Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Irakur gaiak

A propos de Les Emprunts de la Langue Basque à L'occitan de Gascogne Etude du dialecte souletin de l'euskara de Txomin Peillen

Estudios de la UNED, Madrid, 1998, 125 p. ISBN : 84-362-3678-5
Jean-Baptiste Coyos
p. 391-419

Texte intégral

  • 1  Par « occitan », il faudra comprendre ici gascon béarnais. Hors de toute polémique, on pose que le (...)
  • 2  Azkuh Resurrección María de, 1905-1906 (1984), Diccionario vasco-español-francés, Bilbo, Euskaltza (...)

1Dans un premier temps je voudrais souligner tout l'intérêt de cet ouvrage récent passé quasiment inaperçu alors qu'il concerne les liens entre la langue basque et la langue occitane, plus précisément les emprunts lexicaux du dialecte basque souletin au dialecte gascon béarnais voisin et qu'il est rédigé en français1. On sait pourtant que ce sujet des relations entre les deux langues a donné lieu à beaucoup de commentaires et de travaux depuis que des études linguistiques sont menées par les bascologues. Nous avions certes certains dictionnaires qui indiquaient ponctuellement que tel ou tel terme avait une origine gasconne ou béarnaise, comme ceux d'Azkue et de Lhande, ou le lexique de Larrasquet2. Mais Les Emprunts de la Langue Basque à L'occitan de Gascogne (dorénavant Les Emprunts...) est la première étude spécifique complète et systématique concernant l'apport lexical du gascon à la langue basque dans sa forme souletine.

  • 3  Basque et gascon, La langue basque parmi les autres. 1994, sous la direction de Jean-Baptiste Orpu (...)
  • 4  Jacques Allières m'avait fait la même demande lors de ma soutenance de thèse dont il était membre (...)

2Jacques Allières était un de ceux qui étaient le plus attaché à ce domaine d'étude, de par ses compétences de bascologue et de spécialiste de l'occitan. En 1994 il écrivait : « ...si l'on s'est beaucoup préoccupé d'ausculter le gascon pour comprendre le rôle qu'un substrat euskaroïde a pu jouer dans sa formation, on s'est peu intéressé au rôle d'« adstrat » que ce gascon joue chez le basque voisin »3. Les Emprunts... est la réponse de Txomin Peillen à Jacques Allières qui lui demandait d'étudier les liens entre souletin et béarnais4.

1. Compte rendu de l'ouvrage

3L'ouvrage est partagé en une longue et riche introduction, p. 13 à 57, suivie du corpus recueilli, p. 61 à 124. Il se lit facilement et aborde toutes les questions liées à l'emprunt lexical d'une langue à une autre.

  • 5  Le seul lieu où il reste encore utilisé, et de façon très circonscrite, est celui de la mascarade (...)

4Une des caractéristiques principales de ces termes empruntés est qu'on a affaire à un pan de lexique qui peu à peu diminue (voir Les Emprunts..., p. 31). Le dialecte souletin n'emprunte plus au béarnais et, pour partie, ce lexique réfère à un mode de vie disparu, à des techniques abandonnées (agriculture, artisanat), p. 32. La pratique du dialecte béarnais parmi les souleti-nophones est de plus en plus rare au fur et à mesure que la langue est moins parlée en Béarn, alors que tous parlent français5. L'auteur estime à propos des emprunts du souletin qu'il a relevés : « Les trois quarts des gasconnismes que nous citons sont connus de tous les parlers orientaux et beaucoup par tous les autres dialectes », p. 51.

5L'utilisation d'une catégorisation des emprunts en « t.u. très usuel, u. usuel, a.u., assez usuel, p.u. peu usité, obs. obsolète » (p. 22) est tout à fait pratique, même si elle ne correspond pas toujours au point de vue des informateurs que j'ai consultés. Par exemple, xiflét « gifle », p. 118, donné comme obsolète est couramment utilisé. A chaque entrée de la nomenclature, Peillen prend soin de donner le terme source occitan et des équivalents basques s'il en existe.

1.1 Le problème de l'établissement de l'origine de l'emprunt

6La tâche n'était pas simple : « Il est souvent difficile de distinguer les emprunts à l'occitan, ceux au latin d'Église, au latin populaire, au castillan... impossibilité de trancher entre l'occitan et le castillan, ces langues ayant réalisé des emprunts mutuels », p. 19. Fort prudemment Peillen ne choisit pas toujours. Exemple p. 70 : butíla « bouteille » est indiqué d'origine gasconne ou castillane, de même karga « charger » p. 88 « peut provenir du cast. ou du lat. ». Il avertit : « ...nous sommes conscients d'avoir forcé un peu sur le classement en occitan de certaine latinismes du basque, faute de pouvoir trancher sur une latinisation qui nous est historiquement moins bien connue », p. 19-20, « il se peut que certains soient d'origine aragonaise et/ou castillane », p. 33. Une petite réserve à ce sujet. Peillen avertit : « Nous avons repris également les étymologies du Dictionnaire du souletin nord-oriental de Jean Larrasquet », p. 23. Larrasquet dans son dictionnaire basque-français de Le Basque de la Basse-Soule Orientale de 1939 donne de nombreux termes comme étant d'origine béarnaise. Ceci peut s'expliquer en partie car il décrit une forme de souletin limitrophe du Béarn. Mais il semble tout de même que très souvent un mot d'origine romane sera considéré par Larrasquet comme d'origine béarnaise. Plus surprenant par exemple, une onomatopée comme burrunba est donnée comme venant du béarnais bourroumbé (Le Basque..., p. 85). Lhande invoque, lui, plus souvent, une origine espagnole/castillane. On l'a compris, chaque unité ou presque mériterait une monographie et les éléments réunis ne seraient pas toujours décisifs.

  • 6  Parfois il est difficile d'établir si c'est le souletin qui a emprunté au béarnais ou l'inverse. E (...)

7Une chose est certaine dans cette difficile question de l'établissement de l'origine des emprunts, « les langues dans lesquelles l'euskara pouvait puiser étaient le gascon et le castillan », p. 206. On peut avancer aussi que le dialecte souletin a plus emprunté à l'occitan gascon en particulier béarnais qu'au castillan, que depuis c'était au français qu'il empruntait et maintenant au batu (basque unifié) et aux dialectes basques plus centraux qu'il le fait.

1.2. La complétude

8Peillen a donc recueilli 885 termes environ empruntés à l'occitan (p. 31). Une liste complémentaire vient compléter le corpus général (p. 121 à 124). Peillen avertit : « Malgré ce dernier criblage de 97 mots il se peut que quelques dizaines d'hapax et quelques termes courant aient échappé à notre vigilance... », p. 124. En effet, ce compte rendu a été pour moi l'occasion de trouver d'autres termes que Peillen n'a pas relevés. Certains d'entre eux, certes, ne sont connus que des anciens car le référent n'est plus en usage, par exemple arrosta « soupe au vin » ou kaxa « louche pour l'eau de la ferreta » , mais je ne les qualifierais pas d'hapax.

9Signalons que quelques termes ne sont pas donnés dans la nomenclature mais dans le corps du texte comme synonymes d'autres références : estatü « état », taulada « plancher, estrade », etc. sans préciser qu'ils sont d'origine occitane. Certains termes ou expressions comme Diu biban « Dieu vivant », Per Diu « par Dieu » sont cités dans l'introduction et ne sont pas repris dans la nomenclature, Perdin « idem » n'est pas signalé. Remarquons que l'emprunt Diu « Dieu » ne s'emploie pas seul en basque.

10Comme cela est prévisible avec une langue à transmission essentiellement orale, certaines acceptions sont différentes selon mes informateurs (il en ira de même pour la prononciation, voir en 1.3.). Exemples : planéta signifie « épidémie en général » et non comme p. 107 « peste » seulement, txípa « petit poisson, alevin » et non « sanglot » p. 116.

11Pour un emprunt donné, les dérivés ne sont pas recensés systématiquement. Exemples : barróil est indiqué seulement comme nom « loquet » p. 68, et pas comme verbe barroila « verrouiller » ; inbeia est indiqué seulement comme verbe « avoir envie » p. 84, et pas comme nom inbeia/inbea « envie » ; on a serius « sérieux », p. 111, mais pas seriuski « sérieusement » ; certains dérivés adjectivaux en des-, préfixe de négation, privation, contraire, ne sont pas donnés : desobedient « désobéissant », desunest « malhonnête ». De même pour les emprunts complémentaires que j'ai relevés en 2.1, l'ensemble des dérivés ne sera pas systématiquement donné.

  • 7  Après une syllabe accentuée, -a est réalisé en Béarn - [ə] en plaine et - [o] dans la partie monta (...)

12Parmi les suffixes occitans indiqués, p. 41-42, on ne trouve pas celui en - (a) de, - (a) da qui sert à former le nom d'action à partir du verbe nu : buhada « bouffée », pausada « repos ». Il n'est d'ailleurs pas recensé comme tel par les dictionnaires occitans7. C'est -ada que Lhande considère comme « probablement roman » (Dictionnaire..., p. 6). De même -ura : fresküra « fraîcheur ». Des- préfixe de négation, privation évoqué ci-dessus n'est pas non plus recensé. Larrasquet le donne comme béarnais (Le Basque..., p. 88), Lhande, lui, comme espagnol (Dictionnaire..., p. 203). On retrouve ici toute la difficulté à déterminer la langue source de l'emprunt.

13Signalons aussi l'existence de quelques emprunts au béarnais dans le français parlé en Soule et ne se trouvant pas dans le dialecte. Exemples : brigailles « petits bouts, restes » (béarnais brigalha), gave « torrent ».

1.3. La forme orale, la phonétique

14La présentation de la phonétique des deux langues, faite de la page 23 à la page 27, est suffisante.

15Il n'y est pas noté que l'accent oxyton est un indice non décisif mais utile pour repérer un emprunt. Exemples : arrail [aráλ] arrail « grosse bûche », biarnes [biarnέş] « béarnais », kaminet [kaminέt] « armoire ». Signalons que les suffixes occitans monosyllabiques participent à la formation d'unités oxytones. Par exemple le suffixe d'agent - ant p. 42 : arraileilant [araλeλã́ t] « qui aime la plaisanterie, qui a de l'humour », frantzimant « qui estropie le français, qui essaie de parler français », le suffixe -ot, (ill) ot, -xot diminutif kokillot [kokiλɔ́t] « coquin », peilot [peλɔ́t] « nigaud, niais », le suffixe – ent d'adjectif non signalé : desobedient [dézobedjɛ̃ʹ t] « désobéissant ».

16Page 25 on relève une erreur. Peillen parle des « consonnes aspirées du basque oriental rh, lh, nh, ph et th ». Les trois premières ne sont pas des consonnes aspirées mais bien une suite de deux consonnes distinctes r+h, l+h et n+h dans laquelle [h] n'appartient pas à la même syllabe que la consonne qui la précède. L'auteur oublie de signaler [kh], occlusive aspirée très fréquente qu'il note pourtant dans le corpus.

17Dans le recueil, Peillen donne parfois les variantes souletines pour une entrée donnée mais pas systématiquement. Exemples : Peillen note bükhata, bokháta « lessive » qui est réalisé [bukháta] par mes informateurs ; debéia « s'ennuyer » et inbéia « envie » sont réalisés [debéa], [íbéa] ; erréin « rein » est réalisé [erán] ; errejént « instituteur » est réalisé [eriz t] par A.C. Fusíll « fusil » est réalisé [pysýλ] par J.P.E. Erridéü « rideau » est uniquement réalisé [aridéy], etc.

1.4. La composition des unités linguistiques

  • 8  La plupart des termes utilisés ici pour exemplifier ne sont pas donnés dans Les Emprunts...

18Voici un thème d'étude que l'auteur n'illustre que par la suffixation (p. 41-42). L'utilisation des deux langues en souletin pour créer des unités nouvelles est assez diversifiée, en composition comme en dérivation8.

19Exemples de dérivation :
faizuzü « maniéré » : nom occitan faizu « façon » et -zü suffixe basque indiquant l'abondance, pour former un adjectif.
ogendant « fautif, coupable » : nom basque ogen « faute » et suffixe -dant occitan.
pintukari « amateur de chopine, buveur de vin » : nom occitan pintu « pinte, chopine » et suffixe basque – kari « amateur de », pour former un nom.
ematxot « petite femme (péjoratif) » : nom basque emazte « femme » et suffixe diminutif occitan -ot, haurrot « petit enfant (dédaigneux) » : nom basque haur « enfant » et suffixe occitan -ot.
menstü « devenir idiot, simplet » : nom occitan ments « manque, moins » et suffixe basque d'accompli – tü, pour former un verbe.
desoropila « dénouer » : préfixe occitan de négation, de contraire des- et verbe basque, oropila « nouer » pour former un autre verbe.

20Exemples de composition :
pixuntzi « pot de chambre » : nom occitan pixa « pisse » et nom basque untzi « récipient » à comparer à pixapot « pot de chambre » également, composé de deux noms empruntés. Lespy dans son dictionnaire donne pichepot (voir ci-dessous en 2.). C'est donc le composé lui-même qui a dû être emprunté.
moskofi « bec fin, délicat » : nom basque mosko « bec » et adjectif occitan fi « fin ».
kuntrexilo « (avaler) de travers » : préposition occitane kuntre « contre » et nom basque xilo « trou ».
adarpalet « vache à cornes écartées » formé : nom basque adar « corne » et occitan palét « bovin qui a les cornes aplaties » (dictionnaire de Palay, voir en 2.).
eskümantxu « gant » : nom basque eskü « main » et nom occitan mantxu « manchon ».

1.5. La présentation, la qualité de l'édition

21Il faut souligner que la qualité de l'édition laisse un peu à désirer. En voici quelques exemples.

22La « carte ci-jointe » annoncée p. 16 ne se trouve nulle part. L'ouvrage de Jean Larrasquet, Le basque souletin nord-oriental noté p. 21 comme ayant fait l'objet d'un dépouillement n'a pu en faire l'objet car il ne contient pas de lexique. Il s'agit en fait de celui de 1939, Le Basque de la Basse-Soule Orientale qui lui contient un lexique souletin-français. Le Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes de Simin Palay est daté à tort de 1957, p. 21, puis, ce qui est exact, de 1932-1934, p. 23.

23Les coquilles et fautes d'orthographe ne manquent pas : ne pour en (p. 22, 23, 37), erreurs ou plus souvent manques d'accent (p. 29, 36, 83, 101, 105, 124...), fakulté pour faculté p. 65, por pour pour p. 84, comper pour compter p. 90, iccitan pour occitan p. 121, etc., manques de ponctuation, emploi anarchique de majuscules, répétitions comme « les limites limites géographiques » p. 19, laziña recensé dans le corpus p. 95 est donné dans le supplément p. 123, un paragraphe de 10 lignes p. 25 se retrouve in extenso p. 39, etc.

24Dans le corpus, l'ordre alphabétique n'est pas respecté parfois. Exemples : ardít après 6 mots de arkamás à arneila p. 63, arrága donné deux fois et après 3 mots comme arráil p. 64, brigánt devant brída p. 70, arnéila « attirail » est noté deux fois p. 63.

25Toutefois ces imperfections, certes assez nombreuses, ne gênent pas la compréhension du propos.

2. Compléments à la liste contenue dans Les Emprunts...

26Les informateurs auprès de qui j'ai contrôlé tous les termes supplémentaires retenus sont : Mmes A. C. (87 ans, originaire de Mendy), A. M. E. (78 ans, originaire d'Ordiarp), T. E. (77 ans, originaire d'Aussurucq) et M. J. P. E. (80 ans, originaire de Mendy). Tous les termes donnés sont connus d'au moins un des quatre informateurs, souvent de tous.

27Dans une telle recherche, des informateurs d'un certain âge sont particulièrement utiles car, comme on l'a signalé plus haut, les termes empruntés au gascon béarnais sont pour partie des termes spécialisés liés à des techniques, à un mode de vie rural qui ont quasiment disparu. Il est certain qu'une enquête auprès de jeunes locuteurs souletins ayant appris le basque à l'ikastola n'aurait apporté aucune unité nouvelle au corpus établi par Peillen.

28Par ailleurs si l'enquête avait été menée auprès de locuteurs natifs de Chéraute, Barcus ou Roquiague, zone limitrophe du Béarn, on peut être certain que d'autres termes auraient été trouvés.

29Les dictionnaires de Lhande et de Larrasquet m'ont permis de relever certains termes indiqués comme d'origine béarnaise ou gasconne qui ont été soumis ensuite aux informateurs.

30Les dictionnaires occitans portant sur le gascon qui ont été utilisés sont les suivants :

  • Associations La Civada et Per Noste, 1998 (1984), Petit dictionnaire français/occitan, Pau, Edicion Quatau, 133 p.

  • Lespy Vastin et Raymond Paul, 1998 ( 1887), Dictionnaire béarnais ancien et moderne, réédition remaniée, Pau, Marrimpouey, 661 p.

  • Morà Pèir, 1994, Diccionari Occitan-Francés segon los parlars de Gasconha, Artigues près Bordeaux, Princi Negre Editor, 245 p.

  • Palay Simin, 1991 (1932-34, 1974), Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes (Bassin Aquitain), 3e édition complétée, Pau, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1053 p.

31Palay utilise une graphie « phonétique » issue du français, comme Mistral mais adaptée au gascon. La Civada et Morà utilisent la graphie classique d'Allibert qui est en train de s'imposer progressivement.

  • 9  Locuteur béarnais natif de la région d'Orthez, il est président de l'association Per Noste, sectio (...)

32Enfin pour m'assurer de l'existence actuelle de ces termes et de leur prononciation, j'ai fait appel à Gilbert Narioo9.

33Les termes recueillis et non donnés dans le corpus général de Les Emprunts... ont été répartis en deux catégories : 2.1 emprunts d'origine occitane assez sûre (78 entrées sans les dérivés) et 2.2 emprunts d'origine douteuse (48 entrées sans les dérivés).

2.1. Emprunts d'origine occitane assez sûre10

  • 10  Les abréviations utilisées sont béarn. : béarnais, C. : commun aux dialectes de France, cast. : ca (...)

11 Henri Frei, le premier, avait bien décrit ce type de production pour le français en 1929 dans La grammaire des fautes.

« Koteina » : ce nom est, au contraire, peut-être d'origine basque.

2.2. Emprunts d'origine douteuse

12 La difficulté est de déterminer l'origine de cette syllabe finale oxytone.

  • 11  En complément voici deux expressions que j'ai relevées : l'une à propos du prénom Baptiste, Batist (...)

34Les Emprunts de la Langue Basque à L'occitan de Gascogne est un ouvrage d'un grand intérêt, qui comble un vide dans le domaine des contacts entre les langues basque et occitane de Gascogne. Face à la difficulté de la tâche, l'auteur a su faire des choix prudents tout en traitant le sujet en profondeur. On pourra donc consulter Les Emprunts... en toute confiance, tout en sachant, mais il était difficile d'y échapper, qu'il manque un certain nombre d'entrées dans le corpus recueilli par Txomin Peillen11

35Avec lui on peut regretter que, sauf erreur, « de telles monographies des emprunts n'existent pas pour tous les dialectes [basques] », p. 54. On lui saura gré d'avoir ainsi permis de dépasser les approximations qu'on peut lire ou entendre, du type « en souletin la moitié du vocabulaire, c'est du béarnais ». Un peu plus de 1000 termes représente certes une quantité conséquente mais finalement loin d'être aussi importante qu'on pouvait le croire. Bien sûr des recherches et une synthèse restent à faire concernant les autres domaines linguistiques de l'emprunt du basque à l'occitan, la phonétique et la phonologie (on a sur ce point un certain nombre de travaux), la syntaxe, la sémantique et l'énonciation.

Haut de page

Notes

1  Par « occitan », il faudra comprendre ici gascon béarnais. Hors de toute polémique, on pose que le dialecte béarnais est une forme de gascon qui lui-même appartient à l'ensemble linguistique occitan. On emploiera indifféremment les termes espagnol et castillan.

2  Azkuh Resurrección María de, 1905-1906 (1984), Diccionario vasco-español-francés, Bilbo, Euskaltzaindia, 1219 p.

Lhande Pierre, 1926, Dictionnaire basque-français et français-basque (dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin), tome I, Dictionnaire basque-français. Paris, Gabriel Beauchesne. LII+1117 p. Larrasquet Jean, 1939, Le Basque de la Basse-Soule Orientale, Paris, Klincksieck, 223 p.

3  Basque et gascon, La langue basque parmi les autres. 1994, sous la direction de Jean-Baptiste Orpustan, Baigorri, Izpegi. p. 17.

4  Jacques Allières m'avait fait la même demande lors de ma soutenance de thèse dont il était membre du jury.

5  Le seul lieu où il reste encore utilisé, et de façon très circonscrite, est celui de la mascarade dont. d'ailleurs, de nombreux personnages ont un nom d'origine béarnaise. Les kherestu « les hongreurs » (béarn. crestadou) ont quelques échanges en un béarnais approximatif pour ajouter au comique des scènes.

6  Parfois il est difficile d'établir si c'est le souletin qui a emprunté au béarnais ou l'inverse. Exemple : diua ! pour faire ralentir les vaches, avec [d] palatalisé à l'initiale, [ɖú (w) a] est utilisé tant en Béarn qu'en Soule (peut-être de [dû (w) a] « il, elle va » en souletin ?).

7  Après une syllabe accentuée, -a est réalisé en Béarn - [ə] en plaine et - [o] dans la partie montagneuse.

8  La plupart des termes utilisés ici pour exemplifier ne sont pas donnés dans Les Emprunts...

9  Locuteur béarnais natif de la région d'Orthez, il est président de l'association Per Noste, section
Béarn-Gascogne de l'Institut d'Études Occitanes Qu'il me soit permis de le remercier ici. Les finales écrites non accentuée en – a seront réalisée – [ə] : bandera [bãdέrə] « drapeau, bannière », vaishèra [ba∫έrə] « vaisselle » (voir note 7).

10  Les abréviations utilisées sont béarn. : béarnais, C. : commun aux dialectes de France, cast. : castillan, esp. : espagnol, fr. : français, péj. : péjoratif, L. : labourdin, lat. : latin, N. : bas-navarrais, S. : souletin.

Les verbes sont présentés dans leur forme minimale, sans le suffixe d'accompli : -tü, etc.

11  En complément voici deux expressions que j'ai relevées : l'une à propos du prénom Baptiste, Batistu paga lu pintu [batistú pág ( ') lu pitú] « Baptiste paie la pinte », l'autre, expression triviale de fatalisme utilisée par ma grand mère maternelle Lexa pixa lu xibau ke pixera « Laisse pisser le cheval, il pissera ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-1.png
Fichier image/png, 11k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Légende 11 Henri Frei, le premier, avait bien décrit ce type de production pour le français en 1929 dans La grammaire des fautes.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-3.png
Fichier image/png, 25k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-4.png
Fichier image/png, 26k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-5.png
Fichier image/png, 23k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-6.png
Fichier image/png, 19k
Légende « Koteina » : ce nom est, au contraire, peut-être d'origine basque.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-7.png
Fichier image/png, 23k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-8.png
Fichier image/png, 18k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-9.png
Fichier image/png, 20k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-10.png
Fichier image/png, 25k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-11.png
Fichier image/png, 19k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-12.png
Fichier image/png, 27k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-13.png
Fichier image/png, 24k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-14.png
Fichier image/png, 8,5k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-15.png
Fichier image/png, 18k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-16.png
Fichier image/png, 28k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-17.png
Fichier image/png, 28k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-18.png
Fichier image/png, 25k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-19.png
Fichier image/png, 22k
Légende 12 La difficulté est de déterminer l'origine de cette syllabe finale oxytone.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-20.png
Fichier image/png, 23k
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1248/img-21.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Coyos, « A propos de Les Emprunts de la Langue Basque à L'occitan de Gascogne Etude du dialecte souletin de l'euskara de Txomin Peillen », Lapurdum, 6 | 2001, 391-419.

Référence électronique

Jean-Baptiste Coyos, « A propos de Les Emprunts de la Langue Basque à L'occitan de Gascogne Etude du dialecte souletin de l'euskara de Txomin Peillen », Lapurdum [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1248 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1248

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Coyos

(CNRS, IKER, UMR 5478)
jean-baptiste.coyos@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Coyos J.-B. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org