Navigation – Plan du site
Langue

À propos d'une construction non-standard du basque

Georges Rebuschi
p. 237-282

Texte intégral

1. Introduction

  • *  Ce travail reprend, en en amplifiant la partie descriptive, la première partie de mon exposé (Rebu (...)

1Depuis La grammaire des fautes de Frei (1929), on sait que certains écarts par rapport à la langue normalisée sont systématiques, donc significatifs et révélateurs de potentialités de la langue ignorées par sa version « académique ». De ce point de vue, dans le cadre de la linguistique moderne et formelle, on peut citer entre autres deux exemples qui se sont révélés particulièrement féconds : d'une part, les débats autour de la contraction de la séquence anglaise want to ‘ vouloir + infinitif en « wanna », rejetée par tous les prescriptivistes, mais dont la distribution est très clairement contrainte syntaxiquement ; d'autre part, certains travaux sur l'accord du participe passé en français spontané, qui est soit optionnel, soit tout simplement bloqué en fonction du contexte dans lequel le participe apparaît. Je voudrais étudier ici dans cet esprit une tournure qui est rejetée par tous les bascophones que je connais, mais qui est pourtant attestée dans tous les dialectes dans des textes des 18e et 19e siècles*. Il s'agit du fait que les « relatives semi-libres » (cf. 2.2 pour des détails), comme la séquence entre crochets de (la), lorsqu'elles sont disloquées, c'est-à-dire topicalisées et séparées du reste de la phrase par une pause, voire reprises par un pronom explicite, peuvent porter la marque ergative qui correspond à la position relativisée à l'intérieur de la relative, plutôt qu'à la fonction de l'expression entière dans la phrase matrice, cf. ( lb), où le suffixe ergatif « fautif » est en gras et précédé du symbole « ◊ » :

  • 1  Les abréviations utilisées sont les suivantes :
    aux, auxiliaire ; D, D°, dét, déterminant ; dat, da (...)

(1) a (basque standard)
[Huts eginen du. en.Ø.a], (hura) gaztigatua izanen da.
faute faire-fut aux-en-Ø-sg (-abs) lui puni-sg être-fut aux1
‘Celui qui [lit. le qui] commettra une erreur (, celui-là) sera puni.’

b (basque non-standard)
[Huts egiten du.en.Ø.a◊k], (hura) gaztigatua izanen da.
AUX-en-Ø-sg-erg (id.)

2On verra qu'un traitement cohérent de cette construction conduit à une hypothèse très simple, et tout à fait compatible à la fois avec la théorie X-barre classique (ou ses avatars minimalistes plus récents), et avec l'hypothèse DP, en faisant crucialement appel à l'activation de la position du spécificateur du DP : cette apparente percolation vers le haut de la marque d'ergatif n'est en effet que la marque phoniquement visible d'une opération beaucoup plus générale en basque, opération qui permet, du côté de la face sémantique des phrases, d'interpréter les RSL comme de simples prédicats plutôt que comme des individus maximas ou des quantificateurs généralisés.

2. Les relatives libres et semi-libres du basque

  • 2  Je laisse de côté les constructions sémantiquement équivalentes dans les langues qui offrent des r (...)

32.1. Les propositions relatives sans antécédent sont au moins de deux types à travers les langues2. Il y a d'une part celles qui, du moins superficiellement, se présentent comme de simples propositions, introduites par un pronom relatif ou interrogatif ; ce type est illustré pour le français (archaïsant) en (2a), pour l'anglais en (2b), pour l'allemand en (2c), puis pour le basque navarro-labourdin - et souletin, à la morpho-phonologie près - en (3a) et sud-oriental en (3b), la différence se situant ici au niveau du choix du complémenteur ou marque de subordination, bait- au nord, et -(e) n au sud.

(2) a [Qui vivra] verra.

b [Whoever says so] is a liar.
qui-jamais dit ainsi est un menteur
‘Quiconque dit de telles choses est un menteur.’

c [Wovon man nicht sprechen kann], daruber muss man schweigen. de-quoi on neg parler peut, sur-ça doit on se-taire ‘Ce dont on ne peut parler, il faut le taire.’ [L. Wittgenstein, Tractatus, 1920]

  • 3  Les formes en bail- + d- comme bait.da, bait.du, aujourd'hui écrites en deux mots, sont traditionn (...)

(3) a [Nork ere huts eginen bait. du3], hura gaztigatua izanen da
qui-erg même faute faire-Fut C°-aux lui puni-sg être-fut aux lit. ‘ Qui commettra une faute, celui-là sera puni’

b [Nork ere huts egingo du.enj, hura gaztigatua izango da.
(id.)

  • 4  Quand il y a dislocation à gauche, et (éventuelle) reprise par un pronom, on parle souvent de cons (...)

4Il est d'usage d'appeler les séquences entre crochets ci-dessus relatives libres, indépendamment du fait qu'elles se trouvent en position argumentale, comme en (2a, b) ou non, comme en (2c) et (3a, b) - où elles sont disloquées à gauche, et reprises par un pronom (darüber en allemand, et hura en basque ici).4

  • 5  Les « relatives à tête légère » (anglais Light Headed Relatives) du polonais, telles qu'elles sont (...)

52.2. L'autre sorte de relatives sans antécédent est d'apparence plus « nominale », en ce sens qu'un morphème essentiel aux expressions nominales complètes, une marque de nombre et/ou de détermination, y apparaît. C'est ce qu'illustre la séquence entre crochets de (la), commune à tous les dialectes, où le complémenteur -(e)n est suivi de la marque de nombre et/ou de détermination, -a. C'est ce second type, baptisé relative semi-libre (dorénavant RSL), qui va faire l'objet de ce travail5.

6Ce type très simple à décrire. Depuis au moins Oyharçabal (1987), on analyse ce que j'appelle ici RSL comme des relatives ordinaires, à ceci près que leur antécédent (ou plutôt « postcédent », pour reprendre l'expression de Lafitte 1962), est, au moins phoniquement, absent. Considérons ainsi la phrase (4) :

(4) Gizon.a.k huts egin.en du.
homme-sg-erg faute faire-fut aux
‘L'homme commettra une erreur.’

  • 6  Cf. en particulier Oyharçabal (1987), et plus récemment Mujika (1999), pour une défense et illustr (...)

7La position sujet (entre autres) peut être relativisée : superficiellement, il suffit de supprimer le DP correspondant, et de suffixer le complémenteur ou C° -(e)n au verbe fléchi final - en fait, c'est l'aux, qui monte en C°, bien entendu ; on obtient alors une proposition relative comme (5a), analysée en (5b) - où l'aux, n'est pas déplacé, pour plus de clarté -, proposition qui pourra être associée à un nom qui la suit cf. (5c), ou, plus rarement, la précède, cf. (5d)6 :

(5) a huts eginen du. En
faute faire-fut aux-en
‘qui/que commettra une erreur’

  • 7  Cf. Oyharçabal (1988) pour la première analyse des relatives basques utilisant un opérateur vide, (...)

b [CP Opi [c’ [IP ti huts eginen du-] [c° -en]]]7

c [[CP Opi [c'[IP ti huts eginen du-] [C°-en]]] gizon].a
faute faire-FUT aux -en homme-sg
‘l'homme qui commettra une erreur’

d [gizon [cP Opi [c’[IPti huts eginen du-] [c°-en]]]].a
homme faute faire-fut aux-en-sg (id.)

  • 8  Si l'on tient compte de l'ordre des mots illustré en (5d), le zéro pourrait tout aussi bien figure (...)

8À partir de là, et de façon pré-théorique, on peut décrire la construction des RSL comme consistant en l'absence de tout antécédent ou postcédent explicite, cf. la partie pertinente de (la), reprise ici comme (6), vs. (5c)8 :

(6) [[CP OPi [c’ [ip ti huts eginen du-] [c° -en]]]- Ø]-a
faute faire-fut aux-en-Ø-sg
celui qui commettra une erreur’, lit. ‘le Ø qui...’

92.3. Deux faits importants pour la suite sont à signaler pour terminer cette présentation générale. Tout d'abord le symbole « Ø » de (6) n'a, pour le moment, aucun statut théorique : il ne sert qu'à montrer l'absence de tout nom-tête explicite dans le DP. En fait, on verra qu'il y a de bonnes raisons de penser que s'il y a bien un tel « Ø » dans les structures proprement elliptiques, comme en (7), où le nom-tête absent est donné par le co-texte immédiat (et est donc sémantiquement récupérable) - et donc aussi dans une interprétation contextualisée, et par suite spécifique, de (6) -, il n'y a, au contraire, rien entre -(e)n- et -a dans la structure syntaxique sous-jacente à l'interprétation générique de cet exemple, paraphrasable alors par ‘quiconque commettra une faute...’.

  • 9  Exemple simplifié (mais avec indication structurale par crochets et zéro ajoutés) tiré d'Euskaltza (...)

(7)Patxiren liburuak eta [[zuk idatzi dituzu.n].Ø].ak9
Patxi-gen livre-pl(abs) et toi-erg écrit aux-n-Ø-pl(abs)
‘Les livres de Patxi, et ceux que tu as écrits’ [lit. .. .et les que tu les as écrits]

  • 10  Beñat Oyharçabal (communication personnelle) m'a fait remarquer qu'il existe des arguments poussan (...)
  • 11  Je ne vois pas d'argument convaincant en faveur la thèse selon laquelle, lorsqu'il y a dislocation (...)

10L'autre remarque, également anodine en apparence, se révélera tout aussi significative. Comme on peut s'y attendre dans la mesure même où les RSL sont closes par une marque de nombre (suivie éventuellement d'une marque de cas) et doivent donc être considérées comme des expressions nominales ou DP à part entière10, et non d'éventuels purs CP - comme le sont peut-être les RL au sens strict illustrées en (3)11 -, l'éventuel suffixe casuel qui suit cette marque de nombre est normalement déterminé par la fonction que joue le DP dans la matrice qui le contient, et non par la fonction que joue la position relativisée à l'intérieur même de la relative. De ce point de vue, le paradigme standard est fourni d'un côté par l'équivalent sans dislocation de (1) donné en (8), où le cas qui correspond à la position relativisée dans la RSL, i.e. l'ergatif indiquant le sujet d'un verbe transitif, est bloqué : c'est en effet Pabsolutif, qui correspond à la fonction de cette RSL dans la matrice (celle d'un DP sujet d'un verbe intransitif « inaccusatif » - en fait, passif ici), qui est sélectionné — et d'un autre côté par (9), qui présente la structure inverse : l'ergatif est maintenant obligatoire sur le DP, car le prédicat dont cette entité est le sujet est un groupe verbal transitif, ce qui bloque l'absolutif de (9b) qui correspond à la fonction relativisée interne à la RSL.

(8) a Huts egin.en du.en.a gaztigatua izanen da.
faute faire-fut aux-en- (Ø-)sg(-abs) puni-SG être-fut aux
‘Celui qui commettra une erreur sera puni.’

b *Huts egiten du.en.a.k gaztigatua izanen da.
faute faire-fut Aux-en-(Ø-)sg-erg puni-sg être-fut aux

(9) a Etorriko d.en.a.k huts eginen du.
venir-fut aux-en- (Ø-) sg-erg faute faire-fut aux
‘Celui qui viendra commettra une faute.’

b *Etorriko d.en. a huts eginen du.
venir-fut aux-en-(Ø-)sg(-abs) faute faire-fut aux

  • 12  Comme les pronoms ne sont pas obligatoirement réalisés en basque (v. la note suivante), la différe (...)
  • 13  L'optionnalité n'est que superficielle : dans la perspective générative, c'est un élément syntaxiq (...)

112.4. Nous sommes maintenant en mesure de présenter explicitement le phénomène qui nous concerne au premier chef. Rappelons d'abord qu'en basque comme ailleurs, il est possible de topicaliser un argument (ou un circonstant) en l'isolant prosodiquement de la proposition à laquelle il appartient sémantiquement - on parle alors plus techniquement de dislocation.12 Quant on disloque ainsi une relative libre, il ne se passe pas grand-chose en basque standard, si ce n'est la présence optionnelle d'un pronom de reprise13 à droite de l'élément disloqué, comme dans les paraphrases suivantes des exemples précédents :

(10) a Huts egin.en du.en.a, (hura) gaztigatua izanen da
faute faire-fut aux-en-sg (-abs) celui-là (-abs) puni-sg être-fut aux
‘Celui qui commettra une erreur, celui-là sera puni’

b Huts egiten du.en.a.k, (hura) gaztigatua izanen da
faute faire-fut aux-en-sg-erg celui-là(-abs) puni-sg être-fut aux

(11) a Etorriko d.en.a.k, (hark) huts eginen du
venir-fut aux-en-.sg-erg celui-là (-erg) faute faire-fut aux
‘Celui qui viendra, celui-là commettra une faute’

b *Etorriko d.en.a, (hark) huts eginen du
venir-fut aux-en-sg(-abs) celui-là(-erg) faute faire-fut aux

12On constate que le cas de la RSL disloquée doit être identique au cas du pronom de reprise en position argumentale - ou encore au cas qu'il manifesterait s'il était réalisé, au cas où il ne le serait pas. Il s'ensuit que (10b) et (1 lb) sont en principe aussi agrammaticales que les variantes sans dislocation que sont (8b) et (9b).

13Et c'est ici que se produit la surprise : en fait, de très nombreux textes attestent l'existence, récurrente à travers les siècles et les dialectes, de structures de type (10b) - ce qui explique que j'aie choisi d'employer un autre symbole que l'astérisque pour l'introduire, ce dernier symbole signalant non seulement des phrases agrammaticales, mais encore la reconstruction de formes inattestées.

14Le fait que les constructions comme (1 b)/(10b) soient considérées comme fautives ne change rien à l'affaire ; il faut en effet expliquer au moins trois choses, à savoir :

  • 14  Voir cependant les ex. (Bl Ø,14,18-20) de l'Appendice, tous issus de deux dialectes voisins, le ba (...)

(i) l'asymétrie entre les exemples de ce type, dont on vient de dire qu'ils sont bien attestés (voir l'Appendice pour une bonne centaine d'exemples réels) et les exemples de type (11b), qui sont par contre quasiment absents des textes14,

(ii) pourquoi ce phénomène ne se produit généralement que lorsque la RSL est disloquée, et enfin,

(iii) pourquoi il n'est pas attesté dans les cas d'ellipse lexicale sémantiquement récupérable, mais seulement autrement, cf. (7).

15Après une présentation générale du cadre syntaxique adopté dans la section 3, je proposerai une solution précise dans les trois suivantes, répondant au fur et à mesure aux questions posées à l'instant.

3. Le cadre et les enjeux syntaxiques

  • 15  Pour une mise au point récente, cf. van Riemsdijk (2000).

163.1. Je ne vais pas chercher à discuter ici des diverses hypothèses qui ont été émises concernant la structure interne des relatives libres au sens strict : depuis Bresnan & Grimshaw (1978), Groos & van Riemsdijk (1979) et Hirschbûhler & Rivero (1983), la discussion a été essentiellement consacrée à la question de savoir si l'élément wh- visible est interne à la relative, et donc en Spéc,CP (COMP à l'époque), oubien s'il joue le rôle d'un antécédent externe à la relative, à la manière d'une « tête » lexicale)15 ; or ces questions concernent les structures de type (2) ou (3), en particulier quand elles sont en position argumentale, plutôt que les RSL, qui manifestent des propriétés opposées : présence d'un Dét. explicite, et absence de pronom relatif visible. L'hypothèse, que je défends par ailleurs, d'une interprétation des RL disloquées comme étant de purs CP (voir la note 11) est donc non-pertinente ici : nous avons affaire à des expressions clairement nominales du point de vue de leur périphérie droite, et de leur rapport au reste de la phrase dans laquelle elles apparaissent.

17De ce point de vue, deux questions formelles se posent :

(i) Doit-on adopter l'analyse (commune jusqu'à Barriers) des expressions nominales comme étant des projections de N, soit des NP, ou plutôt celle dite de l'hypothèse DP, qui prend le Dét. comme tête, et le N’ de l'ancienne configuration comme un NP complément de ce D° ?

(ii) Doit-on considérer les relatives restrictives, dont les RSL semblent bien être un sous-type (le premier domaine de restriction du quantificateur étant simplement non identifié, cf. le « Ø » de (6)) comme adjointes à la projection maximale (NP ou DP) ou bien comme étant adjointes à une projection intermédiaire (respectivement N’ ou NP) ? Noter d'ailleurs que si l'on adopte l'hypothèse DP, une nouvelle possibilité se présente, qui consiste à considérer que le CP relatif est dans la position du complément structural de D° : on y reviendra en 3.3.

183.2. L'hypothèse DP n'est plus vraiment une hypothèse aujourd'hui, mais une analyse standard, au moins pour les langues qui ont des déterminants lexicalisés. En ce qui concerne le basque, il existe divers arguments qui la corroborent, si bien qu'elle a été adoptée sans discussion dans les sections précédentes. Mais il faut en dire quelques mots ici.

19Tout d'abord, si la notion de paramètre des têtes a un sens, il est clair qu'un élément comme le -a final des expressions nominales a plus de raisons d'être considéré comme une tête prenant son complément structural sur sa gauche que comme un spécificateur situé à droite du NP du début des années 80.

20Plus important, adopter l'hypothèse DP, c'est prédire qu'il existe une position de spécificateur de ce DP - une position que l'ancien NP ne permettait pas d'envisager, puisque, comme on vient de le rappeler, son spécificateur était le déterminant lui-même. Or, comme le montre en particulier Artiagoitia (1998), cette position est fréquemment utilisée en basque (voir aussi Eguzkitza (1995)). Ainsi, un pronom personnel peut occuper cette position, comme en (12), où les parenthèses rappellent qu'un pro est également disponible. De plus, spécifiquement en biscayen, un démonstratif peut aussi l'occuper, dupliquant ainsi la tête, cf. (13b) vs. (13a), autres dialectes.

(12) [DP (gu) [D‘[NP euskaldunjok]] ‘nous les basques’
nous basque-les’

(13) a basque commun
[DP [D’[NP neska] [ hau]] ‘cette fille (-ci)’
fille cette’

b biscayen
[DP (h)au [D’ [NP nesk(a)J [D°-au]] (id.)
cette fille cette’

21On peut donc tenir le DP comme acquis pour le basque. Cela dit, l'ex. (12) est particulièrement intéressant en ce qu'il fait ressortir l'existence visible d'un accord spécificateur-tête en personne et en nombre dans les dialectes du Sud. En effet, l'article -ok est [-distant] ou [-III], en ce sens qu'il n'apparaît qu'avec des pronoms spécificateurs de 1e ou 2’ p. du pl., mais jamais de la 3e p. Qui plus est, cet accord peut n'être pas visible dans la morpho-syntaxe interne des expressions nominales, comme dans les dialectes tels qu'ils sont écrits ou parlés aujourd'hui auNord, mais il revient tout de même à la surface dans ces dialectes dans la mesure où la forme verbale fléchie doit s'accorder en personne et nombre avec ce pronom - c'est-à-dire avec le DP en tant qu'il hérite ces traits de sa Tête D°, traits qu'elle n'a elle-même pu obtenir que grâce à l'accord Spéc-Tête :

(14) a Nord
[DP (gu) [D’[NP euskaldun] ak]] jinen gira/*dira
nous basque-PL venir-fut aux [1.pl]/aux[3.pl]
‘nous les basques, nous viendrons’

b Sud
[DP (gu) [D’[NP euskaldun]ok]] etorriko gara/*dira
nous basque-PL [-III] venir-fut aux [1.pl]/aux[3.pl] (id.)

22Quant à (13b), il va de soi que seul un démonstratif de distance identique (de distance I, II, ou III) peut être dupliqué en biscayen, ce qui est une forme encore plus forte d'accord.

  • 16  Voir déjà la discussion dans Chomsky (1974), qui se résout aisément aujourd'hui avec l'hypothèse D (...)

233.3. La seconde question posée en 3.1 ci-dessus est apparemment plus ouverte que la précédente, parce que l'on sait, depuis Bach & Cooper ( 1978), qu'il est possible de calculer compositionnellement l'interprétation intersective des relatives restrictives à partir d'une représentation dans laquelle la relative est adjointe à la projection maximale de l'expression nominale, et non pas à une projection intermédiaire. Cependant, si l'on n'a pas de bons arguments syntaxiques pour défendre cette analyse structurale, dans la mesure même où l'adjonction à DP est généralement considérée comme le mode de rattachement des relatives appositives, qui sont clairement en dehors du champ de quantification du déterminant, je pense préférable (contre van Riemsdijk (2000) par ex.) d'adopter cette représentation standard, qui permet au déterminant de quantifier l'ensemble obtenu par l'intersection de l'ensemble fourni par le NP et de celui fourni par la relative16.

24En d'autres termes, en l'absence d'arguments allant dans le sens contraire, on analysera les relatives restrictives basques comme adjointes au NP interne au DP, comme dans (15), qui reprend (5c) - plutôt que comme (16) :

25Ajoutons que, du point de vue empirique, (16) est une représentation qui, crucialement, ne permet pas de construire l'ordre alternatif NP-CP illustré en (5d) ; en effet, à moins de déplacer de manière ad hoc le NP inférieur gizon vers la position, non activée ci-dessus, de Spécificateur du DP du haut, on ne peut en rendre compte ; avec (15) par contre, il suffit d'adjoindre le CP relatif à droite du NP pour obtenir le résultat voulu.

  • 17  Par contre, je n'adopte évidemment ni l'idée qu'il n'y a jamais de NP auquel une relative restrict (...)

263.4. Considérons maintenant la partie exploitable des hypothèses de Kayne (1994), à savoir, l'idée qu'un CP pourrait bien se trouver dans la position du complément de D°, au lieu d'être adjoint au NP de (15)17. Cette hypothèse permet de construire la représentation (17) :

27Si, comme on va le rappeler plus en détails infra, tout opérateur ou pronom relatif est sémantiquement un opérateur d'abstraction, transformant une proposition en prédicat ou fonction caractéristique d'un ensemble, prendre un CP comme complément d'un D° n'est, clairement, pas un problème sémantique. La question qui se pose est plutôt de savoir s'il existe des arguments concrets permettant de choisir entre ( 17) et ( 18) - la variante à « tête lexicale » vide (en fait, à NP vide) de ( 15) :

4. Vers une solution unitaire

  • 18  J'en reste donc, à l'adoption des projections CP et DP près, à une analyse très proche de celle su (...)

284.1. Ma réponse est positive, mais, avant d'en exposer les arguments, je préfère exposer dès maintenant mon hypothèse, qui est la suivante : en ce qui concerne les DP à tête lexicale explicite et ou elliptée, mais contenant une relative restrictive, leur structure est respectivement celle de ( 15) et ( 18), qui est la plus simple du point de vue et de la syntaxe, et de l'interprétation sémantique, et ne demande donc aucune argumentation particulière. Par contre, pour ce qui est des RSL non elliptiques, leur structure syntaxique serait celle donnée par (17), qu'elle soit « générée dans la base », pour reprendre une expression passée de mode, mais reformulable en termes de merging, ou le fruit d'une réanalyse de (18) à partir du moment où certaines conditions de transparence du NP « nul » y seraient vérifiées. Pour traiter de la percolation de la marque d'ergatif vers le haut, l'idée est alors la suivante : l'opérateur phoniquement vide se déplacerait de Spéc, CP vers Spéc, DP18, cf. (19), et de là, pourrait transmettre, sous certaines conditions, son trait de cas à la tête D°, la configuration tête-spécificateur permettant précisément ce genre d'accord.

294.2. Nous avons donc un problème descriptif à résoudre, celui de l'analyse précise des RSL non-standard (lb) / (10b) (et, rappelons-le, de la quasi-absence d'exemples inversés, cp. (11b)) d'un côté, et celui, plus théorique, du choix entre (17) et (18), ou de l'éventuelle justification de l'adoption de ces deux structures en grammaire basque, de l'autre.

  • 19  Elle est même devenue pratiquement la seule opératoire dans le Programme minimaliste, et correspon (...)
  • 20  En termes minimalistes, donc vérifïcationnistes, on pourrait dire - ce qui revient dans les faits (...)

30La question descriptive, on l'a dit et redit, est fondamentalement celle-ci : comment la marque casuelle correspondant à la position jouée par la position relativisée peut-elle apparaître (linéairement) sur la tête du DP contenant le CP relatif ? Il n'y a évidemment pas de processus d'assignation casuelle à envisager, puisque si assignation casuelle il y a, elle doit se faire de l'extérieur, par une tête qui gouverne ou régit le DP entier. La seule solution offerte par la théorie des Principes et paramètres semble donc être la suivante : l'apparition du suffixe ergatif inattendu, « fautif », résulterait d'un accord entre tête et spécificateur, cette relation structurale étant l'une des plus fondamentales de cette théorie19. Or c'est seulement si la position de spécificateur de DP est disponible, i.e. potentiellement présente mais non occupée, qu'un élément venant de plus bas pourra s'y placer. Quel peut alors être cet élément ? Le candidat le plus naturel ne peut qu'être l'opérateur ou relatif vide - d'une part parce qu'étant non-réalisé phoniquement, son mouvement est invisible du côté de la face phonétique de la phrase, et d'autre part parce qu'il est bien, lui, doté, sous forme de trait, du cas précis correspondant à la position relativisée dans la relative (on verra une justification sémantique de ce déplacement au § 6). Sous accord spécificateur-tête, ce trait de cas pourrait donc être transmis au Dét., la tête du DP : on a vu indépendamment que le basque pratiquait l'accord Spéc, tête dans ses DP - cf. les ex. (12) et (14), et la discussion qui les suit20.

31La raison interne de cette montée de l'opérateur en Spec, DP m'est inconnue, mais je ne crois pas que les spécialistes qui ont décrit le mouvement « trop long » des éléments Wh- dans certains dialectes non-standard de l'allemand aient pu avancer de véritable explication syntaxique. Dans le cas qui nous préoccupe, par contre, on a au moins une explication fonctionnelle, externe, et un pendant sémantique, ce qui est déjà un début.

  • 21  Voir l'Appendice pour des exemples de RSL à droite qui occupent en fait une position également non (...)

324.3. Cette motivation externe, fonctionnelle, peut se présenter comme suit. Il faut d'abord se souvenir du fait déjà cité que, « normalement », les RSL non-standard ne portent extérieurement le cas ergatif de la position relativisée que lors qu'elles sont disloquées à gauche21. Cela semble indiquer qu'il peut y avoir parfois absence de transmission du cas porté par le pronom argument (ou circonstant) de la matrice vers le DP (la RSL) disloqué qui lui est coindexé, phénomène qui n'est pas rare à travers les langues (cf. van Riemsdijk 1997).

33Cette hypothèse est clairement corroborée par les seuls exemples de RSL non-standard trouvés chez Uriarte, biscayen du 19e siècle qui a traduit de nombreux textes soit en biscayen, soit (surtout) en guipuzcoan. Il s'agit de cas où, pour une raison ou une autre, il n'y a pas de reprise de la RSL disloquée dans l'apodose. En voici un exemple, tiré de sa Bible manuscrite en guipuzcoan :

  • 22  On va revenir sur la duplication du D° (et de la marque casuelle éventuelle) en 6.2.

(20) Proverbes, 28,24 (Uriarte ±1860, Salomonen...)
Bere aitari eta bere amari zerbait kentzen diona◊k,
son père-dat et sa mère-dat quelque chose enlevant aux-en-sg-erg
eta esaten duena◊k ez dala au bekatu, gaiztakeria au da
et disant aux-en-sg-erg neg aux-C° ceci péché méfait celui-ci est
gizona iltzen duenaren aitzakeriaren antzekoa.
homme tuant aux-en-sg-gen méfait-GEN comparable
Lit. ‘ le-erg [=celui] qui prend quelque chose à son père ou à sa mère, et qui22 dit que ce n'est pas un péché, ce méfait est comparable au méfait de celui qui tue un être humain.’

  • 23  Sauf erreur, je n'ai relevé aucune RSL non-standard dans ses deux trad. guipuzcoanes de Matthieu, (...)
  • 24  Il me faut signaler ici qu'au printemps 1999, au cours de discussions concernant les « vraies » re (...)

34Comme on le voit, la RSL disloquée n'est pas reprise par un pronom, même vide, puisque gaiztakeria au ‘cette méchanceté’ réanalyse conceptuellement et lexicalement le contenu du DP disloqué, qui dénote un individu, en un fait. Si l'on est en droit de considérer que la période entière est mal construite, en raison même de la non-reprise de la RSL, cet accident (car Uriarte est un auteur généralement très soigneux23) illustre ce qui vient d'être dit : il ne saurait y avoir de transmission casuelle à partir d'une position argumentale occupée par un pronom de reprise, puisqu'il n'y a, tout simplement, pas de reprise24.

  • 25  Voir, dans l'Appendice, la discussion qui précède les ex. (A13-16), qui semblent, de prime abord, (...)

354.4. Admettons donc que les RSL disloquées du basque ne reçoivent pas toujours de cas à partir du pronom résomptif qu'elles lient. On est alors en droit de se demander pourquoi cette langue n'a pas recours à la stratégie bien connue d'emploi du cas par défaut. Or il se trouve qu'en basque, il n'est pas facile de dire quel est le cas non-marqué, et même s'il y en a un qui serait clairement tel. En effet, c'est l'absolutif qui est, morphologiquement, le cas nul ; mais, par ailleurs, c'est l'ergatif qui, dans les constructions transitives ou intransitives prétendûment « inergatives » est le cas du sujet : l'absolutif ne peut donc pas servir syntaxiquement de cas par défaut, tandis que l'ergatif ne peut pas servir morphologiquement de cas par défaut. Il s'ensuit que la première stratégie n'est pas disponible, d'où le recours au mouvement de l'opérateur, qui va transmettre son cas à la tête D°25.

  • 26  Il n'y a pas forcément contradiction : si la transformation syntaxique sous-jacente à l'opération (...)

36On se trouve donc confronté à une forme de « bricolage », ou de stratégie de dernier recours en raison de l'indisponibilité du soi-disant dernier recours généralement employé à travers les langues : si, dans ces conditions, il n'est pas étonnant que ces constructions aient un statut marginal, on va cependant voir en 6 qu'elles sont aussi aussi le réflexe morpho-syntaxique d'une opération sémantique indépendamment justifiée26.

  • 27  C'est ici qu'on voit bien la différence entre topicalisation (mouvement du DP) et dislocation : si (...)

37En résumé, si l'on admet que le filtre casuel, qui exige que tout DP soit marqué d'un cas, est, d'une manière ou d'une autre, opératoire, deux stratégies sont disponibles pour fournir un cas à un DP disloqué27 : ou bien il peut être doté intrinsèquement du cas non-marqué dans la langue (ou le recevoir par défaut), ou bien il peut recevoir un cas interne, par montée de l'opérateur en Spéc, DP puis accord entre ce spécificateur et la tête, comme je le propose ici.

  • 28  Comme dans les formes hypercorrectes this is thegirl who◊m I know loves Bill ou leurs équivalents (...)

384.5. Le rôle de la morphologie (concrète) est probablement également à invo quer doublement pour rendre compte de 1'asymétrie entre ( 10b) et ( 11 b). En effet, l'ergatif du pronom de reprise dans la matrice étant réalisé concrètement, par un segment audible, il semble que la transmission du cas de ce pronom au DP disloqué se fasse beaucoup mieux. Et il ne s'agit sûrement pas ici d'une question de « performance » en ligne, puisque le suffixe ergatif visible sur le pronom suit la RSL, mais d'une question plus complexe, probablement liée au fait que l'absence de tout segment matérialisant l'absolutif correspond peut-être à une distinction morpho-syntaxique entre DP pur et KP, question délicate qui mériterait un approfondissement (cf. la note 10). Par ailleurs, la plupart des cas bien connus d'assignation parasitaire de cas reviennent généralement à ajouter un segment, et pas à en retrancher un28.

39Un argument indépendant en faveur de cette thèse est d'ailleurs fourni en creux par l'extrême rareté de l'apparition du suffixe ergatif correspondant au cas de la position relativisée dans la RSL lorsque le DP disloqué, i.e. la RSL, correspond à un argument au cas datif- marqué par un segment visible - dans la principale (mais l'Appendice nous indique aussi qu'une infime fraction de RSL nst. présente le « remplacement » d'un affïxe visible (ergatif) par le zéro absolutif, exemples qui semblent indiquer que « l'exception confirme la règle »).

404.6. On vient de voir par quels mécanismes syntaxiques (montée de l'opérateur vide puis accord spécificateur-tête) le cas interne de la RSL pouvait se trouver réalisé sur D°, la tête fonctionnelle placée le plus haut dans cette RSL. Il reste donc à montrer qu'il existe des justifications indépendantes à cette transformation. Ces justifications, vers lesquelles on va se tourner maintenant, sont autant d'ordre sémantique que syntaxique. On commencera par examiner en 5 l'opposition entre l'analyse à NP vide et l'analyse à la Kayne (cf. (17) et (18)) en associant chacune à une interprétation sémantique différente, et en montrant qu'il y a une explication sémantique au blocage de la montée de l'opérateur vers Spéc, DP dans le cas de (18). Dans la section 6 enfin, on examinera un phénomène bien connu des bascologues, mais qui n'a jusqu'à présent (à ma connaissance du moins) fait l'objet d'aucune analyse formelle -je veux parler du fait que les RSL peuvent aussi fonctionner comme éléments adjoints à droite des DP (définis ou non), et pourtant s'interpréter comme des relatives restrictives : cette donnée incontournable du basque dans toutes ses variétés (standard ou non, et diachroniques aussi bien que dialectales) nous montrera que cette langue permet de manière très régulière et uniforme un changement de type des RSL, qui s'interprètent aussi bien comme des propriétés que comme des individus, le mécanisme responsable de ce type shifting généralisé étant en toute probabilité l'effet du même déplacement de l'opérateur vide que celui proposé jusqu'ici pour des raisons morpho-syntaxiques de Spéc, CP vers Spéc, DP.

5. RSL elliptiques et non-elliptiques

415.1. Le propre des lacunes elliptiques est qu'elles peuvent être remplacées par du matériel lexical. De ce point de vue, le zéro (0) de (7) pourrait être remplacé par liburu ‘ livre’ sans aucun effet sémantique. Mais considérons maintenant (21) :

(21) Erortzen dena altxatu behar da.
tombant aux-C°-sg lever devoir aux

  • 29  Bien entendu, le prédicat de la matrice peut orienter l'interlocuteur, comme dans les cas suivants (...)

42Cette phrase est susceptible de recevoir diverses traductions en français, de par le fait, entre autres, qu'il est impossible de savoir si l'on réfère à de l'humain (ou de l'animé), ou à du non-humain (ou inanimé). Dans le second cas, on traduira par ‘il faut relever ce qui est tombé', et, dans le premier, par’ il faut relever celui qui est tombé’ ou encore, au moins dans les dialectes du Nord, par ‘celui qui est tombé doit se relever'. En conséquence, il n'existe par le moindre indice de la présence d'un trait de catégorisation de type [±humain] entre le C° -(e)n et le D° -a29 - en d'autres termes, le NP phoniquement vide est également sémantiquement vide.

  • 30  Il y a deux façons de construire une telle structure : on peut ou bien associer (anglais merge) di (...)

43Il est possible que, dans ces conditions, il soit en fait totalement absent, c'est-à-dire que, dans les notations superficielles enrichies des RSL d'interprétation non-elliptique, on n'ait rien, plutôt qu'un segment 0, entre le C° -(e)n et la marque de nombre ou détermination -a (comparer (6) supra) : nous avons donc ici un argument interne au basque pour choisir l'arborescence (17), plutôt que l'arborescence (18), dans le cas des RSL non-elliptiques.30

445.2. Mais cette hypothèse ne sera vraisemblable que si non seulement la montée de l'opérateur de Spéc, CP vers Spéc, DP est possible dans ce cas (cf. (19)), mais encore qu'elle est impossible dans le cas de (18), c'est-à-dire que si (22), où le [np Ø] est porteur de traits lexicaux, n'est pas possible :

45Dans ce cas, les corrélations respectives entre, d'une part, la structure (17), les RSL non-elliptiques, et la possibilité pour la marque d'ergatif interne d'apparaître sur le D°, et, d'autre part, entre la structure (18), son interprétation elliptique (le NP phoniquement nul conservant ses traits sémantiques), et le blocage de la per-colation vers le haut de la marque d'ergatif interne, seraient mieux assurée.

46Qu'est-ce donc qui pourrait bloquer la montée de l'opérateur vide quand la relative est adjointe à un NP ? De par sa position même, la relative n'est pas exhaustivement dominée par NP, mais seulement par le segment NP supérieur ; il s'ensuit qu'il ne saurait y avoir d'effet de barrière bloquant ce mouvement.

47Il faut donc chercher une explication ailleurs que dans la syntaxe, et la sémantique en fournit une très simple. En effet, les relatives sont généralement considérées comme des prédicats ; par suite, on peut voir dans les pronoms relatifs des éléments qui sont tout simplement, sur le plan sémantique, des opérateurs-λ, i.e. des éléments qui transforment, par abstraction sur l'argument concerné, une proposition bien formée en une expression-λ (le CP), l'opérateur liant dans la proposition ouverte (l'IP) la variable qui correspond à la trace du relatif :

  • 31  Contre Dayal 1997, je pense donc qu'il vaut mieux considérer que le complémenteur lui-même est ini (...)

(23) [c”wh-i [C’C° [I”...ti...]]] => λx.R(x)31

  • 32  On reste malgré tout obligé de stipuler que la structure d'adjonction [NP NP [CP]] ou [NP. [CP] NP (...)

48L'interprétation intersective des relatives restrictives se calcule alors (presque32) compositionnellement, le NP tête du DP fournissant un premier prédicat, λx.. P(x)- ou toute variante alphabétique de cette formule, et la relative un second prédicat, cf. (23). La mise en facteur commun de l'opérateur λpermet alors de coordonner les deux propositions ouvertes, le tout fournissant un prédicat complexe pour le NP global :

(24) a [NP NP [c”wh-i [c'C° [I"...ti...]]] =>
b λx. P(x) & λx.R(x) =>
c λx [P(x) & R(x)]

  • 33  De façon générale, on distingue entre le mouvement de catégories lexicales, qui en permet la recon (...)

49Revenons maintenant à (17) et (18). Dans le cas de la première structure, s'il n'y a pas le second mouvement, indiqué en (19), le CP (comme propriété) se combine directement avec le déterminant (interprété comme un quantificateur, standard ou non), et l'on obtient un quantificateur généralisé, sans plus. Et, s'il y a mouvement, on admettra que l'opérateur vide ne déplace pas seulement son trait casuel (ou « formel ») mais aussi ses propriétés sémantiques (qui sont évidemment non-lexicales)33. On obtient alors une situation dans laquelle le DP a comme tête un D° interprétable comme un quantificateur, et comme spécificateur un opérateur-l. Cette situation est clairement contradictoire, mais, toujours par accord entre le spécificateur et la tête, on peut admettre que la valeur intrinsèque du déterminant est effacée ou annulée, voire remplacée par celle d'opérateur-λ. Si l'on peut montrer que les RSL qui sont syntaxiquement de type [CP + D°] fonctionnent, ou en tout cas peuvent fonctionner, comme des prédicats (voir la section suivante là-dessus), la structure sera interprétable : ce prédicat liera en effet une variable de prédicat contenue dans le pronom de reprise, lui-même typiquement paraphrasable par quelque chose comme le x qui a la propriété R.

50Mais dans le cas de (18), la situation est différente. Voyons d'abord ce qui se passe si l'opérateur en Spéc, CP ne monte pas en Spéc, DP. On dispose alors de deux solutions distinctes. (i) Ou bien les traits sémantiques du NP élidé ont été conservés, et on se retrouve dans le cas de figure exposé en (23)- (24) - (ii) ou bien on adopte plutôt un traitement interprétatif/contextuel de l'ellipse ; dans ce dernier cas, au lieu d'être fourni par un NP (ou « nom commun ») réalisé, le contenu lexical de P dans (24b, c) reste non-spécifié dans un premier temps, puis s'interprète pragmatiquement, et il n'y a rien à jouter à ce qui précède. Si, par contre, l'opérateur monte effectivement en Spéc, DP, comme l'indique la flèche de gauche de (22), la computation sémantique bloquera dès le moment où le NP ellipté, de contenu Xx.P(x), devra se combiner avec l'interprétation du CP vidé de son opérateur relatif au niveau du segment NP supérieur : il n'existe en effet aucun moyen de coordonner deux objets sémantiques aussi différents qu'un prédicat et qu'une proposition ouverte. Il s'ensuit qu'une structure comme (22) est tout simplement ininterpétable, ce qui explique que les RSL non-standard interprétables elliptiquement ne soient pas attestées.

6. Un corrélat sémantique fondamental

51Y a-t-il des indices de la montée de l'opérateur vide jusqu'en Spéc, DP qui soient indépendants des données morphologiques non-standard du basque ? C'est ce que l'on va établir dans cette dernière section.

526.1. Commençons par noter ou rappeler que les SFR peuvent être syntaxiquement adjointes tout en étant sémantiquement restrictives, cf. (25), où le DP auquel la RSL est adjointe est défini, et (26), où il est indéfini (et dans la partie focale d'une proposition existentielle) :

(25) Etorriko da egun.a, [orok igurikatzen dugun.a]
venir-fut aux jour-sg tous-ERG attendant aux-n-sg
‘Le jour que nous attendons tous viendra’ (Oyharçabal 1987)

(26) Sardesen baditutzu izen bakar batzu,
à-Sardes ba-tu-les-as nom rare quelques
soinekoak zikindu ez dituzten.ak (Duvoisin 1865 : Apoc 3,4)
vêtements sali neg ils-les-ont-n-ak
‘A Sardes, il y en a quelques-uns qui n'ont pas souillé leurs vêtements’

53(Noter ici la différence par rapport aux appositives françaises ou anglaises : il s'agit, ou peut s'agir, de purs CP dans ces dernières langues, tandis que les RSL basques, y-compris quand elles sont adjointes, contiennent le Dét -a, et doivent donc s'analyser comme des DPs). Et l'on est bien sûr en droit de se demander comment cela peut se faire que ces DP puissent fonctionner comme des relatives restrictives.

  • 34  Cf. la parenthétisation, qui est de moi, comme dans les autres exemples.

546.2. La coordination de deux prédicats dans une RSL peut s'effectuer de trois manières différentes. La moins exotique consiste en l'utilisation de l'aux, suivi du complémenteur suffixal -(e)n- à la fin de la structure coordonnée, comme en (27), où il est mis en facteur commun34. Il est également possible de faire l'ellipse de la seconde occurrence du verbe fléchi suffixé de -(e)n puis du Dét., comme en (28). Enfin, et c'est ce qui nous importe ici, il est possible de dupliquer cette forme flé chie suffixée, comme en (29) - ces trois ex. sont des extraits de Mt 5,19.

(27) (Biscayen : Kerexeta 1976)
[[[Onetariko agindurik txikiena ausi], eta [gizonai austen irakatsi]]
dem ordre-de plus-petit-sg briser et aux-hommes à-briser enseigner
dagitse.n.a], Zeruetako Erreiñuan txikien.a izango da Ø ;
aux-en-sg du-ciel au-royaume le-plus-petit sera aux (abs)
[[[aginduok bete] ta [beteten irakatsi]] dagi. an.a]...
ordres-ces remplir et à-remplir enseigner AUX-en-SG
‘Celui qui violera le plus petit de ces commandements, et enseignera aux hommes à les violer (, il) sera le plus petit au Royaume des Cieux ; celui qui suivra et enseignera à suivre ces commandements... ‘

(28) (basque unifié : EHEG, 1980)
[[Betetzen du. en.a], berriz, [eta hala erakusten Ø], haundia izango da... remplissant aux-en-sg par-contre et ainsi enseigant grand sera aux
‘Celui qui [le] suivra, et l'enseignera, par contre, sera [tenu pour] grand’

(29) (Basque unifié : EAB-1, 1984)
[[Betetzen duena] eta [betetzen irakasten du. en.a]],
remplissant aux-en-sg et à-remplir enseignera AUX-en-SG
ordea, haunditzat hartuko dute Ø [...]
par-contre pour-grand prendront aux (abs) (id.)

  • 35  Voir de ce point de vue les deux occurrences de eta dans l'ex. (20) supra, ainsi que la trad. de ‘ (...)

55Les RSL de (29), qui ne sont pas marquées pour l'ergatif, sont parfaitement standard mais, comme l'indique la forme verbale conjuguée (le d- de du indique un objet direct de 3e p. du sg.), le pro (noté 0) de reprise est un absolutif singulier, ce qui exclut que la coordination soit additive, et que l'on puisse interpréter chaque RSL comme dénotant un individu (maximal). Alex Grosu m'a cependant fait remarquer que la conjonction eta pourrait s'interpréter ici comme ‘et/ou’, laissant ainsi la possibilité d'un accord singulier un peu comme en français35. Or la conjonction baina ‘ mais’, qui présuppose, au moins dans un contexte comme le suivant, un même réfèrent, apparaît également avec ce tour, même avec un suffixe casuel qui n'est pas particulièrement léger :

(30) Ez izan beldurrïk [[gorputza hiltzen dute.n.e.i],
neg avoir peur corps tuant aux-en-pl-dat
baina [arima ezin hil dezaketenei]] (Mt 10,28 - eheg 1980)
mais âme neg tuer aux-n-pl-dat
‘N'ayez pas peur de ceux qui tuent le corps, et/mais ne peuvent tuer l'âme’
Basque unifié :

  • 36  C'est donc en gros un « pronom de type E », c'est-à-dire la matérialisation d'un type d'anaphore d (...)

566.3. Une dernière propriété remarquable des RSL basques est qu'elles pouvaient être reprises jusqu'au 19e siècle, dans le dialecte labourdin, par un pronom très particulier, haina, dont j'ai montré ailleurs que le sens de base est celui d'un quantificateur universel associé à une variable de propriété (tout x qui a la propriété P) - cf. Rebuschi (1998a)36. Ce qui compte ici, c'est son apport quantifica-tionnel, qu'on peut illustrer par les deux faits suivants.

(a) Il n'apparaît jamais après une RSL disloquée dont le dét. est remplacé par un quantificateur universel comme oro ou guz(t)ia ‘ tout’, comme en (31) :

  • 37  L'usage de -(e)n guz(t) ia au singulier pour renvoyer à de l'humain a disparu depuis près d'un siè (...)

(31) Huts egiten duen guztia37, hura/*haina gaztigatua izanen da
erreur faisant Aux-en tout lui / haina puni sera aux
‘Celui qui [lit. tout qui] commet une erreur, il sera puni.’

(b) Quand haina remplace un pronom démonstratif ordinaire dans l'apodose d'une phrase conditionnelle, aucune forme de quantification adverbiale ou « non-sélective » (par les équivalents basques de ‘toujours', ‘souvent',.. .rarement', etc.) n'est attestée :

(32) Norbaitek huts egiten ba-du, hura/*haina maiz gaztigatua (izaten) da. quelqu'un-erg erreur faisant si-aux lui/ haina souvent puni étant aux
‘Si quelqu'un commet une faute, il est souvent puni.’

57Mais si haina est bien en fait à la fois un quantificateur universel et un pronom (tout x qui P), comment pourrait-il jamais incorporer le contenu sémantique d'une RSL non elliptique, si cette dernière se traduit par un individu pluriel maximal (ou bien est elle-même universellement quantifiée) ?

586.4. Ces propriétés grammaticales remarquables des RSL basques s'expliquent toutes très aisément si l'on admet qu'elles peuvent s'interpréter comme des prédicats. En effet, elles peuvent être syntaxiquement apposées, comme en (25) ou (26), si elles sont rendues sémantiquement licites par le fait même qu'elles lient une variable de prédicat associée optionnellement à la traduction du DP du bas (egun.a, izen bakar batzu) - cf. Bach et Cooper (1978). Les cas de coordination non-additive s'expliquent de la même manière : la coordination est en fait celle des propriétés, cf. (24b), si bien que la référence peut se faire au même individu pluriel (maximal). Enfin, s'il s'agit de propriétés, il n'y a plus de difficulté à leur reprise par le « pronom » haina tel que j'en ai indépendamment analysé la contribution sémantique.

  • 38  Le fait que des RSL standard (en -a ou -ak, selon le nombre) puissent apparaître sous la portée d' (...)

59Bien entendu, il n'est pas habituel du tout de voir la dénotation des expressions nominales passer si aisément du type < e > ou <<e,t >,t > en < e, t >, puisque c'est ordinairement lorsque ces expressions sont employées comme prédicats qu'elles subissent ce changement de type (Partee 1987) : mais ce que la construction non-standard des RSL nous montre, c'est que l'opérateur relatif abstrait, en montant en Spéc, DP, peut transmettre son cas à la tête D° ; dans ces conditions, on ne voit pas pourquoi le même mouvement ne pourrait pas avoir également un effet sémantique, qui reviendrait à surimposer au D° sa valeur d'opérateur-λ., et donc à annuler la force quantificationnelle de ce déterminant : l'interprétation des RSL comme prédicats suit alors naturellement38.

7. Résumé et conclusions

  • 39  Si l'on tient compte des travaux déjà anciens de Postal (1966), qui analyse les pronoms personnels (...)

607.1. J'ai proposé de régler le problème morpho-syntaxique des relatives semi-libres non-standard, qui consiste typiquement en l'apparition du cas ergatif qui correspond à la position relativisée interne à la subordonnée sur le DP qui contient celle-ci (DP qui serait normalement à l'absolutif), en suggérant que l'opérateur relatif (dont le cas est déterminé par la fonction de la variable qu'il lie dans la proposition relative) monte parfois de Spéc, CP en Spéc, DP, dans une configuration comme celle de (19), c'est à-dire dans une configuration généralement non-reconnue dans les travaux consacrés aux relatives libres39 (sauf dans Kayne (1994) évidemment, mais rien du reste de ses propositions n'est adopté ici), lorsque les conditions suivantes sont remplies :

(i) la RSL n'est pas elliptique, et peut donc s'analyser (ou se réanalyser) comme un DP dont la tête D° se combine avec un CP plutôt qu'un NP ; et :

(ii) elle est disloquée à gauche, ce qui peut entraîner un blocage dans la transmission du cas à partir du pronom (plein ou vide) de reprise dans la proposition autonome à laquelle la RSL est adjointe.

61Dans de telles circonstances, l'assignation du cas de l'opérateur relatif à la tête D° du DP, par accord entre spécificateur et tête, permet donc à la RSL de respecter le filtre casuel qui exige que tout DP soit muni d'un cas.

627.2. Du point de vue sémantique, les RSL basques, aussi bien standard que non-standard, ont un comportement apparemment étonnant, mais qui se ramène uniformément au fait qu'elles peuvent s'interpréter comme des prédicats, plutôt que comme des quantificateurs généralisés ou des entités (individus pluriels maximas). Un tel changement de type, rare à travers les langues, semble pouvoir s'expliquer par le même mouvement de l'opérateur relatif : interprété comme un opérateur-λ, une fois monté en Spéc, DP, et toujours par accord entre spécificateur et tête, il peut forcer le changement de type sémantique de la RSL, qui est syntaxiquement un DP, en une expression-λ, dont l'opérateur lie une variable d'argument, donc en un prédicat.

  • 40  Il y a sans doute aussi derrière ces probèmes tout un champ de données à analyser du point de vue (...)
  • 41  On comprendra qu'avec les dernières péripéties concernant l'hypothèse de Procrastination vs. celle (...)

637.3. En conséquence, la différence essentielle entre les variétés standard et non-standard du basque du point de vue des RSL s'inscrit très naturellement dans la typologie descriptive de Chomsky (1986)40, selon laquelle certaines différences entre diverses langues relèvent de la localisation d'une opération de mouvement soit avant la structure-s (ou « Spell-out »), soit entre cette dernière et la Forme Logique : dans tous les cas, ce mouvement a lieu (puisque le changement de type sémantique est général en basque), mais il n'y est morpho-phonologiquement visible que dans les variétés non-standard, dans lesquelles ce déplacement a lieu avant s-structure ; dans les variétés conformes standard par contre, ce mouvement est phoniquement invisible, parce qu'il a lieu qu'après Spell-out41.

Haut de page

Bibliographie

Références du corpus

Aguirre, Acisclo X., de -. 1812-14. Ms. de sermons, publiés dans BOE, BizkaieraII (1992), 605-794, sous le titre. ‘Oñatiko sermoiak’.

Añibarro, Pedro Antonio. ±1800. Jesu Christoren lau Evangelioac batera alcarturic. Ms., éd. par M. P. Ciarrusta, Bilbao : Jarein, 1991.

[Anon. A]. El Santo Evangelio [...] segun San Mateo. Ms. du 19e siècle publie in BOE, Hegoaldeko GoinafarreraIV (1996), 1277-1341, sous le titre ‘San Mateoren Ebanjelioa’.

[Anon. B]. Jesucristoren evangelio [sic] Santua San Mateoren araura. Ms. du milieu du 19e siècle, publie dans BOE, GipuzkeraIV (1993), 2101 -2109 [le texte va seulement de 1,1 a 6,7].

[Anon. C]. 18e siècle. Trad. sans titre de Doctrina para la instrucción de la Familia de Casa en Bascuence sacada del Luz de la Fe [...] de J. Barón y Arin, publiée dans BOE, Iparraldeko Goi-NafarreraII (1995), 687-988, sous le titre. ‘Familiaren instrukziorako Dotrina-1’.

Azkue, R.M. [1942] Atsotizak In : R. M. A., Euskalerriaren Yakintza (Madrid : Espasa-Calpe, 19592), vol. 111,6-231.

BOE: voir Bonaparte Ondareko Eskuizkribuak.

Bonaparte, Louis-Lucien. [1991]. Opera Omnia Vasconice. Bilbao : Euskaltzaindia [= rééd. en facsim. de tous les textes publies par les soins par L.-L. B. au 19e siècle, sauf la Bible intégrale de Duvoisin].

Bonapaerte Ondarreko Eskuizkribuak. Bilbao : Univ. de Deusto (Deiker), 21 vol., sous la dir. de Rosa Miren Pagolaet al., 1992-2000.

Cazenave [Casenave], ±1860. Jesu Khristoin Ebanjelio Seinia San Mathiuïn aäbera. Ms., publié en 1999 dans BOE, Ekialdeko Behe-nafarreraI, 17-76.

Duvoisin, Jean. 1859-65. Bible edo Testament Zahar eta Berria [...]. Londres. Facsim., Bilbao : Gran Enciclopedia Vasca, 1972.

EAB-1. 1983. Itun Berria - Elizen arteko Biblia. Imprime a Lizarra (Navarre): Bibli Elkarte Batuak.

Echenique, Bruno. 1855. S. Mateoin Evangelioa. Version « A » : ms. éd. par P. Salaburu in : Baztango euskalkiaz, I (Bilbao : Univ. de Deusto, 1980), 35-124 [= version dite « A » dans BOE, Iparraldeko Goi-Goinafarrera, I (1995), 97-176]. Version « B » de BOE : publiée à Londres en 1857, facsim. in OOV II, 91-151.

Eguiateguy, Jusef. 1785. Filosofo huskaldunaren ekheia. Francfort : B. Edelman. R6ed. annotée par T. Peillen, Bilbao : Euskaltzaindia, 1983.

EHEG. 1980. Itun Berria. Saint-Sebastien : Idatz (Herriko Elizbarrutietako Gotzaiak).

d'Etchepare, B. 1545. Linguae vasconum primitiae ;éd. critique par P. Altuna, Bilbao : Mensajero, 1980.

Euskaltzaindia (ed.). 1991. Voir Bonaparte [1991].

Haraneder, Joannes. 1740 [ms.]. Jesu Christoren Evangelio Saindua. Ed. par P. Altuna, Bilbao : Euskaltzaindia, 1990.

Harriet, Maurice. 1855. Iesu-Christogurelaunaren Testament Berria [...]. Bayonne : E. Lasserre.

Hualde-Mayo, Pedro Prudencio. ± 1860. Jesu-Kristo gore Jeinaren Ebanjelio Saintiua segun San Mateok, ms. ed. par J. Estornés Lasa, Fontes Lingvœ ; Vasconvm 39 (1982): 43-103. Aussi in BOE, Erronkariera (1997), 17-102.

Hualde -Mayo, Pedro Prudencio. 1869. Le petit catéchisme espagnol du P. Astete, traduit en [...] roncalais. par Don Prudencio Hualde, cure de Vidangoz, vérifié et modifie sur les lieux mêmes par le Prince Luis-Lucien Bonaparte [...]. Londres. Fac-sim : OOVIII, 258-329. Ms. original publie dans BOE, Erronkariera (1997), 105-138.

Iribarnegaray, X. ±1860. Yesu Chrichtoin Ebanyeliua San Mathioin arabera. Ms., publie dans BOE, Mendebaldeko Behe-nafarrera (1999), 19-81.

Irigaray, Angel. 1958. Prosistas navarros contemporáneos en lengua vascaXX-garren mendeko Nafarroako euskal idazleak. Pampelune : Institución Principe de Viana.

Juanco, Juan Marco. 1834. Doctrina cristiana en bascuence [...]. Ms., publie dans BOE, Zaraitzera (1997), 241-261 sous le titre. ‘Otsagiko Dotrina’

Kerexeta, J. 1976. Euskal-Biblia (bizkaieraz). Bilbao : Bilboko Elizbarrutiko Gotzaintza.

Lizarraga, Joaquín (dit d'Elcano). 1868. Jesucristoren Evangelio Saindua, Juanec dacarran guisara. Londres. Rééd. fac-sim., OOV III, 13-102, & ed. du ms. dans BOE, Hegoaldeko Goi-nafarrera IV (1996), 1235-1275.

Liçarrague, J. 1571. Iesus Christ Gure Iaunaren Testamentu Berria [...]. La Rochelle. Réimpr. en facsim. par Th. Linschmann & H. Schuchardt, in : I. Leiçarragas Baskische Bücher von 1571 [...], Strasbourg : Trübner, 1900 ; facsim. de ce dernier, Bilbao : Euskaltzaindia, 1990,241-1197.

Lopez, Alphonsa. 1782. Guiristhino perfeccioniaren praticaren pparte bat Heuscarala itçulia [...]. Avignon : Aubanel.

« Manezaundi ». Voir Zubiri, Enrike.

Minondo, Pedro J. 1869. Le petit catéchisme espagnol du P. Astete, traduit en [...] aezcoan, par Don Pedro José Minondo, Instituteur à Garralda [...], verifié et modifié sur les lieux mêmes par le Prince Luis-Lucien Bonaparte [...]. Londres. Facsim : OOVIII, 258-329. Ms. original publie par I. Camino & R. G6mez, 1992, ASJU 26.2,453-581, et dans BOE, Aezkera (1997), 49-79, sous le titre « Garraldako dotrina-1 ».

Mog(u)el, Juan Antonio. 1802. El catequista Bascongado/Cristau Eracasle Euscalduna. Ms. publié par A. Arejita, Bilbao : Jarein/Labayru, 1994. Aussi dans BOE, GipuzkeraIV (1993), 2411-2591.

OOV: voir Bonaparte [1991].

Otaeg(u)i, Pedro. 18XX. San Mateoren Ebanjelioa Ceamaco escuera itzulia. Ms. publie dans BOE, Gipuzkera V (1993), 2799-2852.

d'OYHENART(E), Arnaud. 1657-1664. Proverbes et poésies basques. Rééd. trilingue sous la dir. de J.- B. Orpustan, Saint-Etienne-de-Baïgorry : Izpegi, 1992.

Salaberry, M., dit d'Ibarrole. 1856. L'Evangile selon Saint Mathieu, sur la version de M. le Maistre de Sacy [...]. Bayonne : Veuve Lamaignère. Facsim., OOV III, 335-420.

Samper, Pedro José. 1869. Jesucristo gure Jaunaren Evangelio Sandua segun San Mateo. Ms., publie en dans BOE, Zaraitzera (1997), 17-81, sous le titre San Mateoren Ebanjelioa’.

Satrústegui, J.M. 1981. ‘Nueva contribuci6n al fondo de textos antiguos vascos’. ASJU 15,75-104.

Soubelet, Domingo. 1969. Jesus. Bayonne, sans indic. d'éditeur, imprime a Vienne.

Ubillos, Juan Antonio. 1785. Christau doctriñ berri-ecarlea [...]. Tolosa.

Uriarte, Jose Antonio. [±1860]. Salomonen proverbioetaco liburua. Ms. publie dans BOE, Gipuzkera III (1993), 765-804.

Zubiri, Enrike, dit« Manezaundi ». 1990. Artikulu bilduma [1928-1936]. Textes présentés et collect6s par R. M. Pagola, Bilbao : Labayru. [Une autre sélection d'articles est publiée dans Irigaray 1958,15-127.]

Références linguistiques

Artiagoitia, Xabier. 1998. ‘Determinatzaile sintagmaren hipotesia euskal gramalikan’. Uztaro 27, 33-61.

Bach, Emmon, & Cooper, Robin. 1978. ‘The NP-S Analysis of Relative Clauses and Compositional Semantics’. Linguistics and Philosophy 2.

Bresnan, Joan, & Grimshaw, Janet. 1978. ‘The Syntax of Free Relatives in English’. Linguistic Inquiry 9.3,331-391.

Chomsky, Noam. 1974. ‘Questions of Form and Interpretation’. Montreal Working Papers in Linguistics 3, 1-42. Aussi in N.C., 1977, Essays on Form and Interpretation (Amsterdam : North-Holland), 25-59.

Chomsky, Noam. 1986. Knowledge of Language. New York : Praeger.

Chomsky, Noam. 1999. ‘Derivation by Phase¹. Ms., MIT.

Citko, Barbara. (Sous presse.). ‘Light-headed Relatives’. University of Pennsylvania Working Papers in Linguistics.

Dayal, Veneeta. 1997. Locality in wh Quantification. Dordrecht : Kluwer.

Eguzkitza, Andolin. 1995. ‘Adnominals in the Grammar of Basque’. In : J. Hualde & J. Ortiz de Urbina (eds.), Generative Studies in Basque Linguistics (Amsterdam : Benjamins), 163-187.

Euskaltzaindia. 1999. Euskal gramatika ; lehen urratsak, 5 : Mendeko perpausak, 1. Bilbao : Euskaltzaindia.

Evans, Gareth. 1977. ‘Pronouns, Quantifiers, and Relative Clauses’, I & II. Repris dans G.E., Collected Papers (Oxford : Clarendon, 1985), 76-175.

Frei, Henri. 1929. La grammaire desfautes. Geneve.

Gason, J. et al. 1984. Abrege de grammaire latine. Paris : Magnard.

Groos, Anneke, & van Riemsdijk, Henk. [1979] 1981. ‘Matching Effects in Free Relatives : A Parameter of Core Grammar’. Theory of Markedness in Generative Grammar, Proceedings of the 1979 GLOW Conference (Pise : Scuola Normale Superiore), 171-216.

Grosu, Alex. 2000. ‘The Semantic Diversity of Internally-Headed Relative Clauses’. Ms., Univ. de Tel Aviv.

Hirschbühler, Paul, & Rivero, Maria Luisa. 1983. ‘Remarks on Free Relatives and Matching Phenomena’. Linguistic Inquiry 14.3, 505-520.

Kayne, Richard. 1994. The Antisymmetry of Syntax. Cambridge (Mass.): MIT Press.

Lafitte, Pierre. 1962. Grammaire basque (navarro-labourdin litteraire). Bayonne : Amis du Musée Basque & Ikas.

Link, Godehard. 1984 ‘Hydras : On the logic of relative constructions with multiple heads’. In J. Groenendijk et al. (eds.), Proceedings of the Fourth Amsterdam Colloquium (Dordrecht : Foris), 245-257.

Mujika, Jose Antonio. 1999. ‘Erlatibo arrunta zehaztaile ? Teoriak eta datuak’. Euskera 44.2, 1139-1158. Oyharçabal, Bernard. 1987. Etude descriptive de constructions complexes en basque [...]. These d'Etat, Univ. Paris VII. Oyharçabal, Bernard. 1988. ‘Operatzaile isila euskarazko perpaus erlatiboetan’. ASJU 22.1,93-97.

Oyharçabal, Bernard. 1989. ‘Pro-drop and the Resumptive Pronoun Strategy in Basque’. In L. Maracz & P. Muysken (eds.), Configurationality. The Typology of Asymmetries (Dordrecht : Foris), 63-83.

Partee, Barbara. 1987. ‘Noun Phrase Interpretation and Type-Shifting Principles’. In J. Groenendijk, D de Jong & M. Stokhof (eds.), Studies in Discourse Representation Theory and the Theory of Generalized Quantifiers (Dordrecht : Foris), 115-143.

Postal, Paul. 1966. ‘On So-called Pronouns in English’. In F. Dinneen (ed.), Monograph Series on Languages and Linguistics 19 [Georgetown Univ. Press]. Aussi in D. Reibel & S. Schane (eds.), 1969, Modern Studies in English (Englewodd Cliffs, N.J. : Prentice-Hall), 201-224 ; et in R. Jacobs & P. Rosenbaum (eds.), 1970, Readings in English Transformational Grammar (Walton, Mass. : Ginn), 56-82.

Prince, Ellen. 1998. ‘On the Limits of Syntax, with Reference to Left-Dislocation and Topicalization’. Syntax and Semantics 29 [=P. Culicover & L. McNally, eds., TheLimits of Syntax, Academic Press], 281-302.

Quirk, Randolph, etal. 1972. A Grammar of Contemporary English.Londres : Longman.

Rebuschi, Georges. 1998a. ‘Nouvelles remarques sur haina’. Lapurdum 3, 53-75.

Rebuschi, Georges. 1998b. ‘Vie et mort d'un pronom de type C. Exposés au Séminaire de syntaxe avancée (Paris VlI/ParisVIII), janvier & mars. Ms., U. Paris III.

Rebuschi, Georges. 1999. ‘Types de langues de types de constructions : le cas des corrélatives’. In A. Söres & C. Marchello-Nizia (eds.), Typologie des langues, universaux linguistiques [Univ. Paris X : LINX, numéro spécial], 55-72.

Rebuschi, Georges. 2000. ‘Basque Left-Dislocated (Semi-) Free Relatives and Correlatives’. Conférence à la Table ronde sur la syntaxe et la sémantique des constructions relatives, Univ. de Tel Aviv, 14-16 juin.

Rebuschi, Georges. (Sous presse.) ‘Sur les relatives libres et les corrélatives du basque’. In M. Aurnague & M. Roché (dir.), Romania et Vasconia. Hommage à Jacques Allières (Toulouse).

Rizzi, Luigi. 1997. « The Fine Structure of the Left Periphery’ .In L. Haegeman (ed.), Elements of Grammar ; Handbook of Generative Syntax (Dordrecht : Kluwer), 281-337.

Shimoyama, Junko. 1997. Tntemally-Headed Relative Clauses in Japanese and E-Type Anaphora’. Ms., Univ. du Massachusetts à Amherst.

van Riemsdijk, Henk. 1997. ‘Left Dislocation’. In E. Anagnostopoulou et al. (dir.), Materials on Left Dislocation (Amsterdam : Benjamins), 1-10.

van Riemsdijk, Henk. 2000. ‘Free Relatives’. « Projet SynCom », ch. 44.

Vergnaud, Jean-Roger. 1985. Dépendances et niveaux de représentation en syntaxe. Amsterdam : Benjamins.

Zwart, Jan-Wouter. 1998. ‘Where is Syntax ? Syntactic Aspects of Left Dislocation in Dutch and English’. Syntax and Semantics 29 [=P. Culicover & L. McNally, eds., The Limits of Syntax, Academic Press], 365-393.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

*  Ce travail reprend, en en amplifiant la partie descriptive, la première partie de mon exposé (Rebuschi 2000) : je remercie l'audience de cette Table ronde pour ses remarques, en particulier Henk van Riemsdijk et Alex Grosu, ainsi qu'A. Lacombe pour avoir attiré mon attention, il y a bien plus longtemps, sur la bizarrerie factuelle que constitue la coordination non-additive des DP étudiée en 6.2 (cf. l'ex. (29)) (le phénomène global traité ici était simplement signalé de manière anecdotique dans la section 6 de Rebuschi (sous presse), rédigé au printemps 1999).

1  Les abréviations utilisées sont les suivantes :
aux, auxiliaire ; D, D°, dét, déterminant ; dat, datif ; dp, expression nominale (ou syntagme déterminant) ; erg, ergatif ; fvf, forme verbale fléchie ; fut, futur ; gen, génitif ; inac, inaccusatif ; intr, intransitif ; méd-p, médio-passif ; neg, négation ; np, syntagme nominal sans déterminant ; pass, passif ; pl, pluriel ; rl, relative libre ; rsl, relative semi-libre ; rsl nst., relative semi-libre non-standard ; sg, singulier ; tr, transitif.
Par ailleurs, le symbole Ø représente pour le moment la « tête nominale » absente ou du moins invisible dans le DP. Pour ne pas induire d'erreur dans l'interprétation de ce symbole, je traiterai l'absolutif comme l'absence de toute marque casuelle, plutôt que comme un nouveau ‘zéro’, mais insérerai la glose (abs) dans les traductions mot-à-mot pour plus de clarté.

2  Je laisse de côté les constructions sémantiquement équivalentes dans les langues qui offrent des relatives dites à tête interne (japonais, coréen, entre autres) : lorsque cette tête est phoniquement nulle, la structure est peut-être encore différente, car elle peut être considérée comme restant in situ, tout comme les têtes lexicales ; voir cependant Shimoyama (1997) et Grosu (2000) pour une interprétation qui pourrait bien se ramener au second type décrit infra dans le texte

3  Les formes en bail- + d- comme bait.da, bait.du, aujourd'hui écrites en deux mots, sont traditionnellement écrites en un, le plus souvent baita, baitu, mais parfois avec un -d- au milieu.

4  Quand il y a dislocation à gauche, et (éventuelle) reprise par un pronom, on parle souvent de constructions corrélatives pour les phrases complexes entières (cf. Euskaltzaindia 1999,247-259, pour une présentation générale en basque), et aussi deprotase corrélative pour la relative elle-même. Mais ces constructions ne se limitent pas forcément à des tours sans « tête » nominale, où la relative serait libre : la protase peut souvent contenir (même si ce n'est pas le cas en basque) ce qui sera un antécédent (externe) dans la traduction française, et fonctionner comme une restrictive, comme dans l'ex. latin suivant (Gason et al. 1962) :
(a) Quas scripsisti litteras,
quel[ACC-FÉM-PL] tu-écrivis lettre[ACC-FÉM-PL] eue mihi joncundissimae fuerunt elles à-moi très-agréable ont-été ‘La lettre que tu as écrite m'a fait grand plaisir’
Il s'ensuit que la question des constructions corrélatives et celle des relatives sans antécédent sont, du point de vue de la linguistique générale, partiellement disjointes.

5  Les « relatives à tête légère » (anglais Light Headed Relatives) du polonais, telles qu'elles sont décrites par Citko (sous presse), et qui sont introduites par un démonstratif qui, crucialement pour sa démonstration, peut aussi jouer un rôle de copule, sont en fait plutôt du type des protases corrélatives lorsqu'elles sont disloquées, si bien que je préfère ne pas employer ce terme pour décrire les données pertinentes du basque. Voir de plus Rebuschi (1998b) pour une description des RL strictes de cette langue partiellement équivalente à celle de Citko, au moins en qui concerne l'hypothèse d'un déplacement de la RL vers la gauche du pronom dit « résomptif ».

6  Cf. en particulier Oyharçabal (1987), et plus récemment Mujika (1999), pour une défense et illustration panchronique et pandialectale de cet ordre des mots (voir aussi par ex. (A20) dans l'Appendice. En tout état de cause, il faut éviter de confondre ce tour avec les structures (superficiellement) appositives comme (i) ci-dessous, dans lesquelles la marque de sg -a est dupliquée, apparaissant d'abord sur l'antécédent, puis sur la relative, qui est alors indiscutablement appositive du point de vue morpho-syntaxique :
(i) gizon.a [huts eginen du. en.a]
Ces dernières structures seront reprises au § 6.1, cf. (25).

7  Cf. Oyharçabal (1988) pour la première analyse des relatives basques utilisant un opérateur vide, noté « Op » ici.

8  Si l'on tient compte de l'ordre des mots illustré en (5d), le zéro pourrait tout aussi bien figurer à gauche, cf. la fin de 3.3.

9  Exemple simplifié (mais avec indication structurale par crochets et zéro ajoutés) tiré d'Euskaltzaindia (1999, p. 206).
Rappelons par ailleurs que, dans les dialectes orientaux comme dans la langue normalisée, le suffixe -ak est ambigu entre l'ergatif singulier (segmentable en-a-k) et l'absolutif pluriel irrégulier non-segmentable, mais que cette séquence, dans les dialectes occidentaux parlés (et écrits jusqu'au milieu du 20e siècle), peut aussi avoir la valeur d'ergatif pluriel (elle équivaut alors au basque oriental et standard -e-k,-e- est la marque non-terminale du pluriel, et -k le suffixe ergatif), si bien qu'un grand nombre d'exemples sont formellement ambigus, et ne peuvent donc pas être comptés parmi les tours non-standard examinés ici.

10  Beñat Oyharçabal (communication personnelle) m'a fait remarquer qu'il existe des arguments poussant à distinguer entre DP (la projection d'un D° ou Déterminant introduisant un NP), et KP, projection d'une tête fonctionnelle K° réalisée par un suffixe casuel ou certaines postpositions, qui prendrait le DP comme complément. Je n'introduis pas cette distinction ici, dans la mesure où les arguments en question reposent essentiellement sur les propriétés combinatoires des pronoms sous coordination, question qui ne me paraît pas cruciale ici (voir cependant 4.5 sur ce sujet). Par ailleurs, il faudrait aussi s'interroger sur l'éventuelle nécessité de recourir à une tête fonctionnelle éventuelle Nombre” ou Num°, et à sa projection NumP (pour Number Phrase), en particulier pour des cas comme ceux décrits en 3.2, ou les ex. (A5), (A44) (C25) de l'Appendice.

11  Je ne vois pas d'argument convaincant en faveur la thèse selon laquelle, lorsqu'il y a dislocation à gauche, ce qui est le cas le plus usuel, les RL strictes du basque seraient autre chose que de simples CP, directement interprétables comme des propriétés liant une variable de propriété dans la traduction sémantique du pronom de reprise ou corrélat - cf. Rebuschi (1999). Mais la question est évidemment plus complexe lorsqu'elles ne sont pas disloquées : voir Rebuschi (sous presse) pour quelques exemples manifestant l'absence de congruence casuelle dans de tels cas.

12  Comme les pronoms ne sont pas obligatoirement réalisés en basque (v. la note suivante), la différence entre la dislocation, qui exige la reprise par un pronom en français, et la topicalisation au sens strict, qui correspond à un déplacement laissant une trace, i.e. une catégorie phoniquement vide, est moins visible dans cette langue qu'en français. Cependant, outre la pause, la dislocation se distingue aussi par le fait qu'elle n'est soumise à aucune contrainte de localité, ce qui correspond bien au phénomène étudié.

13  L'optionnalité n'est que superficielle : dans la perspective générative, c'est un élément syntaxiquement et sémantiquement actif, mais phoniquement non-réalisé, pro, qui occupe la place de hura en (10) et de sa variante ergative harken (11). Voir aussi Zwart (1998, p. 380) pour l'hypothèse que même dans une langue non-pro-drop comme le néerlandais, les adverbes placés en position périphérique gauche sont « standardly resumed by an empty D-word ».

14  Voir cependant les ex. (Bl Ø,14,18-20) de l'Appendice, tous issus de deux dialectes voisins, le baztanais et l'aezcoan. Cette asymétrie est telle qu'elle permet d'exclure sans discussion l'hypothèse d'une rupture de construction, l'auteur pensant d'abord employer un verbe transitif, puis optant pour un intransitif/inaccusatif : si c'était le cas, les exemples de type (1 lb) devraient être approximativement aussi nombreux que les autres, ce qui est parfaitement inexact. Noter aussi l'existence de corrections à des ms., qui ou bien n'enlèvent pas la marque non-standard d'ergatif (cf. la note 4 de l'Appendice, voire l'ajoute (comme signalé dans la note 63 de cet Appendice ; voir aussi le commentaire qui y précède l'ex. (A12)). L'hypothèse de simples coquilles pour les textes imprimés est également à écarter en fonction de la même asymétrie statistique.

15  Pour une mise au point récente, cf. van Riemsdijk (2000).

16  Voir déjà la discussion dans Chomsky (1974), qui se résout aisément aujourd'hui avec l'hypothèse DP - qu'il a lui-même acceptée depuis une dizaine d'années.

17  Par contre, je n'adopte évidemment ni l'idée qu'il n'y a jamais de NP auquel une relative restrictive serait adjointe, ni celle, corrélée, que le mouvement est celui de l'antécédent, ni non plus, enfin, celle qui revient à dire que les têtes précèdent toujours leur complément - pour retrouver l'ordre des mots de (5c), il faudrait en effet considérer que tout ce qui précède le D° (le CP lui-même selon Kayne), a été déplacé en Spéc, DP ; de plus, ce CP aurait subi de multiples déplacements internes, car le C est passé à gauche de gizon, qui par hypothèse serait dans le Spec, CP : il faudrait donc en réalité admettre une itération de CP, permettant la montée ultérieure dudit C dans le Spéc. du segment supérieur de CP, etc.

18  J'en reste donc, à l'adoption des projections CP et DP près, à une analyse très proche de celle suggérée par Oyharçabal (1988). Cet auteur a ensuite proposé, cf. Oyharçabal (1989), une solution alternative au déplacement de l'opérateur, selon laquelle ce dernier serait généré dans la base en Spec, CP, et lierait un pro résomptif. Le choix entre ces deux approches est indifférent à mon propos, car il importe peu, en fait, de savoir si l'Op. dans Spéc, CP en (15), (17) et (18), y est généré directement, ou s'y trouve suite à une application de Move α : c'est le mouvement suivant, vers Spéc, DP, qui est crucial pour moi ici.

19  Elle est même devenue pratiquement la seule opératoire dans le Programme minimaliste, et correspond exactement à la notion de propagation des « traits-de-tête » ou head features en PSG.

20  En termes minimalistes, donc vérifïcationnistes, on pourrait dire - ce qui revient dans les faits au même - que la marque casuelle ergative sur le D°, si elle ne peut se vérifier de manière usuelle, i.e. par rapport au reste de la phrase, peut se vérifier de manière interne au DP, ce qui ne peut se faire que si l'Opérateur abstrait monte de Spéc, CP en Spéc, DP : l'intuition d'un mouvement « altruiste » semble ici beaucoup plus vraisemblable que celle d'un mouvement « égoïste », car on ne voit guère ce qui, dans ces termes, pourrait expliquer la montée de l'Opérateur wh- de manière non ad hoc et non-circulaire.

21  Voir l'Appendice pour des exemples de RSL à droite qui occupent en fait une position également non-argumentale.

22  On va revenir sur la duplication du D° (et de la marque casuelle éventuelle) en 6.2.

23  Sauf erreur, je n'ai relevé aucune RSL non-standard dans ses deux trad. guipuzcoanes de Matthieu, et une seule, dans un cas structuralement identique à celui de (20), dans sa trad. biscayenne (cf. l'Appendice, ex. (A44)).

24  Il me faut signaler ici qu'au printemps 1999, au cours de discussions concernant les « vraies » relatives libres avec Jean Haritschelhar, Président de l'Académie basque et natif de St.-Etienne de Baïgorry (Basse-Navarre), ce dernier employait très systématiquement des DP à marque ergative externe lorsque la RSL, considérée comme variante de la RL stricte, était employée en isolation, plutôt que comme argument d'un verbe ; il opposait ainsi des formes comme (la), reliées à un pro ou un pronom explicite, et donc reliées indirectement à un prédicat, à des formes comme (i), ci-dessous, qui ne lui venaient, j'y insiste, qu'en l'absence de tout contexte :
(i) Huts egiten du.en. ø ?.a◊k
erreur faire-iMP AUX-en-0-SG-ERG

25  Voir, dans l'Appendice, la discussion qui précède les ex. (A13-16), qui semblent, de prime abord, exhiber un datif comme cas par défaut : en fait, une tout autre dimension est en jeu, qui dépasse largement le cadre de la grammaire de la phrase.

26  Il n'y a pas forcément contradiction : si la transformation syntaxique sous-jacente à l'opération en question a lieu avant « Spell-Out », elle aura un réflexe en PF ; mais si elle s'applique après, on est dans le cas du basque standard, qui ne permet pas qu'il apparaisse de marque visible de ladite opération : voir 7.3.

27  C'est ici qu'on voit bien la différence entre topicalisation (mouvement du DP) et dislocation : si un DP est déplacé, il va naturellement porter le cas reçu (ou « vérifié ») en position de départ, avant mouvement. La situation est radicalement différente dans le cas des dislocations, puisqu'il n'y a pas de déplacement, l'élément disloqué étant « généré dans la base » en position non-argumentale ; cf. cependant Prince (1997) pour une vision un peu plus tempérée de la question.

28  Comme dans les formes hypercorrectes this is thegirl who◊m I know loves Bill ou leurs équivalents hongrois, où c'est la trace intermédiaire du relatif, en Spéc, Comp de la relative, qui reçoit l'accusatif par marquage de cas exceptionnel (ECM) ; noter à cet égard que ce genre de construction est, que je sache, inattesté dans les langues où le nominatif est déjà marqué par un segment final, que l'accusatif en présente un autre ou n'ait pas de marque du tout.

29  Bien entendu, le prédicat de la matrice peut orienter l'interlocuteur, comme dans les cas suivants, où notre connaissance du monde usuel nous pousse à interpréter la première RSL comme introduisant de l'humain (d'où la trad. par ‘celui qui’) et le second comme de l'inanimé (trad. ‘ce qui’) :
(i) Erortzen dena, hura lagundu behar da/dugu jeikitzen
'Celui/?? ce qui tombe, nous devons l'aider à se relever’
(ii) Erortzen dena, hura txakurrarentzat (izaten) da.
‘Ce/?? celui qui tombe, c'est/?? il est pour le chien’

30  Il y a deux façons de construire une telle structure : on peut ou bien associer (anglais merge) directement un D° et un CP construit préalablement, ou bien réanalyser un arbre comme (18) en (17), mais à la condition expresse que le NP auquel est adjoint le CP, i.e. le segment inférieur de NP en (18), ne possède aucune information sémantique (ce qui signifie évidemment que ni le N° ni le spécificateur potentiel de ce NP ne doivent contenir de traits). Mais cette question me paraît sans pertinence pour les problèmes traités ici.

31  Contre Dayal 1997, je pense donc qu'il vaut mieux considérer que le complémenteur lui-même est ininterprétable : il n'est là que comme tête permettant à un X” (le pronom relatif, ou le DP ou PP contenant un pronom relatif, en cas de pied-piping) de monter dans la position de spécificateur qui peut l'accueillir -mais il est vrai qu'on pourrait tout aussi bien considérer que, par accord Spéc, tête, c'est le C° qui joue le rôle de l'opérateur λ, le relatif devenant par contre invisible à l'interprétation sémantique.

32  On reste malgré tout obligé de stipuler que la structure d'adjonction [NP NP [CP]] ou [NP. [CP] NP]] doit s'interpréter comme une coordination de prédicats, cf. (24b), où j'emploie le symbole « & », bien qu'il ne s'agisse pas de la coordination de deux propositions, par souci de simplification (voir Link 1984 sur ce point).

33  De façon générale, on distingue entre le mouvement de catégories lexicales, qui en permet la reconstruction en forme logique, et celui d'items fonctionnels, qui, s'ils sont interprétables, comme précisément les opérateurs, ne sont pas interprétés dans leur position d'origine.

34  Cf. la parenthétisation, qui est de moi, comme dans les autres exemples.

35  Voir de ce point de vue les deux occurrences de eta dans l'ex. (20) supra, ainsi que la trad. de ‘et’par ero [= edo] ‘ou’ dans l'appendice, ex. (A3).

36  C'est donc en gros un « pronom de type E », c'est-à-dire la matérialisation d'un type d'anaphore dont on connaissait le fonctionnement depuis Evans (1977), mais dont la lexicalisation spécifique dans les langues naturelles n'avait jamais été trouvée.

37  L'usage de -(e)n guz(t) ia au singulier pour renvoyer à de l'humain a disparu depuis près d'un siècle, le basque s'alignant ainsi sur les options des langues romanes environnantes : fr. tout ce qui, esp. todo lo que, vs. tous ceux qui, todos los que... Un ex. authentique est fourni par le passage suivant (avec renforcement de valeur purement stylistique [?] par la présence intemédiaire d'un démonstratif :
Mt 5,22 - Anon. B (guipuzcoan). Baña nikesaten dizutet ezen, bereanaiakin aserretzen dan hura guzia, hogendun izango da Ø juizioarena. ‘ Mais moi je vous dis que celui, quel qu'il soit, qui se fâche avec son frère, sera [jugé] coupable devant le tribunal.’
Un autre ex., avec marquage casuel non-standard, figure en (A17) dans l'Appendice.

38  Le fait que des RSL standard (en -a ou -ak, selon le nombre) puissent apparaître sous la portée d'un opérateur existentiel dans les constructions du même nom va exactement dans le même sens - cf. aussi (26) supra.

39  Si l'on tient compte des travaux déjà anciens de Postal (1966), qui analyse les pronoms personnels comme des déterminants superficiellement « intransitifs », on voit par contre que des structures comme la suivante en sont peut-être une autre exemplification - mais il faudrait regarder de plus près si les hypothèses de Citko (sous presse) n'en rendent pas tout aussi bien compte :
(i) He who helps the blind deserves support. [Quirk et al. 1972 : 862] ‘Celui qui aide les aveugles mérite d'être soutenu’, lit. ‘ Il≈lui qui...’

40  Il y a sans doute aussi derrière ces probèmes tout un champ de données à analyser du point de vue de l'acquisition du basque comme langue première, mais je laisse aux spécialistes de ces questions le soin de s'y intéresser, ou pas...

41  On comprendra qu'avec les dernières péripéties concernant l'hypothèse de Procrastination vs. celle du « Earliness Principle » (cf. Chomsky 1999), je m'abstienne tout simplement de poser la question de savoir si l'un de ces deux mouvements est plus naturel, plus économique, ou, au contraire, éventuellement plus marqué, que l'autre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Rebuschi, « À propos d'une construction non-standard du basque », Lapurdum, 5 | 2000, 237-282.

Référence électronique

Georges Rebuschi, « À propos d'une construction non-standard du basque », Lapurdum [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1318 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1318

Haut de page

Auteur

Georges Rebuschi

Centre de recherche en typologie grammaticale (Tygre) - Université de Paris III, UMR 5478
georges.rebuschi1@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Rebuschi G. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org