Navigation – Plan du site
Langue

Les onomatopées rédupliquées en basque souletin

Jean-Baptiste Coyos
p. 13-97

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie tous ceux qui m'ont aidé à recueillir ces références : Junes Casenave-Harigile, Jean-Louis Davant, Josune Olabarria de la bibliothèque Azkue de l'Académie de la langue basque à Bilbao, Ximun Peyran, la famille Etchebarne-Harrixuri à Mendy (Jean-Pierre, Anne-Marie née Bédaxagar et Agnès Macé née Etchebarne), la famille Etchebarne Jean-Baptiste à Mauléon (Jean-Baptiste (†), Thérèse née Eppherre et Jean-Pierre), à Chéraute Maiana Estécahandy-Halbide née Coyos et Marie-Hélène Estécahandy, et à Mauléon ma mère Agnès Coyos née Etchebarne. Que ceux que j'ai pu oublier me pardonnent.
Liste des abréviations, sigles et symboles
Adj. : adjectif
Adv. : adverbe
al. masc : forme allocutive familière masculine
al. resp : forme allocutive respectueuse
Béa. : béarnais
C : consonne
C. : commun (dictionnaire de Lhande)
Fx. : vocabulaire de l'abbé Foix (dictionnaire de Lhande)
L. G. : Lehen-ago Gaindagne
Litt. : littéralement
N : nom
N. : Navarre, dialectes bas-navarrais (dictionnaire de Lhande)
Onom. : onomatopée
V : verbe, voyelle
S. : Soule (dictionnaire de Lhande)
S. zalg. : Soule Sauguis (dictionnaire de Lhande)
* : forme impossible
, : syllabe accentuée (accent placé sur la voyelle)
( ) : son atténué, moins perceptible
: : voyelle longue
. : frontière (ou coupure) syllabique

Texte intégral

Introduction

1On a souvent signalé le nombre important d'onomatopées et leur emploi fréquent en basque. Si le phénomène de la réduplication d'onomatopées a également été souvent observé pour le basque, à ma connaissance il n'a pas été étudié de façon systématique. On trouve des occurrences dans les dictionnaires ou quelques lignes à leur sujet dans les grammaires mais pas d'études systématiques. Voir en bibliographie quelques travaux sur les onomatopées basques.

  • 1  Estudio sobre el euskera hablado, p. 257.

2Je cite ici Fray Diego J. de Alzo : « ...hay sin duda en el euskera un gran fondo de voces primitivamente onomatopéyicas, que por el uso han perdido su matiz de taies. El constructor del euskera aparece en contacto intimo con la naturaleza... copia sus sonidos haciendo de ellos su lenguage. Las voces onomatopéyicas dan al euskera una nota de primitivismo, de gracia y de candor »1. Il y a sûrement du romantisme, un raccourci simpliste, dans cette vision de la langue basque, de son origine, des onomatopées. Ceci rejoint le sentiment que j'éprouvais enfant en Soule en écoutant parler les bascophones dans mon entourage familial alors que je comprenais très peu la langue. Ce qui me frappait, c'était l'efficacité, la précision, l'aspect ludique et évocateur de ces locutions. J'étais donc sensible à leur caractère parfois imitatif mais aussi au « symbolisme sonore » et bien sûr à l'intonation et à l'accentuation qui accompagnaient ces onomatopées rédupliquées.

  • 2  Estudio sobre el euskera hablado, p. 257.

3On ne peut qu'être d'accord avec ce qu'écrit ensuite Fray Diego : « Sería lástima que por la falta de uso ya en el lenguaje hablado, ya en el escrito se fuera perdiendo, este tesoro onomatopéyico »2. Cette étude, en ce sens, a pour objet de présenter les onomatopées rédupliquées recueillies en Soule pour qu'elles ne sombrent pas dans l'oubli, même si le propre de toute langue est de changer, de perdre des mots, des expressions et d'en créer, d'en accueillir d'autres.

4Cette étude s'adresse aux amoureux de la langue, aux bascophiles et aux Souletins qui sont les premiers concernés dans la conservation de l'usage de leur parler basque. Elle s'adresse aussi aux linguistes qui trouveront des références, des données à comparer avec d'autres langues. C'est une contribution à la recherche, à la confirmation de quelques invariants linguistiques concernant la structure phonique des onomatopées, le symbolisme phonétique et l'utilisation à travers les langues d'onomatopées dans les champs notionnels des sons et des bruits, du déplacement et de l'activité au sens large. Je me suis intéressé ici à la langue actuelle, en faisant appel d'abord à des informateurs souletins avant d'utiliser des dictionnaires ou des lexiques. Il faut observer que toutes les onomatopées rédupliquées données ne sont pas admises par tous les informateurs ; certaines leur sont inconnues. Pour d'autres, ils les ont entendues mais ne les utilisent pas. L'enquête menée a été par force limitée. Il y a donc encore des études à faire. Voir en conclusion des perspectives possibles de recherche.

5Se pose en effet le problème de la complétude du relevé effectué. Je ne prétends pas que la liste ici proposée est complète. L'exhaustivité est difficile à atteindre dans le cas d'une langue à tradition, ou mieux à transmission orale jusqu'à il y a peu, comme c'est le cas avec le dialecte souletin. On a des variantes individuelles et géographiques qui ne sont pas aussi contraintes que pour les langues enseignées de longue date, fixées, normalisées par l'écrit. Qui peut affirmer que tel locuteur de Larrau, Barcus ou Pagolle n'a pas utilisé ou même n'utilise pas actuellement une forme non répertoriée ici ? Si quelqu'un connaît ou a entendu en Soule des onomatopées rédupliquées non répertoriées, je serais très heureux qu'il me les fasse connaître. Cela permettra d'augmenter le fonds en le rendant plus complet et plus sûr comme référence.

1. Présentation de l'étude

1.1. Le corpus - La composition de l'étude

6Le souletin est le dialecte basque le plus oriental parmi les trois parlés en France, au côté du bas-navarrais et du labourdin. A l'ouest se trouvent la province basque de la Basse-Navarre et au nord et à l'est le Béarn, province de langue d'oc. Au sud la Soule est en contact avec la région basque espagnole du Roncal où le dialecte a disparu depuis peu. Sa situation géographique, une vallée principale limitée au sud, à l'ouest et à l'est par des massifs montagneux, au nord par de vastes forêts, peut expliquer un certain isolement jusqu'à il y a peu et donc la survie d'un dialecte marginal au sens étroit du terme, ceci au contact du dialecte gascon béarnais. Le caractère circonscrit de ce travail, au plan géographique, ne signifie pas que le souletin serait différent des autres dialectes basques dans le domaine ici étudié. Ce sont d'autres recherches qui pourront éventuellement le montrer ou l'infirmer. Il convient de noter que dans le relevé le plus riche, même s'il n'est pas très important, celui de Fray Diego, beaucoup de références ont un correspondant identique ou proche en basque souletin.

7Toutes les références ont été données par des informateurs souletins, elles constituent ce qu'on appelle le corpus. Les dictionnaires sur le souletin n'ont été utilisés que pour vérifier si les onomatopées rédupliquées que les locuteurs citaient étaient référencées, pour leur proposer d'autres références auxquelles ils ne pensaient pas et pour relever si un emploi nominal, verbal... était possible. Certaines références ne se trouvent pas dans les dictionnaires : on les reconnaît car on ne donne pas de nom d'auteur entre parenthèses à leur suite. On l'a dit, toutes les références ne sont pas admises par tous les informateurs consultés et chacun a des préférences parmi les formes qu'il admet. Enfin quelques autres onomatopées rédupliquées ont été relevées dans divers textes (pastorales, récits, comptines).

1.1.1. Informateurs et corpus

• Informateurs ne connaissant ni l'orthographe souletine, ni le batu.

8Les informateurs souletins auxquels il a été fait appel dans un premier temps n'ont pas eu pour la plupart de contact avec le batu ou basque unifié. Ils ne connaissent pas non plus la norme graphique de leur langue maternelle. Ce sont des questionnaires par écrit auxquels ils ont répondu en se faisant aider pour la lecture, les réponses ont été recoupées et vérifiées ensuite parfois oralement. La liste obtenue auprès de ce premier groupe a été fournie à d'autres informateurs qui écrivent dans le dialecte avant de redonner les nouvelles références au premier groupe d'informateurs pour les recouper. Voici les deux avec qui j'ai un peu plus travaillé, en particulier la première citée.

  • Agnès COYOS (abrégé en A. C). Informatrice de référence, elle est originaire de Mendy dans les Arbailles en Basse-Soule. Au départ de la collecte, j'ai relevé oralement auprès d'elle plus de quatre-vingt références en incluant les variantes qu'elle donnait de mémoire mais sans qu'elle ait utilisé toutes les possibilités de variation, ni que je lui suggère d'autres onomatopées qu'elle connaissait. Ceci donne une idée de la richesse de ces locutions dans un idiolecte.

  • Ximun PEYRAN. Originaire de Garindein, il écrit depuis de nombreuses années dans le bimensuel Le miroir de la Soule, paraissant à Mauléon-Soule, un feuilleton intitulé Lehen-ago Gaindagne (« Garindein autrefois », dorénavant L. G. suivi du numéro du bimensuel). Je donne les occurrences d'onomatopées rédupliquées que j'y ai relevées en plus de ses réponses au questionnaire. Mais les phrases seront réécrites en orthographe basque (Peyran écrit « phonétiquement » les sons du basque avec l'orthographe du français). Même s'il s'agit de texte écrit, l'auteur s'exprime dans une langue familière, courante.

• Dictionnaires et lexiques

9Quand j'ai relevé une référence dans un des dictionnaires et lexiques souletins en ma possession (voir la liste en bibliographie), je donne l'auteur entre parenthèses. Il est courant dans les dictionnaires et les lexiques de ne pas donner l'origine des entrées (sauf dans celui de Lhande). Mon relevé peut contenir des oublis.

  • Azkue : forme référencée dans son Diccionario vasco-español-francés. On ne donne que les onomatopées rédupliquées indiquées comme souletines (ou communes avec d'autres dialectes) et en note celles de même forme données comme appartenant à d'autres dialectes.

  • Casenave-Harigile (abrégé en Cas.): forme référencée dans le dictionnaire Hiztegia II Eüskara-Français, Xiberotar eüskalkilik abiatzez ou qu'il m'a gentiment adressée par écrit. Quand il est seul à m'avoir indiqué cette référence, les autres informateurs ne l'acceptant pas, je l'indique : (seulement Casenave-Harigile).

  • Larrasquet : forme référencée dans le dictionnaire inclus dans Le Basque de la Basse-Soule Orientale. On indique quand Larrasquet donne le terme comme un emprunt au béarnais (ceci ne signifie pas qu'il a raison).

  • Lhande : forme référencée dans le Dictionnaire basque-français et français-basque (dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin), tome I, de P. Lhande. On ne donne que les onomatopées indiquées comme souletines (S. Soule, S. zalg. Soule Sauguis, Fx. vocabulaire de l'abbé Foix) ou communes aux trois dialectes du Nord (C. commun).

  • Mispiratçéguy : forme référencée dans le Dictionnaire français-basque Hitzthegi Eskuara-Frantses Grammaire.

10Ces dictionnaires nécessiteraient une étude mot à mot. On relèverait d'autres occurrences pour le souletin ou communes aux dialectes de France. Lhande s'est appuyé sur le dictionnaire d'Azkue comme il le dit d'ailleurs. De même Casenave-Harigile s'est appuyé sur le dictionnaire de Lhande. Ce qui fait qu'on trouve parfois pour certaines unités une définition identique, mot à mot dans les trois dictionnaires. On a indiqué les formes recensées, même celles que les informateurs du premier groupe ne connaissent pas lorsqu'elles sont données comme souletines (S., S. zalg. et Fx. ) ou communes aux trois dialectes du Nord (C.) dans les dictionnaires. Des formes données comme S. peuvent être aussi L. (labourdine) ou N. (bas-navarrais), on ne l'indiquera pas. Enfin je donne en note quelques références de textes, pastorales où j'ai rencontré des onomatopées rédupliquées.

11Les dictionnaires béarnais contiennent des références qui montrent les liens étroits entre le dialecte souletin et l'occitan gascon béarnais.

1.1.2. Composition du relevé de la deuxième partie

• La nomenclature et les entrées

  • 3  Builles, Manuel de linguistique descriptive, p. 76.
  • 4  Builles, Manuel de linguistique descriptive, p. 385.

12On appelle nomenclature « l'ensemble des unités significatives de la langue retenues et traitées par celui qui a confectionné le dictionnaire »3. Pour simplifier, plutôt que d'« unité significative », je parlerai de « mot ». Les mots sont doués « d'un signifié et d'un signifiant, on peut les classer soit en tenant compte de leur signifié (classement notionnel..., ou encore par thème), soit en tenant compte de leur signifiant (classement formel...) »4. Je proposerai les deux classements, dans la deuxième partie par ordre alphabétique (la forme graphique, le signifiant) et, dans la quatrième partie, par champ notionnel (le signifié, les thèmes auxquels renvoient les onomatopées rédupliquées).

  • 5  Builles, Manuel de linguistique descriptive, p. 77.

13On appelle entrée (ou adresse ou vedette) la forme en gras figurant en tête des articles d'un dictionnaire. « Chaque unité significative figurant dans la nomenclature et l'ensemble des informations regroupées à sa suite constituent ce que l'on appelle un article de dictionnaire »5.

• Les articles

L'orthographe et la notation phonétique

14On donne l'entrée en orthographe basque en italique et gras, exemple : banba banba. L'Académie basque (Euskaltzaindia) ne donnant pas de recommandations particulières pour la graphie du dialecte, je me référerai au dictionnaire de Casenave-Harigile, Hiztegia II Eiiskara-Français, qui est représentatif de l'usage qui se met actuellement en place en Soule. Voir en 1.4.3. Les signes de l'alphabet phonétique international sont utilisés pour la notation phonétique donnée a la suite entre crochets, exemple : [bã´ba bã´ba]. Ce sera une notation phonétique simplifiée. Voir ci-dessous en 1.4. le tableau des voyelles et des consonnes souletines. La notation phonétique est utile pour les non-bascophones qui voudrait connaître la prononciation des onomatopées.

Le sens de l'onomatopée rédupliquée : une potentialité

15On donne ensuite un sens approximatif entre guillemets, pour banba banba : « à grands coups (coeur, cloche) ». Donner le sens exact dune onomatopée relève parfois de la gageure. Ce sont le contexte et la situation qui délimitent ce sens. Il faudrait parler de la potentialité évocatrice de l'onomatopée plutôt que de son véritable sens. Ceci même si les locuteurs rattachent telle ou telle onomatopée rédupliquée à un objet précis, à une situation particulière.

16En effet l'onomatopée rédupliquée ne réfère pas à un objet, une entité mais à un comportement comme le bruit, à une action dans la réalité extralinguistique ou bien elle qualifie cette action. Les onomatopées rédupliquées sont des locutions appartenant à une classe syntaxique particulière différente de celle des noms ou des verbes qu'on pourrait inclure dans l'ensemble des adverbes. Seul le contexte peut éclaircir leur valeur sémantique malgré le caractère onomatopéique. On traduira ainsi par « bruit de... » ou comme ici pour banba banba par « à grands coups », car en français on n'a pas le correspondant onomatopéique exact. Traduire implique d'employer des mots (nom, verbes, adjectifs, prépositions, adverbes) qui ne sont pas des onomatopées du français.

17Dans certains contextes, les comptines en particulier, les onomatopées rédupliquées peuvent être utilisées uniquement pour l'effet sonore produit, sans véhiculer de sens particulier.

La composition des articles

18A la première ligne, après l'entrée en gras et italique on donne donc la notation phonétique puis une traduction entre guillemets. A la ligne en dessous de l'entrée, on donne une liste d'onomatopées rédupliquées dérivées (les variantes) ou de sens proche quand il s'agit de la première entrée de ce type pour le champ notionnel considéré. Ainsi avec banba banba le champ serait celui des coups redoublés, des mouvements brusques plutôt avec du bruit.

19On indique ensuite si l'entrée n'est pas admise par tous les informateurs ou si elle est peu sûre. A la ligne onomatopées (Onom.), on donne les occurrences identiques ou proches dans les dictionnaires et lexiques recensés, s'il y en a. On donne en quatrième partie l'emploi d'une des deux composantes de l'onomatopée rédupliquée comme nom (N : banba « bruit fort »), ou adjectif (Adj.), ou adverbe (Adv.), ou verbe (V), s'il y a lieu. Quand il n'y a pas de nom d'auteur entre parenthèses, c'est que cet emploi a été indiqué par un ou plusieurs informateurs. Quand l'emploi a été relevé dans un dictionnaire ou un autre type d'écrit, on donne entre parenthèses le nom de l'auteur.

20Enfin on donne un ou plusieurs exemples basques en italique avec la traduction en français mais en y conservant l'onomatopée rédupliquée. Les exemples sont soit construits par un des informateurs, soit entendus incidemment dans des conversations, soit relevés dans des textes écrits en dialecte souletin comme Lehen-ago Gaindagne de Peyran (L. G.).

Exemple d'article : zanpa zanpa

Exemple d'article : zanpa zanpa

1.2. Caractéristiques d'une onomatopée

• Le caractère onomatopéique et « l'arbitraire du signe »

  • 6  Dictionnaire de linguistique..., p. 334.

21Il est difficile d'établir le caractère onomatopéique d'un mot, même si au premier abord il semble qu'on ait affaire à une onomatopée. En effet « beaucoup d'unités apparemment onomatopéiques sont simplement le produit de l'évolution phonétique » observe-t-on à propos du français6. On peut supposer qu'il en va de même en basque. On parle dans ce cas de remotivation : la prononciation du mot a changé pour faire penser dans sa nouvelle forme à une onomatopée. A l'inverse, des onomatopées peuvent être altérées sous l'effet de l'évolution phonétique et ne plus être repérables.

  • 7  F. Skoda, Le redoublement expressif..., p. 38.

22Par ailleurs on a souvent dit qu'au contraire des autres mots de la langue, les onomatopées étaient « motivées », « non arbitraires » puisqu'elles sont imitatives. Il existe un lien analogique entre la forme phonique et le sens qu'elle véhicule. Ce qui n'est pas le cas des mots en général. Mais on le sait, des « sonorités identiques peuvent recevoir des traductions différentes selon les langues »7. Ceci dépendra du système phonétique de la langue considérée. On ne cherchera donc pas à justifier le caractère onomatopéique des unités référencées dans cette étude.

23Mais le fait que l'on rencontre dans de nombreuses langues a priori non apparentées la même base consonantique ou syllabique redoublée pour exprimer une même notion peut inciter à considérer celle-ci comme onomatopéique. On donnera en note quelques exemples, identiques ou proches de ceux du basque, en grec ancien et d'autres langues, indoeuropéennes ou pas, à partir de l'ouvrage Le redoublement expressif : un universal linguistique - Analyse du procédé en grec ancien et en d'autres langues de Françoise Skoda. Ils sont plutôt frappants.

24Pour être certain de ce caractère onomatopéique, il faudrait des enquêtes à très grande échelle à travers les langues du Monde les plus diverses. Quelques correspondances ne peuvent autoriser à trancher, c'est une règle générale en linguistique. Ces correspondances peuvent en effet être fortuites, ce ne sont alors que des ressemblances accidentelles. De plus le problème se complique avec la possibilité de l'emprunt de l'onomatopée qui oblige à vérifier le caractère onomatopéique dans la langue d'origine du terme considéré. Le travail proposé vise modestement à illustrer le phénomène pour le basque souletin et ainsi fournir des données pour une telle entreprise de comparaison à travers les langues.

25Enfin les caractéristiques syntaxiques des onomatopées rédupliquées, leur comportement grammatical, sont évoqués dans la deuxième partie, en 3.5.

• Le « symbolisme phonétique »

  • 8  Linguistique et anthropologie, p. 211.

26Certains linguistes font preuve d'une grande prudence face à ce qu'on a appelé le « symbolisme phonétique », le « symbolisme sonore », les « universaux iconico-phonétiques ». Benjamin L. Whorf parlait de « musique » des mots8. D'autres, parmi les plus reconnus, s'y sont consacrés très sérieusement (Sapir, Whorf, Jakobson, Fónagy...). Sans faire un travail poussé sur ce plan, on verra dans la troisième partie qu'en basque souletin on retrouve des faits, des corrélations qui ont été observés ailleurs par les spécialistes dans de nombreuses autres langues.

  • 9  Six leçons sur le son et le sens, p. 118-119.

27Citons Roman Jakobson : « En vertu des lois neuropsychologiques de la synesthésie, les oppositions phoniques sont à même d'évoquer des rapports avec des sensations musicales, chromatiques, olfactives, tactiles, etc. Par exemple l'opposition des phonèmes aigus et graves est capable de suggérer l'image du clair et du sombre, du pointu et de l'arrondi, du fin et du gros, du léger et du massif, etc. Ce « symbolisme phonétique » comme le nomme son explorateur Sapir, cette valeur des qualités distinctives intrinsèque, bien que latente, se ranime dès qu'elle trouve une correspondance dans le sens d'un mot donné, dans notre attitude affective ou esthétique envers ce mot et encore plus envers des mots de significations polaires »9, des contraires. Un son, même s'il n'a pas de signification, peut être donc évocateur, expressif, avoir un certain symbolisme.

1.3. Définitions de la réduplication et du redoublement

• Le redoublement

  • 10  Dictionnaire de linguistique..., p. 403.
  • 11  F. Skoda, Le redoublement expressif... p. 13.

28« On appelle redoublement la répétition d'un ou de plusieurs éléments (syllabes) d'un mot ou du mot entier... »10. Le redoublement peut être une répétition totale ou partielle de la syllabe considérée ou seulement une répétition d'une voyelle ou d'une consonne dans le mot. Il s'agit d'un procédé universel qui « conduit à l'étude de l'un des universaux du langage... La fréquence du redoublement dans les formes imitatives conduit à réfléchir sur le rôle de l'onomatopée dans la langue, sur le symbolisme sonore et la motivation du signe » [linguistique]... D'autres questions, supra linguistiques, se trouvent impliquées dans l'étude de ce procédé morphologique et sémantique, puisqu'il impose une réflexion sur la perception, la mentalité primitive, les formes de raisonnement, la conscience linguistique du locuteur» 11. On ne s'intéressera pas ici à tous ces domaines. Mais cette citation situe le cadre général dans lequel s'inscrivent les procédés linguistiques de redoublement et de réduplication, procédés généralisés à travers les langues.

• La réduplication

  • 12  Dictionnaire de linguistique..., p. 403.

29« On appelle réduplication le redoublement d'un mot entier »12. On essaiera ici de montrer au mieux comment le basque souletin utilise ce procédé. C'est seulement sur la réduplication que porte cette étude. Le mot entier peut être répété tel quel. Mais il peut subir aussi quelques modifications phoniques. On verra qu'elles obéissent à des règles, en particulier à celles qui relèvent du symbolisme phonétique.

• La place de la répétition dans l'activité langagière

30Le redoublement et la réduplication sont des procédés à part dans l'activité langagière : ils sont basés sur la répétition. La répétition est un principe que l'on retrouve dans la musique et la danse. Il est certain que la phonation expressive dont fait partie la réduplication procure du plaisir. Il y un aspect ludique évident lié au rapport qui s'établit entre l'expression linguistique et le jeu corporel.

31C'est ainsi que la répétition de sons, de mots, de groupes de mots est très utilisée dans le langage enfantin, dans les comptines, les proverbes, etc. En effet la répétition permet de jouer sur la polarité, l'opposition, la comparaison et aussi sur l'insistance, l'intensité. La répétition est expressive. Elle permet au locuteur de manifester son point de vue, sa subjectivité. Ce sera comme on le verra le rôle essentiel des onomatopées rédupliquées.

  • 13  Jakobson et Waugh, La charpente phonique du langage, p. 238.

32On utilise la répétition de mots, entiers ou pas, dans les langues »pour indiquer des concepts tels que la distribution, la pluralité, la répétition, l'activité habituelle, l'agrandissement, l'intensification, la continuité» 13.

1.4. Phonétique et phonologie souletines - L'orthographe

  • 14  Pour plus de détails voir Coyos, 1999, Le parler basque souletin des Arbailles, Paris, L'Harmattan (...)

33Voici un aperçu de la phonétique et de la phonologie souletines14.

1.4.1. Triangle phonologique des voyelles

34Les phonèmes vocaliques sont au nombre de 12 : 6 voyelles orales, 6 voyelles nasales.

1.4.2. Tableau phonologique des consonnes

35Les phonèmes consonantiques sont au nombre de 28.

16 Pour indiquer les occlusives [t] et [t] palatalisées on utilisera les signes [ʈ] et [d]

1.4.3. Orthographe du basque souletin et sons correspondants

• Les voyelles

• Les consonnes

36Je n'indique ici que les phonèmes dont la graphie diffère de celle du français.

1.5. Diversité de l'usage de la réduplication et du redoublement

37Dans cette dernière partie de l'introduction on va illustrer par quelques exemples, sans chercher à être complet, comment le redoublement et la réduplication tels que définis ci-dessus sont utilisés dans la langue tant au plan de la formation de mots, que de celui de l'emploi des mots et au-delà comme procédé stylistique dans les textes (oraux ou écrits).

1.5.1. Le redoublement dans la formation des mots

38Deux consonnes ou deux syllabes identiques : txitxa « poussin », lele ou llelle [ʎéʎe] « naïf, candide », gogo « pensée, volonté, intention, etc. », ttunttun « tambourin à cordes ». Dans ce dernier cas on comprend le redoublement puisqu'il s'agit d'un instrument qui produit des sons.

  • 15  En grec ancien sur les bases KA-KHA, KA-KH- sont formés des verbes « qui traduisent le rire aux éc (...)

39Trois voyelles identiques : züzülü « banc à tablette et tiroirs », karkaza « éclat de rire »15, añaña « jouet, amusement » (aux enfants).

40Quatre voyelles identiques : telepete « un peu bête, sot », tarrapata « tapage, tumulte, chute, course en faisant du bruit », kükürrükü « cri du coq ». Le redoublement est très fréquent dans les langues pour nommer les cris d'animaux ou les animaux eux-mêmes.

41La tendance poussée dans le dialecte à l'harmonie vocalique amplifie le nombre d'unités lexicales à deux voyelles successives identiques : ützüli « mordre », ützüli « retourner », ütürri « fontaine ». Dans ces exemples la voyelle est [i] à l'initiale dans d'autres dialectes au lieu de [u] ou [y] en souletin.

1.5.2. La réduplication dans l'emploi des mots : diversité des classes syntaxiques

42On sait que la réduplication est utilisée à des fins expressives et grammaticales variées dans les langues les plus diverses. Voici quelques exemples en basque souletin.

  • Le nom rédupliqué : txorta, ttortta ou kottera « goutte » donnent ttorta ttorta ou kottera kottera « goutte à goutte » par exemple. Ttorta ttorta arrabinetak hura galtzen dü. « Ttorta ttorta (litt. goutte goutte) le robinet perd l'eau ».

43On en donne quelques exemples dans la liste dans la deuxième partie : il semble qu'il y a une assez grande liberté du locuteur pour rédupliquer le nom de son choix.

44On trouve aussi le verbe ou le nom rédupliqué en jouant sur les voyelles : suppression du -a final dans tzalapast tzalapast « en éclaboussant » (de tzalapasta « éclaboussure », tzalapastatü « éclabousser »), changement de -ci-en -i- dans txipista txapasta « bruits dans l'eau » de txapasta « éclaboussure, grosse goutte ». J'ai inclu ces types parmi les onomatopées rédupliquées.

45Le nom rédupliqué hitz « mot » dans la formation d'une sentence : hitza hitz « une parole est une parole ». Le premier hitz est au défini, litt. « le mot mot ».

  • Le nom rédupliqué avec le cas intrumental -z sur le premier nom : bürüz bürü « face à face » (de bürü « tête »), mendiz mendi « de montagne en montagne » (de mendi « montagne »).

  • Le nom rédupliqué avec un cas locatif sur le second nom : erdi erditan « au milieu » (litt. « au milieu milieu » de erdi « milieu » avec l'inessif -n), zola zolatik « du fond » (litt. « du fond fond » de zola « fond » avec l'ablatif -tik).

  • Le nom rédupliqué avec le coordonnant eta : manü eta manü « ordre sur ordre » (litt. « ordre et ordre »).

46Avec les classes syntaxiques qui suivent, la réduplication a pour visée le renforcement, l'insistance : c'est le trait intensif.

  • Le pronom rédupliqué : le pronom intensif. Ber bera joan da. « Il est parti lui-même (tout seul) », de bera « lui (elle)-même ». Nihau nihauk egin dut. « Je l'ai fait moi-même », de nihau « moi-même » avec le cas ergatif suffixé -k. L'interrogatif : zoin zoini « auquel » de zoin « lequel » avec le cas datif suffixé -i» . L'ordinal : lehen lehenik « en tout premier » de lehen « premier ». L'indéfini : bedera bedera réalisé [bedébedéa] « chacun à part, un par un » de bedera « chacun (un) ».

  • Le démonstratif rédupliqué : hola « ainsi (plus proche) », hala « ainsi (plus éloigné) ».
    Hola hola ütz ezak. « Laisse comme cela (comme c'est) ».
    Hala hala egon da. « Il est resté comme cela ».

  • L'adverbe rédupliqué : Uste dit emeki emeki ebia jinen dela « Je pense que la pluie viendra doucement » (de emeki « doucement »). Noizta noizta « de temps en temps », de noiz « quand ». L'adverbe lehen « avant » rédupliqué avec le comparatif beno dans l'expression lehen beno lehen « au plus vite ».

  • Le suffixe diminutif du nom et de l'adverbe -ni : Emazü amiñiñi bat. « Donnez (singulier) un tout petit peu » de amiñi bai « un peu ».

  • L'adjectif qualificatif rédupliqué : bero beroa « très chaud », tinka tinka ou tintinka « très serré ». On exprime le superlatif absolu en répétant l'adjectif et en suffixant le déterminant défini -a au deuxième élément.

  • Le verbe rédupliqué avec le coordonnant eta : tira eta tira « tirant et tirant » (forme nue du verbe tiratü « tirer ». Le verbe rédupliqué sans le coordonnant eta : herresta herresta tiratzen dit barrioan « ... traînant traînant il le tire dans la cour » (Peyran L. G. 370), avec le verbe herrestatü « (se) traîner » dans sa forme nue.

47On a formé un nom de jeu de devinettes à partir de ikus « voir » : ikusi mikusi [ikhúʂi mikhúʂi] On reparlera de cette dernière construction dans la troisème partie. Des exemples en sont donnes dans le relevé, même si ce sont syntaxiquement des noms.

  • L'indice de personne (pronom personnel affixé dans la forme verbale) de datif : Erran deitadazü « vous me l'avez dit », litt. « me (-ta-) me (-da-) ».

  • Le cas répété : ihor ere « personne », littéralement « personne aussi » (avec ez, négation) ; ihork ere [íhurké] avec le cas ergatif -k suffixé au pronom indéfini ou [íhurkɛ́k] avec l'ergatif suffixé également à l'adverbe ere « aussi ».

1.5.3. Quelques domaines d'usage du redoublement et de la réduplication

48L'usage du redoublement dans les cris d'animaux a été signalé. On ne donnera pas ces cris dans la nomenclature, même s'ils sont souvent rédupliqués. Voici d'autres domaines d'emploi des procédés de répétition.

Le parler enfantin (ou en s'adressant aux enfants)

  • 16  En grec ancien on a « titthoi : seins, c'est-à-dire les bouts de seins » et des formes de base TI- (...)

49Exemples : attatta [áʈaʈá] « au revoir », buba « dodo, petit somme », hau hau [háw háw] « chien », jiji [ʒiʒí] « jouet », mimi [mimí] « douleur, bobo », ñaña [ɲaɲá] « fromage », ñeñe [ɲeɲé] « bébé », papa [phapá] « le pain », pupu [phupú] « sein », titi [thití] « sein, têton16, ttauttau [awʈáw] « roquet », ttette [ʈeʈé] « chien », txitxi [t∫it∫í] « viande », etc. Certains mots sont clairement des mots du lexique déformé, ñaña de gazna « fromage », d'autres peut-être pas. Le redoublement syllabique ou consonantique est généralisé dans ce qu'on appelle « le langage enfanti ». Il a ici valeur affective, hypocoristique.

  • 17  On en trouvera d'autres aux pages 64 et 65 de l'ouvrage de M. Duvert, B. Decha et C. Labat Jean Ba (...)

50Exemple d'énoncé complet avec ñiña « bébé » : Ñiña buba [ɲíɲa búba] « bébé, dodo » pour egizü buba « faites dodo ». Voici une comptine donnée par A. C, contenant cet énoncé17 :

Ñiña buba
Ñiñatto bubatto
Haurra da gaixtotto.

51 L'enfant, haurra, est « méchant, mauvais » gaixto parce qu'il ne dort pas, qu'il est fatigué, il faut donc qu'il dorme ; -tto est un suffixe diminutif.

  • 18  « Dans toutes les langues, les termes du langage « enfantin » sont caractérisés par le redoublemen (...)

52Ce procédé est universellement mis en oeuvre dans l'expression orale enfantine, il correspond à un stade de l'apprentissage du langage18. Le redoublement est souvent associé à la palatalisation des consonnes (la mouillure, ici tt et ñ). Dans Auren izkuntza, Euskaléŕiaren Yakintza, Azkue donne d'autres mots enfantins souletins avec redoublement. Par contre il ne donne pas certains de ceux-ci.

• Les diminutifs

53Exemples : aita « père », attatta « grand-père » avec redoublement de la deuxième syllabe et palatalisation de [t] en [ʈ] ; ama « maman, mère », amama « grand-mère » avec redoublement de la deuxième syllabe.

• Les jurons et blasphèmes

54Pour ne pas prononcer le nom de Dieu jinkoa [ʒikú(w)a] on le déforme et on redouble la syllabe initiale de son nom : ala jinjintzea avec (-tze pour –ko) > [álaʒiʒitsíja] ala hinhinkoa avec ([h] pour [ʒ] > [álahihikúwa]. La première syllabe redoublée permet d'être emphatique sans blasphémer. Le nom de Dieu est tabou dans un juron.

• L'appel des animaux :

55Qu'un appel soit répété ne surprend pas, la réduplication en est la traduction.

  • 19  En grec ancien sur la base PI-PI- est formé un verbe « qui évoque les cris aigus des jeunes oisill (...)

Le chochon : [ʈulú ʈulú]
Le canard : [gíʈa gíʈa] (béarn. guit « canard »)
La poule : [púʈina púʈina] (Lhande, cf. béarn. pouthine)
Le poussin : [pí : pí : pí : pí :]19, etc.

56Remarquer le [t] palatalisé familier, affectueux qui revient souvent.

57Ces redoublements syllabiques ou consonantiques ont une motivation sémantique, ils relèvent de certains champs sémantiques. Ce n'est pas le sujet d'étude, on le réserve aux onomatopées rédupliquées. Pour une étude fouillée sur ce point concernant les mots du grec ancien voir l'ouvrage de F. Skoda, Le redoublement expressif...

• Les proverbes, les maximes, les devises, les comptines...

58La répétition des mêmes sonorités à des fins expressives y est très courante. Mais alors les deux termes ne se suivent pas systématiquement comme dans les onomatopées rédupliquées. C'est un effet d'écho, d'alternance qui est recherché : on joue sur opposition et comparaison. Exemples :

  • un proverbe
    Nolako etxekoak
    Halako haurrak

59« Les enfants (haurrak) sont semblables aux parents (etxekoak) » (A. C).

    • 20  Manuel de Lekuona donne cette variante du Pays Basque Sud (Obras completas, tome 1, p. 615) :
      Baga, (...)

    une comptine (aux enfants)
    Baga biga
    Higa laga
    Boga sega
    Zahi zohi
    Bela friha
    Arma txori (Cas. et A. C.)20.

60C'est la suite des nombres de un à neuf : bat, biga, hiru, lau, bost, sei, zazpi, zortzi, bederatzü, avec remplacement de la dernière syllabe, consonne ou seconde partie de la diphtongue par -[ga] puis -[hi]. Ceci implique qu'on connaisse cette suite de nombres, qu'on ait repéré les frontières syllabiques, etc. Les comptines sont donc aussi des exercices pédagogiques de maniement de la langue, de sa transmission orale. Il y a donc au côté de la fonction ludique, une fonction éducative.

2. Les onomatopées rédupliquées par ordre alphabétique

  • 21  Palay , Dictionnaire du béarnais..., p. 34.

61amel amela [ámεl améla] « béatement, avec l'eau à la bouche »
Inconnue de certains informateurs.
Il semble qu'on a affaire à un adjectif rédupliqué amel avec le suffixe de défini -a. Mais on ne peut trouver amel seul comme un adjectif. Cette forme n'est pas attestée dans les dictionnaires référencés. Peut-être s'agit-il d'un ancien adjectif qui subsiste sous cette forme ou d'un emprunt au béarnais : amelà « faire du miel », amèlle « amande »21.
Txakürra ezürraren haidürü da amel amela. « Le chien attend l'os amel amela ».

62ami ama. ampi ampe, api apa « à souhait » (Lhande S.)
A. C. ne connaît pas.

63arri arri [ári ári] « sans arrêt »
aŕi (Lhande) « cri pour exciter les chevaux, mulets, etc. », aŕi-aŕi (Azkue, Lhande) « dada, monture » , arre ! « hue ! ' (Lhande C. , Cas.)
Amak manatzen dü neskatoa arri arri. »Maman commande la servante arri arri» .

  • 22  Cf. l'onomatopée française badaboum ! « bruit de chute ».

64badabim badabam [badabím badabám] « en faisant du bruit »22
banba banba, barrabim barrabam, barranba barranba, binba banba, binbi banba, birribim barrabam, birrinba barranba, birrinbi barranba, brinba branba, bunba bunba, burrunba barranba, burrunba burrunba
Non référencée dans les dictionnaires. Inconnue de certains informateurs.
Borta pusatü dü badabim badabam. « Il a poussé la porte badabim badabam ».

65banba banba [bã´ba bã´ba] « à grands coups (coeur, cloche) »
binba banba, binbi banba, bunba bunba, danga danga, dinga danga, dingi danga
N : banba « coup, bruit fort » banba bat [bã´ba bat] « un bruit fort », bamba (Mispiratçéguy) « coup de porte », (Larrasquet, Peyran L. G. 358, Cas.) « coup en général ».
... eta entzüten günüan ari, banba banba bortaren joiten. « ... et nous l'entendions, banba banba en train de frapper la porte » (Peyran).

  • 23  J. L. Davant l'entend répétée plutôt trois fois. En grec ancien la base redoublée BAR-BAR- est la (...)
  • 24  Fray Diego donne « Ura bar-bar egon » avec le sens de « L'eau est au stade du bouillonnement fort  (...)

66bar bar [bár bár] bruit du murmure, sans arrêt »23
bur bur, far far, kal kal, kar kar, mur mur, pal pal, par par, pur pur, tzur tzur
Onom. : bar-baŕ (Azkue, Lhande S.) « bruit produit par l'ébullition, un insecte, murmure », barbar (Cas.) « bruit d'ébullition, murmure »24, burburbur (Lhande S.) « onom. qui exprime du bouillonnement, des bruits d'eaux »
V : barbartu (Lhande) « marmonner »
Bar bar elestan ari da. « Il est en train de parler bar bar (sans s'arrêter) ».

  • 25  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne barrabin - barraban « avec fracas », p. 106.

67barrabim barrabam [barabím barabám] « rapidement, en faisant du bruit » Non référencée dans les dictionnaires25. Inconnue de certains informateurs.
Ari da sükaltearen xahatzen barrabim barrabam. « Elle est en train de laver la cuisine barrabim barrabam ».

  • 26  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne parrabis-parrabàs « ...écroulement ; avec fracas. (...)

68barrabis barrabas [barabíʂ barabáʂ] « n'importe comment, en faisant du bruit »
Inconnue de certains informateurs26.
Adj. : barrabas « maladroit, bruyant, impétueux », barrabas (Lhande)
« querelleur, impétueux », (Cas.) « querelleur, méchant »
Aize hegoak gaüzak barreiatzen dütü barrabis barrabas. « Le vent du Sud éparpille les choses barrabis barrabas ».

69barranba barranba [barã´ba barã´ba] « avec fracas »
N : barranba [barábá bat] « un grand bruit, fracas », (Cas.) « fracas ».

70barrasta barrasta [baráʂta baráʂta] « n'importe comment, avec des mouvements rapides
birrista barrasta, birrixta barraxta, birristi barrasta.

  • 27  Dans la pastorale Herriko semeak de Patrick Quéheille jouée à Barcus en 1998, page 65. Bibitin bab (...)

71bibitin babatan « et patati et patata » (Patrick Quéheille)27
Bibitin, babatan « Bibitin, babatan
Hatabue errekan Patatras dans le ruisseau
Ez diat sekülan ikusi Je n'ai jamais vu
Hainbeste ertzo herrokan. Txikito ! Tant de fous à la fois. Txikito ! »

72binba banba [bíba bã´ba] « coups répétés forts »
Onom. : bimba banba (Lhande S.), bimba-bamba (Larrasquet) « coup redoublé », binba-banba (Azkue, Lhande S.) « sonnerie de cloche »,
binba banba (Cas.) « à coups redoublés »
N : binba, barabanba (Peyran L. G. 358).
Zeinüa ebilten da binba banba. « La cloche sonne (marche) binba banba ».Arotzak joiten dü bürdüina binba banba. « Le forgeron frappe le fer binba banba ».

  • 28  Orpustan donne en navarro-labourdin bimpi-bampa « volée, suite de coups sonores », Basque et franç (...)

73binbi banba [bíbi bã´ba] « coups répétés forts », (Peyran L. G. 417)
Arotzak joiten dü bürdüina binbi banba.« Le forgeron frappe le fer binbi banba »28.

74birribim barrabam [biribím barabám] « rapidement, en faisant du bruit »
Inconnue de certains informateurs.
Ari da kanberaren egiten birribim barrabam. « Il fait la chambre birribim barrabam ».

  • 29  Birrinba-barranba : Azkue (bas-navarrais et roncalais) « maladroit, sans adresse ». Biŕinbibaŕanba(...)

75birrinba barranba [biríba barã´ba] « rapidement, en faisant du bruit »29
Mitila ari da lanean birrinba barranba. « Le domestique est en train de travailler birrinba barranba ».

76birrinbi barranba [biríbi barã´ba] « rapidement, en faisant du bruit ».

77birrista barrasta [biríʂta baráʂta] « brusquement, rapidement, avec bruit »
Onom. : birristabarrasta (Cas.) « n'importe comment »
Kaidera pusatzen du birrista barrasta. « Il pousse la chaise birrista barrasta ».
Ama birrista barrasta sükaltea xahatzen dü. « Maman nettoie la cuisine birrista barrasta ».

78birristi barrasta [biríʂta baráʂta] « brusquement, rapidement, avec bruit »
birristi-barrasta (Azkue, Licq) « gauchement, de n'importe quelle façon ».

  • 30  Lhande donne bliu-blau pour le Labourd « le bruit de plusieurs gifles, etc. ».

79blau blau [bláw bláw] « du bruit (gifles, objet qui tombe) » (seulement Cas.)30 plau plau
Onom. : blau (Azkue, Lhande S., Cas.) « bruit produit par une gifle, un objet qui tombe »
Bi beharrondoko eman zeion blau blau. « Il lui avait donné deux gifles blau blau ! ».

80brinba branba [bríba brã´ba] « n'importe comment »
Inconnue de certains informateurs.
Bo ! Ari dük lanean brinba branba. « Bon ! Il est en train de travailler brinba branba (al. masc) ».

  • 31  Briu brau dans la pastorale Pette Basabürüa de J. Casenave-Harigile, 1982, Pagola, p. 54. Briu bra (...)

81briu brau [bríu bráw] « mouvements brusques, en faisant du bruit »
fliu flau, friu frau
Onom. : briu-brau (Lhande C.) « précipitamment »31, brau (Lhande) « onom. d'une chute, du bruit produit par un coup », (Cas.) « bruit de chute »
Adv. : brau « brusquement »
Brau sükaltean sartü da. « Brau il est entré dans la cuisine ». Maddik kaiderak desplazatzen dütü briu brau. « Maddi déplace les chaises briu brau ».

  • 32  Remarquer l'expression Abisa bunba ! « Attention de ne pas tomber ! (à un enfant) ». Punpa est aus (...)

82bunba bunba [bũ´ba bũ´ba] « à grands coups »
Onom. : bunba-bunba (Lhande, S. zalg.) « à grands coups », bunbabanba (Cas.) « coup redoublé »
N : bunba « bruit sec » [bũ´ba bat] « un bruit sec »32, (Lhande) « bruit sourd d'une chute, du canon, du fusil, etc. », (Cas.) « bruit sourd ».
Bunba-bunba ari züzün. « Il travaillait bunba bunba » (Lhande, S. zalg.).

  • 33  Azkue la donne pour le Roncal. Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne parmi d'autres mot (...)

83bur bur [búrbur] « bruit continu, bouillonnement »
Onom. : burburbur (Lhande S., Cas.) « exprime du bouillonnement, des bruit d'eaux »33
... zointan ari beitzen bur bur ollo salda egosten. « ... dans laquelle était en train de bouillir bur bur le bouillon de poule » (Peyran L. G. 127).

  • 34  Lespy-Raymond donnent bourris-bourras « avec précipitation », Dictionnaire béarnais, p. 105.

84burra burra [búra búra] « rapidement, pas soigneusement »34
V : burratü « 1) avancer quelque chose rapidement, 2) tromper quelqu'un » Lana bürratü dü. « Il a avancé le travail ».
V : burratü (Lhande, du rom. bourra) « envoyer au loin »
Neskatoak lanak egiten dütü burra burra. « La servante fait les travaux burra burra (vite et mal) ».
Eia ! Lan hori ürrent dezagün burra burra, ebia horra beita. « Allons ! Que nous terminions ce travail burra burra, car la pluie arrive ».

85burrunba barranba « bruit sourd »

  • 35  En grec ancien la base redoublée BM-B- « suggère des bruits sourds, imprécis » (F. Skoda dans Le r (...)

86burrunba burrunba [burũ´ba burũ´ba] « bruit sourd » (ex. dünda « letonnerre »)35
N : burrunba « bruit fort, fracas »
er burrunba ! « Quel tapage, fracas ! » Otoa burrumbaz ari da. « La voiture fait du bruit ». Ühülgia (dünda) burrumbaz ari da.« L'orage tonne ».
N : burrumba (Lhande) « fracas, bruit sourd et intense en général », burrumba (Mispiratçéguy) « bruit sourd », (Larrasquet, emprunt béa. bourroumbé « grondement sourd ») « précipitation violente avec bruit sourd », burrunba (Cas.) « fracas, bourdonnement »
V : burrunbatü (Cas.) « bourdonner, retentir »
Otoa heltü da burrunba burrunba. « La voiture est arrivée burrunba burrunba ».
Ühülgia ari da burrunba burrunba.« Le tonnerre est en train de burrunba burrunba ».

87burrusta barrasta [burúʂta baráʂta] « en versant sans compter ».
burrusta burrusta, farrasta farrasta, pirrista parrasta, pirrista pirrista, pirristi parrasta, purrusta purrusta, tzirrista tzirrista, tzurrusta tzurrusta
N : burrusta « grosse quantité », (Cas.) « excédent, trop-plein »
Adv. : burrustaz (Lhande S.) « à flots, à profusion »
V : burrustatü « répandre en quantité (eau sale par exemple) », (Cas.) « répandre à profusion ».

88burrusta burrusta [burúʂta burúʂta] « en quantité »
C'est donc le nom rédupliqué.
Burrusta burrusta sosa igorten dü. « Il envoie (dépense) l'argent burrusta burrusta ».
Hura burrusta burrusta erorten da. « L'eau tombe burrusta burrusta (de la gouttière) ».

89dal dal [dáldal] « onom. du tremblement (fièvre, froid) »

90dar dar
Inconnue de certains informateurs.
N : daldal (Azkue, Lhande S., Cas.) « trépidation, tremblement », dildil
(Lhande S., Cas.) « frisson »
Ikara barraxta dü dal dal. « Il a un tremblement violent dal dal ».
Ikara da dal dal. « Il tremble dal dal ».

  • 36  Azkue et Zamarripa la donnent pour le biscayen avec le sens de boire à grandes gorgées. Fray Diego (...)

91danga danga [dã´ga dã´ga] « son de cloche uniforme (lors d'un incendie par exemple) »36
dinga danga, dingi danga
N : danga [dã´ga bat] « un coup de cloche », danga (Lhande) « en général coup, choc de deux corps, coup de cloche », danga (Larrasquet) « série de coups de cloche », (Cas.) « coup, choc, bruit de cloche »
Zeinüa danga danga ari da. « La cloche sonne (est en train) danga danga ».

  • 37  Zamarripa la donne pour le biscayen avec le sens de tremblement.

92dar dar [dárdar] « pour un mal lancinant »37
nar nar
N : dardar (Cas.) « tremblement, agitation, vibration »
Zankoko mina dar dar ari zitazü. « Le mal au pied dar dar est en train à moi (al. resp) » (Cas.).

93dilinda dilinda « en hésitant, en suspend » (Cas.).
A.C. l'utilise pour le battant d'une cloche.

94dilinga dalanga [dilíga dalã´ga] « façon de marcher en se dandinant, sans énergie, cahin-caha »
dilinga dilinga, dilingo dalanga.

95dilinga dilinga [dilíga dilíga] « façon de marcher en se dandinant, sans énergie, cahin-caha »
Dilinga dilinga haurra joaiten da eskolalat. « Dilinga dilinga l'enfant s'en va à l'école (il n'a pas très envie) ».
Behi hori zankoa kolpatürik badoa dilinga dilinga. « Cette vache blessée à la patte s'en va dilinga dilinga ».

  • 38  Lhande le donne pour le Labourd.

96dilingo dalanga [dilígo dalã´ga] « lentement, en se balançant, sans enthousiasme »
Inconnue de certains informateurs.
Adv. : dilingo « en suspend, hésitant » (Cas.)38
Astoa badoazü merkazale dilingo dalanga ari da. « L'âne s'en va au marché dilingo dalanga (al. resp) ».

  • 39  A rapprocher du français ou de l'anglais ding dong. Lespy-Raymond donnent dingue-dangue « oscillat (...)

97dinga danga [díga dã´ga]39 « son de cloche varié (pour l'office par exemple) »
Zeinüa dingo danga ari da. « La cloche sonne (est en train) dinga danga ».

98dingi danga [dígi dã´ga] « son de cloche varié ».

99düda müda [dýda mýda] « doute et hésitation »
Inconnue de certains informateurs.
Le premier élément est l'emprunt nominal düda « doute ». Il ne s'agit donc pas strictement d'une onomatopée rédupliquée. Déterminable par le pluriel, l'ensemble fonctionne comme un nom :
Düda müdak ützirik, delibero bat hartü behar dizügü. « Düda müdak laissés, nous devons prendre une décision (al. resp) ».

100dzirt dzart (Lhande, S. ) « onom. indiquant les coups »
dzist dzast, zist zast, zirt zart, zizti zazta. Voir aussi à sista sasta.
Refusée par certains informateurs.

101dzist dzast (Azkue, Lhande S., Cas.) « onomatopée de piqûres répétées, en sabotant le travail ».
Refusée par certains informateurs.

  • 40  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne estric-estrac « coup sur coup », p. 478. Lespy-Ra (...)

102estrik estrakʂtrík εʂtrák] « très pressé, toutes affaires cessantes, par surprise »
Non référencée dans les dictionnaires40. Admise par tous les informateurs.
Neskatoak lanak egiten dütü estrik estrak. « La servante fait les travaux estrik estrak ».

103Estrik estrak prestatü niz bedeziala joaiteko. « Je me suis préparé estrik estrak (à la hâte) pour aller chez le médecin ».

104far far [fárfar] « bruit continu, bouillonnement »
N : farfar (Mispiratçéguy) « bruit du feu », (Cas.) « friselis, bruit du feu dévorant »
Sopa herakitzen ari da far far. « La soupe est en train de bouillir far far ».

  • 41  Zamarripa la donne pour le biscayen avec le sens de mouvement doux.

105farra farra [fára fára] « rapidement, furtivement avec bruit très léger (animal qui se faufile) »41, (Peyran L G. 417)
fia fia, firri firri, fiu fiu, fliu flau friu frau
Onom. .farrafarra (Azkue, Lhande G, Cas.) « à profusion »
Sagü bat kantüan igaran zait farra farra. « Une souris m'est passée farra farra ».
Süa ari da farra farra. « Le feu et en train (brûle) farra farra ».

106farrasta farrasta [faráʂta faráʂta] « avec rapidité, bruit assez léger »
farraxta farraxta, fîrrista farrasta, firristi farrasta, fîxta fixta, fîxti
faxta,flistiflasta,frista frista, parrasta parrasta
Onom .farrast, parrast (Cas.) « bruit de déchirure »
N : farrasta « égratignure en long (dans les roses par exemple) », faŕasta (Lhande) « bruit d'objets que l'on traîne, remue, frotte, de liquides que l'on répand et coulent avec force, que l'on agite, émotion ressentie, action faite avec précipitation... »

107farraxta farraxta [faráʃta faráʃta] « avec rapidité, bruit assez léger »
Ama ari da faraxta faraxta sükaltean eratzaren igaiten. « Maman s'active farraxta farraxta dans la cuisine à passer le balai ».

108fia fia [fíja fíja] « à petits pas rapides, sans bruit »
Ama badoa fia fia komisioneka. « Maman va fia fia aux commissions ».

109firri firri [fíri fíri] « rapidement, furtivement »
Laminak : barda firri firri eta gaur farra farra. « Les lutins : hier soir firri firri et ce soir farra farra » (Cas.).

  • 42  Casenave-Harigile donne aussi firifara « sans attention », firifîri « giration ».

110firrista farrasta [firíʂta faráʂta] « avec rapidité, bruit léger »
N : firrista « petite quantité, traînée » : ebi firrista bat « un peu de pluie », kaka firrista bat « une traînée de caca », firrinta, firrita (Cas.) « mouvement brusque et violent »42
Ama ari da firrista farrasta sükaltearen xahatzen. « Maman nettoie la cuisine firrista farrasta (bruit du balai) ».

  • 43  Firristi-farrasta : Azkue (bas-Navarrais Salazar), Lhande (bas-navarrais) « gâcher, travailler san (...)

111firristi farrasta [fríʂti faráʂta] « avec rapidité, bruit léger »43.

112fiu fiu [fíu fíu] « rapidement, furtivement »
Fiu fiu joan behar diagü. « Fiu fiu nous devons partir (al. masc) ».

113fîxta fixta [fíʃta fíʃta] « rapidement, sans bruit, comme un serpent » Sagüa igaran da fîxta fixta. « La souris est passée fîxta fixta ».

114fixti faxta [fíʃti fáʃta] « précipitamment, mouvements inconsidérés » (Lhande, Cas.).
Refusée par certains informateurs.

  • 44  Page 66 de l'ouvrage cité en note au paragraphe 1.5.3. Jean Baratçabal raconte...

115flikun flakun [flikún flakún] dans une comptine, difficile à traduire44.

116flisti flista [flíʂti fláʂta] « rapidement en sifflant »
... flisti flista azote bat bezala « ... flisti flista comme un fouet » (Peyran L. G. 414).

117fliu flau [flíu fláw] « bruit léger »
Aizeak iharrausten dütü oihalak fliu flau. « Le vent secoue le linge fliu flau ».

  • 45  Dans le texte polycopié Lehenago Gameren... de Kadet Oxibar (que m'a donné l'abbé Jean Eppherre), (...)

118frin fran frin fran45 « onom. du bruit du fauchage de l'herbe (belar epaitea) »
... frin fran frin fran, zoin lehentaka, sail hura ülüneko ebaki behar ziela.
« ... frin fran frin fran, à qui mieux mieux, ils devaient faucher cette andain avant l'obscurité ».

119friu frau [fríu fráw] « bruit léger »
Sagü bat kantüan igaran zait friustaz / friuntaz. « Une souris m'est passée à côté friustaz / friuntaz ».

120frista frista [fríʂta fráʂta] « rapidité, sans bruit »
N : frixt « disparition soudaine » (Lhande, Cas.)
Adv. : frixt « brusquement » Frixt galdü da. « Frixt il a disparu ».
Adv. frixtaka (Cas.) « soudainement ».
Kantüan igaraiten zait frista frasta hain beit zen presan. « Il me passe à côté frista frista tant il était pressé ».

  • 46  Lhande la donne pour le Labourd.

121fristifrasta « n'importe comment » (Cas.)46.

122gargar [gár gár] « tout en flammes » (Cas.)
N : gar « flamme », gargara (Cas.) « bourdonnement, murmure de l'eau ». C'est donc une répétition du nom gar.
Süa gargar erratzen düzü. « Le feu brûle gargar (litt. flamme flamme, al. resp) » (Cas.).

  • 47  On note que cette onomatopée existe aussi en français : guiliguili. En grec ancien la base redoubl (...)

123gili gili [gilí gilí] « action de chatouiller »47
N : gilika « chatouille », gili « chatouillement » (Azkue, Lhande)
Adj. : gillikor « chatouilleux »
V : gili gili egin [gíli gíli égin] ou kili kili egin « faire gili gili », gilikatü « chatouiller » (ou kilikatü), gilikatü « chatouiller » (Azkue, Lhande S.), gillikatü « chatouiller » (Cas.).

124gruñi gruña [gruɲí gruɲá] « grognements »
Voir à putti putta « baisers » l'enchaînement de trois onomatopées rédupliquées dont fait partie gruñi gruña .

  • 48  Lhande la donne pour le Labourd, Zamarripa pour le biscayen, Azkue pour les dialectes du Sud et le (...)

125gurgur « gargouillement » (Cas.)48.
Inconnue de certains informateurs.

  • 49  Hiŕunhaŕun : Lhande (C.) « tohubohu, désordres et altercations ». A. C. ne connaît pas.

126hafla hafla [háfla háfla] « goulûment, en faisant du bruit »49

127hanbla hanbla, zafla zafla, zifla zafla
Refusée par certains informateurs.
Hafla hafla xerriak bazka jaten dü. « Hafla hafla le porcelet mange la nourriture ».

128hanbla hanbla [hã´bla hã´bla] « goulûment, en faisant du bruit »
Refusée par certains informateurs.
Hanbla hanbla xerriak bazka jaten dü. « Le porcelet mange la nourriture hanbla hanbla ».

  • 50  Lhande la donne pour le Labourd.

129hapa hapa « hors d'haleine »
Inconnue de certains informateurs.
hapahapa (Cas.) « hors d'haleine »50
Haurra hapa hapa goiti joaiten da. « L'enfant hapa hapa monte ».

130hatafla hatafla [hatáfla hatáfla] « bruit régulier en traînant »
Johañek eskalanpoak jarraikarazten dütü hatafla hatafla. « Jean fait suivre (traîner) ses sabots hatafla hatafla ».

  • 51  Peut-être du démonstratif de distance proche hau « ceci, celui(celle)-ci, cet(tte) ».

131hau hau [háw háw] « vantard, pas sérieux »51
Emploi nominal direct. Hau hau « chien » (aux enfants)
Pronom, adj. : hau démonstratif de distance 1 « celui(celle)-ci, ceci »
Gizon hau hau hau handïa da. « Cet homme-ci est un grand hau hau ».

132her her « en traînant les pieds ».
Inconnue de certains informateurs.

133herreil herreil [herɛ́ʎ herɛ́ʎ] « en traînant ».
Txakürra mankatürik beit da
herreil herreil horra da.« Parce qu'il est blessé le chien herreil herreil arrive ».

134herreil terreil [herɛ́ʎ terɛ́ʎ] « en traînant (les pieds) »
Adj. : terreil « 1) indiscipliné ; 2) bavard » (Lhande, Cas.).

135herrest terrest [herɛ́ʂt terɛ́ʂt] « en traînant (les pieds) »
Onom. : heŕest-teŕest (Lhande C.) « onom. rendant le bruit de quelque chose qui traîne, objets en désordre, marche pénible », (Cas.) « en traînant les pieds »
V : herrestatü, therrestatü [therεʂtáty] « (se) traîner », (Lhande C., Cas.).
C'est donc plutôt un verbe rédupliqué (voir en 1.5.2.), mais avec la perte du -a final qui en fait partie.

136hipa hipa « à gros sanglots »
Refusée par la plupart des informateurs.
N : hipa « sanglot » (Lhande C, Cas.). C'est donc plutôt un nom rédupliqué (voir en 1.5.2.).

137hü hü [hý hý] « prétentieux, orgueilleux, qui se prend pour quelqu'un » Emploi nominal direct.
N : hühü (Azkue, Lhande, Cas.) « prétention, orgueil »
Gure aüzoa hü hü handiko gizona da. « Notre voisin est un homme de grand hü hü (péjoratif) ».

  • 52  Lespy-Raymond donnent hurrupa « boire à petites gorgées, siroter », Dictionnaire béarnais, p. 336. (...)

138hürrüpa hürrüpa [hyrýpa hyrýpa] « bruit de l'ingestion d'un liquide »
N : hürrüpa « gorgée », (Lhande, Cas.). C'est donc plutôt grammatical, le nom est répété « gorgée à gorgée »
V : hürrüpatü « absorber un liquide, prendre une gorgée »52
Hürrüpa hürrüpa edaten dü. « Hürrüpa hürrüpa il boit ».

139ikusi mikusi [ikhúʂi mikhúʂi] « jeu oral de devinettes de mots dont on donne l'initiale », (Lhande, Cas.) Le premier élément est le verbe ikus « voir ». Il ne s'agit donc pas strictement d'une onomatopée rédupliquée.

140jarru jarru [ʒáru ʒáru] « à petits coups, sans arrêt »
Refusée par certains informateurs.
Jarru jarru sagüa ari da arto bihiaren jaten. « Jarru jarru la souris est en train de manger le grain de maïs ».

141jiga jaga [ʒíga ʒága] « bruit de l'aller-retour » (de la scie par exemple)
jigu jaga
Aita eta mitila ari dira jiga jaga segatzen. « Papa et le domestique sont en train de scier jiga jaga ».

  • 53  Lespy-Raymond donnent zigo-zago « le bruit qu'un coup fait allant et venant », Dictionnaire béarna (...)

142jigu jaga [ʒígu ʒága] « bruit de l'aller-retour »53
Aita eta mitila ari dira jigu jaga segatzen. « Papa et le domestique sont en train de scier jigu jaga ».
Makilaz jigu jaga xiloa handitzen dü. « Avec le bâton jigu jaga il agrandit le trou ». Ce deuxième exemple de X. Peyran n'est pas admis par la majorité des informateurs.

143jigu jigu [ʒígu ʒígu] « petits coups »
zigu zigu
Refusée par certains informateurs.
Maider Petteri ari da jigu jigu beso kaldüz. « Maddi est en train de (donner) jigu jigu des coups de bras à Pierre ».

  • 54  Kal-kal : Azkue, Lhande (Bas-Navarrais, Labourd) « bruit de l'ébullition ». Orpustan donne pour le (...)

144kal kal [khál khál] « bouillonnement, bruit régulier »54.
Inconnue de certains informateurs.

  • 55  Zamarripa donne kar-kar-kar en biscayen pour le rire trop bruyant, Orpustan pour le navarro-labour (...)

145kar kar [khár khár] « bouillonnement, bruit régulier »55
N : gar flamme, ardeur , kar dans les mots composes, kar (Lhande, Cas.) « flamme, ardeur »
Zopa ari da kar kar herakitzen. « La soupe est en train de bouillir kar kar »

146karra karra [khára khára] « bruit léger de grignotement, de grattement »
karru karru, kra kra, krak krak, krask krask

  • 56  Kañü-kañü : Lhande (S.) « peu à peu ». A. C. ne connaît pas.

147karru karru [kháru kháru] « bruit de grattement »56
Refusée par certains informateurs.
khaŕakatü « gratter, ratisser, racler » (Lhande), karrakatü (Cas.) « idem »
N : karrakatze « grattement », V : karrakatü « gratter, racler »
Maddia ari da karru karru bürüan hazkatzen.« Maddi est en train de se gratter karru karru la tête ».
Amañi ari da karru karru baratzean hazkatzen. « Maddi est en train de gratter karru karru au jardin ».

148kau kau [káw káw] « tendre la main, quémander »
Urtatsean haurrak joaiten ziren kau kau bortaz borta.« Au premier de l'an les enfants allaient kau kau de porte en porte ».

  • 57  En grec ancien la base redoublée KER-KH- traduit des « sons rauques » ... « des quintes de toux et (...)

149kehü kehü [kehý kehý] « bruit de la toux »57
Ari nündüzün kehü kehü. « J'étais en train de (tousser) kehü kehü (al. resp) ».

150killi killi [kíʎi kíʎi] « tout doucement »
Inconnue de certains informateurs.
A distinguer de kili kili [kilí kilí] / killi killi [kiʎí kiʎí] « action de chatouiller ». Ikasle auherra badoa killi killi eskolalat. L'écolier paresseux s'en va killi killi à l'école ».
Ari da lanean killi killi. « Il est en train de travailler killi killi ».

151kirriska karraska [kiríʂka karáʂka] « bruit sec, craquement »
kirrixka karraxka, kirriski karraska, kirrixka karraxka, kiska kaska, kiski kaska, kis kas, kixka kaxka, kix kax, kixki kaxka, klixka klaxka, krixka kraxka, kurruska kurruska, kurruxka kurruxka
N : karraska, karraxka « grand bruit, craquement », kaŕaska (Lhande) « craquement », kaŕaxka (Lhande S.) « turbine », karraxka (Mispiratçéguy) « grincement, craquer », karraska (Larrasquet, emprunt béar. carrascá « jacasser, grincer, faire le bruit d'une crécelle ») « bruit particulier d'un craquement prolongé », kirriska (Cas.) « grincement »
V : karraskatü, karraxkatü, karraskatu (Lhande S., Cas.) « craquer, ronger, gratter »

152kirriski karraska [kiríʂki karáʂka] « bruit sec, craquement ».

153kirrixka harraxka [kiríʂka karáʂka] « bruit sec, craquement »
Ühülgia ari da kirrixka karraxka.« Le tonnerre est en train kirrixka karraxka ». Kirrixka karraxka ari da sagarraren jaten. « Kirrixka karraxka elle est en train de manger la pomme.

154kis kas [kíʂʂ] « du bruit sec, bref »
Adv. : kiskask (Cas.) « à coups redoublés »
Marteilüarekin kis kas ari da joiten. « Avec le marteau kis kas il est en train de frapper ».

  • 58  Azkue donne kiska-kaska pour le Roncal : « pif paf, pan pan, de l'action de frapper quelqu'un ». L (...)

155kiska kaska [kíska káska] « bruit sec, répété »
Onom. : kiska kaska (Larrasquet) « à coups redoublés et bruyants »58.
N : kiska « fêlure, léger coup », kaska « coup, choc », kuska « coup sourd », kaska (Lhande, Peyran L. G 358) ) « choc, coup », (Larrasquet) « choc, heurter, (un objet) », kixka (Lhande) « coup de », kiska (Cas.) « coup de » V : kiskatü « briser un coin, fêler (oeuf) », (Larrasquet, emprunt béar. cascá) « taper, briser en frappant »

  • 59  Azkue et Zamarripa la donnent pour le biscayen avec le sens de bruit de la grêle, Azkue « tapoter (...)

156kiski kaska [kíski káska] « bruit sec, répété »59.

  • 60  Lhande la donne pour le Labourd.

157kiskun kaskun « bafouillant » (seulement Cas.)60
Eüskara mintzatü kiskun kaskun. « Le basque parlé kiskun kaskun ».

158kix kax [kíʃʃ] « du bruit sec, bref »
Süak kix kax txinkak igorten dütü. « Le feu kix kax envoie les étincelles ».

159kixka kaxka [kíʃki káʃka] « bruit sec, répété »
Mitilak kixka kaxka egürra hausten dü.« Le domestique kixka kaxka casse le bois ».

160kliski klaska [klíʂki kláʂka] « bruit de claquements répétés », (Peyran L. G. 415)
Onom. : klaska (Lhande, Cas.) « de claquement, de craquement »
N : klixka « coup sec (fouet) », klaska « coup plus fort (tonnerre) », klixka (Lhande) « clignotement, coup de fouet », kliska (Azkue, Cas.).
V : klaskarazi « faire claquer », klaskatü (Lhande, Cas.) « claquer (dents) »

161klixka klaxka [klíʃka kláʃka] « bruit de claquements répétés »
Eskalanputari klixka klaxka Maya badoa eskolalat. « Klixka klaxka Maya s'en va en sabots (de bois) à l'école ».

162kluka kluka [klúka klúka] « à grandes gorgées, glouglou »
Kluka kluka ardu godalet bat hüsten dü. « Kluka kluka il vide un verre de vin ».

163kra kra [krá krá] « bruit léger de grignotement »
Référence peu sûre, plusieurs informateurs hésitent, d'autres refusent.

164krak krak [krák krák] « bruit de grignotement »
Adv. : krak « brusquement, soudainement », (Larrasquet), « soudainement, bruit d'une chose qui craque » (Lhande, Cas.)
Sagüa graneran krak krak ari da arto jaten. « La souris dans le grenier krak krak est en train de manger du maïs ».

165krask krask [kráʂk kráʂk] « bruit de grignotement »
Onom. : krask (Azkue, Cas.) « du bruit d'éclatement ».

166kriski kraska [kríʂki kráʂka] « bruit de craquement, grincement »
kriska kraska, krixki kraxka
Onom. : kraska (Lhande C.) « crac, patatrac, onom. du bruit que produit l'éclatement d'un objet », krisk (Azkue, Lhande, Cas.) « d'éclatement de petites choses ».

167krixka kraxka [kríʃka kráʃka] « bruit de craquement, grincement » (oski berriak « les chaussures neuves »)
Sagarraren jaten ari da krixka kraxka. « Il est en train de manger la pomme krixka kraxka ».

168kuñi kuña [kuɲí kuɲá] « coups »
Voir à putti putta « baisers » l'enchaînement de trois onomatopées rédupliquées dont fait partie kuñi kuña.

169kurruska kurruska [kurúska kurúska] « du bruit de craquement, quand on croque »
N : kurruska « craquement », (Azkue) « borborygme », (Cas.) « craquement »
V : kurruxkatü « croquer », kurruska (Lhande, Mispiratçéguy) « fendre », (Larrasquet, couscá « fêler, craquer ») « fracasser »
Johañek honttoak jaten diitü kurruska kurruska. « Jean mange les bonbons kurruska kurruska ».

170kurruxka kurruxha [kurúʃka kurúʃka] « du bruit de craquement, quand on croque ».

171kutxu kutxu [kútʃu kútʃu] « lentement, sans discontinuer »
kutzu kutzu (plus fort), kux kux
Adj. kutzu (Larrasquet, emprunt béar. cussoú « quelqu'un qui est trop mou pour sortir de chez lui ») « mou, lent », kutzu-kutzu (Larrasquet) « d'un pas indolent et mou »
Betik kutxu kutxu amañi lanean ari da. « Toujours kutxu kutxu grand-mère est en train de travailler ».

172kux kux [kúʃʃ] « lentement, à petits pas »
Jente xaharra kux kux badoa. « La vieille personne s'en va kux kux ».
Ez, ez, ebilten düzü bena harahonakatzen kux kux. « Non, non, il marche mais va et vient kux kux(al. resp) » (dialogue authentique).

  • 61  Sûrement de ikusi « voir ». Azkue donne kuzkuz (Guipuzcoa et Roncal) « observation ».

173kuz kuz [kús kús] « quand on rôde, on épie »61
V : kukuxkatü, kukuzkatü « épier, espionner »
Adv. : kukuskan, kukuxkan « épiant, espionnant »
Kukuskan ari da. « Il est en train d'épier ».
Küriusa beti ari da kuz kuz . « Le curieux est toujours en train de kuz kuz(rôder, fureter) ».
Kuz kuz zokokan ari da. « Kuz kuz elle est en train de fureter ».

174laka laka [láka láka] « (boire) vite, en faisant du bruit »
llapa llapa, laka lakaLaka laka edaten ari da. « Laka laka il est en train de boire ».

  • 62  Palay donne lapá « laper, boire... », Dictionnaire du béarnais..., p. 605 et lipe-lape « onom. d'u (...)

175lapa lapa [lápa lápa] « (boire) en faisant du bruit »
Refusée par quelques informateurs62.
Onom. : lapa-lapa (Lhande S. zalg., Cas.) « glouglou que l'on fait en buvant », (Larrasquet) « en lapant »
N : lapa (Lhande, Cas.) « grosse goutte »
V : lapa (Larrasquet, emprunt béar. lapá « laper ») « lécher une pâtée liquide (chien) ».

176llapa llapa [ʎápa ʎápa] « (boire) en faisant du bruit avec la langue »
Onom. : lapa-lapa (Lhande S. zalg.) « glouglou fait en buvant (pour les chiens) »
Adj. : llapa (Lhande, Cas.) « mouillé », V : llapatü « se tremper »
Briu llapa da. « Il est ivre mort » (trempé en dedans, briu « saoul »). Llapa llapa gatüak eznea edaten du. « Llapa llapa le chat boit le lait ».

177mailla mailla [májʎa májʎa] « très posément » (Lhande S.)
milli milli, pilli pilli

  • 63  J. L. Davant l'entend répétée plutôt trois fois.
  • 64  Marmar : Azkue (divers dialectes du Sud) « murmure ».

178mar mar [már már] « bruit du bougonnement, du marmonnement »63
Onom. marmara (Lhande C.) « chuchotement, marmonnement, murmure, rumeur », marmara (Cas.) « chuchotement, murmure »64
V : marmaratü (Cas.) « marmonner, murmurer »
Marmaz / marmakan ari da. « Il est en train de bougonner, marmonner ».
Maddalen ari da mar mar murmuzikan. « Madeleine est en train de marmonner mar mar ».

179masta masta [máʂta máʂta] « (manger, faire un baiser) en faisant du bruit »
miasta miasta, miaxta miaxta, ñasta ñasta
Onom. : masta-masta (Azkue, Lhande S.) « (manger) à pleine bouche, goulûment », mastamasta (Cas.) « goulûment »
N : masta « bruit de bouche, de lèvres »
V : masta (Mispiratçéguy) « manger goulûment »
Masta masta jaten ari da. « Masta masta elle est en train de manger ».

180miaxta miaxta [mjáʃta mjáʃta] « bruit en mangeant »
Refusé par la plupart des informateurs.
N : miaxta « bruit de bouche en mangeant » [mjáʃta bat] « un bruit de bouche en mangeant »
V : masteki, mastekatü « mâcher », mastekatü (Lhande, Larrasquet) « mâcher », miazkatü (Cas.) « lécher »
Allande miaxta miaxta bazkariten ari da. « Arnaud est en train de déjeuner miaxta miaxta ».

181milli milli [míʎi míʎi] « très lentement »
Eria ari da jaten milli milli. « Le malade est en train de manger milli milli ».

182mirrimarra « traits sans ordre, mauvaise écriture, contrats, actes compliqués » (Lhande), « mauvaise écriture, barbouillage » (seulement Cas.)
Si c'est un véritable nom, seule la construction (la forme) le rapproche des onomatopées rédupliquées.

183miu miu [míu míu] « doucereux, trompeur » (A. C.)
Employé comme un adjectif.
Emazte hori miu miu düzü. « Cette femme-ci est miu miu (al. resp) ».

184muju muju [múʒu múʒu] « en suçant, régulièrement, sans bruit »
Refusée par quelques informateurs.
V : mujukatü « sucer (pain) »
Johane ari da muju muju ogi buxi baten jaten. « Jean est en train de manger un bout de pain muju muju ».

  • 65  J. L. Davant l'entend répétée plutôt trois fois. Murmur : Azkue (divers dialectes du Sud) « murmur (...)

185mur mur [mûr mûr] « bouillonnement doux »65
N : murmur (Cas. ) « bruit léger, bougonnement ».
Maddalen ari da murmuzikan. « Madeleine est en train de marmonner ».
Zopa herakitzen ari da mur mur. « La soupe est en train de bouillir mur mur ».

186nahas mahas [naháʂ maháʂ] « mélangé, embrouillé, pêle-mêle »
Fonctionne comme un adjectif mais invariable. Le premier élément est la forme nue du verbe nahas « mélanger ». Il ne s'agit donc pas strictement d'une onomatopée rédupliquée.
N : nahas-mahas (Azkue, Lhande, Cas.) « mélange, ramassis, pêle-mêle ».
V : nahasi « mélanger »
Jijiak ützi dütü nahas mahas. « Il a laissé les joujoux nahas mahas ».

  • 66  Azkue la donne pour le Roncal et la Basse-Navarre. Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donn (...)

187nar nar [nár nár] « pour un mal lancinant, permanent »
Refusée par quelques informateurs.
Onom. : nar-nar (Lhande S.) « de la douleur sourde »66
N : narnar (Cas. ) « douleur sourde »
Ene bürüko mina ari da nar nar. « Mon mal de tête agit (est en train de) nar nar ».

188nikiki nakaka « en faisant rager » (Lhande C.)
nikikinikaka (Cas., même sens)
ñika ñaka, ñiki ñaka, ñiku ñaka.

  • 67  Lespy-Raymond donnent gnicou-gnacou « celui qui en mangeant fait « gnic-gnac », le porc », Diction (...)

189ñaka ñaka [ɲáka ɲáka] « à petits coups »67
Haurra sagarraren jaten ari da ñaka ñaka. « L'enfant est en train de manger la pomme ñaka ñaka ».

190ñasta ñasta [ɲásta ɲásta] « en faisant du bruit en mastiquant, moue bruyante »
Onom. : ñasta (Azkue, Lhande S.) « bruit de la mastication »
N : ñasta « bruit de la mastication », (Azkue, Lhande, Cas.) « grimace de dégoût, bruit de la mastication »
Ene lanari so ñasta paketa badü. « En regardant mon travail il a beaucoup de ñasta (bruit de bouche, il ne l'aime pas) ».
Ari düzü zoparen jaten ñasta ñasta. « Il est en train de manger la soupe ñasta ñasta (al. resp) ».

  • 68  Azkue donne cette forme pour le roncalais ñika-ñaka : « clignotant, cillant ». On trouve dans le D (...)

191ñika ñaka [níka náka] « taquinant, excitant »68
ñiki ñaka, ñiku ñaka
Onom. : ñikañaka (Lhande, Cas.) « s'excitant, se poussant, étant brouillés »
Junes ñika ñaka ari da Maddiaren herritatzen. « Jean est en train de taquiner Maddi ñika ñaka ».

192ñiki ñaka [ɲíki ɲáka] « à petits coups »
Onom. : ñiki-ñaka (Azkue, Lhande C.) « excitant, faisant enrager ».

193ñiku ñaka [níku náka] « excitant de façon plus forte (avec des coups possibles) »
Adv. : ñiku ñakan « en train de se chamailler »
ñiku-ñakuka (Azkue, Lhande C.) « se donnant de petits coups, luttant pour s'amuser »
Anai arrebak ari dira ñiku ñakan. « Le frère et la soeur sont en train de ñiku ñakan (se chamailler) ».

194ñir ñir [ɲír ɲír] « peu à peu, peu mais régulièrement »
pir pir, ter ter, tter tter, ttir ttir, txer txer, txir txir, txur txur, tzur tzur
N : ñir ñir (Azkue, Lhande C, Cas. ) « clignotement, éclatement, lueur ».
Tipiñak ñir ñir ixurten dü. « La marmite ñir ñir coule (fuit) ».

  • 69  En grec ancien la base redoublée PA-PHL- se trouve dans un verbe traduisant « le bouillonnement de (...)

195pal pal [phál phál] « bouillonnement, bruit régulier »69
Refusée par quelques informateurs.
Onom. : pal pal, pil-pil (Azkue, Lhande) « ébullition, bouillonnement, battement léger du coeur, du pouls »
N : pal pal (Cas.) « bouillonnement, ébullition »
Zopa ari da pal pal herakitzen. « La soupe est en train de bouillir pal pal ».

196panpa panpa [pã´pa pã´pa] « à grands coups »
pinpa panpa, pinpi panpa, punpa punpa. Voir aussi à banba banba.
V : panpatü « battre quelqu'un (à un enfant) », (Lhande, Cas.)
Bihotza ari zait panpa panpa. « Le coeur m'est en train de (battre) panpa panpa ».

197par par [phár phar] « bruit régulier prolongé, bouillonnement »
Refusée par quelques informateurs.
Zopa ari da par par herakitzen. « La soupe est en train de bouillir par par ».
Ari da par par elestan. « Elle est en train de parler par par ».

  • 70  Azkue donne cette onomatopée rédupliquée avec ce sens pour d'autres dialectes et Zamarripa pour le (...)

198parra parra [phára phára] « en traînant (balai, pied) »
Refusée par quelques informateurs.
Onom. : parraparra (Cas.) « abondamment, à profusion »70
Aitañi parra parra ebilten da. « Grand-père marche parra parra (en t rainant ses pantoufles) ».

  • 71  Une personne était surnommée Anton (Antoine) Parranpanpan (X. Peyran, A. C).

199parranpanpan [phárãpãpã] « pour une musique bruyante (grosse caisse), peu mélodieuse »71
tarrantantan
Ici le modèle de construction est un peu différent, ce n'est pas une véritable réduplication.

200parrasta parrasta [pharáʂta pharáʂta] « en traînant, bruit en traînant un objet »
N : parrasta [pharáʂta] « quantité, ribambelle », hur parrasta bat « un fort volume d'eau », parrasta (Azkue, Lhande C, Cas.) « portion, troupe, quantité importante,... »
Ce n'est donc pas semble-t-il le nom rédupliqué comme cela est possible avec burrusta, de même sens.
Sûkaltea xahatzen dü parrasta parrasta eratz gaxto batekin. « Elle lave la cuisine parrasta parrasta avec un mauvais balai ».

201pasta pasta [pháʂta pháʂta] « action de fumer, bruit en mangeant (seulement X. Peyran) »
pista pasta, pixta paxta, pusta pusta, puxta puxta
pasta-pasta (Azkue, Lhande S., Cas.) « onomatopée de l'action de fumer (la pipe) »
Pasta pasta pipatzen ari da. « Pasta pasta il est en train de fumer ».

202pilli pilli [phíʎi phíʎi] « tout doucement »
Refusée par quelques informateurs.
N : pillika (Lhande, Cas.) « petite quantité », pillista (Cas.) « petite quantité d'eau »
Haurrakjaten du pilli pilli. « L'enfant mange pilli pilli (sans appétit) ».

  • 72  Lafitte la donne « à coups redoublés », Grammaire basque, p. 182. Phinpili phanpala dans le texte (...)

203pinpili panpala « son de cloche »72
... zeinü korda hartzen zian, eta hasten pinpili panpala... « ... il prenait la corde de la cloche, et commençait pinpili panpala... » .

204pinpa panpa [pípa pã´pa] « à grands coups »
Bortajo dit pinpa panpa. « Il a frappé la porte pinpa panpa ».

  • 73  Azkue la donne pour le haut-navarrais et le Labourd « onom. du frappement et de la pétarade », Lha (...)

205pinpi panpa [pípi pã´pa] « à grands coups »73
Refusée par quelques informateurs.
Onom. : pinpipanpa (Cas.) « du frappement, de la pétarade ».

  • 74  Fray Diego donne « Ura pir-pir egon » avec le sens de « l'eau est au stade du bouillonnement doux  (...)

206pir pir [phír phír] « 1) à coups saccadés, 2) peu à peu (peu sûr) »
Onom. : pirpir (Azkue) « onom. du borborygme », phirphir (Azkue), pirpir (Lhande S.) « chute du grain ou autres groupuscules qui sortent peu à peu des sacs ou des vases qui les contiennent »74.
Adv. : pirpir (Cas.) « peu à peu ».
Amaren bihotza ari da pir pir. « Le coeur de maman est en train de (bat) pirpir ».
Hura ixurtzen ari da pir pir ütürri txar hortarik. « L'eau est en train de couler pir pir de cette mauvaise source ».

  • 75  Egalement page 146 de Jean Baratçabal raconte..., ouvrage indiqué en note en 1.5.3.

207pir pur « bruit de la grêle ? »
Martxo tzitzer pir pur. « Mars grêle pir pur ». Proverbe que m'a indiqué J. Casenave- Harigile75.

208pirrista parrasta [phiríʂta pharáʂta] « en une certaine quantité, irrégulièrement »
pirrista pirrista, pirristi parrasta, turrusta turrusta, tzirrista tzirrista, tzurrusta tzurrusta
N .pirrista « quantité », hurpirrista bat « une giclée d'eau »,pirrista (Cas.) « quantité ordinaire ».
Hura ixurten da pirrista parrasta. « L'eau coule pirrista parrasta ».

209pirrista pirrista [phiríʂta phiríʂta] « en une certaine quantité ».

210pirristi parrasta [phiríʂti pharáʂta] « en une certaine quantité ».

211pirta parta [phírta phárta] « bruits successifs »
purta purta
Onom. : pirta parta « en sautillant çà et là » (Cas.)
Üzkerrez ari zen pirta parta. « Il était en train de péter pirta parta ».
pirtiparta « en sautillant çà et là » (Cas.).
Refusée par quelques informateurs.

212pisti pasta [phíʂti pháʂta] « bruits de souffle »
Ardia ari da pisti pasta esnaur. « La brebis est en train pisti pasta de ruminer ».

213pitipim patapam [pitipím patapám] « (marche) à grand bruit »
Onom. : pitipi-patapan (Lhande S.) « de bruit précipité », pitipipatapa « se précipitant ».

214pixta paxta [phíʃa phíʃta] « à grandes bouffées, bruits de souffle »
Sütondo xokoan aitañi ari da pixta paxta pipatzen. « Au coin du feu grand-père est en train de fumet pixta paxta ».
Pixta paxta ari da kurrunkaz. « Pixta paxta il est en train de ronfler ».

  • 76  Lhande la donne pour le Labourd avec le sens de bruit d'un objet qui se brise ou d'un chien qui ma (...)

215plasta plasta [pláʂta pláʂta] « bruit d'éclaboussure (bouse) »76
Onom. : plast (Cas.) « d'éclaboussure »
Behia ari da kakegiten plasta plasta. « La vache bouse plasta plasta ».

  • 77  Azkue et Lhande donnent plau pour le Labourd avec le sens de « poum », onomatopée de la chute dans (...)

216plau plau [pláw pláw] « poum poum, plif piaf »
Référence peu sûre.
Onom. : plau ! « poum ! » (Cas.)77.

217plisti plasta « onomatopée de clapotement » (Lhande C., Cas.).
Refusée par quelques informateurs.

218punpa punpa « lourdement et lentement »
Onom. : punpa punpa ebili « marcher lourdement » (Lhande C, Cas.), « pelote allant bondissant » (Cas.), punpa « pouf » (Lhande C., Cas.)
N : « marche lourde, bond, rebond de pelote (balle), pompe à eau »
Pelolak punpa gaixto bat egin dü. « La pelote a fait un mauvais rebond ».
Punpa punpa jin düzü. « Punpa punpa il est venu (al. resp) ».

  • 78  Murmur : Azkue (divers dialectes du Sud) « murmure des eaux ». En grec ancien la base redoublée MO (...)

219pur pur [phúr phúr] « bouillonnement »78
Zopa herakitzen ari da pur pur. « La soupe est en train de bouillir pur pur ».

220purrusta purrusta[phurúʂta phurúʂta] « en grande quantité »
N : purrusta « grosse, grande quantité »
V : purrustatü « répandre, verser », (Lhande C., Cas.)
Sos igorten dü purrusta purrusta. « Il envoie (gaspille) l'argent purrusta purrusta ».

221purta purta [phúrta phúrta] « de bruit successifs (pet) »
Üzkerrez ari zen purta purta. « Il était en train de péter purta purta ».
pusta pusta [phúʂta phúʂta] « à grandes bouffées, bruits de souffle ».

  • 79  A rapprocher peut-être de poutoà, poutounà « baiser, embrasser », poutoû « petit baiser », Palay, (...)

222putti putta [puʈí puʈá] « baisers »79
Première des trois onomatopées rédupliquées enchaînées dans la série putti putta, gruñi gruña, kuñi kuña [putí putá] [gruní gruná] [kuní kuní] : putti putta (baisers), gruñi gruña(grognements), kuñi kuña(coups) qui traduisent les trois phases de l'évolution dans la vie en couple.

223puxta puxta [phúʃta phúʃta] 1) « morceau (petit bout) par morceau (petit bout) », 2) « à grandes bouffées, bruits de souffle »
Les deux sens ne sont pas conjointement admis par tous les informateurs. Ogia hausten dü puxta puxta. « Elle coupe le pain puxta puxta ».
Lo da puxta puxta « Il dort puxta puxta « .

224pxi pxi pxi [pʃ(i) pʃ(i) pʃ(i)] « pour faire uriner les enfants » (répété au moins trois fois).

225saka saka [ʐáka ʐáka] « sans arrêt »
Saka saka pelota igorten due arrabotüalat. « Saka saka ils envoient la pelote contre le fronton ».

226saltsa maltsa [ʂáltsa máltʂa] « mauvaise sauce »
Inconnue de la plupart des informateurs.
De l'emprunt nominal saltsa « sauce ». Il ne s'agit donc pas strictement d'une onomatopée rédupliquée. Ce type de réduplication est différent : on joue sur la consonne initiale.

227siki saka [ʐíki ʐáka] « bruit de l'aller-retour ».

228sigu saga [ʐígu ʐága] « zig-zag »
Inconnue de certains informateurs.
Mozkorra horra düzü sigu saga. « L'ivrogne arrive sigu saga (al. resp) ».

229sista sasta [ʐíʂta ʐáʂta] « coups sur coups, rapidement, en piquant »
sisti sasta, sist sast, tzista tzista, tzixta tzixta
N : txista « piqure », (Azkue, Lhande S., Cas.)
Adv. : sistez, sastez « rapidement »
Sistez ezkapi da. « Sistez il s'est échappé (brusquement, sans bruit) ».
Sista sasta pelota badoa arrabotüalat bürüz. « Sista sasta la pelote va contre le fronton ».
Sista sasta ari da ene bürüko mina. « Sista sasta mon mal de tête est en train (de me faire mal) ».

230sisti sasta [ʐíʂta ʐáʂta] « coups sur coups, rapidement, en piquant ».

231sist sast [zíst zást] « onom. de piqûre, picotement ».
Onom. : (Lhande C., Cas.) « de coupure, de piqûre »
C'est donc plutôt un nom ou un verbe rédupliqué, mais avec la perte du -a final qui en fait partie.

  • 80  Azkue et Lhande la donnent pour d'autres dialectes et Zamarripa pour un petit pas léger en biscaye (...)

232taka taka [táka táka] « bruit de pas régulier, sans élégance, rapide »
tika taka, tiki taka, tapa tapa, tipi tapa, toko toko, traka traka, trika traka, troko troko, truku truku, ttaka ttaka, ttapa ttapa, ttika ttaka, ttiki ttaka, ttipi ttipa, ttoko ttoko, ttuku ttuku, tuku tuku, txuku txuku
Onom. : takataka (Cas.) « manière de marcher, (aller) couci-couça »80.
Aita horra da taka taka. « Papa arrive taka taka ».

233tan tan [tán tán] « à petits coups, toc toc »
Tan tan eztiki bortajo düe. « Tan tan doucement ils ont frappé la porte ».

  • 81  Lhande donne tampa-tanpa (C.) « sourdement ».
  • 82  Azkue la donne comme commune « (marcher) à petits pas » et pour le roncalais « pulsation ».
  • 83  Tapa-tapa « onomatopée de la pulsation » (Azkue, Roncal). Palay dans son Dictionnaire du béarnais (...)

234tanpa tanpa [tã´pa tã´pa] « qui marche en faisant beaucoup de bruit81
tinpa tanpa, tinpi tanpa
N : tanpa « bruit sec ».
Aita horra da tanpa tanpa. « Papa arrive tanpa tanpa ».
tapa tapa [tápa tápa] « bruit (de pas) régulier, marqué »82
Onom. : lapatapa (Azkue, Lhande C,Cas.) « de marche à petits pas »83.
Aita horra da tapa tapa. « Papa arrive tapa tapa ».
Tapa tapa ebia ari da. « Tapa tapa la pluie est en train de (frapper) ».

235tarrantantan [thárãtãtã´] « pour une musique bruyante (grosse caisse) » (A C.)
Onom. « du bruit d'une charrette » (Lhande S. N., Cas.).

236ter ter [thεrthεr] « petit à petit »
Adv. : ter-ter (Azkue) « peu à peu, lentement », ter-ter-ter (Azkue) « en droite ligne, directement, sans désemparer », ther-ther (Larrasquet) « peu à peu », terter (Cas.) « qui traîne, à la queue leu leu ».
Amañi ari da ter ter beti lanean. « Grand-mère est toujours en train de travailler ter ter ».
Ter ter eliza betatzen da. « Ter ter l'église se remplit ».

237terreil terreil [theréʎ theréʎ] « en traînant, lentement, sans enthousiasme »
Adj. : terreil « indiscipliné, traînard » (Lhande S., Cas.)
Atypique car ce serait un adjectif rédupliqué sans -a suffixé au second : il est pris semble-t-il comme un adverbe.
Eskolier auherra badoazü terreil terreil eskolalat. « L'écolier fainéant s'en va terreil terreil à l'école (al. resp) ».

238tika taka [tíka táka] « bruit de pas rapides »
Tika taka, tika taka, tika taka entzüten dü kabale ürrats bat. « Tika taka, tika taka, tika taka il entend le pas d'un animal (bétail, animal) » (Peyran L. G. 111).

  • 84  Azkue et Lhande la donnent pour la Navarre.

239tikilitakala (Cas.) « cahin-caha »84.

  • 85  Zamarripa la donne pour marcher tout doucement au pas en biscayen, Azkue pour plusieurs dialectes (...)

240tikitaka [tiki táka] « bruit de pas rapides »85
Onom. : tikitaka (Cas.) « pas à pas ».

  • 86  Comme en français ou en espagnol mais ticktock en anglais.

241tik tak [tík ták] « tic-tac (bruit de l'horloge, de la pendule) »86 (Lhande C, Cas).

242tilinka talanka [tilika talã´ka] « lourdement, sans énergie »
Onom. : tilinkotalanko (Azkue, Lhande S., Cas.) « vaguant de ci de là ».
Auherra badoa tilinka talanka lanealat. « Le fainéant s'en va tilinka talanka au travail ».

  • 87  Tinkitili tinkatala : Cas. « lourdement ».

243tilinki talanka [tiliki talã´ka] « lourdement, sans énergie ? »87.
Refusée par certains informateurs.

  • 88  Tilin tilin : Azkue donne ce sens pour des dialectes du Sud. Fray Diego donne aussi tilin-talan, t (...)

244tilin tilin [tilí tilí] « bruit de clochette, son aigu »
tilin tilun, tilin tulun, ttilin ttilin, ttulun ttulun, tulun tulun
Onom. : tilin tilin (Lhande, Cas.) « du son de la cloche88, se dandinant ».
Txintxilak tilin tilin egiten dü. « La clochette fait tilin tilin ».

245tilin tilun [tili tilũ´] « bruit de cloche, mélange de sons aigus et graves ».
Refusée par certains informateurs.

246tilin tulun [tilí tulũ´] « bruit de cloche, mélange de sons aigus et graves ».

  • 89  Lhande donne tal-tal (C.) « de quelqu'un qui parle sans arrêt » et (S.) « (aller) par monts et par (...)

247til til [tiltil] « lentement »
Adjectif : tiltil (Mispiratçéguy) « pusillanime », (Azkue, Lhande S. C., Cas.) « pusillanime, (aller) par monts et par vaux »
Pette badoa til til eskolalat. « Pierre s'en va til til à l'école »89.

248tinpa tanpa [típa tã´pa] « qui marche en faisant beaucoup de bruit ».

249tinpi tanpa [tipi tã´pa] « qui marche, agit en faisant beaucoup de bruit »
Refusée par quelques informateurs.
Arotza ari da tinpi tanpa joiten. « Le forgeron est en train de taper tinpi tanpa ».

250tipa tapa [típa tápa] « bruit de pas légers, lentement ».

  • 90  Lhande la donne pour le Labourd et la Navarre « onom. de la marche dans une flaque d'eau ».

251tipist tapast [tipiʂt tapáʂt] « onom. de marche dans l'eau » (Cas.)90, « eau qui coule abondamment » (A. C.)
Refusée par quelques informateurs.

  • 91  Lafitte la donne : « marche rapide », Grammaire basque, p. 182. Zamarripa la donne pour marcher to (...)

252tipi tapa [típi tápa] « bruit de pas légers, lentement »
Onom. : tipitapa (Lhande C, Cas.) « à pas légers »91.

  • 92  Lhande la donne pour le Labourd. Lafitte indique tipus-tapas « soudain », Grammaire basque, p. 182

253tipust tapast « à l'improviste, soudainement » (seulement Cas.)92.

254tirripitin tarrapatan « en toute hâte » (X. Peyran)
Tirripitin tarrapatan sartü da. « Tirripitin tarrapatan il est entré ».

  • 93  Lhande la donne pour les dialectes bas-navarrais. Lafitte indique tirripiti-tarrapata « précipitat (...)

255tirripiti tarrapata [tiripíti tarapáta] « 1) grand bruit (travail, meuble qui tombe), 2) en toute hâte »
Onom. : tirripititarrapata (Cas.) « de débandade, du bruit des souliers pendant la marche »93
N : tarrapata (Azkue) « tumulte », (Lhande, Cas.) « tapage, tumulte, urgence, course bruyante et précipitée
2) Beranta beitzen, tirripiti tarrapata joan da. « Comme il était en retard, tirripiti tarrapata il est parti ».

256toko toko [tóko tóko] « au trot (animaux), allure régulière ».

  • 94  Manuel de Lekuona donne page 24 du tome 1 de ses Obras completas pour le cheval trakatan trakatan.(...)

257traka traka [tráka tráka] « bruit du pas »94
N : traka « allure, démarche »
Behi horrek zer traka gaxtoa ! « Cette vache quelle mauvaise allure ! ».

258trika traka [tríka tráka] « (marcher) assez rapidement, à cadence régulière »
Onom. : trika-traka (Lhande C.) « à petits pas »
Astoa badoa oihanealat trika traka. « L'âne s'en va à la forêt trika traka ».

259triki traka [tríki tráka] « (marcher) assez rapidement ? »
Refusée par quelques informateurs.
Onom. : triki-traka (Lhande S.) « exprimant la marche cadencée de quelqu'un », (Cas.) « pas cadencé, à pas cadencé ».

260trikun trakun « vol, subtilisation » (Lhande C., Cas.), « cahin-caha » (Cas.).
Inconnue de la plupart des informateurs.

  • 95  Lespy-Raymond donnent trinque-tranque « les coups de marteau du forgeron », Dictionnaire béarnais,(...)

261trinka tranka [trika trã´ka] « bruit (orga : la charrette) »
Onom. trinko-tranko (Azkue, Lhande S.) « balançant, cahotant », trinkitranka (Azkue, Lhande S.) « marcher maladroitement », (Cas.)
« balançant, cahotant »95
Orga badoa trinka tranka soroalat. « La charrette va trinka tranka au pré ».

  • 96  Lhande donne cette onomatopée pour le Labourd et la Navarre.
  • 97  Fray Diego donne parmi d'autres trinki-tranka, trinkili-trankula pour marcher (ou autre activité) (...)

262trinkala trankala [tríkala trã´kala] « pour un déplacement lourd, cahotant (charrette) »
Inconnue de certains informateurs.
Onom. : trinko-tranko (Azkue, Lhande S.) « balançant, cahotant » tinkililankala (Cas.) « (marcher) lourdement »96, trinkulin-trankulet (Lhande S.) « cahin-caha »97
Orga kargatürik badoa trinkala trankala etxerat bürüz. « La charrette chargée se dirige trinkala trankala vers la maison ».

263trinkitranka « marcher maladroitement » (Azkue, Lhande S.), « balançant, cahotant » (Cas.)

264trinkala trunkala [tríkala trũ´lkala] « pour un déplacement lourd, cahotant (charrette) ».

265troko troko [tróko tróko] « au trot (animaux), allure régulière ».

  • 98  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne tricou-tràcou « à un petit train, mais pas trop b (...)

266truku truku [trúku trúku] « à petits pas ».
Refusée par certains informateurs98.

267trützüpiïtzü « tant bien que mal » (seulement Cas.)
V : trützüpützükatü « rapiécer tant bien que mal »
Trützüpützü. oihala josi. « Trützüpützü coudre la toile » (Cas.).

  • 99  Azkue la donne pour d'autres dialectes.

268ttaka ttaka [ʈáka ʈáka] « petits bruits de pas (bébé qui marche) »
Onom. : ttakattaka (Lhande C, Cas.) « à petit pas » 99
Haurra ebilten hasi da eta badoa ttaka ttaka. « L'enfant commence à marcher et il s'en va ttaka ttaka ».

269ttalanka ttalanka [tálã´ka tálã´ka] « bruits de claquement, sonnaille »
Ttalanka ttalanka ürrats bizi batekin Beñatek be eskalanpo itzatüak joiten zütüan... « Ttalanka ttalanka d'un pas vif Bernard frappait ses sabots ferrés »... (PeyranL. G. 55).

270ttan ttan [ʈã´ʈan] « bruit doux, toc toc léger »
Ttan ttan eztiki bortan jo düe. « Ttan ttan ils ont frappé à la porte doucement ».

  • 100  Lhande la donne pour le Labourd et Azkue pour d'autres dialectes.

271ttapa ttapa [ʈápa ʈápa] « petits bruits de pas »
Onom. : ttattapa (Cas.) « à petit pas »100
Haurra badoa ttapa ttapa. « L'enfant s'en va ttapa ttapa ».
Ttapa ttapa, eskeleren gora joan nüzü. « Ttapa ttapa je suis allé en haut des escaliers (al. resp) » (Peyran L. G.).

272tter tter [thɛ́r thεr] « petit à petit, lentement mais régulièrement »
Onom. : ïher-iher (Lhande S.) « à petits pas », ttertter (Cas.)
« petit à petit, sans se presser »
ter tter
txoriakhabia egiten dü. « Tter tter l'oiseau fait son (le) nid ».

  • 101  Tikila tikala : Cas. « cahin-caha », A. C. ne connaît pas.

273ttika ttaka [ʈíka ʈáka] « avec petits bruits de pas »
Adv. : tiki-taka (Mispiratçéguy) « pas à pas », tikitaka (Lhande C, Cas.)
 pas à pas »101
Amañi badoa ttika ttaka elizalat. « Grand-mère s'en va ttika ttaka à l'église ».

274ttiki ttika [ʈíki ʈíka] « avec petits bruits de pas ».

275ttiki ttiki [ʈíki ʈíki] « avec petits bruits de pas ».

276ttinka ttinka [ʈika ʈã´ka] « serré »
Adv. : tintinka « fortement serré », (Azkue, Lhande C., Cas.)
V : tinkatü, ttinkatü « serrer » (c'est donc plutôt grammatical), (Azkue, Lhande, Cas.) « serrer, etc. »
Haurrak ama ttinka ttinka besarkatzen dû. « L'enfant ttinka ttinka embrasse sa mère ».

  • 102  Azkue la donne pour d'autres dialectes.

277ttipi ttapa [ʈípi ʈápa] « à pas légers »
Adv. : tipitapa (Lhande C, Cas.) « à pas légers »102.
Astoa badoa ttipi ttapa trostan. « L'âne s'en va ttipi ttapa au trot ».

  • 103  Lhande la donne pour le Labourd.

278ttirripitti ttarrapatta [ʈiripití ʈarapaʈá] « qui parle sans fondement »
N : ttarrapata « qui parle beaucoup »
Ttarrapata handia da. « C'est un grand bavard ».
N : ttarrapatta (Azkue, Lhande S., Cas.) « écervelé, tête légère », ttirripittittarrapata (Cas.) « écervelé, sans tête »103.
Ttirripitti ttarrapatta elestan ari da deüs ere jakin gabe. « Ttirripitti ttarrapatta il est en train de parler sans rien savoir ».

279ttir ttir [ʈír ʈír] « peu à peu »
Voir ñir ñirHura ixurtzen ari da ttir ttir. « L'eau est en train de couler ttir ttir ».

280ttoko ttoko [jóko jóko] »à petits pas », (Cas.).

281ttorta ttorta [ʈórta ʈórta] « goutte à goutte »
N : txorta, ttorta « goutte » [tʃórta bat] « une goutte », (Lhande, Cas.). C'est donc plutôt grammatical, le nom est rédupliqué comme dans kottera kottera, txorta txorta, tturtta tturtta de même sens.
V : txortatü « goutter »
Ttorta ttorta arrabinetak hura galtzen dit. « Ttorta ttorta le robinet perd l'eau ».

  • 104  Azkue donne ce sens pour plusieurs dialectes et pas le souletin.

282ttuku ttuku[ʈúku ʈúku] »lentement », (Lhande, Cas.) « à petits pas et lentement »104
Amañi badoa ttuku ttuku elizalat. « Grand-mère s'en va ttuku ttuku à l'église ».

  • 105  Lhande la donne pour le Labourd et la Navarre et pas le souletin.

283ttupa ttupa [ʈúpa ʈúpa] « petit à petit, doucement (marcher par exemple) »
Refusée par quelques informateurs.
Onom. : (Cas.) « petit à petit (puéril) »105.

284tturtta tturtta [ʈúrta ʈúrta] « l'un après l'autre, petit à petit »
Adv. : tturttur (Lhande, Cas.) « goutte à goutte »
Xaxik üzten dütü intzaurrak eortera tturtta tturtta. « Gracieuse (diminutif) laisse tomber les noix tturtta tturtta ».

285tulun tulun [tul tul] « bruit de grosse cloche (metalea » clarine» , son grave) ».

  • 106  Azkue donne tukutuku avec ce sens pour des dialectes du Sud.

286tuku tuku [túku túku] « à petits pas, lentement, régulièrement »106
Lana aitzinatzen düt tuku tuku. « J'avance le travail tuku tuku ».
Akitürik beit niz banoa tuku tuku. « Parce que je suis fatigué, je vais tuku tuku ».

287turrusta turrusta [turüʂta turüʂta] « à jet continu »
tzirrista tzirrista, tzurrusta tzurrusta
Onom. : turrust (Cas.) « de chute d'eau »
N : (hur « eau ») turrusta « cascade, douche » (c'est donc plutôt grammatical), turrust (Lhande S.), turrusta (Cas.) « idem »
V : turrustatü « (se) doucher », (Cas., Hiztegia Français-Eüskara)

288txafla txafla [tʃáfla tʃáfla] « bouillonnement, clapotement »
txapa txapa, txipa txapa, txipi txapa, txipista txapasta, txipista txipista, txipisti txapasta, txufla txufla, txupa txupa, tzapa tzapa, tzipa tzapa, tzipi tzapa, xafla xafla, xifla xafla, xifli xafla
Onom. : xafla-xafla (Lhande C.) « clapotant »
Txafla txafla urin gahüna ari da. « Txafla txafla l'écume de la graisse est en train de (bouillir) » (Peyran L. G. 392).

  • 107  Azkue et Zamarripa donnent txapla txapla pour marcher dans l'eau en biscayen.

289txapa txapa[tʃápa tʃápa] « bruits dans l'eau (en frappant, en marchant) »107Txapa, txapa, hoinak karruntatürik, bagoantzan etxerat. « Txapa, txapa, les pieds gelés, nous allions à la maison » (Peyran L. G. 375).

290txer txer [tʃr tʃr] « petit à petit »
Amañi ari da txer txer beti lanean. « Grand-mère est toujours en train de travailler txer txer ».
Txer txer eliza betatzen da. « Txer txer l'église se remplit ».

291txingili txangala [tʃígili tʃã´gala] « en sautillant, à cloche-pied, d'un pied sur l'autre »
Adv. : Txingilikaz horra da. « Elle arrive en sautillant ».
Txingili txangala neskatxuna badoa jauziz eskolalat. « Txingili txangala la fillette s'en va à l'école en sautant ».

292txingili txingili [tʃígili fʃigili] « à cloche-pied » (Cas.)
Adv. : txingili (Lhande) « idée de claudication », (Cas.) « à cloche-pied ».

  • 108  Lhande (C.), Cas. donnent aussi plistiplasta « onomatopée de clapotement ».

293txipa txapa [tʃipa tʃápa] « bruits dans l'eau »108
Txipa txapa haur ttipiak huraren zaflatzen ari dira. « Txipa txapa les petits enfants sont en train de frapper l'eau ».

294txipista txapasta [tʃipiʂta tʃapáʂta] « bruits dans l'eau (on la fait jaillir)
N : txapasta « éclaboussure, grosse goutte », (Azkue, Lhande S., Cas.)
V txapastatü « éclabousser », (Cas., Hiztegia Français-Eüskara) txapastatü ou tzapastatü « éclabousser »
Txipista txapasta haurrek hura barreatzen due loskoan. « Txipista txapasta les enfants répandent l'eau dans la grosse flaque boueuse ».

295txipista txipista [tʃipíʂta tʃipíʂta] « bruits dans l'eau (on la fait jaillir) ».
Refusée par certains informateurs.

296txipi txapa [tʃipí tʃápa] « bruits dans l'eau (marche) »
Adv. : txipitxapa (Azkue, Lhande S., Cas.) « patouillant, pataugeant dans l'eau ».

  • 109  Azkue donne cette réduplication en biscayen et guipuscoan avec le sens de « bruit de friture », Za (...)

297txir txir [tʃírtʃír] « petit à petit »109
Hura ixurtzen ari da txir txir. « L'eau est en train de couler txir txir ».

298txufla txufla [tʃúfla tʃúfla] « bruit dans l'eau »
Refusée par certains informateurs.
Johañe ixtilean libertilzen ari da txufla txufla. « Jean est en train de jouer dans la flaque txufla txufla ».

299txuku txuhu [tʃúku tʃúku] « pas, mouvement régulier ».
Refusée par quelques informateurs.

  • 110  Lespy-Raymond donnent choupa, choupi « mouiller, tremper dans l'eau », Dictionnaire béarnais, p. 1 (...)

300txupa txupa [tʃúpa tʃúpa] « (marcher) doucement avec bruit d'eau » (enfant marchant dans l'herbe mouillée)110.
Refusée par quelques informateurs.

301txur txur [tʃúr tʃúr] « lentement, régulièrement »
Jente xaharrak ari dira txur txur beti lanean. « Les personnes. âgées sont toujours en train de travailler txur txur ».

302tzalapast tzalapast [tsalapáʂt tsalapáʂt] « en éclaboussant »
Refusée par la plupart des informateurs.
N : tzalapasta, txalapasta « éclaboussure ». C'est donc plutôt un nom, mais avec la perte du -a final qui en fait partie.

303tzarra tzarra [tsára tsára] « doucement, en traînant »
tzarru tzarru, tzirru tzarra
Aitañi ebilten da tzarra tzarra. « Grand-père marche tzarra tzarra ».

304tzarru tzarru [tsáru tsáru] « tranquillement, régulièrement, sans cesse (travailler par exemple) »
Refusée par quelques informateurs.
Aitañi badoa tzarru tzarru baratzearen ikustera. « Grand-père s'en va tzarru tzarru voir lejardin ».

305tzillo tzallo « en traînant les pieds » (Lhande S. zalg., Cas.).

306tzapa tzapa[tsápa tsápa] « bruit sourd dans l'eau ».

307tzipa tzapa [tsípa tsápa] « bruit dans l'eau (course) »
Tzipa tzapa haurrak hurrean ebilten dira. « Tzipa tzapa les enfants marchent dans l'eau ».

308tzipi tzapa [tsípi tsápa] « bruit de course dans l'eau »
Onom. : tzipi-tzapa (Azkue, Lhande S., Cas.) « marcher à quatre pattes en parlant des enfants, courir tumultueusement ».

309tzirrista tzirrista [tsiríʂta tsiríʂta] « bruit de l'eau qui gicle »
Voir turrusta turrusta
N : hur tzirrista, hurpirrista « giclée d'eau »
V : tzirristatü (Cas.) « gicler ».

310tzirru tzarra [tsíru tsára] « doucement, en traînant »
Refusée quelques informateurs.

311tzista tzista [tsíʂta tsíʂta] « douleur de piqûre, douleur brève »
N : tzista, txixta « piqûre (épine, aiguille, insecte) », (Lhande S., Cas.) « injection, piqûre »
V : tzistatu « (se) piquer (fourche) », tzixtatü « (se) piquer (épine, aiguille), (Lhande S., Cas.) « percer, piquer »
Ene mina ari da tzista tzista. « Mon mal est en train (de me faire souffrir) tzista tzista ».
Tzista tzista bekia aküilatzen dü pertikarekin. « Tzista tzista il aiguillonne la vache avec l'aiguillon ». On peut considérer ici aussi que c'est le nom tzista qui est rédupliqué.

312tzisti tzista [tsíʂti tsíʂta] « douleur de piqûre, douleur brève ».

313tzurrusta tzurrusta [tsurústa tsurústa] « bruit de l'eau qui gicle fortement »
Voir turrusta turrusta
N : hur tzurrusta « grosse giclée d'eau »
V : tzurrustatü « (se) doucher ».

314tzur tzur [tsúr tsúr] « 1) lentement, petitement 2) en cachette »
Onom. : tzuŕ-tzuŕ (Lhande S., Cas.) « d'un rire narquois ».
1) Lanean ari da tzur tzur. « Il est en train de travailler tzur tzur ».
2) Tzur tzur erriz ari da. « Tur tzur il est en train de rire (rire pas franc) ».

  • 111  Orpustan pour le navarro-labourdin xafla-xafla « bruit du pas », Basque et français..., p. 173.

315xafla xafla[ʃáfla ʃáfla] « 1) bruit (claquement léger, pas, eau), 2) rapidement »
Onom. : xafla-xafla (Lhande C.) « clapotant »111.
N : xafla « tape (à un enfant) » [jâfla bat] « une tape »
V : xaflatu (Larrasquet) « faire tomber les châtaignes (avec une gaule) »
1) Amañi badoa elizalat xafla xafla. « Grand-mère va à l'église xafla xafla ».
Xafla xafla hagaz gazteinatzea joiten. « Xafla xafla il frappe le châtaignier avec la gaule ». On peut aussi considérer ici que c'est le nom xafla qui est rédupliqué.
2) Begiak xafla xafla erabiltzen dütü. « Il bouge les yeux xafla xafla ».

316xifla xafla [ʃífla ʃáfla] « 1) bruit (claquement léger, pas, eau), 2) rapidement »
1) Haurrak txalapastakan ah dira xifla xafla. « Les enfants sont en train de barboter xifla xafla ».
1) et 2) Xifla xafla amak bi ziflet eman du Katalinari. « Xifla xafla maman a donné deux gifles à Catherine ».

317xifli xafla [ʃífli ʃáfla] « 1) bruit de claquement, 2) rapidement ».

318zafla zafla [sáfla sáfla] « bruit et rapidité en mangeant »
Onom. : zafla-zafla (Azkue) « (manger) gloutonnement », zaflazafla (Lhande S., Cas.) « de bruits divers ».
N : zafla « gifle »
V : zaflatü « gifler », (Lhande S.) « se battre », (Cas.) « gifler, corriger, battre...).

319zanba zanba [zã´ba zã´ba] « mouvement régulier avec bruit »
zanga zanga, zanpa zanpa, zinpa zanpa, zinba zanba, zinpi zanpa, zunpa zunpa
Refusée par certains informateurs.
Gizona badoa aitzina zanba zanba. « L'homme avance zanba zanba (à grands pas réguliers »).
... musika aintzinean, ibilten dira ürratsean : zanba ! zanba!« ... la musique devant, ils marchent au pas : zanba !zanba ! » (Peyran L. G 53).

  • 112  Fray Diego la donne pour boire à grandes gorgées.

320zanga zanga [zã´ga z =ã´ga] « mouvement régulier avec bruit »
Refusée par certains informateurs.
Onom. : zanga-zanga, dzanga-dzanga (Lhande S., Cas.) « en faisant du bruit dans le gosier quand on boit »112.
Zanga zanga zeinüa jo dizü taigabe. « Zanga zanga il a sonné la cloche sans arrêt (al. resp) ».

  • 113  Zanpa zanpa : Azkue (pas pour la Soule) « de l'action de dévorer, de manger gloutonnement ». Zamar (...)

321zanpa zanpa [zã´pa zã´pa] « mouvement régulier avec bruit »
Onom. : zanpa-zanpa (Lhande C.) « (manger) gloutonnement »113, (Cas.) »à coups redoublés »
N : zanpa (Lhande C, Cas.) « coup bruyant »
... agertzen da, jiten zanpa zanpa ürrats handi batekin, Beñat. « ... apparaît, venant zanpa zanpa d'un grand pas, Bernard » (Peyran L. G. 118).

322zaparta zaparta [zapárta zapárta] « sans arrêt, rapidement et avec bruit »
N : zaparta « gifle, applaudissement, éclat, bruit (tonnerre, etc.) » [zapárta bat] « une gifle », « applaudissement » (Azkue, Lhande C), « éclatement, applaudissement, gifle » (Cas.)
Zaparta eta zaparta ! « bruit et bruit ! » (Peyran L. G. 358).
zapart « onomat. d'une percussion » (Azkue S., Peyran L. G 416.), « éclat, averse qui tombe avec fracas » (Azkue S., Lhande C), « éclat »
(Mispiratçéguy, Cas.)
V : zapartatü « éclater » (dünda « tonnerre »)
Dünda ari da zaparta zaparta. « Il tonne zaparta zaparta (le tonnerre est en train...) ».
Gazteñak zaparta zaparta lehertzen dira zartanean. « Les châtaignes zaparta zaparta éclatent dans le grilloir (à châtaignes) ».

323zehats mehats, zehatz mehatz « en détail » (seulement Cas.)
Fonctionne comme un adjectif mais invariable. Le premier élément pourrait venir de zehe, xehe « petit, détail » ou zeatz « exact » (en biscayen et guipuzcoan, Azkue).

  • 114  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne siflà « cingler d'un coup... boire un coup rapide (...)

324zifla zafla [sifla sáfla] « 1) bruit en mangeant vite, 2) bruit de claquement »114
1) Aitak zopajaten dû zifla zafla. « Papa mange la soupe zifla zafla ».
2) Zifla zafla aizeak oihalak erabilten dütü. « Zifla zaflale vent fait bouger (claquer) les toiles ».

325zifli zafla [sífli sáfla] « 1) bruit en mangeant vite, 2) bruit de claquement »
Onom. : ziflizafla (Lhande C, Cas.) « coup de ci, coup de là ».

326zigu zigu [zígu zígu] « petits coups répétés »
Refusée par quelques informateurs.
Maider Pettiri ah da zigu zigu beso kalduz. « Maider est train de (donner)

327zigu zigu des coups de bras à Pierre ».
zinba zanba [zíba zã´ba] « brusquement, avec de grands mouvements »
Refusée par quelques informateurs.
Jandarma heltü zen zinba zanba. « Le gendarme était arrivé zinba zanba ».

328zinpa zanpa [zípa zã´pa] « brusquement, avec de grands mouvements », « à coups redoublés » (Cas.).

329zinpi zanpa [zipi zãpa] « brusquement, avec de grands mouvements ».

330zipa zipa [zípa zípa] « à gros sanglots »
N : zipa « sanglot » (Lhande, Cas.). C'est donc le nom réduliqué.
Zipa zipa ah da nigarrez. « Zipa zipa il est en train de pleurer ».

  • 115  Ziri-ziri : Larrasquet « sans cesse ».
  • 116  Ici Ximun Peyran décompose l'onomatopée et utilise le répétitif ara « re- » (français : « Rebim ! (...)

331zipirta zaparta [zipírta zapãrta] « sans arrêt, rapidement »115
zipirti zaparta, zirta zarta
Zipir ! Zapart ! Ara-zipir ! Ara-zapah ! (Peyran L. G. 388)116.
Onom. : zipirt-zapart (Azkue, Lhande, S.) « (donner des coups) à droite et à gauche », zipirta-zaparta (Larrasquet) « à coups bruyants répétés, à droite et à gauche »
Iñaziz ah da zipirta zaparta. « Il est en train de faire des éclairs zipirta zaparta ».
Beyret kantonier nausia, oro manu eta manü, bazoan zipirta zaparta batetik besteala... « Beyret le cantonier chef, en commandant sans arrêt, allait zipirta zaparta de l'un à l'autre... » (Peyran L. G. 270).

332zipirti zaparta [zipírti zapárta] « sans arrêt, rapidement »
Pelota ezagün da zipirti zaparta. « On entend la pelote (balle) zipirti zaparta ».
Laster, hasi ziren, zipirti, zaparta iñaziak... « Vite, commencèrent zipirti, zaparta les éclairs » (Peyran L. G. 105).

  • 117  Lhande la donne pour le Labourd et la Navarre. Lafitte indique zirt-zart « éclatement », Grammaire (...)

333zirta zarta [zírta zárta] « rapidement, en claquant »
N : zarta « claque, gifle », zarta (Lhande) « choc, éclat d'un coup, claque, gifle... », zirta (Cas.) « étincelle, crépitement »117
Bi ziflet eman diozü zirta zarta. « Il lui a donné deux gifles zirta zarta (al. resp) ».

  • 118  Zamarripa donne zisti-zasta avec le sens de pincer plusieurs fois pour le biscayen.

334zirt zart [zírt zárt] « pif-paf » (Cas.)118.

  • 119  Fray Diego la donne avec le même sens.

335zirzir « bruit de l'ébullition » (Azkue, Lhande C, Cas.)119
Refusée par la plupart des informateurs.

336zist zast « onomatopée de piqûres répétées » (Cas.).

  • 120  Zamarripa la donne avec le sens de donner des coups répétés pour le biscayen.

337zizti zazta « onomatopée de piqûres successives » (Cas.)120.

338zoko mokoak [sókho mokhúok] « les coins et recoins » (au pluriel)
De zoko « coin », il ne s'agit donc pas strictement d'une onomatopée rédupliquée. Ici on a affaire à un véritable nom, puisque l'ensemble est déterminé par l'article défini -a et le pluriel -k.
N : zokhomokhoak (Lhande C, Cas.) « les recoins et recoins ».

339zokotamokota (Azkue, Lhande S., Cas.) « de cachette en cachette, de recoin en recoin ».
Refusée par la plupart des informateurs.

  • 121  Dans Fontes Linguae Vasconum, 1999, 80, Pampelune, p. 157.

340zorro morro « rassasié, ayant trop mangé ? ».
Dans le conte de la grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf raconté par Madeleine de Jaurréguiberry121. Cette onomatopée est formée semble-t-il à partir du nom zorro « sac, bourse, panse ».
Non référencée dans les dictionnaires et inconnue des informateurs. Jarri zen llodi, biribil, zoro-moro... « Elle s'était assise grosse, ronde, zoro-moro... ».

341zunpa zunpa [zũ´pa zũ´pa] « lourdement, avec bruit (pas) »
Hartza aitzinatzen da zunpa zunpa. « L'ours s'approche zunpa zunpa ».

3. Étude linguistique des onomatopées rédupliquées

342On ne va pas chercher à exploiter complètement le corpus recueilli (la nomenclature) mais plutôt à suivre des pistes d'études, de façon plus ou moins poussée, qui montreront l'intérêt d'une approche strictement linguistique de ces unités lexicales. La nomenclature comporte près de deux cent quatre-vingts entrées. Mais elle inclut les variantes d'une même onomatopée rédupliquée que j'ai pu relever et quelques noms ou verbes rédupliqués, tels quels ou modifiés, pour le caractère onomatopéique du mot, comme ttorta ttorta « goutte à goutte », tzalapast tzalapast « en éclaboussant », txipista txapasta « bruits dans l'eau » (voir en 1.5.2.). La liste pourrait donc être augmentée pour ces deux types de locutions, surtout le second. Elle inclut aussi les locutions où la première composante est un nom ou un verbe avec changement ou ajout de la consonne dans la deuxième composante, comme zoko mokoak « les coins et recoins », ikusi mikusi « jeu de devinette ».

343L'étude linguistique se poursuit dans la quatrième partie puisqu'on essaie d'y dégager des liens entre les bases consonantiques des composantes des onomatopées rédupliquées et les champs notionnels auxquels ces dernières se rapportent.

344L'onomatopée rédupliquée est une unité linguistique à part entière dont les composantes sont repérables. Mais on ne doit pas assimiler ces composantes à des mots distincts comme ceux employés conjointement dans la paronomase, même si le procédé de formation s'en rapproche.

345J'ai hésité à inclure les véritables noms rédupliqués sans modification comme ttorta « goutte », hürrüpa « gorgée », etc. Le procédé a été présenté en 1.5.2. Rédupliqués, ils entrent dans des expressions, des locutions mais doit-on parler d'onomatopées rédupliquées puisque la composante rédupliquée est un nom par ailleurs ? J'en ai donné quelques-uns dans la nomenclature car leur origine onomatopéique semble claire : redoublement de la consonne dans ttorta, de la voyelle dans hürrüpa, proximité de son entre la glottale [h] et l'aspiration quand on boit dans hürrüpa, palatalisation de [t] en [ʈ]. Mais on voit que la limite n'est pas nette, comme c'est souvent le cas en langue. Certains de ces noms rédupliqués ne peuvent pas être modifiés, la réduplication est totale : ttorta ttorta. D'autres peuvent l'être comme banba « coup, bruit fort » : banba banba ou binba banba. La réduplication est partielle, le caractère onomatopéique est plus marqué dans ce dernier cas puisque la forme binba ne fonctionne pas comme nom. Binba ne se rencontre que dans l'onomatopée rédupliquée.

3.1. La structure phonique des onomatopées rédupliquées

  • 122  Léon, Précis de phonostylistique, p. 57.

346On ne s'intéressera ici qu'aux sons qui constituent les onomatopées rédupliquées, en faisant abstraction de ce qui les relie : la prosodie. Dans la prosodie on distingue en particulier l'intonation, l'accentuation (intensité, hauteur, durée) et la pause. La prosodie a une grande importance à côté des phonèmes tels qu'ils sont réalisés en discours, elle est parfois déterminante. Ainsi « un son sous l'accent... a beaucoup plus d'impact qu'en position non accentuée »122. J'ai indiqué dans le relevé par ordre alphabétique la place de l'accent ou des accents dans l'onomatopée rédupliquée isolée.

347On doit noter que, quelquefois, ce n'est pas une forme doublée mais une forme triplée que l'on rencontre. Exemple : pxi pxi pxi [pʃ(i) pʃ(i) pʃ(i)] « pour faire uriner les enfants ». Pour d'autres onomatopées le triplement est affaire individuelle. Ainsi seul J. L. Davant préfère bar bar bar [bár bár bár] murmure, sans arrêt » à bar bar, mar mar mar [már már már] « bruit du bougonnement, du marmonnement » à mar mar. On relève dans les dictionnaires quelques rares onomatopées souletines triplées. Exemple : ter-ter-ter (Azkue) « en droite ligne, directement, sans désemparer ». Refusée par A. C. sous cette forme, Lhande et Casenave-Harigile, non plus, ne la donnent pas triplée.

  • 123  La locution amel amela « béatement, avec l'eau à la bouche », que j'ai tenu à donner car elle n'es (...)

348Généralement la partie rédupliquée (deuxième composante) conserve le même nombre et la même structure de syllabes que la base de réduplication (première composante), que la réduplication soit totale ou partielle. Le « poids » syllabique, le nombre de sons dans les deux composantes est le même. Les composantes où la dernière syllabe compte plus de sons, est plus « lourde », que les précédentes sont moins nombreuses et on les trouve en béarnais. Exemples : estrik estrak, barrabis barrabas. Les composantes à initiale vocalique sont très rares, j'ai relevé deux unités seulement : arri arri, estrik estrak (cette dernière se trouve en béarnais) et Lhande en donne trois123. Dans le cas des suites de deux consonnes (CC), la deuxième consonne est soit une liquide, [1] ou [r] : blau blau, brinba branba, soit une « sulcale » (le sillon de la langue est nus en jeu) [s] [z], [ʂ] [ʐ], [ʃ] [ʒ] : tzur tzur, txur txur.

349La frontière entre les syllabes (la coupure syllabique) sera indiquée par un point. Les voyelles nasales et les diphtongues (suite de deux voyelles dans une même syllabe) sont notées comme des voyelles simples. Les consonnes affriquées sont notées (CC) : [ts] ou [tʃ] par exemple. On ne tient pas compte de l'aspiration : les phonèmes [ph] [th] [kh] sont comptés comme une seule consonne. Voici les différents types qu'on peut relever.

3.1.1. La réduplication totale de la première composante

• Monosyllabe :

350(CV CV) : hü hü
(CVC CVC) : bar bar
(CCV CCV CCV) : pxi pxi pxi
(CCVC CCVC) : krak krak
(CCVCC CCVCC) : krask krask

• Dissyllabe :

351(V.CV V.CV) : arri arri
(CV.CV CV.CV) : burra burra
(CVC.CV CVC.CV) : pasta pasta
(CV.CCV CV.CCV) : hafla hafla
(CV.CVC CV.CVC) : terreil terreil
(CCV.CV CCV.CV) : traka traka
(CCVC.CV CCVC.CV) : tzista tzista
(CCV.CCV CCV.CCV) : txufla txufla
(CCVC.CV CCVC.CV) : frista frista

• Trisyllabe :

352(CV.CV.CV CV.CVCV) : burrunba burrunba
(CV.CVC.CV CV.CVC.CV) .farrasta farrasta
(CV.CV.CCV CV.CV.CCV) : hatafla hatafla
(CCV.CV.CV CCV.CVCV) : txingili txingili
(CCVCVC.CV CCV.CVC.CV) : tzirrista tzirrista
(CCV.CV.CVCC CCV.CV.CVCC) : tzalapast tzalapast

• Térrasyllabe :

353(CV.CV.CV.CV CV.CV.CV.CV) : tirripiti tarrapata
Je n'ai relevé qu'une seule onomatopée à composante de quatre syllabes avec sa variante « mouillée » ttirripitti ttarrapatta. On remarque que toutes les possibilités combinatoires ne sont pas utilisées, en particulier dans les composantes trisyllabique

3.1.2. La réduplication partielle : l'alternance vocalique

  • 124  Léon, Précis de phonostylistique, p. 46.

354Lorsqu'il n'y a pas réduplication totale, on constate que ce sont généralement les voyelles qui sont modifiées. On parlera d'alternance vocalique lorsque seules sont affectées les voyelles. Ces modifications de voyelles obéissent à des règles générales que Maurice Grammont a le premier dégagées124. On observera ci-après si elles se vérifient en souletin.

355Face à la réduplication totale, tous les types possibles d'alternance vocaliques ne sont pas toujours réalisés. Exemples : face à taka taka [táka táka] « bruit de pas régulier, sans élégance, rapide », on a tiki taka mais pas *tika tiki, ce qui n'est pas étonnant on le verra, ni semble-t-il *tiki tiki alors qu'on aurait ttiki ttiki. Face à farra farra « rapidement, furtivement », on n'aurait que fini firri. Certains types sont rares, parfois une seule unité et elle n'est pas admise par tous les informateurs.

356Voici différents types qu'on peut relever. Il y a un jeu essentiellement avec les paires vocaliques [i] / [a], rarement avec [u] / [a].

1 - Monosyllabe :

357(CVC CVC) : kix kax
(CVCCCVCC) : zist zast
(CCV CCV) : briu brau
(CCVCC CCVCC) : dzist dzast
Ces onomatopées à composante monosyllabique avec alternance vocalique sont moins nombreuses que celles à réduplication totale.

2 - Bisyllabe :

  • Changement de la première voyelle

358(CV.CV CV.CV) : binba banba
(CCV.CV CCV.CV) : trika traka
(CVC.CV CVC.CV) : kixka kaxka
(CV.CCV CV.CCV) : zifla zafla
(CV.CVCC CV.CVCC) : tipist tapast
(CCVC.CV CCVC.CV) : klixka klaxka

  • Changement de la deuxième voyelle (rare)

359(CV.CV CV.CV) : tilin tilun, putti putta, gmñi gruña, kuñi kuña
(CV.CCVC CV.CCVC) : estrik estrak (unique)

  • Changement des deux voyelles

360(CV.CV CV.CV) : ttiki ttaka, jigu jaga
(CV.CVCC CV.CVCC) : tipist tapast, tipust tapast
(CVC.CV CVC.CV) : sisti sasta

3 - Trisyllabe :

  • Changement de la première voyelle

361(CCV.CV.CV CCV.CV.CV) : trinkala trankala (unique)

  • Changement des deux premières voyelles

362(CV.CV.CV CV.CV.CV) : burrunba barranba, dilinga dalanga
(CV.CVC.CV CV.CVC.CV) : burrusta barrasta, firrista farrasta

  • Changement de la troisième voyelle finale

363(CV.CV.CVC CV.CV.CVC) : barrabis barrabas

  • Changement des trois voyelles

364(CV.CV.CV CV.CV.CV) : dilingo dalanga, tilinki talanka
(CV.CVC.CV CV.CVC.CV) : birristi barrasta
(CV.CV.CVC CV.CV.CVC) : birribim barrabam

4 - Tétrasyllabe :

365(CV.CV.CV.CV CV.CV.CV.CV) : ttirripitti ttarrapatta

3.1.3. Un procédé particulier : l'alternance consonantique

366Les unités que j'ai relevées sont düda müda, nahas manas, saltsa maltsa, zehats mehats, zoko mokoak et ikusi mikusi.

  • 125  Lafitte en donne des exemples pour le « navarro-labourdin », Grammaire basque, p. 149 et Villasant (...)

367Ici on a affaire à un type différent d'unité puisque la base n'est pas une onomatopée, du moins en synchronie, mais un verbe ou un nom : düda « doute », saltsa « sauce », nahas « mélanger », ikusi « voir, vu ». Et c'est la consonne initiale qui est changée, remplacée par [m]. Dans le nom du jeu de devinettes ikusi mikusi on ajoute [m]. La deuxième composante n'a aucune signification, elle n'est que la première modifiée au plan phonétique. L'expression ainsi formée a un contenu généralement dépréciatif, négatif125.

368Les deux onomatopées rédupliquées herreil terreil « en traînant les pieds » (Cas.) et herrest terrest (Lhande C.) « onom. rendant le bruit de quelque chose qui traîne, objets en désordre, marche pénible » ne relèvent pas de ce type puisque les deux composantes existent comme mot simple. On a les verbes herrestatü, therrestatü « (se) traîner » selon les informateurs et l'adjectif herreil ou terreil « indiscipliné, traînard ».

3.1.4. L'alternance vocalique : vers des invariants linguistiques

  • 126  P. 184, L'homme de paroles, Contribution linguistique aux sciences humaines, 1985, Paris, Fayard, (...)

369Dans l'introduction j'annonçais que cette étude verrait la confirmation de quelques invariants linguistiques concernant la structure phonique des onomatopées et le symbolisme phonétique. Claude Hagège appelle « loi du second lourd » une tendance des langues qui « favorisent... le rejet en seconde position du terme le plus lourd, c'est-à-dire celui qui a le plus grand nombre de syllabes, ou les consonnes ou voyelles les plus longues ou les plus postérieures, ou les consonnes à spectre acoustique présentant les plus fortes concentrations dans les basses fréquences »126. Nous allons voir sous quelle forme se réalise en basque souletin cette tendance dans la succession des deux composantes de l'onomatopée rédupliquée.

370Voici d'abord les types de répétitions et d'alternance vocaliques relevées. Pour chaque type vocalique les voyelles sont notées en capitale. Les voyelles nasales, comme dans tilin tulun et les diphtongues, comme dans briu brau sont notées comme les voyelles simples correspondantes (rappel).

• Monosyllabe :

371I A : kis kas
I I : pir pir
I U : pir pur
A A : kar kar
U U : mur mur
Ü Ü : hü hü
E E : ter ter

• Bisyllabe :

372I I - A A : ttipi ttapa
I I - I A : ttiki ttika (modèle rare)
I A - I A : frista frista
I A - A A : ttipa ttapa
A I - A I : arri arri (unique)
I I - I I : pilli pilli, tilin tilin
A A - A A : hafla hafla, ttapa ttapa
I I - I U : tilin tilun
I U - I U : jigu jigu
I I - U U : tilin tulun
I U - A U : kiskun kaskun, trikun trakun
I U - A A : ñiku ñaka, tzirru tzarra
U I - U A : gruñi gruña, putti putta
U A - U A : kluka kluka, punpa punpa
U U - A A : tupa tupa, burrusta barrasta
A U - A U : jarru jarru, karru karru
U U - U U : kutxu kutxu, muju muju
I O - A O : tzillo tzallo
O O - O O : toko toko, troko troko
E I - E A : estrik estrak (unique)
E E - E E : terreil terreil
E Ü - E Ü : kehü kehü (unique)

• Trisyllabe :

373Les structures de ce type sont moins nombreuses alors qu'en théorie il y a davantage de variantes possibles. Ceci s'explique par le fait que les mots ou onomatopées de trois syllabes sont moins fréquents que ceux de deux syllabes dans la langue.

374I A A - A A A : trinkala trankala

375I A A- U A A : trinkala trunkala

376II A - I IA : txipista txipista

377II A - A A A : txipista txapasta

378III - I IA : txipisti txipista

379I I O - A A A : dilingo dalanga

380I A A - A A A : trinkala trankala

381A A I - A A A : badabim badabam

382III - I I I :txingili txingili

383III - A A A : txingili txangala

384A A A - A A A : farrasta farrasta

385U U A - U U A : burrunba burrunba

386U U A - A A A : burrunba barranba

387Ü Ü A - Ü Ü A : hürrüpa hürrüpa

• Tétrasyllabe :

388On a un seul modèle.
I I I I - A A A A : tirripiti tarrapata

3.1.5. La fréquence des phonèmes

• Les voyelles du souletin et les « lois » phonétiques

389Rappelons le triangle des voyelles orales en souletin :

390Beaucoup de combinaisons vocaliques sont utilisées mais la fréquence varie énormément selon la nature de la voyelle. Toutes les voyelles ci-dessus sont utilisées mais certaines très peu. Voici les totaux approximatifs pour deux cent quatre-vingts entrées.

391[y] n'est employée que trois fois, dont düda müda avec le nom düda « doute ».
[o] est employée dans six unités (exemple : dilingo dalanga).
[e] est employée dans neuf unités (exemple : ter ter).
[u] au contraire est utilisé dans cinquante-cinq unités.
[i] et [a] enfin sont massivement employées ; [i] est présent dans plus de la moitié des unités ; [a] est absent de seulement cinquante et une unités. Mais les voyelles sont rares en initiale absolue.

  • 127  Léon, Précis de phonostylistique, p. 52.

392On conclut que le souletin utilise prioritairement les voyelles les plus opposées [i], [a] et [u], en premier [a] puis [i]. Ce triangle se retrouve dans tous les systèmes phonologiques des langues du monde127. Le souletin délaisse les voyelles intermédiaires dans la construction de ses onomatopées rédupliquées. On remarque de plus que la voyelle finale de la deuxième composante est très souvent [a]. Seules une cinquantaine d'unités n'ont pas [a] dans la syllabe finale comme firri firri « rapidement, furtivement ».

393Les constructions à deux voyelles identiques changées dans la seconde composante de la réduplication sont rares. Lhande en donne souvent dans d'autres dialectes que le souletin, exemple : fixti-faxta « précipitamment, mouvements inconsidérés » ou Casenave-Harigile en souletin : ziflizafla « coup de ci, coup de là ». Par contre le type zipirta zaparta est fréquent : les deux premières voyelles identiques sur trois sont changées.

• Les consonnes et les « lois » phonétiques

394Le lecteur peut se reporter au tableau des consonnes en 1.4.2. de la première partie de cette étude.

395Parmi les 28 phonèmes consonantiques tous sont utilisés. Mais il y en a qui le sont beaucoup plus que les autres. On observera leur occurrence en initiale absolue des composantes de l'onomatopée rédupliquée.

  • 128  Il est à noter que dans le corpus biscayen que donne Zamarripa sur 67 onomatopées rédupliquées (j' (...)
  • 129  Jakobson et Waugh, La charpente phonique du langage, p. 226-227.

396La consonne initiale la plus fréquente des onomatopées rédupliquées est t - avec 83 occurrences : 37 [t], 17 tt- [ʈ], 15 tx- [tʃ], 11 tz- [ts] et 3 t-[th]128. Ensuite on a p- avec 32 occurrences : 12 [p] et 20 [ph]. Ensuite on a k- avec 29 occurrences : 25 [k] et 4 [kh], et seulement 4 [g]. On retrouve ici une constante dans les langues où au triangle vocalique [i - a - u] correspond le triangle consonantique des sourdes [t - k - p]129. Le souletin vérifie cet invariant linguistique.

397Si l'on rajoute à [p] et [ph], les 25 [b], les 9 [m] et les 18 [f], on constate que les consonnes bilabiales, au lieu d'articulation le plus avancé, sont nombreuses. Mais moins que les dentales, plus centrales, avec [t], [t], [tʃ], [ts], [th] mais aussi 12 [d], 3 [n] et 6 ñ [ɲ], les 6 [s] et les 14 [z]. La consonne la plus arrière [h] se trouve à l'initiale dans 12 onomatopées rédupliquées.

398Parmi les phonèmes ou groupes de phonèmes plus fréquents à l'initiale absolue dans les onomatopées rédupliquées que dans le reste du lexique (onomatopées simples exclues), on note les 18 [f] dont 3 [fl] et 4 [fr]. L'occurrence du groupe [gr] dans gruñi gruña [gruɲί gruɲá] « grognements » est à noter (onomatopée non référencée dans les dictionnaires, formée peut-être à partir d'un emprunt, cf. « grogner »). On le trouve dans des mots empruntés par le basque. Les 14 [z] sont aussi remarquables, la consonne sifflante sonore [z] est un véritable phonème en souletin. Elle est plus fréquente que la sifflante sourde correspondante [s].

3.1.6. L'accent et sa place

399En souletin l'accent principal porte en général sur l'avant-dernière syllabe de l'unité accentuelle qui comprend le mot (nom, verbe) plus ses déterminants suffixés. Dans le cas des onomatopées rédupliquées, il en va de même : l'accent porte sur l'avant-dernière syllabe de chaque composante. Exemple de bisyllabe : parra parra [phára phára], exemple de trisyllabe : kirriski karraska [kiríʂki karáʂka].

400Pour les composantes monosyllabiques, lorsque l'onomatopée rédupliquée ne comporte qu'un accent sur la première syllabe, on donne les composantes liées dans la notation phonétique. Exemple : dal dal [dáldal] « onom. du tremblement (fièvre, froid) », un seul accent. Si les deux composantes sont accentuées comme dans kar kar [khár khár] « bouillonnement, bruit régulier », on indique l'accent sur chaque composante sans les lier.

401Voici les exceptions pour les composantes de plus d'une syllabe à la règle de l'accent sur l'avant-dernière syllabe :

• Accent sur la dernière syllabe (oxyton)

402Il est assez rare. J'ai relevé 21 occurrences comme badabim badabam [badabím badabám] « en faisant du bruit », barrabis barrabas [barabíʂ barabáʂ] « n'importe comment, en faisant du bruit », estrik estrak [εʂtrik εʂtrák] « très pressé, toutes affaires cessantes, par surprise », tilin tilin [tilí tilí] « bruit de clochette, son aigu », etc. Les onomatopées à composante monosyllabique ne sont pas prises en compte.

403La dernière syllabe est souvent plus « lourde » que les précédentes, soit une syllabe fermée (CVC) comme dans [εʂtrík εʂtrák], [barabiʂ barabáʂ], soit une syllabe ouverte à voyelle nasale comme dans [tilí tilí]. Tout de même presque un tiers de ces unités a une syllabe finale ouverte simple (CV) : gili gili [gilí gilí] « action de chatouiller », la série putti putta, gruñi gruña, kuñi kuña [puʈí puʈá] [gruɲí gruɲá] [kuɲí kuɲá], ttirripitti ttarrapatta [ʈiripiʈíʈ arapáʈá] « qui parle sans fondement » et kehü kehü [kehý kehý] « bruit de la toux ». Les unités trisyllabiques de ce type sont inconnues de certains informateurs.

• Accent sur l'antépénultième syllabe (proparoxyton)

404Très rare, ceci est dû en partie au fait que cela n'est possible que sur les trisyllabes au minimum. J'ai noté trois occurrences : trinkala trankala [tríkala trã´kala] « pour un déplacement lourd, cahotant (charrette) », txingili txangala [tʃígili tʃã´gala] et txingili txingili « en sautillant, à cloche-pied, d'un pied sur l'autre ». Notons qu'il s'agit d'une syllabe initiale de type CCVnasale suivie de deux syllabes ouvertes de type CV contenant moins de sons.

3.2. Iconicité des voyelles et des consonnes : approche du symbolisme phonétique en basque souletin

  • 130  Linguistique, p. 188.
  • 131  Jakobson et Waugh, La charpente phonique du langage, p. 228.
  • 132  Sapir, Linguistique, p. 198.

405Ce domaine de la réflexion linguistique déjà évoqué en 1.2. a donné lieu à une vaste littérature, tant à travers les langues qu'au plan général du langage. On s'intéresse donc à ce que Edward Sapir appelait le « symbolisme expressif dans le domaine de la phonétique130, en quoi les sons sont plus ou moins clairement évocateurs de réalités extralinguistiques pour les locuteurs de n'importe quelle langue. Cette partie est une modeste contribution à la « typologie phonico-symbolique des langues et ...des universaux phonico-symboliques qui se dégagent de cette typologie »131 à travers le dialecte souletin. Il y a des « rapports symboliques ressentis intuitivement »132. Toutefois on tempérera ce point de vue. Si la signification d'une unité peut être induite, déterminée par sa forme phonique, l'inverse aussi a lieu : la forme phonique d'un mot peut être déterminée par la signification.

  • 133  Linguistique, p. 188.
  • 134  La vive voix, p. 19.
  • 135  La vive voix, p. 103

406Il s'agit d'essayer d'illustrer que « les symbolismes tendent à s'organiser en oppositions et degrés vocaliques et consonantiques, en dépit du fait que ces mêmes voyelles et consonnes sont réparties arbitrairement dans le champ des références telles qu'elles ont été rigoureusement fixées par une communauté donnée »133. Ce n'est pas en soi que tel ou tel son est évocateur, mais c'est par rapport à d'autres sons qu'il le devient. Fónagy observe que « tous les sons concrets sont expressifs »134. Mais il « n'y a pas de rapport simple entre telle ou telle pulsion et tel ou tel son du langage. Chaque son du langage... est en fait un faisceau de traits acoustiques et physiologiques »135.

  • 136  Jakobson et Waugh citent toutefois deux exemples en javanais où c'est l'inverse comme djas-djis «  (...)
  • 137  Léon, Précis de phonostylistique, p. 53.
  • 138  Léon, Précis de phonostylistique, p. 46.
  • 139  Léon, Précis de phonostylistique, p. 47.

407La tendance observée par Hagège, la « loi du second lourd » citée en 3.1.4., inclut la « loi » de Grammont qui pose dans l'ordre suivant les voyelles selon leur « poids » respectif : [i] -[a] - [u] ou [i] -[a] -[o]136. C'est le triangle vocalique de base cité plus haut. On sait qu'il y a des exceptions à ces tendances mais « lorsqu'on observe non pas la formation des mots mais leur perception sonore, au cours de tests auditifs, les réactions semblent bien confirmer tout de même une tendance universelle pour l'interprétation symbolique de ces trois voyelles de base »137. Grammont avait observé de plus que dans la hiérarchie de la perception, on a [i] [y] très aigus / [e] aigu / [a] grave éclatant / [u] [o] graves sombres. Les voyelles nasales sont ressenties comme graves voilées138. Pour les consonnes, les occlusives sourdes [p] [t] [k] sont ressenties fortes, les sonores correspondantes [b] [d] [g] douces, les nasales [m] [n] [ɲ] plus douces encore. Les vibrantes expriment la fluidité : [1, r]139.

  • 140  Fόnagy, La vive voix, p. 42
  • 141  Sapir, Linguistique, p. 189.

408On retiendra que « la valeur stylistique du son dépend... des normes phonologiques d'une langue donnée »140, mais que « la sensibilité au pouvoir de suggestion symbolique de certaines différences acoustiques diffère considérablement d'un individu à un autre »141. D'où la nécessité d'enquêter pour classer dans un ordre d'intensité celles qui sont données comme ayant un sens proche ou identique. Il s'agirait de dégager s'il y a consensus entre les locuteurs. L'iconicité telle qu'on la dégage n'est pas appuyée sur des tests systématiques pratiqués auprès de locuteurs souletins. Mais on notera que les faits dégagés par les spécialistes sont confirmés par la valeur générale attribuée par mes informateurs aux onomatopées rédupliquées souletines.

409Des oppositions de lieu ou de mode d'articulation seront successivement comparées entre voyelles et entre consonnes. L'adjectif « lourd », tout à fait relatif, subjectif, doit être compris comme plus grave, plus sombre, plus lourd, moins vif, moins élégant, etc. selon le contexte. On donnera des exemples de mots onomatopéiques et d'onomatopées rédupliquées. Mais il y aurait matière à en dire beaucoup plus.

3.2.1. Fermé / Ouvert

410Comparons [i] et [a], la première est la voyelle la plus ouverte, la seconde la plus fermée. On a noté en 3.1.5. que ce sont les deux voyelles les plus utilisées dans les onomatopées rédupliquées. Exemples de noms onomatopéiques : dildil « frisson » s'oppose à daldal « tremblement », hur pirrista bat « une giclée d'eau » s'oppose à hur parrasta bat « un fort volume d'eau ». Exemples d'onomatopées rédupliquées : tiki taka [tíki táka] « bruit de pas rapides » mais taka taka [táka táka] « bruit de pas rapide, plus lourd » ; binbi banba [bíbi bã´ba] « coups forts » et banba banba [bã´ba bã´ba] « à grands coups » plus sourds. On peut conclure que [i] est moins « lourd » que [a].

3.2.2. Avant / Arrière

411Voyelles : Les voyelles antérieures ont un timbre plus clair, celles d'arrière un timbre plus sombre.

412[i] moins « lourd » que [u]. Exemples de noms, adjectifs onomatopéiques : zirzil [sirsíl] « désordonné, débraillé » et zurzuil [sursúʎ] « très désordonné, souillon » (péjoratif), kurrinka « couinement, grincement, grognement' et kurrunka « ronflement ». Exemples d'onomatopées rédupliquées : tilin tilin [tilí tilí] « bruit de clochette, son aigu », tilin tulun [tilí tulũ´] « bruit de cloche, mélange de sons aigus et graves » et tulun tulun [tulũ´ tulũ´] « bruit de grosse cloche » ; tiki taka évoque une marche plus rapide que tuku tuku.

413[a] moins « lourd » que [u]. Exemples de verbes onomatopéiques : karraskatü « croquer (pomme), craquer », kurruskatü « croquer (fort), craquer, fendre ». Exemples d'onomatopées rédupliquées : barranba barranba « avec fracas » est jugé plus clair que burrunba barranba ou que burrunba burrunba ; bunba bunba [bũ´ba bã´ba] « à grands coups » est jugé plus sourd que banba banba [bã´ba bã´ba] « à grands coups » ; ñika ñaka [ɲíka ɲáka] « taquinant, excitant » est considéré plus léger que ñiku ñaka [ɲíku ɲáka] « excitant (avec des coups) ». Ici c'est le fait d'être plus d'avant qui joue car [a] est pourtant plus fermé que [u].

  • 142  Fónagy, La vive voix, p. 91.

414Consonnes : « Les labiales (p, b) sont généralement senties comme moins dures que les apicales (t, d), les vélaires (surtout le /k/) comme plus dures que les apicales »142. La série qui suit l'illustre parfaitement en intégrant l'opposition sonore moins dur qui sera examinée plus loin : Putti putta, gruñi gruña, kuñi kuña [puʈí puʈá] [gruɲi gruɲá] [kuɲí kuɲá] « à propos de l'évolution supposée dans le mariage, de l'évolution des couples ». [p] est plus d'avant que [g] qui est plus d'avant que [k]. De même [t] est plus d'avant que [ɲ]. Il y a de plus harmonie avec les voyelles finales puisque [i] est moins lourd que [a]. Il y a congruence entre les traits, d'où l'effet remarquable dans la série qui traduit une progression dans un sens négatif, dépréciatif.

3.2.3. Arrondi / Rétracté

  • 143  Fónagy, La vive voix, p. 35.

415Les voyelles arrondies [y] et [u] sont considérées plus « caressantes ». L'arrondissement des lèvres préfigure une moue tendre143. Mais on ne peut opposer dans des exemples [i] rétractée à [y] arrondie, seule joue l'opposition de postériorité entre [i] et [u].

3.2.4. Sourd / Sonore

  • 144  Fónagy, La vive voix, p. 58.

416Les consonnes occlusives sourdes [p], [t], [k] sont considérées plus « dures » que les sonores correspondantes [b], [d], [g]. Exemple : panpa panpa [pã´pa pã´pa] « à grands coups » traduit des coups plus secs, plus violents que banba banba [bã´ba bã´ba] « à grands coups » également144.

3.2.5. Liquides et vibrante

417La latérale [1] et la vibrante [r] sont des sons proches au plan du lieu d'articulation mais aussi au plan du symbolisme puisqu'on a des variantes mal différenciées au plan sémantique selon les informateurs comme kal kal, kar kar, pal pal et par par pour évoquer un bouillonnement régulier.

  • 145  La vive voix, p. 58.

418Toutefois la latérale [1] est considérée plus légère, moins intense que la vibrante [r]. Fónagy parle de [r] plus « viril » que [1], de [1] et [m] plus « sucrés » que [t] et [k]145. Exemples : fliu flau « bruit léger » est moins lourd que friu frau.

3.2.6. Mode d'articulation des consonnes

  • 146  Fónagy, La vive voix, p. 60.
  • 147  Fónagy, La vive voix, p. 60.

419Les consonnes occlusives [p], [t], [k], [ph], [th], [kh] et [b], [d], [g] sont associées à des objets solides. Les fricatives sont ressenties « aérées »146. Dans le corpus on observe l'association de deux fricatives [f] et [ʂ] ou [ʃ] pour traduire la rapidité et le bruit léger : firrista farrasta [firíʂta faráʂta] et firristi farrasta [fïríʂti faráʂta] « avec rapidité, bruit léger », fixta fixta [fiʃta fisʃta] « rapidement, sans bruit, comme un serpent », frista frista [fríʂta fráʂta] « rapidité, sans bruit », etc. Les liquides [1], [ʎ], [r] sont senties « glissantes147. Exemples : laka laka, lapa lapa et llapa llapa pour le bruit de l'action de boire, l'association de la fricative [f] et d'une liquide dans fliu flau ou friu frau pour un bruit léger ou firri firri « rapidement, furtivement ».

3.2.7. Combinaison de traits phonétiques

420En voici seulement quelques illustrations, il y aurait beaucoup à dire à ce sujet. La combinaison du critère d'ouverture et de postériorité se traduit par la hiérarchie attendue : [i] < [a] < [u]. Exemples de noms onomatopéiques : kiska « fêlure, coup léger », kaska « coup », kuska « coup fort » ; kirriska « craquement léger », karraska « craquement fort », kurruska « craquement sourd ». Le degré de postériorité l'emporte alors sur le degré d'ouverture.

421Dans la série fliu flau « bruit léger », friu frau, briu brau, la fricative bilabiale [f] associée à la latérale [1] rend le « bruit léger ». Avec la vibrante [r] dans friu frau le bruit est plus fort, plus perceptible. L'occlusive sonore [b] associée à la vibrante [r] dans briu brau traduit un bruit plus fort, une activité désordonnée.

  • 148  Fónagy, La vive voix, p. 76.
  • 149  Fónagy, La vive voix, p. 75.

422Des tests sémantiques montrent que « les consonnes m, l, f sont éprouvées, dans cet ordre, comme les plus molles... les consonnes k, g, t, comme les plus dures, également dans cet ordre »148. Fónagy signale que les phonèmes /l/, / m/, / i/ et /r/ sont liées à la succion149. Ceci se vérifie en souletin pour les deux premiers puisque [m] en initiale donne des onomatopées rédupliquées associées au bruit en mangeant masta masta, miaxta miaxta ou à une action lente milli milli ou douce mar mar, mur mur et que [1] en initiale donne trois onomatopées rédupliquées associées à l'action de boire laka laka, lapa lapa et llapa llapa. Par contre [r] ne se rencontre pas en initiale absolue en basque et [i] n'apparaît pas en initiale absolue dans le corpus.

423Citons enfin la série pir pir, txir txir, ttir ttir, ñir ñir « peu à peu, peu mais régulièrement ». L'association de [i] très « léger » associé à [r] traduit bien la notion de petit, de peu. Elle est renforcée par les palatales tt- [t] et ñ- [ɲ].

3.3. Procédés de modalisation - Les variantes

424Le locuteur a la possibilité de nuancer, de donner de la force ou au contraire d'adoucir l'effet produit par l'onomatopée rédupliquée par des procédés phonatoires. Même si bien sûr des outils non verbaux accompagnent l'émission sonore et la modulent également : hauteur, intensité et durée. Le locuteur passe ainsi de l'objectif au subjectif : l'appréciatif, le dépréciatif

425On observe dans cette partie des bases onomatopéiques et les variantes possibles de cette base obtenues grâce à ces procédés à visée expressive. Si dans le système phonologique ces procédés ont valeur distinctive, ici ils servent seulement à nuancer l'expression de base sans en changer complètement le sens. On a donné assez systématiquement les variantes dans le relevé, sans chercher à être complet, mais dégager la base reste la tâche première du descripteur.

3.3.1. La palatalisation

426Ce procédé a été maintes fois signalé à propos du basque et des diminutifs. On observe ici comment il est employé dans les onomatopées rédupliquées.

427Voici les phonèmes et leur correspondant palatalisé en souletin : [t] / [ʈ], [d] / [d], [1] / [ʎ], [ʂ] / [ʃ], [t ʂ] / [tʃ], [s] / [ʃ], [ts] / [tʃ], [n] / [ɲ].

428A beaucoup de formes en [ʂ] s il semble qu'il peut correspondre une forme en [ʃ] x. Exemples : kriski kraska [kríʂki kráʂka] « bruit de craquement, grincement » ou krixka kraxka [kríʃka kráʃka]. On ne les a pas données systématiquement. Peut-être que la variante palatalisée en [ʃ] n'est pas un choix individuel mais la forme obligatoire pour certains locuteurs ou inversement. Avec [t] et [ʈ] tt- on trouve un très grand nombre d'onomatopées rédupliquées et les variantes sont bien du choix du locuteur : modaliser sur un registre plus affectueux, plus léger. Exemple : ttapa ttapa [tápa tápa] « petits bruits de pas » correspond à tapa tapa [tápa tápa] « bruit (de pas) régulier, marqué ». Ici c'est l'emploi hypocoristique courant quand on s'adresse à des enfants. L'affriquée chuintante peut convenir : txapa txapa [tʃápa tʃápa] « bruits dans l'eau » (en frappant, en marchant). Le sens est un peu modifié mais on reste dans le champ du déplacement.

429L'existence d'une onomatopée rédupliquée palatalisée n'implique pas automatiquement celle de la correspondante non palatalisée, au moins avec [n] et [ɲ] : ñaka ñaka [ɲáka ɲáka] « à petits coups » mais pas *naka naka. De plus certaines bases palatalisées peuvent ne plus être directement des variantes, au plan sémantique, de celles qui ne sont pas palatalisées. Exemple : zafla zafla [sáfla sáfla] « bruit et rapidité en mangeant » alors que xafla xafla [ʃáfla ʃáfla] « 1) bruit (claquement léger, pas, eau), 2) rapidement » semble ne plus être adapté à un contexte d'ingestion d'aliment. Enfin en remplaçant la sifflante par l'occlusive glottale on revient dans le même champ notionnel : hafla hafla [háfla háfla] « goulûment, en faisant du bruit ». La glottale [h] renforce l'intensité.

3.3.2. La sonorisation

  • 150  Léon, Précis de phonostylistique, p. 55.

430On l'a illustré en 3.2.4., « le trait de voisement allonge, adoucit, atténue les caractères des sourdes correspondantes »150. Mais la sonorisation semble peu utilisée sauf avec l'occlusive bilabiale [p] pour des paires d'onomatopées rédupliquées de sens proche : purrusta purrusta et burrusta barrasta « en quantité, en versant sans compter », zanpa zanpa et zanba zanba « mouvement régulier avec bruit (marche) ».

3.3.3. La nasalisation

431La nasalisation est peu utilisée pour construire des paires d'onomatopées rédupliquées de sens proche, au vu du corpus. Elle semble renforcer l'intensité ou ajouter une note péjorative : tapa tapa, tipi tapa « bruit de pas régulier, marqué » et tanpa tanpa, tinpi tanpa « qui marche en faisant beaucoup de bruit, lourdement ».

3.3.4. Le mode d'articulation

432Voici deux exemples où, pour un même lieu d'articulation, en variant le mode (sonorisation, nasalisation, occlusion ou pas), on obtient des formes avec une différence de sens ou une simple nuance. Ce sont des bilabiales [p], [b], [m], [f] : bar bar « onom. du murmure, sans arrêt », far far « bruit continu, bouillonnement », mar mar « onom. du bougonnement, marmonnement », par par « bruit continu, bouillonnement » ; pirrista parrasta « en une certaine quantité, irrégulièrement », birrista barrasta « brusquement, rapidement, avec bruit » et firrista farrasta « avec rapidité, bruit léger ».

3.3.5. La contraction - La troncation

433On relève plusieurs paires dans lesquelles la contraction d'une syllabe à voyelle [i] semble renforcer, intensifier le contenu sémantique. Exemples : birrinba barranba et brinba branba « n'importe comment, à grands bruits », firrista farrasta « rapidité, bruit léger » et frista frista « rapidité, sans bruit ».

434Un autre procédé est la suppression de la voyelle finale. Exemples : sista sasta, sisti sasta « coups sur coups, rapidement, en piquant » et sist sast « onom. de piqûre, picotement » ; zirta zarta « rapidement, en claquant » et zirt zart « pif-paf ». Il faudrait étudier s'il existe une différence de sens, ce qu'apportent la contraction ou la troncation. La nuance n'est peut-être pas bien nette.

3.3.6. Les groupes de consonnes - Le nombre de syllabes

  • 151  Précis de phonostylistique, p. 55.

435Pierre Léon observe : « Les groupes consonantiques semblent renforcer les sèmes potentiels »151. Même si on a considéré au chapitre 1 les consonnes affriquées comme un seul phonème, elles combinent deux consonnes isolables [t] plus une sulcale [s], [ʂ] ou [ʃ] : [ts], [tʂ], [tʃ]. Ce procédé, emploi de l'affriquée, est largement utilisé.

436Dans la série dzist dzast, sista sasta, sisti sasta, sist sast, tzista tzista, tzixta tzixta la forme à initiale simple sista sasta [ʐíʂta ʐáʂta] « coups sur coups, rapidement, en piquant » semble plus douce, moins aiguë que celle à initiale affriquée : tzista tzista [tsíʂta tsíʂta] « douleur de piqûre, douleur brève ». De même : xafla xafla [ʃáfla ʃáfla] et txafla txafla [tʃáfla tʃáfla] « claquement léger, clapotement (pas, eau), rapidement ». Autre exemple de paire à analyser au plan de la différence sémantique s'il y en a une : turrusta turrusta « à jet continu » et tzurrusta tzurrusta.

437De même une onomatopée contenant plus de syllabes qu'une autre, trois par exemple, aura une valeur augmentative, de durée, d'intensité, par rapport à une onomatopée monosyllabique. Le locuteur joue donc sur le nombre de syllabes de l'onomatopée rédupliquée pour exprimer des nuances (voir des exemples dans la dernière partie de cette étude).

3.4. Variantes individuelles ou régionales - Liberté du locuteur

438Comme je l'ai signalé en introduction, l'enquête menée a été limitée. Il y a donc encore des enquêtes à faire, en particulier sur les variantes individuelles et géographiques. Il faut en effet distinguer, s'il y a lieu, les préférences individuelles pour telle ou telle onomatopée rédupliquée, les variantes individuelles réalisées en mettant en oeuvre les divers procédés de modalisation et les préférences régionales. Pour ces dernières il faudrait relever de façon statistique les fréquences d'utilisation et les particularismes selon les régions de Soule. On l'a dit, toutes les occurrences ne sont pas admises par tous les informateurs. L'enquête auprès de onze informateurs a permis de se prévenir d'éventuelles créations individuelles, les hapax. Elle a permis aussi, même si elle aurait dû être bien plus large, d'avoir une idée des variantes possibles. Voici quelques observations ponctuelles qui ne préjugent pas des résultats que pourrait donner une enquête systématisée.

• Au plan de la forme phonique

439Dans le cas de variantes bisyllabiques en [i] et [a], celle que Jean-Louis Davant préfère est le type I I - A A, même s'il admet les autres. Exemples : kirrixki karraxka, ttipi ttapa. Il est originaire d'Arrast-Larrebieu. On trouve ce type dans les dictionnaires (Lhande, Cas.). Thérèse Etchebarne, originaire d'Aussurucq, et Anne-Marie Etchebarne, originaire d'Ordiarp, acceptent assez facilement ces formes en I I - A A plus que Maiana Estécahandy de Chéraute. Agnès Coyos, originaire de Mendy, préfère nettement les variantes intermédiaires du type I A - A A : kirrixka karraxka, ttipa ttapa. C'est elle qui refuse le plus celles en I I - A A. Il faudrait vérifier si ce sont des préférences individuelles ou régionales. Chacun admet le type A A - A A.

440A côté des types vocaliques préférés, il y a des préférences individuelles pour telle unité par rapport à une autre plus difficiles à cerner. Prenons un seul exemple : jiga jaga et jigu jaga « bruit de l'aller-retour » (de la scie par exemple). Maiana Estécahandy de Chéraute refuse jigu jaga, Ximun Peyran de Garindein accepte les deux comme Thérèse Etchebarne. Agnès Coyos préfère jiga jaga à jigu jaga, Anne-Marie Etchebarne refuse jiga jaga. Le critère ne semble pas être géographique. Ceci bien sûr serait à vérifier.

441J'ai signalé la préférence chez Jean-Louis Davant pour les formes triplées pour quelques onomatopées comme bar bar bar [bár bár bár] plutôt que bar bar, mar mar mar plutôt que mar mar.

• Au plan du sens

442Certaines onomatopées rédupliquées ne seront pas utilisées dans les mêmes contextes selon les informateurs. On peut donc dire qu'elles n'ont pas alors le même sens. Exemple : puxta puxta [phúʃta phúʃta] « morceau (petit bout) par morceau (petit bout) » selon X. Peyran de Garindein, refusé par A. C. de Mendy tout proche. Celle-ci lui donne le sens de « à grandes bouffées, bruits de souffle », ce qui est refusé par X. Peyran.

• Au plan de l'existence même de certaines onomatopées rédupliquées

443Certaines onomatopées rédupliquées données par Lhande ou Casenave-Harigile sont refusées par mes informateurs originaires de Mendy, Aussurucq, Ordiarp et Garindein parce qu'ils ne les connaissent pas. Exemples : trikun trakun « cahin-caha ».

444A l'inverse, on l'a dit, quelques unités données par mes informateurs ne sont pas recensées dans les dictionnaires et lexiques : estrik estrak « très pressé, par surprise » (voir le gascon béarnais), la série putti putta (baisers), gruñi gruña (grognements), kuñi kuña (coups), etc.

445Les latitudes de variation par rapport à la base ont fait dire à A. Coyos qu'on peut dire n'importe quoi et plus sérieusement qu'on hésite parfois à juger si telle ou telle solution est possible. Mais derrière ce sentiment de liberté du locuteur, il y a des contraintes à la créativité. Celles liées aux « lois » ou plutôt les tendances phonétiques présentées ci-dessus. Par exemple on a pour le son de cloche danga danga, dinga danga, dingi danga mais pas *danga dinga, *dangi dangi, *donga donga ou *dongo dongo.

  • 152  Lhande donne cette onomatopée pour le labourdin « à longs traits ».

446Mais on a aussi observé que certaines variantes ne se heurtant pas à ces tendances n'étaient pas réalisées. Exemple : dinga dinga152. Ceci relève des choix pas toujours conscients des locuteurs qui ne mettent pas en oeuvre toutes les latitudes qu'autorise la langue qu'ils utilisent et construisent.

3.5. Classes syntaxiques et comportement syntaxique des unités

447Il s'agit ici d'essayer, à partir de critères syntaxiques, de statuer sur la classe, la catégorie syntaxique à laquelle appartiennent les onomatopées rédupliquées. Dans une première approche, on peut les inclure dans l'ensemble des adverbes. Au chapitre 2 j'ai donné, quand j'ai pu le constater, l'emploi comme nom, adjectif, adverbe ou verbe d'une des composantes.

3.5.1. Problème de description : unité lexicale ou onomatopée ?

  • On a signalé le type düda müda, nahas mahas qui posait un problème de classement puisque l'élément rédupliqué avec remplacement de la co,nsonne initiale par [m] est une unité du lexique, düda « doute », nahas « mélanger ». Mais parmi les onomatopées on rencontre à nouveau la même difficulté puisque certaines unités peut-être onomatopéiques à l'origine sont devenues des unités lexicales de la langue.

  • Quand l'origine onomatopéique ne semble pas évidente, je n'ai pas indiqué toutes les réduplications de ce type. Une véritable unité lexicale (nom, verbe) est répétée deux fois. Exemple avec l'emprunt kottera « goutte » : kottera kottera, « goutte à goutte », litt. « goutte goutte ».

  • Par contre si le nom rédupliqué est clairement d'origine onomatopéique, j'ai donné assez systématiquement la locution rédupliquée dans la nomenclature. Exemple : pour danga danga on a le nom danga « coup de cloche », danga bat « un coup de cloche ».

  • Mais la véritable onomatopée rédupliquée est la locution dont les composantes ne sont pas des unités du lexique (nom, verbe, adjectif, adverbe). Il y en a un certain nombre dans le corpus. Exemples : jarru dans jarru jarru [ʒáru ʒáru] « à petits coups, sans arrêt », patapam dans pitipim patapam [pitipím patapám] « (marche) à grand bruit », etc.

3.5.2. Relations syntaxiques entretenues par l'onomatopée
rédupliquée

448Les deux composantes d'une onomatopée rédupliquée constituent bien une seule unité linguistique. En effet aucun élément ne peut venir s'insérer entre ces composantes, elles forment un tout. Aucun mot ne peut déterminer une de ses composantes. De plus aucun mot ne peut déterminer l'ensemble, que ce soit un article, un adjectif, le pluriel, etc. Les onomatopées rédupliquées sont invariables. Comme les adverbes, l'onomatopée rédupliquée détermine directement :

  • soit le prédicat verbal comme dans Hürrüpa hürrüpa edaten dü. « Hürrüpa hürrüpa il boit » (edan « boire, bu »),

  • soit l'ensemble de la phrase comme dans Ah da sükaltearen xahatzen barrabim barrabam. « Elle est en train de laver la cuisine barrabim barrabam » (sükalte « cuisine », xaha « laver »). La distinction n'est pas toujours aisée à faire entre la détermination du verbe et celle de l'ensemble de la phrase.

449Le fait qu'on trouve l'article défini -a et le pluriel -k suffixés à moko dans zoko moko-a-k [sókho mokhúk] « les coins et recoins » montre qu'il ne s'agit pas d'une véritable onomatopée rédupliquée : c'est une locution nominale, elle se comporte comme un nom.

450Une composante onomatopéique qu'on ne peut rencontrer seule comme *hü constitue un véritable nom ou adjectif quand elle est rédupliquée : hü hü « prétentieux, orgueilleux », hü hü handiko gizona da. « C'est un homme de grand hü hü (péjoratif) », litt. « L'homme de grand hü hü il est », avec handi « grand », gizon « homme ».

451Sur la base de ces quelques observations on conclut que les onomatopées rédupliquées qui déterminent directement le verbe ou l'ensemble de la phrase et qui ne sont déterminables par aucun mot constituent un type particulier d'adverbe. Quelques rares onomatopées rédupliquées se comportent plutôt comme des adjectifs.

4. Les onomatopées rédupliquées par champ notionnel

4.1. Présentation de la problématique

4.1.1. Le sens véhiculé et la difficulté à le dégager

452Pour exprimer le sens au moyen des onomatopées rédupliquées, le locuteur met en œuvre les oppositions relevant du symbolisme phonétique et les procédés de modalisation présentés plus haut, en 3.2. et 3.3. La réduplication, puisqu'elle est une répétition, est utilisée directement à des fins intensives. La longueur de la syllabe et leur nombre, de une à quatre en basque souletin, entrent aussi en jeu pour véhiculer du sens.

  • 153  Bernard Pottier, Sémantique générale, 1992, Paris, PUF, p. 73.

453« L'énonciateur n'est pas un simple descripteur du monde. Le disant, il l'interprète nécessairement, et généralement il manifeste linguistiquement sa réaction personnelle à travers la formulation de son propos »153. C'est ce qu'on appelle la modalisation, le locuteur (l'énonciateur) inscrit plus ou moins fortement sa subjectivité dans le discours. Au lieu d'un simple constat « objectif, il exprime son sentiment, son impression personnelle. Les onomatopées rédupliquées sont, comme on l'a dit plus haut, un des nombreux outils de la langue pour y parvenir, une des solutions linguistiques qui s'offrent au locuteur. Elles sont largement utilisées en basque souletin.

454On peut dégager un continuum de l'onomatopée rédupliquée la plus iconique, la plus imitative, à celle dont le caractère imitatif est peu évident et donc le caractère onomatopéique peu marqué. Dans ce dernier cas, la réduplication et le jeu d'écho, le choix des sons qui la constituent lui confèrent tout de même un caractère expressif que n'a pas une unité lexicale courante. Et comme on l'a dit en 1.1.2. l'onomatopée rédupliquée n'a pas de sens en elle-même, c'est le contexte, la situation qui lui permettent de révéler sa potentialité. Elle a une capacité évocatrice qui se dégage en contexte, les traductions données ne sont qu'un pis-aller pour aider à la compréhension.

4.1.2. Les champs notionnels

455On entend ici par « champ notionnel » le regroupement de l'ensemble des onomatopées rédupliquées qui se rapportent à un domaine de la réalité extralinguistique. Dans le cas du souletin, les trois grands champs notionnels sont ceux du bruit et des sons, du déplacement et de l'évaluation subjective dans un sens large. Ces domaines, ce ne sont pas les seuls, donnent lieu très fréquemment à des créations onomatopéiques à travers les langues.

456La répétition matérialisée par la réduplication se prête parfaitement à rendre les manifestations physiques faites de répétitions comme les sons, les bruits, les mouvements réguliers (la marche par exemple). Mais elle permet aussi de renforcer le contenu par la reprise des éléments phoniques en créant un écho et donc une insistance. De la répétition on passe à l'insistance et l'emphase, qui relèvent du subjectif, du modal et non de l'objectif. La réduplication permet de traduire des activités ou des sensations, répétées, alternatives, progressives, intenses.

  • 154  Le redoublement expressif..., p. 77.

457Il apparaît dès l'abord que certains champs notionnels sont ou peuvent être liés : bruit et déplacement, bruit et évaluation subjective. Exemple : xafla xafla « 1) bruit (claquement léger, pas, eau), 2) rapidement ». « La notion de bruit conduit aisément à celle de mouvement, d'agitation et de multitude » note F. Skoda154. Le contexte aide parfois à trancher s'il s'agit de bruit ou de mouvement, ou des deux à la fois.

4.13. La spécialisation des bases consonan tiques

458Il s'agit d'observer s'il y a des bases phonétiques, des structures phoniques des onomatopées rédupliquées qui seraient spécialisées dans certains champs norionnels : structuration consonantique et / ou structuration syllabique. Elles auraient donc alors des « latitudes phono-expressives » dans la langue considérée. On s'intéressera aux bases consonantiques, le symbolisme phonétique des voyelles a été abordé au chapitre 3. Le lecteur est prié de s'y reporter.

  • 155  Léon, Précis de phonostylistique, p. 51.

459On sait qu'en basque la plupart des parties de la tête commencent par b- : begi « oeil », beharri « oreille », belar « front », bidar « menton », bilo « cheveu », etc. On peut étendre ceci aux parties du corps : beso « bras », belain « genou », bihotz « coeur »... C'est un peu ici de telles récurrences que l'on essaie de dégager, s'il en existe. Pour le français, Pierre Guiraud cité par Pierre Léon a observé « l'existence d'un protolangage pour les structures onomatopéiques, dans de nombreuses racines de mots français dont l'origine n'avait pu être expliquée. Ainsi la structure consonantique T-K, dont le symbolisme de base est le coup sec, constitue-t-elle le champ protosémantique de frapper : taquer toquer, tiquer (piquer) tic... »155.

460C'est une telle étude que l'on va esquisser ici, non pour des entités dénombrables mais pour des actions, des comportements (bruits, déplacements, activités...). On va donc regrouper la plupart des onomatopées rédupliquées sur le critère de la base consonantique, pour ensuite essayer de dégager le champ notionnel dont elles relèvent. Plus finement, au sein du champ notionnel, on essaiera de mettre à jour la relation entre telle base consonantique et telle réalité extralinguistique. Exemples dans le champ notionnel du bruit : le bruit fait en mangeant, le bruit en bougeant dans l'eau.

461Pour une même base consonantique, toutes les variantes ne seront pas données. Mais on considérera qu'il s'agit bien d'une seule base. Elles seront notées en orthographe basque plutôt qu'en phonétique. Si certaines bases sont spécialisées, plusieurs bases différentes peuvent se rapporter au même champ notionnel en fonction du contexte, de la situation extra-linguistique. Un exemple : pour qualifier le déplacement on a, parmi d'autres onomatopées rédupliquées, terreil terreil et dilinga dilinga « sans énergie, sans se presser ». Ici c'est le sens des adjectifs ou des noms correspondant qui a entraîné l'utilisation de ces deux réduplications pour un même champ notionnel et avec un sens proche. Terreil « traînard », dilingo « hésitant » (Cas.). L'étude esquissée ci-dessous devrait ensuite être étendue à l'ensemble des onomatopées et plus généralement du lexique du souletin afin de confirmer les liens entre bases consonantiques et champs notionnels dégagés ici, de découvrir d'autres bases consonantiques et les champs notionnels dont elles relèvent.

4.2. Thématique du bruit et des sons

462Voici la liste des onomatopées rédupliquées souletines exprimant des bruits, des sons en les groupant par base consonantique de la composante. C'est cette thématique qui comporte le plus d'unités. F. Skoda note dans Le redoublement expressif..., p. 235 : « Le nombre et la variété des sons livrés par la nature suffirait à justifier le nombre important de formes onomatopéiques ».

• La base consonantique : B / B.B / P.P/ B.D.B / B.R.B

463badabim badabam, banba banba, barrabim barrabam, barranba barranba, binba banba, binbi banba, birribim barrabam, birrinba barranba, birrinbi barranba, blau blau, briu brau, bunba bunba, burrunba barranba, burrunba burrunba, panpa panpa, pinpa panpa, pinpi panpa, pour des bruits, des coups forts, répétés, saccadés ou des mouvements bruyants.
La sonorité est rendue par la voyelle nasale. Dans le cas de la base B.B / P.P, la reprise da la consonne occlusive traduit nettement le mouvement répété, saccadé, par un effet d'écho.

• La base consonantique : D.G

464danga danga, dinga danga, dingi danga pour les sons de cloche.
Cette base est à rapprocher des bases D.L.D, D.L.G qui s'appliquent à ce qui se balance, qui dandine et de la base T.L. Les bisyllabes banba banba, binba banba, binbi banba peuvent aussi s'appliquer à des cloches car ils évoquent des coups répétés.

• La base consonantique : F / FL / FL.ST / FR / FX.T / FRX.T / F.RX.T

465farrasta farrasta, farraxta farraxta, fia fia, firrista farrasta, firristi farrasta, fixta fixta, fixti faxta, flisti flasta, fliu flau, frista frista, friu frau, pour des bruits légers, brefs, furtifs.
La séparation avec la base F / FL / F.R donnée ci-après en 4.3. pour le mouvement rapide, léger est assez arbitraire : bruit léger et mouvement rapide sont liés.

• La base consonantique : J.G / S.G / S.K

466jiga jaga jigu jaga jigu jigu, saka saka, sigu sigu, zigu zigu
Cette base bisyllabique exprime les petits coups répétitifs, l'aller-retour régulier d'une scie. Les fricatives sonores du souletin, en initiale, s'y prêtent bien.

• La base consonantique : H.FL / H.BL / Z.FL

467hafla hafla, hanbla hanbla, zafla zafla, zifla zafla, zifli zafla.
Elle traduit les bruits en mangeant mais est applicable à d'autres champs notionnels. La combinaison consonne + latérale [1] matérialise le bruit de la nourriture dans la bouche.

• La base consonantique : KR / KX / KRXK / KR.K / KX.K / KLS.K / KLX.K / K.RX.K

468kirriski karraska, kirriski karraska, kirrixka karraxka, kiska kaska, kiski kaska, kis kas, kixka kaxka, kix kax, kixki kaxka, kliski klaska, klixka klaxka, krai krai, kra kra, krak krak, krask krask, krixka kraxka, kurruxka kurruska, kurruxka kurruxka
Cette base est très riche en unités. La monosyllabe exprime le grignotement, le craquement léger et bref. Les bi- ou trisyllabes expriment des bruits plus importants, le bruit produit en croquant, le craquement, voire le vacarme. L'occlusive sourde [k] en initiale traduit le choc, le coup.

469kehü kehü [kehý kehý] matérialise parfaitement le bruit de la toux qui consiste en un coup de glotte et une expiration : [h] est une glottale et [k] une vélaire proche, toutes deux à forte expiration.

• La base consonantique : L.K / L.P

470laka laka, lapa lapa, llapa llapa
Ici la notion exprimée est très restreinte : le bruit fait en buvant. La latérale [l] s'y prête.

• La base consonantique : MS.T

471masta masta, miasta miasta, miaxta miaxta, ñasta ñasta
Ici aussi la notion exprimée est très restreinte : le bruit fait en mangeant. Une nasale labiale à l'iniale implique un mouvement des lèvres tout à fait approprié pour rendre le bruit produit en mangeant. Le jeu sur les palatales reproduit de plus les bruits produit par la langue en mangeant.

• La base consonantique : T.L

472tilin tilin, tilin tilin, tilin tulun, ttilin ttilin, ttulun ttulun, tulun tulun
Cette base s'applique au son de cloches, de l'aiguë à la plus grave.

• La base consonantique : X.FL / TX.P / TZ.P / TX.FL / PLS.T156/ TX.PS.T

  • 156  Fray Diego indique la série proche pour « patauger, barboter dans l'eau », balast, plast, plist , (...)

473plasta plasta, plisti plasta, txafla txafla, txafla txafla, txapa txapa, txipi txapa, txipista txapasta, txipista txipista, txipisti txapasta, txufla txufla, txupa txupa, tzapa tzapa, tzipa tzapa, tzipi tzapa, xafla xafla, xifla xafla, xifli xafla
Les entrées sont nombreuses pour exprimer le bruit fait dans l'eau en marchant, en frappant ou fait par l'eau elle-même.

• La base consonantique à finale : -R / - L

  • 157  Fray Diego indique la série très proche bar, bor, pol, pul, pil, pir, zir pour le bouillonnement d (...)

474bur bur,far far, kal kal, kar kar, mur mur, pal pal, par par, pur pur, tzur tzur157
Cette base monosyllabique exprime un bruit continu léger comme le murmure, le bouillonnement de l'eau.

4.3. Thématique du mouvement, du déplacement

475Bien sûr certaines bases consonantiques qui s'appliquent au bruit, au son, peuvent être utilisées pour exprimer le déplacement. Un déplacement est généralement accompagné de bruit, plus ou moins important.

476Il s'agit de rendre une impression visuelle accompagnée parfois de bruit par une réduplication onomatopéique. Or un déplacement est souvent fait grâce à des gestes réguliers, des mouvements répétés (marche, course). La réduplication rend directement cette répétition de gestes qui autorisent le déplacement. La durée sera traduite par le nombre de syllabes de la base.

• La base consonantique : D.L.D / D.L.G

  • 158  Fray Diego indique la série proche mais bisyllabique dindil, dilin, gingil, zintzil pour le « mouv (...)

477dilinda dilinda, dilinga dalanga, dilinga dilinga, dilingo dalang
Cette base exprime le balancement, le dandinement qui est une activité à mouvements périodiques158. Trisyllabique, la base exprime une période plus longue, un mouvement plus lent, que celui exprimé par la base D.G des sons de cloche, par exemple.

• La base consonantique : F / FL / F.R

  • 159  Jakobson et Waugh rappellent que Jespersen avait relevé « la famille de mots à groupe initial fl- (...)

478fia fia, fiu fiu, fliu flau,farra farra, firri firri
Cette base monosyllabique exprime un mouvement rapide, léger, furtif La bilabiale [f] est tout à fait appropriée159.

• La base consonantique : T.K / T.P / TX.K / TR.K / TR.K.L

479taka taka, tiki taka, tapa tapa, ttaka ttaka, tanpa tanpa, tinpa tanpa, tinpi tanpa, tipa tapa, tipi tapa, toko toko, traka traka, trika traka, triki traka, troko troko, ttaka ttaka, ttapa ttapa, ttiki ttaka, ttika ttaka, ttiki ttiki, ttipi ttapa, ttoko ttoko, traka traka, trika traka, triki traka, trinka tranka, trinkala trankala, trinkala trunkala, truku truku, ttuku ttuku, tuku tuku, txuku txuku
Cette base exprime la marche au pas ou au trot, rapide avec un bruit plus ou moins important selon l'onomatopée. Le rythme de la marche est binaire. Les onomatopées à base bisyllabique sont les plus appropriées à la traduire en sons. Cette richesse s'explique par le mode de vie disparu où les déplacements et les transports à pied ou à l'aide d'animaux étaient la règle.

• La base consonantique : Z.B / Z.P

480zanba zanba, zanga zanga, zanpa zanpa, zinba zanba, zinpa zanpa, zinpi zanpa, zunpa zunpa
Cette base bisyllabique exprime des mouvements réguliers, deux syllabes, ou des mouvements brusques, bruyants. La sonore [z] associée à l'occlusive exprime cette dernière notion.

• La base consonantique : ZRT / Z.PR.T

481zirt zart, zipirta zaparta, zipirti zaparta
Proche de la base précédente avec en initiale la sonore [z], elle exprime le mouvement brusque, rapide, inattendu.

482Notre relevé vérifie cette autre observation de F. Skoda dans Le redoublement expressif... « Le nombre plus restreint des impressifs de mouvements répétés correspond au fait que les mouvements sujets à répétition sont probablement moins nombreux que les sons livrés par la nature », p. 236.

4.4. Thématique de l'homme, siège d'une sensation physique

• La base consonantique : DL / DR / NR

483dal dal, dar dar pour le tremblement et dar dar, nar nar pour le mal lancinant (qui revient).
Cette base monosyllabique exprime une sensation répétitive mais de période brève.

• La base consonantique DZST / SST / ZRT / ZST / ZZ.T / TZS.T

484dzirt dzart, dzist dzast, dzist dzast, sist sast, sista sasta, sisti sasta, tzista tzista, tzisti tzista, zist zast, zizti zazta.
Ici la thématique est la douleur brève, la piqûre. Les composantes monosyllabiques expriment cette brièveté de la sensation. L'utilisation des sifflantes [s] [z] z et [ʂ] s traduisent la sensation insidieuse, désagréable.

4.5. Thématique de l'évaluation subjective, de la qualification

  • 160  F. Skoda, Le redoublement expressif..., p. 81.

485A ce stade de la répartition sur une base sémantique des onomatopées rédupliquées, on peut se demander s'il ne faut pas poser un autre champ notionnel, celui de l'évaluation subjective. Le locuteur donne un jugement sur la qualité de l'activité décrite : rapidité, brusquerie, manque de soin, etc. Ceci relève de sa subjectivité. Ici on n'a peut-être pas de caractère imitatif mais par l'itération on crée des « impressifs audio-moteurs »160.

486Comme on le laissait entendre en 4.1., les bases consonantiques présentées plus haut peuvent toutes servir à exprimer une dimension subjective, variable selon le contexte. Ceci implique une étude en discours authentique pour dégager la valeur, les valeurs de l'onomatopée rédupliquée considérée. Cet aspect incontournable d'une étude linguistique n'est pas abordé ici.

• La base consonantique : B.RS.T / P.RS.T / T.RS.T

  • 161  Fray Diego indique la série proche, même si elle est bisyllabique, barra, barras, parra, parras, p (...)

487birrista barrasta, birristi barrasta burrusta burrusta, pirrista parrasta, pirrista pirrista, pirristi parrasta, turrusta turrusta, tzirrista tzirrista, tzurrusta tzurrusta
Elle exprime des notions comme brusquement, de façon désordonnée et en assez grande quantité, irrégulièrement mais à profusion. La base est trisyllabique, qui traduit cette notion de quantité, de profusion. La vibrante [r] évoque plutôt le côté irrégulier, désordonné161.

• La base consonantique : Ñ.K

488ñika ñaka, ñiki ñaka, ñiku ñaka
La base bisyllabique rend la notion de petits coups répétés, la palatale ñ le côté négatif du taquinement associée à l'occlusive sourde [k].

• La base consonanrique à finale : -R

489ñir ñir, pir pir, ter ter, tter tter, ttir ttir, txer txer, txir txir, txur txur, tzur tzur
La base est monosyllabique. Elle exprime des notions comme en petite quantité, peu à peu, mais régulièrement.

• La base consonantique : ZR.T / Z.PR.T

490zipirta zaparta, zipirti zaparta, zirta zarta
Cette base exprime le mouvement brusque, sans soin, l'action rapide et décidée. Elle est à rapprocher de Z.B / Z.P en 4.3.

Conclusion

491Concernant la place des onomatopées rédupliquées en basque souletin, on ne peut être que frappé par leur nombre. Elles correspondent donc à un besoin d'expressivité important.

492Au-delà d'une meilleure connaissance de la langue basque au plan lexical, cette étude fournit des données utiles pour une étude comparative interdialectale des onomatopées rédupliquées qui reste à faire, à ma connaissance. Les travaux écrits sur les onomatopées rédupliquées sont peu nombreux et plutôt allusifs. On a donné dans le relevé, dans le texte ou en note, l'essentiel des exemples proches ou identiques au plan sémantique ou formel que les écrits sur le basque proposent. Il serait utile de repérer les emprunts au castillan, au béarnais (on en a donné), à l'aragonais, etc., pour mieux cerner ce qui relèverait du plus général et du spécifique au basque.

493Il serait aussi intéressant de savoir si les onomatopées rédupliquées sont plus ou moins employées qu'autrefois, s'il y a des pertes ou des créations. L'approche diachronique ainsi serait d'une grande utilité pour mettre à jour l'évolution dans les usages, les procédés productifs, la place dans la langue. Les unités d'origine onomatopéiques, comme les autres unités du lexique des langues, sont soumises au changement : altération de la forme phonique et / ou du contenu sémantique.

494J'ai relevé des traits, des structures qui font partie de tendances généralisées à travers les langues. Voir les nombreux exemples comparables à ceux recueillis ici, fournis dans l'ouvrage de F. Skoda. Cette étude d'un corpus basque souletin est donc, à sa place, une contribution à la recherche, à la confirmation de quelques universaux linguistiques. Le symbolisme phonétique, les universaux icono-phonétiques sont bien une réalité fondamentale des langues.

Haut de page

Bibliographie

Dictionnaires basques, lexiques souletins

Azkue Resurrección Maria de, 1905-1906 (1984), Diccionario vasco-espanol-francés, Bilbo, Euskaltzaindia, 1219 p.

Casenave-Harigile Junes, 1989, Hiztegia Français-Euskara Züberotar eüskalkitik abiatzez, Ozaze (Züberoa), Hitzak, 620 p.+Erratum. 1993, Hiztegia II Eiiskara-Français, Xiberotar eüskalkitik abiatzez, Ozaze (Xiberoa), Hitzak, 560 p.

Geze Louis, 1873, Eléments de grammaire basque, dialecte souletin, suivis d'un vocabulaire basque-français & français-basque, Bayonne, fac-similé, 1979, Donostia, Hordago, VII+ 360 p.

Larrasquet Jean, 1939, Le Basque de la Basse-Soule Orientale, Paris, Klincksieck, 223 p.

Lhande Pierre, 1926, Dictionnaire basque-français et français-basque (dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin), tome I, Dictionnaire basque-français, Paris, Gabriel Beauchesne, LII+1117 p.

Mispiratçeguy Fenaille, 1936, Dictionnaire français-basque Hitzthegi Eskuara-Frantses Grammaire, Paris, Les éditions initiatiques, 248 p.

Dictionnaires béarnais et gascon

Lespy Vastin et Raymond Paul, 1998 (1887), Dictionnaire béarnais ancien et moderne, réédition remaniée, Pau, Marrimpouey, 661 p.

Morà Pèir, 1994, Diccionari Occitan-Francés segon los parlars de Gasconha, Artigues près Bordeaux, Princi Negre Editor, 245 p.

Palay Simin, 1991 (1932-34, 1974), Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes (Bassin Aquitain), 3e édition complétée, Pau, Editions du Centre national de la recherche scientifique, 1053 p.

Linguistique basque, onomatopées

Azkue Resurrección Maria de, 1935-1942, III. Auíen izkuntza, Euskaleriaren Yakintza Literatura popular del País vasco, III Irugarren liburua, Madrid, p. 357-361.

Fraydiego J. dealzo, 1961, 1. Los nombres onomatopeyicos, Estudio sobre el euskera hablado, San Sebastián, p. 248-257.

Lafitte Pierre, 1944 (1962), Grammaire basque (Navarro-labourdin littéraire), Édition revue et corrigée, Bayonne, Elkar-Ikas, 489 p. , en particulier § 37, 238, 322, 333, 339, 406, 904.

Peillen Domingo, 1979, Expression de la connotation ironique au niveau phonologique dans le basque de la Haute-Soule, Fontes Linguae Vasconum : studia et documenta, 32, Pampelune, p. 237-241.

Orpustan Jean-Baptiste, 1997, Chapitre VII Onomatopées, interjections, locutions, Basque et français Méthode abrégée de traduction Navarro-labourdin classique, Saint-Etienne de Baïgorry, Editions Izpegi, p. 163-180.

ZAMARRIPA Y Uraga Pablo de, 1918, Onomatopeyas vizcaínas, Manual del vascófilo, Bilbao, José A. de Lerchundi, p. 186-192.

Linguistique générale, phonétique, onomatopées

Builles Jean-Michel, 1998, Manuel de linguistique descriptive Le point de vue fonctionnaliste, Paris, Nathan, 414 p.

Dubois Jean, 1994, sous la direction de, Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse, LX+514 p.

Fónagy Ivan, 1983 (1991), La vive voix - Essais de psycho-phonétique, Paris, Payot, en particulier chapitre III 1. Les sons du langage p.57-107.

Jakobson Roman, 1960 (traduction 1963), Chapitre XI, Linguistique et poétique, Essais de linguistique générale, Tome I, Paris, Les Editions de Minuit, p. 209-248.

Jakobson Roman, 1976, Leçon VI, Six leçons sur le son et le sens, Paris, Les Editions de Minuit, p. 115-121.

Jakobson Roman et Waugh Linda R., 1979 (traduction 1980), Chapitre IV, La magie des sons du langage, La charpente phonique du langage, Paris, Les Editions de Minuit, p. 217-257.

Leon Pierre, 1993, Chapitre 3, Encodage oral du texte poétique, Précis de phonostylistique Parole et expressivité, Paris, Nathan, 43-67 p.

Sapir Edward, 1929 (traduction 1968), Recherches sur le symbolisme phonétique, Linguistique, Paris, Les Editions de Minuit, p. 187-203.

Skoda Françoise, 1982, Le redoublement expressif : un universal linguistique - Analyse du procédé en grec ancien et en d'autres langues, Paris, SELAF, 269 p.

Whorf Benjamin Lee, 1956 (traduction 1969), Linguistique et anthropologie, Paris, Editions Denoël, 221 p.

Haut de page

Notes

1  Estudio sobre el euskera hablado, p. 257.

2  Estudio sobre el euskera hablado, p. 257.

3  Builles, Manuel de linguistique descriptive, p. 76.

4  Builles, Manuel de linguistique descriptive, p. 385.

5  Builles, Manuel de linguistique descriptive, p. 77.

6  Dictionnaire de linguistique..., p. 334.

7  F. Skoda, Le redoublement expressif..., p. 38.

8  Linguistique et anthropologie, p. 211.

9  Six leçons sur le son et le sens, p. 118-119.

10  Dictionnaire de linguistique..., p. 403.

11  F. Skoda, Le redoublement expressif... p. 13.

12  Dictionnaire de linguistique..., p. 403.

13  Jakobson et Waugh, La charpente phonique du langage, p. 238.

14  Pour plus de détails voir Coyos, 1999, Le parler basque souletin des Arbailles, Paris, L'Harmattan, p. 59-93.

15  En grec ancien sur les bases KA-KHA, KA-KH- sont formés des verbes « qui traduisent le rire aux éclats... les ricanements... le rire de l'exultation ». On retrouve KA-KA dans d'autres langues pas seulement indo-européennes pour exprimer l'éclat de rire, exemple malgache : kakakáka (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 54).

16  En grec ancien on a « titthoi : seins, c'est-à-dire les bouts de seins » et des formes de base TI-T- dans de nombreuses langues pas toutes indo-européennes avec pour sens « pis », « mamelle », etc. (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 198).

17  On en trouvera d'autres aux pages 64 et 65 de l'ouvrage de M. Duvert, B. Decha et C. Labat Jean Baratçabal raconte..., 1998, Lauburu. Bayonne, 443 p.

18  « Dans toutes les langues, les termes du langage « enfantin » sont caractérisés par le redoublement. Ils constituent les premières acquisitions du discours conventionnel qui se distinguent ainsi d'une période de babil pendant laquelle l'enfant peut émettre en de longue séries une infinité de sons extrêmement variés » (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 181). « Il est parfois difficile de départager ce qui relève de la création enfantine ou ce qui est dû à l'entourage de l'enfant... la duplication, naturelle chez l'enfant, est utilisée par l'adulte pour créer des termes affectueux » (ibid. , p. 200-201).

19  En grec ancien sur la base PI-PI- est formé un verbe « qui évoque les cris aigus des jeunes oisillons ». Dans d'autres langues sur cette base on forme des verbes comme « piailler » ou des noms d'oiseaux (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 84-85).

20  Manuel de Lekuona donne cette variante du Pays Basque Sud (Obras completas, tome 1, p. 615) :
Baga, liga, iga
laga, boga, sega
zai, zoi, bele ; arma, tiro pun !

21  Palay , Dictionnaire du béarnais..., p. 34.

22  Cf. l'onomatopée française badaboum ! « bruit de chute ».

23  J. L. Davant l'entend répétée plutôt trois fois. En grec ancien la base redoublée BAR-BAR- est la « forme imitative du bredouillement comme le sanskrit barbara « qui bredouillent », désignation des peuples étrangers... latin balbus « qui bredouille » », etc. (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 65). D'où barbare « étranger ».

24  Fray Diego donne « Ura bar-bar egon » avec le sens de « L'eau est au stade du bouillonnement fort ».

25  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne barrabin - barraban « avec fracas », p. 106.

26  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne parrabis-parrabàs « ...écroulement ; avec fracas... », p. 731.

27  Dans la pastorale Herriko semeak de Patrick Quéheille jouée à Barcus en 1998, page 65. Bibitin babatan est donné comme équivalent de palatín patatán en espagnol. A. C. ne connaît pas.

28  Orpustan donne en navarro-labourdin bimpi-bampa « volée, suite de coups sonores », Basque et français. .., p. 168.

29  Birrinba-barranba : Azkue (bas-navarrais et roncalais) « maladroit, sans adresse ». Biŕinbibaŕanba : Lhande (dialectes bas-navarrais) « à grands fracas ». Le roncalais était un dialecte limitrophe du souletin et qui a disparu.

30  Lhande donne bliu-blau pour le Labourd « le bruit de plusieurs gifles, etc. ».

31  Briu brau dans la pastorale Pette Basabürüa de J. Casenave-Harigile, 1982, Pagola, p. 54. Briu brau : Azkue (Labourd) « énergie », Orpustan pour le navarro-labourdin « acte de fermer bruyamment et vite une porte... », Basque et français..., p. 167. Lespy-Raymond donnent briu « vif, rapide », Dictionnaire béarnais, p. 111.

32  Remarquer l'expression Abisa bunba ! « Attention de ne pas tomber ! (à un enfant) ». Punpa est aussi possible.

33  Azkue la donne pour le Roncal. Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne parmi d'autres mots proches bourboû « source bouillonnante », bourboulhoû « bouillonnement », p. 151.

34  Lespy-Raymond donnent bourris-bourras « avec précipitation », Dictionnaire béarnais, p. 105.

35  En grec ancien la base redoublée BM-B- « suggère des bruits sourds, imprécis » (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 67-68). Et dans d'autres langues indo-européennes jusqu'au français boum boum mais avec les voyelles [e], [o] ou [u]. Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne bourroumbà « gronder sourdement... (le canon) », etc., p. 155.

36  Azkue et Zamarripa la donnent pour le biscayen avec le sens de boire à grandes gorgées. Fray Diego également mais aussi danga « coup de cloche ». Lafitte donne dan-dan-dan « tocsin », Grammaire basque, p. 182.

37  Zamarripa la donne pour le biscayen avec le sens de tremblement.

38  Lhande le donne pour le Labourd.

39  A rapprocher du français ou de l'anglais ding dong. Lespy-Raymond donnent dingue-dangue « oscillation », Dictionnaire béarnais, p. 212.

40  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne estric-estrac « coup sur coup », p. 478. Lespy-Raymond indiquent estic-estac « aussitôt après, sans retard », Dictionnaire béarnais, p. 259.

41  Zamarripa la donne pour le biscayen avec le sens de mouvement doux.

42  Casenave-Harigile donne aussi firifara « sans attention », firifîri « giration ».

43  Firristi-farrasta : Azkue (bas-Navarrais Salazar), Lhande (bas-navarrais) « gâcher, travailler sans soin ».

44  Page 66 de l'ouvrage cité en note au paragraphe 1.5.3. Jean Baratçabal raconte...

45  Dans le texte polycopié Lehenago Gameren... de Kadet Oxibar (que m'a donné l'abbé Jean Eppherre), p. 15.

46  Lhande la donne pour le Labourd.

47  On note que cette onomatopée existe aussi en français : guiliguili. En grec ancien la base redoublée GIN-GIL- dissimilation de GIL-GIL traduit « chatouillement causé par les mains, rire ». Redoublée ou pas la voyelle [i] suggère le chatouillement dans de nombreuses langues, turc, langues d'Océanie...»  (F. Skoda, Le redoublement expressif..., p. 82). Cf. aussi le français titiller.

48  Lhande la donne pour le Labourd, Zamarripa pour le biscayen, Azkue pour les dialectes du Sud et le Labourd.

49  Hiŕunhaŕun : Lhande (C.) « tohubohu, désordres et altercations ». A. C. ne connaît pas.

50  Lhande la donne pour le Labourd.

51  Peut-être du démonstratif de distance proche hau « ceci, celui(celle)-ci, cet(tte) ».

52  Lespy-Raymond donnent hurrupa « boire à petites gorgées, siroter », Dictionnaire béarnais, p. 336. Palay donne hurrùp « gorgée de liquide », Dictionnaire du béarnais..., p. 580.

53  Lespy-Raymond donnent zigo-zago « le bruit qu'un coup fait allant et venant », Dictionnaire béarnais, p. 659. Palay donne ziguezague et zingue-zangue « onom. de quelque chose qui va et vient, scie... », Dictionnaire du béarnais..., p. 1005.

54  Kal-kal : Azkue, Lhande (Bas-Navarrais, Labourd) « bruit de l'ébullition ». Orpustan donne pour le navarro-labourdin gal-gal-gal ou kal-kal-kal « bruit d'un liquide qui bout », Basque et français..., p. 168.

55  Zamarripa donne kar-kar-kar en biscayen pour le rire trop bruyant, Orpustan pour le navarro-labourdin « grattement d'un insecte », Basque et français..., p. 169.

56  Kañü-kañü : Lhande (S.) « peu à peu ». A. C. ne connaît pas.

57  En grec ancien la base redoublée KER-KH- traduit des « sons rauques » ... « des quintes de toux et les râles » (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 53).

58  Azkue donne kiska-kaska pour le Roncal : « pif paf, pan pan, de l'action de frapper quelqu'un ». Lafitte indique kisk-kosk « choc », Grammaire basque, p. 182.

59  Azkue et Zamarripa la donnent pour le biscayen avec le sens de bruit de la grêle, Azkue « tapoter les enfants » en biscayen et guipuzcoan.

60  Lhande la donne pour le Labourd.

61  Sûrement de ikusi « voir ». Azkue donne kuzkuz (Guipuzcoa et Roncal) « observation ».

62  Palay donne lapá « laper, boire... », Dictionnaire du béarnais..., p. 605 et lipe-lape « onom. d'une bête qui lape... gros mangeur », p. 620.

63  J. L. Davant l'entend répétée plutôt trois fois.

64  Marmar : Azkue (divers dialectes du Sud) « murmure ».

65  J. L. Davant l'entend répétée plutôt trois fois. Murmur : Azkue (divers dialectes du Sud) « murmure des eaux ». En grec ancien la base redoublée MOR-MUR- a donné un verbe qui traduit « le grondement des flots qui bouillonnent » dans l'épopée homérique. En sanskrit murmura- « feu qui crépite », en hindi murmur « murmurer, grogner », etc. (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 94).

66  Azkue la donne pour le Roncal et la Basse-Navarre. Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne gnacà « mordre », p. 529 et gnicou-gnàcou « onom. du mâchonnement, du jeu et du bruit des dents quand on mâche », p. 530.

67  Lespy-Raymond donnent gnicou-gnacou « celui qui en mangeant fait « gnic-gnac », le porc », Dictionnaire béarnais, p. 296.

68  Azkue donne cette forme pour le roncalais ñika-ñaka : « clignotant, cillant ». On trouve dans le Diccionari Occitan-Francés... de Pèir Morà, p. 132, nhica-nhaca « discussion mordante, querelle ». Lespy-Raymond donnent gnique-gnaque « être en zizanie, se quereller... », Dictionnaire béarnais, p. 297 et Palay « discussion mordante... asticotage », Dictionnaire du béarnais..., p. 530.

69  En grec ancien la base redoublée PA-PHL- se trouve dans un verbe traduisant « le bouillonnement des flots dans l'épopée homérique » (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 88).

70  Azkue donne cette onomatopée rédupliquée avec ce sens pour d'autres dialectes et Zamarripa pour le biscayen.

71  Une personne était surnommée Anton (Antoine) Parranpanpan (X. Peyran, A. C).

72  Lafitte la donne « à coups redoublés », Grammaire basque, p. 182. Phinpili phanpala dans le texte polycopié Lehenago Gameren... de Kadet OXIBAR, p. 18. A. C. refuse.

73  Azkue la donne pour le haut-navarrais et le Labourd « onom. du frappement et de la pétarade », Lhande pour le Labourd.

74  Fray Diego donne « Ura pir-pir egon » avec le sens de « l'eau est au stade du bouillonnement doux ».

75  Egalement page 146 de Jean Baratçabal raconte..., ouvrage indiqué en note en 1.5.3.

76  Lhande la donne pour le Labourd avec le sens de bruit d'un objet qui se brise ou d'un chien qui mange.

77  Azkue et Lhande donnent plau pour le Labourd avec le sens de « poum », onomatopée de la chute dans l'eau et pour le bas-navarrais, onomatopée de l'arrêt subit.

78  Murmur : Azkue (divers dialectes du Sud) « murmure des eaux ». En grec ancien la base redoublée MOR-MUR- a donné un verbe qui traduit « le grondement des flots qui bouillonnent » dans l'épopée homérique. En sanskrit múrmura- « feu qui crépite », en hindi murmur « murmurer, grogner », etc. (F. Skoda dans Le redoublement expressif..., p. 94).

79  A rapprocher peut-être de poutoà, poutounà « baiser, embrasser », poutoû « petit baiser », Palay, Dictionnaire du béarnais..., p. 529

80  Azkue et Lhande la donnent pour d'autres dialectes et Zamarripa pour un petit pas léger en biscayen, Fray Diego pour aller à petits pas.

81  Lhande donne tampa-tanpa (C.) « sourdement ».

82  Azkue la donne comme commune « (marcher) à petits pas » et pour le roncalais « pulsation ».

83  Tapa-tapa « onomatopée de la pulsation » (Azkue, Roncal). Palay dans son Dictionnaire du béarnais donne tapatà « bruit des sabots d'un cheval qui court », p. 935.

84  Azkue et Lhande la donnent pour la Navarre.

85  Zamarripa la donne pour marcher tout doucement au pas en biscayen, Azkue pour plusieurs dialectes du Sud et Fray Diego aussi.

86  Comme en français ou en espagnol mais ticktock en anglais.

87  Tinkitili tinkatala : Cas. « lourdement ».

88  Tilin tilin : Azkue donne ce sens pour des dialectes du Sud. Fray Diego donne aussi tilin-talan, tilin-talanka, tilinko-talanko.

89  Lhande donne tal-tal (C.) « de quelqu'un qui parle sans arrêt » et (S.) « (aller) par monts et par vaux ».

90  Lhande la donne pour le Labourd et la Navarre « onom. de la marche dans une flaque d'eau ».

91  Lafitte la donne : « marche rapide », Grammaire basque, p. 182. Zamarripa la donne pour marcher tout doucement au pas en biscayen, Azkue pour plusieurs dialectes du Sud.

92  Lhande la donne pour le Labourd. Lafitte indique tipus-tapas « soudain », Grammaire basque, p. 182.

93  Lhande la donne pour les dialectes bas-navarrais. Lafitte indique tirripiti-tarrapata « précipitation », Grammaire basque, p. 182.

94  Manuel de Lekuona donne page 24 du tome 1 de ses Obras completas pour le cheval trakatan trakatan. Il semble que ceci évoque plutôt le trot. Lespy-Raymond donnent trique-traque « onomatopée, trot de l'âne », Dictionnaire béarnais, p. 638.

95  Lespy-Raymond donnent trinque-tranque « les coups de marteau du forgeron », Dictionnaire béarnais, p. 637.

96  Lhande donne cette onomatopée pour le Labourd et la Navarre.

97  Fray Diego donne parmi d'autres trinki-tranka, trinkili-trankula pour marcher (ou autre activité) maladroitement, gauchement.

98  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne tricou-tràcou « à un petit train, mais pas trop bien... qui roule cahin-caha », p. 985.

99  Azkue la donne pour d'autres dialectes.

100  Lhande la donne pour le Labourd et Azkue pour d'autres dialectes.

101  Tikila tikala : Cas. « cahin-caha », A. C. ne connaît pas.

102  Azkue la donne pour d'autres dialectes.

103  Lhande la donne pour le Labourd.

104  Azkue donne ce sens pour plusieurs dialectes et pas le souletin.

105  Lhande la donne pour le Labourd et la Navarre et pas le souletin.

106  Azkue donne tukutuku avec ce sens pour des dialectes du Sud.

107  Azkue et Zamarripa donnent txapla txapla pour marcher dans l'eau en biscayen.

108  Lhande (C.), Cas. donnent aussi plistiplasta « onomatopée de clapotement ».

109  Azkue donne cette réduplication en biscayen et guipuscoan avec le sens de « bruit de friture », Zamarripa aussi. Ce dernier donne txih-txiri en biscayen pour un travail continu et sans fatigue.

110  Lespy-Raymond donnent choupa, choupi « mouiller, tremper dans l'eau », Dictionnaire béarnais, p. 150.

111  Orpustan pour le navarro-labourdin xafla-xafla « bruit du pas », Basque et français..., p. 173.

112  Fray Diego la donne pour boire à grandes gorgées.

113  Zanpa zanpa : Azkue (pas pour la Soule) « de l'action de dévorer, de manger gloutonnement ». Zamarripa donne pour le biscayen zapa-zapa avec le sens de marcher sans s'arrêter. Fray de Diego la donne pour manger à grandes bouchées ou donner des coups nombreux.

114  Palay dans son Dictionnaire du béarnais... donne siflà « cingler d'un coup... boire un coup rapidement », p. 906.

115  Ziri-ziri : Larrasquet « sans cesse ».

116  Ici Ximun Peyran décompose l'onomatopée et utilise le répétitif ara « re- » (français : « Rebim ! Rebam ! ».

117  Lhande la donne pour le Labourd et la Navarre. Lafitte indique zirt-zart « éclatement », Grammaire basque, p. 182.Zirt-zart ou zirta zarta, Azkue (pas pour la Soule) « frapper, faire pif paf ». Fray Diego donne zirt-zart, zirti-zarta : avec décision, résolument. Orpustan donne pour le navarro-labourdin zirti-zarta « suite d'éclats, volée », Basque et français..., p. 167.

118  Zamarripa donne zisti-zasta avec le sens de pincer plusieurs fois pour le biscayen.

119  Fray Diego la donne avec le même sens.

120  Zamarripa la donne avec le sens de donner des coups répétés pour le biscayen.

121  Dans Fontes Linguae Vasconum, 1999, 80, Pampelune, p. 157.

122  Léon, Précis de phonostylistique, p. 57.

123  La locution amel amela « béatement, avec l'eau à la bouche », que j'ai tenu à donner car elle n'est pas référencée dans les dictionnaires, est difficile à classer dans les onomatopées rédupliquées. De même pour ikusi mikusi.

124  Léon, Précis de phonostylistique, p. 46.

125  Lafitte en donne des exemples pour le « navarro-labourdin », Grammaire basque, p. 149 et Villasante dans Palabras vascas compuestas y derivados, p. 26-27 (1974, Aránzazu, 164 p.).

Voir aussi l'article de Peillen Expression de la connotation...

126  P. 184, L'homme de paroles, Contribution linguistique aux sciences humaines, 1985, Paris, Fayard, 314 p.

127  Léon, Précis de phonostylistique, p. 52.

128  Il est à noter que dans le corpus biscayen que donne Zamarripa sur 67 onomatopées rédupliquées (j'ai exclu les cris d'animaux), 23 commencent par [t] soit 35% (ta-, ti- ou tx-) et 13, presque 20% par [tʃ] tx- (Manuel...).

129  Jakobson et Waugh, La charpente phonique du langage, p. 226-227.

130  Linguistique, p. 188.

131  Jakobson et Waugh, La charpente phonique du langage, p. 228.

132  Sapir, Linguistique, p. 198.

133  Linguistique, p. 188.

134  La vive voix, p. 19.

135  La vive voix, p. 103

136  Jakobson et Waugh citent toutefois deux exemples en javanais où c'est l'inverse comme djas-djis « sans valeur », La charpente phonique du langage, p. 219. Mais cette structure est très rare.

137  Léon, Précis de phonostylistique, p. 53.

138  Léon, Précis de phonostylistique, p. 46.

139  Léon, Précis de phonostylistique, p. 47.

140  Fόnagy, La vive voix, p. 42

141  Sapir, Linguistique, p. 189.

142  Fónagy, La vive voix, p. 91.

143  Fónagy, La vive voix, p. 35.

144  Fónagy, La vive voix, p. 58.

145  La vive voix, p. 58.

146  Fónagy, La vive voix, p. 60.

147  Fónagy, La vive voix, p. 60.

148  Fónagy, La vive voix, p. 76.

149  Fónagy, La vive voix, p. 75.

150  Léon, Précis de phonostylistique, p. 55.

151  Précis de phonostylistique, p. 55.

152  Lhande donne cette onomatopée pour le labourdin « à longs traits ».

153  Bernard Pottier, Sémantique générale, 1992, Paris, PUF, p. 73.

154  Le redoublement expressif..., p. 77.

155  Léon, Précis de phonostylistique, p. 51.

156  Fray Diego indique la série proche pour « patauger, barboter dans l'eau », balast, plast, plist , plasta, plisti Estudio..., p. 250.

157  Fray Diego indique la série très proche bar, bor, pol, pul, pil, pir, zir pour le bouillonnement de l'eau, Estudio..., p. 250.

158  Fray Diego indique la série proche mais bisyllabique dindil, dilin, gingil, zintzil pour le « mouvemnt de quelque chose en suspend », Estudio..., p. 251.

159  Jakobson et Waugh rappellent que Jespersen avait relevé « la famille de mots à groupe initial fl- ...comme exprimant le mouvement », La charpente phonique du langage, p. 226-227.

160  F. Skoda, Le redoublement expressif..., p. 81.

161  Fray Diego indique la série proche, même si elle est bisyllabique, barra, barras, parra, parras, parrun, purra, purras,purrun pour répandre à profusion du grain, Estudio..., p. 250.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemple d'article : zanpa zanpa
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1368/img-1.png
Fichier image/png, 16k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1368/img-2.png
Fichier image/png, 5,6k
Légende 16 Pour indiquer les occlusives [t] et [t] palatalisées on utilisera les signes [ʈ] et [d]
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1368/img-3.png
Fichier image/png, 11k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1368/img-4.png
Fichier image/png, 5,8k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1368/img-5.png
Fichier image/png, 6,0k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1368/img-6.png
Fichier image/png, 776 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Coyos, « Les onomatopées rédupliquées en basque souletin », Lapurdum, 5 | 2000, 13-97.

Référence électronique

Jean-Baptiste Coyos, « Les onomatopées rédupliquées en basque souletin », Lapurdum [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1368 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1368

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Coyos

UMR 5478
jean-baptiste.coyos@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Coyos J –B. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org