Navigation – Plan du site
Articles - Idazlanak

Les dialectes basques : homogénéité ou dispersion ?

Michel Etchebarne
p. 139-166

Texte intégral

L'atlas linguistique : un outil privilégié pour la connaissance dialectale

1La présente note propose une approche quantitative et un commentaire succinct de l'atlas ethnolinguistique du Pays Basque (Euskalerriko atlas etnolinguistikoa, désormais EAEL) réalisé par la société scientifique Aranzadi (Saint-Sébastien). Cette enquête s'inscrit dans le cadre des recueils de données lexicales opérés selon la méthodologie des atlas linguistiques.

2Le questionnaire initial comportait 570 questions (une majorité de « mots », quelques syntagmes et une quarantaine de phrases). Les mots testés (lexèmes-sources) étaient exprimés en langue française pour les questionnaires administrés au Pays Basque Nord et en espagnol pour les questionnaires administrés au Pays Basque Sud. Les informateurs devaient indiquer le terme basque (lexème-cible) correspondant au lexème-source testé. Le questionnaire n° 1 testait les lexèmes-sources tête/cabeza. Tous les informateurs associèrent à ces lexèmes-sources un même lexème-cible, à quelques variantes phonologiques près : buru.

3Les questionnaires furent administrés entre 1977 et 1983 à des informateurs résidant en 190 points du domaine basque représentatifs de l'ensemble des dialectes. Quatre-vingts enquêtes parmi les 190 furent publiées. Les 80 informateurs d'EAEL, 60 % d'hommes, 40 % de femmes, étaient âgés de 69 ans en moyenne lors de l'enquête. La sélection des enquêtes publiées se fit en s'appuyant sur le découpage dialectal et sous-dialectal réalisé par le prince L. L. Bonaparte, repris en 1981 par Pedro de Yrizar dans sa Contibución a la dialectología de la lengua vasca. Parmi les 570 questionnaires initiaux, 27 ne furent pas publiés car ils n'obtinrent pas ou peu de réponses, étant trop éloignés de la culture locale.

4EAEL fut publié en deux tomes, en 1983 et 1990. Chaque question donne lieu à une fiche de présentation occupant deux pages. Sur la page de droite figure, en en-tête, la question posée (lexème-source) en français, anglais et espagnol (fiche 1 : tête, head, cabeza), puis les 80 réponses données par les informateurs (lexèmes-cibles). Les réponses sont subdivisées en 7 zones dialectales et 80 communes : Alava (3 communes), Basse-Navarre (6 communes), Biscaye (13 communes), Guipuzcoa (18 communes), Labourd (7 communes), Navarre (26 communes), Soule (7 communes). Sur la page de gauche figurent une carte où sont symbolisés les 80 points où le questionnaire a été administré et les réponses faites. Un comptage des réponses et quelques commentaires accompagnent parfois la carte.

5L'exploitation des résultats d'un atlas linguistique n'est pas chose aisée. La quantité d'information récoltée est d'une part particulièrement riche, ce qui pose d'emblée la question du degré et du type de synthèse à opérer ; certaines questions de méthode devant d'autre part recevoir des réponses dès le début de l'exploitation.

6S'agissant des questions de méthode, je ne détaillerai pas ici l'ensemble des problèmes que soulève l'exploitation d'un tel corpus. Il est néanmoins indispensable de cerner quelques protocoles d'élaboration de l'atlas avant de proposer un commentaire. L'enquête est le paradigme fondateur de la méthode de recherche en sciences sociales. Quatre étapes rythment traditionnellement l'enquête : 1) le projet d'enquête ; 2) la mise en œuvre des méthodes et des techniques d'enquête ; 3) l'analyse des données ; 4) la présentation des résultats. Les étapes 2) et 3) sont fortement liées car la qualité et la rigueur mises en œuvre lors de l'étape 2) influeront sur la pertinence des étapes 3) et 4). Il est connu en épistémologie des sciences sociales que toute intervention auprès d'informateurs crée, parallèlement au recueil d'information proprement dit, des « perturbations » qui vont influer sur les réponses.

7Ainsi, le recueil de lexèmes-cibles basques à partir de lexèmes-sources appartenant à deux langues de départ différentes, le français et l'espagnol, pose des difficultés théoriques et pratiques. On sait en effet que les significations de deux lexèmes appartenant à deux langues différentes - même s'ils sont équivalents au point de vue du sens - ne se superposent pas totalement. L'espagnol et le français ne découpent pas toujours le réel de la même manière. Le terme bois (matière), en français, reçoit deux traductions possibles en espagnol : leña ‘ bois brut’ et madera ‘ bois travaillé’. Or le questionnaire n° 126 d'EAEL testait les lexèmes-sources bois, au Pays Basque Nord, et madera, au Pays Basque Sud. Symétriquement, lorsque le français et l'espagnol disposent de termes synonymes, ceux-ci peuvent ne pas recevoir un équivalent basque de même périmètre : sœur/hermana reçoit deux équivalents en basque : ahizpa ‘ sœur d'une femme’ et arreba ‘ sœur d'un homme’. D'autre part, des termes tels que foyer en français et hogar en espagnol (EAEL, question n° 123) présentent une polysémie de même périmètre : ‘lieu où l'on fait du feu’ et ‘lieu où l'on vit’ (les termes français et espagnol ont ici la même étymologie : latin populaire focarium, du latin focus ‘ foyer, feu’). Ce double sens se retrouve dans les réponses faites par les informateurs lorsque l'enquêteur n'a pas levé l'ambiguïté, certains informateurs ayant répondu en se référant à la première acception (supazter, sutondo, suete, etc.), d'autres à la seconde (etxe, bizi leku).

8Toute enquête ethnolinguistique est contrainte de médiatiser son projet par un ou plusieurs truchements. Quel que soit le soin que l'on mettra à affiner la « neutralité » des protocoles de recueil des données, la médiatisation est inévitable. On ne peut « faire dire » un lexème à un informateur sans utiliser un biais et celui-ci pourra toujours être vu comme comportant des effets parasites (une photographie n'est pas toujours plus explicite qu'un lexème-source). Si la neutralité absolue est un objectif hors d'atteinte dans une enquête en sciences sociales, il est néanmoins possible d'en atténuer les effets indésirables en utilisant des procédures d'évaluation, de recoupements et de contrôles a posteriori.

9Tout comptage lexical pose d'emblée la question cruciale de savoir à partir de quel degré de variation de forme on passe d'un lexème à deux lexèmes : esan (partie occidentale du Pays Basque) et erran (partie orientale du Pays Basque), qui ont tous deux le sens de ‘dire’ (EAEL, n° 2), sont-ils un seul et même « mot » ou deux « mots » ? ; arrats et arratsalde, ‘soir’ (EAEL, n° 541), sont-ils un seul et même « mot » ou deux « mots » ? La solution retenue ici pour démarquer les différentes formes de lexèmes-cibles a été la suivante :

  • lorsque la différence entre deux formes se situait au seul niveau du phonème, il a été considéré que l'on était en présence d'un mot unique (esan et erran ‘ dire’= un mot) ;

    • 1  arrats ‘soir’ + alde ‘côté, partie’
    • 2  josi ‘coudre’ + orratz ‘aiguille’.

    lorsqu'elle se situait au niveau du morphème, il a été considéré que l'on avait affaire à deux mots (arrats et arratsalde1 ‘soir’ = deux mots ; orratz et jostorratz2 ‘ aiguille’ = deux mots).

10Si l'on considérait en effet qu'esan et erran étaient deux unités lexicales distinctes, on se heurterait à une double difficulté. À supposer que l'on ait déterminé une empreinte phonologique des citations des locuteurs (ce qui n'a pas été le cas d'EAEL), on amplifierait de la sorte la dispersion lexicale de manière exagérée tant du point de vue de la gestion des données que de celle de la logique de la langue. Même s'il est très utile au plan de la phonologie de la langue de connaître les diverses réalisations d'une même unité lexicale, il n'est pas pertinent de considérer comme unités lexicales distinctes des termes tels qu'/esan/et/eran/‘dire’ ou/t∫akur/et/sakur/‘chien’. A contrario, si l'on considérait qu'arrats et arratsalde étaient un seul et même mot, il nous faudrait alors considérer, en raison de la présence d'une même base, que des lexèmes tels que behatz et atzamar (‘doigt’) sont un seul et même mot, de même qu'ilargi et argizagi (‘lune’) ou emakume et emazteki (‘femme’), etc. Une telle approche serait au contraire trop englobante et finalement incompatible avec la démarche lexico-statistique suivie ici.

11Comme nous le verrons plus loin, il est très important de souligner que la notion d'intercompréhension n'entre pas directement en jeu dans la définition qui vient d'être donnée de l'unité lexicale.

12Ce point de définition acquis, on peut établir des statistiques lexicales selon deux parcours :

  • en partant des lexèmes-sources (parcours onomasiologique) et en établissant des corrélations avec les lexèmes-cibles (combien de lexèmes-sources ont-ils généré un seul et même lexème-cible ?, combien ont-ils généré deux lexèmes-cibles ?, etc.) ;

  • en partant des lexèmes-cibles (parcours sémasiologique) et en observant leurs formes et leurs sens (combien de monosèmes, combien de polysèmes ayant une seule et même acception principale, combien de polysèmes ayant au moins deux acceptions principales ?, etc.).

1/ présentation générale des données

11/ Point de départ : les lexèmes-sources3

  • 3  On gardera à l'esprit qu'en réalité les informateurs n'ont pas été mis en présence d'une idée (ou (...)

13La figure suivante rapporte le total des lexèmes-sources (508) au total des lexèmes-cibles (1102) recensés dans l'étude. Un lexème-source a généré 2,2 lexèmes-cibles en moyenne.

Histogramme 1 - Un lexème-source a généré 2,2 lexèmes-cibles en moyenne.

Histogramme 1 - Un lexème-source a généré 2,2 lexèmes-cibles en moyenne.

14L'histogramme suivant représente la dispersion des réponses données.

Histogramme 2 - Pourcentages de lexèmes-sources ayant généré 1, 2, 3, etc. lexèmes-cibles.

Histogramme 2 - Pourcentages de lexèmes-sources ayant généré 1, 2, 3, etc. lexèmes-cibles.

15Lecture du tableau :

    • 4  Cela signifie concrètement que si l'on feuillette EAEL, on trouvera en moyenne près d'une page sur (...)

    46 % des lexèmes-sources ont généré une seule et même réponse de la part de tous les informateurs (‘abeille’ → erle)4 ;

  • 23 % des lexèmes-sources ont généré deux lexèmes-cibles (‘naître’ → jaio et sortu) ;

  • 15 % des lexèmes-sources ont généré trois lexèmes-cibles (‘doigt’ → behatz, eri et atzamar) ;

  • 9 % des lexèmes-sources ont généré quatre lexèmes-cibles (‘rivière’ → erre-ka, ibai, ugalde et ühaitz) ;

  • 5 % des lexèmes-sources ont généré cinq lexèmes-cibles ('arriver' → heldu, ailegatu, etorri, jin et iritsi) ;

  • 2 % des lexèmes-sources ont généré six lexèmes-cibles (‘arc-en-ciel’ → ortzadar, Jainkoan posa, Erromako zubi, San Migelen zubi, arkoiris et ustruke) ;

  • 1 % des lexèmes-sources a généré plus de six lexèmes-cibles (‘rapidité’ → azkar (tasun), arin (tasun), bizkor (tasun), zale (tasun), presa (ka), fite, agudo).

16Peut-on en déduire que tous les bascophones ont un même lexique en commun pour exprimer environ la moitié des « concepts » de base (parcours onomasiologique) ?

17La réponse à cette question me semble devoir être positive, sous réserve des précisions suivantes :

    • 5  Mais comme j'ai pu le tester, une différence se situant au seul niveau du phonème peut empêcher la (...)

    l'homogénéité/dispersion lexicale dépend de la manière dont on définit la limite où, malgré des ressemblances, on va estimer qu'un mot n'est plus un seul mot mais deux mots. Comme précisé plus haut, j'ai considéré que lorsque la différence se situait au niveau du phonème, on était en présence d'un seul et même mot (esan et erran ‘dire’ = un mot5) alors que lorsqu'elle se situait au niveau du morphème, on avait affaire à deux mots (atzamar et behatz ‘ doigt’ = deux mots la dispersion lexicale dépend de phénomènes liés aux conditions d'administration des questionnaires. Comme on l'a vu, l'utilisation de deux langues-sources a vraisemblablement joué dans le sens de l'accentuation des différences ;

  • la dispersion dialectale telle qu'elle est mesurée est indépendante du nombre de locuteurs. À côté d'un mot connu par la majorité des locuteurs (eguzki ‘ soleil’ et ses variantes phonologiques représentent 99 % des locuteurs), un mot ayant le même sens peut n'être connu que par une minorité de locuteurs (ekhi : 1 % des locuteurs). Cela suffit pour considérer le mot connu par la majorité des locuteurs (eguzki) comme ne faisant pas partie du lexique commun à tous les bascophones.

  • le lexique testé par EAEL est un lexique de base. Il est probable que l'hétérogénéité y soit moins sensible que si l'on abordait des champs sémantiques plus spécialisés.

18Si l'on s'accorde sur ces principes et en se basant sur l'enquête d'EAEL, on peut sans doute admettre que la moitié des « concepts de base » s'exprime au moyen d'un lexique commun à tous les locuteurs (‘chien’ se signale partout, malgré des variantes phonologiques, par le même lexème :/t∫akur/, /sakur/, /tsakør/, /∫akur/.

12/ Point de départ : les lexèmes-cibles

121. Distribution géographique et sémantique des lexèmes-cibles

19Le tableau suivant présente un échantillon des 1102 lexèmes-cibles recueillis par EAEL en les organisant selon qu'ils sont connus partout ou connus en certains lieux seulement de l'aire bascophone, et selon qu'ils sont monosémiques (lexèmes n'ayant qu'une seule acception) ou polysémiques (lexèmes en ayant plusieurs).

Tableau 1 - Distribution théorique des lexèmes selon la zone d'utilisation et le type de sens.

Tableau 1 - Distribution théorique des lexèmes selon la zone d'utilisation et le type de sens.

20anaia : ‘frère’ (G, N, L, BN, S) et ‘frère d'un homme’ (A, B).
argizagi : ‘lune’ (S) et ‘astre’ (en certains endroits).
arotz : ‘charpentier’ (A, B, G) et ‘forgeron’ (N, L, BN, S).
behatz : ‘ongle’ (L, BN), ‘doigt’ (G, N), ‘pouce’ (S), ailleurs : ‘doigt de pied’. Lexème très intéressant puisqu'il comporte au moins quatre acceptions principales distinctes (‘ongle’, ‘doigt’, ‘pouce’ et ‘doigt de pied’).
ekhi : ‘soleil’ (S).
eltxo : ‘moustique’ (A, B, G, N, S) et ‘moucheron’ (S [moustique = mus/ztika]). Eltxo n'est pas signalé en L (où l'on trouve mus/ztika et sistuli) et BN (où seul mus/ztika est signalé). Cela veut-il dire que ce terme y est inconnu auquel cas eltxo devrait se trouver dans la ligne Connus en certains lieux ? Remarquons qu'eltxo ‘moustique’ est présent aux deux franges extrêmes de l'espace bascophone (A, B et S).
eman : ‘donner’ (partout).
erdi : ‘moitié’ (partout) et ‘accoucher’ (N).
erle : ‘abeille’ (partout).
etorri : ‘venir’ (A, B, G, N).
gaixo : ‘malade’ (A, B, G, N) et ‘pauvre, malheureux’ (N, L, BN, S [malade = eri]).
galtza : ‘pantalon’ (G, N, L, BN) et ‘chaussette’ (S [pantalon = zaragoila]). Galtza est-il connu partout auquel cas ce terme devrait se trouver dans la ligne Connus partout ?
gaur : ‘aujourd'hui’ (A, B, G, N) et ‘ce soir’ (N, BN, L, S [aujourd'hui = egun]).
hagin : ‘molaire’ (G, N, L, BN, S) et ‘dent’ (A, B).
heldu : ‘arriver’ (A, B, S) et ‘venir’ (N, L, BN).
hodei : ‘nuage’ (présent dans tous les dialectes) et ‘tonnerre’ (en quelques endroits : A, B, G, N).
hondar : ‘sable’ et ‘reste’ (partout). En Soule, sable se dit harina, hondar étant monosémique avec le sens de ‘reste’.
idi : ‘bœuf’.
izeko : ‘tante’.
izter : ‘cuisse’ (dans tous les dialectes sauf dans quelques endroits, notamment en Soule), ‘jambe’ (A, B, N) et ‘quartier de fruit’ (S [cuisse = azpi).
joan : ‘aller’ (partout).
laino : ‘brume, brouillard’ (S) et ‘nuage’ (Pays Basque Sud). (Voir aussi behe-laino ‘brouillard, brume’ en Biscaye.)
lepo : ‘cou’ (G, N, L, BN, S) et ‘dos’ (A, B [cou = sama]).
neba : ‘frère d'une femme’.
oihan : ‘forêt, bois’ (L, BN, S), ‘brousse, lande’ et ‘montagne’ (N). (Oihan est-il connu partout auquel cas ce terme devrait se trouver dans la ligne Connus partout ?)
urte : ‘année’.
zuhain : ‘fourrage’ (L, BN) et ‘arbre’ (S).

21Le tableau suivant propose, en valeur absolue et en pourcentages, une répartition des 1102 lexèmes-cibles recueillis par EAEL selon la zone d'utilisation (connus partout/connus en certains lieux) et le type de sens (monosèmes/polysèmes).

Tableau 2 - Distribution statistique des lexèmes selon la zone d'utilisation et le type de sens.

Tableau 2 - Distribution statistique des lexèmes selon la zone d'utilisation et le type de sens.

22Méthode de comptage :
Connus partout : total des lexèmes-cibles signalés dans tous les dialectes en réponse à un seul et même lexème-source (erle ‘abeille’ est connu sur tout l'espace bascophone).
Connus en certains lieux : total des lexèmes-cibles signalés en concurrence avec au moins un second géosynonyme en réponse à un même lexème-source (‘chauve-souris’ se dit saguzar en certains endroits et gauenara dans d'autres).
Monosèmes : je retiens un taux de monosémie de 15 %.

23Polysèmes ayant une seule et même acception principale : total des lexèmes-cibles qui ne sont considérés ni comme des monosèmes ni comme des polysèmes ayant au moins deux acceptions principales.
Polysèmes ayant au moins deux acceptions principales : 13 lexèmes-cibles ont à première vue été identifiés comme tels dans l'exploitation d'EAEL pour ce qui est des lexèmes-cibles connus partout. Ce qui donne un pourcentage de 13/280 = 4,6 %. Je considère que 5 % des lexèmes-cibles connus partout sont des polysèmes ayant au moins deux acceptions principales. La même proportion est appliquée aux polysèmes connus en certains lieux.

122/ Géosynonymes ayant/n'ayant pas de morphème en commun

24Les géosynonymes (lexèmes-cibles distincts selon les régions mais ayant le même sens) peuvent se répartir en deux catégories :

  • les géosynonymes qui n'ont aucun morphème en commun (eri et gaixo ‘ malade’) ;

  • les géosynonymes qui ont au moins un morphème en commun (behatz et atzamar ‘doigt’).

Tableau 3 Géosynonymes ayant/n'ayant pas de morphème en commun : aperçu.

Tableau 3 Géosynonymes ayant/n'ayant pas de morphème en commun : aperçu.

Histogramme 3 - Parts respectives des deux types de géosynonymes (sondage à partir d'EAEL).

Histogramme 3 - Parts respectives des deux types de géosynonymes (sondage à partir d'EAEL).

barre claire : géosynonymes ayant au moins un morphème en commun
barre foncée : géosynonymes ayant pas de morphème en commun

123/ Dispersion dialectale et catégories grammaticales

25Les lexèmes-cibles peuvent être répartis en groupes :
1er groupe : un lexème-source a généré une même réponse de la part de tous les informateurs (1 lexème-source = 1 lexème-cible) ;
2e gr. : un lexème-source a généré deux réponses (1 lexème-source = 2 lexèmes-cibles) ;
3e gr. : un lexème-source a généré trois réponses ( 1 lexème-source = 3 lexèmes-cibles) ;
4e gr. : un lexème-source a généré quatre réponses (1 lexème-source = 4 lexèmes-cibles) ;
5e gr. : un lexème-source a généré cinq réponses ( 1 lexème-source = 5 lexèmes-cibles).

  • 6  Sous réserve des variations phonologiques dont nous avons parlé.
  • 7  Pour l'élaboration de ce graphique, seul le lexique exclusivement autochtone (hors latino-romanism (...)

26Le 1er groupe comprend le vocabulaire commun (forme/sens) à tous les bascophones6. Les autres groupes révèlent une dispersion dialectale croissante. Le graphique ci-dessous indique le pourcentage que représente chaque catégorie grammaticale à l'intérieur de chaque groupe7. Le but est de déterminer si certaines catégories grammaticales contribuent davantage que d'autres à la dispersion dialectale.

Graphique 1 - Lexèmes par catégorie grammaticale et dispersion (EAEL).

Graphique 1 - Lexèmes par catégorie grammaticale et dispersion (EAEL).

27On observe que si la courbe des substantifs est stable et celles des adjectifs et adverbes descendantes, seule celle des verbes est ascendante. On peut semble-t-il en déduire que les verbes participent relativement davantage à la dispersion dialectale. Pourquoi ?

28Observons l'exemple suivant :

Histogramme 4 - « il vient/viene » (EAEL, question n° 26).

Histogramme 4 - « il vient/viene » (EAEL, question n° 26).
  • etorri est utilisé à l'ouest et disparaît progressivement en allant vers l'est (ce terme est inconnu au Pays Basque Nord de ceux qui n'ont pas de pratique interdialectale) ;

    • 8  Dans les communes proches du domaine bas-navarrais.

    heldu est utilisé en Labourd et Basse-Navarre et, dans une moindre mesure, en Navarre, Soule8 et Guipuzcoa ;

  • jin est utilisé en Soule et quelque peu en Navarre (en Pays Basque Sud, ce terme est inconnu de ceux qui n'ont pas de pratique interdialectale, sauf dans quelques zones limitrophes du nord).

29Si etorri est connu à l'ouest et inconnu à l'est, jin est connu à l'est et inconnu à l'ouest. Heldu, en revanche, est connu partout mais avec deux acceptions principales distinctes quoique proches (‘venir’ et ‘arriver’).

30Une observation d'ordre morphosyntaxique s'impose ici. En Alava, Biscaye et Guipuzcoa, presque tous les informateurs ont répondu « (ba)dator », utilisant la forme synthétique du verbe etorri. En Navarre et Pays Basque Nord, en revanche, on trouve des formes périphrastiques telles que « heldu da » ou « jiten da ». Apparaît ici une dichotomie bien connue entre Pays Basque Sud et Pays Basque Nord quant à l'usage des formes verbales. Même si la perte de terrain des formes synthétiques au profit des formes péri-phrastiques est, à date historique, un phénomène général à tout l'espace bascophone, on sait que les premières ont mieux résisté dans les dialectes de l'Ouest. A la différence lexicale (etorri/heldu/jin) se surajoute donc une différence morphosyntaxique (forme synthétique/forme périphrastique).

31On peut ici faire l'hypothèse que la dispersion dialectale des formes verbales a été accentuée par la combinaison de plusieurs événements qui ont sélectivement affecté la morphologie verbale à date historique. Le principal de ces événements étant la perte de terrain des formes synthétiques au profit des formes périphrastiques, événement lié à la diffusion d'une conjugaison composée à l'instar de ce qui s'est passé dans les langues romanes.

  • 9  Michelena, 1964 [1988 : 5]. Les remarques suivantes, qui concernent la bascule du passé simple au (...)

Así, por ejemplo, las formas fuertes, sintéticas del verbo no han cesado de perder terreno ante las formaciones perifrásticas ; el pasado se ha convertido en un ‘imperfecto’ perdiendo el valor aorístico que en otros tiempos podía tener (vizc. ant. neuca ‘tenía lo (yo)’, pero nentorre ‘vine’, engarren ‘te traxo’, etc.) De una manera general, no parece aventurado pensar que la formación de tiempos compuestos es en vasco un fenómeno paralelo al que se observa en tantas lenguas de Europa occidental, pero no solo en esa área, y por tanto relativamente reciente, aunque prehistórico, en el sentido lingüístico de la palabra9.

  • 10  Azkarate et Altuna, 2001 : 152.

32Cela a conduit à proposer l'hypothèse que le système verbal protobasque n'aurait connu que des formes synthétiques10. Deux autres phénomènes ont certainement joué un certain rôle dans la dispersion des formes verbales dialectales : l'introduction des formes respectueuses de vouvoiement au début du Moyen Âge (ou même certainement avant) et la régression de l'usage des formes allocutives de familiarité.

33Prenons un exemple de verbe aujourd'hui exclusivement périphrastique et observons les modalités de la dispersion dialectale.

Histogramme 5 - « il nage/il a nagé – nada/ha nadado » (EAEL, question n° 315).

Histogramme 5 - « il nage/il a nagé – nada/ha nadado » (EAEL, question n° 315).
  • 11  On trouve, notamment en Navarre, une grande dispersion : iregin, igerikan ibili, igeri, etc.
  • 12  B. Oyharçabal, in Orpustan, 1996 : 119.

34On constate que la même racine est omniprésente mais que la morphologie du syntagme verbal varie sensiblement11. Dans un cas, le verbe inergatif est exprimé par une structure de type ergatif [NOM + egin] : ugerligeri egin ‘nager’ (littéralement ‘faire nage’)12. Dans un autre, on a une structure intransitive constituée sur le type [NOM + -ka (suffixe générateur d'action) + -n ‘inessif’ (non systématique) + ari (particule signalant l'action en train de se dérouler)] : igerika(n) ari ‘nager’ (littéralement ‘être en train [dans] la manière de la nage’). La troisième forme (Soule) comporte le suffixe générateur d'action -ka et le suffixe aspectuel -tu.

  • 13  Mes informateurs de Soule me précisent qu'igeriskan ari est également répandu en Soule et préféré (...)

35Un trait général à peu près constant se dégage à travers les parlers : malgré l'existence d'une forme commune, igeri, rendant l'idée de nage, il n'existe pratiquement pas de verbe dérivé, et on utilise soit des verbes tel qu'egin ou ari izan, soit des verbes de mouvement comme ibili ou joan. La structure non dérivée représente 99 % des citations (estimation globale pondérée), la structure dérivée 1 %13. Il semble que tous les verbes de déplacement obéissent à cette règle morphosyntaxique (lasterka ibili, arineketan egin/joan, korrika egin, etc.)

2/ Commentaire

21/ Les polysèmes ayant au moins deux acceptions principales

36‘Nuage’ : l'équivalent de ‘nuage’ dans EAEL est laino pour deux bascophones sur trois et hodei pour un bascophone sur trois. Les deux termes sont signalés dans des proportions variables dans tous les dialectes à l'exception de la Soule où seul hodei est cité (laino y signifie ‘brume’, ‘brouillard’). Comme le suggère l'histogramme suivant, le Guipuscoa et la Navarre sont le foyer où hodei perd le plus de terrain (hodei n'y est signalé que par respectivement 20 et 11 % des informateurs), l'influence s'étendant au bas-navarrais (29 % des informateurs). Aux franges de l'espace bascophone, hodei résiste mieux (42 % des informateurs en Biscaye [edoi par méta-thèse], 78 % en Labourd et 100 % en Soule). À noter que parmi les informateurs qui ont cité laino avec le sens de ‘nuage’, sept d'entre eux ont cité hodei avec le sens de ‘tonnerre’ : hodei rentre donc dans la catégorie des polysèmes ayant au moins deux acceptions principales. Sur la base de ces observations, on est tenté de proposer que le sémantisme profond d'hodei renvoie au nuage de pluie ou d'orage (types nimbostratus ou cumulonimbus) alors que celui de laino vise le nuage bas non pluvieux (type stratus).

  • 14  La répartition des lexèmes-cibles se fait sur une base de 100 % à l'intérieur de chaque dialecte. (...)

Histogramme 6 - Appellation du ‘nuage’ au Pays Basque (EAEL, question n° 228)14.

Histogramme 6 - Appellation du ‘nuage’ au Pays Basque (EAEL, question n° 228)14.

Histogramme 6 bis - Le ‘nuage’ en basque : estimation globale pondérée.

Histogramme 6 bis - Le ‘nuage’ en basque : estimation globale pondérée.

37On a bien la confirmation que les polysèmes ayant au moins deux acceptions principales distinctes sont révélateurs d'un mouvement de la langue. On peut à ce stade tenter de tracer une première allure de ce mouvement :

    • 15  En certains endroits.

    une extension sémantique provoque un abandon lexical (laino prend le sens de ‘nuage’ et fait « disparaître » hodei15) ;

    • 16  En certains endroits.

    une extension sémantique provoque un déplacement lexical (face à laino qui étend son périmètre sémantique, hodei cède le sens de ‘nuage’ et prend celui de ‘tonnerre’16).

38Si l'on isole une période de temps donnée de la langue, on observera qu'une partie du lexique est toujours en mouvement. Des mots changent de sens, des mots nouveaux sont créés (par composition, dérivation, emprunt), des mots sont « poussés » à prendre d'autres acceptions, des mots sont abandonnés. La polysémie joue dans ces processus un rôle capital car hormis les changements qui s'opèrent par création ou emprunt, c'est dans le stock de mots existants que le changement va puiser ses ressources, accentuant de ce fait le phénomène polysémique (plus un mot est polysémique, plus ce mot a des chances d'être ancien). Dans le même temps, une autre partie du lexique de la langue n'est pas affectée par le phénomène du changement. La question cruciale qui se pose alors est de savoir pourquoi, au cours d'une période donnée, le changement affecte certains lexèmes et en épargne d'autres.

  • 17  Sapir, 1968 : 33.

L'apparition de traits ou de rapports culturels d'un type nouveau rend souvent nécessaire un enrichissement des ressources de la langue, mais cet enrichissement n'est jamais un processus d'addition arbitraire par lequel quelque chose de nouveau viendrait s'adjoindre aux éléments de contenu ou de forme déjà existants. Il s'agit seulement d'une extension dans l'application de principes déjà utilisés ou même, bien souvent, d'un simple élargissement métaphorique de significations ou de termes anciens17.

22/ Les « faux amis »

39Les polysèmes que nous venons d'étudier sont communément qualifiés de faux amis. Il s'agit de mots qui se correspondent par l'étymologie et par la forme, d'un dialecte à l'autre ou d'une langue à l'autre, mais qui ont évolué au sein d'environnements distincts et ont de ce fait pris des sens différents. Les polysèmes ayant au moins deux acceptions principales distinctes (voir tableau 1) ne sont pas une originalité de la langue basque mais un phénomène linguistique général qui s'observe, à des degrés divers, partout.

40On trouve ainsi des faux amis entre le français de France et le français de Belgique : déjeuner veut dire ‘prendre le repas de midi’ en France mais ‘prendre le petit déjeuner’ en Belgique ; dîner veut dire ‘prendre le repas du soir’ en France mais ‘prendre le repas de midi’ en Belgique ; sonner veut dire ‘faire retentir une sonnerie’ en France mais ‘téléphoner’ en Belgique ; cru veut dire ‘non cuit’ en France mais ‘froid et humide’ en Belgique.

  • 18  Entre autres, B. Pottier dans Encyclopœdia Universalis, article « Espagne ».

41On trouve aussi de nombreux faux amis entre l'espagnol d'Europe et l'espagnol d'Amérique : baño veut dire ‘bain’ en Espagne mais ‘toilettes’ au Mexique ; camión veut dire ‘camion’ en Espagne mais ‘autobus’ au Mexique ; cena veut dire ‘dîner’ en Espagne mais ‘repas de midi’ en Colombie ; clavo veut dire ‘argent’ au Texas mais ‘ennui’ au Mexique et ‘farce’ en Argentine ; comida ‘le repas de midi’ en Espagne mais ‘dîner’ en Colombie ; cuadra ‘écurie’ en Espagne mais ‘pâté de maison’ en Amérique latine ; llanta ‘jante’ à Caracas mais ‘pneu’ à Bogota ; coger ‘prendre’ en Espagne mais a une connotation obscène en Amérique latine18, etc.

42La moitié environ du lexique anglais est d'origine française : il existe de ce fait de nombrreux faux amis entre ces deux langues dont je cite ici quelques exemples pour leur homologie avec le basque.

Tableau 4 - Les « faux amis » : exemples.

Tableau 4 - Les « faux amis » : exemples.

43Si les faux amis sont une réalité linguistique courante, ils signalent néanmoins un découplage forme/sens et témoignent donc d'une tendance à la divergence. Dans ce contexte, si la distance géographique est, entre autres, l'un des facteurs favorables à leur apparition, on remarquera que le phénomène s'observe en basque sur une bande territoriale réduite (170 kilomètres d'est en ouest, une soixantaine de kilomètres du nord au sud).

23/ Une même réalité observée sous deux angles

44Le présent travail est exploratoire et n'a pour ambition que de signaler des tendances. Il est néanmoins important de bien préciser une question de méthode. Tout comptage lexical peut se faire à partir de deux points de vue distincts mais complémentaires.
1/ Dans le commentaire de l'histogramme 2, il est proposé qu'en se basant sur l'enquête d'EAEL on pouvait conclure que 46 % des « concepts de base » s'exprimaient en basque au moyen d'un vocabulaire commun à tous les locuteurs.
2/ Le tableau 2 indique quant à lui que 25 % des lexèmes de la langue de base sont connus sur tout l'espace bascophone.

45Ces proportions tentent de cerner, d'une part, ce qui dans la langue est en commun et échappe à la variation dialectale et, d'autre part, ce qui diverge. Mais les angles d'observation adoptés sont différents. Dans le premier cas le point de départ à partir duquel le chiffrage est effectué est les lexèmes-sources testés par EAEL, c'est-à-dire, si l'on veut, les « concepts de base » de la langue (onomasiologie). Dans le second cas, le point de départ est les lexèmes-cibles recueillis par EAEL, tous dialectes confondus, c'est-à-dire le lexique de la langue (sémasiologie).

  • 19  Picoche, 1992 [1er éd. 1977] : 45-46

46Pour saisir cette double perspective, il est important ici de bien dissocier les notions de vocabulaire et de lexique :19

  • le vocabulaire est l'ensemble des mots connus et susceptibles d'être utilisés par un locuteur donné ;

  • le lexique est l'ensemble des mots que compte une langue (on parle aussi de dictionnaire de la langue).

  • 20  B. de Boysson-Bardies, 2003, Le langage, qu'est-ce que c'est ?, Paris, Odile Jacob, p. 91.

47Le total du vocabulaire est forcément inférieur à celui du lexique. En français, des études par sondages de pages de dictionnaire montrent que des personnes normalement informées disposent d'un vocabulaire de production de 30 000 à 40 000 mots et d'un vocabulaire de réception atteignant 60 000 mots. À titre indicatif, le Grand Robert de la langue française donne 80 000 entrées lexicales20. S. Pinker donne des chiffres comparables pour l'anglo-américain : l'Américain moyen diplômé du secondaire connaîtrait 45 000 mots (1999 : 148). Il en va de même en basque : tout locuteur connaîtra forcément moins de mots que la langue n'en compte, ce d'autant plus que le fait dialectal accroît très fortement le nombre de mots.

  • 21  Encore une fois, ce vocabulaire commun ne sera pas forcément toujours intercompréhensible en raiso (...)

48Ceci nous amène à un double constat :
1/ Optique vocabulaire : Tout bascophone aura, en situation d'interlocution, un nombre variable de lexèmes en commun avec son interlocuteur. Dans l'hypothèse d'une conversation de base, et si l'on admet que les lexèmes-sources testés par EAEL représentent ce vocabulaire de base, la proportion du vocabulaire en commun sera au maximum de 100 % (locuteurs appartenant à un même dialecte ou sous-dialecte) et diminuera progressivement à mesure que croîtra l'« éloignement » dialectal pour atteindre une proportion plancher théorique d'environ 50 % de lexèmes en commun (locuteurs appartenant à des dialectes « éloignés » et n'ayant en commun aucun géosynonyme)21.
2/ Optique lexique : Tout bascophone :

  • connaîtra les lexèmes-cibles connus partout (environ 25 % du lexique) ;

  • connaîtra, dans la catégorie des lexèmes-cibles connus en certains lieux (géosynonymes), ceux qui appartiennent à son propre dialecte (environ 20 % du lexique) ;

    • 22  J'ai validé la synthèse de l'enquête d'EAEL avec une informatrice de Soule appartenant à la même g (...)

    ne connaîtra pas (sauf s'il a une pratique ou des connaissances interdialectales) les géosynonymes n'appartenant pas à son dialecte22 (environ 55 % du lexique).

49En effet, si les locuteurs d'un même dialecte ou sous-dialecte disposent d'une même forme pour désigner l'arc-en-ciel, aucun bascophone ne connaîtra spontanément toutes les autres formes par lesquelles celui-ci se signale dans les autres dialectes : ortzadar, Jainkoan paxa, Erromako zubi, San Migelen zubi, arkoiris, ustruke (EAEL, n° 548).

  • 23  Voir l'introduction d'EHHA.

50Ces données fournissent en première approche une base statistique à la question du degré variable d'intercompréhension entre bascophones23. Tous les degrés intermédiaires peuvent en effet se rencontrer entre les deux bornes que sont l'intercompréhension totale et l'absence d'intercompréhension (il va de soi qu'il ne peut y avoir intercompréhension entre deux locuteurs n'ayant en commun que 50 % de mots). Même s'il ne faut pas réduire cette question à une problématique exclusivement lexicale (la phonologie et la syntaxe jouent bien sûr un rôle tout aussi capital), J. Picoche pose on ne peut plus clairement les enjeux lexicaux de l'intercompréhension :

  • 24  Picoche, 1992 [1re éd. 1977] : 47.

La compréhension entre un locuteur X et un locuteur Y, qu'il s'agisse d'un véritable dialogue ou du décodage par X d'un monologue oral ou écrit de Y, exige donc que les mots - forcément actifs - utilisés par Y fassent partie du vocabulaire au moins passif de X, et, en cas de dialogue, vice versa, l'intercompréhension sera d'autant meilleure que les mots utilisés par X et Y seront des mots actifs pour chacun d'eux ; d'autant plus médiocre que les mots actifs de l'un seront des mots passifs pour l'autre ; d'autant plus mauvaise qu'un plus grand nombre des mots actifs de l'un seront des mots inconnus de l'autre24.

24/ Convergence ou divergence ?

51Tout travail de reconstruction repose sur le postulat que l'hétérogénéité actuelle fait suite à une homogénéité passée. Comparer des unités lexicales distinctes en cherchant à leur assigner une forme ancienne uniforme ne peut se faire que si la langue a évolué dans le sens de la divergence, non de la convergence. Le constat de la diversité dialectale contemporaine (qui ne saurait occulter le caractère incontestablement unique de la langue) conduit donc à postuler l'existence d'une forme de langue plus homogène dans le passé :

  • 25  Michelena, in Haritschelhar, 1983 : 260.

Nous pourrions nous aventurer à dire qu'à une époque pas très lointaine de la préhistoire de la langue, a existé parmi nous une koinè assez unitaire, dont les dialectes basques historiques sont sortis. Dire qu'il y a eu koinè est une autre manière de dire qu'il a dû y avoir une espèce d'unité supra-régionale qui contribua à étendre un type de langue en effaçant de nombreux particularismes antérieurs25.

  • 26  1re période (diversité initiale des dialectes). – 2000 à – 350 ans av. J.-C. La Grèce connaît une (...)

52Le pluralisme dialectal actuel résulterait donc d'évolutions divergentes à partir d'une forme passée assez unitaire, celle-ci étant elle-même la forme réunifiée de formes antérieures diverses. On aurait donc eu selon ce scénario trois séquences : hétérogénéité contemporaine (étape 3) < forme réunifiée « assez unitaire » (étape 2) < hétérogénéité initiale (étape 1). Si un tel scénario est plausible, il ne peut s'expliquer que par des causes socio-historiques ; chacune des trois étapes trouvant son origine dans des conditions socio-historiques centrifuges (étapes 3 et 1) ou centripètes (étape 2). Un tel phénomène s'est par exemple produit en grec où on sait que plusieurs séquences socio-historiques précises se sont succédé, faisant alterner des périodes d'uniformisation et des périodes de diversification des usages linguistiques26.

  • 27  Michelena, in Haritschelhar, 1983 : 260.

53N'acceptant pas sans réserves que le biscayen soit si différent des autres dialectes, L. Michelena explique l'originalité actuelle de ce dialecte par une causalité de type historique : « un mouvement d'expansion, dans une direction ou dans une autre, a mis en contact des variétés préalablement distantes l'une de l'autre, effaçant ou recouvrant des parlers de transition27 ».

  • 28  Meillet, 1982 : 61-75.

54En montrant qu'elles se complètent, il me semble intéressant de mettre en parallèle des observations de L. Michelena (qui se situent au plan phonologique), celles faites par A. Meillet (qui se situent au plan syntaxique) dans un article relatif aux dialectes indo-européens et intitulé « Convergence des développements linguistiques28 ». Dans cet article, A. Meillet montre qu'entre l'indo-européen et des langues qui en découlent comme le français, l'anglais, le persan, il y a des différences de détail infinies. On ne reconnaît pas au premier abord l'unité d'origine dans ces formes indo-européennes contemporaines. Mais ces langues manifestent cependant des concordances frappantes dans leur structure générale. Le latin ancien conservait exactement un état de choses indo-européen quand il disait domus patris (ou patris domus). Ce syntagme se traduit par la maison du père (français), the house of the father (anglais), mân i pidar (persan). Ces trois syntagmes se distinguent du syntagme indo-européen par deux traits essentiels : d'une part, l'ordre des mots y est fixe (alors qu'il était libre en latin ancien), indiquant ainsi que le second nom est le complément du premier ; de l'autre, la forme du complément est la même que celle que l'on utiliserait en position de sujet (alors qu'on a deux formes distinctes en latin : pater sujet et patris complément). Le français, l'anglais et le persan ont donc adopté un même changement de structure par rapport à l'indo-européen dont ils découlent.

  • 29  Meillet, ibid. : 73.

Si les mêmes conditions se rencontrent, les langues se développent non seulement en un même sens, mais aussi de la même manière dans le détail matériel des formes. Les mêmes innovations se produisent donc indépendamment chez des individus différents pourvu qu'ils soient placés dans les mêmes conditions. Ceci ne prouve naturellement pas que les changements naissent spontanément chez chacun des sujets, et qu'il n'y ait pas, en une plus ou moins large mesure, imitation d'un sujet par un autre ; mais il en résulte au moins qu'ils sont susceptibles de naître indépendamment chez plusieurs sujets, et souvent même chez beaucoup de sujets29.

  • 30  Les spécialistes sont d'accord pour dire que ce suffixe a été emprunté au latin. Tous ont souligné (...)

55Il semble donc que toute langue soit simultanément et constamment traversée par des mouvements contraires de divergence et de convergence. Lorsque à certaines époques de la langue le balancier penche davantage dans un sens plutôt que dans l'autre, c'est pour des raisons socio-historiques doublées de phénomènes d'évolution interne de la langue. La langue basque ne doit pas échapper à cette règle. Ainsi, à l'époque où le suffixe aspectuel -tu s'est répandu30, facilitant ainsi la diffusion à tous les dialectes des formes verbales périphrastiques, on a assisté à un mouvement général de la langue (les verbes périphrastiques sont désormais majoritaires dans tous les dialectes). Cependant, ce changement convergent s'est réalisé à un rythme variable selon les parlers. On sait en effet que la perte de terrain des formes synthétiques au profit des formes périphrastiques a été moins marquée au Pays Basque Sud qu'au Pays Basque Nord. Le résultat est donc aujourd'hui un état contrasté de la langue de ce point de vue-là (du type de celui que l'on observe entre espagnol d'Europe et espagnol d'Amérique latine, celui-ci ayant conservé de manière beaucoup plus prononcée l'usage des formes verbales synthétiques, dans l'expression du passé, que celui-là).

56Il semble qu'il y ait quelque chose à gagner pour comprendre l'essor des formes verbales périphrastiques en basque à replacer leur évolution dans un contexte géolinguistique plus large. Certaines évolutions parallèles de la morphosyntaxe des langues d'Europe occidentale doivent en effet ici être soulignées.

57La forme périphrastique est documentée en basque dès le 10e siècle (dans les fameuses Gloses de San Millán) et n'a cessé de se développer depuis lors. Les verbes intransitifs se conjuguent avec les formes auxiliaires intransitives izan/*edin et les verbes transitifs avec les formes auxiliaires transitives *edun/*ezan.

  • 31  Tritter J.-L., 1999, Histoire de la langue française, Ellipses, Paris, p. 60.

58L'apparition de la forme périphrastique dans les langues romanes est contemporaine de leur naissance, à la suite de leur séparation d'avec le latin vulgaire, durant la deuxième moitié du premier millénaire de l'ère moderne (il n'existait pas en latin de forme périphrastique, hormis dans l'expression du passif). En français, la plupart des verbes se conjuguent aujourd'hui avec l'auxiliaire transitif avoir (j'ai marché, j'ai parlé, j'ai vu) alors que l'auxiliaire intransitif être continue d'être utilisé, notamment avec des verbes intransitifs de mouvement (je suis allé, je suis venu, je suis monté). Un fait très important doit ici être souligné : l'auxiliaire être a eu, en français, à date historique, une place plus importante que celle qu'il a aujourd'hui. En effet, des verbes intransitifs tels que broncher, couler, courir, croître, marcher, périr, voler, qui se conjuguent actuellement avec l'auxiliaire avoir, se faisaient encore accompagner de l'auxiliaire être au 16e siècle31.

  • 32  B. Darbord, B. Pottier, 1988, La langue espagnole. Éléments de grammaire historique, Paris, Nathan (...)

59Contrairement au français, l'espagnol a aujourd'hui généralisé l'utilisation de l'auxiliaire transitif haber ‘avoir’ pour la construction des temps à la forme active (he ido, he venido, he subido). Mais, fait remarquable, l'auxiliaire ser ‘être’ s'utilisait encore au Moyen Âge, à côté de haber (soy entrado, pour ‘je suis entré’, contre he entrado aujourd'hui)32.

  • 33  Crépin A., 1978, Problèmes de grammaire historique, Paris, PUF, pp. 128-130.

60En vieil-anglais, les temps périphrastiques apparaissent à la même époque et suivent le même processus de diffusion de plus en plus grande33. Si aujourd'hui l'auxiliaire de base servant à former les temps composés est to have ‘avoir’ (I have gone, I have come, I have gone up), deux auxiliaires furent utilisés au départ : bēon (be ‘être’) avec les verbes intransitifs et habban (have ‘avoir’) avec les verbes transitifs. Mais « Dès le vieil-anglais hab-ban tend à être employé aussi avec les verbes intransitifs » (Crépin, ibid.).

61On observe donc des processus parallèles dans plusieurs langues d'Europe occidentale :

  • chronologie de la mise en place de la conjugaison composée (2e moitié du premier millénaire de l'ère moderne) ;

  • logique du choix initial des auxiliaires (être et avoir, ser et estar, bēon et habban, izan/*edin et *edun/*ezan) ;

  • évolution de l'usage des auxiliaires (décroissance, voire disparition de l'usage des auxiliaires intransitifs au profit des auxiliaires transitifs).

  • 34  Le caractère fondamental de la bipolarité absolutif/ergatif dans la morphosyntaxe de la langue bas (...)

62Même s'il ne s'agit pas de prétendre que ces évolutions sont identiques ou même toujours rigoureusement parallèles (le basque a conservé l'auxiliaire intransitif, alors que le français ne le maintient que pour certains verbes et que l'espagnol et l'anglais l'ont abandonné34), la question se pose de savoir quelles sont les parts des influences réciproques et des évolutions internes aux langues dans ces changements. A. Martinet expliquait ces phénomènes de confluences par la notion « d'affinité » (le fait que les langues n'appartiennent pas à une même famille ne saurait faire obstacle à l'affinité) :

  • 35  Martinet, 1975 : 26-27.

Les explications linguistiques de l'affinité se rangent en deux catégories :
1/ l'influence réciproque de deux langues en contact, avec ou sans prédominance de l'une des deux ;
2/ l'influence exercée par une troisième langue, substrat, superstrat ou adstrat.
Dès que des causes, quelle que soit leur nature, sont envisagées, tout le problème de l'affinité linguistique vient prendre sa place dans le vaste domaine, si souvent négligé, de la convergence linguistique, qui représente, ou du moins devrait représenter, une moitié de la linguistique dynamique, l'autre moitié étant, bien entendu, la divergence, celle qui, pendant près d'un siècle a paru se confondre avec le domaine de la linguistique tout entière35.

63Les contours complexes qu'offre la situation linguistique actuelle du Pays Basque, observables en synchronie, sont interprétables en diachronie. Comme maints autres espaces linguistiques, l'aire bascophone a connu à travers son histoire des vicissitudes qui ont vu alterner des mouvements de différenciation et d'unification, ces mouvements pouvant, selon les périodes et les contextes socio-historiques, s'équilibrer ou bien céder alternativement du terrain. Focaliser l'attention sur les seuls phénomènes d'hétérogénéité ou, à l'inverse, sur les seuls phénomènes d'homogénéité, condamnerait le commentaire à passer à côté d'une partie du problème (près de la moitié des lexèmes-sources d'EAEL ont généré une seule et même réponse de la part de tous les informateurs alors que l'autre moitié a généré entre deux et huit réponses distinctes). On pardonnera la longueur de la citation qui suit mais elle permet de conclure en mettant en perspective les approches statistiques proposées dans le présent article.

  • 36  Martinet, 1970 : 156-157.

Les considérations qui précèdent permettent de jalonner un processus qui a dû se répéter à des milliers d'exemplaires depuis qu'il est des hommes, et qui parlent : un groupe humain, agressif ou prolifique, étend son domaine au point que les contacts entre ses différentes tribus perdent de leur fréquence et de leur intimité. Ceci entraîne un processus de différenciation linguistique qui ira s'amplifiant si les contacts se relâchent encore entre les différentes tribus, et si de nouveaux contacts s'établissent avec les tribus d'autres groupes. Il y aura dialectisation de la langue initiale, et cette dialectisation pourra entraîner, d'un canton à un autre, une incompréhension totale. Mais une tribu plus agressive, plus prolifique, plus inventive ou plus cultivée que ses voisines pourra un jour leur imposer son hégémonie politique ou culturelle. Son dialecte deviendra la langue officielle ou littéraire aussi loin que s'étendra son hégémonie, et, à ce titre, commencera à déloger les dialectes locaux, soit, s'ils sont encore peu différenciés, par un procès de convergences poursuivi jusqu'à confusion complète, soit par pur et simple remplacement. Il n'est pas dit que les limites de cette hégémonie coïncideront avec celles de l'expansion initiale du groupe : sur certains points, elles les outrepasseront, et la nouvelle langue couvrira des régions où le parler local est de tout autre origine ; sur d'autres points, elles seront en retrait, et certains dialectes de notre groupe pourront se voir intégrés à une autre nation ou à une autre zone d'expansion culturelle dans laquelle ils finiront par disparaître36.

Haut de page

Bibliographie

AZKARATE Miren et ALTUNA Patxi, 2001, Euskal morfologiaren historia, Saint-sébastien, Elkarlanean.

AZKUE (de) don Resurreccion María, 1905 [1984, réédition de l'Euskaltzaindia], Diccionario vasco-español-francés, Bilbao, Euskaltzaindia.

DGV : Diccionario general vasco, depuis 1967 (11 tomes parus), Bilbao, Euskaltzaindia.

EAEL : Euskalerriko atlas etnolinguistikoa, LEIZAOLA Fermín (dir.), 1983 (1re partie) ; 1990 (2e partie), Saint-Sébastien.

EHHA : Euskal Herriko hizkuntz atlasa, 1999, Ohiko euskal mintzamoldeen antologia, Bilbao, Euskaltzaindia.

HARITSCHELHAR Jean (dir.), Être basque, 1983, Toulouse, Éditions Privat.

Hiztegi batua, 2000, Travaux et actes de l'Académie de la Langue basque, Bilbao, Euskaltzaindia.

LAKARRA Joseba, 1996, Refranes y sentencias (1596), ikerketak eta edizioa, Bilbao, Euskaltzaindia.

LHANDE Pierre, 1926, Dictionnaire basque-français, Paris, Maisonneuve.

MARTINET André, 1970, Éléments de linguistique générale, Paris, Armand

Colin. —, 1975, Évolution des langues et reconstruction, Paris, PUF.

MEILLET Antoine, 1905-1906, « Comment les mots changent de sens », dans

l'Année sociologique. —, 1928, Les langues dans l'Europe nouvelle, Paris, Paillot.

—, 1982 (1re éd. : 1921-1936), Linguistique historique et linguistique générale, Genève, Slatkine ; Paris, Champion.

MICHELENA Luis, 1964, Textos arcaicos vascos, Madrid, Minotauro.

—, 1990 (1re éd. : 1961), Fonética histórica vacca, Saint-Sébastien, Anejos del Anuario de Filología Vasca « Julio de Urquijo », IV, Serie « Obras completas de Luis Michelena », I.

ORPUSTAN Jean-Baptiste, 1996 (dir.), La langue basque et les autres : influences, comparaisons, Saint-Etienne-de-Baïgorry, Izpegi.

PICOCHE Jacqueline, 1992 (1re éd. 1977), Précis de lexicologie française, Paris, Nathan.

PINKER Steven, 1999, L'instinct du langage, Paris, Odile Jacob.

SAPIR Eduard, 1967, Anthropologie, Paris, Les Éditions de Minuit (Folio-Essais). —, 1968, Linguistique, Paris, Les Éditions de Minuit (Folio-Essais).

YRIZAR Pedro de, 1981, Contribución a la dialectología de la lengua vasca, t. 1 et 2, Saint-Sébastien, Caja de Ahorros Provincial de Guipúzcoa.

Haut de page

Notes

1  arrats ‘soir’ + alde ‘côté, partie’

2  josi ‘coudre’ + orratz ‘aiguille’.

3  On gardera à l'esprit qu'en réalité les informateurs n'ont pas été mis en présence d'une idée (ou d'un concept ou d'un signifié) pour laquelle il leur aurait été demandé de signaler le lexème-cible basque correspondant, mais d'un lexème-source administré en français ou en espagnol. C'est donc par facilité de langage que je parle ici de parcours onomasiologique. On sait en effet depuis Saussure que « Si les mots étaient chargés de représenter des concepts donnés d'avance, ils auraient chacun, d'une langue à l'autre, des correspondants exacts pour le sens ; or il n'en est pas ainsi » (CLG).

4  Cela signifie concrètement que si l'on feuillette EAEL, on trouvera en moyenne près d'une page sur deux où les lexèmes-cibles signalés par les quatre-vingts informateurs sont, à des variantes phonologiques près, identiques.

5  Mais comme j'ai pu le tester, une différence se situant au seul niveau du phonème peut empêcher la compréhension (/eśan/ne sera généralement pas compris de ceux qui ne connaissent qu'/eran/, et vice versa). A contrario, des géosynonymes n'appartenant pas à leur dialecte seront parfois compris par les locuteurs (soit parce ceux-ci ont acquis une certaine compétence interdialectale, soit parce que le contexte leur permet d'en « deviner » le sens).

6  Sous réserve des variations phonologiques dont nous avons parlé.

7  Pour l'élaboration de ce graphique, seul le lexique exclusivement autochtone (hors latino-romanismes) a été testé.

8  Dans les communes proches du domaine bas-navarrais.

9  Michelena, 1964 [1988 : 5]. Les remarques suivantes, qui concernent la bascule du passé simple au passé composé français, pourraient aussi fort bien s'appliquer au basque : « Située dans l'ensemble dont elle fait partie, l'élimination du prétérit simple est un moment de grand développement qui entraîne les langues indo-européennes à passer du mot forme variable au mot fixé une fois pour toutes. J'ai aimé, tu as aimé, etc. sont plus près du terme de cette évolution que ne l'étaient j'aimai, tu aimas, etc. » A. Meillet, 1982 : 158 ; « Avec elle [la disparition du passé simple en français], commence pour les verbes une nouvelle ère, c'est un cheminement vers l'état du verbe où il n'y aura plus comme voiles que des auxiliaires faisant manœuvrer une coque qui porte l'idée. » M. J. Gilliéron, « La faillite de l'étymologie phonétique », Neuveville, 1919.

10  Azkarate et Altuna, 2001 : 152.

11  On trouve, notamment en Navarre, une grande dispersion : iregin, igerikan ibili, igeri, etc.

12  B. Oyharçabal, in Orpustan, 1996 : 119.

13  Mes informateurs de Soule me précisent qu'igeriskan ari est également répandu en Soule et préféré par eux.

14  La répartition des lexèmes-cibles se fait sur une base de 100 % à l'intérieur de chaque dialecte. L'échantillon d'EAEL n'étant pas représentatif du poids relatif des dialecte par rapport au total des locuteurs, un coefficient correcteur permet d'établir une estimation globale de la fréquence de chaque lexème-cible dans la langue.

15  En certains endroits.

16  En certains endroits.

17  Sapir, 1968 : 33.

18  Entre autres, B. Pottier dans Encyclopœdia Universalis, article « Espagne ».

19  Picoche, 1992 [1er éd. 1977] : 45-46

20  B. de Boysson-Bardies, 2003, Le langage, qu'est-ce que c'est ?, Paris, Odile Jacob, p. 91.

21  Encore une fois, ce vocabulaire commun ne sera pas forcément toujours intercompréhensible en raison des variations phonologiques qui affectent certains lexèmes (voir note 5).

22  J'ai validé la synthèse de l'enquête d'EAEL avec une informatrice de Soule appartenant à la même génération que les informateurs d'EAEL. Elle connaissait bien tous les termes présents dans tous les dialectes et ignorait et/ou a déclaré ne pas utiliser la plupart des géosynonymes autres que ceux appartenant à son dialecte.

23  Voir l'introduction d'EHHA.

24  Picoche, 1992 [1re éd. 1977] : 47.

25  Michelena, in Haritschelhar, 1983 : 260.

26  1re période (diversité initiale des dialectes). – 2000 à – 350 ans av. J.-C. La Grèce connaît une multiplicité de dialectes (dont le dorien, l'arcado-chypriote, l'éolien, l'ionien-attique).
2e période (convergence). – 350 ans av. J.-C. jusqu'au 6e siècle ap. J.-C. Cette seconde période commence avec la domination d'Alexandre le Grand. Une langue commune (koinè) fondée sur le dialecte d'Athènes s'élabore lentement.
3e période (divergence). La domination de Byzance met Athènes sous l'éteignoir ; le centre du pouvoir se déplace vers Byzance, les dialectes se fragmentent à nouveau. Se succèdent alors plusieurs périodes d'invasions : slave (6e siècle), arabe (10e), normande (12e), vénitienne (15e au 18e) puis turque (de quatre à six siècles selon les régions).
4e période (convergence). Débute avec l'indépendance de la Grèce, en 1830.
N. G. Contossopoulos, 1978, « Los dialectos en la Grecia contemporânea », in Bulletin lexicographique, Athènes.

27  Michelena, in Haritschelhar, 1983 : 260.

28  Meillet, 1982 : 61-75.

29  Meillet, ibid. : 73.

30  Les spécialistes sont d'accord pour dire que ce suffixe a été emprunté au latin. Tous ont souligné que ce suffixe aspectuel était désormais le plus productif dans la formation des verbes dans la langue. Pour certains auteurs (Azkue, Lafon), des verbes autochtones anciens tels que hartu ‘prendre’, galdu ‘(se) perdre’, kendu ‘enlever’, sartu ‘entrer’ auraient même abandonné la forme ancienne du participe en -i pour adopter la nouvelle forme en -tu (sartu < sarri). Ceci paraît corroboré par l'existence dans la langue contemporaine de doublets tels qu'itzali/itzaldu ‘ couvrir de son ombre, éteindre’, ahantzi/ahaztu ‘ oublier’ et même izan/izatu/izandu ‘être’(cette dernière forme étant attestée par EAEL) (Azkarate & Altuna, 2001 : 190, 195).

31  Tritter J.-L., 1999, Histoire de la langue française, Ellipses, Paris, p. 60.

32  B. Darbord, B. Pottier, 1988, La langue espagnole. Éléments de grammaire historique, Paris, Nathan, pp. 164-170.

33  Crépin A., 1978, Problèmes de grammaire historique, Paris, PUF, pp. 128-130.

34  Le caractère fondamental de la bipolarité absolutif/ergatif dans la morphosyntaxe de la langue basque n'est certainement pas étranger au maintien des deux binômes izan/*edin et *edunl*ezan. On remarquera néanmoins que si une tendance se dégage en basque quant à l'évolution des auxiliaires, c'est également l'auxiliaire transitif qui tend à déborder sur les tournures intransitives plutôt que l'inverse. Comme on l'a vu plus haut, des verbes inergatifs sont assez souvent exprimés par une structure de type ergatif [NOM + egin] comme dans igeri egin ‘nager’ (littéralement ‘faire nage’). Et des verbes intransitifs empruntés plus récemment tels qu'eskiatu ‘skier’ ou funtzionatu ‘fonctionner’ se conjuguent avec l'auxiliaire transitif (makina horrek ez du fontzionatzen ‘cette machine ne fonctionne pas’).

35  Martinet, 1975 : 26-27.

36  Martinet, 1970 : 156-157.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Histogramme 1 - Un lexème-source a généré 2,2 lexèmes-cibles en moyenne.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Histogramme 2 - Pourcentages de lexèmes-sources ayant généré 1, 2, 3, etc. lexèmes-cibles.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 1 - Distribution théorique des lexèmes selon la zone d'utilisation et le type de sens.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 2 - Distribution statistique des lexèmes selon la zone d'utilisation et le type de sens.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 3 Géosynonymes ayant/n'ayant pas de morphème en commun : aperçu.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-5.png
Fichier image/png, 41k
Titre Histogramme 3 - Parts respectives des deux types de géosynonymes (sondage à partir d'EAEL).
Légende barre claire : géosynonymes ayant au moins un morphème en communbarre foncée : géosynonymes ayant pas de morphème en commun
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-6.png
Fichier image/png, 56k
Titre Graphique 1 - Lexèmes par catégorie grammaticale et dispersion (EAEL).
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-7.png
Fichier image/png, 16k
Titre Histogramme 4 - « il vient/viene » (EAEL, question n° 26).
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-8.png
Fichier image/png, 28k
Titre Histogramme 5 - « il nage/il a nagé – nada/ha nadado » (EAEL, question n° 315).
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-9.png
Fichier image/png, 25k
Titre Histogramme 6 - Appellation du ‘nuage’ au Pays Basque (EAEL, question n° 228)14.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-10.png
Fichier image/png, 25k
Titre Histogramme 6 bis - Le ‘nuage’ en basque : estimation globale pondérée.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-11.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 4 - Les « faux amis » : exemples.
URL http://lapurdum.revues.org/docannexe/image/1091/img-12.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Etchebarne, « Les dialectes basques : homogénéité ou dispersion ? », Lapurdum [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1091

Haut de page

Auteur

Michel Etchebarne

DEA Études Basques
micheletche@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Etchebarne M. | IKER

Haut de page