Navigation – Plan du site
Articles -- Idazlanak

Articles en basque parus en 1843, dans Le Patriote Français de Montevideo

Claude Méhats
p. 247-257

Texte intégral

1Les quatre textes en langue basque présentés dans cet article sont issus du Patriote Français, un journal imprimé à Montevideo en Uruguay durant la guerre civile communément appelée Guerra grande. Afin de bien cerner le climat politique régnant dans la zone de la Plata à cette époque, nous allons effectuer une présentation des principaux belligérants, suivie par une explication des positionnements stratégiques français. Les causes de la publication de ces textes seront alors plus claires.

2L'Uruguay a acquis son indépendance après le soulèvement dit des « 33 orientaux » en 1825. Cette rébellion a pris fin le 20 février 1827 grâce à la victoire décisive d'Ituzaingo face aux Brésiliens. L'année suivante le traité de Rio de Janeiro (27 août 1828) est venu confirmer ce nouveau pays qui durant tout le XIXème siècle va être troublé par une instabilité chronique et par de nombreuses guerres civiles. Vers 1838 se formèrent deux partis : les colorados (libéraux, surnommés colorés à cause de leur insigne, alors que leurs adversaires en portaient un blanc) de Rivera et les blancos (conservateurs) d'Oribe.

3Militaire tour à tour luttant pour l'Uruguay (1811), pour le Brésil, à nouveau pour l'armée uruguayenne lors de l'insurrection des 33 orientaux, José Fructuoso Rivera abandonna celle-ci en 1828 après un désaccord avec Lavalleja. A Buenos Aires, il choqua par ses idées fédérales, avant de devenir gouverneur de la province de Misiones. Président de la république d'Uruguay à sa naissance (1830), il employa son mandat à lutter contre les fédéralistes et contre les Indiens Charruas (qui furent pratiquement exterminés.)

4En 1834, lui succéda Manuel Cerefino Oribe, son ancien ministre de la guerre. Ce dernier était également l'un des fameux « 33 orientaux » de 1825. Président, il tenta d'étendre le pouvoir du gouvernement sur les immenses possessions de Rivera et l'accusa de fraudes financières durant son mandat. Rivera se rebella, et à la tête du parti coloré, il obtint la victoire de Palmar, contraignant son rival à démissionner en 1838, récupérant par la même occasion la présidence de la république. S'étant retiré à Buenos Aires, Oribe dénonça la nullité de sa renonciation et obtint l'appui armé du dictateur argentin Rosas, qui l'utilisait pour traquer et réprimer ses opposants qui étaient réfugiés en Uruguay.

5Rivera s'unit à la province de Corrientes et à d'autres provinces riveraines et déclara la guerre à Rosas. Après une campagne militaire catastrophique, conclue par la défaite d'Arroyo Grande en 1842, le parti des colorés se retrouva assiégé dans la ville de Montevideo (fortifiée en 60 jours par le général Paz) au début de l'année 1843. Le 1er mars 1843, Joaquin Suarez en tant que président du sénat remplaça le général Rivera dans l'exercice du pouvoir exécutif et mit en place le gouvernement de la défense (Cooligan Maria Luisa, Arteaga Juan José, 1992). L'amiral argentin Brown entama un blocus maritime mais le commodore anglais Purvis immobilisa les navires argentins. Rosas protesta auprès de Mandeville en signifiant que la confédération était en bonnes relations avec l'Angleterre, mesure qui entraîna Purvis à se retirer. Sur terre, Oribe prit place pour un siège qui devait léser les intérêts commerciaux européens.

6En France, la politique extérieure du roi Louis-Philippe qui avait déjà contraint Adolphe Thiers à remettre sa démission par deux fois pour avoir soutenu une politique extérieure jugée trop aventureuse et pouvant mener à des conflits, devint donc timorée sous la direction de Guizot, qui, pour combler son souverain, maintint la paix au prix de concessions et d'humiliations, en particulier vis-à-vis de l'Angleterre. En Uruguay, le relais de cette politique a été assuré par le consul du roi, Théodore Pichon. Au début du siège, il convoque ses concitoyens afin de faire le nécessaire pour que leurs droits soient respectés dans un principe de « neutralité armée ». Très rapidement, Théodore Pichon change de direction, impose la neutralité, puis agit pour empêcher les Français d'embrasser la cause des assiégés.

  • 1 Le Patriote Français, mercredi 1er et jeudi 02 février 1843, n°l, p. 2

7C'est également dans le contexte du siège qu'est né le périodique dont sont issus les textes en basque que nous présentons : Le Patriote Français. Journal commercial, littéraire et politique. Honneur et Patrie. Lors de son premier numéro1, il justifie sa création. Ses auteurs veulent en faire le relais de l'ancien Messager (un journal publié par les résidents français mécontents lors de la signature du traité Mackau passé avec le dictateur argentin Rosas, traité qui lésa leurs intérêts commerciaux), ils ont une mission à accomplir : protéger les intérêts de leurs concitoyens résidant dans la république orientale, intérêts mis à mal par le traité de Mackau qui « venait réveiller encore une irritation presque assoupie et que le temps seul peut détruire. » Le Patriote Français se révèle donc comme étant l'organe d'une population française en désaccord avec la politique menée par son gouvernement.

  • 2 Le Patriote Français, samedi 18 février 1843, n° 14, p. 3 ; dimanche 19 février 1843, n° 15, p. 1

8Le premier des quatre articles, paru deux fois2, invite à une réunion très importante et non armée les Français de la 5ème section pour entendre le rapport de la commission et les mesures qu'elle a prises. Le lieu de rendez-vous est fixé « poste du jeu de Paume de Martin Cazenave, rue Saint Gabriel. » L'avis émis en basque est immédiatement suivi de sa traduction.

  • 3 Le Patriote Français, lundi 1er mai 1843, n° 71, p. 2 ; vendredi 05 mai 1843, n° 73, p. 2

9Si le premier article est un appel de la commission formée autour du consul du roi, le second texte3 est signé par le colonel de la Légion française (Thiébaut). Une version française précède la version basque, conservant tout l'esprit du texte qui dans un même élan célèbre la fête du roi Louis-Philippe et condamne Théodore Pichon pour avoir abandonné ses compatriotes. Avec une verve très patriotique (du patriotisme français), le colonel Thiébaut appelle les Basques à être Français et à montrer que l'éloignement n'a point refroidi dans les cœurs l'amour de la patrie (dans la version française). Dans la version basque, il leur demande de se souvenir qu'ils sont français (« atchiquidezagun ohoresquy franses icena » : conservons le souvenir du nom français) voire même basque-français (« hescualdun franses »). Ce discours est révélateur de l'attention portée aux Basques par les chefs militaires et d'une volonté de les associer au combat mené par les Français. Par contre, les promesses ne sont pas les mêmes pour tout le monde. De l'acquisition de 40.000 têtes de bétail annoncées en français, on passe à « hogoi eta borts mila » en basque, soit 15.000 animaux de moins saisis (quel sera alors le partage réalisé lors de la fin des combats, et comment sera-t-il effectué ?)

  • 4 Le Patriote Français, lundi 08 mai 1843, n° 76, p. 1 ; mercredi 10 mai 1843, n° 77, p. 2 ; jeudi 11 (...)
  • 5 Le Patriote Français, dimanche 17 septembre 1843, n° 185, p. 4

10Dans les jours suivants paraît à quatre reprises, en version basque et française, le projet de la loi4 qui sera votée le 19 mai 1843, loi qui récompensera les étrangers se battant pour la défense de Montevideo. Le dernier des quatre articles cités ne va paraître qu'une fois et uniquement en basque5. Il s'intitule « Adaisquide eta herritar maitiac » (Compagnons et compatriotes aimés). Même s'il n'est pas signé, son contenu ne laisse aucun doute, il provient des Français de Montevideo. Ceux-ci s'interrogent dès le début sur l'action de leur consul face à la menace de Rosas, qualifié d'égorgeur (« odol ichurtçaleac »). La protection et les secours offerts par Monsieur Pichon (« Yaun Pichonec ») sont jugés inexistants et le consul du roi est accusé d'employer comme il peut tous les moyens pour tromper la population. Théodore Pichon a également faussé le jugement de l'amiral français, amenant celui-ci à abandonner les siens et par ses mensonges le roi imagine que la prise d'armes des Français ne relève que d'un caprice. Face au danger, les rédacteurs n'envisagent qu'une seule solution, convaincre les lecteurs de s'enrôler à leurs côtés : « Moyen houra cen harmen hartcia eta harmatiac guria » (ce moyen est de prendre les armes et de faire notre armée). Dans leurs rangs, les rédacteurs peuvent tout de même compter sur le soutien d'un noble de haut rang (« Gure bocac adiarac tugu prince Joinvilly » : nous avons fait entendre notre voix au prince de Joinville) et sur la vigilance des Légionnaires.

11Pour conclure, on peut dire que la parution de ces textes coïncide avec une période de course à l'armement dans la ville de Montevideo. Les Basques, tout comme les Français, qui ne prêtaient dans un premier temps aucune attention aux luttes américaines, s'y impliquèrent peu à peu, poussés à bout d'une part par les provocations et agressions de Rosas et attirés d'autre parts, par les promesses (dons de terres et exemptions d'impôts), du gouvernement assiégé. Le conflit, dans lequel ont pris part une Légion des volontaires français mais également un bataillon des Chasseurs basques, a débouché sur une défaite de leurs rivaux (Rosas et Oribe), défaite provoquée par l'intervention du général argentin d'origine basque Justo José de Urquiza.

Haut de page

Bibliographie

Capdehourat, Pélabère (auteurs présumés). Notes biographiques sur les chefs, sur les officiers, sur les meneurs et sur les plus distingués de la Légion Française de Montevideo, Miguelete, 1847. -1 vol., 14 pages.

Cooligan Maria Luisa, Arteaga Juan José. Historia del Uruguay desde los origenes hasta nuestros dias, Montevideo : Barreiro y Ramos, 1992.

De Santillan, Diego Abad. Historia argentina, Buenos Aires : Tipografica editora Argentina, 1981. -vol. 2, 569 pages ; vol. 3, 719 pages.

Piccirilli, Ricardo. Diccionario historico argentino (Tome V), Buenos Aires : Ediciones historicas argentinas, 1954, 920 pages.

Poucel, Benjamin. Les otages de Durazno. Souvenirs du Rio de la Plata pendant l'intervention Anglo-Française de 1845 à 1851, Paris, Achille Faure libraire éditeur, 1864, 86 pages.

Thiebaut, Jean-Chrisostôme. Le ministère du 15 août et la légion française, Montevideo : Imprimerie française, 1850. -1 vol., 33 pages.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Le Patriote Français, mercredi 1er et jeudi 02 février 1843, n°l, p. 2

2 Le Patriote Français, samedi 18 février 1843, n° 14, p. 3 ; dimanche 19 février 1843, n° 15, p. 1

3 Le Patriote Français, lundi 1er mai 1843, n° 71, p. 2 ; vendredi 05 mai 1843, n° 73, p. 2

4 Le Patriote Français, lundi 08 mai 1843, n° 76, p. 1 ; mercredi 10 mai 1843, n° 77, p. 2 ; jeudi 11 mai 1843, n° 78, p. 3 ; vendredi 12 mai 1843, n° 79, p. 4

5 Le Patriote Français, dimanche 17 septembre 1843, n° 185, p. 4

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Méhats, « Articles en basque parus en 1843, dans Le Patriote Français de Montevideo », Lapurdum, 7 | 2002, 247-257.

Référence électronique

Claude Méhats, « Articles en basque parus en 1843, dans Le Patriote Français de Montevideo », Lapurdum [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1011 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1011

Haut de page

Auteur

Claude Méhats

Doctorant Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Mehats C. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org