Navigation – Plan du site
Articles -- Idazlanak

Ezkonduien Koplak (Etxepare, 1545)

Jean Haritschelhar
p. 237-246

Texte intégral

1Parmi les poèmes d'amour écrits par Bemat d'Etxepare Ezkonduien koplak (Poème des mariés) occupe la seconde place, immédiatement après Emazteen fabore (En faveur des femmes). Le pluriel du mot ezkondu marque bien que les deux personnes dont il s'agit sont toutes deux mariées, chacune de leur côté et, de ce fait, Bernat d'Etxepare pose le problème de l'adultère. En conséquence, est évoquée dans le poème une attitude que l'église condamne fermement, l'infidélité aux engagements du mariage que le poète-prêtre énonce dans la partie religieuse de son ouvrage lorsqu'il énumère les dix commandements, plus particulièrement le sixième :

Nork beria baiezila emazterik ez hunki
(Que nul ne touche d'autre femme que la sienne)

2ainsi que le neuvième :

  • 1  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980,

Bertzen emazte alabak ez desira gaixtoki1(N'aie pas de désirs pervers pour la femme et la fille des autres).

3Le fameux péché de chair qu'Axular, un siècle plus tard, commentera abondamment ne se borne pas à l'acte lui-même (sixième commandement) mais à sa simple évocation en pensée (neuvième commandement).

4Tout comme dans Emazteen fabore, le poème, objet de notre commentaire, commence par une petite strophe de deux vers destinée à résumer le thème développé dans la poésie (la traduction est donnée en annexe).

  • 2  p. 47-49. P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilba (...)

Iangoikoa, edetazu berzerena gogotik
Bera kaptiba da eta ni gathibu hargatik
2

5Le poète adresse une supplique au Seigneur (edetazu), conscient qu'il est de faillir et de pécher en pensées (gogotik) au sujet d'une femme qu'il considère comme captive d'un autre alors que lui-même se reconnaît épris, du moins conquis par elle.

6Ce deuxième vers place au centre de chaque hémistiche le doublet kaptibalgathibu. Ces deux mots sont, en effet, issus de la même racine latine l'un au féminin par sa terminaison en a (captiva), l'autre au masculin par sa terminaison en u (captivus). Ingénieuse utilisation du doublet, le mot savant pour la femme, idéalisée en quelque sorte comme dans les poèmes d'amour courtois, le mot populaire (sonorisation de l'initiale klg et réduction du groupe de consonnes pt à t aspiré à l'époque) étant réservé au soupirant. La forme la plus proche du latin, en ce XVIe siècle qui a vu l'enrichissement du vocabulaire dans les langues néo-latines, ne rappellerait-elle pas le sens premier qui est celui de 'prisonnier de guerre' que Covarrubias dans son Tesoro de la lengua castellana o española (1611) définit : « el enemigo preso y avido en justa guerra » ? Prisonnière donc, et assurément bien gardée, ce qui rend les rencontres plus difficiles. Ainsi est posé le thème central de la belle enchaînée et bien surveillée et du soupirant éperdu.

7En dehors de ces deux vers introductifs, le poème offre une structure intéressante et originale dans laquelle on distingue :

  • un groupe de quatre quatrains dominé par la difficulté de la rencontre entre les deux êtres, son caractère furtif en même temps qu'éphémère, ambiance empreinte de la peur d'être découvert.

  • un sizain central, pure supposition des conséquences d'un amour adultère qui pourrait aboutir plus tard à une union incestueuse.

  • un deuxième groupe de quatre quatrains où le thème de la jalousie débouche sur des considérations sur l'amour-passion.

8Au total le poète nous offre une oeuvre courte en comparaison des précédentes dans le recueil, mais remarquablement charpentée (4+1+4) qui, à première vue, devrait beaucoup au raisonnement ou à la démonstration.

1 - Rencontre ?

Ni gathibu nadukana kaptiba da berzeren
ene ditxak hala egin du ni gathibu bigaren
Gogo onez izanen niz, bizi baniz bataren
bana bortxaz baiezila ez iagoitik berziaren

9La première strophe reprend le deuxième vers de l'introduction en inversant les termes. De captivai gathibu on passe à gathibu/captiva ce qui placé' le je du soupirant en place éminente puisque le vers commence par ni. En outre, le verbe utilisé nadukana, première personne de eduki a un sens beaucoup plus fort que celui de l'auxiliaire être (da) puisqu'il est celui de « tenir » et même de « détenir ». De là, la force de la passion amoureuse que l'on retrouve dans le deuxième vers par la répétition de gathibu, cette destinée (ditxa) qui l'entraîne à être prisonnier de deux personnes, celle qu'il aime et le mari de celle-ci, de l'esclavage en chaîne en quelque sorte.

10Cependant le soupirant réagit en mettant en parallèle chacun des deux personnages. A gogo onez, c'est-à-dire l'adhésion à la personne aimée, s'oppose au dernier vers le mot bortxaz, cette contrainte inacceptable d'être le prisonnier du mari, soulignée par le terme iagoitik qui, dans un contexte négatif signifie « jamais », donc le refus formel.

Berzerenak har dazanak beretako amore
oborotan nkhenen du plazer bano dolore
batzarriak bekhan eta beldurreki dirate
guti uste dutenian gaitza bertan sor daite

11Cette deuxième strophe est un regard porté sur l'amour adultère, un regard distancié puisqu'il porte beaucoup plus sur les conséquences exprimées plus particulièrement dans le deuxième vers où sont mis en valeur les termes opposés de plazer et dolore, ce plaisir d'amour éphémère et ce chagrin d'amour pérenne que le poète a déjà énoncés dans Amorosen gaztiguia en termes proches, mettant en exergue les nombres un et mille.

  • 3  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p (...)

Amoretan plazer baten mila dira dolore.3
(En amour pour un plaisir il y a mille douleurs)

12Distanciation aussi par l'emploi du futur dirate soulignant la rareté des rencontres dominées par la peur (beldurreki) de la découverte, ce malheur (gaitza) qui rôde et peut surgir au moment où l'on s'y attend le moins. Le verbe daite (actuellement daiteke) marque bien cette éventualité, cette épée de Damoclès placée au-dessus des amants.

13C'est ce même regard que l'on retrouve dans les deux premiers vers de la troisième strophe :

Honestea berzerena erhogoa handi da,
plazer baten nkhenen du anhitz malenkonia.

14Ici est envisagé le caractère insensé (erhogoa) de l'amour adultère, doublé de la reprise des conséquences à l'image de la première strophe, mais encore plus proche de la citation de Amorosen gaztiguia puisque l'opposition bat/mila ne diffère que dans son deuxième terme, anhitz, moins précis certes que mila, mais pouvant aller bien au-delà, à cause même de son imprécision.

15Toutefois, au-delà de la peine ou du chagrin d'amour, survient cette malenkonia, emprunt correspondant à la mélancolie dérivé du latin melancholia, transcription du mot grec, qui désigne l'humeur noire, la bile. On regardait la mélancolie comme capable de produire les affections, les maladies hypocondriaques. Ce terme est entré dans le vocabulaire littéraire courtois et recouvre un registre d'états et de sentiments allant de la tristesse profonde à l'inquiétude et même à la folie et au délire. C'est le sens qu'il a encore au XVIesiècle et, certainement, celui que lui donne Bemat d'Etxepare. La traduction de René Lafon par « tourments » est assurément meilleure que celle d'Akesolo dont le mot « sinsabores » apparaît bien fade.

16On voit bien la cause de cette malenkonia :

begiez ikus, ezin minza, han dakusat nekia ;
beriarekin datzanian enetako aizia.

17La rencontre n'a pas eu lieu. Les regards se sont-ils croisés ? Seul le regard du soupirant nous est suggéré et surtout l'impossibilité de se déclarer, encore moins de dialoguer. Ainsi est exprimée la souffrance renforcée par la position du mot nekia en fin de vers. La triste réalité l'assaille quand il imagine l'objet de son amour couché auprès de son mari dans le lit conjugal. L'amertume qui naît de ce constat s'exprime à travers l'expression enetako aizia, c'est-à-dire cet élément impalpable, insaisissable, la pure illusion qui s'oppose à la vision des époux réunis.

Perileki baiezila ezin noake hargana
eta agian hark orduian ezpaituke aizina ;
badu ere, beldur date ; bertan doha harzara :
nik nahien dudanian, berzek besoan daratza.

18Le thème qui domine cette quatrième strophe est celui de la peur, du danger qui guette aussi bien l'homme que la femme. La rencontre est placée sous le signe du possible par le suffixe ke dans le verbe noake qui suppose une action éventuelle, mais non réalisée, démarche de l'amoureux forcément placée dans le futur, à laquelle répond la démarche non moins éventuelle de la femme mariée soulignée par l'adverbe agian, dans son sens premier de « peut-être » qui marque l'incertitude la plus totale, celle de faire coïncider l'emploi du temps de chacun.

19Le troisième vers nous place d'emblée dans le conditionnel, badu ere, dans le cas où la rencontre se ferait ; dans cette éventualité elle tournerait court car la peur s'emparera, le verbe être date étant au futur, de la dame. Ce temps d'une rencontre serait fugace, l'adverbe de temps marquant la quasi-simultanéité de l'action d'arriver et de partir. Rencontre imaginaire, donc, qui voit monter le désir dans le coeur du soupirant à la vision des époux enlacés (berzek besoan daratza) qui clôt ce premier mouvement du poème.

20Si, pour caractériser cette séquence, j'ai placé un point d'interrogation après le mot rencontre, c'est bien pour marquer dans ce titre qu'en fait elle n'a pas eu lieu, qu'elle était simplement imaginaire, ce qui découle de l'analyse du texte.

2 - Hypothèse

Alhor hartan hel badakit ereitera hazia,
eta ene bada ere lastoa eta bihia,
ez bat ori ahal duket ez etare berzia ;
lan eginez esker gaixto, galdu irabazia,
berzerentzat gelditzen da ene zuzenbidea ;
agian gero alabareki ezkonduko semia.

21Le sizain central se place dans l'hypothétique, le préfixe ba de l'auxiliaire dans le verbe hel badakit soumettant l'ensemble à une condition qui ne sera pas remplie. En outre, le poète marque bien la part d'irréalité en dotant le substantif alhor du démonstratif de plus grand éloignement hartan, celui aussi correspondant à la troisième personne et non point la première, celle du soupirant.

22Il est évident que le poète s'adresse à des lecteurs basques pour lesquels, ruraux en général, la métaphore du champ ensemencé produisant des épis en abondance signifie quelque chose. L'image du champ (alhor) symbolise la femme qui recevrait la semence (hazia) dont le produit, la paille (lastoa) et le grain (bihia) devraient appartenir au semeur (ene bada ere). Il n'en est rien cependant, car la terre fertile n'appartient pas à celui qui l'a ensemencée. Telle est la réalité pour celui qui ne pourra (ahal) engranger ni l'un (bat orï) doté du démonstratif de proximité (ori) c'est-à-dire la paille et encore moins l'autre (berzia), placé en fin de vers, c'est-à-dire le grain.

23Toujours très proche de la mentalité paysanne pour laquelle le travail est une vraie valeur et le travail inutile une aberration, l'ingratitude (esker gaixto) dont il est payé se traduit par le final du vers (galdu irabazia) où le gain possible se résout en perte sèche. La loi est ainsi faite que le propriétaire profite du travail de l'ouvrier.

24Pour plonger encore plus dans l'imaginaire est envisagée dans un futur lointain, l'hypothèse (agian) du fruit des amours adultérines et secrètes se mariant avec son demi-frère, tous deux étant issus du même père. En un mot l'adultère se terminant en inceste à la génération suivante. Ce risque, examiné d'un point de vue moral, est celui qui est proposé en ce sizain central.

3 - Aliénation

Amoria ehork ere eztu nahi partitu
nik eztakit berziak bana ni ari niz bekhatu ;
beriareki ekhustiaz hain noha penatu
hek dostetan ni neketan ; orduian errabiatu.

  • 4  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p (...)

25Cette première strophe du troisième mouvement nous place dans le présent. Le soupirant qui n'a pas réalisé son rêve se plonge dans des considérations sur l'amour impossible à partager entre le mari et l'amant et même s'il s'agit d'aimer en pensées, celui-ci se sent pécheur. Le second hémistiche du deuxième vers surprend par son caractère abrupt dans la mesure où il faut supposer l'ellipse du participe egiten : ni ari niz bekhatu (egiten) ainsi que le suggère Patxi Altuna dans l'édition critique des Linguae Vasconum Primitiae de Bernat d'Etxepare.4 Mais ce sentiment d'être et de vivre dans le péché ne diminue en rien la souffrance qu'il éprouve de voir le mari uni à sa femme, souffrance augmentée par le redoublement de l'adverbe quantitatif hain.

26La comparaison est d'autant plus douloureuse : hek/ni d'un côté les jeux et les rires du couple dostetan, de l'autre l'état de souffrance qui confine à la rage (errabiatu). Ici, encore, la position en fin de vers de chacun des participes penatu et errabiatu ne fait que souligner l'intensité des sentiments qui animent le personnage.

Jelosiak eztizaket nik gaitz erran sekulan ;
maite nuiena nahi enuke ehork hunki lizadan ;
berzerenaz izan nuzu amoros lekhu batetan,
beriagana jelosturik desesperatzer ninzan.

27Le sentiment de jalousie est tellement entré en lui qu'il ne saurait en accuser quicoque. Curieux sentiment, en effet. D'ordinaire, la jalousie naît chez un des deux membres du couple, soit de la part du mari qui soupçonne sa femme d'être volage, soit de la part de l'épouse qui craint l'infidélité de son mari. Il en est tout autrement dans ce poème car, semble-t-il, le couple paraît uni, heureux, joyeux (hek dostetan), le soupirant devenant alors envieux du bonheur de la femme qu'il aime, jalousie qui se traduit en souffrance et en rage.

  • 5  R. Lafon, « Notes pour une édition critique et une traduction française des « Linguae Vasconum Pri (...)

28Soudain le ton va changer. Du présent on passe au passé dans le deuxième vers : maite nuiena. René Lafon, dans le commentaire qu'il fait de ce vers, fait remarquer5 : « maite nuyena peut signifier « celle que j'aimais » ou « celle que j'aime ». Comme dans cette pièce il n'est jamais fait allusion à l'amour que la femme aimée éprouve pour son amant, c 'est pour le premier sens qu 'il convient d'opter ». Cette remarque est d'autant plus juste que toute la strophe, par ses verbes maite nuiena, izan nuzu et ninzan, nous renvoie au passé. Tout d'un coup s'établit une distanciation par le changement de temps et, contrairement à ce que pense René Lafon, rien n'autorise à penser que cette strophe ait été rédigée et introduite plus tard. Il en arrive à cette position pour expliquer ce changement de temps :

« Mais on tombe alors sur une autre difficulté. Dans toutes les autres strophes de cette pièce, les verbes sont au présent (présent proprement dit ou présent intemporel) ou au futur à l'exception du premier vers qui exprime une prière (verbe à l'impératif). Cet amour est présenté comme un amour actuel. Mais dans les vers 31-32 il est présenté comme un amour passé (verbes au passé). Comme, d'autre part, trois des quatre dernières strophes commencent par le mot amoria et participent d'un même mouvement, j'incline à penser que la strophe Gelosiac (29-32) a été rédigée et introduite après coup, à une époque où le poète ne brûlait plus de cette passion coupable et avait renoncé sinon à l'amour, du moins à celui d'une femme mariée. Même alors, la jalousie continuait à le tenailler ».

29Pour moi, cette difficulté n'existe pas. Il s'agit d'un retour en arrière et de la relation d'un épisode de vie toujours présent dans la mémoire et, donc, écrit avec des verbes au présent. Le sentiment de jalousie va établir le lien par sa permanence. Par jalousie, la femme autrefois aimée ne doit être touchée par quiconque ; c'est, du moins, un souhait et le rappel de cet amour (izan nuzu amoros) a failli se terminer dramatiquement avec la tentation du suicide (desesperatzer ninzan). On comprend, dès lors, que le souvenir d'un événement puisse se faire au présent, mais que, soudain, le rappel de la désespérance suicidaire renvoie au passé comme pour mieux l'éloigner. En effet, cet éloignement, cette distanciation servent d'introduction aux deux strophes de réflexions morales qui terminent le poème.

Amoria ezin zenzuz ezin daite goberna,
anhitzetan honesten du guti behar duiena ;
arnoak bano gaizkiago ordi diro persona ;
sarri estaka, berant laxa, hark hatzeman dezana.
Amoria itsu da eta eztazagu zuzena
eztu uste berzerik dela, lekotmaite duiena ;
Suiak bano gaizkiago erra diro gizona ;
itxasoak ez iraungi eratxeki dadina.

  • 6  P. de Axular, Gero, édition bilingue du R.P. Luis Villasante, Juan Flors, Barcelona, 1964, p. 446.

30Le parallélisme est le lien étroit qui unit ces deux strophes. Elles débutent par le même mot amoria et s'organisent autour de deux thèmes largement connus des philosophes et des théologiens, exploités, bien entendu, dans l'Eglise catholique comme éléments de perturbation dans la vie normale et, plus encore, religieuse : l'amour insensé et l'amour aveugle (Eros ou Cupidon). Un siècle plus tard (1643) Axular, dans son Gero, fustige ces deux faces de l'amour dans son commentaire du sixième commandement « Eta kalte prinzipalenetarik bat, prinzipalena ezpada ere, da adimenduaren goibeltzea, ilhuntzea eta itsuzea. Presuna amurusak eztakusa, eztaki zer ari den ».6 (Et un des préjudices principaux, même s'il n'est pas le principal est d'obscurcir l'entendement, l'assombrir et l'aveugler. La personne amoureuse ne voit pas et ne sait pas ce qu'elle fait).

31Quelques lignes plus loin, il résume son propos au sujet de la personne amoureuse :

« itsu da, erho da, zentzutik kanpoan da »
(Elle est aveugle, elle est folle, elle est insensée).

32L'amour insensé n'entre pas dans le « socialement correct ». Il se place en dehors, admet l'inadmissible, ou encore ce qui ne lui convient pas (guti behar duiena).

33L'amour aveugle ne reconnaît rien, ni le bon ni le mauvais chemin. Il agit avec des oeillères. Rien ne compte pour lui sinon l'objet de son amour (maite duiena).

34Le parallélisme entre behar duiena et maite duiena est accentué par le troisième vers de chacun des deux strophes :

arnoak bano gaizkiago ordi diro persona
suiak bano gaizkiago erra diro gizona.

35C'est la répétition du verbe diro et du membre de phrase bano gaizkiago marquant un jugement de valeur qui met en exergue, d'un côté, le vin (arnoa) qui saoule (ordi) et donc fait perdre la tête et, de l'autre, le feu (suia) de l'amour qui brûle intensément et qui, lui aussi, fait perdre tout sens commun à la personne (persona) comme à l'homme (gizona).

36Le dernier vers de chacune des strophes suggère les conséquences d'un amour insensé et aveugle.

sarri estaka, berant taxa, hark hatzeman dezana

37Ce vers de l'avant-dernière strophe est remarquable dans son rythme : 4 + 4 + 7. Le premier hémistiche de huit pieds est scandé en deux séquences de quatre pieds formées d'un adverbe de temps et d'un participe, chacun de ses mots en totale opposition avec l'autre : sarri/berant, rapidité et lenteur, estaka/laxa, s ervitude et liberté. L'homme est donc condamné à subir.

38Le vers de la dernière strophe

itxasoak ez iraungi eratxeki dadina

39a au contraire le rythme ample du vaste océan et place le verbe iraungi (éteindre) dans sa forme négative au centre du vers, montrant la vanité et, au-delà, l'inutilité des efforts pour vaincre le feu intérieur de l'amour.

40Ces considérations finales sur des thèmes très souvent invoqués par la théologie catholique prennent une toute autre dimension dans un contexte poétique grâce au rythme des vers, amples parfois ou saccadés et servent de morale à cet adultère que l'Eglise condamne, même s'il est d'intention comme c'est le cas dans le poème.

41* * *

42Bernat d'Etxepare, poète de l'amour au XVIe siècle, a-t-il connu les tourments de cette passion ? Ce poème est-il une confession ? Il est vrai qu'il déclare avoir été amoureux dans le vers :

berzerenaz izan nuzu amoros lekhu batetan
(J'ai été quelque part amoureux de la femme d'un autre).

43Il est vrai aussi que dans Amorosen gaztiguia il se met en scène et déclare :

  • 7  P. de Axular, Gero, édition bilingue du R.P. Luis Villasante, Juan Flors, Barcelona, 1964,

Nihaurk ere ukhen dizit zeinbait ere amore7
(Moi aussi j'ai eu quelques amours).

44Dans le même poème il consacre une strophe entière à ses débordements amoureux :

  • 8  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao,
    1980, p. (...)

Nihaur ere ebili niz anhitzetan erhorik,
gaoaz eta egunaz ere, hotzik eta berorik :
loa galdu, pena aski, bana ez arimagatik
orai oro nahi nuke liren Ieinkoagatik
.8
(Moi aussi j'ai fait bien des folies,
La nuit et le jour par le froid et la chaleur ;
Plus de sommeil, suffisamment de peines mais point à cause de mon âme ;
Maintenant je voudrais que le motif de toutes mes peines fut Dieu).

45Ces témoignages doivent-ils être pris au pied de la lettre ? Il est possible qu'il ait eu une vie d'amoureux passionné avant son ordination sacerdotale et qu'il s'en souvienne. Elle lui sert de leçon pour mieux faire comprendre, toujours dans Amorosen gaztiguia, que l'amour profane plonge le chrétien dans l'affliction et la perdition de son âme et que, seul, l'amour divin compte dans la vie des êtres.

  • 9  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p (...)

Berzek berzerik gogoan eta nik andredona Maria
andre hona dakigula guzior, othoi balia
.9
(Les autres pensent à d'autres et moi à la Sainte Dame Marie
Que la bonne Dame nous vienne en aide, je l'en supplie, à nous tous).

46Prière initiale adressée à la Sainte Vierge alors que dans Ezkonduien koplak elle est adressée à Dieu et que le but, dans les deux poèmes, est de détourner le chrétien de l'amour profane.

47Ezkonduien koplak correspond à une déviation de l'amour dans lequel deux couples sont mis en scène, le mari de l'un étant éperdument amoureux de la femme de l'autre. Sur ce point le vers :

agian gero alabareki ezkonduko semia
(Plus tard mon fils peut-être épousera ma fille)

48ne laisse aucun doute. Or, que l'on sache, Bernat d'Etxepare n'a pas été marié ; du moins aucun chercheur n'en a apporté la preuve. Il est vrai que bien des zones d'ombre de sa vie n'ont pas encore été éclaircies.

49Il n'est nullement extravagant de considérer que le poète use, aussi bien dans Amorosen gaztiguia que dans Ezkonduien koplak, de l'artifice littéraire consistant à se mettre en scène, utilisant le je, se montrant pécheur comme tous les autres :

Ni bezala anhitz duzu halakorik munduian
(Des gens comme moi il y en a beaucoup dans le monde)

50afin de mieux faire comprendre l'inanité de l'amour profane, exposer le cas possible d'un adultère uniquement d'intention pour en dégager des conséquences funestes comme la possibilité d'unions incestueuses à la deuxième génération ou encore l'asservissement ainsi que la cécité de ceux qui se laissent prendre au piège de l'amour interdit. En réalité, nous avons affaire à un poème clairement moral.

51J'observe que ce même procédé littéraire se retrouve dans tous les poèmes d'amour écrits par Bernat d'Etxepare, prêtre avant tout, désireux d'épargner à ses semblables les désordres de l'amour et de ramener au bercail les brebis égarées.

52N.B. : La traduction en français de l'oeuvre de Bernat d'Etxepare a été réalisée par René Lafon et publiée en particulier dans :
Bernat Dechepare, Olerkiak, Edili, San Sebastian, 1968, p. 190. Celle de Ezkonduien koplak est placée en annexe.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980,

2  p. 47-49. P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p. 133.

3  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p. 87.

4  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p. 137.

5  R. Lafon, « Notes pour une édition critique et une traduction française des « Linguae Vasconum Primitiae » de Bernard Detxepare », Boletin de la Reat Sociedad Vascongada de los Amigos del Pais, San Sebastián, 1952, p. 157.

6  P. de Axular, Gero, édition bilingue du R.P. Luis Villasante, Juan Flors, Barcelona, 1964, p. 446.

7  P. de Axular, Gero, édition bilingue du R.P. Luis Villasante, Juan Flors, Barcelona, 1964,

8  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao,
1980, p. 85.

9  P. Altuna, Linguae Vasconum primitiae, Edition critique, Euskaltzaindia/Mensajero, Bilbao, 1980, p. 85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Haritschelhar, « Ezkonduien Koplak (Etxepare, 1545) », Lapurdum, 7 | 2002, 237-246.

Référence électronique

Jean Haritschelhar, « Ezkonduien Koplak (Etxepare, 1545) », Lapurdum [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lapurdum.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1008

Haut de page

Auteur

Jean Haritschelhar

Président d'Euskaltzaindia, IKER UMR 5478 CNRS
baionaordez@euskaltzaindia.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Haritschelhar J. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • Revues.org