Navigation – Plan du site
Comptes rendus -- Liburu ikertzeak

La géolinguistique en Amérique latine, Hors série n° 2 de Géolinguistique, Université Stendhal-Grenoble 3, Centre de Dialectologie, 276 p, 2001-2002. ISBN 2 95 16425-0-4

Charles Videgain
p. 369-370

Texte intégral

1La revue Géolinguistique propose un nouveau numéro sur « La géolinguistique en Amérique latine » dont il faut saluer la parution à l'initiative d'une équipe dynamique et de son directeur Michel Contini. On ne peut que se réjouir en effet d'une réflexion sur les divers chantiers qui sont en cours loin des premiers travaux qui ont surtout été menés en Europe après la somme de Gilliéron et Edmont dans l'Atlas linguistique de la France. M. Contini a raison de rappeler que le premier atlas sud-américain débutait seulement en 1987, date tardive qui a rendu par exemple impossible l'intégration des données de la Romania nova dans l'Atlas linguistique Roman. M. Contini souligne que le fait d'arriver tard dans la recherche géolinguistique a permis de développer un aspect sociolinguistique que les atlas du vieux continent n'ont guère pris en considération en tant que tel. Loin de se contenter de l'axiome de la plupart de nos ‘vieux’ atlas qui considèrent qu'un seul témoin est représentatif du parler d'une commune, ces atlas interrogent souvent plus d'un témoin, par exemple un homme âgé et une femme âgée, une femme plus jeune et un homme plus jeune, la classe sociale pouvant être prise en compte ainsi que le fait chez le témoin de pratiquer ou non une langue autochtone. Certes la représentation cartographique issue d'une telle complexité n'est pas limitée à la seule dimension diatopique et je l'ai trouvée personnellement fort difficile. Nous donnons à la suite la liste des contributions dont l'une est consacrée au Québec. Maria Vaquera de Ramirez, « La géolinguistique hispanique aux Caraïbes » ; Claudio Wagner, « La géolinguistique au Chili » ; José Joaquin Montes Giraldo, « Regards sur les études dialectologiques en Colombie » ; Lourdes E, Montera Bernai, « Variation phono-dialectologique dans le parler rural de Cuba » ; Antonio Quilis et Celia Casado-Fresnillo : « Les travaux de l'Atlas lingüistico Nacional del Ecuador » ; Harald Thun, « L'atlas lingüistico Guarani-Romanico (ALGR) » ; Juan Lope Blanch (chercheur bien connu qui vient de disparaître à qui la revue est dédicacée ainsi qu'à Ofelia Kovacci, spécialiste du domaine argentin), « Atlas linguistique du Mexique » ; Rocio Caravedo, « L'espace dans une perspective socio-géographique. L'espagnol du Pérou » ; Harald Thun, « L'Atlas Linguistique Diatopique et Diastratique de l'Uruguay (ADDU) » ; Antonio Quilis, « Les travaux de l'Atlas lingüistico de Hispanoamérica » ; Suzana Alice Marcelino Cardoso : « La dialectologie au Brésil. Aperçu historique et bilan actuel » ; Claude Verreault ; « Variation géographique du français dans l'Est du Canada ».

2L'article du regretté Lope Blanch intéresse tout dialectologue de terrain en montrant qu'il ne faut pas se contenter de la fameuse réponse de ‘premier jet’ chère à Gilliéron. Les exemples de Lope Blanch montrent que c'est souvent la deuxième réponse qui met sur la piste de la fragmentation dialectale. Ce numéro de Géolinguistique offre moins d'information sur les langues amérindiennes, pour la bonne raison que les travaux qui leur sont consacrés brillent par leur absence. Raison de plus de relever le travail pionnier de H. Thun qui applique la méthode (méthode très clairement expliquée dans son deuxième article dans ce numéro même) de son atlas diastratique et diatopique de l'Uruguay aux variétés du guarani avec toutes les difficultés d'une langue qui est à cheval sur les frontières d'états et connaît une diaspora dans la banlieue de Buenos Aires, le guarani parlé en Bolivie n'ayant pu entrer dans le programme pour des raisons financières : c'est le conseil allemand de recherches scientifiques qui soutient essentiellement le projet. On relèvera avec curiosité les différentes appellations populaires des variétés du guarani, empruntées au vocabulaire de la cuisine : jehea, nom d'une soupe dans laquelle les ingrédients sont identifiables ; jopara, une soupe dans laquelle les ingrédients sont fondus ; mbaipy qui est le nom de la polenta et enfin ensalada qui est bien sûr la ‘salade’. Le questionnaire utilisé est plus réduit que l'ADDU mais a sélectionné certains champs sémantiques attendus comme rentables, sur la parenté, le système des couleurs, l'orientation dans l'espace et le temps. Toute l'enquête est enregistrée y compris une traduction de la parabole de l'enfant prodigue. Par ailleurs, dans de nombreux autres articles, on voit comment les projets scientifiques d'ampleur ont du mal à perdurer, tel le répertoire à Saint-Domingue des noms de poissons par Lysanne Coupai qui a cessé de se poursuivre même si Alvar a réussi à publier en 2000 un Atlas linguistique pour Saint-Domingue. Mais on imagine aussi les difficultés à coordonner les efforts sur un territoire tel que le Brésil.

3On le voit, ce numéro de Géolinguistique est extrêmement suggestif en faisant réfléchir sur la pratique des dialectologues d'ici ou d'ailleurs soumis aux mêmes paris à gagner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Videgain, « La géolinguistique en Amérique latine, Hors série n° 2 de Géolinguistique, Université Stendhal-Grenoble 3, Centre de Dialectologie, 276 p, 2001-2002. ISBN 2 95 16425-0-4 », Lapurdum [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1074

Haut de page

Auteur

Charles Videgain

UPPA & IKER 5478 CNRS
charles.videgain@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Videgain X. | IKER

Haut de page