Navigation – Plan du site
Comptes rendus -- Liburu ikertzeak

Lacorne, D., Judt, T. (éd.) : La politique de Babel. Du monolinguisme d'Etat au plurilinguisme des peuples, CERI, Karthala, Paris, 2002, 350 p. ISBN : 2-84586-240-7

Charles Videgain
p. 371-372

Texte intégral

1Cet ouvrage qui réunit des contributions présentées en 1998 lors d'un colloque intitulé « Sur la politique de la langue dans la construction des nations modernes » propose à tous ceux soucieux du sort des langues une mise au point récente. Il donne la parole à des points de vue qui dépassent et de loin les seules réflexions hexagonales comme le montre la liste des thèmes abordés.

2Après une solide introduction de Denis Lacorne, une première partie est intitulée Les limites du monolinguisme d'Etat et comprend les articles d'Alain Fenet, Le droit français des différences à l'épreuve de la langue ; Philippe Martel, Occitan, français et construction de l'Etat en Franc ; David Lopez, Bilinguisme et changement ethnique en Californie. La deuxième partie qui ne craint pas de prendre pour titre La fragilité des nations plurilingues regroupe les articles de Kenneth Me Roberts, Les politiques de la langue au Canada : un combat contre la territorialisation ; Astrid von Busekist, Nationalisme contre bilinguisme : le cas belge ; Uli Windisch, Multiculturalisme et plurilinguisme : le cas suisse. La troisième partie examine Les expériences de renaissance linguistique avec des articles d'Alain Dieckhoff, L'invention de l'hébreu, langue du quotidien national ; de Daniel Beauvois, Acculturations et reconstructions linguistiques dans l'ensemble Ukraine, Lituanie et Biélorussie ; Paul Garde, Unité et pluralité dans le domaine linguistique serbo-croate. Enfin une quatrième partie ouvre sur L'internet nouvelle Babel avec un article de Geoffrey Nunberg, Langues et communautés linguistiques à l'époque du discours électronique.

3Alors que des étudiants nous consultent pour travailler en maîtrise ou DEA sur la situation sociolinguistique de la langue basque et ont du mal à ne pas éviter redites et compilations, ils trouveront dans cet ouvrage matière à réflexion pour mieux situer la problématique en tant que question sociale de grand intérêt et aux solutions diverses. Les diverses bibliographies, à jour, leur seront d'une grande utilité.

4L'introduction de D. Lacorne révèle comment dans des pays considérés comme de grande tolérance linguistique, les Etats-Unis par exemple, les mesures d'interdiction et d'exclusion contre d'autres langues que l'anglais ont été fréquentes (sans parler du sort des langues indiennes). On ne résistera pas au plaisir de relire dans l'article fort informé d'A. Fenet des déclarations croustillantes ou désolantes de personnages aussi divers que M. Pandraud, D. Sallenave, Y. Lacoste dans le cadre hexagonal. L'article de David Lopez montre plus précisément que les Etats-Unis eux-mêmes, chantres du laisser-faire, voient des lois être promulguées en Californie contre la langue espagnole et les gens qui la parlent, dont bon nombre sont des ‘sans papiers,’ ou bien sont proches d'une revendication plus globale dans le mouvement Chicano. Curieusement dans l'article relatif à Internet, on retrouve la résistance particulière du monde hispanique face à l'anglophonie. D. Lopez revisite le modèle de Fishman pour proposer ses propres hypothèses et souligne combien le sort des langues n'est pas désincarné mais lié à une situation socioéconomique dont l'auteur craint qu'elle n'aille vers une plus grande inégalité encore en Californie. Dans le cas de langues ‘moins développées’, Alain Dieckhoff rappelle le volontarisme extrême qui a permis la renaissance de l'hébreu tandis que Paul Garde montre comment de très minimes différences linguistiques peuvent être en quelque sorte montées en épingle de façon emblématique et symbolique dans une langue ‘serbo-croate’ dont l'appellation même signale l'ambiguïté : on songe aux effets très centrifuges de l'adoption de deux écritures différentes selon le territoire, ici écriture latine et là écriture cyrillique. On le voit, il n'est donc pas ici besoin d'une grande variation dialectale pour créer diversité ou opposition. Dans un article de la revue Travaux du cercle linguistique de Nice, 1988-89, n° 10-11, 123-124, Z. Junkovic mettait déjà en lumière cette tendance à renforcer le différent entre ‘serbe’ et ‘croate’. L'article de Daniel Beauvois fait la lumière sur un domaine peu connu, celui de la mise en place d'un ‘bilinguisme apaisé’ si possible, dans certains territoires de l'ex-empire soviétique et russe : la situation est difficile quand c'est moins de la moitié des Ukrainiens qui parle vraiment l'ukrainien et que certains voudraient assumer l'héritage de l'autoritarisme russe comme si de rien n'était. D. Beauvois a raison de marquer comment l'ignorance de la complexité de telles situations marquées par une histoire certes compliquée n'aide nullement à avancer des solutions acceptables par des populations pour qui la langue (parlée ou pas) a été un axe essentiel de résistance contre injustice et manipulation. Dans un contexte de réappropriation de la langue, on trouvera comme suggestive la formule étonnante au premier abord selon laquelle ‘les parents apprennent la langue maternelle de la bouche de leurs enfants’.

5Les autres articles méritent aussi bien entendu lecture attentive et réflexion. L'ouvrage est indispensable à qui veut prendre de la hauteur sur ces questions au-delà même de la problématique douloureuse de sa propre langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Videgain, « Lacorne, D., Judt, T. (éd.) : La politique de Babel. Du monolinguisme d'Etat au plurilinguisme des peuples, CERI, Karthala, Paris, 2002, 350 p. ISBN : 2-84586-240-7 », Lapurdum [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1076

Haut de page

Auteur

Charles Videgain

UPPA & IKER 5478 CNRS
charles.videgain@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Videgain C. | IKER

Haut de page