Navigation – Plan du site
Littérature

Goulven Pennaod, Jon Mirande et la Bretagne

Francis Favereau
p. 293-305

Texte intégral

1De son vrai nom Georges Pinault (Saint-Malo 1928-), « Goulven Pennaod » (c'est son nom bretonnisé, comme c'était alors l'habitude militante, plutôt qu'un nom de plume) apprend le breton assez jeune, après des études secondaires au collège de Saint-Malo, où ses parents tenaient commerce, a-t-il rappelé récemment. Abeozen (1957, 216) le décrit arrivant, encore adolescent, dans sa cellule à la fin 1944, alors que lui-même avait été arrêté et emprisonné pour ses activités breton-nantes, notamment sur les ondes de Radio-Roazhon, la radio en breton créée sous l'Occupation (elle émettait des émissions essentiellement culturelles, mais sous autorité allemande, dirigées par L.P. Nemo, alias Roparz Hemon).

2De fait, selon son témoignage postérieur (AL LIAMM n° 294/76), G. Pinault fut condamné à l'indignité nationale après la Libération, avec interdiction de résider dans les cinq départements bretons, comme tant d'autres, mais étant mineur, il fut autorisé à devenir pensionnaire dans un lycée rennais. Il y reprit donc ses études, comme le note Abeozen, après l'été 1945 où il avait été libéré. Mais il n'était pas homme à se ranger et il partit travailler à Paris dans une banque. Après un an passé au Pays de Galles (où il fit toutes sortes de métiers, tour à tour vacher, employé d'un prêtre catholique..., avant de rentrer, fuyant précipitamment devant Scotland Yard sous l'accusation de « terrorisme », F. Elies dixit, sans doute selon ses dires), il effectue son service militaire, puis il s'engage dans l'armée, et y reste faire carrière, notamment en Indochine. Il a ainsi participé à la bataille de Dien-Bien-Phu, puis à d'autres campagnes, pour terminer sa carrière comme officier supérieur à Paris, où il s'est depuis longtemps installé, avant de revenir plus souvent à Saint-Malo à l'heure de la retraite.

  • 1  Kerverzhioù, comme on le cite en général, est la forme bretonnisée du patronyme de Guillaume Berth (...)

3Il a été influencé par Kerverzhioù1, aussi bien dans sa poésie (parue dans les premiers numéros de la revue AL LIAMM) qu'au travers de ses idées « non-chrétiennes » (Abeozen 1957,216-cf. n° 12-13, & 14, 27, 32-33, 43-traduit du suédois –, & n° 53 : Kentel-zigeriñ evit ar bloaz nevez). Puis vinrent des textes en prose consacrés à l'Indochine (Lâm Ngôc Sy, n° 42), ou à la bataille perdue de Dien-Bien-Phu (Diskenn a eure d'an Infernioù, n° 50), alors qu'engagé dans l'armée coloniale française après la dernière guerre, où il avait été un jeune militant de Breiz Atao (mouvement autonomiste, c'est pour cela qu'il fut emprisonné en 1944), il côtoyait en Indochine des officiers comme J. M. Le Pen, avec qui il conservera des relations amicales de militaire engagé partageant les mêmes valeurs ; il appellera publiquement à voter pour lui dans les années 80, malgré son « réformisme » (sic).

4C'est que, de notoriété publique, Pennaod a gardé des sympathies qui vont à l'extrême de la droite française, et plutôt dans les cercles néo-nazis. Le grand homme des revues éphémères et confidentielles qu'il a parfois fondées, comme AR STOURMER, puis DIASPAD... (cf. Dyaspat, AL LIAMM, n° 70 – le gallois diasbad est traduit par « cri »), ou auxquelles il a pu collaborer, comme jadis à la feuille raciste AN NERZH (« La Force » – avec des traductions –, cf. AL LIAMM, n° 169) ou KANNADIG KER VREIZH... semble bien être Mordrel, ancien leader de Breiz Atao depuis les années vingt, qui tenta de négocier avec les Allemands en 1940, puis se réfugia en Argentine à la Libération, avant de revenir, via l'Espagne de Franco où il vécut un temps, dans les années soixante-dix.

5Abeozen, le meilleur analyste de la littérature de cette période (op. cit.) ne cachait pas une certaine sympathie pour ce néo-bretonnant atypique, qui « avec ce qu'il sait a forgé un outil de discours qui nous laisse bien perplexe », mais il avouait n'avoir « rien compris » à ces premiers poèmes de Pennaod, avant de s'y habituer, dit-il, même si son jugement global restait nuancé sur cette variante de breton jugée « élitiste ».

6La période de l'après-guerre, parfois décrite comme une « traversée du désert » par la mouvance bretonne jusqu'en 1968, voit alors la traduction par G. Pennaod de certains textes de Jon Mirande, poète basque (souletin), né à Paris en 1925 (mort en 1972), travaillant au ministère de la Guerre et partageant les mêmes idées dites « extrêmes » (« fascistes », disent clairement les Basques du sud, comme du nord qui le considèrent cependant comme un grand poète et prosateur de langue basque, y compris dans les manuels scolaires récents : « faxista eta anti-semita, ez kristau, ez sozialista, tabu guztiak, baita sexuala ere, hautsi nahi zituena, garaiko euskal munduan tokirik aurkitu ezinik ibili zen. – Euskal Literaturaren Antologia, 1998, p. 94...).

7On ne peut douter de leur influence mutuelle. Un même numéro de la revue AL LIAMM (1966, n° 116) contient sa traduction d'une conférence faite en 1963 en Biscaye (publiée par Euskera 8-9, 1963-1964), qui présente Mirande en conclusion comme « l'un des plus importants des lettres basques de ces dernières années ».

8Dans le texte breton, intitulé « Ur barzh euskarek a-vremañ » (« Un poète basque contemporain »), qui retrace l'itinéraire de Jon Mirande Aiphasorro, on apprenait qu'il pratique, parmi de nombreuses autres, nos langues celtiques, « c'est-à-dire le breton, le gallois et l'irlandais » et qu'il a publié dans plusieurs revues, « dont en breton dans celle appelée AR STOURMER, qu'il a même co-diri-gée avec G. Pennaod ». Vient ensuite une traduction en breton du bref poème Igelak, puis du début de Zergatik, avec le texte basque correspondant, mais en breton seulement, de quelques strophes (première, troisième et dernière strophes) de Lili bat, puis des premiers vers de Neskatxak.

9Les relations entre Goulven Pennaod et Jon Mirande se sont nouées dès l'après-guerre par l'intermédiaire de Ker Vreizh, cercle de Bretons de Paris déjà évoqué. Il y a, sans doute, appris le breton auprès de ses amis, d'ailleurs, nous semble-t-il, avant de connaître Pennaod ; mais il a aussi participé à divers camps bretonnants, comme KEAV (« Camp Interceltique des bretonnants »), au tournant des années cinquante et soixante. On trouve d'ailleurs des échos de son passage dans diverses notes de la revue AL LIAMM, dont certains responsables ont bien connu Jon Mirande, semble-t-il, surtout lors de leurs séjours en région parisienne.

10P. Le Bihan, le poète Per Diolier, en parle comme d'un compagnon de Kêr-Vreizh dès l'immédiat après-guerre, dans son témoignage récent paru à l'occasion de la disparition d'André Latimier (un des cofondateurs de la revue), où il explique comment, à partit de 1942, ils fréquentaient « Kêr-Vreizh, le foyer breton, rue Sainte-Placide... et les bureaux du P.N.B. tout près, rue de Rennes. Le samedi soir se rassemblaient à Kêr-Vreizh pas mal de gens, jeunes ou plus âgés, pour discuter, emprunter des livres, assister à des conférences... ». Et de citer Jon Mirande, parmi des personnalités qui ont eu depuis des parcours très divers (AL LIAMM, n° 310, 1998, p. 400...). Une note précédente nous indique, par ailleurs, que Mirande a participé à une série de conférences organisée par « Kêr-Vreiz » en 1967, y parlant en breton le 18 novembre du Pays Basque (« son peuple, sa langue, sa littérature ») ou, ici en breton, Euskadi : ar bobl, aryezh, al lennegezh (AL LIAMM, n° 124, 1967, p. 454). Une autre note plus ancienne témoigne également de cette intimité :

« Nous avons également appris la mort, en mars, de la mère de notre collègue, abonné de la revue, Jon Mirande. M. Mirande, qui est Basque, a appris le breton, l'écrit, ou le parle très bien ».
(traduit par l'auteur, revue ALLIAMM, n°67, 1958, p. 151).

11Voici, à partir d'un article paru dans la revue (1986), quelle fut la « la genèse de Ker Vreizh ». L'auteur (Y.B. Tillenon, l'un de ses jeunes responsables d'alors, de la même mouvance) la situe bien parmi les émigrés bretons de la capitale qui se réunissaient dans les cafés de Montparnasse et avaient fondé, en 1936, la revue SAV. Tous étaient des nationalistes bretons et c 'est en 193 8 que fut fondé ce « centre des bretonnants et patriotes bretons à Paris ». Mais, « émanation du deuxième mouvement breton », elle avait connu des avatars : elle fut fermée par Daladier en 1939 (interdiction du P.N.B.), puis après avoir réouvert sous l'Occupation, fut inquiétée à la Libération (local et bibliothèque fermés). L'essentiel fut préservé, lit-on, « grâce à la prise en main provisoire de l'association par les Bretons Emancipés, filiale du PCF. dont le président d'honneur était Marcel Cachin ». Après avoir été administrée par des « modérés » (P. Laurent), elle connut dans les années soixante « un tournant plus nationalitaire » sous la présidence de Kerlann (J. Delalande, ancien responsable d'Ar Falz). Puis, à partir de 1965, commencèrent des cours du « nouveau breton », dit moderne, tel que certains nationalistes rêvaient qu'il fût.

12L'auteur ajoute : « Nous pouvions y rencontrer des Européens de toutes origines. Jon Mirande-Aiphasorro (sic) était basque – l'un des deux ou trois premiers poètes et écrivains de son pays – et aussi un des plus brillants connaisseurs du breton moderne, d'autres venaient de Frise, d'Irlande, de Flandres, de Galles ». Puis Ker Vreizh connut un déclin avant de renaître dans un esprit « celtique », voire druidique, mais ouvert à « l'avenir de l'Europe ». On y enseigne alors un breton dit « moderne » (le « néo-breton »), et le breton ancien et moyen, comme les origines « indo-européennes » (cf. numéros des revues DIASPAD, KER VREIZH... – & cf. AL LIAMM, n° 222, 1984, sur le numéro 4, par exemple) ; mais on y trouve surtout, au travers de ces publications, des références à la nouvelle droite, au néo-paganisme etc., alors que les animateurs de ces entreprises affirment se faire souvent traiter de « fascistes ».

13G. Pennaod a également évoqué Mirande dans la préface d'un manuel de basque en breton, à paraître. Il fut, en effet, dans ces années d'après-guerre, un des compagnons de celui qui est considéré aujourd'hui comme un des grands poètes basques du siècle, mais cependant présenté comme un Basque (français) aux idées ouvertement fascistes, racistes, antisémites et xénophobes, ce qui semble conforme à ses écrits. On trouve même, dans les pages de sa revue confidentielle AR STOURMER des textes d'un goût détestable, pour ne pas dire plus, comme un poème de Pennaod et Mirande qui narre le viol d'une très jeune noire.

14Quant aux relations entre Jon Mirande et la Bretagne, elles font l'objet d'un témoignage personnel en breton de G. Pennaod (février 1998 – cf. plus bas). On y voit quelques individualités (Pennaod, Mirande, Jestin), d'autant plus isolées qu'elles sont « anticonformistes » et brillantes, tenter de marier leur basquisme et bretonnisme avec un néo-paganisme inspiré des mythes celtiques et indo-européens, mais surtout, dans un discours délirant, voire ordurier, tenter de concilier basquitude ou bretonnitude et élucubrations idéologiques d'aspect savant ou érudit (philologique), mais de type ouvertement néo-fasciste, antisémite, clairement pro-SS, dans une course singulière à l'originalité par rapport à la « tribu » des bardes en question...

15À titre d'exemple, le n° 6 (novembre-décembre 1962, p. 63), contient un écrit qui est une traduction d'un poème de René de Clerc, Niet iedereen kan heiden zijn (« Tout le monde ne peut pas être païen »). Puis, sous le titre général « Notre conviction », on y lit des déclarations de « Rigakos » [Rieg Jestin – alias Raymond Gestin], G.R [Goulven Pennaod] et J.M. [Jon Mirande] (p. 70) sur une spiritualité qui se voudrait païenne etc. D'autres numéros, nous dit l'auteur, sont trop « politiquement incorrects » aujourd'hui pour être mentionnés (en raison de nouvelles lois, probablement).

16G. Pennaod publiait également, entre-temps, des notes d'« ethnolinguistique » (Notennoù a Genelyezhoniezh – AL LIAMM, n° 95 etc.), parfois vertement critiquées par l'abbé Le Floc'h, le poète Maodez Glanndour, lui-même grand poète mais théologien plutôt droitier et traditionaliste, ici du point de vue de la tradition judéo-chrétienne (pour le sens du mot « verbe » par exemple, au sens biblique, défendu contre les « néo-païens ») ; mais il a surtout beaucoup collaboré à la mise en place d'une terminologie « moderne » en relation étroite avec le docteur Etienne, sous l'édige du mouvement SADED (KIS-SADED, c'est-à-dire Kreizenn Imbourc 'h Sturyezhouriezh – « Centre de Recherche en Linguistique normative »), à partir des années soixante, empruntant au breton ancien nouvellement réexaminé (par les travaux de L. Fleuriot, notamment) comme aux langues celtiques (en particulier l'irlandais dans les domaines « officiels » etc.). Le moins qu'on puisse dire est que le discours accompagnant cette création néologique, autant que l'idéologie qui la soutend, sont loin d'être neutres. Ils prônent, en tout cas, un État fort, seul capable de rebretonniser la « masse » selon leurs vues ultra-nationalistes et très» sectaires »...

17En dehors de quelques autres textes de fiction (comme la nouvelle Ar c 'hloa-reg-« Le séminariste » – dans AL LIAMM, n° 139, 1970 – où le « héros » narrateur, sans doute alter ego de l'auteur, tue un communiste participant à une contre-manifestation anti-fasciste, sur fond de lutte pro-OAS), de divers autres témoignages (cf. n° 122,1967 : Ich hatte einen Kameraden), il a fait paraître beaucoup de traductions, des langues les plus diverses, du poète breton de langue française, le très notable Charles Le Quintrec (n° 115 & 116, 1966), au poète « lâche » Ondra Lysohorsky (n° 123, 1967 – plusieurs poèmes traduits, parfois avec R. Huon), ou à l'espagnol (n° 126, 1968 – M.A. Asturias) etc.

18G. Pennaod s'est également fait connaître par des études érudites sur plusieurs langues anciennes rares, comme sur le vieux-breton (à l'École Pratique des Hautes Etudes) et sur le gaulois (entre autres travaux par la publication, en collaboration, du calendrier de Coligny, aux éditions CNRS, vers 1980) ; un moment chargé de cours de gaulois à Lyon III, il en a été écarté à la fin des années quatre-vingt, lors de l'exclusion par le ministre (Jospin) d'enseignants jugés « révisionnistes » (Notin) ou néo-nazis dans cette même université (d'après le journal Libération).

19Il a publié un manuel de moyen-breton, Dornlevr krennvrezhonek (PREDER n° 59-61, 1964), ainsi que des « notes » linguistiques, tant dans HOR YEZH (cf. n° 53-54, 1964) que, plus tard, dans AL LIAMM  (n° 114, 142...). Il a ensuite publié des critiques linguistiques portant sur la réédition du Catholicon (n° 136), ainsi que des grammaires de Trépos (n° 130), Hemon en anglais (n° 171), de manuels de breton (n° 199), puis plus récemment d'un ouvrage sur la langue gauloise (n° 287, 1994 – Un deskrivadur a'r galianeg), sur le yiddisch (n° 295), la néologie. .. chez les autres (n° 304 – Foerell ar gerioù nevez), ainsi que notre propre grammaire du breton contemporain (n° 306, 1997), au point, semble-t-il, d'être devenu le critique attitré de cette revue, au moins dans le domaine des études linguistiques, ce qui ne laisse pas d'étonner. Il a également écrit, nous a-t-il confié à Saint-Malo en 1996 (après avoir assisté à notre conférence sur P. J. Hélias) un projet de grammaire « supradialectale » et un manuel de basque en breton, à paraître.

20Il a été critique, notamment littéraire, pour LA BRETAGNE PARIS (son pseudonyme est Fanch Trimer), dont les critiques n'ont pas toujours fait l'unanimité (cf. YB Piriou 1978, LE PEUPLE BRETON, n° 171, à propos de son jugement sur la poésie du directeur de la revue AL LIAMM, Ronan Huon, qualifiée de « méchants poèmes », par celui qui se vantait plutôt d'être un « anti-poète »).

21Un article sur le théâtre breton paru en 1995 chez Bordas-Larousse (Dictionnaire encyclopédie du théâtre), partial à souhait et le plus souvent mal informé, nous éclaire sur son analyse, qui est tout à fait perverse : « en tant que langue, le breton est mort puisqu'il n'existe pas plus de dix monolingues probablement nonagénaires » (p. 495), même s'il se trouve « une élite intellectuelle de mainteneurs »... Nous pensons qu'il confond là monolingues et bretonnants, aujourd'hui nécessairement bilingues et métissés ! Que ne dirait-il donc des autres, dont les Basques ? Cet article a suscité récemment la réprobation des artistes et intellectuels bretonnants qui en ont eu connaissance, notamment les membres de la troupe de théâtre bretonnant professionnelle, Strollad ar Vro Bagan, dirigée par G. Kervella, dont le propos et la pratique se situent à l'exact opposé de ces affirmations.

22Sans doute y a-t-il beaucoup de provocation chez ce « personnage » à la solide réputation de baroudeur. Mais n'y a-t-il pas aussi comme une nostalgie durable pour un « ordre nouveau » apparu à l'ombre du iiie Reich ?

23Aussi bien, pour limitée que soit aujourd'hui une telle « sensibilité », qui se revendique d'ailleurs comme brutale (avec le culte ridicule de la « force », surtout dans leur cas !), et qu'ignore la très grande majorité des Bretons, des bretonnants et même des plus jeunes, imperméables à ces idées, en général, voire incrédules quant à leur existence, elle n'est pas totalement isolée, solidarité ancienne et vieil attachement ou compagnonnage de temps difficiles aidant, dans un « mouvement breton traditionnel » qui a pourtant globalement suivi le net virage à gauche pris depuis 1968, avant de pénétrer désormais l'ensemble de la société civile bretonne, y compris donc dans ses marges les plus extrêmes (ce « quarteron » de trois ou quatre « bretonnants » représente ainsi moins de 2 % de nos 200 auteurs).

24C'est dans cet esprit que nous reproduisons le témoignage de G. Pennaod sur Jon Mirande, que nous avions sollicité fin 1997 au nom de notre laboratoire de recherche (Rennes 2), à la demande de nos collègues basques (traduit du breton par nous-mêmes).

Haut de page

Bibliographie

Abeozen (Elies F.) 1957. Istor lennegezh vrezhonek an amzer-vremañ, Al Liamm (251 p.)

Elizegi X.M. & Izagirre K. 1998. Euskal Literaturaren Antologia, p. 94-97, Donostia.

Favereau F. 1991. Littérature et écrivains bretonnants depuis 1945, Skol Vreizh (86 p.)

Olier Y. 1968... Osellout war va c 'hiz, Imbourc 'h (plusieurs tomes de souvenirs à partir de 1940)

Olier Y. 1974-1975. Istor hol lennegezh : skol WALARN, 2 tomes, Imbourc 'h n° 58 & 61.

Pennaod G. 1998. Témoignage personnelde l'auteur (à ma demande, ès-qualités) : « J. Mirande ha Breizh ».

Raoul L. 1992. Geriadur ar skrivagnerien hayezhourien, Al liamm (434 p.)

Tillenon Y.B. 1986. « La genèse de Ker Vreizh », Kêr Vreizh, n° 56.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Kerverzhioù, comme on le cite en général, est la forme bretonnisée du patronyme de Guillaume Berthou (Paimpol 1908-1951 Rennes), qui a signé de nombreux autres pseudonymes (cf. Raoul 1992, 29). Fils d'un capitaine du Goélo (région dont on trouve trace dans certains écrits en prose comme Lezardrev, bien que la langue soit souvent assez standardisée), il a été élève au lycée de Saint-Brieuc, où il a obtenu le baccalauréat es sciences et lettres ( 1925-1926) et, après des études de chimie à Rennes, il est reçu ingénieur en 1929. Après avoir voyagé en Grande-Bretagne et à Saint-Pierre et Miquelon, il est ingénieur à Basse-Indre en 1929, où il tombe malade, puis chimiste à la poudrerie de Saint-Chamas en Provence, avant de travailler à celle du Moulin Blanc à Brest en 1931. Installé à Guipavas, avec sa femme qui est pharmacienne, le couple perd sa petite fille, et il est inquiété par la police après l'attentat de 1932. Sa femme mourra à son tour, et c'est de cette période que daterait son attirance pour l'astrologie et les sciences occultes (Olier 1968, 44). Il est ensuite employé à Marseille dans une huilerie, se remarie en 1933, avant d'être sans emploi en 1934. On le retrouve à Tréguier en 1935, directeur de l'entreprise « Caïffa », puis en 1936 à Saint-Brieuc, travaillant auprès de l'abbé Vallée qui s'occupe des artisans, puis à Paris... Il deviendra professeur de chi mie et de sciences naturelles dans un collège privé de Brest en 1939. Durant l'Occupation, il sera un des proches de Roparz Hemon, secrétaire de Gwalarn, trésorier d'Arvor, et collaborateur de L'heure bretonne jusqu'en 1944 (avec la chronique « Ar yezh hag ar vro »). Puis, à la fin de la guerre, il travaillera dans une imprimerie rennaise, tout en étant en 1946 trésorier de la revue druidique Kad, puis rédacteur du nouvel Ogam en 1948. Malade, il meurt à 43 ans.
Kerverzhioù a été un des scientifiques bretonnants de l'équipe de Gwalarn. On lui doit ainsi un petit livre, illustré par son frère, sur les insectes, Levr an amprevaned (1943), ainsi que de nombreux articles publiés dans diverses revues durant ou après la dernière guerre, dont quelques-uns sur les mathématiques ou les sciences, parfois éditées après sa mort (cf. Raoul 1992, 30). Il a publié des écrits en prose dans An Oaled, Arvor (une dizaine de nouvelles, dont certaines inspirées de contes populaires irlandais, en 1944, ainsi que le texte de chroniques faites à la radio sur les sites de Bretagne, « Lec 'hioù Breizh », comme Landreger, qui date de 1942, ou Lezardrev...). Ajoutons-y des textes publiés par Galv, Studi hag Ober, ou dans Al Liamm (Foar Vre, n° 19), ainsi qu'un roman inachevé, Ar Vag Jupiter.
Mais il a surtout été poète, inspiré par l'antiquité celtique et le druidisme, influencé par le nordisme et le paganisme, qui furent de mode durant ces années quarante. Son goût des sciences occultes a déjà été souligné. Quant à la forme, il s'agit souvent d'une écriture de type ésotérique, telle qu'elle avait pu être pratiquée par Yeats en anglais, ou, en français, par Mallarmé... Il a ainsi publié une vingtaine de poèmes dans la revue Gwalarn (cf. Abeozen 1957, 132), de 1930à 1943 (dont un plus long que la plupart des autres, Epona, n° 158). Ceux-ci ont été réédités en un volume, Barzhonegoù (qui aurait dû s'appeler Barzhaz Kerverzhioù, préparé par son proche ami Arzel Even en 1955). Abeozen (op. cité) note que le poète gallois T. Gwynn-Jones tenait certains de ses poèmes en grande estime, peut-être à cause de leur goûts bardiques communs. Cas Kerverzhioù aimait jouer avec les idées, comme avec les mots, dont parfois les plus rares, et l'approche de sa poésie est réputée pour le moins difficile. Abeozen lui-même, pourtant lettré, poète et « gwalarniste » avoue, à regret (1957, 195), n'avoir jamais pu « s'attacher à la poésie de Kerverzhioù », au contraire de celle de R. Hemon, Y.E. Jarl, ou Maodez Glanndour : « Cela est sans doute affaire de sensibilité. Cette manière d'écrire de la poésie ne trouve pas de résonance en moi... Il y a une autre raison. La théologie, tout celtique qu'elle soit, n'est pour moi qu'un jeu intellectuel. Elle peut s'exprimer dans des ouvrages savants comme An Notennoù ou Sketla Segobrani. Cela me va. Mais je suis probablement trop marqué par le sceau du christianisme. Même s'il m'arrive d'avoir de sérieux problèmes avec la foi de mon enfance, je sais pertinemment qu'elle a fait s'élever notre peuple d'un degré dans l'humanité. La tradition ancienne ne peut être pour moi, comme pour d'autres, qu'un objet de connaissance et non de foi ». Au total, le principal reproche formulé à l'encontre de la poésie de Kerverzhioù est son cérébralisme, qui en annonce d'autres, même si on y trouve aussi une mystique de type chrétien, mariant ainsi (Abeozen op. cité), esthétique et intellect.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Favereau, « Goulven Pennaod, Jon Mirande et la Bretagne », Lapurdum [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1324

Haut de page

Auteur

Francis Favereau

Laboratoire Bretagne et pays celtiques, Université de Rennes 2
francis.favereau@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Favereau F. | IKER

Haut de page