Navigation – Plan du site
Langue

Note à propos des formes jussives préfixées en b- du basque

Bernard Oyharçabal
p. 223-235

Entrées d’index

Thèmes :

linguistique

Chronologie :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cette note a pour objectif de proposer, sous une forme plus élaborée, une analyse des formes jussives en b- du basque, simplement évoquée dans des travaux antérieurs tels que celui consacré aux préfixes votifs et prescriptif de la vieille langue ai- etalbait- (Oyharçabal 1997). Selon cette analyse, qui s'éloigne des vues que l'on rencontre généralement dans la littérature, ce préfixe n'appartient pas au même paradigme que les morphèmes d-, z- et /- des formes verbales conjuguées, mais correspond à un préfixe subordonnant de modalité énonciative, comme ai- et albait- ; il est également semblable du point de vue de ses propriétés morphosyntaxiques aux autres préfixes complémenteurs pouvant se joindre aux verbes, à savoir ba- suppositif et bait-. Dans l'analyse ici proposée, le préfixe jussif se joint directement au radical du verbe conjugué, également utilisé avec les impératifs à conjugaison ergative :

(1) impératif : #egizu... faites-le’
jussif : b-egi... ’qu'il le fasse’

2Dans un premier temps, je présenterai les données relatives aux formes jussives du basque (§ 1), je rappellerai ensuite quelle a été jusqu'à présent l'analyse que la tradition grammaticale leur a apportée et les difficultés auxquelles elle se heurte du point de vue de la morphologie verbale (§2) ; dans une étape suivante je montrerai que les propriétés morphosyntaxiques des formes concernées contraignent à ne pas voir dans le préfixe jussif b- un élément des formes verbales proprement dites, mais plutôt un morphème de type complémenteur (§3).

1. Les formes jussives du verbe basque : formes et emploi

  • 1  Il y a d'autres emplois du terme. Je retiens celui-ci pour bien distinguer ces formes des impérati (...)

3Convenons ici d'appeler jussives les formes, souvent désignées comme impératives dans les grammaires basques, dans lesquelles une injonction est exprimée par une phrase dont l'argument sujet est de 3e personne (Trask 1993)1. Ce type d'injonction peut se réaliser en basque moderne de deux manières : soit l'emploi de formes à préfixe jussif b-, soit l'usage de formes du présent dotées du suffixe -(e)la. Dans les deux cas, la conjugaison peut être synthétique ou s'accomplir sur un auxiliaire excluant les verbes lexicaux porteurs d'une marque aspectuelle : b-etor/datorr-ela et etor b-edi ou etor dadi-la... ‘qu'il vienne’.

  • 2  Dans les dialectes orientaux modernes, les phrases jussives négatives se réalisent avec la forme d (...)
  • 3  Dans tous les dialectes, y compris les occidentaux, l'usage des jussifs en b- dans les phrases nég (...)

4L'usage de la forme préfixée varie, de façon différente en fonction des dialectes, selon principalement le type de phrase (négative ou positive),2 la morphologie des formes verbales (conjugaison périphrastique ou synthétique),3 la présence ou non d'une 1re ou 2e personne objet direct dans la phrases transitives (cf. 1.2.), voire, plus rarement, le référent du sujet de 3e personne (véritable 3e personne ou allocutaire traité à la forme respectueuse, cf. 1.1.2.).

5Les formes que nous étudierons ici sont les formes spécifiques à préfixe b- que l'on rencontre aujourd'hui de manière optionnelle dans les phrases jussives intransitives ou transitives sans objet direct de 1re ou 2e personne, en concurrence avec des formes à initiale en d- suffixées en -(e)la. Nous tiendrons compte toutefois du fait que de telles formes jussives ont été également utilisées au cours des 18e et 19e siècles en labourdin avec les phrases transitives à conjugaison périphrastique et à objet direct de 1re ou 2e personne.

1.1. Formes préfixées en b- se joignant au radical du verbe ou auxiliaire conjugué

  • 4  Le jussif ne peut être utilisé avec l'auxiliaire oriental *iro, lequel n'a d'ailleurs jamais d'emp (...)

6Ces formes jussives sont utilisées avec les verbes conjugués au synthétique, et avec les auxiliaires sélectionnant un verbe lexical sans marqueur aspectuel.4 Elles ont de ce point de vue les mêmes possibilités d'emploi que les formes impératives.

7Elles ne sont pas employées lorsque la forme verbale a un indice personnel préfixé, c'est-à-dire avec les verbes transitifs dont l'objet direct est 1re ou 2e personne (voir néanmoins 1.2. infra).

1.1.1. Formes jussives préfixées avec les verbes synthétiques

  • Exemples avec des verbes lexicaux à conjugaison synthétique [-ERG] : joan... ‘aller’,etorri... ‘venir’,egon... ‘rester’, jarraiki... ‘suivre’, izan... ‘être’,... Joan ‘aller’ :

(2a) Bihoa beraz etsaigoa, aparta bedi egun beretik (Axular, Gero, 225) Que l'adversité s'en aille, qu'elle s'éloigne aujourd'hui même

Etorri ’venir’ :
(2b) Baldin Jainkoarekin or iñor bada, betorkit (Lardizabal Testamentu zarreko..., 80)
Si quelqu'un est là avec Dieu, qu'il me vienne !

Egon ’rester’ :
(2c) Begozi aphezak deskantsu (Barbier, Supazter xokoan, 112)
Que les prêtres demeurent tranquilles

Jarraiki ‘suivre’ :
(2d) Nihork nahi badu ene ondoan etorri, (...) berrait (Pouvreau, Jesusen Imitationea, 110)Si quelqu'un veut venir auprès de moi, (...) qu'il me suive

Izan ’être’ :
(2e) Biz hala, bute nahi duten guzia (Pouvreau, Jesusen Imitationea, 138) Qu'il en soit ainsi, qu'ils aient tout ce qu'ils veulent

  • Exemples avec des verbes lexicaux [+ERG] à conjugaison synthétique : ekarri ’apporter’, jakin ‘savoir’, erabili ’savoir’, egin ’faire’, -i- ’donner’, *edun avoir’,...

Ekarri ’apporter’ :
(3a) Bekar orain lau zentimokopastela (Soroa, Baratzan, 61)
Qu'il apporte maintenant un gâteau de quatre centimes

Erabili ’utiliser’ :
(3b) Nihork nahi badu ene ondoan etorri, (...), berabilla bere gurutzea (Pouvreau, Jesusen Imitazionea, 110)
Si quelqu'un veut venir auprès de moi, (...) qu'il porte sa croix

Jakin ’savoir’ :
(3c) Beki on eta gaitzaren berri, kargutan duenakzenbaitherri (Oihenart,proverbe n° 73)
Que celui qui a charge de quelque pays sache ce qui est bien et ce qui est mal

*-i- ’donner’ :
(3d) Bizute dagotzun eskerra (Pouvreau, Dictionnaire)
Qu'ils vous donnent le remerciement que vous méritez'

Egin ’faire’ :
(3e) Galde begio bakoitzak bere buruari (Aguirre, Erakusaldiak 1, 624)
Que chacun se pose la question à lui même

*Edun ’avoir’ :
(3f) Ahalge-gabeak bitu epher erreak (Oihenart, proverbe n° 9)
Que l'effronté aie les perdrix rôties

8Voir également l'exemple (2e) supra, avec bute ’qu'ils aient’.

1.1.2. Formes jussives préfixées des verbes périphrastiques

  • Exemples avec l'auxiliaire [-ERG] : *edin

(4a) Nahi duena eskandalisa bedi (Hiriart-Urruty, Zezenak errepublikan, 13)
Que celui qui le souhaite se scandalise

(4b) Barkatua izan bekit (Etchepare, Buruxkak, 145)
Que cela me soit pardonné

(4c) Ahantz bekizkitzu, Jauna, ene bekhatuak (Arbelbide, Igandea, 206)
Oubliez, mes péchés, Seigneur

    • 5  Cet auxiliaire n'est utilisé que dans les dialectes occidentaux. Il correspond au verbe egin ‘ fai (...)

    Exemples avec les auxiliaires [+ERG] : *ezan, egin5

*Ezan :
(5a) Nerea izan nahi denak, ukho egin biezo bere buruari (Duhalde, Meditazioneak, 253)
Que celui qui veut être mien renonce à lui-même

(5b) Egin bezate nahi dutena ; ebats bitzate apez etxe eta semenario guziak (Hiriart-Urruty, Zezenak errepublikan, 157)
Qu'ils fassent ce qu'ils veulent, qu'ils dépouillent tous les presbytères et les séminaires

Egin
(6a) Ez duanak zer eskeñi, eskeñi begio bere biotza (Aguirre, Erakusaldiak, 2, 18)
Que celui qui n'a rien à offrir offre son coeur

(6b) Baña itzegin begie (...) dan ezjakiñenak, (...), eta sinistuko due
(Aguirre, Erakusaldiak 3, 442)
Mais que le plus ignorant qui soit leur parle, (...), et ils le croiront

1.1.3. Les formes jussives à valeur d'impératif

  • 6  On distingue en basque le registre familier, [+FAM], correspondant au tutoiement, le registre resp (...)

9Dans les dialectes occidentaux, les formes jussives en b- peuvent être employées comme formes impératives dans le registre respectueux,6 aujourd'hui en désuétude, où l'allocutaire est traité à la troisième personne (berori). En voici quelques exemples :

(7a) Bai Jauna, ta berorrek be, esan beio (Aguirre, Kresala, 124)
Oui, Monsieur, et que lui-même (=allocutaire) également le lui dise

(7b) Ikus beza berorrek, baldin badu gura (Iturriaga, Fabúlas..., 32 :
Que lui-même (=allocutaire) voie, s'il le veut

(7c) Kontuz mintza bedi berori (Berrondo, Kijote, 204)
Que lui-même (= allocutaire) parle avec précaution

  • 7  Azkue (1932 : § 909) indique que dans l'usage populaire des dialectes occidentaux les formes jussi (...)

10Les formes jussives en b- sont d'emploi obligatoire à l'impératif du registre [+RESP] occidental, les formes suffixées équivalentes étant alors inusitées (au moins en dehors des négations) :7

(8) Berorri eman diot. Orain eraman beza/?? Dezala
Je le luii (=allocutaire) ai donné. Maintenant qu'ili l'emporte

1.2. Formes prefixées en be- se joignant au paradigme du présent de l'auxiliaire *ezan

11Les formes jussives en b-, en basque standard, et dans la majorité des dialectes, n'apparaissent pas avec les formes verbales contenant un indice personnel préfixé, c'est-à-dire un indice d'accord personnel absolutif.

12Avec les verbes [-ERG], où le préfixe absolutif correspond au sujet, les formes du présent nu sont utilisées à l'impératif (hago ’reste’, zatozkit ’venez à moi’, zoazte ’allez’, urrikal zakizkigu ’ayez-nous en miséricorde’,...), et ces mêmes formes du présent suffixées de -(e)n dans les cas où l'injonction s'adresse à une première personne (gauden ’restons, goazen, ’allons’, hurbilnakion ’que je m'approche de lui’, …)

  • 8  Ce procédé est disponible également comme substitut des formes jussives régulières, tant avec les (...)

13Avec les verbes [+ERG] où le préfixe personnel absolutif correspond à un objet direct, on utilise les formes nues du présent lorsque le sujet est la seconde personne (9a), et les formes du présent dotées du suffixe -(e) la lorsque le sujet est de 3e personne (9b) :8

(9a) Eraman nazak ou Eraman nazazu
Emmène-moi Emmenez-nous

(9b) Eraman gaitzate-la ou Deabruak eraman zaitza-la
Qu'ils nous emmènent Que le diable vous emporte

14Dans cet usage standard, on n'use donc pas des formes jussives en b- dans les injonctions du type de (9b), car, avec les verbes transitifs, elles sont restreintes aux cas où l'objet n'est pas une 1re ou 2e personne. Toutefois, dans la littérature classique labourdine des 18e et 19e siècles et même en navarrais méridional, on rencontre de façon non systématique de telles formes, employées avec le préfixe be-.

15En voici quelques exemples, qui montrent, ainsi que l'indique Altuna dans la préface à son édition de Haraneder (1990 : XVIII), que ces formes n'ont pas été inventées par des grammairiens du 19e siècle, comme on a pu le dire parfois :

benaza
(10a) Zure esku botheretsuak, ene Jainkoa, gida benaza (Chourio,
Jesu-Christoren Imitacionea, 228)
Mon Dieu, que votre main puissante me guide

behazate
(11) Ethor bekizkik laguntzerat, eman behazate ene kolpeen gerizean
(Baratciart, Meditazione : 124)
Qu'ils viennent t'aider, et qu'ils te mettent à l'abri de mes coups

bezaitza (te)
(12a) Ene agintzak borthitz bezaitza, eta konsola zer nahi gertha dadiñ
(Chourio, Jesu-Christoren Imitacionea, 287)
Que ma promesse vous renforce, et vous console quoi qu'il arrive

(12b) Hala beraz, Jauna, gizonek lauda bezaitzate zu, eta ahantz ni (Chourio, Jesu-Christoren Imitacionea, 268)
Ainsi donc, Seigneur, que les hommes vous louent, et m'oublient

begaitzate
(13) Eta bereka thera begaitzazte (Duvoism,Ac.Ap. 16-38)
Et qu'ils nous en sortent eux-mêmes

bezaitzate
(14) Nihork beraz ez bezaitzate kondena jatearen edo edatearen ariaz (Haraneder, Col. 2-16)
Que personne donc ne vous condamne en raison du boire ou du manger

  • 9  Bonaparte dans Le verbe basque (1869 : p. 53, p.72) fait apparaître les formes jussives à préfixes (...)

16Si elles ne sont certainement pas dues à quelque invention artificielle, ces formes, néanmoins, se sont sans doute développées de façon assez récente (18e siècle), puisqu'elles ne sont pas attestées dans les textes des deux siècles précédents. Elles semblent également avoir été restreintes au dialecte labourdin,9 et à l'auxiliaire *ezan (aucun exemple n'est attesté à ma connaissance avec un verbe en conjugaison synthétique).

17Elles n'apparaissent jamais avec une forme verbale dotée du d- du présent (ni du l- avec le paradigme hypothétique) : On a donc eraman benaza ’qu'il m'emporte !’, mais jamais eraman *bedeza (ou *beleza) en place de beza ’Qu'il l'emporte !’.

2. Analyse standard des formes jussives en b-

  • 10  Rebuschi (1984) est l'unique exception que j'aie rencontrée dans la littérature.

18Dans la tradition grammaticale, les formes jussives en b- ont été le plus souvent analysées à partir du paradigme des formes verbales conjuguées sans préfixe d'absolutif de 1re ou 2e personne.10 Ce paradigme est illustré ici avec les verbes egon ’rester’ et egin ’faire’ :

19Comme on le sait, les préfixes d-, z- / Ø, l-sont caractéristiques des oppositions majeures de temps-mode, selon une double opposition : [± NP] et [± PAS].

20

21

  • 11  Les verbes conjugués sont toujours des verbes dont la réalisation lexicale présente une voyelle d' (...)

22L'opposition [±PR] est majeure car elle détermine deux paradigmes distincts. Les formes du présent, outre le d- initial en cas d'absence de préfixe personnel, peuvent être caractérisées par l'emploi de la voyelle fermée en place de voyelle initiale de la racine lexicale du verbe si celle-ci est modifiée (variation dialectale). Au non-présent, cette voyelle fermée n'est pas employée, et on trouve le radical lexical nu en l'absence de préfixe personnel, avec donc le plus souvent une voyelle d'avant non fermée (-e- ou -i-), comme on le voit en (15) ci-dessus.11

23Les formes jussives régulières de 1.1. s'utilisent avec le paradigme du non-présent car on n'y rencontre jamais le morphème pré-radical du présent :

(17) b-ego vs *b-ago (mais d-agoela) ’qu'il reste'
b-erama vs *b-arama (mais d-aramala) ’qu'il l'emporte’
b-ekarvs *b-akar (mais d-akarrela)... ’qu'il l'apporte’
izan b-edi vs *b-adi (mais. d-adila)... ’qu'il soit’ (auxiliaire *edin)

24Comme indiqué précédemment, la plupart des auteurs s'accordent pour associer les formes jussives ordinaires de 1.1. au paradigme du non-présent. Des divergences apparaissent par contre quant à l'analyse de ces morphèmes (d-, z-, l-, b-), dont on a beaucoup discuté dans la tradition grammaticale basque. Certains y ont vu un marqueur d'absolutif de 3e personne (Lafitte 1962 : § 553 ; Lafon 1968 : 88 ; Allières 1979 : 68 ; Ortiz de Urbina 1989 : 8) ; mais, plus récemment, c'est l'analyse en faisant un marqueur de temps-mode qui a plutôt prévalu (Trask 1977, EGLU2 1987 : 143, Laka 1988, Gomez&Sainz 1995, Fernandez 1997 : 169,222) : d- au présent, z- ou Ø-au passé, l- à l'hypothétique ; la plupart des auteurs rajoutant b- pour le jussif.

25Toutefois observons, en ce qui concerne le jussif, que cette analyse ne peut être appliquée aux formes de 1.2., dans lesquelles le verbe a un préfixe personnel de 1re ou 2e personne, et qui se construisent avec le paradigme du présent :

(18) benaza vs *benintza
bezaitza vs *bezintza

26Si le préfixe b- des formes de 1.1. et le préfixe be- de celles de 1.2. sont considérés comme des allomorphes, ainsi que cela semble devoir être le cas (la réalisation syllabique étant associée à la préfixation à une forme verbale à initiale consonantique), l'analyse standard est remise en cause, quelle que soit la valeur prêtée au préfixe :

  • Si le préfixe jussif était un marqueur modo-temporel, il faudrait admettre qu'il accompagne des formes du présent dans le cas 1.1. (benaza, bezaitza) et celles du non-présent le cas de 1.2. (bego, berama), ce qui évidemment n'est guère satisfaisant s'agissant précisément d'un préfixe modo-temporel supposé avoir une valeur démarcative conforme à la structure de ces paradigmes, cf. (16).

    • 12  Rebuschi (1984 : 218) envisage cette hypothèse, mais la réfute, observant en particulier que si ce (...)

    S'il s'agit d'un marqueur de 3e personne, les choses sont pires dans le cas des formes de 1.2 (10-14). En effet, ou bien il correspond à un indice d'absolutif, et on ne voit pas comment il pourrait se joindre à d'autres préfixes personnels eux-mêmes absolutifs (benaza, bezaitza), ou bien il renvoie à un ergatif, et en ce cas il faudrait supposer i) que les verbes basques peuvent présenter deux préfixes de personne, ce qui paraît difficile étant donné ce que l'on sait de la morphologie verbale basque, ii) que le préfixe correspond parfois à un ergatif (dans les formes transitives à préfixe personnel), et à un marqueur d'absolutif dans les formes intransitives. Bref b(e)- serait alors un préfixe de sujet, et l'on serait en présence d'un cas de scission dans la morphologie ergative.12

27La principale raison justifiant de ne pas retenir l'analyse du préfixe jussif comme distinct des préfixes modo-temporels réside dans la distribution complémentaire observable entre d-, z-, l- et b-. Si le préfixe de jussif est un préfixe extérieur au verbe lui-même, pourquoi exclut-il les préfixes modo-temporels ? Autrement dit pourquoi *bedeza ou *beleza sont-il impossibles, alors que les autres préfixes modaux du type complémenteur ne présentent pas une telle restriction et que badeza et baleza sont attestés de même que ailedi, ou bait-zezakeen et baitdezake ?

28Rebuschi (1984 : 219) propose une réponse analysant les formes jussives comme contenant un préfixe personnel absolutif-Ø. Pour cet auteur, qui est le premier à proposer de dissocier b- des préfixes d-, z, l-, ces derniers sont des marqueurs à la fois de temps-mode et d'absolutif 3e personne. Or les formes en be- se joignant à des formes à préfixe personnel d'absolutif bloquent une telle analyse pour le jussif. Aussi analyse-t-il les formes jussives de 1.1. en suivant le paradigme des jussifs de 1.2., c'est-à-dire de la manière suivante :

(19) bego → be-Ø-go (où -Ø- est un indice de 3e p. absolutif)
beza → be-Ø-za-Ø (où -Ø- pré-radical est 3e p. absolutif, et post-radical 3e p. ergatif)

  • 13  Comme on le sait les marqueurs de nombre (de réalisation variable) sont d'emploi obligatoire dans (...)

29Tout en partageant la base première de cette analyse, parce qu'elle pose le principe de la nature distincte du préfixe jussif par rapport aux préfixes d-, z- et l-, je ne la suivrai pas dans son dispositif, d'une part parce qu'elle ignore le contraste des paradigmes verbaux mis en évidence en (17-18) ; d'autre part parce qu'elle suppose une morphologie d'accord verbal donnant consistance à un accord personnel de 3e personne (à réalisation variable selon les temps). Or on peut douter de l'existence même de cet accord, qui n'a guère de support empirique, si du moins l'on distingue accord personnel et accord numéral, ce qui paraît inévitable en basque, en particulier pour l'accord absolutif, puisque les indices de personne et de nombre sont séparés et autonomes.13 Si donc on écarte la morphologie de (19), comment analyser la forme verbale à laquelle se préfixe le morphème de jussif ?

  • 14  Pour un point de vue opposé, voir Lafon (1944 : 520).
  • 15  Le morphème se joint au marqueur de nombre (it-) lorque le pluralisateur objectai a une réalisatio (...)
  • 16  Pour des raisons inexpliquées, les formes périphrastiques impératives ergative- (absolutive)-dativ (...)

30Je proposerai d'analyser ces formes comme résultant de l'adjonction du préfixe modal jussif b- au radical du verbe tel que celui-ci apparaît dans le paradigme du non-présent ; cf. (15-16).14 En fait ces formes verbales sont celles que l'on rencontre dans les impératifs à sujet ergatif, du type #eza-zu ou #i-dazu.15 Elles n'ont donc rien d'exceptionnel dans l'expression de l'injonction. A l'impératif la forme nue n'est disponible avec les verbes transitifs que dans les formes sans préfixe personnel.16 Dans les jussifs, par contre, l'absence d'un sujet 2e personne bloque leur emploi, sauf lorsque le préfixe jussif leur est joint :

  • 17  La forme bizkit est donnée en entrée directe par Pouvreau dans son dictionnaire (non publié).

(20) egin itza-zu ’faites-les’ vs *egin itza / egin b-itza ’qu'il les fasse’
egi-zue ’faites-le’ vs *egi-te / b-egi-te ’qu'ils le fassent’
z-oa-z ’allez’ vs *ihoa / b-ihoa ’qu'il aille’
i-zki-da-zu ’donnez-lez moi’ vs *i-zki-t/b-i-zki-t17 ’qu'il me les donne’

3. Arguments syntaxiques à l'encontre de l'analyse standard de b-

31En dehors des inconséquences morphologiques que l'analyse standard rencontre du fait du jussif en be- des formes transitives du présent en labourdin vieilli, d'autres arguments de nature syntaxique montrent la nature distincte du préfixe jussif par rapport aux préfixes modo-temporels. On peut en relever au moins deux :

  • les formes jussives sont incompatibles avec l'accord allocutif ;

  • les formes jussives ne peuvent recevoir aucun suffixe ou préfixe de subordination.

32Examinons ces deux points.

3.1. Jussif et allocutivité

  • 18  Les formes allocutives ont d'autres propriétés morphologiques, que nous ignorons ici.

33Comme on le sait le basque use de formes dites allocutives dans lesquelles un indice d'accord de 2e personne est introduit dans la forme verbale (en règle générale comme suffixe post-radical) sans que cet accord traduise un quelconque lien argumental ou actanciel, ni corresponde au marquage d'une fonction grammaticale.18

(21) emandiot → eman dio-a-t / eman dio-na-t
je le lui ai donné [+FAM ; - FEM]/[+FAM ; + FEM]

34Ces formes allocutives, dans les dialectes qui en ont conservé l'usage classique, sur lequel pèsent un certain nombre de restrictions morphosyntaxiques, sont compatibles avec toutes les formes verbales, quel que soit leur temps-mode. Par exemple avec le verbe egon ’rester’, les formes allocutives [+FAM], d'emploi obligatoire dans le registre familier, peuvent être les suivantes (tutoiement masculin) :

(22a) présent : ba-dago-k’il reste’
passé : ba-zego (k)a-n’il restait’
hypothétique : ba-legoke-k’il resterait’

35Par contre, l'usage d'une forme allocutive avec un jussif est exclu :

(22b) jussif : bego vs *bego-k

36Ainsi, dans les traductions protestantes du Pater, lesquelles usent du tutoiement, aucune forme allocutive n'apparaît dans les formes jussives alors que l'usage allocutif est obligatoire dans ces dialectes dans ce registre :

(23) ethor bedi hire erresuma ’que ton règne vienne’
egin bedi hire nahia ’que ta volonté soit faite’

37Si l'allocutif avait été compatible avec le jussif, nous aurions eu une forme de type *bedik.

3.2. Jussif et suffixation

38Toutes les formes verbales nues du basque sont susceptibles de recevoir un suffixe complémenteur ou de subordination (-(e)n ou -(e) la). Précisément nous avons vu que l'un de ces suffixes peut être utilisé en substitut des formes jussives (dadila vs bedi), et que cela est même obligatoire en basque standard avec les verbes transitifs où l'objet est 1re ou 2e personne :

(24) Jainkoak gida *naza/nazala ’Que Dieu me guide’

39Qu'en est-il lorsque ce suffixe est employé sur une forme transitive où l'objet est 3e personne ou bien sans objet direct ? En ce cas la forme jussive en b- exclut l'apparition du suffixe :

(25) bihoa / doala mais *bihoala ’qu'il aille’
egin bezate / egin dezatela mais *egin bezatela ’qu'ils le fassent’

40Les deux restrictions de 3.1. et 3.2. ne sont pas inconnues en basque. Elle caractérisent une classe de morphèmes, les préfixes de subordination qui se joignent aux verbes conjugués, à savoir, principalement, ba- suppositif et bait-, auxquels dans la vieille langue pouvaient s'ajouter dans les dialectes orientaux les préfixes ai- et albait-.

41Ces divers morphèmes sont aujourd'hui unanimement considérés comme extérieurs à la forme verbale à laquelle ils se préfixent, et le préfixe b- des formes jussives doit par conséquent recevoir la même analyse.

42On pourrait objecter qu'il existe pourtant une différence : les préfixes ba-, ai, bait- albait- sont tous compatibles avec des formes contenant une forme verbale préfixée avec un indice personnel, ce qui est impossible en basque standard pour b-, tout comme avec d-, z- et l-.

  • 19  Les points de vue divergent quant à la source étymologique du préfixe jussif. Lafon (1944 : 519) f (...)

43L'objection n'est pas néanmoins irrécusable. Au plan factuel d'abord, puisque les formes jussives à préfixe personnel sont attestées (cf. 1.2) en labourdin des 18e et 19e siècle. On dira que ces formes sont dialectalement restreintes, relativement marginales, et d'apparition probablement récente (avant de s'éteindre assez rapidement également). Sans doute, mais la même chose peut être dite des autres préfixes modaux d'origine énonciative19 tels que ai- et albait-, également marginaux et dialectalement restreints, et dont on peut penser qu'il apparurent de façon assez tardive bien qu'ils soient attestés au 16e siècle (Oyharçabal 1997).

44Le be- des paradigmes du présent est donc probablement un développement analogique, mais celui-ci a été rendu possible par la nature du préfixe jussif, extérieur à la forme verbale proprement dite. On imagine mal un tel développement avec les préfixes modo-temporels qui aurait abouti à des formes du type *denazake (vs nazake) par exemple au potentiel ou *lenintzakete (vs nintzakete) au conditionnel.

Haut de page

Bibliographie

Allières, J. 1979. Manuel pratique de basque, Picard, Paris.

Azkue, R. M. 1932. Morfología vasca. Verbo Guípuzcoano, tome 3, Editorial vasca, Bilbao.

Bonaparte, L. L. 1869 : Le verbe basque en tableaux, édition fac-similé 1991 : Opera omnia vasconicae, t. 1, Euskaltzaindia, Bilbao, 175-442.

Corpus lexical du DGV-OEH. s. d. Corpus lexical obtenu par dépouillement électronique des textes de référence du Diccionario General Vasco - Orotariko Euskal Hiztegia, non publie, Euskaltzaindia, Bilbao.

Eglu 2, 1987. Eukal gramatikaren lehen urratsak II, Aditza, Euskaltzaindia, Bilbao.

Fernandez, B. 1997. Egiturazko kasuaren erkaketa euskaraz, Universidad del País Vasco, Euskal Filologia Saila, Vitoria- gasteiz.

Gómez, R. &Sains, K... On the Originof theNon-Finite Verb Forms in Basque’, in J. I. Hualde, J.A. Lakarra & R. LTrask (edit.) Towards a History of the Basque Language, John Benjamins, Amsterdam, 235-274.

Haraneder, I. 1990. Jesu Christoren evangelio saindua, édition critique de P. Altuna, collection Euskararen lekukoak, 17, Euskaltzaindia, Bilbao.

Lafitte, P. 1962. Grammaire basque (navarro-labourdin littéraire), IKAS, Bayonne.

Lafon, R. 1944. Le système du verbe basque au xvie siècle, deux tomes, reproduction 1980 en un volume, Elkar, Bayonne.

Lafon, R. 1973. ‘La langue basque’, traduction française par l'auteur de son article de 1968 dans Current Trends in Linguistics, vol. 9, Bulletin du Musée Basque, 57-120.

Laka, I.1988 : « Configurational heads in inflectional morphology : the structure of the inflected verb forms in Basque », Anuario del Seminario Julio de Urquijo, 22/2, Saint-Sebastien, 343-365.

Ortiz de Urbina, J. 1989. Some parameters in Basque grammar, Foris, Dordrecht.

Oyharÿabal, B. 1997. ‘Hiru aditz aurrizki zahar 16. mendeko testuetan’ [Trois préfixes verbaux dans les textes du 16e siècle], Lapurdum, 2, 45-62.

Pagola R. M., BeolaA., Iribar I. & Iribar J.J. 1993. Bonaparte ondareko eskuizkribuak. Gipuzkera-6, Euskal Ikaskuntzen Institutua, Deustuko Unibertsitatea.

Rebuschi, G. 1984. Structure de l'énoncé en basque, publication de la thèse d'Etat 1982, Université de Paris 7, SELAF, Paris.

Silverstein, M. 1976 : ‘Hierarchiesof featuresandergativity’, inDixon, R. M. W. (édit.) Grammatical categories in Australian languages, Australian Institute of Aboriginal Studies, Canberra, 112-171.

Trask, R. L. 1977 ‘Historical syntax and Basque verbal morphology : two hypotheses’, in W.A. Douglass et al. Anglo-American Contributions to Basque Studies :Essays in Honor of Jon Bilbao, Desert Research Instiute Publications on the Social Sciences, Reno, Nevada, 202-217.

Trask, R. L. 1993. A dictionary o gramatical terms in linguistics, Routledge, London & New-York.

Haut de page

Notes

1  Il y a d'autres emplois du terme. Je retiens celui-ci pour bien distinguer ces formes des impératifs à sujet de deuxième personne, avec le minimum de coût par rapport à la tradition grammaticale basque dominante, où l'on n'opère pas de distinction entre les jussifs et les impératifs. J'utiliserai le terme d'injonction pour désigner de manière informelle l'acte de discours correspondant à l'expression d'un ordre quelle que soit la personne supposée accomplir celui-ci : l'allocutaire ou un groupe incluant celui-ci mais pas l'annonciateur (impératif), un ou des tiers (jussif), voire l'annonciateur associé éventuellement à l'allocutaire et/ou à un ou des tiers.

2  Dans les dialectes orientaux modernes, les phrases jussives négatives se réalisent avec la forme du présent suffïxée plutôt qu'avec le préfixe jussif (lequel n'est pas exclu cependant ; cf. Lafitte 1962 : § 865). Ex. Ez dadila jin vs Ez bedi jin ‘Qu'il ne vienne pas’. (Ceci est également vrai des impératifs.) Pour les dialectes occidentaux, voir note 7 infra.

3  Dans tous les dialectes, y compris les occidentaux, l'usage des jussifs en b- dans les phrases négatives est non naturel en conjugaison synthétique ; le maintien du préfixe jussif entraine l'emploi de la conjugaison périphrastique ; cf. Azkue 1932 : §909, 3e al. Ex. ??Ez bego han vs Ez bedi han egon ‘Qu'il ne reste pas là-bas’. (L'observation est également vraie pour les impératifs). Dans le corpus lexical du DGV-OEH les seuls exemples attestés de jussifs en conjugaison synthétique au négatif sont dus à des auteurs modernes occidentaux connus pour user dans leur écrits littéraires des potentialités morphologiques de la langue sans tenir compte nécessairement des usages effectifs (Lauaxeta, Orixe, Berrondo, etc.).

4  Le jussif ne peut être utilisé avec l'auxiliaire oriental *iro, lequel n'a d'ailleurs jamais d'emploi impératif ou subjonctif.

5  Cet auxiliaire n'est utilisé que dans les dialectes occidentaux. Il correspond au verbe egin ‘ faire’ qui a par ailleurs un usage de verbe lexical (tous dialectes).

6  On distingue en basque le registre familier, [+FAM], correspondant au tutoiement, le registre respectueux, [+RESP], avec une 3e personne allocutaire (usage uniquement occidental, très marqué), et enfin le registre non marqué [ –FAM ; – RESP].

7  Azkue (1932 : § 909) indique que dans l'usage populaire des dialectes occidentaux les formes jussives ont tendance à être réservées à l'expression de l'impératif dans le registre respectueux, les formes du présent suffixées en –(e)la étant utilisées à l'injonctif s'adressant à un tiers.

8  Ce procédé est disponible également comme substitut des formes jussives régulières, tant avec les auxiliaires qu'avec les verbes synthétiques :
Luzaroan bizi daitezela ‘Qu'ils vivent longtemps’ (Mitxelenaren euskal idazlan guztiak, Zinea eta abar..., 195)
Leher egin dezatela ‘Qu'ils crèvent !’ (juron)
Jangoikoak dakarrela nigana ‘Que Dieu l'apporte auprès de moi’ (Dechepare, Linguae vasconum..., 5-26)
Doala bakotxari berea ‘Qu'aille à chacun sa part’(Hiriart-Urruty, Mintzaira, Aurpegia, ..., 158)
Jainkoak duela haren arima ‘Que Dieu ait son âme ! (Hiriart-Urruty Mintzaira, Aurpegia,..., 159)

9  Bonaparte dans Le verbe basque (1869 : p. 53, p.72) fait apparaître les formes jussives à préfixes personnels en guipuscoan littéraire avec un objet 2e personne. Par contre avec un objet 1re personne, il donne les formes nues (ex. naza), qu'il porte également pour le biscayen littéraire (ex. nagi, avec formes allocutives en prime). Au demeurant pour le biscayen il donne ces formes directes, lorsque la 2e personne objet est préfixée également (ex. zagiz, agi, agin) ; op. cit. p. 47, 67. Seul le souletin littéraire est présenté sans de telles formes. Mais il ne semble pas que les données de ces tableaux soient fiables sur ce point, bien qu'on en trouve la source, du moins pour le guipuscoan, dans les traductions réalisées à la demande de Bonaparte (voir les références dans le tome 6 des manuscrits guipuscoans du fonds Bonaparte publié par Pagola et autres (1993). Dans le corpus lexical du DGV-OEH, je n'ai trouvé trace de tels usages que chez des auteurs modernes recourrant librement aux possibilités théoriques offertes par les paradigmes reconstruits des formes fléchies. Il y a néanmoins un exemple de naza comme forme jussive à valeur d'impératif chez Moguel, et un autre de gaitzate chez Lardizabal :
Jauna, libra naza bekatu estaldu edo ezkutukoetatik (Komunioko sakramentuen gañean, 106)
J'ai rencontré un exemple chez Lardizabal avec un sujet pluriel et un objet 2e p.
Berak betozkigu, eta berak atera gaitzate (Testamentu zarreko ... p. 513)

10  Rebuschi (1984) est l'unique exception que j'aie rencontrée dans la littérature.

11  Les verbes conjugués sont toujours des verbes dont la réalisation lexicale présente une voyelle d'avant non fermée (typiquement e-, ayant pu résulter parfois en i- ou j-) à l'initiale. L'importance de la distinction entre les deux paradigmes du présent et du non-présent apparaît surtout avec les formes porteuses d'un accord ergatif, dans lesquelles le paradigme du non-présent se caractérise par la préfixation des indices personnels d'accord ergatif en absence d'accord personnel absolutif.

12  Rebuschi (1984 : 218) envisage cette hypothèse, mais la réfute, observant en particulier que si cette vue était juste, elle serait à l'exact opposé de ce que prévoient les données en matière de tendance typologique, telles que celles-ci furent formulées par Silverstein (1976), avec d'ailleurs une application dans l'analyse diachronique du basque allant dans le même sens chez Trask (1977). En effet, l'ergativité lorsqu'il y a scission sur ces paramètres apparaît préférentiellement dans les constructions où l'objet direct est 1re ou 2e personne, l'apparition d'une morphologie accusative caractérisant plutôt les constructions transitives où ce n'est pas le cas. Dans le cas de benaza (si be- était un préfixe sujet comme il le serait dans bego) vs nazazu ce serait exactement le contraire.

13  Comme on le sait les marqueurs de nombre (de réalisation variable) sont d'emploi obligatoire dans la plupart des dialectes lorsqu'ils s'accordent avec un syntagme pluriel, quelle que soit la personne. Par ailleurs ils sont utilisés avec la 2e personne singulière non-familière, bien que celle-ci soit sémantiquement singulière (z-a-bil-TZA ‘vous vaquez’, z-a-IT-ut ‘je vous (SG) ai’).

14  Pour un point de vue opposé, voir Lafon (1944 : 520).

15  Le morphème se joint au marqueur de nombre (it-) lorque le pluralisateur objectai a une réalisation pré-radicale, ce qui est le cas en particulier avec *edun (voir l'exemple (3f)) et l'auxiliaire *ezan (voir l'exemple (5b)).

16  Pour des raisons inexpliquées, les formes périphrastiques impératives ergative- (absolutive)-dative dans les textes labourdins classiques sont le plus souvent (pas toujours cependant) dotées du préfixe de présent ; ex. eman diezadazu ‘ donnez-le moi’(textes du 16e siècle et standard actuel : eman iezadazu)

17  La forme bizkit est donnée en entrée directe par Pouvreau dans son dictionnaire (non publié).

18  Les formes allocutives ont d'autres propriétés morphologiques, que nous ignorons ici.

19  Les points de vue divergent quant à la source étymologique du préfixe jussif. Lafon (1944 : 519) fait le point, rappelant la proposition de Bonaparte d'y voir un résultat de ba ‘oui’, et celle de Schuchardt de l'assimiler à ber- ‘même’. Pour sa part, il suggère de faire découler le préfixe de be(h)ar ‘besoin, nécessité’.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Oyharçabal, « Note à propos des formes jussives préfixées en b- du basque », Lapurdum, 5 | 2000, 223-235.

Référence électronique

Bernard Oyharçabal, « Note à propos des formes jussives préfixées en b- du basque », Lapurdum [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 16 août 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1316 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1316

Haut de page

Auteur

Bernard Oyharçabal

UMR 5478
b.oyharcabal@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Oyharçabal B. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org