de zaltu « saut, forêt » (au sens du saltus latin) et de buru « sommet, extrémité » avec fermeture en i devant l'article. Le é de Salté demeure cependant inattendu.

263Saminékohéguy 533 m, comm. De
Le basque samin « goût acide » est peu vraisemblable ici. Il faut chercher une explication à partir de sagar-min « plantation de pommiers » ou à la rigueur à partir de lamina « lutin » qui se serait altéré par cacographie. Soit « crête de la plantation de pommiers ».

264Sare-Sare 806 m, comm. de Mendive.
Nom formé en apparence du redoublement de sare. En réalité il doit y avoir deux mots distincts à l'origine. D'une part sans doute sare « filet » et d'autre part xara « taillis, petit bois ». Le « filet » faisant sans doute allusion à une palombière.

265Sarimendi 1484 m, comm. de Larrau.
Nom composé de sarri « broussailles, taillis » et de mendi « montagne ».

266Sarleguigagna 636 m, comm. de Haux.
Nom composé sans doute de sari « fourré » ou xara « taillis » + l- de liaison + egi « crête » + gain « hauteur ». Soit « la hauteur de la crête des pommiers ».

267Saukalde 638 m, comm. d'Estérençuby.
Nom composé de sabuka « sureau » contracté en sauka et de alde « région ou côté ».

268Seineguy 593 m, comm. d'Ahaxe-Alciette-Bascassan.
Il existe un curieux nom identique mais avec la graphie Saint Héguy à proximité, sur la commune voisine de Lécumberry. Il s'agit d'un faux hagionyme (faux nom de saint). On analysera plutôt ce nom comme zeina « signe de croix » + egi « crête » ou à la rigueur à partir de itzain « bouvier » qui aurait perdu son premier élément.

269Selata punta 1 050 m, comm. d'Aussurucq.
Nom composé de zelai « plateau » et du suff. -eta « lieu ». Soit « pointe du lieu de plateau ».

270Sen Julian 476 m, comm. de Jaxu.
Nom roman passé en basque. Donc mont « Saint-Julien ».

271Sihigue 1 193 m, comm. d'Aussurucq.
Il s'agit du même nom que le village de Cihigue. De zihi « gland, chêne » ou « jonc » et aga « lieu ».

272Sombiague 861 m, comm. de Licq-Athérey.
Nom sans doute déformé. Peut-être à partir de halzu « aulnes » + be « en bas » + aga « lieu ». Cf. par ex. le toponyme Sumberraute qui est une forme réduite de haltzu-m-berro-eta « lieu du taillis des aulnes ». Le m est une anticipation de la labiale b.

273Sorhogain 820 m, comm. d'Urepel.
Nom composé de sorho « prairie, champ » et de gain « hauteur ».

274Soylandotchipi 551 m, comm. d'Hélette.
Écrit Soylando chez P. Raymond. Ce nom pourrait être une cacographie de ihitz-oilaran-doi « lieu des prunelliers de la jonchaie » + txipi « petit ». Sinon on peut aussi envisager zohi « motte de terre » comme premier élément.

275Subisia 568 m, comm. d'Urrugne.
Écrit Subissia chez P. Raymond. Ce nom semble comporter zubi « pont » comme premier élément, mais c'est peut-être trompeur. On peut aussi envisager un zuhi-tz « lieu d'arbres, de chênes » mal écrit.

276Suhalmendi 301 m, comm. de Sare.
Il s'agit probablement ici d'un composé de zuhar « orme » + mendi « mont, hauteur ». Soit « mont des ormes ».

277Tharta punta 1 521 m, comm. de Larrau.
Écrit Tarta chez P. Raymond. Nom composé de tartha « chêne vert » (forme souletine du plus général arte, arta « id. ») et de punta « pointe ». Soit « pointe des chênes verts ».

278Tourouna 220 m, comm. de Garris.
Nom roman, cf. gascon turon « touron », ici sous une forme basquisée.

279Toutoulia 983 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom d'origine expressive signifiant simplement « sommet » (tuturu, etc.).

280Trempetta 802 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom roman (gascon) sans doute, peut-être simplement « trempette » dans une région où il pleut beaucoup.

281Trépoyko cascoa 165 m, comm. de Méharin.
Nom probablement gascon, sans doute « le sommet des trois puys » (gascon tre(s)poéy).

282Tuc de Biscarrague 91 m, comm. d'Urcuit et d'Urt.
Nom composé du gascon tuc « hauteur, sommet » et du basque bizkar « id. » + aga « lieu ». Soit le « tuc du lieu de crêtes ». Comme mendi « montagne », le basque bizkar « dos, crête, etc. » peut s'appliquer à des petits sommets de faible altitude (ici 91 m). Cf. par ex. Biscarosse dans les Landes.

283Tuc du Bouc 51 m, comm. d'Urt.
Comme son nom l'indique ! Forme gasconne francisée.

284Tuquet 225 m, comm. d'Etcharry.
Nom gascon au diminutif. Soit « la petite hauteur, le petit tuc ».

285Ulhunaguerré punta 1 084 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé de ulhun « sombre », var. de ilhun « id. » + agerre « en vue ». Soit « pointe de l'endroit sombre (un bois ?) en vue ». Le terme ilhun « sombre » s'expliquerait bien par il-un « lieu sombre » (lieu de lune, de ténèbre) qui s'opposerait ainsi à egun « jour » qui serait eg-un « lieu de soleil ».

286Unkhugnérri 1218 m, comm. de Larrau.
Nom composé du souletin unkhü « souche » + un « lieu » + (h)arri « pierre, roche ». Soit « roche du lieu des souches ».

287Urchamendy 176 m, comm. d'Arbouet-Sussaute.
Nom composé de urso « colombe, palombe » et mendi « hauteur ».

288Urchilo 500 m, comm. de Saint-Martin-d'Arrossa.
Nom composé de ur « eau » et de xilo « trou ».

289Urculu 1419 m, comm. de Saint-Michel.
Écrit Urculo chez P. Raymond. On admet généralement que ce nom de montagne où domine la « tour » romaine bien connue est issu de urkulu « cercle », du latin circulum « id. ». On ne peut toutefois pas exclure d'autres hypothèses, comme par ex. un nom dérivé de urki « bouleau ».

290Urdanarré 1 240 m, comm. de Saint-Michel.
Nom composé de l'oronyme urd- « plateau » ou de urda-gain « haut plateau » contracté en urdan suivi de -arre qui peut être soit une var. de arri « pierre, roche », soit aurre « avant, devant ».

291Urdanasburu 1 233 m, comm. de Saint-Michel.
Nom composé de urda-gain « haut plateau » + aitz « pierre, roche » + buru « extrémité ». Soit « extrémité rocheuse du haut plateau ».

292Urdiakoharria 996 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom composé probablement de urd « plateau » + egi « crête, bord, lieu » + aga « lieu » + ko + harria. Soit « la roche du lieu de crête du plateau ».

293Uritzaray 200 m, comm. de Saint-Martin-d'Arberoue.
Nom composé de urritz « coudrier » et de garai « hauteur » contracté.

294Urritzgaray 273 m, comm. de Saint-Martin-d'Arberoue.
Nom composé de urritz « coudrier » et de garai « haut », soit « hauteur des coudriers ».

295Urrizpilota 935 m, comm. de Saint-Étienne-de-Baïgorry.
Nom composé sans doute de urritz « coudrier » + bil « tas, forme ronde, hauteur » + eta « lieu ». La graphie correcte serait donc Urritzpileta.

296Ursoa 455 m, comm. d'Ossès.
Nom composé en principe de urso « palombe » et aga « lieu ». Cependant on ne peut exclure totalement un rapport avec le nom même du village d'Ossès, ancien Orz-aiz dont le premier élément représente le viel oronyme *urz-, var. de urd-» plateau », attesté au Xe siècle (Urz-ahaiz).

297Ursuya 678 m, comm. de Macaye.
Nom composé de ur « eau » et du suff. -tsu. Soit « lieu où l'eau abonde ».

298Uthurri Hotchépunta 1 708 m, comm. de Larrau.
Nom composé de uthurri « source »(var. souletine de ithurri) + hotz « froide » + punta « pointe ». Soit « pointe de la source froide ».

299Utzigagna 1618 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom composé peut-être de uzi « partage » + gain « hauteur ».

300Xoldokocana 486 m, comm. de Biriatou.
Écrit Choldocogagna chez P. Raymond. Nom dont le premier élément est obscur, peut-être composé de saldo « troupeau » + ko + gain « hauteur ». Soit « la hauteur des troupeaux » (?).

301Zabozé 1178 m, comm. de Saint-Just-Ibarre.
Écrit Cabocé chez P. Raymond. Nom peu clair, sans doute constitué d'une forme réduite de zabarotz (attesté comme nom de maison médiévale) ou zabalotz.

302Zalgazareteitzaleta 797 m, comm. de Lécumberry.
Nom composé de deux parties bien distinctes : zalga-zahar-eta d'une part et itzal-eta de l'autre. Soit « lieu d'ombre (itzal-eta) du lieu de la vieille ivraie ». C'est bien l'un des noms les plus longs de la toponymie basque !

303Zarkindegui 860 m, comm. des Aldudes.
Écrit Sarguindéguy chez P. Raymond. Curieux nom peu clair. Ce pourrait être sarekin-degi « maison du fabricant de filets » ou une mauvaise graphie de hargin « maçon, tailleur de pierres » (?). Il y a en effet une maison Sarkindéa en contrebas de cette hauteur.

304Zazpigagn 1 765 m, comm. de Larrau.
Nom composé de zazpi « sept » et de gain « hauteur ». Soit « les sept sommets ».

305Zègnhaguia 1 240 m, comm. de Sainte-Engrâce.
Nom signifiant « lieu de signe ». C'est-à-dire sans doute « lieu où il faut se signer » (faire le signe de croix) ou bien à la rigueur « lieu du signal ».

306Zeztokokaskoa 495 m, comm. de Saint-Martin-d'Arrossa.
Nom sans doute composé de zuhaitz-to « petit arbre » très fortement contracté + ko + kasko « sommet ». Soit « sommet, hauteur du petit arbre ».

307Zohuta 575 m, comm. d'Urepel.
Nom qui semble être un soro-eta « lieu de champs » contracté.

308Zurrusta gaïna 700 m, comm. de Lasse.
Nom composé de zurrusta « chute d'eau » et de gain « hauteur ». Soit « la hauteur de la chute d'eau ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morvan, « Les noms de montagnes du Pays Basque », Lapurdum, 4 | 1999, 167-190.

Référence électronique

Michel Morvan, « Les noms de montagnes du Pays Basque », Lapurdum [En ligne], 4 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1551 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1551

Haut de page

Auteur

Michel Morvan

UMR 5478 du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Morvan M. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org