Navigation – Plan du site
Langue

Miscellanées basco-ibériques

Hector Iglesias
p. 167-180

Texte intégral

1Le Professeur Jacques Allières nous fit part il y a quelques mois d'une suggestion extrêmement intéressante concernant un patronyme basque très curieux.

2Il s'agit d'un patronyme euskarien dont la signification était jusqu'à présent inconnue, si l'on écarte évidemment les étymologies fantaisistes. Luis Michelena dans son ouvrage Apellidos vascos ne le cite pas, probablement par prudence. Nous faisons référence au nom de famille basque Haritschelhar (et ses variantes graphiques Haritchelar et Haritschelar).

3La principale caractéristique de ce nom est qu'il était inexplicable, l'étymologie selon laquelle on aurait eu affaire à un (très) hypothétique et (très) curieux haritz-el(h)ar / haritx-el(h)ar, « (lieu de) chênes pédonculés dans les bruyères » ne constituant rien d'autre qu'une tentative d'expliquer l'inexplicable.

4Certaines certitudes existaient — et existent — toutefois : il est sûr qu'à l'initiale on a le basque haritz, « chêne pédonculé », la finale *-chel(h)ar demeurant quant à elle énigmatique.

5C'est à présent qu'intervient Jacques Allières : celui-ci nous fit part quelques mois avant sa disparition d'une intime conviction qu'il nourrissait depuis quelque temps : *chel(h)ar (en orthographe basque moderne *xel(h)ar) ne constitue probablement rien d'autre, pensait-il, qu'une variante palatalisée du très banal zel(h)ai (dont la variante palatalisée serait xel(h)ai).

6Notre étonnement fut à la mesure de la clairvoyance dont faisait alors preuve notre interlocuteur : grand. Cette hypothèse de travail ne nous avait en effet jamais traversé l'esprit, pas plus qu'elle n'avait manifestement traversé (après plusieurs vérifications de notre part) celui de plusieurs bascologues prestigieux dont, entre autres, Luis Michelena, comme nous le verrons par la suite.

7Il fallait y penser et le seul à l'avoir fait aura été Jacques Allières.

8En effet, xel(h)ar(r) / *zel(h)ar(r) ne doit — et ne peut — être rien d'autre que le doublet de zel(h)ai au même titre que ibar(r) est celui de ibai et que bizkar(r) celui de bizkai.

9La série ibaiibar(r) /bizkaibizkar(r) est la plus connue. Mais il existe d'autres exemples, hormis celui de *zel(h)ar(r) /xel(h)ar(r)zel(h)ai qui vient d'être, on l'a vu, découvert par Jacques Allières, on disposerait également de l'alternance belhar(r) ↔ probablement Belhai (toponyme souletin) / Belhay (anciennes maisons de Biarritz et Anglet) — toponymes qu'il ne faut pas confondre cependant avec le vocable du Baztan belai, « pacage clos, pré, pâturage » qui est peut-être une contraction d'un belagai, « id. » haut-navarrais également attesté — très probablement uztar(r), « joug, poteau, étai » ↔ uztai, « arc, arceau, cercle, arc-en-ciel » (déjà attesté au cours du moyen âge : « in his montis que appellatur Uçtaiçuarbe » < uztai + zuar + -be), etc.

  • 1  Tovar, 1987, p. 35.

10Antonio Tovar, dont nous reparlerons plus loin, avait déjà remarqué qu'il existait parfois en basque une alternance -i / -r(r)1 par exemple dans (h)amar(r), « dix » / amai, « limite » (dix représentant une limite physique puisque nous n'avons que dix doigts) ainsi que dans le cas du suffixe basque -kor(r), « qui a tendance à » (utilisé avec les verbes) qui alterne avec -koi, « qui a le vice de » (utilisé avec les substantifs) comme dans hilkor(r), « mortel » / aragikoi, « Carnivore », etc. (mais à aucun moment cependant Antonio Tovar ne semble avoir soupçonné l'existence d'une forme *zel(h)ar(r) qui aurait alterné avec zel(h)ai).

11La plupart du temps, lorsque les deux variantes ont survécu dans le lexique, une des deux a connu une évolution sémantique comme cela est le cas dans la paire ibai, « rivière » / ibar(r), « vallon, plaine, vallée ».

12Dans d'autres cas, une des variantes a disparu (elle a été éliminée par son doublet) et n'existe plus qu'à l'état fossile dans la toponymie (un des énormes intérêts qu'offrent en effet les formes toponymiques est que ces dernières ont fossilisé plusieurs lexèmes ou proto-formes lexématiques éliminés par la suite du lexique courant).

13C'est le cas du terme bizkai qui n'est parvenu à nous que grâce à ce processus appelé « fossilisation toponymique ». Dans le cas de zel(h)ai, c'est l'inverse qui s'est manifestement produit : ce n'est pas cette dernière forme qui a disparu, mais au contraire la forme xel(h)ar(r) qui nous est miraculeusement parvenue grâce au patronyme Haritschelhar (on mesure dès lors l'énorme intérêt que présente ce nom basque).

  • 2  Orpustan, 1999, p. 351.

14Le nom Haritschelhar ne peut guère signifier dans ces conditions que haritz + *zelhar(r) variante palatalisée de xel(h)ar(r), « plateau du ou des chênes » au même titre que Otsozelhaia signifie « le plateau des loups » (il s'agit en réalité d'une forme refaite à partir d'une ancienne variante attestée en 1412 ossacelay avec ossa-, c'est-à-dire otsa-, apparaissant régulièrement en composition à la place de otso2).

15L'hypothèse de Jacques Allières extrêmement probable (le doute, si doute il devait y avoir, étant dès lors infime) et c'est d'ailleurs la seule qui puisse être vraiment retenue car elle est logique, cohérente et surtout elle s'inscrit dans une série attestée de lexèmes où alternent les suffixes -r(r) et -i sans que l'on sache cependant quel était exactement à l'origine le rôle de ces derniers (quelle différence y avait-il en effet à l'origine entre iba[r(r)] et iba[i]?).

16Cette découverte peut être qualifiée d'importante car, au-delà du fait que l'on dispose d'un nouveau terme ayant appartenu au proto-basque et probablement au basque ancien, elle nous renvoie manifestement à la langue ibère (l'unité de celle-ci ne faisant aujourd'hui guère de doute, si on ne prend pas en compte évidemment le celtibère et le tartessien, cf. Velaza, 1996) ou, si l'on préfère, à la théorie « basco-ibérique ».

17En effet, en ibère on dispose de plusieurs inscriptions où apparaît à plusieurs reprise un même lexème (bien identifié) dans des stèles funéraires. Prenons par exemple l'inscription apparaissant dans celle de Cabanes (localité située entre Tarragone et Castellón) :

iltiŕbikisen : seltar : m̅i̅

  • 3  Tovar, 1987,

18Le syllabaire ibérique ne distinguant pas les occlusives sourdes des sonores (en effet l'usage est de toujours retranscrire les sourdes, même lorsqu'on sait que l'on a affaire à des sonores), on eût très bien pu écrire (certains auteurs le font d'ailleurs, comme Antonio Tovar3) :

ildirbigisen : seldar : m̅i̅̅

19Citons également l'inscription :

ośortarbanen siltar (variante de seltar / seldar)

20Il n'est pas utile ici de citer d'autres exemples qui n'apporterait rien à la démonstration (on pourra sé reporter pour cela à la bibliographie citée, c'est-à-dire aux travaux de Jürgen Untermann, Antonio Tovar, Luis Michelena, Javier Velaza, etc.).

21Depuis longtemps, les spécialistes ont en effet la certitude qu'une partie (en règle générale la première partie) de ces inscriptions funéraires est constituée par le nom du défunt suivi d'un génitif dont la forme est -en (identique à la forme du génitif basque) à propos duquel Luis Michelena avait écrit un article.

22Il est en effet acquis depuis des décennies que l'ibère possédait un génitif en -en identique à celui qu'on trouve en basque. Par exemple : Iltifbikisen / Ildirbigisen signifie « de, qui appartient à Iltirbikis (le nom du défunt) ».

23Cela étant acquis, les chercheurs se sont alors posé la question, simple et logique, de savoir quelle pouvait être la signification du terme seldar (retranscrit par convention, on l'a dit, seltar où, d'après les spécialistes, -r- représenterait une virante forte -rr- en opposition à un autre -ŕ-, également ibère, qui représenterait une vibrante faible -r- comme dans iltiŕ> latin il(l)i). On a alors supposé que ce mot ibère signifiait « tombe » ou quelque chose d'analogue.

24Par la suite, on s'est également demandé s'il n'existait pas en basque un terme équivalent. Plusieurs auteurs (pour la plupart non-bascophones) ont alors simplement ouvert un bon dictionnaire de la langue baque, en général celui d'Azkue, et ont essayé de trouver un mot approchant. Cette méthode ou plutôt ce manque de méthode ne pouvait évidemment rien apporter de positif. Ce qui en effet fut le cas.

25On trouva cependant le terme basque zeldor, « faix, faisceau, charge », variante de seldor, « pile de bois ». On pensa alors que cette dernière signification pouvait bien correspondre avec le sens de « tombe, sépulture », celle-ci pouvant effectivement avoir ou prendre la forme d'une pile, amoncellement ou tas.

  • 4  Michelena, 1976, p. 335.

26En réalité, et à notre connaissance, un seul auteur a su poser la bonne question : Luis Michelena. Dans son article, intitulé « Ibérico -en «, l'auteur écrivait en effet4 :

« No nos interesa demasiado [dans le cadre de son article] la cuestión de cúal pudiera ser la traduction más exacta de ib. seldar ‘ cippus, monumentum, uel sim’ ».

27Il ajoutait en note :

« La correspondencia vasca de seltar [c'est-à-dire seldar] sería *selar o bien *zelar (o, si se prefiere, *sel(h)ar, etc., con aspiration intercalar en algunos dialectes), ya que no están esta-blecidas las correspondencias que unen, siquiera sea en préstamos, ib. ś, s y vasc, s, z, sibilantes sordas ápico-alveolar y predorsal, respectivamente »

28Il ajoutait cependant :

« Por desgracia, ninguna de estas formas se documenta, que yo sepa, en la lengua [basque] ».

29Jacques Allières et Luis Michelena furent, on le voit, deux grands bascologues : l'un, Michelena, avait cherché en vain un terme basque *zel(h)ar (mais il n'avait pas pensé au nom Haritschelhar) ; l'autre, Allières, l'avait trouvé mais n'avait pas fait le rapprochement avec le terme ibère dont il n'avait probablement pas eu connaissance, comme cela était également il y a encore peu notre cas.

30Ce n'est que lorsque nous avons appris l'existence de ce terme ibère (en lisant plusieurs articles, entre autres, de Tovar et Michelena, travaux qui auraient malheureusement tendance de nos jours à tomber de plus en plus dans l'oubli), que les dires du Professeur Jacques Allières nous revinrent à la mémoire et qu'il nous a ainsi été permis de faire le rapprochement avec l'ibère.

31Jacques Allières aura manifestement non seulement su trouver un vieux mot euskarien inusité de nos jours en basque moderne, mais il aura fait bien plus, il aura découvert une sorte de « chaînon manquant » entre l'ibère d'il y a deux mille ans et le basque actuel, c'est-à-dire l'évolution qui suit :

seldar → xel(h)ar (variante palatalisée de *zel(h)ar) → zel(h)ai

32D'un point de vue phonétique, cette évolution est connue des spécialistes. Luis Michelena et la plupart des auteurs, renvoient en règle générale à l'article de Von U. Schmoll intitulé « Turma Salluitana. Einige Bemerkungen zur lat. Umschreibung hispanicher Eigennamen » « Turma Salluitana. Quelques remarques sur les transcription latines des noms propres espagnols [de l'Antiquité] ».

33Voici le fonds de cet article auquel tous les spécialistes versés dans cette difficile question font d'ordinaire référence :

34La séquence graphique ibère -lt- apparaît retranscrite en grec -ld- (montrant ainsi que dans ce cas on a affaire en ibère à un groupe -ld- puisque, on le sait, le syllabaire ibérique ne permet pas de différencier les sourdes des sonores) et en latin -ll- ou -/-. C'est pourquoi d'après le fameux document connu sous le nom de Turma Salluitana le nom de l'actuelle ville de Saragosse, apparaissant dans les monnaies ibériques sous la forme saltuie / salduie, est retranscrit en latin Salduuuia / Saldubia / Salduba, Pline, 3, 24.

  • 5  Rohlfs, 1970, p. 153, § 469 : « Le traitement très original et tout-à-fait particulier de l'ancien (...)

35U. Schmoll en avait conclu que la graphie ibère -ld- (-lt-) exprimait, non pas une suite sonore, mais au contraire un seul son que les Grecs et les Romains entendaient comme une sorte de -l- / (-ll-) : une sorte d'émission phonique que Rohlfs supposait être un ll rétroflexe analogue à ceux rencontrés en gascon et dans certains parlers hispaniques5.

  • 6  Schomll, 1956, p. 311.

36Quant à U. Schomll, il écrivait6 :

« Ich meinte, man könne hier wolh an eine auf ein voridg. Substrat zurückgehende Aussprache denken, obschon ‘dem Iberischen und Baskischen kein unmittelbares Indiz fûr retroflexes ll zu entnehmen ist, das dort in der Schreibung vernachlässigt un hier wieder ges-chwunden sein’ könne. Dieses Indiz ist jetzt gefunden : iber. ld (lt) bezeichnete ein retroflexes l(l) «.

37En d'autres termes, Shmoll pensait que, bien que le basque et, comme on le croyait en principe, l'ibère n'aient pas de graphie notant une prononciation rétroflexe, celle-ci aurait cependant été notée en ibère par la séquence graphique ld (lt) qui aurait dès lors eu pour fonction principale d'indiquer un ll rétroflexe.

L'évolution -ld- > -l- en basque

38Quoi qu'il en soit, en basque la séquence -ld- a fréquemment abouti à -ll- (non mouillé) puis -l-, à la suite probablement d'une assimilation de d à l, les exemples de ce phénomène étant attestés : baldin ba- > balimba- ; oroldio > orolio, etc.

39Cela expliquerait pourquoi le terme ibère seldar (où s représentait probablement d'après les spécialistes, c'est du moins une des hypothèses envisagées, un son analogue au z basque) aurait évolué, dans la langue basque cette fois-ci, à zel(h)ar(r) (cf. haritz + zel(h)ar) et par la suite alterné avec le moderne zel(h)ai /zelai.

40On pourrait ajouter que ce phénomène semblait exister encore au xviiie siècle puisque le nom de la maison d'Anglet appelée Landalde devient fréquemment Landalle /Landale dans la prononciation courante si on en croit les archives notariales consultées. À Bayonne le patronyme Lissalde apparaît couramment écrit Lissalle.

41En outre, nous avions déjà, au cours d'un autre article, mentionné un fait curieux : une montagne des Asturies (2519 m.) a pour nom Urriellu avec de nos jours, sauf erreur, ll « mouillé » (en espagnol Urriello). Or, ce nom ressemble étrangement au toponyme alavais Urrialdo, 1025, Urrialdu, 1702, village dont la dernière maison disparut en 1937 à la suite d'un incendie d'après López de Guereñu. En effet, une évolution Urrialdo > *Urriallo > Urriello > Urriellu (avec par la suite ll « mouillé ») est très vraisemblable.

42On voit bien à travers cette démonstration que le passage de l'ibère seldar au basque *zel(h)ar / xel(h)ar (cf. Haritschelhar) n'entraîne aucun problème insurmontable d'un point de vue phonétique. Bien au contraire, tout semble concorder.

43Etudions à présent la question du point de vue de la signification du mot basque zel(h)ai (et donc indirectement de sa variante *zel(h)ar /xel(h)ar découverte par Jacques Allières). Utilisons pour cela les deux dictionnaires les plus sûrs en la matière : celui d'Azkue et celui, en ce qui concerne le Pays Basque Nord de Lhande.

Azkue : « 1°. champ - 2°. pré. Ce mot par lui-même est plutôt un endroit plat qu'un champ ou un pré, et il s'emploie [aussi] comme adjectif- 3°. sol - 4°. à plat ventre - 5°.plaza, place ».

Lhande : « 1°. plateau - 2°. terre plainière - 3°. champ labouré, cultivé -4°. sol, terre, parquet ».

44C'est évidemment le sens de « à plat ventre » cité par Azkue qui est le plus curieux. En outre, cet auteur cite également, à titre d'exemple, la phrase qui suit : « sorura zelai adore bagajausia nago, ‘ je suis tombé à plat ventre sur le sol sans souffle’ », le sens de « sol, terre, parquet » donné par Lhande étant également très significatif.

45En effet, ce qui caractérise principalement un mort est, entre autres, on en conviendra aisément, qu'il se trouve « à plat ventre » → eusk. zelai (ou bien sur le dos) et à même le « sol », la « terre », le « parquet » eusk. zelai.

46Or, si on admet que le basque zel(h)ai a connu une variante *zel(h)ar(r) — au même titre que ibar(r) / ibai, etc. - et que cette variante se rattache elle-même à une proto-forme *zeldar(r) que l'on retrouverait dans le mot ibère seldar apparaissant uniquement dans des stèles funéraires, on perçoit dès lors immédiatement les nouvelles perspectives qui s'ouvrent de facto à tous les chercheurs qui s'intéressent à ces questions « basco-ibériques ».

47Le terme ibère seldar (toujours, on l'a dit, précédé du nom du défunt si on en croit tous les spécialistes qui se sont penchés sur la question) devait donc, s'il est à l'origine de l'actuel mot basque zel(h)ai, signifier « sol, parquet », c'est-à-dire un endroit où un individu pouvait être allongé à même le sol, autrement dit un endroit où était placé un mort.

48Le mot ibère seldar devait donc signifier « sépulture, fosse, tombe, tombeau ». Plusieurs auteurs avaient déjà, on l'a vu, soupçonné cette signification.

49Cependant, ils ne l'avaient pas fait à la suite d'un raisonnement « sémantico-phonétique » structuré, mais uniquement par déduction logique. En effet, étant donné que ce terme apparaît toujours dans des inscriptions de caractère funéraire, on en a évidemment déduit que le mot devait signifier « tombe » ou quelque chose d'analogue.

50C'était une hypothèse très séduisante, mais pas totalement convaincante en partie à cause de la méthode utilisée.

  • 7 Tovar, 1987, p. 35.

51En revanche, ici il ne s'agit pas d'une simple déduction logique puisqu'on part du principe que ce terme ibère était également un terme du proto-basque présent par la suite en basque ancien dans le nom, on ne peut plus euskarien, Haritschelhar (c'est-à-dire que dans ce cas bien précis le basque et l'ibère étaient une seule et même chose) et qu'il a connu une évolution attestée par ailleurs qui l'a conduit, après, on l'a vu, une étape en basque ancien en *zel(h)ar(h) /xel(h)ar(r), à la forme basque moderne zel(r)ai (alternance -r(r) /-i également attestée, notons-le également au passage, en ibère d'après Antonio Tovar7).

52En conclusion, ce qui donne de la force à notre hypothèse est :

1) L'existence du nom Haritschelhar < *haritz-zel(h)ar, une sorte, on l'a vu, de « chaînon manquant » permettant de relier ici l'ibère au basque ou, si l'on préfère, l'inverse.

2) Une évolution phonétique -ld- > -l(h)- attestée et bien connue des spécialistes (cf. supra).

3) L'existence encore de nos jours en biscaïen du terme zelai au sens de « à plat ventre », paraissant confirmer que son doublet *zel(h)ar(r) découvert par Jacques Allières est effectivement issu, à la suite de l'évolution décrite ci-dessus, d'une proto-forme basque *zeldar(r) présente dans l'ibère seldar au sens de « tombe, sépulture » puisque « tombe » et « à plat ventre » sont deux acceptions qui peuvent facilement se rejoindre étant donné que les mots de toutes les langues - langue basque incluse - évoluent non seulement du point de vue phonétique mais également d'un de vue sémantique : par exemple le mot français bureau désignait primitivement une étoffe de bure utilisée la plupart du temps pour recouvrir une table. À la suite d'une synecdoque le terme a fini par désigner le meuble lui-même, puis par une seconde synecdoque, c'est la pièce contenant ce meuble qui a été ainsi dénommée.

53Autrement dit, il est clair que même si l'on réussissait à connaître la signification exacte d'un vocable ibère ayant existé il y deux mille ans (grâce par exemple à une inscription bilingue), voire celle d'un mot appartenant au proto-basque, et que si dans le même temps on arrivait à disposer de ce qui constituerait son résultat phonique actuel en basque moderne, à la suite d'une évolution phonétique ultérieure, il presque sûr qu'on serait également en présence d'un mot ayant subi une évolution sémantique.

54C'est pourquoi le mot basque zel(h)ai*zel(h)ar(r) /xel(h)ar(r), bien qu'issu, d'après notre hypothèse, de l'ibère seldar, « tombe » (signification extrêmement probable d'après presque tous les spécialistes auxquels nous nous associons sans aucune réserve), ne signifie plus et cela depuis probablement très longtemps « tombeau, fosse, sépulture », mais au contraire « plateau, sol, parquet, à plat ventre », etc. car l'existence d'une évolution sémantique paraît dans le cas présent indéniable (puisqu'il est en effet difficile de nier que de nombreux termes basques connaissent eux aussi à un moment ou à un autre une évolution sémantique).

55On le voit cette découverte, due principalement à Jacques Allières, est importante car elle permet de rapprocher pour la première fois un mot ibère d'un mot basque d'un point de vue à la fois phonétique et sémantique.

56Les seuls mots que l'on avait pu jusqu'à présent comparer le plus sûrement au basque étaient, entre autres, il(l)i/iltiŕ/ildtŕ et, dans une moindre mesure, le terme ibère gudua /kutua (mais ce dernier rapprochement offre toute une série de difficultés que nous ne pouvons pas aborder ici).

57Il existe également quelques autres exemples intéressants qu'il n'est pas utile non plus de citer dans le cadre de cet article.

58Cependant, tous ces rapprochements ne constituaient rien d'autre que des comparaisons concernant la forme extérieure des mots et établies à la suite d'une sorte d'intuition où tous les faits ayant trait à l'évolution phonétique et sémantique des termes en question n'intervenaient guère ou à peine, ce qui n'est pas, on en conviendra, le cas du terme étudié ici puisque, et cela constitue l'argument principal autour duquel gravite tout le reste de notre démonstration, la langue basque moderne disposant d'un « chaînon manquant » totalement inespéré dans le nom de famille ci-dessus étudié.

59Esquisse de conclusion

60Il est vrai que pouvoir enfin établir sûrement l'existence d'un mot ibère, qui après avoir connu une évolution, à la fois phonétique et sémantique, continue de nos jours à exister en basque constitue un fait tout à fait remarquable et inattendu.

61On ne peut cependant en tirer la conclusion définitive que les Basques constituent un reliquat de populations ibériques ayant survécu à la romanisation pour des raisons mal connues, très probablement des facteurs d'ordre politique, dus en grande partie à toute une série de faits historiques et linguistiques.

62Les Basques historiques ne sont probablement rien d'autre, en grande partie du moins, quoique, dans l'actuel état de nos connaissances, cela ne puisse être, il est vrai, formellement démontré, que les descendants des populations ibériques de l'Antiquité, contrairement à ce qu'on a affirmé encore récemment, la plupart du temps, mais pas toujours, pour des raisons idéologiques inavouées, populations ibériques, manifestement pré-indo-européennes, dont les origines, mystérieuses, n'ont jamais pu être vraiment élucidées.

63Pour conclure, on serait presque tenté, si l'on pouvait se permettre cette expression, de qualifier le patronyme Haritechelhar (< *Haritzelhar(r) < *Haritzeldar(r) < *Haritz + zeldar(r)), un nom basque, on l'aura compris, extrêmement ancien, surprenant et intéressant, de nom en partie « basco-ibère ».

64Le toponyme historique Ilbar(r)itz
(Bidart quartier historique et aujourd'hui également plage et quartier de Biarritz : Libarritz, 1644, Ilbarritz, 1761, Ilbarits, Cassini, Ilbarritz, 1774, Illibarits en 1826 d'après les « Ingénieurs Hydrographes de la Marine », Libarrits, 1845, Ilbarrits, 1863, aujourd'hui « Ilbarritz »).

65Si nous mentionnons à présent ce toponyme historique de la Côte Basque, c'est principalement pour l'intérêt scientifique qu'il paraît représenter, en particulier en ce qui concerne les Études Basques, car d'une part non seulement aucun spécialiste en toponomastique n'a jamais pu réussir à l'expliquer mais d'autre part en raison de sa structure même, nous avons de grandes raisons de croire qu'il s'agit d'un nom extrêmement ancien, c'est-à-dire créé probablement entre le début de notre ère et le XIe siècle.

66La plus ancienne mention attestée de ce nom a été découverte à la suite de plusieurs recherches que nous avions entreprises il y a quelques années parmi les archives de la ville de Biarritz. Le nom apparaît en effet dans un document de 1644 sous la forme Libarritz, une forme qui curieusement réapparaît sous une graphie identique, à l'exception de la finale, dans un acte notarié de 1845, c'est-à-dire Libarrits, la forme la plus intéressante, quoique suspecte pour des raisons que nous allons aborder, étant cependant celle donnée en 1826 par les ingénieurs hydrographes de la Marine, c'est-à-dire Illibarits.

67Les formes Ilbarritz I Ilbar(r)its sont probablement secondaires, c'est-à-dire issues justement d'une plus ancienne forme Libarritz à la suite d'une métathèse, vraisemblablement récente, c'est-à-dire post-médiévale, Li- > Il-. En Navarre il semblerait qu'on rencontre l'alternance Lizarbe (patronyme) et Ilzarbe (nom de village : Ilçarue, 1242, Ilçarbe, 1279), une alternance qui rappelle étrangement l'alternance Libarritz /Ilbarritz.

  • 8  Information communiquée par Jacques Allières.
  • 9  La forme donnée en 1826 par les ingénieurs de la Marine Illibarits n'est probablement pas une form (...)

68Jacques Allières8 explique l'apparition de l'initiale Li- ainsi : le -l- simple inter-vocalique passant normalement à -r- en basque (ili > iri, Velasco > Berasko, Galindo > Garindo), il est dès lors probable que Libarritz est issue d'une ancienne forme *Ilibarr- où la voyelle initiale i- serait tombée avant que le passage de -l- à -r- ne se produise, ce qui expliquerait la conservation du l- initial dans Libarritz9.

69Or, étant donné qu'en basque le changement -l- > -r- semble antérieur au XIe siècle {Borinivar, 1025 < molinu, actuel Bolivar, Alava), cela prouverait l'ancienneté du nom puisque le changement *ilibarr- > libarr- aurait nécessairement dû avoir lieu avant cette époque. Il existe en effet plusieurs autres exemples qui donnent du poids à cette hypothèse :

a) Les deux noms navarrais Mendilibarri (Valdega ou vallée d'Ega, Estella) et Mongiliberri (vallée de Yerri) où à l'intérieur du nom apparaissent d'après Achille Luchaire, à la suite manifestement d'une fossilisation toponymique, les formes -ilibarri / -iliberri.

  • 10  Uranga, 1983, p. 75.

b) Encore plus intéressant : le village navarrais de Liberri (vallée de Lónguida, Sangüesa), autrefois Liuerri, 1174, Liverri, 1268, Liuerre, 1278, nom que plusieurs spécialistes pensent issu d'un ancien *iliberri. Or, il existait autrefois en Navarre un village, aujourd'hui abandonné, dans la vallée d'Esteribar, dont le nom est documenté au moyen âge sous la forme Iriberri (donc elle même issue nécessairement d'une forme plus ancienne *Iliberri) qui apparaît également dans la documentation médiévale sous la forme Liberri10 ( « illum monasterium quod habeo in Ezteribar et nominatur Liberri », 1066), ce qui permet de supposer que *Iliberri a pour résultat, soit Iriberri, soit Liberri, la forme esteribarraise Iriberri étant ici probablement une forme populaire, les bascophones de la région sachant intuitivement, lorsqu'ils parlaient basque, que la forme Liberri ne pouvait être rien d'autre qu'une variante du très banal et populaire Iriberri.

  • 11  Schuchardt, 1907, p. 4.

70En revanche, dans la vallée de Lónguida, relevant du bailliage de Sangüesa, débasquisée depuis très longtemps, donc dépourvue de tradition orale bascophone ancienne, il n'y a pas lieu de s'étonner que seule la forme Liberri (avec l- à l'initiale) soit documentée depuis le XIIe siècle car à l'époque la chute, nécessairement antérieure au xie siècle, du i- initial que Schuchardt identifiait à un préfixe que l'on rencontrerait également en berbère11 - ce qui expliquerait d'après Jacques Allières la conservation du l- initial qui ne pouvait plus désormais passer à -r- - avait déjà eu lieu, la non-existence de bascophones dans la région ne permettant plus par la suite le rétablissement d'une forme populaire Iriberri comme dans le cas de l'Iriberri de la vallée d'Esteribar.

  • 12  Menéndez Pidal, 1952, p. 249, n. 19.

71Il est donc extrêmement probable, comme le pensait au demeurant Menéndez Pidal12, que ce Liberri navarrais est issu d'un plus ancien *Iliberri. En conséquence, il est également probable que le nom labourdin Ilbarritz I Libarritz est issu d'un ancien Ilibarritz (sans astérisque car un Illibarits est effectivement, on l'a vu, attesté, quoique suspect pour les raisons évoquées ci-dessus).

  • 13  Lafon, 1958, p. 130.
  • 14  Caro Baroja l'expliquait à partir d'un cognonem non-attesté *Libarius, cf. supra.
  • 15  Dauzat & Rostaing, 1978, p. 400, supposaient qu'il s'agissait d'un « nom d'homme lat. Liber, ou no (...)

72C'est à partir de maintenant que la question prend un tour des plus intéressants : René Lafon avait remarqué, en faisant preuve d'une grande intuition et érudition, qu'il existait en Andalousie, dans le municipe de Montejaque, près de Ronda (province de Málaga) un caserío appelé Libar et une sierra du même nom : Sierra de Libar (prononcé manifestement Libarr en espagnol), ce nom n'étant explicable ni par le latin ni par l'arabe13. Cet auteur comparait ce nom avec celui de Libarona, quartier de Gatica, village situé au nord de Bilbao, c'est-à-dire Libar + -ona14 ainsi que celui de Libaros15, c'est-à-dire Libar + -os, commune des Hautes-Pyrénées, à 32 km. à l'est de Tarbes, par conséquent dans l'ancienne Aquitania de Jules César, autrefois Livarossio, XIVe siècle. On pourrait ajouter à cette liste, outre évidemment le toponyme labourdin Libar(r)its I Libarritz, c'est-à-dire Libar(r) + -itz, le nom souletin Livarrenx, autrefois Livaren, 1305, Livarren, 1327, Libarren, 1383, c'est-à-dire Libar(r) + -en. On peut dès lors reconstruire la série toponymique, tout à fait vraisemblable, qui suit : Libar(r) (Andalousie, sans suffixe) / Libar(r)-itz (Labourd) / Libar(r)-en (Soule) / Libar-os (Hautes-Pyrénées) / Libar-ona (Biscaye).

  • 16  Michelena, 1989, p. 106, § 332.

73Or, si l'on admet que d'une part « es indiscutible la identidad de vasc[o] Iriberri con el ant[iguo] hisp[ano] Iliberri(s) «16 et que d'autre part l'évolution Iliberri > Iriberri a également été à un moment donné en concurrence avec l'évolution Iliberri > Liberri, on pourrait approfondir la réflexion de René Lafon en avançant l'hypothése suivante : le nom basque Iribar(r) (et sa variante Uribar(r)) doit nécessairement être issu d'un ancien *Ilibar(r) - ou *Ulibar(r) pour Uribar(r) -, c'est-à-dire qu'on a eu à un moment donné, cela est difficilement contestable,*Ilibar(r) > Iribar(r), ce qui implique qu'un ancien *Ilibar aurait également pu aboutir à une forme Libar(r), celle-ci étant à *Ilibar ce que Liberri est à Iliberri.

  • 17  On pourra également comparer les toponymes Nabari(t)z (Anglet) / Navarosse (Biscarrosse) ↔Libar(r) (...)

74En résumé, il est possible que les formes Libar(r) / Libar(r)itz / Libaros I Libar(r)en /Libarona soient issues respectivement de *Ili-bar(r) / *Ili-bar(r)-itz / *Ili-bar(r)-en / *Ili-bar[r]-os17 / *Ili-bar[r]-ona, dans ces deux dernières la vibrante faible étant peut-être la conséquence d'une erreur, ce genre de confusion entre les vibrantes simples et fortes se produisant fréquemment, à moins qu'il ne se fût agi du contraire, c'est-à-dire qu'à l'origine on avait dans tous ces noms affaire à une vibrante simple qui serait devenue forte à la suite d'une répercussion analogique.

  • 18  Afin de se faire une idée sur cette question, on pourra consulter Iglesias, 2000, pp. 7-27.

75L'existence du toponyme andalou Libar concerne en outre la question du « basco-ibérisme » et vient s'ajouter à une liste de similitudes toponymiques basco-ibériques extrêmement troublantes18.

76Abréviations
ASJU = Anuariodel Seminario de Filologóa Vasca ‘Julio de Urquijo’
BBMP = Boletin de la Biblioteca ‘Menéndez Pelayo’ de Santander
BMB = Bulletin du Musée Basque
BRAH = Boletín de la Real Academia de la Historia
BRSVAP = Boletín de la Real Sociedad Vascongada de los Amigos del Pais
BSSLAP = Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau
BPH = Bulletin Philologique et Historique
EAA = Estudios de Arqueología Alavesa
FLV = Fontes Linguae Vasconum
RGPSO = Revue Géographique des Pyrénées du Sud-Ouest
REA = Revue des Études Anciennes
RIEB = Revue Internationale des Études Basques
RIO = Revue Internationale d'Onomastique
RVF = Revista Valenciana de Filología

Haut de page

Bibliographie

1. Agud, M. & Tovar, A., 1989-1993, « Diccionario etimológico vasco », ASJU, T. I-VII, Saint-Sébastien.

2. Allières, J., 1995, « De l'aquitain au basque », in La langue basque parmi les autres, Actes du colloque de l'URA 1055 du CNRS, Izpegi, Saint-Etienne-de-Baïgorry, pp. 59-70.

3. Azkue, R.-M, 1905-1906, réed. 1984, Diccionario Vasco-español-francés, Bilbao.

4. Beltran, P., 1953, « Los textos ibéricos de Liria », RVF, III, 1-4, pp. 36-186.

5. Bosch-Gimpera, P., 1922, « Ensayo de una reconstrucción de la etnologia prehistórica de la Peninsula Ibérica », BBMP, IV, pp. 11-50 ; 104-137 ; 227-281.

6. Bosch-Gimpera, P., 1923, « El problema etnológico vasco y la arqueología », RIEB, XIV, pp. 589-660.

7. Caro Baroja, J., 1988, [1942, 1943], « Observaciones sobre la hipótesis del vasco-iberismo considerada desde el punto de vista histórico », Boletín Emerita, T. X, 2°., pp. 236-286, 1942 et T. XI, l°,pp. 1-59, 1943, apparaissant également in Sobre la lengua vasca y el vasco-iberismo, Estudios Vascos, IX, Txertoa, 3e éd., 1988.

8. Dauzat, A. & Rostaing, Ch., 1984, Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France, Paris, nouvelle édition revue et corrigée.

9. Iglesias, H., 1999, « Affinités toponymiques cantabro-pyrénéennes et énigmes historiques », Lapurdum IV,pp. 123-166.

10 Iglesias, H., 2000, « L'inscription de San Miguel de Liria et le basco-ibérisme en général », FLV83, pp. 7-27.

11. Lafon, R., 1999, [1952], « Les écritures anciennes en usage dans la péninsule ibérique d'après les travaux récents », Bulletin Hispanique, LIV, 1952, pp. 165-183 et in Vasconiana, Iker-11, 1999, 57-74.

12. Lafon, R., 1956a, « Pour l'étude de la langue aquitaine », Actes du deuxième Congrès International d'Etudes Pyrénéennes, Toulouse, pp. 53-63.

13. Lafon, R., 1956b, « Protohistoire des Landes. Les inscriptions en caractères ibères d'Aubagnan et les inscriptions latines d'Aire-sur-1'Adour », Landes de Gascogne et Chalosse. Actes du IXe Congrès d'Etudes Régionales tenu à Saint-Sever les 28 et 29 avril 1956 in Fédération historique du Sud-Ouest, Société de Borda, pp. 5-10.

14. Lafon, R., « Sur la langue des Aquitains et celle des Vascons », BPH, 1957, pp. 1-8.

15. Lafon, R., 1958, « Noms de lieux d'aspect basque en Andalousie », tiré à part des Actes et Mémoires du 5e Congrès International de Sciences Onomastiques, vol. II, Salamanque, p. 3-32.

16. Lafon, R., 1965a, « Inscriptions en caractères ibères de Perpignan «,RIO, 17e année, pp. 1-6.

17. Lafon, R., 1965b, « Noms de lieux et noms de personnes basques et ibères : état actuel des problèmes », RIO, 17e année, pp. 81-92.

18. Lafon, R., 1980, [1944], Le système du verbe basque au XVIe siècle, Ed. Elkar, 1980.

19. Lafon, R., 1999, [1973], « La langue basque », Vasconiana, in Iker-11,1999, pp. 3-55 et in BMB, 1973, pp. 57-120.

20. Lhande, P., 1926, Dictionnaire basque-français, Paris.

21 Lopez de Guereñu Galarraga, G, 1989, Toponimia alavesa seguido de mortuorios o despoblados y pueblos alaveses, in Onomasticon Vasconiae5, Euskaltzaindia.

22. Louandre, Ch., 1931, Commentaires de Jules César. Guerre des Gaules. Traduction nouvelle avec le texte, des notes et un index, Ed. E. Fasquelle, Paris.

23. Luchaire, A., 1876, « Les origines linguistiques de l'Aquitaine », BSSLAP, pp. 349-423.

24. MELA, P., 1935, De chorographia, édité par K. Frick, Leipzig.

25. Menendez Pidal, R., 1952, Toponimia Prerrománica Hispánica, Gredos, Madrid.

26. Michelena, L., 1961, « Comentarios en torno a la lengua ibérica », Zephyrus 12, pp. 5-23.

27. Michelena, L., 1964, Sobre elpasado de la lengua vasca, Collección Auñamendi, Saint-Sébastien.

28. Michelena, L., 1976, « La langue ibère », Actas del II Coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica, Tübingen, 17-19 juin, Salamanque, 1979, pp. 23-39.

29. Michelena, L., 1977, [1961], Fonética Histórica Vasca, 2e éd., Saint-Sébastien.

30. Morvan, M., 1996, « A propos de Calpe, Ilumberri et les autres », Lapurdum I, pp. 21-24.

31. Oroz Arizcuren, F. J., 1981, « La relación entre el vasco y el ibérico desde el punto de vista de la teoría del sustrato », Iker-1, pp. 241-255.

32. Oroz Arizcuren, F. J., 1982, « Nuevo topónimo de aspecto vasco en la Bética », ASFJU, XVI, pp. 117-129.

33. Orpustan, J.-B., 1990, Toponymie basque, Presses Universitaires de Bordeaux.

34. Orpustan, J.-B., 1999, La langue basque au Moyen âge, Ed. Izpegi.

35. Pline L'Ancien, 1850-1851, Histoire Naturelle de Pline, avec la traduction en français, par M. Emile Littré, Paris, 2 vol.

36. Plini Secundi, C, 1906, Naluralis Historiae, vol. I, Libri I-VI, post Lvdovici Iani obitum, recognovit et scriptvrae discrepantia adiecta edidit Carolvs Mayhoff, MCMVI, Lipsiae in aedibus B. G. Tevbneri. Édition de Carl Mayhoff, qui a repris et renouvelé l'oeuvre de Jan après la mort de celui-ci, Leipzig, Teubner ; version latine seule et pas d'index.

37. Pline L'Ancien, 1998, Histoire Naturelle, Livre III, texte établi, traduit et commenté par Hubert Zehnacker, Ed. Les Belles Lettres, Paris.

38. Ptolémée, 1932, Géographie, édité par E. L.Stevenson, Geography of Claudius Ptolemy, New York (traduction seule).

39. Rohlfs, G, 1970, Le Gascon. Études de philologie pyrénéenne (avec 3 cartes), 2e édition, entièrement refondue, Tübingen-Pau.

40. Schuchardt, H., 1907, « Iberische Deklination », Sitzungsberichte der Wiener Akademie, 157 (II), pp.1-90.

41. Schomll, U, 1956, « Turma Salluitana. Einige Bemerkungen zur lat. Umschreibung hispanicher Eigennamen », Glotta, XXXV, pp. 304-311.

42. Strabon, 1966, Géographie, T. II, Liv. III-IV, texte établi et traduit par François Lasserre, Paris.

43. Tovar, A., 1959, « Lenguas prerromanas no indoeuropeas : testimonios antiguos », Enciclopedia Llingüística Hispánica, vol. I, pp. 5-26.

44. Tovar, A., 1987, « Estado actual de los estudios ibéricos », Archivo de Prehistoria Levantina, Homenaje a D. Domingo Fletcher,vol. XVII, T. I, pp. 29-48.

45. Uhlenbeck, C, C, 1908, « La Declinación ibérica », RIEB, II, pp. 399-409.

46. Uhlenbeck, C, C, 1909, « Contribution à une phonétique comparative des dialectes basques », RIEB, III, pp. 465-503 ; 1910, pp. 65-118. Traduit en français par G. Lacombe.

47. Untermann, J., 1961, Sprachräume und Sprachbewegungen in vorrömischen Hispanien, Wiesbaden.

48. Untermann, J., 1987, « Repertorio antroponímico ibérico », Archivo de Prehistoria Levantina, Homenaje a D. Domingo Fletcher, vol. XVII, T. I, pp. 289-318.

49. Uranga, J.-J., « Notas sobre topónimos navarros medievales », Cuadernos de Etnología y Etnografla de Navarra, Institución Principe de Viana, Pampelune, pp. 39-96.

50. Velaza, J., 1996, Epigrafîa y lengua ibéricas, collection Cuadernos de historia, Ed. Arcos / Libres, SX., Madrid.

51. Verd, G. M., 1980, « Sobre la cuestión vascoibérica », ASJU, XIV pp. 101 -133.

Haut de page

Notes

1  Tovar, 1987, p. 35.

2  Orpustan, 1999, p. 351.

3  Tovar, 1987,

4  Michelena, 1976, p. 335.

5  Rohlfs, 1970, p. 153, § 469 : « Le traitement très original et tout-à-fait particulier de l'ancienne géminée en Gascogne nous laisse supposer qu'à l'origine du changement ait dû exister un ll suis generis. Déjà Achille Luchaire (AT p. IX, 1881 ) avait noté que le phénomène gascon présente une certaine analogie lointaine avec l'évolution de ll en Sicile et en Sardaigne, où castellu est devenu castèddu, prononcé avec un d cacuminal. C'est cette idée qui plus tard a été reprise et developpée par W. Foerster (ZRPh, 1898), Passy (1904), Bourciez, Ronjat et par moi-même. Cette singulière prononciation n'est pas limitée en Italie aux deux îles citées. Elle appartient à un large domaine de l'Italie méridionale continentale, à la Corse et encore à certaines zones en Toscane (Rohlfs, GLI § 234). Elle se retrouve en Espagne dans une petite zone des Asturies (à Sistierna), où le ‘marteau’ est appelé martied'u et où pour ‘poule’ (esp. gallina) on dit gad'ina «.

6  Schomll, 1956, p. 311.

7 Tovar, 1987, p. 35.

8  Information communiquée par Jacques Allières.

9  La forme donnée en 1826 par les ingénieurs de la Marine Illibarits n'est probablement pas une forme populaire, c'est-à-dire qu'il doit vraisemblablement s'agir d'une forme refaite par déduction logique. La meilleure explication reste néanmoins la suivante : les francophones ayant toujours eu beaucoup de difficulté à prononcer, encore de nos jours, des mots basques tels que iri (avec -r- faible), ils reproduisent d'ordinaire cette vibrante par l. Il est en effet possible que les ingénieurs de la Marine, à n'en pas douter francophones, aient entendu *Iribarritz ou tout simplement Libarritz et qu'ils l'aient retranscrit par erreur Illibarits.

10  Uranga, 1983, p. 75.

11  Schuchardt, 1907, p. 4.

12  Menéndez Pidal, 1952, p. 249, n. 19.

13  Lafon, 1958, p. 130.

14  Caro Baroja l'expliquait à partir d'un cognonem non-attesté *Libarius, cf. supra.

15  Dauzat & Rostaing, 1978, p. 400, supposaient qu'il s'agissait d'un « nom d'homme lat. Liber, ou nom pré-latin, et suff. aquit. -ossum «. Rohlfs, 1952, p. 242, écrivait, quant à lui, « ce nom ne peut se séparer du cognonem Liber attesté en Espagne et en Gaule », ce qui ne paraissait pas convaincre René Lafon, « Noms de lieux d'aspect basque... », p. 130 , qui écrivait : « Mais le passage de e à a s'explique-t-il ? Il n'est donc pas sûr que Libarona et Libaros aient été tirés de mots latins. N'auraient-ils pas été tirés d'un mot pré-indo-européen Libar qui se serait conservé d'autre part sans suffixe dans le toponyme andalou ? ».

16  Michelena, 1989, p. 106, § 332.

17  On pourra également comparer les toponymes Nabari(t)z (Anglet) / Navarosse (Biscarrosse) ↔Libar(r)itz(Labourd) / Libaros (Hautes-Pyrénées).

18  Afin de se faire une idée sur cette question, on pourra consulter Iglesias, 2000, pp. 7-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hector Iglesias, « Miscellanées basco-ibériques », Lapurdum, 5 | 2000, 167-180.

Référence électronique

Hector Iglesias, « Miscellanées basco-ibériques », Lapurdum [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1302 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1302

Haut de page

Droits d’auteur

Iglesias H. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org